La controverse autour de la politique de marque déposée de Rust a donné naissance au fork communautaire Crab Language,
qui promet d'apporter « toutes les fonctionnalités de mémoire sécurisée que vous aimez, maintenant avec 100 % de bureaucratie en moins ! »

Rust est un langage de programmation qui met l'accent sur la sécurité de la mémoire et la performance. Il a été créé par Mozilla en 2010 et est devenu populaire auprès des développeurs qui cherchent à écrire du code fiable et efficace. Rust a également une communauté active et passionnée qui contribue à son évolution et à son écosystème.

Cependant, Rust a récemment fait face à une controverse liée à sa politique de marque déposée. La Rust Foundation, l’organisation qui fournit un soutien financier et juridique au langage, a proposé de nouvelles règles sur l’utilisation du mot Rust et de son logo, qui incluaient la recommandation de ne pas utiliser « Rust » dans les noms des crates Rust, c’est-à-dire les paquets de code réutilisables. Par exemple, vulture-rs serait préféré à vulture-rust.

Ces changements ont provoqué une réaction négative de la part de nombreux membres de la communauté Rust, qui ont estimé que la politique était trop restrictive et nuisait à la créativité et à la promotion du langage. Certains ont même décidé de forker le langage sous le nom de Crab Language, en signe de protestation.

Crab Language

Crab Language se présente comme un fork communautaire de Rust, nommé d’après un type de champignon. Il prétend conserver toutes les fonctionnalités de sécurité mémoire que les utilisateurs aiment, mais avec 100 % moins de bureaucratie. Il permet également aux développeurs d’utiliser le nom, le logo et les autres actifs de Crab comme ils le souhaitent, sans les limitations imposées par une politique de marque déposée.

Le fork de la communauté Crab (ou "CrabLang") a été créé comme une réponse légère, mais mesurée aux préoccupations croissantes au sein de la communauté concernant l'influence des entreprises et la politique restrictive en matière de marques proposée par la fondation. Ce n'était pas une réaction instinctive, ni une tentative de semer la peur ou de semer la panique. Bien que le document rédigé par la fondation ait mené au fork, nous pensons qu'il s'agit d'une solution tardive à un problème qui existait déjà et qui résout certains problèmes que de nombreux membres de la communauté rencontrent depuis un certain temps.

Avant tout : CrabLang n'essaie pas de remplacer notre langage bien-aimé. Si vous êtes satisfait de la façon dont les choses se passent, nous vous encourageons à continuer d'utiliser le langage de votre choix. Notre objectif n'est pas de fracturer la communauté, mais plutôt de fournir une alternative à ceux qui partagent nos préoccupations et souhaitent avoir plus de liberté dans l'utilisation, la création et la promotion du langage sans se soucier des litiges associés à la contrefaçon de marque.

Nous reconnaissons et apprécions le travail acharné et le soutien financier que les entreprises ont fourni au projet initial. Nous comprenons l'importance de leurs contributions, mais nous croyons également qu'il est essentiel de maintenir un équilibre entre l'influence des entreprises et la volonté de la communauté. Le collectif CrabLang vise à fournir un espace où la communauté peut prospérer sans les contraintes imposées par les intérêts des entreprises.

Nous tenons à souligner que nous ne sommes pas en désaccord avec le projet ou le langage d'origine. Nous apprécions tout ce qu'ils font pour améliorer le langage, et la branche principale de notre fork continuera à rester à jour avec la base de code en amont. Notre objectif principal est de veiller à ce que la communauté dispose d'une alternative qui corresponde à ses valeurs et à son désir d'utilisation sans restriction.

Le fork de la communauté Crab est motivé par notre amour pour un langage nommé d'après un type de champignon. Nous voulons simplement l'utiliser tout en conservant la possibilité de créer du contenu et de promouvoir son nom, son logo et d'autres actifs comme bon nous semble, sans les limitations imposées par une politique en matière de marques. En offrant une alternative axée sur la communauté, nous espérons maintenir un esprit de collaboration, d'innovation et de liberté créative.

Avec notre passion commune pour la programmation, nous accueillons toute personne intéressée à se joindre à nous pour explorer le fork de la communauté Crab. Que vous soyez entièrement d'accord ou non avec nos préoccupations, nous croyons que la diversité de pensée et un engagement envers l'inclusivité ne feront que renforcer nos efforts collectifs.
Nom : crab.png
Affichages : 34448
Taille : 11,5 Ko

La réaction de la fondation Rust

La Rust Foundation a présenté ses excuses pour la confusion causée par sa proposition de politique de marque déposée et a déclaré qu’elle allait examiner attentivement les commentaires reçus. Elle a également affirmé qu’elle voulait protéger la marque Rust tout en encourageant son utilisation légitime et respectueuse.

Lors d'un entretien téléphonique, Ashley Williams, ancienne membre de l'équipe principale de Rust et première directrice exécutive et fondatrice de la Rust Foundation, a déclaré qu'elle considérait le fork plus comme une tactique de négociation que comme une tentative de créer un projet viable de langage alternatif à Rust.

« Je ne pense pas que les personnes qui en font partie soient des concepteurs de langage », a déclaré Williams. « Ils n'ont même pas fait de recherche et de remplacement complets sur le mot "Rust" dans le dépôt. Mais la communauté n'a pas beaucoup de recours dans des situations comme celle-ci, à part faire des gestes ridicules [pour dire] 'hé , nous voulons que vous interagissiez différemment avec nous' ».

Il n’est pas clair si Crab Language va devenir une alternative viable à Rust ou s’il s’agit simplement d’un geste symbolique pour exprimer le mécontentement de la communauté. Il est également possible que les deux projets finissent par se réconcilier et par collaborer à l’avenir. Ce qui est certain, c’est que Rust et Crab sont deux langages qui ont beaucoup en commun, mais aussi quelques différences qui font débat.

Le projet reçoit le soutien d'un allié de poids

Le créateur de Rust, Graydon Hoare, a exprimé son soutien aux objections de la communauté dans un fil de discussion, en réponse à un message du programmeur Andrew Gallant, un ancien membre de l'équipe de modération de Rust, qui a soutenu que la nouvelle politique n'était pas si différente de l'ancienne.

« Ouvrez-les côte à côte - anciens et nouveaux - et regardez ce qu'ils disent chacun sur, en particulier, les noms de packages, les noms de projets, les dépôts ou les sites Web utilisant le mot "Rust", ou des versions modifiées du logo utilisé pour les petits groupes ou projets », a écrit Hoare.

« Ce sont précisément les choses qui dérangent les gens, car elles sont toutes passées "d'acceptables" à "interdites" lors de la "clarification" de la politique. Et ce sont précisément des choses que tout le monde dans la communauté fait, et a faites, pendant des années : des millions de packages, de projets, de dépôts, de sites Web et de groupes utilisent les noms et le logo de cette façon, comme l'ancienne politique le prévoyait. La nouvelle politique leur dit à tous d'arrêter ».

Pour sa part, Bruce Perens a déclaré que les projets open source et les litiges concernant les marques remontent à longtemps.

« Debian a choisi comme logo officiel un tourbillon de "Magic Smoke" dessiné avec un chemin de stock fourni avec Adobe Illustrator, qui n'était donc pas unique et ne pourrait jamais être appliqué », a déclaré Perens. « Mozilla a déposé une marque de manière suffisamment restrictive pour que la communauté produise un nom non officiel pour Firefox et plus d'une distribution Linux l'a porté sous le nom de "IceWeasel" ».

« Le problème avec la politique de la marque Rust, qu'elle a encore aujourd'hui, est qu'elle va très loin de l'utilisation équitable qui est légalement autorisée. Les livres sur Rust auront toujours son nom dans leur titre, les produits commerciaux seront annoncés comme étant écrits en Rust, étant compatibles avec Rust ou compilés en Rust, mais la politique tente de refuser l'autorisation pour ces choses.

« Une politique de marque appropriée empêche les autres de déclarer que leur produit est Rust ou est approuvé par le titulaire de la marque de Rust. C'est vraiment tout ce que vous pouvez appliquer, donc il n'y a aucun sens dans une politique qui en demande plus ».

Quelques développeurs réagissent

Pour un développeur, l'un des objectifs que prétend viser CrabLang ne sera jamais atteint :

Ce fork promet « toutes les fonctionnalités sécurisées pour la mémoire que vous aimez, maintenant avec 100 % de bureaucratie en moins ! » Convaincant, jusqu'à ce que vous réalisiez que tous les commits sont des fusions automatiques de la branche principale de rust-lang/rust. Ce qui signifie que les mêmes équipes font le même travail, sous un nom différent.

Rust connaît des difficultés de croissance, car ils sont encore en train de trouver une structure de gouvernance qui fonctionne pour tout le monde. Ils veulent simultanément conserver la structure actuelle du développement ascendant où chaque équipe (compilateur, lang, crates.io, cargo) a l'autonomie de prendre des décisions pour elle-même, mais le projet dans son ensemble peut arriver à un consensus et parler d'une seule voix. C'est ce que cette RFC essaie de capturer. Mais le projet n'est pas encore là et fait ces faux pas frustrants dans l'intervalle. Le manque de transparence dans ces faux pas se manifeste comme une « bureaucratie » pour les étrangers comme nous.

Si Crab lang attirait réellement des personnes effectuant le véritable travail de développement, elles auraient exactement la même « bureaucratie » alors que les équipes essayaient de trouver comment établir un consensus et parler d'une seule voix. Le fait qu'ils n'aient pas de bureaucratie est une conséquence directe du fait qu'ils ne font aucun travail en ce moment. Pour autant que je sache, aucune des personnes de crab lang n'est impliquée dans la construction de Rust, donc ils ne sont peut-être pas au courant de cela.

Enfin, je tiens à noter que le commentaire le plus important dans ce fil blâme la Fondation, ce qui est tout simplement bizarre. La Fondation essaie très explicitement de rester à l'écart des décisions techniques et n'intervient pas dans l'organisation des équipes. Vous pouvez être en désaccord avec cette décision, mais c'est une caractérisation inexacte de les blâmer.
Ce à quoi un autre a répondu :

Cela a commencé spécifiquement en réaction à la position de Rust sur les marques, donc livrer exactement le même code avec un nom différent était le but.
Et un autre de rappeler que l'objectif de Crab n'est pas de remplacer Rust :

Je ne suis pas d'accord avec le sentiment général dans ce fil selon lequel il s'agit d'une décision immature inutile. Bien sûr, Crab ne remplacera certainement pas Rust, mais ce n'est pas le but.

L'objectif ultime est d'influencer les décisions des parties prenantes de Rust.

Cela ressemble à une grève où votre objectif ultime n'est pas de détruire l'entreprise ou de démissionner et de partir, mais d'obtenir de meilleures conditions. Dans les deux cas, cela fonctionne parfois et parfois pas et dans les deux cas, ce n'est pas parce que cela ne fonctionne pas que c'est un geste immature.
Sources : CrabLang (CrabLang, 2), Rust Foundation

Et vous ?

Quel est votre avis sur la politique de marque déposée de la Rust Foundation ?
Que pensez-vous de la réaction des développeurs qui ont forké Rust ? D'ailleurs, que pensez-vous de CrabLang ?
Avez-vous déjà utilisé Rust pour un projet personnel ou professionnel ?
Si oui qu'en avez-vous pensé ? Sinon, l'envisagez-vous ?
Que pensez-vous des approches de Crab comparées à Rust ?