IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #141
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Janvier 2014
    Messages
    1 499
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2014
    Messages : 1 499
    Points : 5 686
    Points
    5 686
    Par défaut
    Citation Envoyé par ilyos Voir le message
    Article totalement à charge, non professionnel et avec un parti pris flagrant.
    Très décevant de la part de developpez.com
    Elabore stp ça a l'air marrant

    Donc tu trouves que c'est bien de virer 80% des employés, d'avoir changé le nom en X, de faire revenir les complotistes, d'empêcher les chercheurs de s'en servir, puis de dire aux annonceurs "d'aller se faire foutre ?"

    Je dirais le contraire, pour une Fois qu'un rédacteur à les c... de publier la vérité, ça change du reste du net plus ou moins chiant et merdique. De plus tu l'a même pas lu l'article sinon tu aurais pas écris ce ramassis de conneries, d’ailleurs ton message est vide de tout contenu utile, c'est juste une vomissure.

    Si tu l'avais lu, cet article comme tu dis n'est qu'une compilation d'articles déjà publiés et qui sont déjà publié dans le monde entiers par quasiment par tous les médias tout simplement, donc tout est exact.
    Je pense que tu as juste des actions de sociétés d'Elon Musk il n'y a pas d'autres explications pour une telle mauvaise foi.
    Ça me me fait penser à l'abruti qui venais défendre les escroqueries de Ponzi à la cryptomonnaie parce qu'il avais un portefeuille de cryptos, d'ailleurs on le voie plus depuis le scandale FTX, et que toutes les plateformes de cryto tombent les unes après les autres pour blanchiment et détournement de fond, il a disparu de la circulation, dommage j'aime bien les trolls
    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  2. #142
    Membre actif
    Femme Profil pro
    Développeur de jeux vidéo
    Inscrit en
    Décembre 2017
    Messages
    59
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 32
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur de jeux vidéo

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2017
    Messages : 59
    Points : 281
    Points
    281
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Le combat qu'il mène est extremement important pour la liberté d'expression.
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Les gens qui n'aiment pas ce qu'est devenu Twitter devraient se casser et fermer leur gueule, malheureusement beaucoup d'entre eux restent sur le site.
    Pick one. C'est assez désolant de voir comment on évolué tes opinions au fil des ans, bientôt tu vas à la fois revendiquer d'euthanasier les LGBT / les noirs / les juifs / autre, et nier que ces personnes sont en danger ?

  3. #143
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 576
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 576
    Points : 18 458
    Points
    18 458
    Par défaut
    Citation Envoyé par lsbkf Voir le message
    Pick one.
    Ce n'est pas contradictoire du tout, ça va dans le même sens.
    Ceux qui critiquent Twitter, n'aiment pas la liberté d'expression, ça les embête que des opinions qu'ils n'aiment pas ne soit pas censuré.
    Ce qui est illégal est toujours censuré (haine, violence, etc). Sinon il y aurait des procès et ça couterait à la plateforme.

    Citation Envoyé par lsbkf Voir le message
    nier que ces personnes sont en danger ?
    Ces personnes ne sont pas en danger.
    Enfin, peut-être que dans certains pays africains ou dans des pays du moyen orient ce n'est pas top d'être homosexuel, mais ça n'a aucun lien avec Twitter.
    Des noirs sont en dangers aux USA, parce qu'ils risquent de se faire tuer par d'autres noirs, mais ça ce n'est pas lié à Twitter non plus.
    Les critiques envers les juifs n'existent plus depuis 1945 dans les pays occidentaux. Peut-être qu'il y a des musulmans qui sont fâchés après certains juifs, à cause d'Israël qui réalise un génocide depuis plus de 70 ans.
    La politique israélienne créer de l'antisionisme, parce que ces gens là considère les musulmans comme des animaux.

    ============
    Ce que les gens n'aiment pas sur Twitter c'est que Tucker Carlson diffuse son émission et qu'elle fait plus d'audience que les émissions sur Fox News.
    Ou qu'il arrive à Elon Musk de faire des blagues sur des membres du parti démocrate.
    Les annonceurs qui ont arrêté d'acheter de la pub sur Twitter l'ont fait parce qu'ils partagent l'idéologie des démocrates US.

    C'est très bien Twitter quand quelqu'un dit une connnerie, il y a des lecteurs qui ajoutent un contexte.

    Par exemple :
    https://twitter.com/elonmusk/status/1733900953017872879
    An American YouTuber has been imprisoned for 5 years in Ukraine, and allegedly tortured, for making videos.
    This is not ok.
    Et après il y a le contexte qui dit :
    - "il n'y a pas de preuve qu'il a été torturé"
    - "il n'est pas en prison pour avoir critiqué Zelensky, mais parce qu'il a donné des informations sur des soldats ukrainiens"
    Avec des liens vers des medias mainstream.

    ====
    Et sinon Elon Musk s'est calmé au niveau des blagues, j'ai rien trouvé d'offensant.
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #144
    Membre éclairé
    Inscrit en
    Mai 2010
    Messages
    298
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Mai 2010
    Messages : 298
    Points : 877
    Points
    877
    Par défaut
    Il y a tellement rien qui va dans ton post.
    "«Les petites filles sont des punks»."

  5. #145
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 420
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 420
    Points : 197 151
    Points
    197 151
    Par défaut Elon Musk et la justice : les procès qui ont marqué l’année 2023 pour Twitter et X Corp.
    Les impressionnantes casseroles judiciaires d'Elon Musk de 2023 : il est attendu au tribunal pour les nombreux procès au sujet de Twitter désormais X
    et poursuit également le cabinet d'avocats qui l'a contraint à racheter Twitter

    Elon Musk, le milliardaire à la tête de Tesla, SpaceX et X Corp., n’est pas étranger aux affaires judiciaires. Depuis qu’il a racheté Twitter et l’a rebaptisé X, il a fait l’objet de plusieurs plaintes, certaines de sa part et d’autres contre lui. D'ailleurs, son histoire avec X/Twitter commence par un procès; Musk tentait alors de rompre un accord de fusion de 44 milliards de dollars et Twitter a intenté une action en justice qui n'a donné à Musk d'autre choix que de conclure l'accord. Voici un résumé des principaux procès impliquant Musk, son entreprise et ses tweets controversés.

    Musk poursuit le cabinet d'avocats qui a aidé Twitter à le contraindre à racheter l'entreprise

    Musk en voulait apparemment au cabinet d’avocats qui a aidé Twitter à le forcer à finaliser la fusion. En juillet, X Corp. a poursuivi Wachtell, Lipton, Rosen & Katz pour tenter de récupérer les 90 millions de dollars que Twitter avait versés au cabinet avant que Musk ne finalise l'acquisition.

    « Cette action en réparation équitable découle d'un effort de Wachtell visant à modifier fondamentalement ses modalités d'honoraires en tant que conseiller juridique au crépuscule de sa représentation de Twitter pour obtenir un paiement de bonus inapproprié en violation de ses obligations fiduciaires et éthiques envers son client », a affirmé la plainte intentée par X Corp., la société qui a succédé à Twitter. « Wachtell a exploité une entreprise cliente laissée sans protection par des fiduciaires boiteux qui avaient perdu leur motivation à agir dans le meilleur intérêt de Twitter en attendant sa vente imminente à Elon Musk et ses entités, X Holdings I, Inc. et X Holdings II, Inc. »

    Lorsque Musk a tenté de se retirer de son engagement d’acheter Twitter, la société a embauché Wachtell en juillet 2022 pour gérer le procès qui a finalement forcé Musk à finaliser la fusion. Musk a finalement honoré le contrat de fusion en octobre lorsqu’il est devenu évident qu’il perdrait probablement devant les tribunaux.

    L'accord Musk/Twitter a été conclu le 27 octobre. Wachtell aurait facturé à Twitter 90 millions de dollars pour plusieurs mois de travail, dont 84,3 millions de dollars ont été payés le jour de la clôture de la fusion. Les frais de 90 millions de dollars comprenaient des factures antérieures totalisant près de 18 millions de dollars, selon la plainte.

    « Conscient que personne ayant un intérêt économique dans le bien-être financier de Twitter ne s'occupait du magasin, Wachtell s'est arrangé pour remplir ses poches avec les fonds de la caisse enregistreuse de l'entreprise pendant que les clés étaient remises aux Parties d'Elon Musk [ndlr. les entités détenues par Elon Musk] », indique la plainte. La majeure partie de cet argent a été versée à Wachtell quelques heures avant la clôture de la fusion.

    Nom : un.png
Affichages : 1938
Taille : 58,7 Ko

    Poursuites pour factures impayées

    Alors que Twitter a payé la facture juridique de Wachtell avant que Musk ne puisse bloquer le paiement, des dizaines de poursuites allèguent que X a refusé de payer les factures dues à d'autres sociétés qui ont commencé à fournir des services à Twitter avant le rachat de Musk.

    Les poursuites ont été déposées par des éditeurs de logiciels, des propriétaires, des sociétés de planification d'événements, une compagnie de jets privés, un rénovateur de bureaux, des consultants et d'autres sociétés. Les poursuites ont aidé certaines entreprises à obtenir des paiements via des règlements, mais X a continué à lutter contre de nombreuses allégations.


    Le procès des ex-employés

    Les employés licenciés après la fusion se battent depuis un an pour obtenir une indemnité de départ de Musk. Une plainte en recours collectif déposée en novembre 2022 visait à obtenir des dommages-intérêts financiers, alléguant que les employés licenciés n'avaient pas reçu d'indemnités de départ ni le préavis requis par les lois fédérale et californienne sur les notifications d'adaptation et de recyclage des travailleurs (WARN).

    En janvier 2023, Twitter a remporté une décision d'un tribunal fédéral qui a contraint les plaignants à recourir à l'arbitrage, mais la société d'Elon Musk a ensuite refusé de payer sa part des frais d'arbitrage. Ce n'est qu'en septembre que X Corp. a accepté de négocier un règlement sur les demandes d'arbitrage d'environ 2 000 anciens employés.

    « Après 10 mois de pressions dans toutes les directions, nous avons réussi à amener Twitter à la table », écrivait à l'époque l'avocate Shannon Liss-Riordan dans une note adressée à ses clients. « Twitter veut jouer le rôle de médiateur avec nous dans une tentative globale de régler toutes les réclamations que nous avons déposées ».

    Depuis lors, il n'y a pas eu de progrès significatif dans les négociations, a déclaré Liss-Riordan le 18 décembre. « Il n'y a pas eu de résolution. Nous avançons avec notre douzaine de procès devant les tribunaux et environ 2 000 arbitrages individuels », a-t-elle déclaré. Le 22 décembre, un juge du tribunal de district américain du district nord de Californie a rejeté la requête de Twitter visant à rejeter une plainte pour rupture de contrat liée aux primes impayées des employés.

    Un autre recours collectif déposé en juin alléguait que X n'avait pas versé les primes promises aux employés actuels et anciens restés dans l'entreprise après l'acquisition de Musk. La requête de X visant à rejeter cette affaire est en cours.

    Dans une autre affaire encore, l'ancien PDG de Twitter, Parag Agrawal, et deux autres dirigeants licenciés par Musk ont poursuivi l'entreprise en justice en avril pour obtenir 1,1 million de dollars pour frais juridiques que X a refusé de rembourser. En octobre, la juge Kathaleen McCormick de la Cour de la chancellerie du Delaware a statué que l'entreprise de Musk devait payer les dépenses.

    Enfin, l'ancien responsable de la sécurité de Twitter, Alan Rosa, a poursuivi Elon Musk et X Corp. plus tôt ce mois-ci, alléguant qu'il avait été illégalement licencié pour s'être opposé aux fortes coupes budgétaires mises en œuvre peu après le rachat du réseau social par Musk. Rosa a déclaré qu'il avait tenté de résoudre ses réclamations par arbitrage, mais qu'il avait finalement intenté une action en justice parce que X « avait refusé de payer sa part des frais d'arbitrage malgré l'ordre du JAMS [Judicial Arbitration and Mediation Services] de le faire ».

    Woodfield, un ancien ingénieur réseau senior qui avait travaillé au bureau de Twitter à Seattle, allègue dans sa plainte que le Twitter de Musk (maintenant connu sous le nom de X) avait promis, puis n'avait pas payé son indemnité de départ, et, plus tard, a retardé le règlement alternatif des différends en ne payant pas les frais nécessaires pour avancer dans le système d'arbitrage JAMS.

    Selon le site Web de JAMS, « Pour les affaires bipartites, les frais de dépôt sont de 2 000 $ » et « Pour les affaires fondées sur une clause ou un accord requis comme condition d'emploi, l'employé n'est tenu de payer que 400 $. »

    Puisque JAMS a décidé que ces frais de base s’appliquaient à tous les niveaux aux 2 200 cas d’arbitrage de X, cela s’élèverait à environ 3,5 millions de dollars, et d’autres frais pourraient éventuellement suivre.

    Nom : deux.png
Affichages : 1485
Taille : 224,8 Ko

    Un procès en UE contre X en vertu du DSA

    Musk a également dû faire face à des actions en justice de la part de l’Union européenne, qui a mis en place de nouvelles lois sur les fausses informations et la propagande russe. En septembre, l’UE a adressé un avertissement à Musk pour qu’il se conforme à ces lois, après avoir constaté que X - anciennement connu sous le nom de Twitter - avait le taux le plus élevé de publications contenant de la désinformation de toutes les grandes plateformes de médias sociaux.

    Le Centre de lutte contre la haine numérique (CCDH) a publié un rapport suggérant que X (anciennement Twitter) ne parvient pas à supprimer les publications qui violent ses propres règles communautaires en matière de désinformation, d'antisémitisme, d'islamophobie et d'autres discours de haine. Les chercheurs de l’étude du CCDH ont signalé aux modérateurs X le 31 octobre 200 messages « haineux » sur la guerre entre Israël et le Hamas qui enfreignaient les règles de la plateforme, constatant que 98 % des messages restaient toujours en ligne après avoir accordé sept jours pour traiter les rapports.

    S'appuyant sur cette étude, l’UE a accusé X de ne pas faire assez pour vérifier la véracité des informations diffusées sur son réseau et de ne pas supprimer les comptes liés à des acteurs étrangers malveillants. L’UE a également reproché à X de ne pas coopérer avec les autorités nationales chargées de lutter contre la désinformation. En décembre, la Commission européenne a lancé une action en justice contre X en vertu de sa loi phare pour les plateformes en ligne, la loi sur les services numériques (DSA). La Commission a affirmé que X ne respectait pas ses obligations de retirer les contenus illégaux, tels que les discours de haine, l’incitation à la violence, la pornographie infantile et le terrorisme, de sa plateforme. La Commission a également reproché à X de ne pas fournir aux utilisateurs des informations suffisantes sur la manière dont il modère les contenus et de ne pas leur offrir des voies de recours efficaces en cas de suppression injustifiée de leurs publications.

    Musk poursuit Media Matters

    Musk a à plusieurs reprises blâmé des tiers pour les problèmes financiers de X, qui sont en grande partie dus au fait que les annonceurs ne veulent pas être associés à des contenus offensants et controversés qui étaient auparavant plus fortement modérés avant que Musk ne supprime le personnel de l'entreprise.

    L'une des baisses les plus importantes des dépenses publicitaires s'est produite après un rapport du 16 novembre de Media Matters selon lequel les publicités d'entreprise étaient placées « à côté de contenus vantant Adolf Hitler et son parti nazi ». X Corp de Musk a répondu en poursuivant Media Matters quelques jours plus tard, affirmant que le groupe « avait manipulé les algorithmes régissant l'expérience utilisateur sur X pour contourner les mesures de protection et créer des images des publications payantes des plus grands annonceurs de X à côté de contenus racistes et incendiaires ».

    La plainte a été déposée devant le tribunal de district américain du district nord du Texas. Il n’y a pas encore de mises à jour significatives sur l’affaire.

    X Corp. avait déjà intenté une action en justice similaire contre le Centre à but non lucratif pour contrer la haine numérique (CCDH), affirmant que le groupe « avait obtenu un accès inapproprié » aux données et avait « fait une sélection parmi les centaines de millions de messages publiés chaque jour sur X » afin « d'affirmer à tort qu'elle disposait d'un support statistique montrant que la plateforme est submergée de contenus nuisibles ».

    Le CCDC a déposé une requête pour rejeter le procès de X le 16 novembre, affirmant que ses actions constituaient « une activité de collecte d'informations en faveur des discours et des reportages protégés des accusés du CCDH ». La requête et l'affaire sont toujours en attente devant le tribunal de district américain du district nord de Californie.

    La SEC américaine intente un procès contre Elon Musk pour l'obliger à témoigner

    Tout comme Tesla, le réseau social anciennement appelé Twitter a été pris dans les batailles de longue date de Musk avec la Securities and Exchange Commission. La SEC a poursuivi Musk en octobre, affirmant qu'il avait refusé de comparaître pour une troisième série de témoignages dans le cadre d'une enquête visant à déterminer s'il avait violé les lois fédérales sur les valeurs mobilières avec ses achats d'actions Twitter en 2022.

    Musk a répondu en novembre en demandant au tribunal de bloquer l'assignation à comparaître de la SEC et a affirmé que l'agence le « harcelait ». Musk a rapidement perdu sa tentative d'éviter de témoigner, puisqu'une juge fédérale a déclaré ce mois-ci qu'elle rendrait une ordonnance obligeant Musk à témoigner si les parties ne s'entendaient pas sur la logistique de sa prochaine déposition.

    L'enquête se concentre en partie sur la façon dont Musk, avant d'acheter purement et simplement Twitter, a acquis une participation de 9 % dans la société et n'a pas divulgué cette participation dans les 10 jours, comme l'exige la loi américaine. La SEC a déclaré qu'elle enquêtait également sur les « déclarations et documents déposés par la SEC en 2022 concernant Twitter » de Musk et qu'elle avait acquis des milliers de documents sur lesquels elle souhaitait interroger Musk.


    Musk poursuivi pour diffamation

    Musk a été poursuivi pour diffamation début octobre par Benjamin Brody, 22 ans, dont le procès a déclaré que Musk avait amplifié de fausses allégations provenant « d'un compte Twitter anonyme d'extrême droite » qui accusait Brody d'être impliqué dans un groupe néo-nazi.

    « Dans un autre exemple de la série de calomnies d'Elon Musk, il a faussement déclaré au monde que Ben Brody avait participé à une violente bagarre de rue au nom d'un groupe extrémiste néo-nazi », indique la plainte. « Musk a également déclaré à tort que la participation présumée de Ben Brody à la bagarre extrémiste signifiait que l'incident était probablement une opération sous fausse bannière visant à tromper le public américain ».

    Le dossier de Brody contre Musk demande au moins 1 million de dollars et est en attente devant le tribunal de district du comté de Travis, au Texas.


    X n'a pas payé d'indemnités de départ. Plus de 2 200 anciens employés poursuivent l'ancien Twitter. Les frais d'arbitrage s'élèvent à plus de 3 millions de dollars, sans compter les indemnités
    X/Twitter est la plus grande source de désinformation, prévient Bruxelles. Un nouveau rapport suggère que la plateforme ne parvient pas à supprimer les publications qui violent ses propres règles

    Sources : La Commission adresse une demande d'informations à X au titre du règlement sur les services numériques, rapport de transparence Twitter DSA, Media Matters, CCDC

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?
    Rachat de Twitter par Elon Musk, bon deal, ego mal placé qui a conduit à un flop, ou est-il encore trop tôt pour décider ?
    Quel est la poursuite (contre Musk ou par Musk) qui vous intéresse le plus ? Dans quelle mesure ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #146
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    512
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 512
    Points : 9 419
    Points
    9 419
    Par défaut Twitter aurait perdu 72 % de sa valeur depuis qu'Elon Musk a racheté l'entreprise pour 44 milliards de dollars
    Twitter (aujourd'hui X) aurait perdu 72 % de sa valeur depuis qu'Elon Musk a racheté l'entreprise pour 44 milliards de dollars
    elle ne vaudrait désormais plus que 12,3 milliards de dollars

    Une nouvelle évaluation de la valeur de X d'Elon Musk montre qu'elle a connu une baisse vertigineuse depuis que le milliardaire a racheté la société fin octobre 2022. Les données fournies par Fidelity Investments, qui a participé à l'opération de rachat de Twitter inc. il y a un peu plus d'un an, indiquent que la valeur de la société a connu une baisse d'environ 72 % depuis l'acquisition. Musk a racheté Twitter pour 44 milliards de dollars, une opération considérée comme une mauvaise affaire, car la société valait nettement moins à l'époque. La valeur de X est en chute libre alors même que l'entreprise lutte pour conserver ses annonceurs et est plombée par une dette de 13 milliards de dollars.

    Cela fait juste un peu plus d'un an que Musk a privatisé la plateforme de médias sociaux anciennement connue sous le nom de Twitter, mais les données révèlent que la valorisation de l'entreprise a dégringolé de façon spectaculaire. Lorsque Musk a décidé début 2022 de racheter Twitter, de nombreux analystes ont averti que la société ne valait pas 44 milliards de dollars. Toutefois, après un bras de fer de plusieurs mois, au cours desquels Musk a tenté en vain de revenir sur sa proposition, il a fini par accepter l'accord, ce qui a fait de lui l'unique propriétaire de la plateforme de médias sociaux. Aujourd'hui, la gestion de Musk s'est avérée un véritable fiasco.

    La dernière évaluation de Fidelity concernant sa participation dans X implique que le réseau social vaut environ 72 % de moins que lorsque Musk a acheté la société en octobre 2022. Le fonds d'investissement (Blue Chip Growth Fund) de Fidelity détient une participation relativement faible dans X. Et une mise à jour mensuelle publiée par le fonds indique que la valeur de sa participation dans "X Holdings Corp." est tombée à 5,6 millions de dollars le 30 novembre 2023. La part du fonds dans X valait à l'origine 19,7 millions de dollars, mais les données montrent qu'elle a perdu environ deux tiers de sa valeur en avril 2023 et a baissé plus modestement depuis lors.


    Cela représente une baisse de 72 % par rapport à la valeur de la participation Fidelity au moment où Musk en a pris le contrôle. À moins que la société n'ait modifié sa participation dans X, l'annonce semble indiquer que la valeur de X dans son ensemble a également chuté de 72 %. En fait, la question est de savoir si Fidelity a vendu une partie de sa participation en novembre, mais la dernière baisse de valeur n'est pas surprenante étant donné les récentes controverses liées à Musk qui ont fait fuir les annonceurs de la plateforme. Ni Fidelity ni son fonds d'investissement n'ont communiqué à ce sujet. Musk et X n'ont pas non plus communiqué sur le sujet.

    Musk a payé 44 milliards de dollars pour prendre le contrôle de Twitter, rebaptisé X, fin 2022. Si l'entreprise dans son ensemble a également chuté de 72 % depuis son achat, cela signifie qu'elle vaut aujourd'hui environ 12,3 milliards de dollars, soit moins que les 13 milliards de dollars de dettes que Musk a contractées pour acheter la plateforme. Sur la base de la valeur des actions attribuées aux employés en octobre dernier, X était évalué à environ 19 milliards de dollars. Il s'agissait d'une chute de 55 % par rapport à la valeur initiale. Ce montant était en outre légèrement inférieur à l'estimation de 20 milliards de dollars faite par Musk lui-même début 2023.

    Depuis que Musk a privatisé le réseau social, la valeur et le chiffre d'affaires de l'entreprise sont plus difficiles à déterminer de l'extérieur. L'on ignore comment Fidelity est parvenu à cette nouvelle évaluation et également si elle reçoit des informations confidentielles de la part de l'entreprise. Selon certains analystes, Fidelity n'a pas nécessairement beaucoup d'informations, voire aucune, sur les performances financières de X, bien qu'il soit actionnaire de l'entreprise. D'autres actionnaires peuvent évaluer différemment leurs actions X. Mais il ne fait aucun doute que la baisse de la valeur de X pose un problème aux banques qui détiennent la dette de Musk.

    Les finances de X étaient déjà assez fragiles à la fin du mois d'octobre. Mais Musk a aggravé la situation à la mi-novembre en publiant une réponse favorable à un post qui critiquait une supposée "haine dialectique des juifs envers les blancs". Musk a été vivement critiqué et certains l'ont accusé d'être un antisémite. Dans la foulée, de nombreuses entreprises (Apple, Comcast/NBCU, Disney, IBM, etc.) ont mis en pause ou ont stoppé les publicités sur la plateforme. Musk a abordé la controverse sur l'antisémitisme lors d'une interview publique le 29 novembre, en disant aux annonceurs qui avaient retiré leurs publicités de X d'"aller se faire foutre".

    Musk avait promis aux annonceurs que l'entreprise ne deviendrait pas un "paysage infernal" une fois qu'il en aurait pris la direction. Quelques mois après son arrivée à la tête de la plateforme de médias sociaux, de nombreux rapports ont révélé que les discours haineux sur la plateforme avaient considérablement augmenté depuis le rachat. La société a eu du mal à retenir les annonceurs tout au long du mandat de Musk, en grande partie à cause de son approche de la modération du contenu. Musk a éliminé la plupart des employés de la société peu de temps après en être devenu le propriétaire. Une bonne partie de l'équipe de modération aurait été virée.

    L'exode des annonceurs est l'une des plus grandes menaces à la survie du site. Musk sait que si la tendance ne s'inversait pas, la plateforme pourrait s'effondrer. Les analystes estiment que cela représente un manque à gagner de plusieurs dizaines de millions de dollars pour X. En réalité, il a échoué à créer de véritables sources de revenus capables de garder la plateforme en vie sans la publicité. Sa stratégie consistait à délaisser la publicité au profit d'abonnements payants. Mais cela ne marche pas pour le moment, X est encore fortement dépendant de la publicité la PDG Linda Yaccarino a du mal à convaincre les annonceurs de revenir sur la plateforme.

    Pour l'instant, Musk n'a réussi à persuader que moins d'un pour cent des utilisateurs de X à souscrire un abonnement mensuel, dont les revenus annuels sont estimés à moins de 120 millions de dollars. Par ailleurs, X a également commencé à facturer aux nouveaux utilisateurs un dollar par an pour l'envoi de messages. « Depuis le 17 octobre 2023, nous avons commencé à tester "Not A Bot", une nouvelle méthode d'abonnement pour les nouveaux utilisateurs dans deux pays. Ce nouveau test a été mis au point pour renforcer nos efforts déjà considérables visant à réduire le spam, la manipulation de notre plateforme et l'activité des bots », explique X.

    Selon un communiqué de l'entreprise, cela permettra d'évaluer une mesure potentiellement puissante pour l'aider à lutter contre les bots et les spammeurs sur X, tout en équilibrant l'accessibilité de la plateforme avec le faible montant des frais. En attendant, le site est confronté à de nouvelles réglementations sur la modération des contenus, tant en Europe qu'aux États-Unis. En septembre, X a intenté un procès à la Californie pour tenter de bloquer la loi sur la modération de contenu (elle oblige les entreprises de médias sociaux à divulguer leurs politiques de modération de contenu), mais la semaine dernière, elle a perdu une décision clé dans l'affaire.

    Le juge de district William Shubb a rejeté l'argument de X selon lequel la loi violait le premier amendement. « Bien que l'obligation de déclaration semble imposer une charge de conformité substantielle aux entreprises de médias sociaux, il ne semble pas que cette exigence soit injustifiée ou indûment contraignante dans le contexte de la loi sur le premier amendement », a-t-il déclaré. Le juge s'est rangé du côté de la Californie, affirmant qu'il y a un intérêt gouvernemental substantiel à exiger des entreprises de médias sociaux qu'elles soient transparentes sur leurs politiques et pratiques de modération de contenu.

    Notons que Musk envisage depuis le début de faire de X une "application à tout faire" qui peut générer des revenus à partir de diverses fonctionnalités, notamment les achats, les paiements, les appels audio et vidéo, un service de recrutement et un fil d'actualité. Le réseau social de Musk vise à concurrencer des acteurs établis comme YouTube de Google, LinkedIn de Microsoft Corp. et PR Newswire de Cision.

    Bien que l'acquisition de Twitter semble être un véritable gâchis financier jusqu'à présent, l'immense fortune de Musk devrait lui permettre de s'en sortir, quelle que soit l'issue de l'opération. Alors qu'il finalisait l'achat, Musk a vendu d'importants lots d'actions Tesla. (Cette décision a ébranlé le marché à l'époque, mais l'action est revenue à des niveaux élevés au cours des derniers mois et le milliardaire est de nouveau en tête du classement des personnes les plus riches du monde.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la chute vertigineuse de la valeur de X ?
    Selon vous, la plateforme va-t-elle finir par s'effondrer ?
    Elon Musk a-t-il encore la capacité de redresser le réseau social ?

    Voir aussi

    La valeur de X tombe à 19 milliards de dollars, en baisse par rapport aux 44 milliards qu'Elon Musk a payés pour l'acquérir, tandis que l'entreprise est endettée et rencontre des difficultés

    2023, l'année où l'incompétence et la mégalomanie d'Elon Musk ont défoncé sauvagement Twitter, désormais en perdition et affublé du nom grotesque "X", la valeur de X a chuté de plus de 55 % en un an

    Les impressionnantes casseroles judiciaires d'Elon Musk de 2023 : il est attendu au tribunal pour les nombreux procès au sujet de Twitter désormais X

  7. #147
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 775
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 775
    Points : 5 704
    Points
    5 704
    Par défaut
    Twitter (aujourd'hui X) aurait perdu 72 % de sa valeur depuis qu'Elon Musk a racheté l'entreprise pour 44 milliards de dollars
    elle ne vaudrait désormais plus que 12 milliards de dollars
    Et alors?

    A part faire plaisir à tous les petits jaloux de notre planète qui se désolent toujours de la réussite des autres (une comportement caractéristique du français lambda: Aux USA, on rêve de devenir aussi riche que les riches. En France, on espère la ruine du riche pour qu'il devienne un smicard ), c'est une news qui n'a aucun intérêt.

    1. Musk a acheté Twitter pour augmenter son pouvoir personnel pas pour devenir plus riche. Dès lors que Twitter soit valorisé 100% de plus ou de moins lui importe peu.

    2. La valorisation d'une entreprise n'intéresse que le "boursicoteur" qui achète une action pour la revendre plus chère et en tirer bénéfice

    3. Le seul élément qui pourrait poser problème à Musk, ce sont les prêts qu'il a obtenu auprès de banques pour acheter Twitter. Est-ce que la valeur de Twitter a été utilisée comme garantis? Si oui, il va devoir compenser avec d'autres de ses avoirs.

  8. #148
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 576
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 576
    Points : 18 458
    Points
    18 458
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    (une comportement caractéristique du français lambda: Aux USA, on rêve de devenir aussi riche que les riches. En France, on espère la ruine du riche pour qu'il devienne un smicard )
    Ici ce n'est pas de ça qu'il s'agit.
    Même aux USA des gens sont extrêmement contents que ça passe mal pour Twitter.

    Ici il s'agit d'une question d'idéologie.
    - Elon Musk ne partage pas l'idéologie de Disney, d'Apple, Warner Bros, etc. (Les algorithmes ont été modifiés et maintenant Twitter n'est plus un outil de propagande)
    - Il arrive à Elon Musk de se moquer de Joe Biden et de son fils.
    - Il a redonné de la liberté d'expression à des gens qui ont été censurés de partout. (comme Trump par exemple)
    - Tucker Carlson fait plus d'audimat sur Twitter qu'à l'époque où il bossait chez Fox News.

    Par conséquent il a beaucoup d'ennemis extrêmement puissants qui se battent pour anéantir Twitter.
    Les ultra progressistes ne l'aiment pas, les démocrates ne l'aiment pas, les médias mainstream ne l'aiment pas. (liste non exhaustive)

    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    2. La valorisation d'une entreprise n'intéresse que le "boursicoteur" qui achète une action pour la revendre plus chère et en tirer bénéfice
    Ouais il faudrait voir si Twitter perd plus d'argent qu'avant, parce qu'ok il y a moins d'argent qui rentre, mais il y a également moins d'argent qui sort, puisque plein de gens ont été viré.
    Keith Flint 1969 - 2019

  9. #149
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 106
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 106
    Points : 3 391
    Points
    3 391
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    3. Le seul élément qui pourrait poser problème à Musk, ce sont les prêts qu'il a obtenu auprès de banques pour acheter Twitter. Est-ce que la valeur de Twitter a été utilisée comme garantis? Si oui, il va devoir compenser avec d'autres de ses avoirs.
    Ou le moment où il n'arrivera plus à payer le minimum pour le maintien de l'activité de Twitter (serveurs, employés, etc)
    Personnellement la mort de Twitter ne m'attristerais pas franchement mais il me semble présomptueux de parier là dessus, Musk a eu pas mal d'échec pour l'instant mais il reste quelques tours dans sa manche.
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Les algorithmes ont été modifiés et maintenant Twitter n'est plus un outil de propagande
    On est passé d'une propagande à une autre.
    On est passé de Disney à Fox News.
    Je trouve qu'il n'y a pas de quoi se réjouir, la merde a changé de couleur mais ça reste de la merde.
    La conception de Twitter en fait un porte voix pour débiles, quoi qu'on fasse des débiles y auront plus de voix que M. Toulemonde. De là Twitter ne sera jamais un environnement d'échange ou d'information sain.
    On peut s'en plaindre ou s'en réjouir, il est à peu près impossible de changer ça. Donc ça serait bien que Musk en fasse enfin quelque chose de différent.

  10. #150
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 576
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 576
    Points : 18 458
    Points
    18 458
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    On est passé d'une propagande à une autre.
    Maintenant c'est neutre.
    Il y a toujours les gens d'ultra gauche, ils sont toujours visibles.
    Keith Flint 1969 - 2019

  11. #151
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 420
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 420
    Points : 197 151
    Points
    197 151
    Par défaut Elon Musk, absolutiste de la liberté d'expression, censure X/Twitter en Inde suite à un ordre du gouvernement
    Elon Musk, l'absolutiste de la liberté d'expression, censure X/Twitter en Inde suite à un ordre du gouvernement,
    Accusé d'essayer de faire taire les voix dissidentes dans un pays démocratique

    La plateforme de médias sociaux X déclare avoir supprimé certains comptes et messages à la suite d'un ordre du gouvernement indien, qui, selon les médias locaux, serait lié aux manifestations en cours des agriculteurs réclamant des prix plus élevés pour leurs récoltes. La plateforme, anciennement connue sous le nom de Twitter, n'a pas fourni de détails sur les suppressions, mais a déclaré jeudi qu'elle n'était pas d'accord avec cette mesure et qu'elle revenait à restreindre la liberté d'expression.

    Cette action met à nouveau en lumière les difficultés rencontrées par les géants technologiques étrangers opérant en Inde sous le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi, qui a souvent critiqué Google, Facebook et X pour ne pas en faire assez dans la lutte contre ce qu'il appelle les faux contenus ou les contenus « anti-indiens ».


    Le ministère de l'électronique et des technologies de l'information (Meity) a finalisé lundi ses ordres de blocage d'urgence de 177 comptes et liens de médias sociaux liés aux manifestations d'agriculteurs afin de maintenir « l'ordre public ».

    Les ordonnances d'urgence ont été émises à la demande du ministère de l'intérieur la semaine dernière. Elles s'ajoutent aux ordonnances définitives émises le 14 février.

    Les deux séries d'ordonnances de blocage définitives - émises le 19 et le 14 février - sont des ordonnances provisoires conditionnelles et ont été émises pour la durée de l'agitation, après quoi les plateformes de médias sociaux peuvent rétablir la visibilité des comptes et des chaînes en Inde. Ce n'est pas la première fois que de telles ordonnances de blocage temporaire en vertu de l'article 69A sont émises lorsque les protestations font rage, a appris HT.

    De nombreux utilisateurs se sont plaints que leurs comptes de médias sociaux étaient bloqués ou soumis à des restrictions dans le pays. X a déclaré que sa position sur la question était cohérente avec le recours juridique en cours contre les ordonnances du gouvernement indien visant à bloquer le contenu.

    Les ordonnances de lundi ont été émises à l'encontre de 35 liens et 35 comptes Facebook, 14 comptes Instagram, 42 comptes Twitter, 49 liens Twitter, 1 compte Snapchat et 1 compte Reddit. Alors que les ordonnances visant Facebook et Twitter (désormais X) sont monnaie courante, il s'agit de la première ordonnance de blocage émise à l'encontre de Snap. Aucune ordonnance de blocage n'a été émise à l'encontre de chaînes ou de vidéos YouTube dans la dernière tranche.

    Plusieurs militants s'étaient déjà plaints de la suppression de leurs messages. Mohammed Zubair, utilisateur de X et journaliste indien, a écrit lundi que « de nombreux comptes X influents » de journalistes, d'influenceurs et d'éminents syndicalistes agricoles couvrant les manifestations d'agriculteurs en Inde avaient été « suspendus ».

    Mandeep Punia, un journaliste, a déclaré que son compte et celui de sa plateforme d'information - Gaon Savera - avaient été suspendus : « Nous sommes des journalistes professionnels couvrant l'Inde rurale. Nous faisons des reportages sur le terrain et le gouvernement ne veut pas de cela. Le gouvernement bloque notre voix, mais cela affecte également nos moyens de subsistance, nos moyens de gagner notre vie », a-t-il déclaré

    Dans sa clarification, la X a déclaré que les comptes et les postes étaient retenus uniquement en Inde « en conformité avec les ordonnances ». Elle a toutefois ajouté que la plateforme n'était pas d'accord avec l'action du gouvernement et a maintenu que « la liberté d'expression devrait s'étendre à ces messages » :

    Le gouvernement indien a émis des ordres exécutifs exigeant que X agisse sur des comptes et des messages spécifiques, sous peine de sanctions potentielles comprenant des amendes importantes et des peines d'emprisonnement.

    Conformément à ces ordonnances, nous bloquerons ces comptes et ces messages en Inde uniquement ; cependant, nous ne sommes pas d'accord avec ces mesures et maintenons que la liberté d'expression devrait s'étendre à ces messages.

    Conformément à notre position, une procédure d'appel contestant les ordonnances de blocage du gouvernement indien est toujours en cours. Nous avons également informé les utilisateurs concernés de ces mesures, conformément à notre politique.

    En raison de restrictions légales, nous ne sommes pas en mesure de publier les ordres exécutifs, mais nous pensons qu'il est essentiel de les rendre publics dans un souci de transparence. Ce manque de divulgation peut conduire à un manque de responsabilité et à des décisions arbitraires.
    Le principal parti d'opposition indien a critiqué le gouvernement pour cette mesure, l'accusant d'essayer de faire taire les voix dissidentes dans un pays démocratique. Jairam Ramesh, un législateur de ce parti, a déclaré dans un message sur X que cette décision représentait « l'assassinat de la démocratie en Inde ». Plusieurs groupes X ont également critiqué le gouvernement pour avoir fermé des messages critiques sur les médias sociaux.

    Nom : jairam.png
Affichages : 9219
Taille : 293,0 Ko

    Plusieurs syndicats agricoles indiens sont en grève depuis le 13 février pour obtenir un prix plancher, également appelé prix minimum de soutien, pour leurs cultures. Les manifestants ont tenté de se rendre à Delhi, la capitale de l'Inde, depuis les États voisins du Punjab, de l'Haryana et de l'Uttar Pradesh.

    Mais les autorités ont lourdement barricadé les frontières de la ville avec des fils barbelés et des blocs de ciment pour les en empêcher. Les États de l'Haryana et de l'Uttar Pradesh, dirigés par le parti au pouvoir, le Bharatiya Janata Party (BJP), ont déployé un grand nombre de policiers et de troupes paramilitaires pour empêcher les agriculteurs d'atteindre Delhi.

    Les militants affirment que les agriculteurs constituent un bloc électoral important en Inde et que le gouvernement ne veut pas d'un spectacle de protestation - avec des agriculteurs sur des tracteurs et d'autres véhicules - sur les routes de Delhi, en particulier avec les élections générales prévues dans les prochains mois.

    En 2020, les agriculteurs avaient entamé une protestation similaire et s'étaient retranchés aux frontières de Delhi pendant des mois, et le gouvernement ne veut pas que cela se reproduise.

    Le gouvernement a organisé plusieurs séries de discussions avec les syndicats pour mettre fin aux protestations, mais aucun consensus n'a encore été trouvé. Mercredi, un manifestant de 22 ans est mort lors d'un affrontement avec la police de l'Haryana. Les autorités de l'État du Pendjab ont déclaré que la cause du décès était une « blessure par balle à la tête ».

    X et le gouvernement de Narendra Modi

    Anciennement connu sous le nom de Twitter, X est en conflit juridique avec l'administration du Premier ministre Narendra Modi à propos de ce que New Delhi considère comme un non-respect des ordres de suppression de contenu.

    En juin, la Haute Cour du Karnataka a condamné la plateforme à une amende de 5 millions de roupies (55 775 euros) et a déclaré qu'elle ne s'était pas conformée à de nombreux ordres de blocage sans aucune explication plausible. Twitter a contesté cette décision auprès d'une instance supérieure de la Cour et a fait valoir que New Delhi pourrait s'enhardir à bloquer davantage de contenus et à élargir la portée de la censure.

    Dans son dossier de 28 pages, le ministère des technologies de l'information a déclaré que la contestation de X devait être rejetée, arguant que la société avait par le passé débloqué certains comptes - que le gouvernement avait ordonné de bloquer - sans qu'elle en soit informée. En agissant de la sorte, X a sapé « le rôle du gouvernement dans un système démocratique », ajoute le document.

    L'Inde et la X entretiennent des relations tendues depuis des années. Le conflit remonte à 2021, lorsque la plateforme de médias sociaux a refusé de bloquer certains comptes que New Delhi avait ordonné de supprimer, dans le cadre de manifestations d'agriculteurs contre la politique du gouvernement indien.

    Les autorités indiennes ont également demandé à la société de supprimer des contenus, notamment des comptes jugés favorables à un État sikh indépendant, des messages censés diffuser des informations erronées sur les manifestations d'agriculteurs et des tweets critiquant la gestion par le gouvernement de la pandémie de grippe aviaire COVID-19.

    La décision prise en juin à l'encontre de Twitter fait suite à une action en justice intentée par l'entreprise en 2022, avant que la plateforme de médias sociaux ne soit détenue par Musk, pour contester un grand nombre d'ordonnances de suppression de contenu prises par l'Inde.

    Sous l'égide de Musk, X poursuit depuis le mois d'août une action en justice contre cette décision.

    Source : X, Hindustan Times

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de la situation ?

    Voir aussi :

    Twitter bloqué en Indonésie depuis le changement de nom et de logo en X en vertu des lois du pays sur le porno
    Twitter est rebaptisé X : Elon Musk se débarrasse de l'oiseau qui accompagne le réseau social depuis ses débuts, mais la réaction du public est plutôt mitigée
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #152
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Septembre 2011
    Messages
    106
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2011
    Messages : 106
    Points : 150
    Points
    150
    Par défaut
    Il a toujours été dit que Twitter (X) respecterait les lois locales, je ne vois pas où est la news

  13. #153
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 106
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 106
    Points : 3 391
    Points
    3 391
    Par défaut
    Citation Envoyé par GATEN Voir le message
    Il a toujours été dit que Twitter (X) respecterait les lois locales, je ne vois pas où est la news
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    La plateforme, anciennement connue sous le nom de Twitter, n'a pas fourni de détails sur les suppressions, mais a déclaré jeudi qu'elle n'était pas d'accord avec cette mesure et qu'elle revenait à restreindre la liberté d'expression.
    L'information est que:
    1. Twitter a toujours dit qu'il respecterait les lois locales
    2. Twitter continue d'avoir une position pro liberté d'expression
    Ce qui l'oblige a faire des choses puis à les condamner, ce qui lui donne un ligne de conduite hypocrite.

  14. #154
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 420
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 420
    Points : 197 151
    Points
    197 151
    Par défaut Liberté d’Expression ou Liberté de Répression ? Un Aperçu de l’Interview de Don Lemon Avec Elon Musk
    Elon Musk explique pourquoi les discours haineux ne seront pas retirés de X : « Nous supprimons les choses si elles sont illégales ».
    Liberté d’expression ou liberté de répression ? Un aperçu de l’interview de Don Lemon avec Elon Musk

    Dans un monde où la liberté d’expression est de plus en plus débattue, l’interview récente entre Elon Musk et Don Lemon sur The Don Lemon Show a capturé l’attention du public. Elon Musk, le magnat de la technologie et PDG de SpaceX et Tesla, est connu pour ses prises de position tranchées sur les réseaux sociaux et ses opinions controversées. Don Lemon, ancien reporter de CNN, est reconnu pour son approche directe et sans détour des questions sociales et politiques. Musk a annulé le partenariat de Twitter/X avec Lemon quelques heures après l'enregistrement de l'interview.

    Don Lemon, l'ancien présentateur de CNN, a diffusé lundi le premier épisode du Don Lemon Show sur YouTube et les plateformes de streaming de podcasts, avec une interview controversée de Musk. Le propriétaire du X a affronté ce que beaucoup ont décrit comme une « épreuve explosive » qui a fini par coûter à Lemon son contrat avec l'application. Mais cela n'a pas empêché l'ancien journaliste de CNN de publier l'interview sur YouTube.

    La séquence vidéo montre que la discussion n'a pas été aussi cordiale qu'on l'aurait souhaité, Musk se fatiguant et s'énervant à plusieurs reprises lorsque des accusations ont été lancées contre lui.

    Il y a même eu un moment dans la conversation où Lemon a parlé du sujet controversé des discours haineux sur l'application et de la façon dont ils ont continué à croître depuis qu'il a pris en charge Twitter. Mais Musk a rejeté les statistiques et a indiqué que les études qu'il avait lues prouvaient le contraire. Le milliardaire de la technologie a clairement indiqué que sa position sur la liberté d'expression et la promotion de la diversité était sans équivoque depuis le premier jour et qu'il s'en tenait à ses positions.

    La drogue, les liens de Musk avec Donald Trump, les annonceurs qui fuient la plateforme

    Tout au long de leur échange, Lemon a soulevé des questions relatives à la consommation de drogues de Musk, à ses liens avec Donald Trump, aux annonceurs qui retirent leurs publicités de X, aux discours haineux sur l'application et à d'autres sujets que le milliardaire de la tech semblait juger gênants.

    Dix minutes après le début de l'entretien, à la suite d'une discussion sur les tendances politiques de Musk, Lemon a fait remarquer que le propriétaire de la X avait récemment rencontré Trump en Floride et lui a demandé de quoi ils avaient parlé. « J'étais à un petit-déjeuner chez un ami et Donald Trump est passé, c'est tout », a répondu Musk. Lorsque Lemon lui a demandé de confirmer qu'il ne s'était pas rendu en Floride pour rencontrer l'ancien président, Musk a balbutié : « Je suis allé chez un ami et il m'a dit : 'Donald Trump passe pour le petit-déjeuner, juste pour que tu le saches'. J'ai répondu : 'D'accord, très bien' ».

    Lorsqu'on lui a demandé de quoi lui et Trump avaient parlé, Musk est resté prudent : « Disons simplement que c'est lui qui a parlé le plus ». Il a ensuite confirmé que Trump ne lui avait pas demandé de dons pour sa campagne présidentielle et qu'il n'avait pas demandé à Musk de l'aider à payer ses frais de justice.

    Au cours de l'interview, Lemon a demandé si les tweets controversés de Musk, publiés tard dans la nuit, étaient écrits alors qu'il était sobre. L'entrepreneur a répondu qu'il ne buvait pas. Lemon a ensuite déclaré que Musk avait fumé de la marijuana avec Joe Rogan sur le podcast controversé The Joe Rogan Show et qu'il avait une prescription de kétamine.

    Lorsqu'on lui a demandé à quoi servait l'ordonnance de kétamine, Musk a d'abord refusé de répondre, en disant : « Je veux dire, c'est assez privé de demander à quelqu'un ce qu'il en est d'une ordonnance médicale ». Musk a ajouté : « Il y a des moments où j'ai un [...] état chimique négatif dans mon cerveau, comme la dépression ». Il a ensuite expliqué que la kétamine était « utile pour sortir d'un état d'esprit négatif ».

    « Pensez-vous qu'il vous arrive d'abuser [de la prescription] ? », a demandé Lemon. Musk a répondu : « Je ne pense pas. Si vous consommez trop de kétamine, vous ne pouvez pas vraiment travailler et j'ai beaucoup de travail ». Il a maintenu qu'il n'utilisait qu'une « petite quantité » du médicament « toutes les deux semaines ou quelque chose comme ça ».


    Qu'en est-il d'une « meilleure modération du contenu » ?

    Lorsqu'on lui a demandé si une « meilleure modération du contenu » sur X permettrait à Musk d'éviter d'avoir à répondre à des questions sur son soutien apparent à la théorie du grand remplacement, une théorie du complot qui prétend qu'il existe un complot visant à diminuer l'influence des Blancs, Musk a répliqué en disant qu'il n'avait pas à répondre aux questions des journalistes et qu'il n'avait accepté cette interview que parce que l'émission de Lemon était diffusée sur X.

    Lemon a également demandé à Musk s'il estimait qu'en tant que propriétaire de l'une des plus grandes plateformes de médias sociaux, il avait une quelconque responsabilité dans la modération de la plateforme. Musk a évité de répondre, soulignant plutôt que X dispose de notes communautaires pour lutter contre la désinformation.

    Lorsque Lemon a déclaré que Musk avait récemment qualifié la modération de « ceinture de chasteté numérique », Musk a répondu qu'il ne voyait qu'une responsabilité de « respecter la loi » et d'expliquer pourquoi les choses sont affichées sur X en fonction de son algorithme. Il a également nié que les discours de haine aient augmenté sur la plateforme depuis qu'il en est le propriétaire.

    Lemon a ensuite montré à Musk divers tweets antisémites qui restent sur X. « D'après votre propre politique de contenu, ces messages auraient dû être supprimés. Pourquoi ne l'ont-ils pas été ? », a demandé Lemon. Musk a répondu que les messages ne sont supprimés de X que « s'ils sont illégaux ». Il s'est défendu d'avoir encouragé les discours haineux, déclarant : « Si un contenu se trouve sur la plateforme, cela ne veut pas dire que nous l'encourageons ».

    Nom : don.png
Affichages : 4846
Taille : 439,1 Ko

    La liberté d'expression, la liberté de choisir

    Vers la fin de l'interview, la conversation est revenue sur la liberté d'expression sur X. Lemon a demandé quelle était la réponse de Musk aux annonceurs qui choisissaient de retirer leurs publicités de la plateforme. Le journaliste a souligné que les annonceurs sont libres de choisir où faire de la publicité. « En quoi cela ne relève-t-il pas de la liberté d'expression ? » a demandé Lemon à Musk.

    Musk a confirmé que les annonceurs sont libres de choisir la plateforme sur laquelle ils font de la publicité, ce qui a incité Lemon à s'enquérir davantage des commentaires du propriétaire du X : « Vous avez donc dit que s'ils tuent l'entreprise, c'est à cause d'eux. Mais la responsabilité ne s'arrête-t-elle pas à vous ? »

    « Don, choisissez vos questions avec soin, il reste cinq minutes », a répondu Musk. Il a expliqué qu'il avait acquis la plateforme pour « préserver la liberté d'expression en Amérique, le premier amendement ». Musk a ajouté : « Si cela signifie gagner moins d'argent, qu'il en soit ainsi ».

    L'été dernier, Musk a invité sur Twitter Lemon, Rachel Maddow et « d'autres personnes de gauche » à diffuser leurs émissions sur X. Il a assuré qu'ils « recevraient notre soutien total », car « la place publique numérique est pour tous ».

    En janvier, X a annoncé qu'elle avait conclu des accords pour des émissions exclusives animées par Lemon, l'ancienne députée Tulsi Gabbard et l'ancien animateur de Fox Sports et personnalité de la radio sportive Jim Rome.

    « Je vous ai entendus... et aujourd'hui je suis de retour, plus grand, plus audacieux, plus libre », a écrit Lemon sur X à l'époque. « Le premier projet de ma nouvelle société de médias est le Don Lemon Show. Il sera accessible à tous, facilement, quand et où vous le souhaitez, en streaming sur les plateformes où se déroulent les conversations. Et vous le trouverez d'abord sur X, le plus grand espace de liberté au monde. Je sais aujourd'hui plus que jamais que nous avons besoin d'un lieu pour des débats et des discussions honnêtes sans les surveillants. Ce n'est que le début, alors restez à l'écoute ».

    Conclusion

    L’interview a été diffusée sur la chaîne YouTube de Don Lemon et devait marquer le début d’une série d’entretiens exclusifs sur la plateforme X. Cependant, peu après l’enregistrement de l’interview, Musk a annulé l’émission de Lemon, mettant fin à leur brève collaboration.

    Cet entretien entre deux personnalités publiques influentes soulève des questions importantes sur la liberté d’expression à l’ère numérique et le rôle des plateformes de médias sociaux dans la modération du contenu. Alors que Musk défend une approche libérale de la liberté d’expression, affirmant que « si ce n’est pas illégal, nous ne le retirerons pas », Lemon met en évidence les défis et les responsabilités associés à la gestion d’une plateforme où les discours de haine et les théories du complot peuvent se propager rapidement.

    L’interview complète est disponible pour le visionnage et continue de susciter des discussions animées parmi les spectateurs et les commentateurs. Elle représente un moment clé dans le débat sur la liberté d’expression et la censure, et ses répercussions se feront sentir bien au-delà de l’entretien lui-même

    Source : interview (vidéo dans le texte)

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur la position d’Elon Musk concernant la liberté d’expression sur les plateformes de médias sociaux ?
    Pensez-vous que les plateformes comme X (anciennement Twitter) devraient avoir une politique de modération du contenu plus stricte ?
    Comment les plateformes de médias sociaux peuvent-elles équilibrer la liberté d’expression avec la responsabilité de limiter la propagation des discours de haine et des théories du complot ?
    Quel impact pensez-vous que les opinions publiques de figures influentes comme Elon Musk ont sur la société en général ?
    La suppression de l’émission de Don Lemon par Elon Musk après leur entretien vous semble-t-elle justifiée ou problématique ? Pourquoi ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #155
    Futur Membre du Club
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    6
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Haute Garonne (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 6
    Points : 7
    Points
    7
    Par défaut
    Petit rappel sur ce qu'on entend par liberté d'expression aux States citée dans le premier amendement: c'est la garantie que l'Etat ne vous réprimera pas pour l'expression de vos opinions ou idées, à l'exception de certains points précis établis par la jurisprudence des diverses courts américaines (cela va de l'incitation à commettre des crimes à la promotion de drogues illicites pendant un évennement scolaire). En revanche pour toute entité privée et/ou non gouvernementale, c'est open bar, vous pouvez ficher les gens pour leurs opinions, ou leur refuser vente et services si vous n'aimez pas ce que quelqu'un pense. D'où la tentation quand on fait partie du pouvoir étatique de sous-traiter le plus possible la répréssion des idées au secteur privé quand vous avec les mains liées par une constitution quasi-inviolable sur le sujet. Musk voit sa plate-forme comme l'équivalent d'une place publique en ligne, et souhaite rester fidèle à l'esprit de la Constitution.

  16. #156
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 576
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 576
    Points : 18 458
    Points
    18 458
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Pensez-vous que les plateformes comme X (anciennement Twitter) devraient avoir une politique de modération du contenu plus stricte ?
    Évidemment que non.
    Il faut juste modérer ce qui est illégal, le reste est bon.
    Sinon c'est orienté, il y a un tri "cette idée est promue" / "cette idée est cachée" et c'est horrible.

    =====
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    « Pensez-vous qu'il vous arrive d'abuser [de la prescription] ? », a demandé Lemon. Musk a répondu : « Je ne pense pas. Si vous consommez trop de kétamine, vous ne pouvez pas vraiment travailler et j'ai beaucoup de travail ». Il a maintenu qu'il n'utilisait qu'une « petite quantité » du médicament « toutes les deux semaines ou quelque chose comme ça ».
    Ça c'est les USA.
    T'as un état chimique négatif dans le cerveau et hop on te prescris de la Kétamine à prendre toutes les 2 semaines.

    J'ai vu des docteurs US qui faisaient la promotion de la Thérapie de Remplacement de la Testostérone, en gros ça permet à des hommes d'avoir le même taux de testostérone qu'à l'adolescence. Les patients sont contents, ils ont plus d'énergie, ils ont plus confiance en eux. Je trouve cette pratique bizarre.
    Si t'as 70 ans et que t'es bientôt foutu c'est peut-être pas si mal. Mais sinon ça craint, ça doit pas être le genre de traitement facile à arrêter.
    Keith Flint 1969 - 2019

  17. #157
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 106
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 106
    Points : 3 391
    Points
    3 391
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Elon Musk explique pourquoi les discours haineux ne seront pas retirés de X : « Nous supprimons les choses si elles sont illégales ».
    Liberté d’expression ou liberté de répression ? Un aperçu de l’interview de Don Lemon avec Elon Musk
    Musk a annulé le partenariat de Twitter/X avec Lemon quelques heures après l'enregistrement de l'interview.
    Voici la notion de liberté d'expression et la politique associée par Musk.
    Tu le critiques il essaye de te faire taire.
    Merci pour la démonstration Musk.
    Visiblement son ego a plus de pouvoir que son idéologie.
    Alors que Musk défend une approche libérale de la liberté d’expression, affirmant que « si ce n’est pas illégal, nous ne le retirerons pas »
    Don l'émission de Lemon est illégale?

    Quelle est votre opinion sur la position d’Elon Musk concernant la liberté d’expression sur les plateformes de médias sociaux ?
    Quelle position? Celle qu'il annonce ou celle qu'il réalise?
    La première est utopiste, la deuxième est dictatoriale, ce qui fait de lui un hypocrite.
    Pensez-vous que les plateformes comme X (anciennement Twitter) devraient avoir une politique de modération du contenu plus stricte ?
    Je penses que Twitter est le royaume du shit post. Dès lors en attendre quoi que ce soit est illusoire.
    Par contre je penses que la politique de modération ne devrait pas être à géométrie variable. Mais elle l'était déjà avant visiblement. Elle ne favorise juste plus les même personnes.
    Comment les plateformes de médias sociaux peuvent-elles équilibrer la liberté d’expression avec la responsabilité de limiter la propagation des discours de haine et des théories du complot ?
    Est ce leur rôle?
    Si oui, ont elles intérêt de le faire?
    Quel impact pensez-vous que les opinions publiques de figures influentes comme Elon Musk ont sur la société en général ?
    Elon Musk est un expert de la communication.
    Il est perpétuellement sur le devant de la scène, son discours infuse donc naturellement sur la société. Le tout catalysé par des media qui se nourrissent de ça, qu'ils l'encouragent ou le condamnent.
    Nous sommes dans une période où ce que l'on dit ou dit qu'on fait a plus d'importance que la réalité ou ce que l'on fait. Musk est donc l'un des puissant de ce monde.

  18. #158
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 576
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 576
    Points : 18 458
    Points
    18 458
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Est ce leur rôle?
    Si oui, ont elles intérêt de le faire?
    Google, Meta, etc, utilisent leur algorithmes pour faire de la promotion de leur idéologie.

    En plus de gagner de l'argent, les entreprises poussent leurs idées.
    Par exemple ces entreprises n'aiment pas Trump.
    Donc il est beaucoup plus facile de trouver du contenu anti Trump que du contenu pro Trump.

    La réalité statistiques est altérée.
    Quelque part Google et Meta sont dangereux pour la démocratie. Un peu comme les instituts de sondages.
    Keith Flint 1969 - 2019

  19. #159
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 420
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 420
    Points : 197 151
    Points
    197 151
    Par défaut Selon les analystes, de moins en moins de personnes utilisent la plateforme X d'Elon Musk
    Selon les analystes, de moins en moins de personnes utilisent la plateforme X d'Elon Musk, qui peine à attirer et à retenir les utilisateurs
    Comment la gestion de Musk influence la popularité de la plateforme

    Selon des analystes, la plateforme sociale X, autrefois connue sous le nom de Twitter et acquise par le milliardaire technologique Elon Musk, connaît une baisse significative de son utilisation. Les données récentes indiquent que le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens est en déclin, tant aux États-Unis qu’à l’échelle mondiale. Les analystes suggèrent que le déclin de X pourrait être attribué à la frustration des utilisateurs face au contenu flagrant, aux problèmes techniques généraux de la plateforme et à la menace croissante des plateformes de vidéos courtes.

    Le nombre de personnes utilisant quotidiennement X est en baisse, plus d'un an après que le milliardaire de la technologie Elon Musk a racheté l'application anciennement connue sous le nom de Twitter.

    Les données de deux cabinets d'études et les chiffres publiés par Musk et X suggèrent une détérioration de la situation de X selon certains indicateurs. Musk l'a présentée comme la « place publique » du monde, mais en termes de nombre d'utilisateurs, elle reste loin derrière ses rivaux des médias sociaux axés sur la vidéo, tels qu'Instagram et TikTok.

    En février, la plateforme comptait 27 millions d’utilisateurs actifs quotidiens sur son application mobile aux États-Unis, soit une diminution de 18 % par rapport à l’année précédente. Depuis novembre 2022, premier mois complet de la propriété de Musk, la base d’utilisateurs américains a été stable ou en baisse chaque mois, avec une réduction totale de 23 % depuis cette période, selon Sensor Tower, une société d'intelligence économique basée à San Francisco.

    À l’échelle mondiale, la situation n’est guère plus reluisante. Le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens sur l’application mobile a chuté à 174 millions en février, marquant une baisse de 15 % par rapport à l’année précédente. À l’exception d’une légère augmentation en octobre, la base d’utilisateurs mondiale a été stable ou en baisse chaque mois depuis le début de la direction de Musk.

    Une tendance qui n'est pas observée sur les bases d'utilisateurs de médias sociaux concurrents

    Cette tendance décroissante contraste avec les modestes augmentations des bases d’utilisateurs mondiales d’autres applications de médias sociaux durant la même période, avec Snapchat en hausse de 8,8 %, Instagram de 5,3 %, Facebook de 1,5 % et TikTok de 0,5 %. Ces applications ont toutes connu des baisses aux États-Unis, mais aucune n’a été aussi marquée que celle de X.

    X a connu « la baisse la plus importante du nombre d'utilisateurs actifs par rapport à ses pairs », a écrit Abe Yousef, analyste principal chez Sensor Tower, dans un rapport de recherche. « Cette baisse du nombre d'utilisateurs actifs de l'application mobile X peut être due à la frustration des utilisateurs face à des contenus flagrants, à des problèmes techniques généraux de la plateforme et à la menace croissante des plateformes de vidéos de courte durée », a-t-il continué.

    Sous la direction de Musk, X a assoupli les règles de modération des contenus qui limitaient auparavant les contenus haineux. Musk a accueilli à nouveau sur la plateforme certains utilisateurs que l'ancienne direction de Twitter avait bannis. En décembre, il a rétabli les comptes du théoricien du complot Alex Jones et de son site web Infowars, puis a organisé un événement public uniquement audio avec Jones.

    Dans une interview controversée publiée au courant de la semaine, lorsqu'il lui a été demandé si une « meilleure modération du contenu » sur X permettrait à Musk d'éviter d'avoir à répondre à des questions sur son soutien apparent à la théorie du grand remplacement, une théorie du complot qui prétend qu'il existe un complot visant à diminuer l'influence des Blancs, Musk a répliqué en disant qu'il n'avait pas à répondre aux questions des journalistes et qu'il n'avait accepté cette interview que parce que l'émission de Lemon était diffusée sur X.

    Lemon a également demandé à Musk s'il estimait qu'en tant que propriétaire de l'une des plus grandes plateformes de médias sociaux, il avait une quelconque responsabilité dans la modération de la plateforme. Musk a évité de répondre, soulignant plutôt que X dispose de notes communautaires pour lutter contre la désinformation.

    Lorsque Lemon a déclaré que Musk avait récemment qualifié la modération de « ceinture de chasteté numérique », Musk a répondu qu'il ne voyait qu'une responsabilité de « respecter la loi » et d'expliquer pourquoi les choses sont affichées sur X en fonction de son algorithme. Il a également nié que les discours de haine aient augmenté sur la plateforme depuis qu'il en est le propriétaire.


    X affirment que le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens dans le monde est supérieur aux données de Sensor Tower, mais cela représente toujours une baisse

    X a déclaré dans un message lundi que le nombre mondial est plus élevé que ce que montrent les données de Sensor Tower, avec 250 millions de personnes utilisant X chaque jour dans le monde. Cela représenterait tout de même une baisse par rapport au moment où Musk a acheté l'application.

    Musk a déclaré en 2022 qu'à peu près au moment où il a conclu l'achat fin octobre, Twitter comptait environ 258 millions « d'utilisateurs actifs quotidiens monétisables », la mesure utilisée par l'entreprise à l'époque.

    Sur une base mensuelle, X compte 550 millions d'utilisateurs, selon l'entreprise. Ce chiffre représente une croissance de 1,5 % depuis juillet, lorsque Musk a déclaré que X comptait 542 millions d'utilisateurs mensuels.

    Nom : new.png
Affichages : 43353
Taille : 41,9 Ko

    Sensor Tower définit un utilisateur actif quotidien comme une personne ayant « enregistré une session d'une durée d'au moins deux secondes, une fois dans la journée ». Elle affirme que ses données proviennent d'un panel de consommateurs qui donnent accès à leurs informations en échange de l'utilisation d'autres applications, notamment des applications qui mesurent le temps passé devant l'écran.

    Selon Sensor Tower, les annonceurs ont également quitté X. En effet, depuis octobre 2022, ce sont désormais 75 des 100 plus gros annonceurs américains qui ont cessé de dépenser de l'argent pour la publicité.

    La goutte d'eau qui a fait déborder le vase ?

    L'exode s'est accéléré à la fin de l'année dernière. Le propriétaire de X, Elon Musk, a suscité l'indignation en approuvant une publication sur X/Twitter qui disait :

    Les communautés juives prônent le type exact de haine dialectique contre les Blancs qu’elles prétendent vouloir que les gens cessent d’utiliser contre eux.

    Je suis profondément désintéressé de donner la moindre connerie maintenant sur les populations juives occidentales qui se rendent compte de manière inquiétante que ces hordes de minorités qui soutiennent l'inondation de leur pays ne les aiment pas vraiment trop.

    Vous voulez que la vérité vous soit dite en face, la voilà.
    À ce message, Musk a répondu : « vous avez dit la vérité », le message a été consulté plus de 7 millions de fois.

    L'échange a suscité une telle controverse qu'un porte-parole de la Maison Blanche, Andrew Bates, a publié une déclaration condamnant le message d'Elon Musk : « Il est inacceptable de répéter le mensonge hideux derrière l'acte d'antisémitisme le plus meurtrier de l'histoire américaine, encore moins un mois après le jour le plus meurtrier pour le peuple juif depuis l'Holocauste », a déclaré Bates, faisant référence à l'attaque surprise du Hamase contre Israël le 7 octobre.

    Dans la foulée, 164 rabbins et militants juifs ont renouvelé leur appel à Apple, Google, Amazon et Disney pour qu'ils cessent de faire de la publicité sur X, et pour qu'Apple et Google retirent l'application de Musk respectivement de l'App Store et du Play Store. De gros annonceurs de X ont répondu à cet appel en mettant en pause ou en stoppant les publicités sur la plateforme. Parmi les marques qui ont depuis cessé de faire de la publicité sur X figurent Apple, Comcast/NBCU, Disney, Warner Bros, IBM, Paramount, Lionsgate et la Commission européenne.

    « IBM a une tolérance zéro pour les discours de haine et la discrimination, et nous avons immédiatement suspendu toute publicité sur X pendant que nous enquêtons sur cette situation totalement inacceptable », a déclaré un porte-parole d'IBM.

    S'exprimant lors du DealBook Summit 2023 à New York, Elon Musk s'est moqué des annonceurs qui quittaient la plateforme en raison des messages antisémites qu'il y avait amplifiés. Musk échangeait avec le journaliste Andrew Ross Sorkin. Sorkin a demandé à Musk s'il essayait de récupérer les annonceurs qui avaient retiré les publicités de X après sa prise de parole sur la plateforme.

    « J'espère qu'ils arrêteront. Ne faites pas de publicité [sur X] », a déclaré Musk en réponse à la question de Sorkin (voir la vidéo).

    Perplexe, Sorkin a demandé : « Vous ne voulez pas qu'ils fassent de la publicité [sur X] ? »

    « Non », a répondu Musk. « Que voulez-vous dire ? » a demandé Sorkin.

    « Si quelqu'un essaie de me faire chanter avec de la publicité, ou avec de l'argent, qu'il aille se faire foutre », a déclaré Musk.

    Sorkin a répondu « mais » et s'est tu. Musk n’avait pas fini. « Allez vous faire foutre. C'est clair ? J'espère que ça l'est. Hé, Bob ! » a déclaré Musk, s'adressant apparemment au PDG de Disney, Bob Iger, qui avait précédemment déclaré lors de la conférence que la publicité sur X « n'était pas nécessairement une association positive » et que Disney « a donc décidé de retirer notre publicité ».


    Conclusion

    Ces derniers jours, Musk a exhorté ses 177 millions d'adeptes sur X à inciter davantage de personnes à se rendre sur la plateforme. Dimanche, il a publié des instructions sur la manière de partager des messages avec des amis, une fonction de base des médias sociaux.

    « Veuillez envoyer des liens de cette plateforme à vos amis qui sont encore induits en erreur par les médias traditionnels », a-t-il écrit dans un autre message dimanche.

    Nom : please.png
Affichages : 11873
Taille : 11,0 Ko

    La situation actuelle de X soulève des questions sur sa capacité à rester compétitive dans un paysage de médias sociaux en constante évolution, où la vidéo et l’engagement immédiat dominent. L’avenir de X, en tant que « place publique mondiale » autoproclamée, reste incertain face à ces défis.

    Source : SensorTower

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur la baisse d’utilisation de la plateforme X ?
    Pensez-vous que les changements apportés par Elon Musk ont eu un impact positif ou négatif sur la plateforme ?
    Comment évaluez-vous l’importance de la modération du contenu sur les réseaux sociaux ?
    Selon vous, quelles stratégies la plateforme X pourrait-elle adopter pour inverser cette tendance à la baisse ?
    Croyez-vous que la plateforme X peut encore concurrencer efficacement les autres réseaux sociaux ?
    Quel rôle jouent les plateformes de vidéos courtes dans la transformation du paysage des médias sociaux ?
    Avez-vous déjà cessé d’utiliser un réseau social ? Si oui, pour quelles raisons ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #160
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Architecte réseau
    Inscrit en
    Février 2024
    Messages
    17
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : Allemagne

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte réseau

    Informations forums :
    Inscription : Février 2024
    Messages : 17
    Points : 57
    Points
    57
    Par défaut
    Trainer sur les réseaux sociaux est un de mes plaisirs coupables. Mais de là à balancer mon nom et mon numéro de téléphone pour le faire, faut quand-même pas pousser !

    J'ai successivement arrêter de lire Twitter quand la création de compte est devenue obligatoire, puis nitter quand les changements d'API ont rendu son usage impossible.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 31/08/2023, 14h12
  2. Réponses: 7
    Dernier message: 28/01/2022, 16h43
  3. Réponses: 1
    Dernier message: 08/04/2019, 09h44
  4. Réponses: 95
    Dernier message: 28/11/2013, 11h12

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo