IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #61
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 072
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 072
    Points : 3 281
    Points
    3 281
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    L'un des plus gros problèmes de l'absence de raisonnement est que cela rend les grands modèles de langage vulnérables aux hallucinations, aux biais systématiques et d'autres pièges. Cette lacune signifie que l'on ne peut pas faire complètement confiance à l'IA, car elle peut présenter des informations erronées comme étant vraies.
    On ne peut faire complètement confiance à une seule source, qu'elle soit informatique, humaine ou journalistique, c'est pour ça qu'il faut recroiser les sources.
    Espérer pouvoir se fier à 100% à une IA est illusoire, même si une tonne d'entreprises essayent de vous le vendre.

  2. #62
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    835
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 835
    Points : 13 890
    Points
    13 890
    Par défaut Le soutien financier de Microsoft à OpenAI pourrait être soumis aux règles de l'UE en matière de fusions
    Le soutien financier de Microsoft à OpenAI, le créateur de ChatGPT, pourrait être soumis aux règles de l'UE en matière de fusions, ont déclaré les régulateurs antitrust de l'UE

    Le soutien financier de Microsoft au créateur de ChatGPT, OpenAI, pourrait être soumis aux règles de l'UE en matière de fusions, ont déclaré le mardi 9 janvier les régulateurs antitrust de l'UE, soulignant un avertissement similaire de la part de son homologue britannique en décembre.

    Le géant américain des logiciels, qui s'est engagé l'année dernière à investir plus de 10 milliards de dollars dans OpenAI en occupant un poste sans droit de vote au conseil d'administration, a déclaré qu'il ne possédait aucune part d'OpenAI.

    La Commission européenne avait précédemment déclaré qu'elle suivait de près l'évolution de la situation.

    "La Commission européenne vérifie si l'investissement de Microsoft dans OpenAI peut faire l'objet d'un examen au titre du règlement de l'UE sur les fusions", a déclaré l'exécutif de l'UE, qui agit en tant que garant de la concurrence dans l'UE, dans un communiqué.

    Il a ajouté que certains accords conclus entre de grands acteurs du marché numérique et des développeurs et fournisseurs d'IA générative faisaient l'objet d'une enquête pour déterminer leur impact sur la dynamique du marché. Il n'a pas cité les noms des entreprises concernées.


    Mardi, la Commission a également donné aux parties intéressées jusqu'au 11 mars pour lui faire part de leurs observations sur la concurrence dans les mondes virtuels et l'intelligence artificielle générative.

    Elle a également envoyé des demandes d'information à plusieurs grandes entreprises numériques sur ces deux sujets.

    "Nous invitons les entreprises et les experts à nous faire part de tout problème de concurrence qu'ils pourraient percevoir dans ces secteurs, tout en surveillant de près les partenariats en matière d'intelligence artificielle afin de s'assurer qu'ils ne faussent pas indûment la dynamique du marché", a déclaré Margrethe Vestager, chef du service antitrust de l'UE.

    Source : La Commission européenne

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Le partenariat entre Microsoft et OpenAI fait l'objet d'un examen antitrust, mais Microsoft affirme qu'elle ne détient aucune part d'OpenAI

    Microsoft annonce un nouvel investissement de plusieurs milliards de dollars dans OpenAI, le créateur de ChatGPT, afin d'accélérer les percées dans le domaine de l'IA
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #63
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 298
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 298
    Points : 194 772
    Points
    194 772
    Par défaut Sam Altman donne des informations importantes sur GPT-5 et ChatGPT
    Sam Altman donne des informations importantes sur GPT-5 et ChatGPT, évoque de nouvelles utilisations de l'IA au niveau de l'OS,
    anticipe une accélération des découvertes scientifiques et parle du procès copyright d'OpenAI contre le NYT

    Sam Alman a été interviewé par Ina Fried, une journaliste d'Axios, à Davos et il a donné des informations importantes sur GPT 5 et a répondu à des questions difficiles sur une série de sujets différents. Durant cet entretien, il a par exemple indiqué que GPT-5 se concentrera sur l'intégration dans les flux de travail, il a évoqué des évolutions potentielles en 2024, la résolution de certains problèmes limitant l'IA mais aussi l'évolution vers le langage naturel et les expériences d'IA. Concernant ce dernier point, il a illustré un cas d'utilisation qui rappelle curieusement le rabbit r1, ce gadget alimenté par l'IA qui peut utiliser les applications sur votre smartphone à votre place.

    En novembre 2023, Sam Altman a confirmé au Financial Times qu'OpenAI avait commencer à travailler sur GPT-5. Il a également indiqué qu'il chercherait un soutien financier supplémentaire auprès du principal investisseur, Microsoft, dans sa quête visant à créer des outils technologiques qui seraient aussi intelligents que les humains. OpenAI a déjà conclu un accord « pluriannuel » de 10 milliards de dollars avec Microsoft début 2023, développant un partenariat qui a débuté en 2019 avec seulement 1 milliard de dollars de la grande entreprise technologique.

    Cette fois-ci, dans une interview accordé à Axios, Sam Altman a fait le point sur l'impact potentiel du GPT-5 sur nos vies, évoqué le potentiel de transformation de l'IA et a fait allusion à un changement de nom.

    L'évolution de ChatGPT

    Les prochains modèles de GPT s'inscriront dans une perspective différente et se concentreront sur des problèmes importants et urgents

    Citation Envoyé par Sam Altman
    Il y a une certitude avec ChatGPT et GPT4 : cette technologie, même avec toutes ses limites actuelles, est bien plus utile que nous ne le pensions et peut s'intégrer dans nos vies d'une manière bien plus précieuse que nous ne le pensions. Maintenant que nous savons cela, alors que nous pensons à lancer les prochains modèles bien meilleurs, nous arrivons avec une perspective différente. J'ai appris quelque chose sur les problèmes importants et urgents et sur le fait de ne pas laisser les problèmes importants mais non urgents s'évanouir.
    Par la suite, il lui a été demandé ce que nous pouvions attendre de l'IA en 2024 et il n'a pas vraiment dit grand-chose, si ce n'est qu'elle deviendra beaucoup plus intelligente dans tous les domaines, il a parlé d'une meilleure intégration dans les produits, rien de vraiment « révélateur » dans la mesure où nous n'avions pas besoin de cette interview pour le comprendre.

    Il a expliqué que GPT-5 se concentrera sur l'intégration dans les flux de travail, la percée potentielle en 2024, le dépassement des limites de l'IA et l'évolution vers le langage naturel et les expériences d'IA.

    Quelles sont les limites limites que vous pensez pouvoir surmonter cette année ? Quelles sont les choses qui sont sur le point d'être résolues qu'il s'agisse d'hallucinations en raison d'une de meilleures bases, qu'il s'agisse de fusionner l'IA avec des données d'entreprise ou des ensembles de données spécifiques

    Sam Altman a alors parlé de la capacité des grands modèles de langage à extraire des informations au moment de l'inférence, ce qui est très important :

    Citation Envoyé par Sam Altman
    Je pense que l'accès à des données spécifiques et la capacité d'utiliser des données spécifiques d'une bien meilleure manière pour obtenir un contexte plus pertinent et plus adapté à l'endroit où l'on travaille, je pense que cela va s'améliorer cette année. Je pense qu'il y a toutes sortes de choses dont les gens se plaignent actuellement, comme la voix qui est trop lente et qui n'est pas en temps réel, et que cela va s'améliorer cette année.
    Rappelons que Grok, le chatbot provocateur d'Elon Musk, peut accéder à X/Twitter. C'est d'ailleurs pour cela qu'il a été construit, pour obtenir des informations à partir de l'incroyable quantité de données que X génère chaque jour, et il peut les obtenir en temps réel, ce qui est incroyablement important. Les informations en temps réel ne peuvent pas être intégrées dans le modèle de base parce qu'au moment de la formation, c'est essentiellement le moment où cette connaissance est coupée, mais avec la récupération, la génération augmentée et le simple scrapping web, la capacité de donner aux grands modèles de langage des informations en temps réel est incroyablement puissante.

