Apple a perdu 165 milliards de dollars de sa valeur boursière en moins d’une semaine
avec une baisse de 2,6 % de son action en raison des protestations anti-COVID en Chine

Apple, l’une des premières entreprises avec une capitalisation boursière à 3 000 milliards de dollars, a vu sa valeur boursière diminuer de 165 milliards de dollars suite aux troubles survenus en Chine. Les manifestations contre les politiques de verrouillage zéro COVID du gouvernement chinois qui ont frappé Foxconn, le principal fournisseur de modèles haut de gamme iPhone 14 Pro et Pro Max, ont alors provoqué une chute de 2,6 % de l’action Apple et ont entraîné un déficit de production de près de 6 millions d’unités, soit environ 10 % des ventes unitaires d’iPhone d’Apple pour le dernier trimestre de 2022.

Alors que le nombre de cas de COVID-19 continue d’augmenter de façon alarmante, la Chine poursuit toujours sa politique zéro COVID qui a déjà entraîné la fermeture de nombreuses habitations et entreprises dans différentes grandes villes du pays. Ces mesures, perçues comme étant trop restrictives par la population, ont provoqué l’apparition de nombreux foyers de protestation et de troubles civils sur tout le territoire, notamment dans l’usine d’assemblage d’iPhone de Foxconn à Zhengzhou.

Foxconn est un énorme complexe industriel qui peut accueillir jusqu’à 200 000 travailleurs en période de pic de production. L’usine chinoise produit la grande majorité des modèles haut de gamme iPhone 14 Pro et Pro Max qui ont permis à Apple de compenser la baisse de la demande pour les modèles ordinaires iPhone 14 de la marque.

Vers la fin du mois de novembre 2022, de violentes manifestations ont éclaté au sein de Foxconn en protestation contre la rigueur des procédures de confinement appliquées à la suite de l’apparition de cas de COVID-19. Ces mesures ont exigé que les employés soient placés en quarantaine dans des systèmes en circuit fermé afin de permettre le fonctionnement des chaînes de production. Les employés ont également exprimé leur mécontentement face aux pénuries alimentaires permanentes et aux problèmes liés aux paiements des salaires. Ces agitations ont finalement entraîné le départ de plusieurs milliers d’employés, dont plus de 20 000 nouvelles recrues.

Nom : Apple Foxconn 1.jpg
Affichages : 115
Taille : 51,4 Ko

Après ces événements, les dirigeants de Foxconn ont tenté de calmer la situation en recrutant activement des employés supplémentaires, en supprimant certains contrôles anti-COVID couteux et en proposant des indemnités de départ pour les employés qui souhaitent rentrer chez eux. L’entreprise taïwanaise a également offert des primes pouvant atteindre 1 800 dollars par mois pour les ouvriers qui décident de rester à temps plein chez Foxconn jusqu’en janvier 2023.

La situation actuelle de Foxconn est une source de préoccupation pour Apple, car elle empêche la marque de profiter pleinement de l’un de ses meilleurs trimestres de vente. Selon Dan Ives, analyste chez Wedbush, la dépendance d’Apple envers le constructeur taïwanais Foxconn pour la fabrication d’une grande partie de ses appareils limite les options disponibles pour la marque.

« La politique zéro COVID en Chine a eu un impact négatif sur la chaîne d’approvisionnement d’Apple, les manifestations de Foxconn à Zhengzhou étant un véritable coup dur pour la marque et pour Foxconn. La réalité est qu’Apple est actuellement à la merci de la politique de zéro COVID de la Chine, ce qui reste une situation très frustrante », a déclaré Ives.

Apple a enregistré une pénurie d'iPhone Pro d'environ 6 millions d'unités en 2022

D’après les informations disponibles sur le site web d’Apple, les événements survenus à l’usine de Zhengzhou ont entraîné des retards dans les livraisons pour toutes les versions du modèle iPhone 14 Pro. Les clients qui ont commandé des iPhone 14 Pro et Pro Max pourraient devoir attendre jusqu’à 37 jours pour recevoir leur smartphone, ce qui représente le délai d’attente le plus long depuis le lancement de ces modèles, affirme un rapport de Counterpoint Research.

Apple et Foxconn, également connu sous le nom de Hon Hai Precision Industry Co., ont aussi annoncé au début du mois de novembre que les livraisons des iPhone 14 Pro et Pro Max seraient inférieures aux prévisions en raison des blocages en Chine. Le déficit du modèle iPhone Pro est estimé à environ 6 millions d’unités pour l’année en cours, selon les analystes de Morgan Stanley. Cependant, cette estimation ne prend pas en compte les événements de Zhengzhou.


Quelques jours après les manifestations à Foxconn, la situation semble légèrement s’améliorer. « Nous estimons qu’Apple connaît actuellement des pénuries importantes d’iPhone qui pourraient entraîner une perte de 5 % des unités au cours du trimestre et potentiellement jusqu’à 10 % en fonction des prochaines semaines en Chine, en raison de la production de Foxconn et des protestations. », affirme Dan Ives dans une note aux investisseurs.

« En raison de la persistance des vents contraires, nous avons ajusté nos estimations [trimestrielles] à la baisse. La demande pour l’iPhone pourrait être réduite de 5 à 8 millions d’unités, principalement dans le haut de gamme, ce qui aurait un impact négatif de 5 à 8 milliards de dollars sur les revenus [du trimestre en cours, qui se termine après décembre] », a déclaré Amit Daryanani, analyste chez EvercoreISI.

Apple et Foxconn ont également annoncé qu’ils ont augmenté leurs estimations des pertes financières suite aux événements de Zhengzhou et prévoient de rattraper les 6 millions d’unités de production perdues en 2023.

Le découplage de la production avec la Chine n'est pas dans l'immédiat

Il est clair aujourd’hui que le retour à la normale de la production d’iPhone au sein de l’usine Foxconn dépend à la fois de la désescalade des manifestations en Chine et des réductions de cas de COVID-19, ce qui est de plus en plus difficile, selon Goldman Sachs. « Les gouvernements locaux peinent à trouver un équilibre entre la maîtrise rapide de la propagation du virus et l’obéissance aux “20 mesures” qui imposent une approche plus ciblée. Le gouvernement central pourrait bientôt devoir choisir entre plus de confinements et plus d’épidémies de COVID », écrit Hui Shan de Goldman Sachs dans une note dominicale.

D’autre part, Apple pourrait ne pas être capable de mettre un terme à sa relation avec la Chine de sitôt. Selon une note de la Bank of America publiée au début du mois de novembre, il faudrait de nombreuses années à Apple pour diversifier son exposition à la fabrication hors de Chine.

« Nous ne nous attendons pas à un découplage rapide de la Chine dans un avenir proche. À notre avis, il faut se concentrer davantage sur les systèmes sur puce et sur une conception plus modulaire/assemblage automatisé, ce qui ne devrait pas se produire rapidement. La présence d’une partie importante de la base de fournisseurs en Chine augmente également la complexité de l’abandon de la Chine », a déclaré la Bank of America.

Apple envisage de déplacer sa production d'iPhone hors de la Chine

Les données montrent toutefois différentes initiatives récentes d’Apple visant à diversifier la fabrication dans des pays comme l’Inde ou le Vietnam. Une augmentation significative des achats en provenance de Taïwan, des États-Unis et d’autres pays est également en train de réorganiser la chaîne d’approvisionnement de la marque. Cette stratégie est d’une part motivée par les mesures anti-COVID prises par le gouvernement chinois, mais également par les tensions commerciales et géopolitiques entre Pékin et Washington.

Les données de la chaîne d’approvisionnement d’Apple montrent en effet que la prédominance de la Chine dans la fabrication mondiale des produits de la marque est en train de baisser. Jusqu’en 2019, 44 % à 47 % des sites de production des fournisseurs d’Apple étaient situés en Chine. Ce chiffre est passé à 41 % en 2020, puis à 36 % en 2021.

Les États-Unis ont enregistré la plus grande hausse du nombre de fournisseurs d’Apple implanté sur le territoire, en passant de 7,2 % en 2019 à 10,7 % en 2021. Taïwan arrive en deuxième position avec une augmentation de 6,7 % à 9,5 %, suivi du Vietnam qui est passé de 2,2 % à 3,7 %, puis finalement de l’Inde qui enregistre une augmentation minime avec moins de 1 % en 2019 à 1,5 % en 2021.

Nom : Apple China Covid.jpg
Affichages : 113
Taille : 30,9 Ko

Selon une estimation de JP Morgan, Apple devrait déplacer jusqu’à environ 5 % de sa production d’iPhone 14 en Inde à partir de la fin de l’année 2022, puis y fabriquera un iPhone sur quatre d’ici 2025. Foxconn est également en train d’accélérer son expansion en Inde et prévoit de quadrupler la main-d’œuvre de son usine d’iPhone en deux ans. 25 % de tous les produits Apple (PC Mac, iPad montres Apple, AirPod) seront alors réalisés en dehors de la Chine d’ici 2025, contre 5 % actuellement.

Néanmoins, comme le déclare Eli Friedman, professeur associé à l’université Cornell ayant étudié la main-d’œuvre en Chine, « Le Vietnam et l’Inde ne sont pas la Chine. Ils ne peuvent pas produire à cette échelle, avec la qualité, les délais d’exécution et la fiabilité de l’infrastructure ». La participation de la Chine dans la chaîne d’approvisionnement d’Apple ne va donc pas disparaitre du jour au lendemain et le découplage n’est pas réaliste pour le moment, rajoute Friedman.

Au terme des manifestations survenues à l’usine de Foxconn de Zhengzhou, l’action Apple a perdu plus de 2,6 % de sa valeur pour atteindre 144,06 dollars à la fin du mois de novembre 2022. La société d’investissement Wedbush maintient sa note « Outperform » avec un objectif de cours de 200 dollars pour l’action Apple, tandis que la Bank of America adopte une approche plus prudente et octroie une note « Neutre » avec un objectif de cours de 154 dollars.

Sources : Bloomberg, Yahoo Finance, CNBC, Reuters

Et vous ?

Selon vous, Apple sera-t-elle capable de se passer des fournisseurs chinois pour la fabrication de ses produits ?
Que pensez-vous de la stratégie d'Apple visant à délocaliser sa production d'iPhone en Inde ?

Voir aussi :

Apple perd 1 000 Mds $ de valeur marchande en un an, sa capitalisation boursière passant sous les 2 000 Mds $
Apple a désormais une plus grande capitalisation boursière qu'Amazon, Alphabet et Meta réunis