IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

Meta utilise vos photos Instagram et Facebook pour entraîner son « incroyable » générateur d'images par IA


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #1
    Expert éminent sénior

    Femme Profil pro
    Rédacteur Web
    Inscrit en
    Mars 2020
    Messages
    838
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur Web

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2020
    Messages : 838
    Points : 58 039
    Points
    58 039
    Par défaut Meta utilise vos photos Instagram et Facebook pour entraîner son « incroyable » générateur d'images par IA
    Meta construit secrètement un chatbot d'IA avec la personnalité d'Abraham Lincoln,
    cet outil est l'un des 30 "personas" potentiels qui pourraient être lancés sur Instagram le mois prochain

    Meta, propriétaire de Facebook, travaille sur un chatbot de type ChatGPT ayant la personnalité d'Abraham Lincoln, selon certaines informations. Ce nouveau robot fait partie d'une série de prototypes en cours de développement chez le géant de la technologie, chacun d'entre eux présentant un personnage différent. Les nouveaux chatbots font partie des tentatives de l'entreprise pour stimuler son engagement sur ses plateformes de médias sociaux.

    Nom : Screenshot_2023-08-02 personas Meta is secretly building an AI chatbot with the personality of A.png
Affichages : 1157
Taille : 80,5 Ko

    Le lancement des chatbots IA sur les applications de Meta arrive bientôt. Les "personas" de Meta, des personnages IA, pourraient être lancés dès le mois prochain. Le lancement d’une fonctionnalité de chatbot IA qui sera intégrée aux plateformes de Meta, y compris Facebook et Instagram, arrive bientôt. La fonctionnalité permettrait aux utilisateurs de discuter avec diverses personnalités de l’IA pour la recherche et les recommandations,

    Outre le chatbot basé sur l'ancien président des États-Unis, le géant californien des médias sociaux étudie également la possibilité de créer un chatbot qui donnerait des conseils sur les options de voyage à la manière d'un surfeur. L'objectif de ces chatbots, que les employés de Meta ont baptisés "personas", sera de fournir une nouvelle fonction de recherche et d'offrir des recommandations.


    L’information est publiée alors que les dirigeants de Meta s'efforcent d'améliorer la rétention sur sa nouvelle application textuelle Threads, qui a perdu plus de la moitié de ses utilisateurs dans les semaines qui ont suivi son lancement le 5 juillet dernier.

    Il y a quelques jours, la société mère de Facebook a fait état d'une forte augmentation de ses recettes publicitaires lors de la publication de ses résultats, prévoyant un chiffre d'affaires pour le troisième trimestre supérieur aux attentes du marché. L'entreprise a remonté la pente après une année 2022 difficile, portée par l'engouement pour les technologies émergentes d'intelligence artificielle et par une cure d'austérité qui l'a amenée à licencier environ 21 000 personnes depuis l'automne dernier.

    Meta a lancé en juillet denier une nouvelle version de son modèle d'intelligence artificielle open-source appelée Llama 2
    pour un usage commercial, qui sera distribuée par Microsoft via son service cloud Azure et fonctionnera sur le système d'exploitation Windows.

    Il été a rapporté en juillet qu'Apple travaillait sur des offres d'IA similaires à ChatGPT d'OpenAI et à Bard de Google, ajoutant qu'elle avait construit son propre framework, connu sous le nom "Ajax", pour créer de grands modèles de langage et qu'elle testait également un chatbot que certains ingénieurs appellent "Apple GPT".

    L'idée d'une fonction "Chat avec une IA" est apparue pour la première fois en juin, lorsque le chercheur Alessandro Paluzzi a partagé des captures d'écran d'un nouvel outil offrant aux utilisateurs la possibilité de poser des questions et de demander des conseils à 30 chatbots d'IA différents sur Instagram. Meta aurait prévu de lancer les nouveaux chatbots d'IA en septembre.

    Source : Financial Time

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de ce nouveaux outils que veut lancer Meta ?

    Voir aussi :

    Le nouveau chatbot d'IA de Meta affirme que le PDG Mark Zuckerberg est "effrayant et manipulateur", l'agent conversationnel tient également des propos racistes et répand des théories du complot

    Microsoft et OpenAI pourraient rendre la formation de grands réseaux neuronaux moins coûteuse, le coût du réglage à l'aide de µTransfer représente 7 % de ce qu'il en coûterait pour préformer GPT-3

    Un chercheur en IA forme un chatbot IA sur 4Chan pour en faire une véritable « machine à discours haineux », après 24 heures, neuf instances du bot fonctionnant sur 4chan avaient posté 15 000 fois

    GPT-3 peut exécuter du code, rechercher une valeur dans une table de recherche, le modèle de langage autorégressif semble avoir des problèmes avec les grands nombres

  2. #2
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 702
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 702
    Points : 202 500
    Points
    202 500
    Par défaut Meta lance Meta AI et 28 IA ayant des « personnalités » incarnées par des célébrités telles que Snoop Dogg
    Meta lance Meta AI et 28 IA ayant des « personnalités » incarnées par des célébrités telles que Snoop Dogg,
    afin d'accroître l’interaction des jeunes avec l’IA

    Meta, l’entreprise autrefois connue sous le nom de Facebook, a présenté la bêta de Meta AI, un assistant conversationnel avancé disponible sur WhatsApp, Messenger et Instagram, et bientôt disponible sur les lunettes connectées Ray-Ban Meta et Quest 3. Meta a également lancé 28 IA supplémentaires en version bêta, avec des intérêts et des personnalités uniques. Certaines de ces « personnalités » proviennent d'icônes culturelles et des influenceurs, notamment Snoop Dogg, Tom Brady, Kendall Jenner et Naomi Osaka. Il s’agit de la dernière salve d’une course aux armements en matière de chatbot entre des entreprises technologiques désespérées de produire une intelligence artificielle plus précise et personnalisée.

    Pour tous ceux qui ont utilisé ChatGPT d’OpenAI ou d’autres chatbots comme Claude d’Anthropic, Meta AI semblera immédiatement familière. Meta la considère comme un assistant polyvalent pour tout, de la planification d'un voyage avec des amis dans une discussion de groupe à la réponse aux questions que vous poseriez normalement à un moteur de recherche. Sur ce dernier élément, Meta annonce un partenariat avec Bing de Microsoft pour fournir des résultats Web en temps réel, ce qui distingue Meta AI de la plupart des autres IA gratuites qui ne disposent pas d'informations très récentes.

    Emu se lance à l'assaut de Midjourney et Dall-E 3

    Un autre aspect important de la Meta AI est sa capacité à générer des images comme Midjourney ou DALL-E d’OpenAI via l’invite « /imagine » grâce à Emu (qui signifie Expressive Media Universe). Emu est directement intégré à Meta AI, de sorte que les utilisateurs peuvent lui envoyer un message avec la balise «imagine» et générera gratuitement ce que la société a qualifié d'images photoréalistes de haute qualité dans le chat.

    Nom : Meta-AI_Inline.gif
Affichages : 1861
Taille : 1,95 Mo

    Emu peut générer des images de haute qualité à partir d'invites textuelles. Le modèle a été pré-entraîné sur 1,1 milliard de paires image-texte, puis affiné sur des images de haute qualité soigneusement sélectionnées. Le modèle résultant produit des images haute fidélité et visuellement attrayantes.

    Meta a vanté la vitesse d’Emu, Mark Zuckerberg soulignant que le modèle génère des images « rapidement » par rapport à ses concurrents – affirmant qu’il peut créer du contenu en seulement cinq secondes.

    Nom : astronaute.png
Affichages : 1094
Taille : 366,6 Ko

    Les expériences proposées par Meta AI

    Meta a donné un exemple de la façon dont vous pourriez utiliser Meta AI*:

    Imaginez que vous et vos amis discutiez en groupe du point de départ d'une randonnée à Santa Cruz. Meta AI présente les options directement dans le chat, afin que vous puissiez décider en groupe quel endroit explorer. Et si après la randonnée vous souhaitiez une manière créative de commémorer cette journée ? Meta AI peut vous aider. Tapez « @MetaAI /imagine » suivi d'une invite de texte descriptive telle que « créer un badge de bouton avec un randonneur et des séquoias », et cela créera un badge de mérite numérique dans le chat avec vos amis.

    Meta propose d'autres expériences avec Meta AI, notamment :
    • Les AI Stickers : Des milliards d’autocollants sont envoyés chaque mois sur nos plateformes, offrant ainsi aux gens une autre façon amusante et créative de communiquer et de s’exprimer. Aujourd'hui, nous avons annoncé de nouveaux autocollants IA qui vous permettent de générer sans effort des autocollants personnalisés pour vos discussions et vos Stories. Utilisant la technologie de Llama 2 et notre modèle fondamental de génération d'images appelé Emu, notre outil d'IA transforme vos invites textuelles en plusieurs autocollants uniques de haute qualité en quelques secondes. Cette nouvelle fonctionnalité, qui sera déployée auprès de certains utilisateurs anglophones au cours du mois prochain dans WhatsApp, Messenger, Instagram et Facebook Stories, offre une infinité d'options supplémentaires pour exprimer ce que vous ressentez à tout moment. Des autocollants IA seront déployés pour certains utilisateurs de langue anglaise au cours du mois prochain.
    • Édition d'images avec l'IA : Bientôt, vous pourrez transformer vos images ou même co-créer des images générées par l’IA avec des amis. Restyle et background – deux nouvelles fonctionnalités qui arriveront bientôt sur Instagram – utilisent la technologie d'Emu. Background exploite également les enseignements de notre modèle Segment Anything. Restyle vous permet de réimaginer vos images en appliquant les styles visuels que vous décrivez. Pensez à taper un descripteur comme « aquarelle » ou une invite plus détaillée comme « collage de magazines et de journaux, bords déchirés » pour décrire la nouvelle apparence de l'image que vous souhaitez créer.

      Background change la scène ou l’arrière-plan de votre image. Des invites telles que « mets-moi devant une sublime aurore boréale » ou « entouré de chiots » inciteront l'outil à créer une image du sujet principal au premier plan avec l'arrière-plan que vous avez décrit.


    Meta précise tout de même qu'il sera précisé si des images ont été créé à partir des fonctionnalités Background et Restyle : « Nous savons à quel point la transparence est importante lorsqu'il s'agit du contenu généré par l'IA. C'est pourquoi les images créées avec un Restyle et un Background indiqueront l'utilisation de l'IA pour réduire les risques que les gens les confondent avec du contenu généré par l'homme. Nous expérimentons également des formes de marqueurs visibles et invisibles ».

    Meta AI va débarquer sur les lunettes connectées Ray-Ban et dans le casque Quest 3

    Il y a deux ans, Meta a officialisé la sortie des Ray-Ban Stories : des lunettes connectées avec des haut-parleurs intégrés et un microphone pour les appels, une application de compagnie qui n'est pas Facebook et un chargeur. Sur ce projet, Meta s'est associé à la société européenne Essilorluxottica.

    Lors de la présentation, les Ray-Ban Stories permettaient aux utilisateurs de prendre des photos et des vidéos avec les deux caméras de 5 MP, écouter de la musique grâce aux haut-parleurs intégrés et prendre des appels téléphoniques. Les lunettes devaient alors être connectées à un périphérique iOS ou Android pour une fonctionnalité complète, bien que les utilisateurs pouvaient prendre et stocker des centaines de vidéos ou des dizaines de vidéos sur les lunettes avant de les transférer vers leurs téléphones via l'application View de Facebook. Les caméras jumelles permettaient aux utilisateurs d'ajouter des effets 3D à leurs photos et leurs vidéos une fois qu'ils les téléchargent sur l'application.

    Deux ans plus tard, l'entreprise envisage d'intégrer de l'IA dans la nouvelle génération de ses lunettes connectées. Et un journaliste de noter : « Avec la nouvelle génération, vous pouvez lancer un direct. C'est incroyable mais il y a également des questions au sujet de la vie privée : comment savez-vous que quelqu'un est en direct à côté de vous ? »


    Rendez-vous à 1:04 pour voir la présentation des Ray-Ban

    Des IA ayant des personnalités

    En plus de Meta AI, l’entreprise a également lancé 28 autres IA en bêta, avec des intérêts et des personnalités uniques. Certains sont incarnés par des personnalités culturelles et des influenceurs, comme Snoop Dogg, Tom Brady, Kendall Jenner ou Naomi Osaka. Ces AIs peuvent interagir avec les utilisateurs et leur proposer du contenu personnalisé, comme des stickers, des vidéos ou des conseils.

    Pourquoi des IA ayant des personnalités ?

    Meta explique que parce qu'’interagir avec les IA devrait donner l’impression de parler à des personnes familières, raison pour laquelle « nous avons fait quelque chose pour aller encore plus loin dans ce domaine. Nous nous sommes associés à des icônes culturelles et des influenceurs pour jouer et incarner certaines de ces IA. Ils auront chacun des profils sur Instagram et Facebook, vous pourrez donc découvrir de quoi ils parlent ».

    De qui s'agit-il ?
    • Charli D'Amelio dans le rôle de Coco, passionnée de danse
    • Chris Paul dans le rôle de Perry, golfeur professionnel vous aidant à perfectionner votre coup
    • Dwyane Wade dans le rôle de Victor, triathlète Ironman qui vous motive à donner le meilleur de vous-même
    • Izzy Adesanya dans le rôle de Luiz, un prospect Showy MMA qui peut soutenir son discours trash
    • Kendall Jenner dans le rôle de Billie, toujours directe, compagne ride-or-die
    • LaurDIY dans le rôle de Dylan, expert en bricolage et artisanat décalé et compagnon de la génération Z
    • MrBeast dans le rôle de Zach, le grand frère qui va vous faire des critiques – parce qu'il s'en soucie
    • Naomi Osaka dans le rôle de Tamika, Sailor Senshi obsédé par l'anime en formation
    • Paris Hilton dans le rôle d'Amber, partenaire détective pour résoudre des polars
    • Raven Ross dans le rôle d'Angie, reine des cours d'entraînement qui équilibre fitness et méditation
    • Roy Choi dans le rôle de Max, sous-chef chevronné pour des trucs et astuces culinaires
    • Sam Kerr dans le rôle de Sally, une amie libre d'esprit qui vous dira quand prendre une profonde inspiration
    • Snoop Dogg en tant que Dungeon Master, choisissez votre propre aventure avec Dungeon Master
    • Tom Brady dans le rôle de Bru, un débatteur sportif sage qui ne fait rien

    Il est encore tôt pour nos IA. À l’heure actuelle, leur base de connaissances – à l’exception de Meta AI, Bru et Perry – est limitée aux informations qui existaient en grande partie avant 2023, ce qui signifie que certaines réponses peuvent être dépassées. Nous visons à étendre la recherche à un plus grand nombre de nos IA dans les mois à venir – comme nous l’avons fait avec Meta AI – afin que les conversations puissent également être opportunes et pertinentes.

    Mais Meta ne compte pas en rester là

    À terme, Meta prévoit de rendre les IA disponibles pour les entreprises et les créateurs, et de lancer son studio AI pour que les gens et les développeurs puissent créer leurs propres IA.

    Nous avons présenté aujourd'hui AI studio, la plate-forme qui prend en charge la création de nos IA et nous prévoyons de la rendre disponible aux personnes extérieures à Meta – codeurs et non-codeurs – pour créer des IA. Les développeurs pourront créer des IA tierces pour nos services de messagerie avec nos API dans les semaines à venir, en commençant par Messenger puis en s'étendant à WhatsApp.

    Les entreprises pourront également créer des IA qui reflètent les valeurs de leur marque et améliorer l’expérience du service client. Des petites entreprises cherchant à se développer aux grandes marques souhaitant améliorer leurs communications, l'IA peut aider les entreprises à interagir avec leurs clients via nos applications. Nous lançons cela en version alpha et l’étendrons encore l’année prochaine.

    Et pour les créateurs, ils pourront créer des IA qui étendront leur présence virtuelle à travers nos applications. Ces IA devront être sanctionnées par eux et directement contrôlées par le créateur.

    Nous construisons également un bac à sable qui sera publié l’année prochaine, permettant à chacun d’expérimenter la création de sa propre IA. À mesure que notre univers d’IA continue de croître et d’évoluer, nous apporterons ce bac à sable au métavers, vous donnant ainsi la possibilité de créer des IA qui adoptent un niveau encore plus élevé de réalisme, d’incarnation et de connectivité.
    Ces nouvelles expériences basées sur l’IA représentent un nouveau défi pour l’industrie. Meta affirme avoir mis en place des mesures de sécurité et de confidentialité pour protéger les utilisateurs et respecter les normes éthiques. L’entreprise invite également les utilisateurs à faire part de leurs commentaires et de leurs suggestions pour améliorer ses produits.

    Source : Meta

    Et vous ?

    Emu sonne-t-il le glas pour des outils comme Midjourney et Dall-E 3 ?
    Que pensez-vous de l'idée de proposer au public des chatbots IA avec des « personnalités » et « intérêts » différents ? Voulez-vous essayer de converser avec l'une de ces personnalités ? Si oui, la/lesquelles ?
    Le public est-il susceptible d'accroître ses interactions avec les IA ? Quelle « personnalité » hors de cette liste vous aurait intéressé ?
    Que pensez-vous de Meta AI et de ses différentes applications (créations d'autocollants, éditions photos) ? Son intégration dans les produits populaires de Meta comme WhatsApp ou Messenger lui donne-t-il, selon vous, un atout concurrentiel ? Dans quelle mesure ?
    Que pensez-vous de l'intégration future de l'IA dans les Ray-Ban et le Quest 3 ?

  3. #3
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    Juin 2022
    Messages
    274
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2022
    Messages : 274
    Points : 945
    Points
    945
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Certaines de ces « personnalités » proviennent d'icônes culturelles et des influenceurs, notamment Snoop Dogg, Tom Brady, Kendall Jenner et Naomi Osaka.
    Cherchons l'erreur.

    • Snoop Dogg, connu pour sa culture "420" et ses tubes musicaux populaires.
    • Tom Brady, grand footballeur américain, triple vainqueur du SuperBowl.
    • Kendall Jenner, petite sœur d'une prostituée qui avait Ray J comme client.
    • Naomi Osaka, figure repésentative de la communauté hafu et athlète de haut niveau.

  4. #4
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    713
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 713
    Points : 12 890
    Points
    12 890
    Par défaut Meta paie les célébrités à l'origine de ses chatbots d'IA jusqu'à 5 Mns $ pour 6 heures de travail
    Un rapport affirme que Meta paie les célébrités à l'origine de ses chatbots d'IA jusqu'à 5 millions de dollars pour 6 heures de travail
    ce qui a suscité un tollé dans la communauté

    Les célébrités pourraient engranger des centaines de millions de dollars par an en permettant aux entreprises d'utiliser leurs images pour créer des assistants virtuels basés sur l'IA. C'est ce que semble démontrer le contrat entre Meta et les célébrités à l'origine de ses récents chatbots d'IA. Un rapport publié la semaine dernière allègue que Meta est susceptible de payer chacune des stars jusqu'à cinq millions de dollars pour 6 heures de travail. Le rapport a suscité un tollé et Meta a essuyé des critiques acerbes, certains estimant que les personnes (souvent des travailleurs externalisés) travaillant à rendre les systèmes d'IA moins toxiques méritent également d'être bien payées.

    Le mois dernier, lors de l'édition 2023 de son événement annuel Meta Connect, Meta a présenté un ensemble de 28 chatbots IA, des assistants interactifs basés sur des célébrités réelles, dont Tom Brady, Paris Hilton, Kylie Jenner, Snoop Dogg, MrBeast et Charli D'Amelio. Chaque chatbot d'IA interagira avec les utilisateurs et offrira des conseils sur le domaine d'expertise spécifique de la star. (Par exemple, chatbot imitant le personnage de Tom Brady, "Bru", peut fournir à l'utilisateur des conseils sur le football américain ; "Coco" de Charli D'Amelio peut fournir des conseils sur la danse ; et "Billie" de Kylie Jenner peut jouer le rôle de compagne "ride-or-die".)

    Les chatbots sont pilotés par Llama 2, un grand modèle de langage (LLM) développé par Meta. Ils seront disponibles via la famille d'applications sociales et de messagerie de Meta (Instagram, WhatsApp, Messenger et Facebook) et pourraient être étendus à des expériences de réalité virtuelle sur le casque de réalité mixte Quest 3 de Meta. Lors de la présentation, aucune précision n'a été donnée quant au modèle économique de Meta pour ces chatbots ou aux modèles de paiement pour les célébrités impliquées, mais cela suggère un nouveau type d'opportunité de monétisation pour les créateurs. Cela pourrait rapporter très gros aux créateurs.

    Nom : 456456.png
Affichages : 1576
Taille : 241,6 Ko

    Dans un rapport publié la semaine dernière, The Information affirme que Meta pourrait payer jusqu'à 5 millions de dollars une célébrité pour six heures de travail dans un studio afin d'utiliser son image comme assistant virtuel piloté par l'IA. Notons que Meta a également recruté des créateurs comme MrBeast, l'individu ayant le plus d'abonnés sur YouTube. Selon le rapport, Meta était initialement disposé à payer plus d'un million de dollars pour utiliser l'image des stars, mais qu'elle a déboursé davantage pour les grands noms. Le rapport ne précise pas quelle personne a été payée 5 millions de dollars, mais fait principalement référence aux créateurs.

    Le rapport cite une personne au fait de l'affaire qui a déclaré que d'autres accords avec des créateurs de premier plan se situaient dans une fourchette de prix similaire et que les accords étaient non exclusifs, ce qui signifie que les stars pourraient vendre leur image à d'autres produits liés à l'IA si elles le souhaitaient. Pour l'instant, les assistants d'IA sont uniquement textuels ; les robots répondent aux questions et engagent avec l'utilisateur des conversations humaines en temps réel, en fonction de la personnalité du personnage. Cependant, la vidéo de démonstration de Meta présentait des clips de célébrités s'exprimant en tant qu'assistants d'IA.

    « Les progrès de l'IA nous permettent de créer différents personnages d'IA afin de nous aider à accomplir différentes tâches. Il ne s'agira pas seulement de répondre à des requêtes. Cela est fait pour le divertissement et pour vous aider à faire des choses afin de vous connecter avec les personnes qui vous entourent », a déclaré Mark Zuckerberg, PDG de Meta, aux développeurs présents à la conférence annuelle Meta Connect, qui s'est tenue à Menlo Park, en Californie. Zuckerberg a déclaré qu'il y avait une forte demande pour les assistants d'IA mettant en scène des personnages célèbres. Il a toutefois précisé qu'il s'agirait plutôt d'un projet pour l'année prochaine.

    Cela serait dû aux préoccupations liées à la sécurité de la marque, car les célébrités voudraient s'assurer que leur image ne sera pas utilisée pour faire des déclarations problématiques. Meta espère que l'ajout des personnalités telles que D'Amelio et de MrBeast attirera un public plus jeune qui a boudé Facebook et migré vers TikTok, son principal rival. En même temps que ses assistants intelligents, Meta a également lancé des autocollants intelligents. Mais cette fonctionnalité a fait l'objet de critiques, car elle a été détournée et les utilisateurs ont réussi à générer des images sauvages comme un enfant soldat et une image obscène de Justin Trudeau.

    En outre, Meta a été critiquée en raison des sommes faramineuses qu'elle est prête à payer aux créateurs et aux célébrités pour l'utilisation de leurs images et de leurs voix, tandis que les personnes travaillant dans l'ombre pour rendre ses systèmes moins toxiques pour les utilisateurs sont sous-payées. Les sociétés d'IA comme OpenAI et Meta sont très critiquées pour cette pratique. Cette année, un rapport a révélé qu'OpenAI a fait appel à des travailleurs kényans externalisés, payés moins de deux dollars par heure, pour passer au crible certains des coins les plus sombres d'Internet afin de créer un système de filtre d'IA qui serait intégré à ChatGPT.

    Le rapport indique que les travailleurs kényans ont gagné entre 1,32 et 2 dollars par heure. Selon certains analystes, ce montant est dérisoire pour une entreprise telle qu'OpenAI qui a levé des centaines de millions de dollars au cours de ces dernières années. Microsoft a investi plus d'un milliard de dollars dans OpenAI en 2019 et a annoncé au début de l'année qu'elle investirait plusieurs milliards de dollars de plus dans la startup d'IA. Microsoft n'a pas dévoilé le montant du nouvel investissement, mais certaines sources ont évoqué une enveloppe de 10 milliards de dollars. D'autres investisseurs devraient également participer à ce tour de table.

    Meta a également critiqué sur le fait qu'elle était disposée à payer un tel montant aux célébrités/créateurs, mais est réticente à payer les artistes, les chercheurs, les écrivains et bien d'autres pour l'utilisation de leurs travaux dans les données d'entraînement de l'IA. « Donc, les célébrités et les créateurs peuvent obtenir des millions de dollars pour leur participation à la création de chatbots d'IA, mais les écrivains et les scientifiques peinent toujours à faire entendre leurs voix », peut-on lire dans les commentaires. D'autres préoccupations concernent l'attachement émotionnel que ces nouveaux assistants d'IA pourraient créer chez les utilisateurs.

    Jusqu'à présent, les efforts visant à permettre aux talents d'étendre leur marque personnelle n'ont été que marginaux, avec quelques célébrités ou créateurs se clonant eux-mêmes pour créer et lancer des répliques d'IA en tant qu'expériences interactives pour les fans. En mai, un créateur populaire de Snapchat a lancé CarynAI, une petite amie pilotée par l'IA, offrant aux fans des interactions personnalisées pour un dollar la minute. Les célébrités ont également exploré leurs propres options, certaines apportant leur image à des expériences client alimentées par l'IA en partenariat avec des marques. Mais l'initiative a été qualifiée d'escroquerie.

    L'intégration de chatbots d'IA par Meta fait également partie d'une catégorie émergente d'applications conversationnelles basées sur l'IA, qui se positionnent pour offrir des services uniques ou des expériences d'utilisateur et des types d'engagements. ChatGPT d'OpenAI et Bard de Google sont principalement positionnés comme des services de réponse aux questions ou des aides à la productivité.

    Mais à côté d'eux, des chatbots individuels sont apparus pour offrir aux utilisateurs des formes de divertissement et même de la compagnie - qu'il s'agisse de personnes célèbres vivantes ou mortes (par exemple, Character.ai), de thérapeutes offrant des conseils ou un soutien émotionnel ou de partenaires romantiques offrant une connexion ou simplement "quelqu'un" à qui parler (par exemple, Replika).

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous du montant payé par Meta aux célébrités à l'origine de ses chatbots d'IA ?
    Quels est votre avis sur les critiques dirigées contre Meta dans le cadre de ce projet ?
    Ces assistants d'IA sont-ils prometteurs ? Pourquoi ?
    Quelles sont les préoccupations que posent ces assistants d'IA ?

    Voir aussi

    Meta lance Meta AI et 28 IA ayant des « personnalités » incarnées par des célébrités telles que Snoop Dogg, Kendall Jenner et Paris Hilton afin d'accroître l'interaction des jeunes avec l'IA

    OpenAI a fait appel à des travailleurs kényans payés moins de 2 dollars par heure pour rendre ChatGPT moins toxique, les experts jugent ce tarif faible en raison des "tâches ingrates" des employés

    Meta a entraîné son IA à l'aide de vos publications publiques sur Facebook et Instagram

  5. #5
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 229
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 229
    Points : 3 736
    Points
    3 736
    Par défaut
    Quand j'étais jeune c'était les numéros de téléphones qui permettaient de je ne sais même plus quoi avec Lorie ou Justin Bieber.
    Ce n'était certainement pas le même montant mais que viennent ils de signer?
    Un chatbot qui dira un jour où l'autre en leur nom, Meta qui les inègrera dans leur metavers vide.
    Pour moi ça ressemble beaucoup avec un pacte avec le diable.

  6. #6
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    Juin 2022
    Messages
    274
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2022
    Messages : 274
    Points : 945
    Points
    945
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Par exemple, chatbot imitant le personnage de Tom Brady, "Bru", peut fournir à l'utilisateur des conseils sur le football américain ; "Coco" de Charli D'Amelio peut fournir des conseils sur la danse ; et "Billie" de Kylie Jenner peut jouer le rôle de compagne "ride-or-die".
    A chaque fois que l'on parle de l'engeance Kardashian, c'est toujours toujours pour dire quelque chose de ridicule; Là, encore un exemple parfait avec l'athlète de haut niveau, la danseuse connue, l'acteur international et... Kylie Jenner et son don de présence.

    Pour preuve :
    Nom : firefox_KR4aLWjdZo.png
Affichages : 946
Taille : 16,6 Ko

  7. #7
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 702
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 702
    Points : 202 500
    Points
    202 500
    Par défaut Le nouvel objectif de Mark Zuckerberg est de créer l'IAG et de la rendre open source
    Le nouvel objectif de Mark Zuckerberg est de créer l'IAG et de la rendre open source,
    mais certains affichent déjà leur scepticisme envers les motivations et les intentions réelles de Meta

    Meta, la société dirigée par Mark Zuckerberg, a annoncé jeudi qu’elle travaillait sur la création d’une intelligence artificielle générale (IAG), c’est-à-dire une intelligence artificielle capable de comprendre, d’apprendre et d’appliquer des connaissances de manière similaire à l’intelligence humaine. L’objectif de Meta est de rendre cette IAG accessible au plus grand nombre, en la partageant de manière responsable sous licence open source.

    L’IAG est considérée comme le graal de la recherche en intelligence artificielle, car elle représente un niveau de performance et de polyvalence supérieur à celui des systèmes actuels, qui sont spécialisés dans des tâches spécifiques. L’IAG pourrait avoir des applications révolutionnaires dans de nombreux domaines, tels que la santé, l’éducation, l’environnement ou encore le divertissement.

    Cependant, l’IAG pose aussi des défis de plusieurs ordres, car elle pourrait avoir des conséquences imprévisibles sur la société et sur les droits humains. Certains experts craignent que l’IAG ne devienne incontrôlable, voire hostile, à l’égard de l’humanité. C’est pourquoi des experts estiment qu'il est essentiel de définir des principes et des normes pour encadrer le développement et l’utilisation de l’IAG, ainsi que de garantir sa transparence et sa responsabilité.

    Meta entre officiellement dans la course à l'IAG

    La mission déclarée d'OpenAI est de créer cette intelligence générale artificielle. Demis Hassabis, qui dirige les efforts de Google en matière d'IA, poursuit le même objectif.

    Désormais, Mark Zuckerberg, PDG de Meta, est entré dans la course. Bien qu'il ne dispose pas d'un calendrier pour la réalisation de l'IAG, ni même d'une définition exacte de celle-ci, il affirme vouloir la construire.

    Meta, qui a récemment changé de nom pour refléter sa vision du métavers, un univers virtuel partagé, a déjà une expérience reconnue dans le domaine de l’intelligence artificielle. La société dispose de deux grands groupes de recherche en IA : FAIR (Facebook AI Research) et GenAI (Generative AI). FAIR se concentre sur la recherche fondamentale et exploratoire, tandis que GenAI se charge de développer des produits basés sur l’IA générative, qui permet de créer du contenu à partir de données, comme du texte, des images, du son ou du code.

    Zuckerberg a décidé de rapprocher ces deux groupes au sein d’une même entité, baptisée Meta AI, afin de favoriser la collaboration et la synergie entre les chercheurs et les ingénieurs. L'objectif est que les percées de Meta en matière d'IA atteignent plus directement ses milliards d'utilisateurs. L’ambition de Meta AI est de construire une IAG à la pointe de l’art, en utilisant les ressources et les infrastructures dont dispose Meta, notamment son immense parc de GPU (unités de traitement graphique), qui sont les puces de choix pour construire l’IA générative.

    Mais Meta ne veut pas garder son IAG pour elle seule. Zuckerberg a affirmé que son intention était de rendre son IAG open source, c’est-à-dire de partager son code source et ses modèles avec la communauté scientifique et le public, dans le respect des règles éthiques et juridiques. Selon lui, cela permettrait d’accélérer les progrès de l’IA, de stimuler l’innovation et de démocratiser l’accès à cette technologie. Il a également souligné que Meta continuerait à soutenir les initiatives visant à promouvoir une IA éthique, responsable et inclusive.

    Citation Envoyé par Mark Zuckerberg
    Quelques mises à jour sur nos efforts en matière d'intelligence artificielle. Notre vision à long terme est de construire une intelligence générale, de la mettre en open source de manière responsable et de la rendre largement disponible pour que tout le monde puisse en bénéficier. Pour ce faire, nous rapprochons nos deux principaux projets de recherche en IA (FAIR et GenAI). Nous entraînons actuellement notre modèle de nouvelle génération, le Llama 3, et nous construisons une infrastructure de calcul massive pour soutenir notre future feuille de route, y compris 350 000 H100 d'ici la fin de l'année - et au total près de 600 000 équivalents H100 de calcul si l'on inclut d'autres GPU. Nous sommes également très enthousiastes quant à nos progrès dans la construction de nouveaux dispositifs informatiques centrés sur l'IA, tels que les lunettes intelligentes Ray Ban Meta. Beaucoup d'autres choses à venir prochainement.
    Nom : zuckerberg.png
Affichages : 8753
Taille : 140,7 Ko

    Comment Meta en est arrivé à se poser un tel objectif ?

    Mark Zuckerberg a expliqué dans un entretien « Nous sommes arrivés à la conclusion que, pour construire les produits que nous voulons construire, nous devons construire pour l'intelligence générale ». Et de continuer en disant « Je pense qu'il est important de le faire savoir parce que beaucoup des meilleurs chercheurs veulent travailler sur des problèmes plus ambitieux ».

    La bataille pour les talents de l'IA n'a jamais été aussi féroce, toutes les entreprises du secteur se disputant un bassin extrêmement restreint de chercheurs et d'ingénieurs. Aux États-Unis, ceux qui possèdent l'expertise nécessaire peuvent obtenir des rémunérations mirobolantes, de l'ordre de plus d'un million de dollars par an. Des PDG comme Mark Zuckerberg sont régulièrement sollicités pour tenter de convaincre une recrue clé ou d'empêcher un chercheur de partir chez un concurrent.

    « Nous sommes habitués à des guerres de talents très intenses », explique-t-il. « Mais la dynamique est différente ici, avec plusieurs entreprises qui recherchent le même profil, [et] beaucoup de sociétés de capital-risque et de personnes qui injectent de l'argent dans différents projets, ce qui permet aux gens de se lancer facilement dans des projets différents en dehors de l'entreprise ».

    Après le talent, la ressource la plus rare dans le domaine de l'IA est la puissance de calcul nécessaire pour former et faire fonctionner de grands modèles. À ce sujet, Mark Zuckerberg est prêt à faire preuve de souplesse. Il a expliqué que, d'ici à la fin de l'année, Meta possédera plus de 340 000 GPU H100 de Nvidia - la puce de choix de l'industrie pour construire l'IA générative.

    Des recherches externes ont évalué les livraisons de H100 de Meta pour 2023 à 150 000, un chiffre qui n'est égalé que par les livraisons de Microsoft et qui est au moins trois fois plus important que celui de tous les autres. Si l'on tient compte des Nvidia A100 et des autres puces d'IA, Meta disposera d'un stock de près de 600 000 GPU d'ici à la fin 2024, selon Zuckerberg.

    « Nous avons développé la capacité de le faire à une échelle qui pourrait être plus grande que n'importe quelle autre entreprise individuelle », dit-il. « Je pense que beaucoup de gens ne l'apprécient pas ».

    Nom : llama.png
Affichages : 1483
Taille : 315,6 Ko

    En route vers Llama 3

    Comme l'explique Zuckerberg, la nouvelle orientation plus large de Meta vers l'IAG a été influencée par la sortie, l'année dernière, de Llama 2, son dernier grand modèle de langage. L'entreprise ne pensait pas que la capacité de ce modèle à générer du code correspondait à la manière dont les utilisateurs se serviraient d'un LLM dans les applications de Meta. Mais il s'agit d'une compétence importante à développer pour construire une IA plus intelligente, et Meta l'a donc tout de même créée.

    « L'une des hypothèses était que le codage n'était pas si important, car il n'y a pas beaucoup de gens qui vont poser des questions sur le codage dans WhatsApp », explique-t-il. « Il s'avère que le codage est en fait très important d'un point de vue structurel pour que les LLM puissent comprendre la rigueur et la structure hiérarchique de la connaissance, et qu'ils aient en général un sens plus intuitif de la logique ».

    Meta forme actuellement le Llama 3, qui sera capable de générer du code. À l'instar du nouveau modèle Gemini de Google, l'accent est également mis sur des capacités de raisonnement et de planification plus avancées.

    « Le Llama 2 n'était pas un modèle de pointe, mais c'était le meilleur modèle à code source ouvert », explique-t-il. « Avec Llama 3 et les suivants, notre ambition est de construire des objets qui soient à la pointe de la technologie et, à terme, les meilleurs modèles de l'industrie ».

    Nom : analogie.png
Affichages : 1484
Taille : 67,3 Ko

    Quelles sont les réactions et les perspectives ?

    L’annonce de Meta a suscité des réactions contrastées dans le monde de l’IA. Certains ont salué la vision et le courage de Zuckerberg, qui se lance dans un projet ambitieux et audacieux, tout en affichant sa volonté de coopération et de transparence. D’autres ont exprimé leur scepticisme, voire leur méfiance, envers les motivations et les intentions réelles de Meta, qui pourrait chercher à renforcer sa position dominante et à influencer les normes de l’IA à son avantage. Certains ont également mis en doute la faisabilité et la crédibilité du projet, en soulignant les difficultés techniques et les incertitudes conceptuelles liées à la définition et à la mesure de l’IAG.

    Quoi qu’il en soit, le projet de Meta est un signe de l’intérêt croissant et de la compétition intense que suscite l’IAG, tant au niveau des entreprises que des États. D’autres acteurs majeurs de l’IA, comme Google, Microsoft ou OpenAI, ont également affiché leur ambition de créer et de maîtriser l’IAG, avec des approches et des stratégies différentes. L’enjeu est de taille, car l’IAG pourrait être une source de progrès et de bien-être pour l’humanité, mais aussi un facteur de risques et de conflits. C’est pourquoi il est indispensable de développer une IA qui soit alignée sur les valeurs et les intérêts humains, et qui respecte les droits et la dignité de tous.

    C'est en tout cas ce que croit OpenAI et ce qui a motivé la création d'une équipe de superalignement, son initiative interne de l’entreprise dédiée à empêcher une superintelligence de devenir incontrôlable.

    Le projet de superalignement, dirigé par le co-fondateur et scientifique en chef de OpenAI, Ilya Sutskever, et le chercheur principal Jan Leike, se déroulera sur quatre ans et utilisera environ un cinquième de la capacité de calcul actuelle de OpenAI. Il s’articulera autour de trois étapes :
    • Développer une compréhension de la façon dont l’IA analyse d’autres IA sans interaction humaine
    • Utiliser l’IA pour rechercher les zones problématiques ou les failles
    • Créer une IA capable de résoudre les problèmes d’alignement de manière autonome

    En décembre, OpenAI a présenté des premiers résultats mitigés : comme premier pas pour atteindre son objectif, l'entreprise s'est servi d'une IA « plus stupide » pour entraîner et contenir l’IA la plus « intelligente ».

    Source : Mark Zuckerberg (vidéo sur Facebook)

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur le projet de Meta de créer et de partager une IAG ?
    Pensez-vous que l’IAG soit une opportunité ou une menace pour l’humanité ?
    Quels sont les principes et les normes que vous jugez indispensables pour encadrer le développement et l’utilisation de l’IAG ?
    Quels sont les domaines ou les applications qui vous intéressent le plus ou le moins en matière d’IAG ?

  8. #8
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 702
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 702
    Points : 202 500
    Points
    202 500
    Par défaut Meta utilise vos photos Instagram et Facebook pour entraîner son « incroyable » générateur d'images par IA
    Meta utilise vos photos Instagram et Facebook pour entraîner son « incroyable » générateur d'images par IA,
    l'énorme ensemble de données derrière l’IA de Meta

    Les grandes entreprises technologiques se bousculent pour trouver des données d'entraînement à l'IA et Meta semble avoir un grand avantage sur ses rivaux : l'utilisation de photos Instagram et Facebook. Ce qui signifie que si vous êtes sur Facebook ou Instagram, il est fort probable qu’une de vos photos (ou une photo que vous avez prise) ait contribué à l’entraînement de ce modèle. Cela soulève la question de la vie privée et de la façon dont nos données sont utilisées sans que nous en soyons toujours conscients. Certains préfèrent le prendre à la rigolade, un internaute déclarant que c'est sa seule chance de devenir mannequin.

    En septembre, Meta, l’entreprise autrefois connue sous le nom de Facebook, a présenté la bêta de Meta AI, un assistant conversationnel avancé disponible sur WhatsApp, Messenger et Instagram. Meta AI est capable de générer des images comme Midjourney ou DALL-E d’OpenAI via l’invite « /imagine » grâce à Emu (qui signifie Expressive Media Universe). Emu est directement intégré à Meta AI, de sorte que les utilisateurs peuvent lui envoyer un message avec la balise «imagine» et il générera gratuitement ce que la société a qualifié d'images photoréalistes de haute qualité dans le chat.

    Emu peut générer des images de haute qualité à partir d'invites textuelles. Le modèle a été pré-entraîné sur 1,1 milliard de paires image-texte, puis affiné sur des images de haute qualité soigneusement sélectionnées. Le modèle résultant produit des images haute fidélité et visuellement attrayantes. Meta a vanté la vitesse d’Emu, Mark Zuckerberg soulignant que le modèle génère des images « rapidement » par rapport à ses concurrents – affirmant qu’il peut créer du contenu en seulement cinq secondes.

    Meta a lancé un site web autonome et gratuit de génération d'images d'IA, « Imagine with Meta AI », basé sur son modèle de synthèse d'images Emu. Auparavant, la version de Meta de cette technologie - utilisant les mêmes données - n'était disponible que dans les applications de messagerie et de réseaux sociaux telles qu'Instagram.

    Mais d'où proviennent ces images ?

    Chris Cox, chef de produit chez Meta, a déclaré au Tech Summit de Bloomberg qu'il utilisait des photos et des textes accessibles au public sur les plateformes pour entraîner son modèle de générateur de texte à image appelé Emu. « Nous ne nous entraînons pas sur des éléments privés, nous ne nous entraînons pas sur des éléments que les gens partagent avec leurs amis, nous nous entraînons sur des éléments publics », a-t-il déclaré.

    Le modèle texte-image de Meta peut produire « des images d'une qualité vraiment étonnante » car Instagram contient de nombreuses photos « d'art, de mode, de culture et aussi simplement des images de personnes et de nous », a ajouté Cox.

    Il s'agit d'un changement d'approche par rapport à d'autres entreprises d'IA puisque Meta a accès à une grande quantité de données d'images et de légendes grâce à ses services. D'autres modèles de synthèse d'images utilisent des images récupérées illicitement sur l'internet, des images sous licence provenant de bibliothèques d'images commerciales, ou une combinaison des deux.

    Si vous êtes sur Facebook ou Instagram, il est fort possible qu'une photo de vous (ou que vous avez prise) ait contribué à la formation d'Emu. D'une certaine manière, le vieil adage « Si vous ne payez pas pour cela, vous êtes le produit » a pris un tout nouveau sens. Bien qu'en 2016, les utilisateurs d'Instagram aient téléchargé plus de 95 millions de photos par jour, l'ensemble de données que Meta a utilisé pour former son modèle d'IA n'était qu'un petit sous-ensemble de sa photothèque globale.

    Étant donné que Meta affirme n'utiliser que des photos accessibles au public pour l'entraînement, le fait de rendre vos photos privées sur Instagram ou Facebook devrait empêcher leur inclusion dans l'entraînement futur du modèle d'IA de l'entreprise (à moins qu'elle ne modifie cette politique, bien sûr).

    À l'instar de Stable Diffusion, DALL-E 3 et Midjourney, Imagine with Meta AI génère de nouvelles images en se basant sur ce que le modèle d'IA « sait » des concepts visuels appris à partir des données d'entraînement. La création d'images à l'aide du nouveau site web nécessite un compte Meta, qui peut être importé à partir d'un compte Facebook ou Instagram existant. Chaque génération crée quatre images de 1280×1280 pixels qui peuvent être enregistrées au format JPEG. Les images comprennent un petit logo en filigrane « Imaginé avec l'IA » dans le coin inférieur gauche.

    « Nous avons été ravis d'entendre les gens nous expliquer comment ils utilisent imagine, la fonction de génération de texte à partir d'images de Meta AI, pour créer des contenus amusants et créatifs dans les chats », explique Meta dans son communiqué de presse. « Aujourd'hui, nous élargissons l'accès à imagine en dehors des chats, en le rendant disponible aux États-Unis à partir de imagine.meta.com. Cette expérience autonome pour les amateurs créatifs vous permet de créer des images avec la technologie d'Emu, notre modèle de fondation d'image ».

    Le modèle de Meta crée généralement bien des images photoréalistes, mais pas aussi bien que Midjourney. Il peut gérer des invites complexes mieux que Stable Diffusion XL, mais peut-être pas aussi bien que DALL-E 3. Il ne semble pas bien rendre le texte du tout, et il gère différents médias comme l'aquarelle, la broderie et le stylo-encre avec des résultats mitigés. Ses images de personnes semblent inclure une diversité d'origines ethniques. Dans l'ensemble, il semble être dans la moyenne de nos jours en termes de synthèse d'images par l'IA.

    Nom : imagine.png
Affichages : 5602
Taille : 344,7 Ko

    Les photographes n'ont guère le choix

    Pour de nombreux photographes, Instagram est la plateforme de médias sociaux la plus importante. Les sentiments de méfiance et d'indignation face à la manière dont les générateurs d'images par IA ont été construits sont largement ressentis dans la communauté créative, ce qui peut constituer une sorte de casse-tête pour les créateurs.

    Cox précise que Meta ne forme pas sur les photos provenant de comptes privés, mais qu'en général, les photographes ont besoin de comptes publics pour faire connaître leur travail et leur nom au monde entier. Il s'agit d'un outil de marketing très important.

    « Ce qui est le plus exaspérant lorsqu'on apprend qu'Instagram (Meta) récolte et exploite commercialement des centaines de milliers d'œuvres originales de photographes professionnels, pour leur programme GenAI “Imagine with Meta AI”, c'est qu'ils ne semblent pas du tout préoccupés par l'impact que cela a sur la communauté même des photographes et des créateurs d'images qui ont aidé à construire leur empire de médias sociaux visuels », explique Isabelle Doran de l'Association des photographes du Royaume-Uni.

    « Il semble que les œuvres créatives des photographes soient simplement là pour être prises, sans tenir compte des répercussions sur la communauté, et cela ressemble à de la pure cupidité d'entreprise. Avec Stable Diffusion, Midjourney, DALL-E et ImageFX, ces programmes de conversion de texte en image concurrencent désormais activement les photographes professionnels, supplantant des années de photographes, et les équipes avec lesquelles ils travaillent, qui cultivent leurs compétences et leur talent et investissent leur âme créative dans leurs œuvres.

    « C'est l'une des raisons pour lesquelles nous demandons la transparence sur les photographies protégées par le droit d'auteur qui sont récupérées, ingérées et utilisées par ces programmes, en plus de demander une autorisation d'utilisation et une compensation. Les grandes entreprises technologiques doivent jouer franc jeu et payer franc jeu ».

    En février dernier, Mark Zuckerberg, PDG de Meta, a clairement indiqué qu'il utilisait des images postées sur Facebook et Instagram pour entraîner les outils d'IA générative de l'entreprise.

    « Lorsque les gens pensent aux données, ils pensent généralement au corpus que vous pourriez utiliser pour former un modèle en amont », a déclaré Zuckerberg lors d'une conférence téléphonique sur les résultats. « Sur Facebook et Instagram, il y a des centaines de milliards d'images partagées publiquement et des dizaines de milliards de vidéos publiques, ce qui, selon nos estimations, est supérieur à l'ensemble de données Common Crawl, et les gens partagent également un grand nombre de messages textuels publics dans les commentaires sur nos services. »

    Conclusion

    L’utilisation de nos photos publiques pour former des modèles d’IA soulève des questions sur la confidentialité et l’éthique. Bien que Meta affirme n’utiliser que des photos disponibles publiquement, il est important de rester conscient de la manière dont nos données sont utilisées. En attendant, “Imagine with Meta AI” nous offre un aperçu fascinant de ce que l’IA peut accomplir en transformant des mots en images.

    Source : Meta AI

    Et vous ?

    Pensez-vous que Meta (anciennement Facebook) devrait être plus transparente sur la manière dont elle utilise les photos des utilisateurs pour former ses modèles d’IA ?
    Quelles mesures devraient être prises pour protéger la vie privée des utilisateurs tout en permettant le développement de technologies d’IA ?
    Est-il acceptable d’utiliser des photos publiques sans le consentement explicite des utilisateurs pour former des modèles d’IA ?
    Quelles sont, selon vous, les limites éthiques en matière d’utilisation des données personnelles dans le domaine de l’intelligence artificielle ?
    Pensez-vous que l’utilisation d’un modèle d’IA pour générer des images à partir de descriptions écrites pourrait affecter la créativité humaine ?
    Comment pouvons-nous préserver l’originalité artistique tout en exploitant les capacités de l’IA ?
    Existe-t-il des alternatives à l’utilisation de données personnelles pour former des modèles d’IA ?
    Comment pouvons-nous encourager les entreprises technologiques à adopter des pratiques plus éthiques en matière de collecte et d’utilisation des données ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #9
    Membre averti Avatar de Cortomatt
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Janvier 2011
    Messages
    37
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 49
    Localisation : France, Nord (Nord Pas de Calais)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2011
    Messages : 37
    Points : 418
    Points
    418
    Par défaut
    Il y a un formulaire pour refuser.
    Après à voir si ça va être respecté ^^'
    Musique et films playmobil en stopmotion : https://www.youtube.com/channel/UCeX...HZ4DicZiSrkpYQ

Discussions similaires

  1. Réponses: 5
    Dernier message: 31/08/2022, 12h01
  2. VB6: Récupération des meta d'une page HTML avec HTMLDocument
    Par Matounet dans le forum VB 6 et antérieur
    Réponses: 10
    Dernier message: 22/09/2011, 07h55
  3. [PHP-JS] Pb avec le header et meta
    Par lecail65 dans le forum Langage
    Réponses: 20
    Dernier message: 09/08/2006, 14h46
  4. Les meta balises avec des pages .asp
    Par zorba49 dans le forum ASP
    Réponses: 4
    Dernier message: 12/12/2005, 09h54
  5. [HTML] Balise META sur site avec Frame
    Par Nicos77 dans le forum Balisage (X)HTML et validation W3C
    Réponses: 6
    Dernier message: 01/12/2005, 13h15

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo