Firefox 109 inaugure l'activation par défaut de Manifest V3 de Chrome pour les développeurs,
et dispose d'un bouton Extensions unifiées pour une meilleure gestion des add-ons

Firefox 109 est disponible en téléchargement. L'un des changements les plus notables est l'activation par défaut de Manifest V3 pour les développeurs d'extensions. Les développeurs peuvent toujours utiliser Manifest V2 (jusqu'à juin 2023). Mozilla a opté pour Manifest V3 afin que les développeurs n'aient pas à faire chaque extension deux fois. Toutefois, dans l'approche de Firefox, Manifest V3 sera plus libre; par exemple, vous y retrouverez toujours le blocage des requêtes Web, qui manque dans l'approche de Manifest V3 sur Chrome.

Il faut aussi parler du bouton Extensions unifiées dans la barre d'outils. Ce bouton rationalise la zone de la barre d'outils lorsque plusieurs extensions sont installées, ainsi que les extensions de surface qui s'exécutent en arrière-plan (dont vous avez peut-être oublié l'existence) afin que vous puissiez voir si elles affectent la page actuelle, ainsi que la gérer, l'épingler, la signaler ou la supprimer.


Firefox 109 est la première version du navigateur cette année mais, comme on pouvait s'y attendre, les changements proposés sont globalement relativement mineurs, ce qui n'est pas nécessairement une mauvaise chose.

Un bouton des extensions sur la barre d'outils

L'une des nouveautés est le bouton des extensions qui vous permet de rapidement supprimer, signaler et gérer les extensions et leurs permissions directement depuis la barre d’outils. Les extensions que vous avez installées apparaissent dans le panneau des extensions. Si une extension ne figure pas dans le panneau, elle se trouve sûrement déjà épinglée à la barre d’outils.

Cliquez sur l’icône en forme de pièce de puzzle dans la barre d’outils pour ouvrir le panneau des extensions :

Nom : un.png
Affichages : 8211
Taille : 34,8 Ko

Après l’installation d’une extension, lorsque vous voulez naviguer sur un site web qui nécessite une ou plusieurs permissions pour fonctionner, le bouton des extensions arbore un point de notification. Si l’extension est déjà épinglée à la barre d’outils, le point de notification apparaît sous l’icône de l’extension.

Nom : deux.png
Affichages : 1332
Taille : 11,9 Ko

Quand l’extension a besoin d’accéder à la page actuellement affichée, un point de notification apparaît également sous l’icône de l’extension dans le panneau :

Nom : trois.png
Affichages : 1333
Taille : 1,6 Ko

Quand l’extension a déjà accès (ou n’en a pas besoin) et qu’elle ouvre un panneau dans le cadre de ses fonctionnalités, ce panneau est ancré au bouton des extensions :

Nom : quatre.png
Affichages : 1338
Taille : 18,8 Ko

Pour gérer les permissions des extensions, il vous suffit de :
  • Cliquer sur bouton des extensions dans la barre d’outils.
  • Localiser l’extension arborant un point vert dans le panneau qui s’ouvre.
  • Cliquer sur le bouton de menu (la roue dentée) pour gérer ses permissions.
  • Sélectionner les permissions que vous voulez accorder à l’extension.
    Nom : cinq.png
Affichages : 1334
Taille : 41,5 Ko

Toutes les extensions figurant dans le panneau disposent d’un bouton de menu sous la forme d’une roue dentée. Quand l’extension ne demande pas de permission pour un site web, vous pouvez utiliser le bouton de menu pour gérer votre extension. Les options suivantes sont disponibles :
  • Épingler à la barre d’outils : épingle l’extension à la barre d’outils de Firefox.
  • Gérer l’extension : ouvre le gestionnaire de modules complémentaires où vous pouvez changer d’autres paramètres de l’extension. Cliquez sur Gérer les extensions tout en bas du panneau pour accéder aux paramètres de toutes vos extensions.
  • Supprimer l’extension : désinstaller l’extension de Firefox.
  • Signaler l’extension : dénonce l’extension à Mozilla.


En somme

Le bouton Extensions unifiées enferme dans un seul espace tous les plugins qui restaient autrefois éparpillés sur la barre d'outils de l'application. Cet élément graphique rend donc fondamentalement l'espace sur l'écran plus rationnel et propre.

Ce bouton a été développé et implémenté pour permettre une meilleure utilisation et administration des différentes extensions pouvant être ajoutées à Firefox. Cette solution logicielle ressemble beaucoup à celle qui est utilisée depuis un certain temps sur d'autres navigateurs Web tels que : Chrome, Opera ou Edge. Ce choix de mise en page permet une gestion beaucoup plus immédiate et rapide de toute la pléthore de plugins présents dans le navigateur. En effet, les menus de réglage classiques cachés dans les différents panneaux de configuration internes sont complètement contournés.

Cette innovation a également été possible grâce à la mise en œuvre du MV3 (Manifest Version 3), c'est-à-dire la liste des règles et des lignes directrices écrites pour garantir que les développeurs s'assurent toujours que tous les utilisateurs finaux ont accès et un contrôle permanent sur les comportements que les add-ons peuvent adopter lors de la navigation sur le la toile.

Grâce au bouton d'extensions unifiées, en fait, les internautes peuvent constamment vérifier le comportement d'un add-on spécifique de manière plus simple.

Cette version inaugure la prise en charge de Manifest V3


Dans quelques mois, le Manifest V2 de Chrome ne sera plus supporté (jusqu'en juin 2023), obligeant les développeurs d’extensions à s’adapter à Manifest V3. L'équipe derrière Chrome parle du renforcement de la sécurité, des performances mais aussi de la confidentialité des utilisateurs.

Le motif de sécurité évoqué par Google pour introduire un changement

Parmi les changements prévus, Google parle de la suppression de l’API Web Request qui est remplacée par une autre interface, nommée Declarative Net Request. Elle introduit une modification radicale : l’impossibilité pour une extension de surveiller tout le trafic. Pour des raisons de sécurité, la nouvelle API oblige les concepteurs d’extensions à déclarer à l’avance comment un certain type de trafic sera géré.

Bien entendu, ce passage de Web Request à Declarative Net Request va apporter une amélioration notable de la sécurité, puisque les extensions auront des droits limités sur ce qui circule entre le navigateur et le site web. Et cette fois de manière inhérente. Parmi les autres changements importants, signalons l’impossibilité d’accéder à du code distant – toujours pour des questions de sécurité –, ou encore le remplacement des « background pages » persistantes par les services workers, pour des gains significatifs de performances.

De nombreux comportements d’extensions liés à Manifest V2 vont être rendus optionnels par la V3, avec un intérêt majeur : un contrôle plus strict par les sas de validation, et surtout par l’utilisateur qui pourra interdire certains comportements.

Une décision qui suscite la colère de certains éditeurs et aussi d'organismes comme l'EFF

Toutefois, selon des éditeurs, Manifest V3 empêche les bloqueurs de publicité de jouer leur rôle dans le navigateur. L'Electronic Frontier Foundation, un défenseur des droits numériques, s'est insurgé contre son utilisation : « Méfiez-vous des utilisateurs de Chrome : Manifest V3 est trompeur et menaçant ». « Si l’on en croit Google, Manifest V3 améliorera la protection de la vie privée, la sécurité et les performances. Nous ne sommes absolument pas d’accord. Ces changements n’arrêteront pas les extensions malveillantes, mais ralentiront l’innovation, réduiront les capacités des extensions et heurteront les performances réelles ».

Pour l'EFF : « Manifest V3, ou Mv3 en abrégé, est carrément nuisible aux efforts de confidentialité. Cela limitera les capacités des extensions Web, en particulier celles conçues pour surveiller, modifier et calculer parallèlement à la conversation de votre navigateur avec les sites Web que vous visitez. Selon les nouvelles spécifications, des extensions comme celles-ci – comme certains bloqueurs de suivi de la vie privée – auront des capacités considérablement réduites. Les efforts de Google pour limiter cet accès sont préoccupants, d'autant plus que Google a installé des traceurs sur 75% du million de sites Web les plus importants ».

Voici les propos de Giorgio Maone, auteur de NoScript, au sujet de Manifest V3 :

Citation Envoyé par Giorgio Maone
De toutes les révolutions de l'API d'extension de navigateur que j'ai vues en 16 ans de développement de NoScript, Manifest V3 est de loin le pire contrevenant : un énorme pas en arrière et mal justifié. Manifest V3 réduit les capacités d'extension et la liberté des utilisateurs Web de personnaliser leur expérience de navigation.

Bien qu'il existe de nombreuses raisons de douter des améliorations de la confidentialité revendiquées et des gains de performances théoriques, la perturbation des extensions existantes est douloureusement réelle : les extensions non triviales devront être réécrites, dans les cas où elles seront obligées d'abandonner des fonctionnalités fondamentales.

Mais pire encore, la capacité des développeurs d'extensions de navigateur à innover et, dans le cas des extensions de confidentialité et de sécurité, à répondre rapidement et de manière créative aux menaces émergentes est sévèrement restreinte. La perte nette est énorme, pour les développeurs mais surtout pour la sécurité en ligne et la liberté de choix des internautes
L'approche hybride de Firefox

Bien que Firefox ne soit pas basé sur Chromium, le support du Manifest est un élément important, car il simplifie le travail des développeurs d’extensions : un module créé sur Chrome (ou l’un de ses dérivés basé sur Chromium comme Microsoft Edge) est facilement transposable à Firefox, une grande partie du socle étant identique. Mais face à cette version 3, Mozilla fait les choses à sa manière.

Mozilla a prévenu que même si le Manifest V3 sera supporté en intégralité, l’API Web Request sera préservée. La direction prise par l'équipe est donc hybride, avec à la fois la possibilité de récupérer la nouvelle génération d’extensions, tout en préservant Web Request et les capacités qui vont avec. Une version amendée du Manifest V3, en quelque sorte.

« L'un des changements les plus controversés de l'approche MV3 de Chrome est la suppression du blocage de WebRequest, qui offre un niveau de puissance et de flexibilité essentiel pour activer les fonctionnalités avancées de confidentialité et de blocage de contenu. Malheureusement, ce pouvoir a également été utilisé pour nuire aux utilisateurs de diverses manières. La solution de Chrome dans MV3 consistait à définir une API de portée plus étroite (declarativeNetRequest) en remplacement. Cependant, cela limitera les capacités de certains types d'extensions de confidentialité sans remplacement adéquat.

« Mozilla maintiendra la prise en charge du blocage de WebRequest dans MV3. Pour maximiser la compatibilité avec d'autres navigateurs, nous fournirons également un support pour declarativeNetRequest. Nous continuerons à travailler avec les bloqueurs de contenu et d'autres consommateurs clés de cette API pour identifier les alternatives actuelles et futures, le cas échéant. Le blocage de contenu est l'un des cas d'utilisation les plus importants pour les extensions, et nous nous engageons à faire en sorte que les utilisateurs de Firefox aient accès aux meilleurs outils de confidentialité disponibles ».

Autres nouveautés

Arbitrary Code Guard, la fonctionnalité de protection contre les exploits développée par Microsoft, a été activé dans les processus de l'utilitaire de lecture multimédia, améliorant la sécurité pour les utilisateurs de Windows.

Le sélecteur de date HTML natif pour les entrées de date et d'heure peut désormais être utilisé uniquement avec un clavier, ce qui améliore son accessibilité pour les utilisateurs de lecteurs d'écran. Les utilisateurs à mobilité réduite peuvent également désormais utiliser des raccourcis clavier courants pour naviguer dans la grille du calendrier et les boutons de sélection des mois.

Les versions de Firefox dans les paramètres régionaux Espagnol d'Espagne (es-ES) et Espagnol d'Argentine (es-AR) sont désormais livrées avec un dictionnaire intégré pour le correcteur orthographique de Firefox.

Télécharger Firefox 109

Source : note de version

Et vous ?

Sur quel navigateur êtes-vous en entreprise ? Pour vos activités personnelles ?
Sur quel système ?
Que pensez-vous de Firefox ?
Que lui manque-t-il, selon vous, pour pouvoir regagner des parts de marché ?
Quels sont les améliorations ou nouveautés qui vous intéressent le plus dans cette version ?