IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 215
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 215
    Points : 24 368
    Points
    24 368
    Par défaut Le Royaume-Uni pourrait emprisonner les responsables de médias sociaux qui enfreignent la sécurité des enfants
    Réseaux sociaux et santé mentale des enfants : le Royaume-Uni pourrait emprisonner les responsables de médias sociaux,
    qui enfreignent les règles de sécurité des enfants

    La secrétaire d'État britannique à la culture a déclaré qu'elle n'excluait pas de modifier le projet de loi sur la sécurité en ligne afin de permettre aux régulateurs de poursuivre les patrons de médias sociaux qui n'auraient pas protégé la sécurité des enfants. Le projet de loi sur la sécurité en ligne vise à réprimer toute une série de contenus en ligne qui, selon les ministres, causent un préjudice grave. Michele Donelan a déclaré qu'elle était ouverte aux changements demandés par des dizaines de députés conservateurs, et qu'elle adopterait une « approche raisonnable » de leurs idées.

    Parmi les 36 députés qui ont signé l'amendement figurent l'ancienne ministre de l'Intérieur Priti Patel et l'ancien ministre du Travail et des Retraites Iain Duncan Smith. Les travaillistes ont également confirmé vendredi qu'ils soutiendraient l'amendement, augmentant ainsi la pression sur le Premier ministre. Parmi les autres changements apportés au projet de loi, figure la modification des plans précédents visant à s'attaquer aux contenus vus par des adultes qui sont préjudiciables, mais se situent en dessous du seuil de criminalité, tels que la cyberintimidation et les contenus sexistes et racistes.

    Nom : enfant.jpg
Affichages : 777
Taille : 31,2 Ko

    En 2021, Facebook a annoncé la suspension de ses plans de lancement d'Instagram Kids, une version de son application de partage de photos destinée aux enfants de moins de 13 ans, après que des législateurs et d'autres personnes ont exprimé des inquiétudes quant aux effets de la plateforme de partage de photos sur la santé mentale des jeunes.

    Adam Mosseri, le responsable d'Instagram, application appartenant à Facebook, a déclaré que le service de réseaux sociaux mettait en pause ses travaux afin de pouvoir écouter les préoccupations et faire davantage pour démontrer la valeur de la version pour enfants, qui devait être dépourvue de publicité et permettre aux parents de surveiller l'activité des enfants. Adam aurait nié que la décision de « mettre en pause » le travail de développement sur Instagram Kids était un aveu que le concept était une mauvaise idée. Il a également ajouté que c'était toujours la « bonne chose à faire » de construire une application autonome qui offre aux parents plus de contrôle et de supervision.

    « Je reste fermement convaincu que c'est une bonne chose de créer une version d'Instagram qui est fiable pour les préadolescents, mais nous voulons prendre le temps de parler aux parents, aux chercheurs et aux experts en sécurité et parvenir à un consensus sur la manière d'aller de l'avant », a déclaré Adam Mosseri.

    La décision d'Instagram intervient après une enquête du Wall Street Journal, qui montre que les propres recherches internes de l'entreprise ont révélé qu'Instagram était dangereux pour un pourcentage important de jeunes utilisateurs, en particulier les adolescentes qui ont des problèmes d'image corporelle. Instagram aurait détérioré l'image corporelle d'une adolescente sur trois.

    En Australie, la commissaire à la cybersécurité, Julie Inman Grant, a proposé une « feuille de route » sur la sécurité en ligne. Elle décrit un moyen d'empêcher les mineurs d'accéder à des contenus pour adultes en s'assurant que les sites hôtes ont vérifié l'âge des utilisateurs. Le système de vérification de l'âge en ligne, nécessitant l'utilisation d'une pièce d'identité serait « invasive et risquée », selon des groupes de défense de la vie privée.

    Diverses options de vérification de l'âge ont été proposées au cours de l'élaboration de la feuille de route, notamment le recours à des sociétés tierces, la vérification de l'âge sur des sites individuels à l'aide de documents d'identité ou de contrôles de cartes de crédit, et le recours à des fournisseurs de services internet ou à des opérateurs de téléphonie mobile pour vérifier l'âge des utilisateurs.

    Les groupes de défense des droits numériques affirment que presque toutes les approches de la vérification de l'âge comporteront un certain niveau de risque pour la vie privée et la sécurité. « Après les brèches d'Optus et de Medibank, des millions de personnes sont maintenant très conscientes des dangers de la collecte et du stockage de grandes quantités d'informations personnelles », a déclaré Samantha Floreani, responsable de programme à Digital Rights Watch.

    « La vérification de l'âge est une combinaison terrible d'invasivité et de risque, tout en étant inefficace pour l'objectif qu'elle est censée atteindre. Les méthodes qui sont moins invasives pour la vie privée sont facilement contournées par les enfants férus de technologie, et celles qui sont plus susceptibles de fonctionner pour limiter l'accès à la pornographie créent des risques massifs et disproportionnés pour la vie privée et la sécurité numérique. »

    Lucy Powell, la secrétaire d'État à la culture, a déclaré : « Les travaillistes ont demandé que la responsabilité pénale de ceux qui dirigent ces entreprises soit engagée tout au long de l'adoption du projet de loi et nous allons unir nos forces à travers la Chambre pour le renforcer de cette manière. » L'amendement donnerait à l'Ofcom, l'organisme de surveillance des communications, le pouvoir de poursuivre les dirigeants des entreprises de médias sociaux qui ont enfreint la loi. Si les ministres l'incluent dans le projet de loi, ce sera la troisième fois que le Premier ministre, Rishi Sunak, se plie aux exigences de ses députés, après des volte-face sur la planification et les parcs éoliens terrestres.

    Un porte-parole a déclaré : « Notre objectif est d'obliger les plateformes de médias sociaux à rendre des comptes en cas de contenu préjudiciable, tout en veillant à ce que le Royaume-Uni reste un endroit idéal pour investir et développer une entreprise technologique. Nous sommes convaincus que nous pouvons atteindre ces deux objectifs. Nous examinerons attentivement tous les amendements proposés au projet de loi sur la sécurité en ligne et nous exposerons notre position lorsque la phase de rapport se poursuivra. »

    L'une des concessions envisagées par les ministres, rapportées par le Daily Telegraph, consisterait à rendre les cadres supérieurs des entreprises technologiques responsables de certains aspects de la sécurité en ligne, comme la communication de rapports sur l'exploitation sexuelle des enfants à la National Crime Agency ou la responsabilité des infractions "répétées" à la loi.

    Dans sa version actuelle, le projet de loi donne à l'Ofcom le pouvoir d'infliger aux entreprises des amendes pouvant aller jusqu'à 10 % de leur chiffre d'affaires mondial en cas de violation de la loi. L'Ofcom ne pourra poursuivre les dirigeants que s'ils ne coopèrent pas à une enquête. Toutefois, cette mesure a suscité la colère de nombreux députés conservateurs qui estiment que l'autorité de régulation devrait être dotée de pouvoirs plus stricts.

    L'amendement permettrait à l'Ofcom de poursuivre des cadres individuels s'il est démontré qu'ils ont été de connivence ou ont consenti à violer des éléments du projet de loi sur la sécurité des enfants. Les juges pourraient imposer des peines de prison allant jusqu'à deux ans. La NSPCC a soutenu ce changement, demandant que « les dirigeants soient responsables de la sécurité de nos enfants. »

    Parmi les autres changements apportés au projet de loi, dont le rapport et la troisième lecture auront lieu à la Chambre des communes la semaine prochaine, figure la modification des plans précédents visant à s'attaquer aux contenus vus par des adultes qui sont préjudiciables, mais se situent en dessous du seuil de criminalité, tels que la cyberintimidation et les contenus sexistes et racistes.

    Les entreprises technologiques devront indiquer clairement dans leurs conditions d'utilisation comment elles modèrent ces contenus. Les utilisateurs ont également la possibilité de demander que ces contenus soient éliminés s'ils se trouvent sur des plateformes de médias sociaux.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Un système de vérification de l'âge en ligne pourrait être une source de données personnelles et d'habitudes de visionnage de pornographie, selon des groupes de défense de la vie privée

    Facebook suspend son projet de lancer Instagram Kids, cette décision fait suite aux préoccupations concernant les effets sur la santé mentale des moins de 13 ans
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre actif
    Profil pro
    Inscrit en
    avril 2013
    Messages
    89
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : avril 2013
    Messages : 89
    Points : 298
    Points
    298
    Par défaut
    Et les parents qui ne contrôlent pas l'utilisation des écrans et des RS de leurs enfants, ils vont les emprisonner aussi ?

    On pourrait parler d'éducation sur l'utilisation et le comportement sur les RS mais comme la grand majorité des parents ne valent pas mieux que leurs gosses sur ces points, c'est peine perdue.

  3. #3
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    août 2003
    Messages
    984
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : août 2003
    Messages : 984
    Points : 2 984
    Points
    2 984
    Par défaut
    Les parents sont en partie en tord et Facebook aussi.

    Je n'ai pas la solution pour pousser les parents à agir vis à vis de leurs enfants mais pour Facebook & co, il faut que des sanctions dissuasives tombent à un moment (amendes, prisons, blocage DNS, ...)

  4. #4
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    671
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 671
    Points : 1 737
    Points
    1 737
    Par défaut
    Citation Envoyé par smarties Voir le message
    Les parents sont en partie en tord et Facebook aussi.

    Je n'ai pas la solution pour pousser les parents à agir vis à vis de leurs enfants mais pour Facebook & co, il faut que des sanctions dissuasives tombent à un moment (amendes, prisons, blocage DNS, ...)
    Mais ouais, et pourquoi pas un blocage des VPN politiquement neutre, pendant qu'on y est ?? Et un blocage de TOR, aussi, hein ?

    Et comme cela ne peut pas fonctionner, le mieux reste un grand pare-feu, à la manière de la Chine ou de la Russie

  5. #5
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    671
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 671
    Points : 1 737
    Points
    1 737
    Par défaut
    Et j'invite d'ailleurs tout le monde à changer de DNS pour un DNS non censuré (et si possible respectueux des données qui transitent), comme celui de la FDN.

    Si ce n'est pas déjà fait.

  6. #6
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    août 2003
    Messages
    984
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : août 2003
    Messages : 984
    Points : 2 984
    Points
    2 984
    Par défaut
    Le blocage DNS en idée est un peu extrême et les utilisateurs du services seraient mécontents... toutefois ça pourrait bloquer les IP/domaines publicitaires de FB

  7. #7
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    575
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 575
    Points : 1 949
    Points
    1 949
    Par défaut
    Je ne suis pas contre l'idée de plus responsabiliser les responsables des RS au détail près que ça mène à la censure privée qui n'est pas la bonne piste pour la résolution du problème.
    Quelle est la bonne piste? Je ne sais pas.
    Une partie de cette piste vient des parents mais une bonne partie d'entre eux ne maitrisent pas du tout ce media (et j'ai du mal à les condamner pour ça).

  8. #8
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    671
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 671
    Points : 1 737
    Points
    1 737
    Par défaut
    Citation Envoyé par smarties Voir le message
    Le blocage DNS en idée est un peu extrême et les utilisateurs du services seraient mécontents... toutefois ça pourrait bloquer les IP/domaines publicitaires de FB
    C'est clair que ça ne serait pas une grosse perte pour le coup .

Discussions similaires

  1. Réponses: 6
    Dernier message: 01/01/2022, 17h38
  2. Réponses: 7
    Dernier message: 06/12/2021, 08h29
  3. Russie : les médias sociaux s'opposent aux injonctions des procureurs
    Par Stéphane le calme dans le forum Actualités
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/12/2014, 01h50
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 10/11/2009, 15h04
  5. Virtualiser les serveurs, est-ce un risque pour la sécurité des données ?
    Par Jean-Philippe Dubé dans le forum Actualités
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/06/2009, 16h00

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo