Plusieurs entreprises de l'UE ont écopé de 2,83 milliards d'euros d'amendes, dont Meta qui a dû payer 80 % du montant, pour non-respect des lois sur la protection des données

Un nouveau rapport révèle que de nombreuses entreprises de l'Union européenne se sont vu infliger des amendes considérables au cours des trois dernières années. Les entreprises technologiques ont payé un méga total de 2,83 milliards d'euros (soit 3 milliards de dollars) pour 1400 procès intentés contre elles.

La plupart des poursuites engagées concernaient des affaires enregistrées pour non-respect des politiques de protection des données. Parmi ces amendes colossales, il est réjouissant de constater que le chiffre est bien inférieur à celui de l'année précédente.

Mais la raison pour laquelle l'année 2022 se démarque autant est liée à la sévérité des accusations portées contre un seul géant de la technologie, à savoir Meta. Vous serez surpris d'apprendre que le rapport souligne que le géant technologique Meta a payé 80 % des amendes infligées.

Ces données nous ont été fournies par EnforcementTracker et n'oubliez pas que toutes les affaires ne sont pas rendues publiques. Si les amendes les plus élevées ont été infligées au cours du troisième trimestre de 2021, le troisième trimestre de 2022 a également été très important. C'est là que nous avons vu des amendes à partir de 430 millions d'euros.

La plus grosse somme facturée pour de telles violations au troisième trimestre vaut également le coup d'œil et s'élève à près de 430 millions d'euros. Le fait de voir Meta se voir infliger des amendes énormes de manière répétée prouve vraiment que la plupart des pénalités sont payées par le géant de la technologie.

Nom : eu-businesses-fined-over-830-million-euro-for-gdpr-violations-in-2022-meta-paid-over-80.png
Affichages : 378
Taille : 43,8 Ko

Le DPC, basé en Irlande, a imposé une méga amende de 405 millions d'euros à Meta en septembre de l'année dernière. Dans ce cas particulier, deux problèmes majeurs ont été constatés dans le traitement des informations personnelles liées aux utilisateurs immatures de l'application Instagram.

Des informations sensibles, telles que l'adresse électronique et le numéro de téléphone d'un enfant, ont été rendues publiques lors de l'utilisation de la fonction "compte professionnel" de l'application. Pendant ce temps, Instagram rendait publics les profils de jeunes enfants, grâce à ses paramètres par défaut.

De même, une autre somme colossale de 265 millions d'euros a été versée par une entité similaire en novembre de l'année dernière, lorsque Meta a été condamnée par l'UE pour avoir enfreint deux articles de la loi sur la protection des données. C'est à ce moment-là que des détails concernant des utilisateurs de Facebook sont apparus dans différentes parties du monde et ont été vus en train d'être extraits de profils mis à la disposition du public.

Dans ce contexte, Meta a fait l'objet d'un examen approfondi et le DPC a publié un nouveau blâme et un nouvel ordre qui ont contraint l'entreprise à mettre le traitement en conformité en définissant une nouvelle série de mesures correctives assorties d'un délai précis.

Meta a été vu en train de faire des ajustements dans un certain délai et jusqu'à présent, il ne serait pas faux de mentionner que des amendes d'une valeur d'un milliard d'euros ont été infligées pour avoir violé les lois du GDPR.

Ainsi, comme vous pouvez le constater dans ce rapport, depuis 2018, l'organisme qui gère le cadre européen lié à la protection des données finit par avoir un impact sur diverses entreprises qui opèrent au sein de l'Union européenne.

Puisque ce comportement est souligné comme étant extra-territorial, cette règle GDPR s'applique aux entreprises présentes en dehors de l'Union européenne. Cette législation particulière est conçue pour lutter contre les nombreuses personnes concernées au lieu de régir les entreprises.

Mais il faut aussi se rappeler que ce comportement de l'UE peut sembler excessif, mais qu'il est nécessaire, car le monde s'efforce d'établir une connexion plus forte. C'est pourquoi il est de plus en plus difficile de rester anonyme, grâce aux plateformes de médias sociaux.

Source : EnforcementTracker

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Selon vous, les sanctions imposées à l'encontre de Meta sont-ils excessifs ?

Voir aussi :

Meta écope d'une amende de 277 millions de dollars en Irlande pour la fuite des données d'un demi-milliard d'utilisateurs
Meta condamné à une amende de plus de 400 M$ en Irlande pour avoir utilisé les données personnelles à des fins publicitaires