IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

Le revenu de base universel nous sauvera-t-il de l'IA ? Oui, selon Sam Altman d'OpenAI

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 627
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 627
    Points : 201 152
    Points
    201 152
    Par défaut Le revenu de base universel nous sauvera-t-il de l'IA ? Oui, selon Sam Altman d'OpenAI
    Le revenu de base universel nous sauvera-t-il de l'IA ? Sam Altman d'OpenAI pense qu'il sera la réponse à d'énormes pertes d'emplois,
    avantages et les inconvénients d’un revenu garanti pour tous

    L’intelligence artificielle (IA) suscite de plus en plus d’inquiétudes quant à la disponibilité et à la sécurité des emplois. Cette nouvelle vague d’automatisation affecte un groupe différent de travailleurs et suggère la nécessité d’une nouvelle forme de réponse. Sam Altman, président d’OpenAI, croit que de nombreux emplois vont bientôt disparaître mais que le RBU (revenu de base universel) sera la solution. Il pense que l’IA va créer une abondance de richesses qui permettra à chacun de vivre confortablement sans travailler. D’autres visions du futur sont moins optimistes et mettent en garde contre les risques sociaux et économiques d’une telle politique.

    En novembre, OpenAI a lancé ChatGPT. Ce printemps, la société a dévoilé GPT-4, un programme d'IA encore plus puissant qui peut faire des choses comme expliquer pourquoi une blague est drôle ou planifier un repas en scannant une photo de l'intérieur du réfrigérateur de quelqu'un. Pendant ce temps, d'autres grandes entreprises technologiques comme Google et Meta se précipitent pour rattraper leur retard, déclenchant une soi-disant «course aux armements de l'IA» et, avec elle, la terreur que beaucoup d'entre nous, les humains, seront très rapidement jugés trop inefficaces pour être gardés au sein des entreprises.

    Par le passé, la technologie affectait les travailleurs peu qualifiés et à faible revenu qui se formaient par la suite pour occuper des emplois mieux rémunérés. Pourtant, une étude de Goldman Sachs indique que les dernières avancées en matière d'intelligence artificielle pourraient conduire à l'automatisation d'un quart du travail effectué aux États-Unis et dans la zone euro, exposant l'équivalent de 300 millions de travailleurs à temps plein dans les grandes économies à l'automatisation. Les avocats et le personnel administratif seraient parmi ceux qui risquent le plus d'être licenciés.

    La solution de Sam Altman à ce problème est le revenu de base universel (RBU), un revenu versé régulièrement par le gouvernement à un niveau uniforme à chaque adulte, quel que soit son statut d’emploi, son revenu ou sa richesse, pour fournir un filet de sécurité. « [...] une société qui n'offre pas suffisamment d'égalité des chances pour que chacun progresse n'est pas une société qui durera », a écrit Altman dans un billet de blog en 2021. La politique fiscale telle que nous l'avons connue sera encore moins capable de lutter contre les inégalités à l'avenir, a-t-il poursuivi. « Bien que les gens aient toujours des emplois, bon nombre de ces emplois ne créeront pas beaucoup de valeur économique dans la façon dont nous pensons à la valeur aujourd'hui ». Il a proposé qu'à l'avenir - une fois que l'IA « produirait la plupart des biens et services de base dans le monde » - un fonds pourrait être créé en taxant la terre et le capital plutôt que le travail. Les dividendes de ce fonds pourraient être distribués à chaque individu pour qu'il les utilise à sa guise - « pour une meilleure éducation, des soins de santé, un logement, la création d'une entreprise, peu importe », a écrit Altman.

    Le RBU assurerait donc la sécurité du revenu tout en créant des incitations à quitter les emplois mal rémunérés pour des options plus risquées mais potentiellement plus lucratives, comme le travail indépendant, l’entrepreneuriat ou la formation continue. Le climat d’innovation qui en résulte réduit la dépendance aux bas salaires et le besoin de concurrencer la technologie. Avec un revenu garanti qui ne dépend pas de la recherche d’emploi, les travailleurs ne prendront un emploi que s’ils le trouvent attrayant, ce qui diminue le déclassement et améliore leur pouvoir de négociation.

    Nom : sam.png
Affichages : 3486
Taille : 1,04 Mo
    Sam Altman

    Des essais du RBU ont déjà été mené

    Le RBU n'est pas nouveau. Des formes de celui-ci ont même été testées, y compris dans le sud de l'Ontario, où (dans des conditions spécifiques) il a produit des effets largement positifs sur la santé et le bien-être. Le RBU a également suscité un regain d'attention pendant la pandémie de COVID-19, l'accent étant mis sur le travail précaire à bas salaire, les pertes d'emplois et les programmes d'aide gouvernementale d'urgence. Récemment, dans le Wall Street Journal et le New York Times, Sam Altman a évoqué l'idée du RBU comme solution aux pertes d'emplois massives, le WSJ notant que l'objectif d'Altman est de « libérer les gens pour qu'ils poursuivent un travail plus créatif ». En 2021, Altman était plus précis, affirmant que l'IA avancée permettra aux gens de « passer plus de temps avec les personnes qui leur sont chères, de prendre soin des gens, d'apprécier l'art et la nature ou de travailler pour le bien social ». Mais des recherches et opinions récentes offrent une perspective différente, moins rose, sur cet avenir basé sur le RBU.

    Il pourrait être plus utile de considérer la proposition de RBU d'Altman comme une solution à la recherche d'un problème. Le concept aide Altman à définir sa vision de l'avenir comme un fait accompli, le RBU étant une sorte de point final que nous atteindrons inévitablement. Il est donc juste de se demander quel est le véritable objectif du RBU pour Altman. D'une part, cela présuppose une dynamique de pouvoir qui lui profite ainsi qu'aux autres grandes entreprises de la technologie existantes. D'autre part, cela élimine les options alternatives pour un monde futur.

    En réalité, le RBU peut même ne pas être nécessaire. Le récent document de travail d'OpenAI, auquel ont participé des chercheurs d'OpenResearch et de l'Université de Pennsylvanie, présente une image différente de l'avenir du travail. Oui, les emplois seront impactés, conclut le journal. Environ 80% de la main-d'œuvre américaine « pourrait voir au moins 10% de ses tâches professionnelles affectées par l'introduction des LLM (grands modèles de langage) », a révélé la recherche, avec jusqu'à 19% des travailleurs ayant au moins 50% de leurs tâches impactées.

    Mais combien ou combien peu sont affectés par l'introduction des LLM pourrait dépendre de votre travail. En effet, si votre travail est « fortement dépendant de la science et de la pensée critique », vous pourriez être moins exposé que si vous faites des choses comme l'écriture. En d'autres termes, malgré l'incertitude économique et du travail (et le chœur de peur entourant le discours actuel sur l'IA), les humains travailleront probablement encore un peu à l'avenir, simplement soutenus par des formes d'IA comme les LLM. Même dans ce cas, ont noté les chercheurs, le rythme et l'ampleur de l'intégration de l'IA dans l'économie dépendront du secteur et de facteurs tels que « la disponibilité des données, l'environnement réglementaire et la répartition du pouvoir et des intérêts ».

    Le pouvoir et les intérêts sont, bien sûr, ce qui est au cœur de l'idée du RBU tel qu'Altman l'a présentée en 2021 (un système dans lequel les masses ne sont que des actionnaires de la richesse générée par les méga-entreprises d'IA). La description d'Altman de ce que le RBU pourrait faire pour nous à l'avenir (libérer notre temps pour travailler sur l'art ou pour socialiser) est en contradiction avec la structure technocratique du monde qu'il décrit (dominé, comme il devrait l'être, théoriquement, par un petit nombre d'entreprises générant d'immenses profits). Dans ce scénario, ceux qui travaillent encore seraient vraisemblablement soumis à d'importants déséquilibres de pouvoir entre eux et leurs employeurs, comme le suggère la chercheuse australienne Lauren Kelly dans son article de 2022 sur l'avenir du travail, publié dans le Journal of Sociology. En fait, la façon dont Altman décrit l'avenir évoque quelque chose de plus actuel : les modérateurs de plateformes sociales. Dans ces rôles à bas salaire, souvent exécutés dans des conditions apparemment désastreuses, les travailleurs humains surveillent et corrigent les programmes d'IA conçus pour filtrer les contenus toxiques sur les plateformes de médias sociaux. De l'extérieur, les programmes d'IA semblent automatiques, intelligents et nuancés. En réalité, nous voyons les résultats du travail humain, appelé «*travail fantôme*» parce qu'il est invisible et inouï, caché derrière un voile d'émerveillement techno.

    D'ailleurs, récemment, ces travailleurs de l'ombre qui forment l'intelligence artificielle d'OpenAI ont témoigné.

    Le RBU est-il une réponse adaptée à l’automatisation menée par l’IA ?

    Il n’existe pas de réponse simple à cette question, car elle dépend de nombreux facteurs, tels que le rythme et l’ampleur du changement technologique, les effets sur la distribution des revenus et des opportunités, les préférences et les valeurs des individus et de la société, et les coûts et les bénéfices des alternatives possibles.

    Le RBU présente des avantages potentiels, tels que la réduction de la pauvreté et de l’insécurité économique, le soutien à l’innovation et à l’entrepreneuriat, la promotion de l’autonomie et de la liberté individuelles, et la simplification du système de protection sociale. Il présente également des inconvénients potentiels, tels que le coût fiscal élevé, le découragement du travail et de la productivité, la diminution de la solidarité sociale et de la responsabilité collective, et le risque d’inflation ou de stagnation.

    Le RBU n’est pas une solution miracle qui peut résoudre tous les problèmes liés à l’automatisation. Il doit être évalué en fonction de ses objectifs spécifiques, de ses modalités pratiques et de son contexte institutionnel. Il doit également être comparé à d’autres politiques qui peuvent répondre aux mêmes défis, telles que la garantie d’emploi, la réforme fiscale, la formation professionnelle, l’éducation ou la réglementation du marché du travail.

    L’avenir du travail à l’ère de l’IA est incertain et dépendra en grande partie des choix politiques que nous ferons. Le RBU est un choix possible, mais pas le seul ni le plus évident. Il nécessite un débat approfondi et informé qui prenne en compte les avantages et les inconvénients de cette proposition radicale.

    On ne sait pas à quel point Altman est sérieux dans la création de cet avenir soutenu par le RBU. Bien que cela ait été mentionné dans des interviews récentes, il n'a pas figuré de manière significative dans les plans d'OpenAI. En l'occurrence, la structure de «*bénéfices plafonnés*» d'OpenAI stipule que les bénéfices supérieurs à un certain montant appartiennent à son entité à but non lucratif. Lorsqu'on lui a demandé en janvier si OpenAI prévoyait de « prendre les recettes que vous présumez que vous allez gagner un jour et... l'offrir à la société », Altman a hésité. Oui, l'entreprise pourrait distribuer « de l'argent à tout le monde », a-t-il déclaré. Ou alors « nous [allons] investir tout cela dans une organisation à but non lucratif qui fait beaucoup de science ».

    Il ne s'est pas engagé de toute façon. Le plan RBU devra attendre, semble-t-il.

    Sources : NYT, WSJ, Sam Altman

    Et vous ?

    Que pensez-vous du revenu de base universel ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ?
    Les avantages l'emportent-ils suffisamment sur les inconvénients pour le mettre en place ?
    Qui payerait la facture ? L’État ou les entreprises ?
    Serait-ce un revenu accordé uniquement aux citoyens ou s'étendant aux résidents ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Expert confirmé Avatar de AoCannaille
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    1 418
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 1 418
    Points : 4 757
    Points
    4 757
    Par défaut
    Je me permet de me citer moi même sur le même sujet il y a deux ans; pour moi rien n'a changé.


    Sam Altman d'OpenAI : la richesse générée par l'IA permettra d'instaurer un revenu de base de 13 500 dollars par an,

    Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
    Même pas lu l'article, dans ses rêves au bougre. On nous promet la diminution du temps de travail grâce aux gains de productivité depuis le XVIII, la seule chose qu'on gagne, c'est une augmentation du temps de travail !

    Au moyen age, un paysan ne travaillait que 3j par semaine avec de grosses bourres aux recoltes, et faisait vivre sa famille de bien plus des 4 membres moyens actuels.

    En 1960, on atteint à nouveau l'idéal bourgeois, qui nous avait été retiré justement à cause de la révolution industrielle, c'est à dire que l'homme seulement a besoin de travailler, 48h par semaine, pour nourrir une famille avec 4 enfants en moyenne.

    Aujourd'hui deux personnes (70h de travail) sont nécessaire pour nourrir une famille de 4. L'"émancipation" de la femme n'a provoqué que sa soumission au capital, avec perte des repères familiaux à l'occasion.

    Pour être à qualité de vie équivalente et égalitaire de 1960, il faudrait que chaque parent travaille 24h/semaines max , on en est loin ! Entre temps, on a multiplié notre PIB par 60 (40 milliard d'euro en 1960, inflation prise en compte, à 2425 en 2019). Autant dire que notre productivité a été multiplié par prés de 30!
    Autrement dit, une travailleur de 2020 crée autant de richesse que 30 personne en 1960.
    Autrement dit, aujourd'hui, un travailleur devrait dégager un salaire 30 fois supérieur.

    Est-ce qu'au moins un peu de cette richesse supplémentaire produite nous revient ? bah non.

    Est-ce que ça va changer ? ça m'étonnerait fort fort fort...

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 688
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 688
    Points : 18 669
    Points
    18 669
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    La solution de Sam Altman à ce problème est le revenu de base universel (RBU), un revenu versé régulièrement par le gouvernement à un niveau uniforme à chaque adulte, quel que soit son statut d’emploi, son revenu ou sa richesse, pour fournir un filet de sécurité. « [...] une société qui n'offre pas suffisamment d'égalité des chances pour que chacun progresse n'est pas une société qui durera », a écrit Altman dans un billet de blog en 2021. La politique fiscale telle que nous l'avons connue sera encore moins capable de lutter contre les inégalités à l'avenir, a-t-il poursuivi. « Bien que les gens aient toujours des emplois, bon nombre de ces emplois ne créeront pas beaucoup de valeur économique dans la façon dont nous pensons à la valeur aujourd'hui ». Il a proposé qu'à l'avenir - une fois que l'IA « produirait la plupart des biens et services de base dans le monde » - un fonds pourrait être créé en taxant la terre et le capital plutôt que le travail. Les dividendes de ce fonds pourraient être distribués à chaque individu pour qu'il les utilise à sa guise - « pour une meilleure éducation, des soins de santé, un logement, la création d'une entreprise, peu importe », a écrit Altman.
    Les gens qui pensent que ce projet est réalisable m'exaspèrent…
    C'est beaucoup trop utopique pour exister dans le monde réel.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Le RBU assurerait donc la sécurité du revenu tout en créant des incitations à quitter les emplois mal rémunérés pour des options plus risquées mais potentiellement plus lucratives, comme le travail indépendant, l’entrepreneuriat ou la formation continue. Le climat d’innovation qui en résulte réduit la dépendance aux bas salaires et le besoin de concurrencer la technologie. Avec un revenu garanti qui ne dépend pas de la recherche d’emploi, les travailleurs ne prendront un emploi que s’ils le trouvent attrayant, ce qui diminue le déclassement et améliore leur pouvoir de négociation.
    Ce n'est absolument pas réaliste…

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Par le passé, la technologie affectait les travailleurs peu qualifiés et à faible revenu qui se formaient par la suite pour occuper des emplois mieux rémunérés. Pourtant, une étude de Goldman Sachs indique que les dernières avancées en matière d'intelligence artificielle pourraient conduire à l'automatisation d'un quart du travail effectué aux États-Unis et dans la zone euro, exposant l'équivalent de 300 millions de travailleurs à temps plein dans les grandes économies à l'automatisation. Les avocats et le personnel administratif seraient parmi ceux qui risquent le plus d'être licenciés.
    En revanche, ça, je n'ai aucun mal à y croire, ça se tient.

    Beaucoup de gens vont se retrouver sans emploi et il sera extremement difficile d'en retrouver un, parce qu'il y aura beaucoup plus de candidats que d'offres d'emplois.
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #4
    Rédacteur/Modérateur

    Avatar de yahiko
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Juillet 2013
    Messages
    1 424
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Alpes Maritimes (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2013
    Messages : 1 424
    Points : 8 705
    Points
    8 705
    Billets dans le blog
    43
    Par défaut
    Les défenseurs du RBU sont à mon avis des gens un peu déconnectés de la réalité. Avec un tel système, plus personne ne voudra bosser, en tout cas pour les boulots ingrats mais indispensables comme éboueurs, femme de ménage, manutention, bâtiment, etc.
    Tutoriels et FAQ TypeScript

  5. #5
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 310
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 38
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 310
    Points : 4 216
    Points
    4 216
    Par défaut
    Il faudrait aussi arrêter de privatiser tout (santé, transport, ...) car les prix augmentent car il faut faire du profil et ce n'est plus du service public. Une partie des gens ne se soignent plus correctement maintenant.

    Pour financer ces services, il faudrait que la richesse soit mieux distribuée déjà. Si on prend les amendes automobiles qui sont bien définies au niveau tarif, un ménage avec un faible revenu sera fortement impacté alors qu'un riche ne verra rien. Un système comme en Finlande avec les jours d'amende serait très dissuasif et lucratif pour l'état.
    Les super-profits et généralement pollueurs devrait financer les isolations/production verte/... pour aider à la transition écologique au lieu de payer des amendes.
    La finance aussi devrait être bridée et plus contribuer à la société.

    Bref, une utopie.


    Après si l'IA met du monde au chômage, beaucoup d'entreprises vont en souffrir aussi et seulement une minorité de personnes pourra consommer.

  6. #6
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 868
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 868
    Points : 5 955
    Points
    5 955
    Par défaut
    Enlevez moi d'un doute...

    Comme c'est l'IA qui va être la cause de ces pertes d'emploi en masse, c'est bien évidemment les initiateurs de l'IA qui vont se remplir les poches, les Google et autres Microsoft, qui vont bien évidemment (vous remarquez qu'il y a 2 mentions "bien évidemment"... Ce n'est pas une erreur!) financer ce revenu de base universel????????????????????????????????

    Poser la question, c'est bien évidemment (3ème mention) y répondre: Les bénéfices pour les GAFAM et les pertes pour le reste du monde!

    Ils n'en sont pas à leur coup d'essai, ces GAFAM ont spolié les médias en utilisant leur travail journalistique sans payer le moindre centime d'euro, ils ont utilisé l'ensemble des données publiées sur le web pour nourrir leur IA sans jamais demander l'autorisation aux ayant-droits de ces données, etc...

  7. #7
    Membre chevronné

    Profil pro
    Conseil - Consultant en systèmes d'information
    Inscrit en
    Février 2004
    Messages
    760
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Conseil - Consultant en systèmes d'information

    Informations forums :
    Inscription : Février 2004
    Messages : 760
    Points : 2 092
    Points
    2 092
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Les gens qui pensent que ce projet est réalisable m'exaspèrent…
    C'est beaucoup trop utopique pour exister dans le monde réel.
    La fin du travail des enfants dès 8 ans était utopique au début du 19ème siècle en France. Les congés payés étaient utopiques. La sécurité sociale était utopique et ne pourrait jamais marcher, serait la ruine du pays. La république aussi était utopique en son temps, comme la semaine de travail 6 jours, ou 5 jours, et maintenant 4.

    Non, rien d'utopique, c'est tout à fait possible de mieux répartir les richesses, de mieux réguler notre production qui est astronomique par rapport à nos besoins dans énormément de domaines, de fournir automatiquement à tous de quoi avoir le minimum pour se nourrir, se loger et se chauffer correctement, et de faire travailler les gens moins ou/et même d'avoir une retraite plus tôt.

    C'est juste une question de volonté politique.

  8. #8
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 688
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 688
    Points : 18 669
    Points
    18 669
    Par défaut
    Citation Envoyé par blbird Voir le message
    fournir automatiquement à tous de quoi avoir le minimum pour se nourrir, se loger et se chauffer correctement
    Ça s'appelle le "RSA" est c'est pas top.
    Enfin ça permet de survivre, c'est déjà pas mal.

    Citation Envoyé par blbird Voir le message
    et de faire travailler les gens moins ou/et même d'avoir une retraite plus tôt.

    Je ne vois pas des gens comme Macron mettre ça en place.
    Keith Flint 1969 - 2019

  9. #9
    Membre extrêmement actif Avatar de Jon Shannow
    Homme Profil pro
    Responsable de service informatique
    Inscrit en
    Avril 2011
    Messages
    4 419
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 60
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable de service informatique
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2011
    Messages : 4 419
    Points : 9 923
    Points
    9 923
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ça s'appelle le "RSA" est c'est pas top.
    Enfin ça permet de survivre, c'est déjà pas mal.



    Je ne vois pas des gens comme Macron mettre ça en place.
    Il a dit "Possible" pas "possible avec Macron comme Président", ni "possible dans cette orientation politique néo-libérale".

    Mais, tout est "volonté politique", et donc, c'est possible (mais avec de gros changement de dirigeants et d'orientation politique, donc, difficilement envisageable ).
    Au nom du pèze, du fisc et du St Estephe
    Au nom du fric, on baisse son froc...

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 10/08/2021, 12h11
  2. Réponses: 12
    Dernier message: 31/03/2021, 10h13
  3. Réponses: 24
    Dernier message: 03/01/2021, 15h48
  4. Réponses: 37
    Dernier message: 30/04/2019, 21h39
  5. Réponses: 1
    Dernier message: 18/11/2013, 23h23

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo