La Chine veut utiliser les supercalculateurs pour accélérer la transformation numérique,
et le développement de l’intelligence artificielle

La Chine prévoit de créer un framework national de supercalcul d’ici à 2025 pour rassembler les ressources informatiques du pays et soutenir le développement des technologies émergentes, comme l’IA. Ce framework vise à améliorer la coordination, la normalisation et l’innovation dans le domaine du supercalcul, ainsi qu’à faciliter la mise en œuvre de la stratégie de la « Chine numérique ».

L’infrastructure nationale reliera tous les centres de supercalcul à travers le pays et fournira une plateforme de services informatiques intégrés. Elle jouera également un rôle dans la mise en œuvre de la feuille de route numérique de la Chine, qui expose les plans du gouvernement visant à stimuler l’interconnectivité et l’innovation en matière de technologie numérique. La stratégie de la « Chine numérique » a été dévoilée pour la première fois en février et comprend plusieurs domaines prioritaires, tels que le cloud computing, l’internet des objets, la blockchain et la cybersécurité.

Nom : hpc chine.png
Affichages : 8913
Taille : 72,7 Ko

Un supercalculateur est un ordinateur conçu pour atteindre de hautes performances, notamment en termes de vitesse de calcul. Il s’agit d’un ensemble d’unités centrales qui fonctionnent de manière collective pour traiter des quantités massives de données. Les supercalculateurs sont utilisés pour réaliser des prévisions météorologiques, étudier le climat, faire de la modélisation moléculaire, générer des simulations physiques ou financières.

La Chine est actuellement le leader mondial des supercalculateurs, avec le système Tianhe-2 qui affiche une puissance de calcul de 33,86 pétaflops. Cela signifie qu’il peut effectuer près de 34 millions de milliards d’opérations à virgule flottante par seconde.

Le ministère de la science et de la technologie a déclaré que le framework sera essentiel pour soutenir l’émergence du big data, de l’IA et d’autres technologies émergentes qui nécessitent de la puissance de calcul. Il a également souligné les défis auxquels la Chine est confrontée, telle que la distribution inégale de la puissance de calcul, le manque de normalisation et le manque d’incitations à créer et à adopter des logiciels développés localement.

La Chine publie un projet de règlement sur l’IA générative et suit les États-Unis sur la responsabilité de l’IA

La Chine a publié un projet de règlement pour encadrer le développement des technologies d’IA générative, telles que ChatGPT. Les opérateurs devront soumettre leurs applications à des examens de sécurité et respecter des lignes directrices sur le contenu. Le but est de garantir l’utilisation sûre et fiable de ces outils et de prévenir la diffusion de fausses informations. Cette initiative intervient alors que les États-Unis sollicitent par ailleurs l’avis du public sur la responsabilité de l’IA.

Cette initiative intervient aussi un jour après que le gouvernement américain a déclaré qu’il sollicitait l’avis du public sur la responsabilité de l’IA. L’Administration nationale des télécommunications et de l’information (NTIA) du ministère américain du Commerce a déclaré que les commentaires serviraient à orienter les politiques qui soutiennent les audits de l’IA, les évaluations des risques et de la sécurité, les certifications et les outils permettant d’établir la confiance dans les systèmes d’IA.

Selon le projet de règlement, les opérateurs devront envoyer leurs applications aux régulateurs pour des « examens de sécurité » avant d’offrir les services au public. Ils ne doivent pas non plus utiliser les algorithmes et les données de l’IA pour se livrer à une concurrence déloyale. Le projet de règlement établit également des lignes directrices auxquelles les services d’IA générative doivent se conformer, telles que les types de contenu que ces applications peuvent générer. Ces lignes directrices garantiront l’exactitude des informations et empêcheront la diffusion de fausses informations.

Le projet de règlement intervient alors que la Chine cherche à stimuler le développement des technologies émergentes, comme l’IA, dans le cadre de sa stratégie de la « Chine numérique ». Cette stratégie comprend plusieurs domaines prioritaires, tels que le cloud computing, l’internet des objets, la blockchain et la cybersécurité.

Bien qu'elle soutienne l'utilisation innovante des algorithmes d'IA pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et l'accès à l'information, la croissance de ces applications peut conduire à des abus. L'administration chinoise du cyberespace (CAC) a déclaré que l'accent devait être mis sur l'utilisation sûre et fiable de ces outils et ressources de données.

Avec le développement rapide de la technologie de l'intelligence artificielle, les algorithmes deviennent profondément ancrés dans la vie quotidienne des gens. Il est prévisible qu'en établissant des règles et des réglementations, en renforçant la supervision et en encourageant l'autorégulation, les applications algorithmiques et les industries connexes connaîtront un développement plus sain et plus durable.

En mettant en commun la sagesse de tous, en renforçant la gouvernance commune et en se concentrant sur la réglementation du développement des applications algorithmiques, la technologie des algorithmes donnera certainement un nouvel élan à la promotion d'un développement de haute qualité.

L'administration chinoise du cyberespace (CAC) souligne les avantages et les inconvénients de ces recommandations, qui peuvent améliorer l’expérience des utilisateurs, mais aussi causer des problèmes tels que le « big data killing » et l’« induction de la dépendance ». Elle met également en évidence les préoccupations des utilisateurs quant à la protection de leurs informations personnelles et à la possibilité de désactiver les recommandations personnalisées.

Elle appelle aussi à une réglementation plus stricte des plateformes qui utilisent des algorithmes pour respecter les droits des consommateurs et garantir une utilisation sûre et fiable des technologies numériques.

Source : China Daily

Et vous ?

Les objectifs et les motivations de la Chine pour développer les supercalculateurs et la transformation numérique sont-ils convaincants ?
Quels sont les risques et les défis liés à l’utilisation des supercalculateurs et de l’intelligence artificielle ?
Quels sont les impacts sociaux, économiques et environnementaux des supercalculateurs et de la transformation numérique ?
Quelles sont les alternatives ou les perspectives possibles à la stratégie de la Chine dans le domaine du supercalcul et de l’innovation numérique ?

Voir aussi :

Le supercalculateur Frontier HPE Cray, basé aux États-Unis, conserve sa première place avec une longueur d'avance sur les autres supercalculateurs du monde entier

Une pétition appelle l'UE à investir dans une infrastructure de supercalculateurs et équipée de 100 000 accélérateurs d'IA pour former des modèles d'IA open source et démocratiser la recherche en IA