75 % des personnes risquent de subir un piratage en raison d'une mauvaise pratique en matière de mots de passe, selon une étude de Keeper Security

Une nouvelle étude sur les habitudes de plus de 8 000 personnes au Royaume-Uni, en France et en Allemagne montre que 75 % d'entre elles n'adhèrent pas aux meilleures pratiques largement acceptées en matière de mots de passe, ce qui les met en danger.

L'étude de Keeper Security montre que 64 % des personnes utilisent des mots de passe faibles ou répètent des variantes de mots de passe pour protéger leurs comptes en ligne. Plus d'un tiers des personnes interrogées admettent également qu'elles se sentent dépassées lorsqu'il s'agit de prendre des mesures pour améliorer leur cybersécurité.

"Afin d'analyser l'hygiène personnelle des gens en matière de cybersécurité, nous leur avons demandé à quel animal ils s'identifiaient en ce qui concerne leurs comportements en matière de cybersécurité", explique Darren Guccione, PDG et cofondateur de Keeper Security. "Avec plus d'une personne sur quatre se décrivant comme une autruche enfouissant sa tête dans le sable, négligente comme un taureau dans un magasin de porcelaine ou un opossum paralysé par la peur, l'industrie a manifestement encore beaucoup de travail à faire pour que davantage de personnes se sentent à l'aise avec la cybersécurité et soient par conséquent mieux protégées."

Nom : Steal_password.jpg
Affichages : 656
Taille : 66,2 Ko

L'étude révèle notamment que 30 % des personnes utilisent encore des mots de passe simples pour protéger leurs comptes numériques, tandis que 34 % admettent répéter des variantes du même mot de passe. Ces chiffres sont d'autant plus inquiétants que 39 % des personnes interrogées ignorent si elles ont été victimes d'une intrusion et que 32 % ne savent pas si leurs mots de passe sont disponibles sur le "dark web".

Alors que 41 % des personnes interrogées déclarent que la cybersécurité est trop difficile à comprendre, il semble que les générations plus âgées obtiennent de meilleurs résultats. 29 % des baby-boomers utilisent des mots de passe forts et uniques pour chaque compte, contre seulement 20 % des répondants de la génération Z. C'est d'ailleurs dans la génération Z que l'on trouve le pourcentage le plus élevé de personnes interrogées déclarant que la cybersécurité les dépasse.

Nom : password weakness.PNG
Affichages : 589
Taille : 29,5 Ko

Il existe également un fossé entre les sexes : 39 % des hommes se disent confiants dans la sécurité des mots de passe, contre 31 % des femmes.

"La gestion des mots de passe n'a pas besoin d'être complexe, écrasante ou difficile à comprendre, même avec un grand nombre de comptes numériques à sécuriser", déclare Craig Lurey, directeur technique et cofondateur de Keeper Security. "L'utilisation d'un gestionnaire de mots de passe est un moyen idéal pour tout le monde de se protéger. Outre la création et le stockage de mots de passe forts et uniques pour tous les comptes numériques, un gestionnaire de mots de passe peut offrir une protection contre les attaques de phishing et les liens malveillants, car il ne remplira pas les informations d'identification si l'URL ne correspond pas à ce qui se trouve dans le coffre-fort de l'utilisateur. Un gestionnaire de mots de passe peut également être associé à une surveillance du dark web afin que les utilisateurs puissent rester au courant de toutes les informations relatives à leur compte et prendre des mesures immédiates si les informations d'identification sont compromises."

Source : Keeper Security

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Trouvez-vous que cette étude de Keeper Security est objective et pertinente ?

Selon vous, quelle est l'importance de l'écart entre les hommes et les femmes en matière de confiance dans la sécurité des mots de passe ? Pensez-vous que des facteurs sous-jacents contribuent à cette différence ?

Voir aussi

Google déploie Passkey, une nouvelle option d'authentification marquant un pas vers un avenir sans mot de passe. Mais l'entreprise se garde bien d'en préciser les limites

Le gestionnaire de mots de passe open source Bitwarden lève 100 millions de $ et attire les regards des utilisateurs sur ses atouts, dans un contexte de débat sur la comparaison de diverses solutions

« 123456 » est encore le mot de passe le plus utilisé en France selon l'enquête « Top 200 des MdP les plus utilisés », il faudrait moins d'une seconde à un hacker pour le déchiffrer

Les mots de passe faibles permettent encore aux pirates de pénétrer dans les réseaux, 83 % des mots de passe compromis satisfont aux exigences des normes de conformité en matière de cybersécurité