Agility Robotics ouvre une usine de robots humanoides, dévance Tesla et ravive le débat à propos du revenu universel
Et de la question de savoir si c’est la solution aux pertes d’emplois

Avec toutes les avancées récentes en matière d’intelligence artificielle, nombreux sont ceux qui pensent qu'un jour l'IA pourra remplacer presque toutes les formes de travail. Mais la plupart des humains doivent travailler afin de gagner un revenu pour subvenir à leurs besoins. Alors sans travail, que feraient les humains ? L'argent deviendrait-il inutile ? Comment le revenu universel interviendrait-il ? Serait-ce la solution aux pertes d’emplois qui résulteront de l’automatisation massive ? Les humains seraient-ils simplement assis et vivraient au paradis tandis que les robots pilotés par des intelligences artificielles leur fourniraient tout ce dont ils ont besoin ? C’est un jeu de question opportun. En effet, les initiatives qui vont dans le sens de remplacer les humains par les robots se multiplient. D’ailleurs, Agility Robotics annonce l’ouverture d’une usine de robots humanoïdes.


L'entreprise vient ainsi allonger une liste d'initiatives similaires dans laquelle on retrouve celles d'entreprises comme Tesla. Elon Musk a annoncé en août 2021 que Tesla avait commencé à développer un robot humanoïde appelé Tesla Bot (Optimus), conçu pour effectuer des tâches "dangereuses, répétitives ou ennuyeuses". Optimus se veut non menaçant pour les utilisateurs et se déplace à un rythme lent (comme un être humain). Il devrait être relativement léger et présenter un profil réduit. Lors de l'annonce en 2021, le PDG de Tesla a assuré le public que la personne moyenne sera en mesure de maîtriser le robot facilement dans le cas improbable où quelque chose se passerait mal. Le premier exemplaire d'Optimus a été présenté lors de l'événement Tesla AI Day 2022.

Lors de la démonstration, ce prototype d'Optimus est entré lentement et maladroitement sur la scène, s'est retourné et a salué une foule enthousiaste. Mais un second a eu besoin d'un soutien pour entrer sur la scène et s'est effondré quelques minutes plus tard. Aucun des deux prototypes présentés par Tesla l'année dernière n'était convaincant et la réaction des experts a montré qu'ils étaient déçus par la démonstration. Des experts en IA et en robotique ont critiqué ces premiers modèles, estimant que l'entreprise pouvait faire mieux. Moins d'un an après cette démo très peu convaincante, Tesla dévoile une nouvelle vidéo de son robot Optimus.


Une vidéo parue à mi-parcours de l’année en cours montre Optimus dans ce qui semble être un châssis prêt pour la production. Le robot marche désormais (lentement) de façon autonome sans trébucher. L'on remarque en sus que le robot peut apparemment aussi faire d'autres choses, comme ramasser des objets et les reconnaître.

À mi-parcours de l’année précédente, la West Japan Rail Company (JR West) a publié une vidéo de son nouveau robot humanoïde multitâche. Monté au bout d'une grue, ce torse de robot de style Gundam imite les mouvements des bras et de la tête d'un pilote humain. Ce dernier contrôle le robot à distance et voit à travers les yeux du robot grâce à des lunettes de réalité virtuelle. L'entreprise a déclaré que la mission principale du robot est "d'améliorer la productivité et la sécurité", en permettant aux travailleurs de soulever et de manipuler naturellement des équipements lourds autour du système ferroviaire sans les exposer à des risques de chocs électriques ou de chute.


Même les footballeurs sont désormais menacés de mise au rébut par les robots

C’est ce que suggère le cas du robot Artemis. Mesurant 142 centimètres et pesant 38 kg, ARTEMIS est un robot unique en son genre mis au point par les ingénieurs en mécanique de l'université de Californie à Los Angeles (UCLA), et il est prêt pour le terrain. Grâce à une technologie de pointe, ARTEMIS, qui signifie Advanced Robotic Technology for Enhanced Mobility and Improved Stability (technologie robotique avancée pour une meilleure mobilité et une meilleure stabilité), peut maintenir son équilibre face à des coups de pied et des poussées violentes, résister à des objets qui lui sont lancés et être capable de courir. Mais ce qui distingue ARTEMIS, c'est sa capacité à tirer un coup de pied dans un ballon.


Que feraient les humains si les robots pilotés par l’intelligence artificielle venaient à prendre en charge toutes les formes de travail ?

En effet, l’intelligence artificielle (IA) suscite de plus en plus d’inquiétudes quant à la disponibilité et à la sécurité des emplois.

Par le passé, la technologie affectait les travailleurs peu qualifiés et à faible revenu qui se formaient par la suite pour occuper des emplois mieux rémunérés. Pourtant, une étude de Goldman Sachs indique que les dernières avancées en matière d'intelligence artificielle pourraient conduire à l'automatisation d'un quart du travail effectué aux États-Unis et dans la zone euro, exposant l'équivalent de 300 millions de travailleurs à temps plein dans les grandes économies à l'automatisation. Les avocats et le personnel administratif seraient parmi ceux qui risquent le plus d'être licenciés.

La solution de Sam Altman à ce problème est le revenu de base universel, un revenu versé régulièrement par le gouvernement à un niveau uniforme à chaque adulte, quel que soit son statut d’emploi, son revenu ou sa richesse, pour fournir un filet de sécurité. « [...] une société qui n'offre pas suffisamment d'égalité des chances pour que chacun progresse n'est pas une société qui durera », a écrit Altman dans un billet de blog en 2021. La politique fiscale telle que nous l'avons connue sera encore moins capable de lutter contre les inégalités à l'avenir, a-t-il poursuivi. « Bien que les gens aient toujours des emplois, bon nombre de ces emplois ne créeront pas beaucoup de valeur économique dans la façon dont nous pensons à la valeur aujourd'hui ». Il a proposé qu'à l'avenir - une fois que l'IA « produirait la plupart des biens et services de base dans le monde » - un fonds pourrait être créé en taxant la terre et le capital plutôt que le travail. Les dividendes de ce fonds pourraient être distribués à chaque individu pour qu'il les utilise à sa guise - « pour une meilleure éducation, des soins de santé, un logement, la création d'une entreprise, peu importe », a écrit Altman.

Le revenu de base universel assurerait donc la sécurité du revenu tout en créant des incitations à quitter les emplois mal rémunérés pour des options plus risquées mais potentiellement plus lucratives, comme le travail indépendant, l’entrepreneuriat ou la formation continue. Le climat d’innovation qui en résulte réduit la dépendance aux bas salaires et le besoin de concurrencer la technologie. Avec un revenu garanti qui ne dépend pas de la recherche d’emploi, les travailleurs ne prendront un emploi que s’ils le trouvent attrayant, ce qui diminue le déclassement et améliore leur pouvoir de négociation.


Des essais du revenu de base universel (RBU) ont déjà été mené

Le RBU n'est pas nouveau. Des formes de celui-ci ont même été testées, y compris dans le sud de l'Ontario, où (dans des conditions spécifiques) il a produit des effets largement positifs sur la santé et le bien-être. Le RBU a également suscité un regain d'attention pendant la pandémie de COVID-19, l'accent étant mis sur le travail précaire à bas salaire, les pertes d'emplois et les programmes d'aide gouvernementale d'urgence. Récemment, dans le Wall Street Journal et le New York Times, Sam Altman a évoqué l'idée du RBU comme solution aux pertes d'emplois massives, le WSJ notant que l'objectif d'Altman est de « libérer les gens pour qu'ils poursuivent un travail plus créatif ». En 2021, Altman était plus précis, affirmant que l'IA avancée permettra aux gens de « passer plus de temps avec les personnes qui leur sont chères, de prendre soin des gens, d'apprécier l'art et la nature ou de travailler pour le bien social ». Mais des recherches et opinions récentes offrent une perspective différente, moins rose, sur cet avenir basé sur le RBU.

Il pourrait être plus utile de considérer la proposition de RBU d'Altman comme une solution à la recherche d'un problème. Le concept aide Altman à définir sa vision de l'avenir comme un fait accompli, le RBU étant une sorte de point final que nous atteindrons inévitablement. Il est donc juste de se demander quel est le véritable objectif du RBU pour Altman. D'une part, cela présuppose une dynamique de pouvoir qui lui profite ainsi qu'aux autres grandes entreprises de la technologie existantes. D'autre part, cela élimine les options alternatives pour un monde futur.

En réalité, le RBU peut même ne pas être nécessaire. Le récent document de travail d'OpenAI, auquel ont participé des chercheurs d'OpenResearch et de l'Université de Pennsylvanie, présente une image différente de l'avenir du travail. Oui, les emplois seront impactés, conclut le journal. Environ 80% de la main-d'œuvre américaine « pourrait voir au moins 10% de ses tâches professionnelles affectées par l'introduction des LLM (grands modèles de langage) », a révélé la recherche, avec jusqu'à 19% des travailleurs ayant au moins 50% de leurs tâches impactées.

Mais combien ou combien peu sont affectés par l'introduction des LLM pourrait dépendre de votre travail. En effet, si votre travail est « fortement dépendant de la science et de la pensée critique », vous pourriez être moins exposé que si vous faites des choses comme l'écriture. En d'autres termes, malgré l'incertitude économique et du travail (et le chœur de peur entourant le discours actuel sur l'IA), les humains travailleront probablement encore un peu à l'avenir, simplement soutenus par des formes d'IA comme les LLM. Même dans ce cas, ont noté les chercheurs, le rythme et l'ampleur de l'intégration de l'IA dans l'économie dépendront du secteur et de facteurs tels que « la disponibilité des données, l'environnement réglementaire et la répartition du pouvoir et des intérêts ».

Le pouvoir et les intérêts sont, bien sûr, ce qui est au cœur de l'idée du RBU tel qu'Altman l'a présentée en 2021 (un système dans lequel les masses ne sont que des actionnaires de la richesse générée par les méga-entreprises d'IA). La description d'Altman de ce que le RBU pourrait faire pour nous à l'avenir (libérer notre temps pour travailler sur l'art ou pour socialiser) est en contradiction avec la structure technocratique du monde qu'il décrit (dominé, comme il devrait l'être, théoriquement, par un petit nombre d'entreprises générant d'immenses profits). Dans ce scénario, ceux qui travaillent encore seraient vraisemblablement soumis à d'importants déséquilibres de pouvoir entre eux et leurs employeurs, comme le suggère la chercheuse australienne Lauren Kelly dans son article de 2022 sur l'avenir du travail, publié dans le Journal of Sociology. En fait, la façon dont Altman décrit l'avenir évoque quelque chose de plus actuel : les modérateurs de plateformes sociales. Dans ces rôles à bas salaire, souvent exécutés dans des conditions apparemment désastreuses, les travailleurs humains surveillent et corrigent les programmes d'IA conçus pour filtrer les contenus toxiques sur les plateformes de médias sociaux. De l'extérieur, les programmes d'IA semblent automatiques, intelligents et nuancés. En réalité, nous voyons les résultats du travail humain, appelé « travail fantôme » parce qu'il est invisible et inouï, caché derrière un voile d'émerveillement techno.

D'ailleurs, récemment, ces travailleurs de l'ombre qui forment l'intelligence artificielle d'OpenAI ont témoigné.

Le RBU est-il une réponse adaptée à l’automatisation menée par l’IA ?

Il n’existe pas de réponse simple à cette question, car elle dépend de nombreux facteurs, tels que le rythme et l’ampleur du changement technologique, les effets sur la distribution des revenus et des opportunités, les préférences et les valeurs des individus et de la société, et les coûts et les bénéfices des alternatives possibles.

Le RBU présente des avantages potentiels, tels que la réduction de la pauvreté et de l’insécurité économique, le soutien à l’innovation et à l’entrepreneuriat, la promotion de l’autonomie et de la liberté individuelles, et la simplification du système de protection sociale. Il présente également des inconvénients potentiels, tels que le coût fiscal élevé, le découragement du travail et de la productivité, la diminution de la solidarité sociale et de la responsabilité collective, et le risque d’inflation ou de stagnation.

Le RBU n’est pas une solution miracle qui peut résoudre tous les problèmes liés à l’automatisation. Il doit être évalué en fonction de ses objectifs spécifiques, de ses modalités pratiques et de son contexte institutionnel. Il doit également être comparé à d’autres politiques qui peuvent répondre aux mêmes défis, telles que la garantie d’emploi, la réforme fiscale, la formation professionnelle, l’éducation ou la réglementation du marché du travail.

L’avenir du travail à l’ère de l’IA est incertain et dépendra en grande partie des choix politiques que nous ferons. Le RBU est un choix possible, mais pas le seul ni le plus évident. Il nécessite un débat approfondi et informé qui prenne en compte les avantages et les inconvénients de cette proposition radicale.

On ne sait pas à quel point Altman est sérieux dans la création de cet avenir soutenu par le RBU. Bien que cela ait été mentionné dans des interviews récentes, il n'a pas figuré de manière significative dans les plans d'OpenAI. En l'occurrence, la structure de « bénéfices plafonnés » d'OpenAI stipule que les bénéfices supérieurs à un certain montant appartiennent à son entité à but non lucratif. Lorsqu'on lui a demandé en janvier si OpenAI prévoyait de « prendre les recettes que vous présumez que vous allez gagner un jour et... l'offrir à la société », Altman a hésité. Oui, l'entreprise pourrait distribuer « de l'argent à tout le monde », a-t-il déclaré. Ou alors « nous [allons] investir tout cela dans une organisation à but non lucratif qui fait beaucoup de science ».

Il ne s'est pas engagé de toute façon. Le plan RBU devra attendre, semble-t-il.

Source : Agility Robotics

Et vous ?

Que pensez-vous du revenu de base universel comme réponse aux pertes d’emploi qui résulteront de l’automatisation ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ?
Les avantages l'emportent-ils suffisamment sur les inconvénients pour le mettre en place ?
Qui payerait la facture ? L’État ou les entreprises ?
Serait-ce un revenu accordé uniquement aux citoyens ou s'étendant aux résidents ?

Voir aussi :

Elon Musk dévoile un prototype du robot humanoïde Optimus de Tesla qui salue, marche, mais ne réalise pas encore des tâches complexes, le prototype est critiqué par les experts en robotique et en IA

La dernière vidéo du robot humanoïde Atlas de Boston Dynamics montre qu'il est capable de courir, sauter, prendre un objet au sol et le lancer à un ouvrier sur un chantier de construction simulé

Elon Musk affirme que le robot humanoïde de Tesla est le produit le plus important sur lequel l'entreprise travaille, et qu'il pourrait à terme dépasser son activité automobile