    Nom : altman.png
Affichages : 70500
Taille : 432,2 Ko

    Une façon différente d'utiliser son ordinateur

    Citation Envoyé par Sam Altman
    Je pense que ce vers quoi nous nous dirigeons, et je ne parle pas de cette année, c'est que nous nous dirigeons vers une façon différente d'utiliser un ordinateur où vous "parlez" au système d'exploitation comme vous le feriez avec une expérience de chat ou d'une expérience d'IA. Plutôt que d'ouvrir un navigateur et de taper Gmail et de regarder vos emails ou quoi que ce soit d'autre, vous pourriez juste dire "quels étaient mes emails les plus importants aujourd'hui ? Peux-tu répondre à tous ceux-là ? Trouve ceci envoie le là". Je pense qu'à chaque grande révolution technologique, nous avons l'occasion d'utiliser un ordinateur d'une nouvelle manière et nous n'y arriverons pas cette année, mais je pense que nous verrons les gens faire de plus en plus de leur flux de travail à l'intérieur d'un modèle de langage.
    L'ingénieur Matthew Berman, ex-PDG/fondateur SaaS (acq), se dit alors :

    C'est dans cet environnement que je commence à me demander où se logent les développeurs s'il suffit simplement que je parle à un grand modèle de langage qui peut écrire et exécuter du code pour accomplir la tâche que je viens de lui confier. Dans ce cas, pourquoi avons-nous besoin de développeurs ? Et cela ne m'apporte aucune joie de le dire parce que j'aime la programmation mais il m'est difficile d'envisager un avenir sans cela et j'ai fait une vidéo entière à ce sujet.
    À la question de savoir s'il pense que les gens passeront des heures par jour dans une sorte d'assistant IA, Sam Altman a rétorqué que certaines catégories d'emplois le font déjà, comme les développeurs : « Et je pense qu'il s'agit d'une vision raisonnable et avancée de ce qui pourrait arriver à un plus grand nombre de personnes. Je ne sais pas exactement comment cela se présentera, à quoi ressemblera le nouvel ordinateur du futur ou le nouveau système d'exploitation IA, mais d'ici la fin de l'année, je dirais certainement qu'il y a fort à parier que davantage de personnes travaillent dans l'une de ces ces expériences et ce ne sera pas une fonctionnalité que vous utiliserez quelques fois par jour lorsque vous avez une question ou que vous avez besoin de rédiger votre discours à la mode ».


    L'accélération des découvertes scientifiques

    Citation Envoyé par Sam Altman
    La seule chose qui me semble la plus importante dans ce que l'IA va faire pour nous est d'aider à accélérer considérablement le rythme des découvertes scientifiques de manière de plus en plus autonome. Je ne pense pas que ce soit pour cette année, mais je pense que lorsque cela se produira, ce sera une énorme affaire.
    Sam Alman parle du rythme des découvertes scientifiques. Il y a eu récemment un certain nombre de documents et d'articles parlant de la capacité des grands modèles de langage à découvrir de nouvelles recherches en sciences mathématiques et beaucoup d'entre eux disent qu'au moins aujourd'hui, cela ne peut pas être fait, car ces modèles continuent de s'améliorer. Et avec l'ajout de données synthétiques permettant d'introduire plus de données dans les modèles à former, beaucoup de gens croient que les grands modèles de langage vont faire des découvertes scientifiques et Sam Alman est évidemment l'une de ces personnes.

    Matthew Berman se laisse imaginer ce que cela donnerait si ces grands modèles de langage fonctionnant 24 heures sur 24 étaient chargés de trouver un remède au cancer ou à d'autres maladies : il estime que les conséquences « pourraient être absolument incroyables ».

    Les poursuites judiciaires (notamment la poursuite du NYT)

    La journaliste de lui demander : « ce qu'a fait OpenAI jusqu'à présent en matière de formation sur le web ouvert est très bien, pourquoi avez-vous besoin de signer ce genre d'accords pour obtenir des licences sur le contenu ? »

    Sam Altman avance l'argument selon lequel les données du New York Times et d'autres sources (mais surtout le New York Times, puisque c'est le quotidien qui l'a poursuivi en justice) ne sont pas vraiment importantes pour ce qu'ils veulent faire. L'importance réelle d'avoir ces articles à jour et d'autres choses qui peuvent être protégés par le droit d'auteur, c'est le fait que que vous pouvez obtenir des informations en temps réel de sources réputées.

    Citation Envoyé par Sam Altman
    Ce qui nous intéresse, ce ne sont pas les données pour la formation, dont nous pourrions parler plus tard. Mais ce que nous voulons vraiment, c'est que les gens utilisent ChatGPT et demandent ce qui s'est passé aujourd'hui à Davos. Nous aimerions pouvoir d'afficher un contenu de haute qualité de qualité au moment de l'inférence et c'est l'objet de ces accords, et non pas la la formation.
    Mais Ina va insister : « d'accord, mais quand il s'agit de la formation, croyez-vous toujours qu'il est raisonnable de se former sur tout ce qui est publiquement disponible ? »

    J'aurais aimé avoir une réponse qui se résumerait à un "oui" ou à un "non", mais je pense que c'est relatif. Il y a de nombreuses situations où nous pensons que c'est le cas, il y en a beaucoup où nous ne pensons pas que ce soit la bonne chose à faire légalement ou pas.

    Par exemple, nous respectons les options de non-participation (opt-out) même s'il est clairement tout à fait légal pour nous de le faire [ndlr. entraîner l'IA sur ces données].

    Disons que vous, le New York Times ou quelqu'un d'autre, avez activé une option de non-participation pour que nous n'entrainions pas notre IA sur votre contenu. Il arrive toutefois que le contenu du New York Times a été copié et attribué de manière inappropriée ou non sur tout le Web. Donc lorsque nous lisons sur le Web, il y aura des articles du New York Times, non identifiés comme tels, sur des articles aléatoires qui eux non pas activé cette option.

    Encore une fois, nous essaierons de respecter la décision de non-participation autant que possible, mais Internet est un endroit étrange, peu importe ce sur quoi nous nous entraînons, nous ne voulons pas régurgiter le contenu protégé par le droit d'auteur de quelqu'un qui ne nous semble clairement pas d'accord.
    Concrètement, ce que Sam Altman indique c'est qu'OpenAI permet aux sites d'indiquer que leurs données ne doivent pas être utilisées pour entraîner leur IA. Cependant, il dit également que partout sur Internet, les données publiques ont déjà été copiées les articles du New York Times sans lui en attribué la paternité et qu'il est vraiment difficile de filtrer ces éléments de contenu non attribués au vu de leur prolifération sur Internet.

    D'ailleurs, c'est l'un des contre-argument de la structure au procès qui l'oppose au New York Times. Bien sûr, ils ne veulent pas régurgiter un article mot pour mot parce que c'est une violation du droit d'auteur et aussi, cela n'ajoute pas vraiment de la valeur.

    Conclusion

    Sam Altman a parlé de plusieurs choses relativement intéressantes. Voici un résumé horodaté pour vous permettre de mieux parcourir la vidéo :
    • 00:00 Sam Altman fait le point sur l'impact potentiel du GPT-5 sur nos vies, discute du potentiel de transformation de l'IA et fait allusion à un changement de nom.
    • 03:06 Le GPT-5 se concentrera sur l'intégration dans les flux de travail, des évolutions potentielles en 2024 sont évoquées ainsi que le dépassement des limites de l'IA et l'évolution vers le langage naturel et les expériences de l'IA.
    • 08:01 Les modèles de langage de l'IA pourraient remplacer les développeurs, menant à un avenir où les gens travailleront avec des assistants d'IA, changeant la façon dont nous utilisons les ordinateurs et accélérant la découverte scientifique pour des remèdes potentiels.
    • 11:14 OpenAI se concentre sur l'affichage de contenu fiable avec GPT-5, faisant face à un procès pour contenu non attribué, et discute de l'importance de données de haute qualité et de l'utilisation potentielle de données synthétiques dans les modèles d'entraînement.
    • 16:58 OpenAI se concentre sur la sécurité des élections et l'utilisation de l'IA pour influencer la politique, avec une boucle de rétroaction étroite pour le suivi et les changements rapides, et Sam Altman discute des progrès de GPT-5 dans une interview avec Ina Fried.
    • 19:50 L'approche d'OpenAI en matière de développement de l'IA, y compris l'efficacité des petites équipes, les changements de politique autorisant l'utilisation militaire, et la nécessité d'un déploiement prudent et itératif pour naviguer dans l'impact sociétal.
    • 25:40 Sam Altman évoque les défis que pose la mise en œuvre de GPT-5 dans des pays où les lois et les valeurs en matière de censure varient. Il souligne la nécessité de disposer de normes mondiales et d'options de personnalisation tout en respectant les différences culturelles et les limites juridiques de la liberté d'expression.
    • 31:12 Sam Altman répond aux critiques, clarifie son implication dans la fabrication de puces d'IA et discute de l'utilisation du GPT-5 et des investissements d'infrastructure dans l'IA.


    Source : vidéo dans le texte

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur les progrès et les défis de GPT-5 ?
    Pensez-vous que l’IA peut aider à résoudre des problèmes importants et urgents, comme la recherche d’un remède contre les maladies ?
    Comment voyez-vous l’avenir de l’informatique avec l’utilisation du langage naturel pour interagir avec les ordinateurs ?
    Partagez-vous le point de vue de Matthew Berman qui y voit le début de la fin pour les développeurs ?
    Que pensez-vous des arguments de Sam Altman contre le procès intenté par le NYT ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #64
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 790
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 790
    Points : 35 562
    Points
    35 562
    Par défaut La FTC lance une enquête sur les contrats d'IA conclus par les géants de la technologie
    La Federal Trade Commission lance une enquête sur les contrats de plusieurs milliards de dollars conclus par Microsoft, Amazon et Google,
    dans les jeunes entreprises d'IA OpenAI et Anthropic

    La Federal Trade Commission (FTC) a lancé une enquête sur les investissements de plusieurs milliards de dollars effectués par Microsoft, Amazon et Google dans les jeunes entreprises d'intelligence artificielle OpenAI et Anthropic. Cette initiative vise à élargir les efforts régulateurs pour contrôler l'influence des géants de la technologie sur le domaine de l'intelligence artificielle (IA). Les accords en question ont permis aux grandes entreprises d'établir des liens étroits avec des start-ups concurrentes, tout en échappant en grande partie aux contrôles gouvernementaux.

    L'enquête de la FTC se concentrera sur la manière dont ces investissements modifient le paysage concurrentiel et pourrait être le prélude à des enquêtes antitrust plus approfondies. Les entreprises telles que Microsoft, Amazon, Google, OpenAI et Anthropic seront appelées à décrire leur influence sur leurs partenaires et à fournir des documents internes éclairant les accords et leur impact potentiel sur la concurrence.


    Nom : FTC.jpg
Affichages : 5367
Taille : 9,4 Ko

    En 2019, Microsoft et OpenAI ont annoncé un partenariat visant à développer des technologies d'intelligence artificielle sur le service de cloud computing Azure de Microsoft, avec un investissement initial de 1 milliard de dollars de la part de Microsoft. Ce partenariat permettait à OpenAI de bénéficier de la puissance de calcul de Microsoft Azure.

    L'année dernière, les médias ont rapporté des discussions en cours concernant un nouvel investissement de Microsoft dans OpenAI, cette fois-ci estimé à 10 milliards de dollars, ce qui valoriserait la société à 29 milliards de dollars. Cette initiative reflète un intérêt croissant pour OpenAI, principalement attribuable aux performances impressionnantes de son chatbot, ChatGPT. Si cet accord se concrétise, il marquera le deuxième investissement de Microsoft dans OpenAI, le premier ayant été réalisé en 2019.

    Google a investi environ 300 millions de dollars dans Anthropic, une startup spécialisée dans l'intelligence artificielle. En contrepartie de cet investissement, Google aurait acquis une participation de 10 % dans Anthropic, et la startup serait tenue d'acheter des ressources de cloud computing à Google.

    Parallèlement, Amazon a manifesté son intention d'investir jusqu'à 4 milliards de dollars dans Anthropic, intensifiant ainsi la concurrence avec des acteurs majeurs tels que Microsoft, Meta, Google et Nvidia dans le secteur en plein essor de l'intelligence artificielle. Cette injection massive de capital témoigne de l'expansion agressive d'Amazon dans le domaine de l'IA générative.

    Dans un premier temps, Amazon prévoit d'injecter 1,25 milliard de dollars pour acquérir une participation minoritaire dans Anthropic. À l'instar de Google avec Bard et de Microsoft avec OpenAI soutenant ChatGPT, Anthropic a développé son propre chatbot IA, appelé Claude 2.

    Google a également convenu d'investir jusqu'à 2 milliards de dollars dans Anthropic, comme l'a confirmé un porte-parole de la startup. Initialement, Google a investi 500 millions de dollars dans le concurrent OpenAI et prévoit d'ajouter 1,5 milliard de dollars au fil du temps, soulignant ainsi son intérêt soutenu dans le domaine de l'intelligence artificielle.

    Les enquêtes de la FTC, de l'autorité britannique et de la Commission européenne sur les investissements dans l'IA

    La présidente de la FTC, Lina Khan, a souligné que l'objectif de l'étude était de déterminer si les investissements des grandes entreprises risquent de fausser l'innovation et de nuire à une concurrence loyale. Cette enquête marque le premier effort majeur de l'agence pour comprendre comment les entreprises utilisent les partenariats et les investissements pour étendre rapidement leur influence dans le domaine de l'IA.

    Des régulateurs internationaux, tels que l'autorité britannique de la concurrence et des marchés et la Commission européenne, examinent également certains des investissements des grandes entreprises technologiques dans des start-ups d'IA. Les résultats de cette enquête pourraient servir de base à d'autres enquêtes antitrust fédérales pour déterminer d'éventuelles violations de la législation.

    La FTC a précisé qu'elle solliciterait des détails sur les accords, notamment la possibilité d'obtenir des droits au conseil d'administration ou d'autres droits de regard mutuels entre les grandes entreprises et les start-ups. Cette enquête intervient dans un contexte où les liens entre les géants de la technologie et les jeunes pousses de l'IA font l'objet d'une attention croissante, soulignée par le récent limogeage du directeur général d'OpenAI et les questions sur l'influence de Microsoft.

    En réaction, des représentants de Microsoft et Google ont défendu ces partenariats, affirmant qu'ils favorisent la concurrence et accélèrent l'innovation. La FTC, avec ses pouvoirs supplémentaires pour mener des études publiques, cherche à mieux comprendre le comportement spécifique des entreprises et son impact sur l'économie dans le contexte du marché émergent de l'IA.

    Les accords ont permis aux grandes entreprises de nouer des liens étroits avec leurs rivaux plus modestes tout en échappant à la plupart des contrôles gouvernementaux. Microsoft a investi des milliards de dollars dans OpenAI, le fabricant de ChatGPT, tandis qu'Amazon et Google ont chacun engagé des milliards de dollars dans Anthropic, une autre start-up de premier plan dans le domaine de l'IA.

    Les régulateurs se sont généralement concentrés sur les poursuites antitrust engagées contre les opérations par lesquelles les géants de la technologie achètent purement et simplement des rivaux ou utilisent les acquisitions pour se développer dans de nouvelles activités, ce qui entraîne une augmentation des prix pour les consommateurs et d'autres préjudices, et ils n'ont pas régulièrement contesté les participations que les entreprises achètent dans des start-ups. L'enquête de la FTC portera sur la manière dont ces opérations d'investissement modifient le paysage concurrentiel et pourrait servir de base à d'éventuelles enquêtes menées par les autorités fédérales de régulation antitrust pour déterminer si ces opérations ont enfreint la législation.

    La FTC a indiqué qu'elle demanderait à Microsoft, OpenAI, Amazon, Google et Anthropic de décrire l'influence qu'ils exercent sur leurs partenaires et la manière dont ils collaborent pour prendre des décisions. L'agence a également indiqué qu'elle leur demanderait de fournir tout document interne susceptible d'éclairer les accords et leur impact potentiel sur la concurrence. « Notre étude permettra de déterminer si les investissements et les partenariats réalisés par des entreprises dominantes risquent de fausser l'innovation et de nuire à une concurrence loyale », a déclaré Lina Khan, présidente de la FTC, dans un communiqué.

    L'enquête est le premier effort majeur de l'agence pour comprendre la façon dont les entreprises utilisent les partenariats et les investissements pour étendre rapidement leur influence dans l'I.A. Mme Khan, qui a été nommée en 2021, a longtemps fait pression pour moderniser la façon dont le gouvernement déploie la loi antitrust. L'année dernière, son agence a notamment intenté une action antitrust contre Amazon, l'accusant d'augmenter artificiellement les prix, et a demandé aux tribunaux d'adopter des théories plus novatrices sur la manière dont les entreprises peuvent nuire à l'économie.

    D'autres régulateurs internationaux examinent également certains des investissements des grandes entreprises technologiques dans les jeunes pousses de l'intelligence artificielle. Le mois dernier, l'autorité britannique de la concurrence et des marchés (Competition and Markets Authority) a déclaré qu'elle examinait si l'accord entre Microsoft et OpenAI constituait une fusion relevant de sa compétence et susceptible de nuire à la concurrence dans l'économie. La Commission européenne a également déclaré qu'elle examinait si ses lois antitrust pouvaient s'appliquer.

    Dans une déclaration, Rima Alaily, l'une des principales avocates de Microsoft en matière de concurrence, a déclaré que les États-Unis avaient « assumé une position de leader mondial en matière d'intelligence artificielle parce que d'importantes entreprises américaines travaillent ensemble ». Elle a ajouté que les partenariats, y compris celui de Microsoft avec OpenAI, « favorisent la concurrence et accélèrent l'innovation ».

    Un porte-parole de Google, Peter Schottenfels, a déclaré que l'entreprise espérait que l'étude « mettrait en lumière » les entreprises qui « ont une longue tradition de verrouillage des clients » et qui adoptent la même approche lorsqu'elles construisent des outils d'IA. Il a ajouté que l'activité cloud computing de Microsoft disposait d'une licence exclusive pour utiliser les modèles d'I.A. d'OpenAI, tandis que l'accord conclu par Google avec Anthropic n'impliquait pas de droits techniques exclusifs.

    Brad Smith, président de Microsoft, a déclaré dans un message sur les réseaux sociaux en décembre que l'entreprise avait « forgé un partenariat avec OpenAI qui a favorisé l'innovation et la concurrence en matière d'IA, tout en préservant l'indépendance des deux entreprises ». Il a ajouté que cet accord était « très différent d'une acquisition ».

    Le FTC et le ministère de la justice, qui examinent les fusions d'entreprises et déterminent si elles sont susceptibles de nuire à la concurrence, se sont répartis ces dernières années la responsabilité d'enquêter pour déterminer si les géants de la technologie ont enfreint les lois antitrust. La FTC a engagé des poursuites antitrust contre Amazon et Meta, tandis que le ministère de la justice a poursuivi Google et enquête sur le comportement d'Apple.

    La FTC dispose de pouvoirs supplémentaires pour produire des études publiques qui examinent le comportement spécifique des entreprises et ses effets sur l'économie. En 2021, par exemple, elle a publié un rapport qui examinait les acquisitions des géants de la technologie et conclu que nombre d'entre elles n'étaient pas assez importantes pour répondre aux critères d'un examen obligatoire par le gouvernement. Plus récemment, l'agence a mené une enquête sur la manière dont les entreprises de médias sociaux et les plateformes vidéo gèrent la publicité trompeuse.

    Les liens entre les géants de la technologie et les jeunes pousses de l'intelligence artificielle font l'objet d'une attention accrue depuis novembre, lorsque le conseil d'administration d'OpenAI a évincé son directeur général, Sam Altman. Dans les jours chaotiques qui ont suivi, le directeur général de Microsoft, Satya Nadella, a conseillé Altman et lui a ensuite proposé de l'embaucher directement ainsi que son équipe, ce qui a soulevé des questions sur l'influence de Microsoft sur les opérations de la start-up. Altman est finalement retourné à OpenAI.

    Dans le cadre de l'enquête de jeudi, la FTC demandera à Microsoft, Amazon, Alphabet, la société mère de Google, OpenAI et Anthropic des détails, notamment si les accords conclus entre les géants et les start-ups impliquées prévoient des droits sur des sièges au conseil d'administration ou d'autres droits de regard les uns sur les autres. Microsoft a obtenu un siège au conseil d'administration d'OpenAI en novembre, mais n'a pas le droit de voter sur ses décisions.

    Microsoft s'est engagé à verser 13 milliards de dollars pour une participation de 49 % dans la start-up. L'entreprise s'est efforcée de maintenir sa part en dessous de 50 % en raison de préoccupations antitrust, comme l'a précédemment rapporté le New York Times. Amazon a déclaré qu'il investirait jusqu'à 4 milliards de dollars dans Anthropic. Google s'est engagé à investir plus de 2 milliards de dollars dans Anthropic.

    L'étude pourrait être suivie d'une enquête plus formelle visant à déterminer si les accords entre les entreprises violent les lois antitrust. Des fonctionnaires de la FTC et du ministère de la justice ont discuté pour savoir quelle agence serait chargée d'examiner l'accord entre Microsoft et OpenAI, selon une personne au fait du dossier qui a parlé sous le couvert de l'anonymat en raison du caractère confidentiel des discussions.

    Un porte-parole de la FTC a déclaré que l'étude était un premier pas vers la compréhension d'un nouveau marché technologique et que les conclusions pourraient être utilisées par l'une ou l'autre agence. William Kovacic, ancien président de l'agence, a déclaré que l'étude permettrait aux fonctionnaires de mieux comprendre une « question technologique formative » après des années de critiques selon lesquelles l'agence avait été lente à traiter les problèmes de concurrence dans l'économie. « Il s'agit d'une stratégie visant à prendre de l'avance sur le problème », a-t-il ajouté.

    Par ailleurs, la FTC a ouvert l'année dernière une enquête pour déterminer si ChatGPT avait porté préjudice aux consommateurs et, plus généralement, si la technologie pouvait être utilisée pour commettre des fraudes. (Le Times a poursuivi Microsoft et OpenAI pour l'utilisation d'œuvres protégées par le droit d'auteur). « L'engagement national de longue date de l'Amérique en faveur d'une concurrence loyale et ouverte a été un élément essentiel de ce qui a fait de ce pays une puissance économique et un laboratoire d'innovation », a déclaré Khan dans un article publié par le Times l'année dernière. « Nous nous trouvons une fois de plus à un point de décision clé.

    Préoccupations légitimes quant à la concentration de pouvoir et aux possibles distorsions de la concurrence dans le domaine de l'IA

    L'investissement massif de Microsoft, Amazon et Google dans les jeunes entreprises d'intelligence artificielle OpenAI et Anthropic suscite des préoccupations légitimes quant à la concentration de pouvoir et aux possibles distorsions de la concurrence dans le domaine de l'IA.

    Tout d'abord, ces investissements représentent une consolidation importante de pouvoir entre quelques grandes entreprises technologiques, renforçant leur influence sur un secteur technologique crucial. Cela soulève des inquiétudes quant à la diversité et à l'innovation dans le domaine de l'IA, avec la possibilité que les petites entreprises soient évincées et que l'expansion de la technologie soit fortement dictée par les intérêts des géants de la technologie.

    De plus, la nature opaque de ces accords soulève des préoccupations supplémentaires. Le manque de transparence quant aux détails des accords entre les grandes entreprises et les start-ups d'IA crée un environnement propice à des pratiques commerciales potentiellement anticoncurrentielles. Les autorités régulatrices, telles que la FTC, ont raison de demander des documents internes pour mieux comprendre la nature de ces partenariats et évaluer leur impact réel sur la concurrence.


    La présidente de la FTC, Lina Khan, souligne judicieusement que l'objectif de cette étude est de déterminer si les investissements des grandes entreprises risquent de fausser l'innovation et de nuire à une concurrence loyale. C'est un pas important pour comprendre comment les partenariats et les investissements sont utilisés pour étendre rapidement l'influence dans le domaine de l'IA, un secteur crucial pour l'avenir. La participation d'autres régulateurs internationaux, tels que l'autorité britannique de la concurrence et des marchés et la Commission européenne, souligne l'importance mondiale de réglementer ces investissements dans le contexte de l'économie numérique mondiale.

    L'investissement massif de Microsoft, Amazon et Google dans OpenAI et Anthropic soulève des préoccupations légitimes quant à la concentration de pouvoir, la transparence des accords, la gouvernance éthique et l'impact sur la concurrence. Les régulateurs doivent agir de manière vigilante pour garantir que ces investissements ne compromettent pas l'avenir de l'IA en favorisant une influence disproportionnée de quelques géants technologiques.

    L'influence disproportionnée de ces grandes entreprises sur le développement de l'IA peut également être problématique du point de vue de la gouvernance et de l'éthique. Ces géants technologiques peuvent avoir une influence démesurée sur les orientations éthiques et les choix de développement dans l'IA, ce qui soulève des préoccupations quant à la responsabilité et à la neutralité de la technologie.

    De plus, les investissements massifs de Microsoft, Amazon et Google dans ces start-ups pourraient créer un déséquilibre potentiel dans le jeu concurrentiel, décourageant d'autres entreprises d'entrer sur le marché de l'IA en raison de la domination apparente de ces grandes entreprises. Cela pourrait entraver l'innovation et réduire la variété des approches dans le domaine de l'IA.

    Enfin, la défense des représentants de Microsoft et Google, qui soutiennent que ces partenariats favorisent la concurrence et l'innovation, semble avant tout être une stratégie pour maintenir le statu quo. Il est essentiel d'adopter une approche critique et de ne pas accepter ces déclarations sans un examen approfondi de l'impact réel de ces investissements sur la concurrence, l'innovation et la diversité dans le secteur de l'IA.

    Source : FTC

    Et vous ?

    Pensez-vous que les investissements pourraient potentiellement affecter l'innovation et la diversité dans le secteur de l'IA, en particulier en ce qui concerne les petites entreprises et les startups qui pourraient être évincées par la concentration de pouvoir ?

    À votre avis, quelles mesures les régulateurs devraient-ils prendre pour garantir une concurrence équitable et éviter tout abus de position dominante dans le domaine de l'IA ?

    Voir aussi :

    Microsoft serait en pourparlers pour investir 10 milliards de dollars dans OpenAI, le propriétaire de ChatGPT, ce qui devrait donner à la firme de Redmond un accès plus étroit aux produits d'OpenAI

    Microsoft investit 1 Md$ dans OpenAI, la société fondée par Elon Musk, qui tente de développer une IA, semblable à l'intelligence humaine

    Google investit 300 M$ dans la start-up d'IA Anthropic, fondée par d'anciens chercheurs d'OpenAI, la société a construit son propre chatbot généraliste, un rival de ChatGPT nommé Claude
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #65
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    422
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 422
    Points : 7 907
    Points
    7 907
    Par défaut Sam Altman affirme que GPT-5 sera plus intelligent, plus rapide et meilleur dans toutes les tâches que GPT-4
    « GPT-5 sera plus intelligent, plus rapide, plus polyvalent et meilleur dans toutes les tâches que GPT-4 », affirme Sam Altman
    qui appelle une nouvelle fois à une réglementation mondiale sur l'IA

    Sam Altman, PDG d'OpenAI, a déclaré mardi que GPT-5 sera plus intelligent, plus rapide, plus polyvalent et meilleur dans toutes les tâches que GPT-4. L'entrepreneur a fait une apparition par visioconférence lors du Sommet mondial des gouvernements (WGS) à Dubaï au cours duquel il a vanté les capacités de son prochain grand modèle de langage qui est en développement. Il n'a pas précisé une date de sortie, mais a déclaré que GPT-5 sera un modèle d'IA multimodal beaucoup plus avancé qui sera doté d'une capacité de raisonnement qui lui permettra de réaliser des tâches plus complexes. Enfin, il a une nouvelle fois appelé à une réglementation mondiale sur l'IA.

    Altman affirme que GPT-5 sera plus intelligent et meilleur que tout ce qui existe déjà

    Ce n'est pas la première fois qu'Altman évoque GPT-5, la prochaine génération du grand modèle de langage GPT (Generative Pre-trained Transformer) d'OpenAI. Précédemment, Altman a décrit GPT-5 comme une étape cruciale sur la voie de l'intelligence artificielle générale (AGI), qui permet aux machines d'imiter les processus de pensée humains. Il a annoncé qu'OpenAI a commencé à travailler sur GPT-5 et que ce dernier serait beaucoup plus intelligent et pratique que son prédécesseur. Mais ses précédentes déclarations ont juste servi à vanter les capacités du modèle sans vraiment apporter des détails techniques.


    Mardi, Altman a de nouveau évoqué GPT-5, mais est encore resté avare sur les détails techniques. Il a déclaré que le passage du GPT-4 au GPT-5 ne sera pas simplement progressif, mais il sera aussi transformateur. Selon Altman, GPT-5 sera plus intelligent, plus rapide et plus polyvalent. « Ce bond en avant de l'intelligence ne se résume pas à quelques fonctionnalités supplémentaires, il s'agit d'améliorer les capacités de l'IA dans tous les domaines. L'essence de l'avancée de GPT-5 réside dans son intelligence générale, qui promet des améliorations dans pratiquement toutes les tâches qu'elle entreprend », a-t-il noté.

    « Il ne s'agit pas d'une simple mise à niveau, mais d'une nouvelle frontière dans la capacité de l'IA à comprendre, à interagir et à aider », a-t-il ajouté. Pour illustrer ses propos, Altman rappelle l'époque où les téléphones portables étaient aussi gros que des briques et ne servaient qu'à téléphoner. Il a établi un parallèle entre ces premiers appareils mobiles - qu'il qualifie de primitifs - et l'état actuel de l'IA. « Nous avons dépassé le stade de la nouveauté que représentait le fait de passer des appels. Aujourd'hui, nous nous tournons vers l'iPhone 16 des technologies de l'IA », a déclaré le PDG d'OpenAI à l'assemblée.

    Il a déclaré que la route menant vers cela implique un mélange de patience, d'innovation et de mise à l'échelle sans relâche. Le récit d'Altman ne se contente pas de célébrer le chemin parcouru ; c'est aussi un appel à la poursuite du voyage vers des systèmes d'IA plus intelligents et plus performants. Il a ajouté qu'il imagine un avenir où chacun aurait son tuteur personnel, des conseils médicaux personnalisés, et où les scientifiques auraient la capacité de guérir les maladies et de résoudre les problèmes environnementaux. D'après lui, à l'avenir, l'IA pourra faciliter la vie de tout monde et relèvera le niveau de vie.

    « Je pense que nous pouvons élever considérablement le niveau de vie si tout le monde a accès à des quantités abondantes d'intelligence de très "haute qualité". Et ils peuvent utiliser ces outils pour créer tout ce qu'ils veulent », a-t-il déclaré. Altman ne s'est pas prononcé sur une éventuelle date de sortie. Il a déjà déclaré précédemment qu'il était techniquement difficile de prévoir les capacités du GPT-5. Selon certaines rumeurs, GPT-5 pourrait être un modèle d'IA multimodale appelé "Gobi", dont la sortie serait prévue pour le printemps 2024. Il serait actuellement entraîné sur un ensemble massif de données.

    Altman appelle à une réglementation mondiale pour encadrer le déploiement de l'AGI

    En ce qui concerne l'AGI, Altman partage une vision aussi passionnante qu'intimidante. En effet, le déploiement de l'AGI n'est pas seulement une question de percée technologique, mais il s'agit aussi de naviguer dans le réseau complexe des défis éthiques, sociétaux et réglementaires. Il a souligné la nécessité d'un cadre réglementaire pour favoriser l'innovation tout en garantissant un développement responsable. Selon lui, l'avenir de l'AGI ne se résume pas à ce que la technologie peut faire ; il s'agit de savoir comment guider son intégration dans le tissu social. Il a invité les Émirats arabes unis à prendre des initiatives.

    « Il est très difficile de trouver toutes les bonnes idées de réglementation dans le vide. Et s'il existait un moyen maîtrisé de donner aux gens l'avenir et de les laisser l'expérimenter, puis de voir ce qui a du sens, ce qui n'a pas fonctionné, ce qui a fonctionné, cela me semble être une expérience intéressante », a déclaré Altman au ministre d'État des Émirats arabes unis chargé de l'IA, de l'économie numérique et des applications de travail à distance. Il a déclaré que le pays pourrait servir de bac à sable réglementaire pour tester les technologies d'IA et devenir le fer de lance de règles mondiales limitant leur utilisation.

    Il a déclaré : « le monde aura besoin d'une politique unifiée pour contenir les progrès futurs de l'IA. Pour toute une série de raisons, je pense que les Émirats arabes unis seraient en mesure de jouer un rôle de premier plan dans les discussions à ce sujet. J'utilise souvent l'exemple de l'Agence internationale de l'énergie atomique comme modèle pour gérer l'impact des systèmes d'IA les plus puissants. Il est essentiel de mettre en place des mesures d'audit et de sécurité avant de déployer la superintelligence ou l'AGI ». De nombreux autres dirigeants de l'industrie appellent aussi à la réglementation de l'IA.

    Ces commentaires interviennent alors que Altman fait la cour aux investisseurs du Moyen-Orient dans le cadre d'une initiative sur les semiconducteurs visant à faire progresser l'IA. Les Émirats arabes unis ont investi massivement dans l'IA et en ont fait un élément clé de leur politique, mais leurs liens avec la Chine ont suscité des inquiétudes aux États-Unis. Altman chercherait à lever des milliers de milliards de dollars (7 000 milliards de dollars selon certaines sources) pour financer la construction d'usines de fabrication de puces d'IA. OpenAI envisage en effet de réduire sa dépendance à Nvidia et de le concurrencer.

    Actuellement, Nvidia domine très largement le marché mondial des puces d'IA. La demande inédite pour les accélérateurs d'IA de Nvidia a considérablement stimulé la croissance de l'entreprise ces dernières années, propulsant le fabricant de puces devant Google et Amazon en matière de capitalisation boursière. La valeur boursière de Nvidia a grimpé à 1 830 milliards lundi, alors que la société ne valait que 275 milliards de dollars il y a à peine quatorze mois. En matière de capitalisation boursière, seuls Microsoft (3 100 milliards), Apple (2 900 milliards) et le géant pétrolier Aramco (2 030 milliards) font mieux aujourd'hui.

    Altman annonce qu'OpenAI prévoit de publier en open source quelques modèles d'IA

    Mardi, Altman s'est également exprimé sur le développement des modèles d'IA dans la communauté open source. Tout en reconnaissant qu'il est difficile de naviguer dans le paysage complexe de la réglementation de l'IA et de la propriété intellectuelle, il plaide pour un avenir où les modèles open source jouent un rôle crucial dans la démocratisation de la technologie de l'IA. Le point de vue d'Altman a surpris plus d'un, car OpenAI et les autres grandes entreprises d'IA refusent de publier leurs modèles en open source pour des raisons commerciales et de concurrence, mais également à cause des abus potentiels.

    Ces entreprises d'IA affirment que le développement de modèles d'IA open source comporte des risques, car ils sont accessibles à tous et peuvent donc être utilisés par tous, y compris par des acteurs malveillants. Mais Altman semble plus prudent sur le sujet. « Le point de vue d'Altman sur le développement de l'IA en open source est à la fois pragmatique et visionnaire », lit-on dans les commentaires. OpenAI a commencé par publier ses modèles en open source, mais a arrêté après GPT-2. Aujourd'hui, le débat sur l'ouverture des modèles GPT ne vise pas seulement à rendre la technologie d'OpenAI accessible.

    Selon les experts, il s'agit également de favoriser une communauté mondiale de développeurs, de chercheurs et d'innovateurs qui peuvent contribuer à l'évolution de l'IA et en tirer profit. Dans ses remarques de mardi, Altman a déclaré qu'OpenAI prévoyait également de mettre en open source d'autres grands modèles de langage développés par son entreprise, bien que cette dernière n'ait pas encore décidé lesquels. En outre, Altman aussi indiqué que l'entreprise développerait des outils pour les pays les plus pauvres qui ne peuvent pas supporter les coûts considérables du développement de leurs propres systèmes d'IA.

    « Nous voulons proposer une offre qui ait du sens pour les pays qui veulent offrir des services d'IA », a déclaré Altman. Cependant, l'impact des bouleversements survenus l'année dernière au sein d'OpenAI reste incertain. Pour rappel, le 17 novembre, Altman a été démis de ses fonctions par l'ancien conseil d'administration de l'entreprise. Après cinq jours d'ambivalence, marqués par des perspectives contradictoires sur l'avenir d'OpenAI et de l'IA, Altman est revenu à la tête de l'entreprise, accompagné d'un nouveau conseil d'administration. Il est donc possible que cela ait retardé la formation initiale du modèle GPT-5.

    À l'heure actuelle, GPT-4 n'est disponible que via un abonnement de 20 $ par mois à ChatGPT Plus ou à Copilot Pro. Mais selon les analystes, le lancement de GPT-5 pourrait rendre GPT-4 plus accessible et plus abordable. Cette initiative pourrait permettre à OpenAI d'atteindre davantage d'utilisateurs, notamment ceux qui ont été dissuadés par le coût élevé de l'abonnement à la version payante de ChatGPT.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des déclarations du PDG d'OpenAI, Sam Altman ?
    GPT-5 sera-t-il à la hauteur des attentes ? Quelles sont vos attentes à l'égard de ce modèle d'IA ?
    Que pensez-vous de la position de Sam Altman à l'égard des modèles d'IA open source ?

    Voir aussi

    Sam Altman cherche des milliers de milliards de dollars pour financer des puces d'IA, et discute de projets "extrêmement ambitieux" avec des investisseurs, dont les Émirats arabes unis

    Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, se moque de ses rivaux sur le marché de l'IA : « malgré tout le battage médiatique, GPT-4 reste le meilleur », a-t-il affirmé lors d'un événement en Inde

    La folie spéculative n'en finit plus d'enfler la bulle de l'IA, mais jusqu'à quand ? La capitalisation boursière de Nvidia est désormais supérieure à celle de Google et d'Amazon

  6. #66
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 790
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 790
    Points : 35 562
    Points
    35 562
    Par défaut Lina Khan, présidente de la FTC, veut mettre fin aux monopoles des Big Tech avant qu'ils ne se produisent
    Lina Khan, présidente de la FTC, veut mettre fin aux monopoles des Big Tech avant qu'ils ne se produisent,
    des preuves montreraient des accords d'exclusivité avec des startups d'IA

    En 2023, les grandes entreprises technologiques telles que Microsoft, Google et Amazon ont surpassé les sociétés de capital-risque traditionnelles de la Silicon Valley en matière d'investissement massif dans les start-ups spécialisées en intelligence artificielle (IA). Elles ont conclu des accords remarquables, représentant les deux tiers des 27 milliards de dollars investis dans les jeunes entreprises d'IA au cours de cette année. L'expansion de l'IA générative, capable de produire rapidement des contenus similaires à ceux créés par des humains, a suscité un intérêt financier considérable, notamment après le lancement de ChatGPT par OpenAI en novembre 2022.

    La présidente de la FTC, Lina Khan, cherche à mettre fin aux monopoles des géants technologiques tels que Microsoft, Google et Amazon avant qu'ils ne se produisent. Elle enquête sur les relations entre ces entreprises et les start-ups spécialisées dans l'intelligence artificielle, examinant les investissements en échange de dépenses sur le cloud ou d'accords d'exclusivité. Khan considère le paysage actuel de l'IA comme crucial pour l'ouverture des marchés et la perturbation des opérateurs établis. Elle souhaite s'attaquer au monopole à chaque niveau de la pile technologique de l'IA et se méfie de l'intégration verticale.


    Nom : Lina KhanB.png
Affichages : 3400
Taille : 341,9 Ko

    Khan souligne également l'importance de l'action réglementaire pour garantir la viabilité du journalisme indépendant. Bien que ses outils d'application soient limités, elle souligne que même les poursuites infructueuses peuvent dissuader les abus de concurrence. Quant à l'avenir de la FTC sous une seconde présidence Trump, Khan évoque la forte préoccupation bipartisane du Congrès concernant les monopoles.

    La Federal Trade Commission a ouvert une vaste enquête sur la concurrence dans le secteur en plein essor de l'IA en ordonnant à cinq entreprises clés de lui fournir des informations privées sur leurs accords d'investissement. Les investissements de plusieurs milliards de dollars de Microsoft dans Open AI, ainsi que les participations similaires de Google et d'Amazon dans Anthropic, n'ont pas fait l'objet d'un examen réglementaire comme l'auraient fait des accords d'acquisition pure et simple de ces startups.

    L'enquête de l'agence examinera minutieusement les partenariats et les investissements des entreprises avec les fournisseurs d'IA afin de mieux comprendre en interne ces relations et leur impact sur le paysage concurrentiel. Les injonctions ont été envoyées à Alphabet, Amazon, Anthropic, Microsoft et OpenAI et pourraient conduire à une action de la part du régulateur, qui, sous la présidence de Lina Khan, a cherché à mettre en œuvre des mesures anti-monopoles sur les marchés technologiques émergents.

    « L'histoire montre que les nouvelles technologies peuvent créer de nouveaux marchés et une concurrence saine. Alors que les entreprises se lancent dans une course au développement et à la monétisation de l'IA, nous devons nous prémunir contre les tactiques qui verrouillent cette opportunité », a déclaré Lina M. Khan. « Notre étude permettra de déterminer si les investissements et les partenariats menés par les entreprises dominantes risquent de fausser l'innovation et de nuire à la concurrence loyale. »

    La FTC a rendu ses ordonnances en vertu de la loi sur la FTC, qui autorise la Commission à mener des études permettant aux responsables de l'application des lois de mieux comprendre les tendances du marché et les pratiques commerciales. Les conclusions de ces ordonnances peuvent contribuer à éclairer les actions futures de la Commission.

    Investissements des Big Tech dans les start-ups d'IA

    Les entreprises déploient toute une série de stratégies pour développer et utiliser l'IA, notamment en concluant des partenariats et en réalisant des investissements directs avec des développeurs d'IA afin d'avoir accès aux technologies clés et aux intrants nécessaires au développement de l'IA. Les injonctions publiées ont été adressées à des entreprises impliquées dans trois investissements distincts de plusieurs milliards de dollars : Microsoft et OpenAI, Amazon et Anthropic, et Google et Anthropic. L'enquête de la FTC aidera l'agence à mieux comprendre les investissements et les partenariats formés entre les développeurs d'IA générative et les fournisseurs de services cloud.

    En juillet 2019, Microsoft et OpenAI ont dévoilé un partenariat pluriannuel visant à développer des technologies de calcul intensif destinées à l'intelligence artificielle sur le service de cloud computing Azure de Microsoft. Ce partenariat octroie à OpenAI un investissement de 1 milliard de dollars de la part de Microsoft, ainsi que l'accès à la puissance de calcul de Microsoft Azure.

    Dans un article de blog, Microsoft a précisé que ce partenariat repose sur des valeurs communes d'autonomisation et de fiabilité, avec l'engagement financier de 1 milliard de dollars de la part de Microsoft. L'objectif déclaré de cette collaboration est de mettre en place une plateforme que OpenAI utilisera pour concevoir de nouvelles technologies d'intelligence artificielle et réaliser la promesse d'une intelligence artificielle générale.

    Microsoft a souligné que cette association entre les deux entreprises, qui partagent une profonde réflexion sur le rôle de l'intelligence artificielle dans le monde, vise à étendre les capacités de Microsoft Azure dans le domaine des systèmes d'IA à grande échelle, en mettant l'accent sur la création d'une intelligence artificielle sécurisée, fiable et éthique au service du public.

    L'année dernière, les médias ont rapporté des discussions en cours concernant un nouvel investissement de Microsoft dans OpenAI, cette fois-ci estimé à 10 milliards de dollars, ce qui valoriserait la société à 29 milliards de dollars. Cette initiative reflète un intérêt croissant pour OpenAI, principalement attribuable aux performances impressionnantes de son chatbot, ChatGPT. Si cet accord se concrétise, il marquera le deuxième investissement de Microsoft dans OpenAI, le premier ayant été réalisé en 2019.

    Google a investi environ 300 millions de dollars dans Anthropic, une startup spécialisée dans l'intelligence artificielle. En contrepartie de cet investissement, Google aurait acquis une participation de 10 % dans Anthropic, et la startup serait tenue d'acheter des ressources de cloud computing à Google.

    Parallèlement, Amazon a manifesté son intention d'investir jusqu'à 4 milliards de dollars dans Anthropic, intensifiant ainsi la concurrence avec des acteurs majeurs tels que Microsoft, Meta, Google et Nvidia dans le secteur en plein essor de l'intelligence artificielle. Cette injection massive de capital témoigne de l'expansion agressive d'Amazon dans le domaine de l'IA générative.

    Dans un premier temps, Amazon prévoit d'injecter 1,25 milliard de dollars pour acquérir une participation minoritaire dans Anthropic. À l'instar de Google avec Bard et de Microsoft avec OpenAI soutenant ChatGPT, Anthropic a développé son propre chatbot IA, appelé Claude 2.

    Google a également convenu d'investir jusqu'à 2 milliards de dollars dans Anthropic, comme l'a confirmé un porte-parole de la startup. Initialement, Google a investi 500 millions de dollars dans le concurrent OpenAI et prévoit d'ajouter 1,5 milliard de dollars au fil du temps, soulignant ainsi son intérêt soutenu dans le domaine de l'intelligence artificielle.

    La FTC cherche à obtenir des informations sur les points suivants :

    • les informations concernant un investissement ou un partenariat spécifique, y compris les accords et la logique stratégique d'un investissement/partenariat ;
    • les implications pratiques d'un partenariat ou d'un investissement spécifique, y compris les décisions concernant les lancements de nouveaux produits, les droits de gouvernance ou de surveillance, et le sujet des réunions régulières ;
    • l'analyse de l'impact concurrentiel des transactions, y compris les informations relatives à la part de marché, à la concurrence, aux concurrents, aux marchés, au potentiel de croissance des ventes ou à l'expansion dans des marchés de produits ou des marchés géographiques ;
    • la concurrence pour les intrants et les ressources de l'IA, y compris la dynamique concurrentielle concernant les produits et services clés nécessaires à l'IA générative ;
    • les informations fournies à toute autre entité gouvernementale, y compris les entités gouvernementales étrangères, dans le cadre d'une enquête, d'une demande d'informations ou de toute autre demande liée à ces sujets.

    La FTC a précisé qu'elle solliciterait des détails sur les accords, notamment la possibilité d'obtenir des droits au conseil d'administration ou d'autres droits de regard mutuels entre les grandes entreprises et les start-ups. Cette enquête intervient dans un contexte où les liens entre les géants de la technologie et les jeunes pousses de l'IA font l'objet d'une attention croissante, soulignée par le récent limogeage du directeur général d'OpenAI et les questions sur l'influence de Microsoft.

    En réaction, des représentants de Microsoft et Google ont défendu ces partenariats, affirmant qu'ils favorisent la concurrence et accélèrent l'innovation. La FTC, avec ses pouvoirs supplémentaires pour mener des études publiques, cherche à mieux comprendre le comportement spécifique des entreprises et son impact sur l'économie dans le contexte du marché émergent de l'IA.

    Les accords ont permis aux grandes entreprises de nouer des liens étroits avec leurs rivaux plus modestes tout en échappant à la plupart des contrôles gouvernementaux. Microsoft a investi des milliards de dollars dans OpenAI, le fabricant de ChatGPT, tandis qu'Amazon et Google ont chacun engagé des milliards de dollars dans Anthropic, une autre start-up de premier plan dans le domaine de l'IA. Les entreprises disposeront de 45 jours à compter de la date de réception de l'injonction pour y répondre.

    Les géants de la technologie pourraient contourner les examens traditionnels

    La FTC veut s'assurer que les géants de la technologie ne contournent pas les examens traditionnels tout en réalisant d'énormes investissements qui leur permettent de neutraliser ou d'absorber des rivaux potentiels plus petits. « Alors que les entreprises se lancent dans une course au développement et à la monétisation de l'IA, nous devons nous prémunir contre les tactiques qui verrouillent cette opportunité », a déclaré M. Khan dans un communiqué.

    « Notre étude permettra de déterminer si les investissements et les partenariats poursuivis par les entreprises dominantes risquent de fausser l'innovation et de nuire à la concurrence loyale. Nous espérons que l'étude de la FTC mettra en lumière les entreprises qui n'offrent pas l'ouverture de Google Cloud ou qui ont une longue histoire de verrouillage des clients - et qui adoptent la même approche pour les services d'intelligence artificielle", a déclaré un porte-parole de Google dans un communiqué, s'en prenant aux concurrents Microsoft et Amazon dans le domaine du cloud. »

    Pendant des décennies, les autorités fédérales de régulation antitrust ont privilégié la légèreté à l'égard des technologies naissantes, mais les critiques ont fait valoir que cela permettait aux géants de la Big Tech d'acquérir un pouvoir de marché trop important. Le phénomène de domination des grandes entreprises technologiques telles que Microsoft, Google et Amazon dans l'investissement massif des start-ups spécialisées en intelligence artificielle en 2023 soulève des préoccupations majeures. Le fait que ces géants aient conclu des accords représentant les deux tiers des 27 milliards de dollars investis dans les jeunes entreprises d'IA souligne une concentration de pouvoir économique qui peut être inquiétante pour la diversité et la concurrence sur le marché.

    L'expansion de l'IA générative, en particulier après le lancement de ChatGPT par OpenAI, semble avoir catalysé cet intérêt financier massif. Cependant, une dépendance excessive envers quelques grandes entreprises pour financer l'innovation dans ce domaine peut entraîner des risques, notamment une influence démesurée sur le développement technologique, la suppression de la concurrence et la limitation des perspectives pour les start-ups plus petites.

    La position de la présidente de la FTC, Lina Khan, qui cherche à mettre fin aux monopoles de ces géants technologiques, est louable. Son enquête sur les relations entre ces entreprises et les start-ups spécialisées dans l'IA, ainsi que son examen des investissements en échange de dépenses informatiques dématérialisées ou d'accords d'exclusivité, montre une prise de conscience des risques potentiels pour la concurrence et l'innovation. Cependant, la mise en œuvre de mesures réglementaires efficaces dans ce domaine peut être un défi complexe.


    L'intention de Khan de s'attaquer au monopole à chaque niveau de la pile technologique de l'IA et sa méfiance envers l'intégration verticale démontrent une volonté de prévenir la consolidation excessive de pouvoir. Cependant, il reste à voir comment ces intentions se traduiront concrètement en actions réglementaires. La nécessité d'équilibrer la promotion de l'innovation tout en évitant la formation de monopoles démontre la complexité de la tâche.

    En fin de compte, bien que la prise de conscience des risques liés à la concentration du pouvoir dans le domaine de l'IA soit positive, la mise en œuvre de solutions efficaces et équilibrées demeure un défi constant dans un paysage technologique en constante évolution.

    Source : Lina Khan during an event

    Et vous ?

    Quel est votre avis surle sujet ?

    Pensez-vous que les investissements pourraient potentiellement affecter l'innovation et la diversité dans le secteur de l'IA, en particulier en ce qui concerne les petites entreprises et les startups qui pourraient être évincées par la concentration de pouvoir ?

    À votre avis, quelles mesures les régulateurs devraient-ils prendre pour garantir une concurrence équitable et éviter tout abus de position dominante dans le domaine de l'IA ?

    Voir aussi :

    Microsoft investit 1 Md$ dans OpenAI, la société fondée par Elon Musk, qui tente de développer une IA, semblable à l'intelligence humaine

    Microsoft serait en pourparlers pour investir 10 milliards de dollars dans OpenAI, le propriétaire de ChatGPT, ce qui devrait donner à la firme de Redmond un accès plus étroit aux produits d'OpenAI

    Google investit 300 M$ dans la start-up d'IA Anthropic, fondée par d'anciens chercheurs d'OpenAI, la société a construit son propre chatbot généraliste, un rival de ChatGPT nommé Claude

    Amazon investit 4 milliards de dollars dans Anthropic et se lance dans une guerre de l'IA avec Microsoft et Google, de Claude à Claude-Next, le pari audacieux d'Amazon sur l'IA d'Anthropic
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #67
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    742
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 742
    Points : 52 648
    Points
    52 648
    Par défaut OpenAI a conclu un accord qui valorise l'entreprise d'IA à 80 milliards de dollars ou plus
    OpenAI a conclu un accord qui valorise l'entreprise d'IA à 80 milliards de dollars ou plus, le lancement de ChatGPT d'OpenAI à la fin de 2022 a déclenché un énorme buzz autour de l'IA.

    OpenAI, soutenue par Microsoft, a conclu un accord qui valorise la société d'intelligence artificielle à 80 milliards de dollars ou plus, a rapporté le New York Times, citant des personnes ayant connaissance de l'accord.

    La société vendrait les actions existantes dans le cadre d'une offre publique d'achat dirigée par la société de capital-risque Thrive Capital, selon le rapport. Dans le cadre de cet accord, les employés pourront encaisser leurs actions de la société plutôt que de procéder à un tour de table traditionnel qui permettrait de lever des fonds pour l'entreprise, a ajouté le rapport.

    Elle a conclu un accord similaire au début de l'année dernière. Les sociétés de capital-risque Thrive Capital, Sequoia Capital, Andreessen Horowitz et K2 Global ont accepté d'acheter les actions d'OpenAI dans le cadre d'une offre publique d'achat, évaluant la société à environ 29 milliards de dollars, selon le rapport. Le lancement du ChatGPT d'OpenAI à la fin de l'année 2022 a donné lieu à une véritable effervescence autour de l'IA, incitant les entreprises à explorer les moyens d'exploiter la puissance de cette technologie.

    Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, serait également en pourparlers pour lever des fonds en vue d'une entreprise de fabrication de puces, dans le but d'accroître la capacité mondiale de construction de puces afin de mettre au point de nouveaux outils liés à l'IA.


    Source : New York Times

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    OpenAI en pourparlers pour lever de nouveaux fonds pour une valorisation à 100 milliards de dollars

    OpenAI, la startup à l'origine de ChatGPT, pourrait être valorisée jusqu'à 90 milliards de dollars, si l'opération de vente des actions détenues par les salariés se concrétise

    Microsoft annonce un nouvel investissement de plusieurs milliards de dollars dans OpenAI, le créateur de ChatGPT, afin d'accélérer les percées dans le domaine de l'IA
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 8
    Dernier message: 16/05/2023, 12h33
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 10/12/2018, 17h07
  3. Réponses: 11
    Dernier message: 02/08/2017, 00h36
  4. Réponses: 5
    Dernier message: 11/10/2011, 17h23

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo