Le prêteur de crypto Genesis dépose le bilan alors que la crise s'étend,
l'insolvabilité de la plateforme cryptographique est la dernière en date des retombées de FTX

Genesis Global Capital, l'un des principaux prêteurs de cryptomonnaies, s'est placée sous la protection de la loi américaine sur les faillites jeudi, devant au moins 3,4 milliards de dollars à ses créanciers après avoir été renversée par une déroute du marché avec la bourse FTX et le prêteur BlockFi. L'entreprise avait récemment été accusée par les régulateurs américains de la Securities and Exchange Commission (SEC) de vendre illégalement des cryptomonnaies.

La société de cryptomonnaie a gelé les rachats de ses clients le 16 novembre après que l'effondrement de la principale bourse FTX a provoqué une onde de choc dans le secteur de la cryptomonnaie. L'insolvabilité de Genesis est liée à la faillite de FTX, qui a fait faillite en novembre dernier sur fond d'allégations de fraude.

FTX a déposé une demande de mise en faillite aux États-Unis après avoir été incapable de faire face à un torrent de retraits, marquant un effondrement stupéfiant pour l'empire crypto de Sam Bankman-Fried qui était évalué à 32 milliards de dollars en milieu d’année 2022. Le dépôt devant un tribunal fédéral du Delaware comprenait l'entité américaine de FTX, le groupe commercial exclusif de Bankman-Fried, Alameda Research, et environ 130 sociétés affiliées.

Bankman-Fried a également démissionné de son poste de directeur général. Il a indiqué qu'il souhaitait nommer Stephen Neal au poste de nouveau président du conseil d'administration de la société. Cependant, un porte-parole a déclaré plus tard que Neal avait décidé de ne pas servir : « Bien qu'honoré par la demande, il s'avère que, malheureusement, il n'est pas en mesure d'occuper ce poste pour des raisons n'ayant rien à voir avec FTX, ou son ancien PDG ». Aussi, il sera remplacé plutôt par John J Ray III, un spécialiste de la restructuration qui a supervisé les affaires de faillite d'Enron et de Nortel Networks.

Selon un document judiciaire, la bourse de cryptomonnaies FTX, qui s'est effondrée, doit près de 3,1 milliards de dollars à ses 50 principaux créanciers. Elle a déposé devant la justice américaine un document dans lequel elle a déclaré devoir environ 3,1 milliards de dollars à ses 50 principaux créanciers, dont environ 1,45 milliard de dollars aux dix premiers.

Genesis fait partie du Digital Currency Group (DCG), un conglomérat de plus de 200 entreprises axées sur les cryptomonnaies. Elle avait été créée à l'origine comme un bureau de négociation de bitcoins, permettant le commerce de grandes quantités de cryptomonnaies.

Au début du mois, elle a annoncé qu'elle licenciait 30 % de son personnel, ce qui la ramène à 145 employés. « Nous sommes impatients de poursuivre notre dialogue avec DCG et les conseillers de nos créanciers afin de mettre en œuvre un plan visant à maximiser la valeur et à offrir la meilleure opportunité à notre entreprise de se positionner pour l'avenir », avait déclaré Derar Islim, directeur général par intérim de Genesis, dans un communiqué.

L'année dernière, Genesis a accordé 130,6 milliards de dollars de prêts en crypto et négocié 116,5 milliards de dollars d'actifs, selon son site Web. Ses deux plus gros emprunteurs étaient Three Arrows Capital, un fonds spéculatif en crypto basé à Singapour, et Alameda Research, une société de trading étroitement affiliée à FTX, a déclaré une source à Reuters. Three Arrows, Alameda et FTX sont en procédure de faillite.

La dette de Three Arrows envers Genesis a été reprise par sa société mère, la société de capital-risque Digital Currency Group (DCG), qui a ensuite déposé une plainte contre Three Arrows. Les sociétés du portefeuille de DCG comprennent également le gestionnaire d'actifs cryptographiques Grayscale et le service d'information CoinDesk.

Les prêteurs de cryptomonnaies, qui ont agi comme des banques de facto, ont connu un boom pendant la pandémie. Mais contrairement aux banques traditionnelles, ils ne sont pas tenus de détenir des coussins de capital. Cette année, une insuffisance de garanties a contraint certains prêteurs - et leurs clients - à assumer d'importantes pertes.

Le propriétaire de Genesis, DCG, a déclaré dans un communiqué que ni DCG ni ses employés, y compris ceux qui siègent au conseil d'administration de Genesis, n'ont été impliqués dans la décision de déposer le bilan.

« Genesis dispose de sa propre équipe de gestion indépendante, de ses propres conseillers juridiques et financiers, et a nommé un comité spécial d'administrateurs indépendants, qui sont chargés de la restructuration de Genesis Capital », indique la déclaration. Un comité spécial enquête sur les transactions qui ont eu lieu dans les mois précédant la faillite pour déterminer si Genesis a des réclamations légales qu'il pourrait poursuivre, selon les documents judiciaires.

Ces réclamations comprennent le prêt de 850 millions de dollars de Genesis Global Capital à DCG et le transfert de sa créance de faillite contre Three Arrows Capital à DCG en échange d'un billet à ordre de 1,1 milliard de dollars. Le comité spécial examinerait également si Genesis pourrait annuler certaines de ses obligations envers Gemini.

Source : Cameron Winklevoss tweet's

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Scandale FTX : la plateforme de crypto dépose le bilan et son PDG Sam Bankman-Fried démissionne. FTX n'a pas réussi à faire face à l'augmentation des demandes de retraits des clients

La bourse de cryptomonnaies FTX, qui s'est effondrée, doit près de 3,1 milliards de dollars à ses 50 principaux créanciers, selon un document judiciaire