IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Solutions d'entreprise Discussion :

Salesforce fait l'objet d'un procès en représailles intenté par un ancien cadre supérieur


Sujet :

Solutions d'entreprise

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    1 046
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 1 046
    Points : 17 312
    Points
    17 312
    Par défaut Salesforce fait l'objet d'un procès en représailles intenté par un ancien cadre supérieur
    Salesforce va supprimer 10 % de ses effectifs, soit environ 8 000 employés, et évoque avoir embauché "trop de personnes" dans un contexte de ralentissement économique

    Salesforce Inc a annoncé qu'il prévoyait de supprimer 10 % de ses effectifs et de fermer certains bureaux, après avoir embauché trop de personnes dans un contexte de ralentissement économique.

    L'entreprise de logiciels basés sur le cloud a déclaré mercredi que les suppressions d'emplois entraîneraient des charges de l'ordre de 1,4 à 2,1 milliards de dollars, alors que seuls 800 millions à 1 milliard de dollars environ seront enregistrés au quatrième trimestre.

    Les entreprises allant de Meta Platforms Inc à Amazon.com Inc ont supprimé des milliers d'emplois au cours de l'année écoulée, en prévision d'une récession, attendue à la suite des hausses agressives des taux d'intérêt par les banques centrales mondiales pour freiner l'inflation.

    Les entreprises qui se sont appuyées sur les services cloud pendant la pandémie tentent maintenant de réduire leurs dépenses et retardent leurs nouveaux projets, ce qui nuit à des sociétés comme Salesforce et Microsoft Corp.

    "L'environnement reste difficile et nos clients adoptent une approche plus mesurée dans leurs décisions d'achat", a déclaré Marc Benioff, co-directeur général de Salesforce, dans une lettre adressée aux employés.

    "Alors que notre chiffre d'affaires s'est accéléré pendant la pandémie, nous avons embauché trop de personnes, ce qui a conduit au ralentissement économique auquel nous sommes maintenant confrontés, et j'en assume la responsabilité."

    Nom : salesforce value.png
Affichages : 1942
Taille : 75,6 Ko

    Salesforce comptait près de 80 000 employés à la fin du troisième trimestre, contre environ 70 000 un an plus tôt.

    La société a déclaré dans son dépôt réglementaire trimestriel qu'elle avait augmenté ses effectifs "pour répondre à la demande accrue de services".

    L'action Salesforce a augmenté de 3 % mercredi. Elles ont perdu environ la moitié de leur valeur en 2022, Salesforce ayant enregistré quatre trimestres consécutifs de ralentissement de sa croissance.

    "Elle (l'entreprise) n'est certainement pas seule car le secteur est aux prises avec un environnement de demande qui s'est significativement adouci au cours des 12 derniers mois", a déclaré Arjun Bhatia, analyste chez William Blair.

    Cette décision place Salesforce en bonne position pour atteindre son objectif de 25 % de marge d'exploitation en 2026, mais le contexte macroéconomique pourrait faire peser un risque sur son objectif de 50 milliards de dollars de chiffre d'affaires, selon M. Bhatia.

    "Il est fort probable que d'autres sociétés de logiciels procèdent à des ajustements de taille", a déclaré Rishi Jaluria, analyste de RBC Capital Markets.

    Source : Salesforce

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de la situation ?
    Trouvez-vous qu'une telle pratique de licenciement massif diffuse une bonne image pour l'entreprise ?

    Voir aussi :

    L'âge d'or de la technologie SaaS devient un vrai cauchemar pour le DevOps
    Les revenus mondiaux des services de cloud public ont augmenté de 29 % pour atteindre 408,6 milliards de dollars en 2021
    Le PDG de Salesforce, Marc Benioff, affirme que les ordres de retour au bureau ne fonctionneront jamais
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 267
    Points
    66 267
    Par défaut Le PDG de Salesforce aurait fait une "désintoxication numérique" après avoir licencié plus de 7 000 personnes
    Le PDG de Salesforce a fait une cure de "désintoxication numérique" de 10 jours en Polynésie française après avoir licencié 7 000 personnes
    mais les critiques préfèrent y voir de simples vacances

    Le PDG de Salesforce, Marc Benioff, a révélé dans une récente interview la façon dont il a géré la responsabilité des récents licenciements au sein de la société : « une cure de "désintoxication numérique" de dix jours qui a nécessité un voyage en Polynésie française ». Cette déclaration intervient quelques semaines après que Benioff a licencié environ 7 000 employés, soit environ 10 % de l'effectif mondial de Salesforce, dans le cadre d'une politique de réduction des coûts. Beaucoup ont mal pris la nouvelle, car ils considèrent cela comme "une moquerie" envers les employés licenciés. Ils préfèrent dire que "Benioff s'est juste offert un peu de bon temps".

    En janvier dernier, Salesforce a annoncé qu'elle allait licencier 10 % de ses effectifs. En conséquence, environ 7 000 personnes ont été affectées par cette décision. Au début du mois, le 3 février, il a été signalé que plusieurs employés ont appris qu'ils avaient été licenciés par l'éditeur de logiciels. Des rapports sur le sujet ont rapporté qu'environ 4 000 utilisateurs avaient disparu du canal Slack de Salesforce en seulement deux jours. Selon certaines estimations, au début de l'année 2022, Salesforce comptait 73 541 employés. Les licenciements ont été annoncés par le PDG Marc Benioff, et devraient permettre à l' éditeur de logiciels de réduire ses coûts.

    Dans une interview accordée au New York Times, Benioff a révélé la façon dont il a fait face à la responsabilité de licencier des milliers de personnes : une désintoxication numérique lors d'un voyage de 10 jours en Polynésie française. Pour ceux qui l'ignorent, la "désintoxication numérique" est une tendance qui consiste à renoncer à l'utilisation de tout appareil numérique - comme les téléphones, les tablettes ou les ordinateurs - pendant un certain temps, généralement dans le but de réduire sa dépendance à l'égard de ces appareils ou des médias sociaux. Le terme s'est popularisé au cours de ces dernières années, notamment pendant la pandémie.

    Nom : Marc-Benioff-Salesforce-CEO.png
Affichages : 2830
Taille : 798,2 Ko
    Marc Benioff, PDG de Salesforce

    « Nous sommes tellement dépendants de nos appareils (du moins, je le suis) que c'est très libérateur de les laisser derrière soi pendant un certain temps », a écrit le PDG de Salesforce au NYT dans une série d'entretiens. La désintoxication numérique de Benioff offre un aperçu intéressant de la façon dont un PDG du secteur de la technologie a navigué dans une période de changement au sein de l'entreprise, en recherchant une période temporaire de calme, sans communication numérique. Le rapport mentionne qu'après les licenciements, Benioff a organisé une réunion d'entreprise virtuelle au cours de laquelle il a parlé pendant environ 2 heures.

    Qualifiant la réunion de "mauvaise idée", Benioff a déclaré : « nous essayions d'expliquer l'inexplicable. Il est difficile d'organiser un appel de ce type avec un groupe aussi important et de le rendre efficace, et nous en avons payé le prix ». En fait, au début de l'année, les employés de Salesforce savaient qu'ils devaient s'attendre à la suppression des milliers d'emplois. Le 4 janvier, Benioff a annoncé que Salesforce prévoyait de supprimer environ 10 % dans les semaines suivantes. La nouvelle a suscité la confusion et des questions, mais Benioff n'a pas répondu aux questions sur les licenciements lors de la réunion de 2 heures le lendemain.

    Les déclarations de Benioff au NYT ont fait l'objet de nombreuses critiques. Certains critiques, qui se présentent comme d'anciens employés de Salesforces, affirment que Benioff n'a pas fait preuve de leadership lors de l'annonce des licenciements ni lors de la réunion. « Le leadership réel est présent et pris en compte dans les pires moments et la seule raison pour laquelle vous fuyez sur une île éloignée de votre "vie numérique" est que vous craignez d'être le prochain à être licencié », a écrit un critique. Pour d'autres, le PDG de Salesforce a choisi le mauvais moment pour sa cure, alors que les licenciements sont toujours en cours dans l'entreprise.

    « Le moment et la structure de ces vacances semblent spécifiquement conçus pour éviter certaines des conséquences de cette décision, ce qui semble égoïste. De plus, l'image est plutôt mauvaise. Benioff vient de supprimer les moyens de subsistance d'un grand nombre de personnes (et a probablement rendu le travail des employés restants plus difficile), puis il est immédiatement parti s'amuser d'une manière extrêmement riche. Un meilleur dirigeant ferait quelque chose qui montre une certaine solidarité, et prendrait ses vacances plus tard », a écrit un autre critique. Mais certains comprennent la décision du PDG de prendre quelques jours de congés.

    « Le fait est qu'il y a toujours une crise. Donc si vous fonctionnez comme ça, vous ne prenez jamais de vacances. Même un rapport trimestriel réussi peut être accueilli par la dérision des analystes. À ce stade, vous vous exposez à la presse, ce qui n'est pas une façon de vivre. Les licenciements sont le lot quotidien », a commenté un critique. Un autre a déclaré : « il suffit d'imaginer tout le stress qu'Elon Musk doit supporter en permanence en tant que PDG de ses différentes entreprises, constamment plongé dans la prise de décisions commerciales essentielles et certainement pas en train de traîner sur les médias sociaux toute la journée. Ce n'est pas facile ».

    Selon les messages Slack examinés par les médias, la plupart des employés de Salesforce ne savaient pas quand et pour qui les licenciements auraient lieu. Lors de la réunion, Benioff a comparé le fait de perdre des employés à des licenciements au deuil d'une personne décédée. Selon des rapports sur le sujet, Benioff s'est présenté avec environ 18 minutes de retard à la réunion, puis il a plaisanté : « ai-je manqué quelque chose ? ». Plus de 500 employés auraient envoyé une lettre à la direction exprimant leur "isolement face au manque d'informations" et posant des questions telles que la raison pour laquelle certains managers n'étaient pas impliqués.

    Ils ont également demandé si les réductions avaient quelque chose à voir avec les investisseurs activistes de Salesforce. L'entreprise a poursuivi ses licenciements planifiés en février, et une personne a déclaré à Insider qu'il s'agissait d'un "bain de sang" pour les employés des ventes et du marketing. On ne sait pas exactement combien de personnes ont été licenciées à ce jour, mais des sources ont rapporté que 4 000 personnes étaient absentes de Slack, la messagerie de l'entreprise, après le 31 janvier, mais cela pourrait inclure des entrepreneurs qui ont été supprimés après la fin de l'année fiscale. Salesforces n'a pas communiqué à ce sujet.

    Salesforce, qui a considérablement augmenté ses effectifs pour faire face au boom suscité par la pandémie de la Covid-19, tente maintenant de réduire ses dépenses en raison de la baisse de la croissance économique. « L'environnement reste difficile et nos clients adoptent une approche plus mesurée dans leurs décisions d'achat. Alors que notre chiffre d'affaires s'est accéléré pendant la pandémie, nous avons embauché trop de personnes, ce qui a conduit au ralentissement économique auquel nous sommes maintenant confrontés, et j'en assume la responsabilité », a déclaré Benioff dans la lettre qu'il a adressée aux employés.

    L'action Salesforce a augmenté de 3 % après l'annonce des licenciements. Elles ont perdu environ la moitié de leur valeur en 2022, Salesforce ayant enregistré quatre trimestres consécutifs de ralentissement de sa croissance. « Salesforce n'est certainement pas seule, car le secteur est aux prises avec un environnement de demande qui s'est significativement adouci au cours des 12 derniers mois », a déclaré Arjun Bhatia, analyste chez William Blair. La société en bonne position pour atteindre son objectif de 25 % de marge d'exploitation en 2026, mais le contexte économique pourrait retarder son objectif de 50 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

    Outre Salesforce, de nombreuses entreprises technologiques - telles qu'Amazon, Google, Microsoft, Meta, Twitter, Wipro et eBay - ont annoncé qu'elles réduisaient leurs effectifs afin de réduire leurs coûts et de survivre à des conditions économiques turbulentes.

    Source : New York Times

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous du voyage du PDG de Salesforces en Polynésie française ?
    Selon vous, s'agit-il réellement d'une désintoxication numérique ou juste de simples vacances ?
    À votre avis, le moment a-t-il été mal choisi par le PDG de Salesforce pour faire sa cure ? Pourquoi ?

    Voir aussi

    Salesforce va supprimer 10 % de ses effectifs, soit environ 8 000 employés et évoque avoir embauché "trop de personnes" dans un contexte de ralentissement économique

    Le PDG de Salesforce, Marc Benioff, affirme que les ordres de retour au bureau ne fonctionneront jamais, et ajoute que l'avenir réside dans le travail à distance et la flexibilité

    Plus de 70 000 employés ont été licenciés par les géants de la technologie au cours des 12 derniers mois, dont environ 37 000 travailleurs pour Twitter, 18 000 pour Amazon et 11 000 pour Meta
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Membre éprouvé
    Profil pro
    Inscrit en
    Mai 2011
    Messages
    498
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2011
    Messages : 498
    Points : 1 148
    Points
    1 148
    Par défaut
    J'ai tjs cru que les emplois en informatique ne connaitraient jamais ce genre de grande vague de licenciement. Comme quoi on peut se tromper facilement.

  4. #4
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Consultant en technologies
    Inscrit en
    Juin 2013
    Messages
    277
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en technologies
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2013
    Messages : 277
    Points : 1 011
    Points
    1 011
    Par défaut
    J'ai tjs cru que les emplois en informatique ne connaitraient jamais ce genre de grande vague de licenciement. Comme quoi on peut se tromper facilement.
    Pourquoi cette croyance ?

  5. #5
    Membre éprouvé
    Profil pro
    Inscrit en
    Mai 2011
    Messages
    498
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2011
    Messages : 498
    Points : 1 148
    Points
    1 148
    Par défaut
    Citation Envoyé par earhater Voir le message
    Pourquoi cette croyance ?
    Un peu comme dans la fonction publique, je pensais pas que les developpeurs pouvaient être virer en masse. C'était un mine d'or d'être développeur.

  6. #6
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 189
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 189
    Points : 3 635
    Points
    3 635
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    Dans une interview accordée au New York Times, Benioff a révélé la façon dont il a fait face à la responsabilité de licencier des milliers de personnes : une désintoxication numérique
    Je ne vois pas le rapport.
    A moins qu'en s'isolant des ordinateurs et des téléphones il s'assurait de ne pas pouvoir lire les conséquences de ce choix.
    Cette attitude est particulièrement lâche, une entreprise qui a besoin de licencier 10% de son personnel a soit vécu une crise majeure soit est mal gérée. Et son attitude suggère que la deuxième hypothèse n'est pas loin de la vérité et il s'en rend compte.
    Mais dans cette situation si tu es un bon manager tu restes à ton poste et tu communiques bien.
    La réunion de 2h est elle vraiment une mauvaise idée? Qu'en pensent les employés?
    Et si s'est une mauvaise idée c'est probablement principalement parce qu'elle a été mal gérée. Par exemple pendant le covid mon DG a organisé une réunion tous les 3 mois, et parfois il y avait le constat de mauvaise décisions prises, qu'elles nous impacteraient, on est moins que le nombre de personne que Benioff a licencié pourtant toutes ces réunions duraient 2h30 ou 3h.
    Je penses qu'il n'a pas les épaules pour son poste, ma solution, le licenciement ou la démission mais certainement pas une cure.

  7. #7
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 488
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 488
    Points : 5 839
    Points
    5 839
    Par défaut
    Et pourquoi pas, plus c'est gros plus ça passe comme on dit.
    Moi je propose aussi au minimum une hausse de son salaire a hauteur du double de l'inflation. Pour compenser le stress de toute ces responsabilités.


    J'ai vu il y'a 2 jour un directeur d'une grosse ESN sur linkedin se plaindre: "une fois bien formé mes salariés s'expatrie (la franque fait plus fuir les talents que ne les attirent) ou bien vont bosser dans des startups pour avoir un meilleur salaire".
    Quand on voit ce genre de news, qu'on a depuis des décennies, il y'a fatalement une mentalité qui s'installe auprès des salariés. Manque de loyauté (si demain je trouve mieux je plante le projet et je me casse) et d'investissement (je fais pas plus que ce qu'il y a dans mon contrat car aucune compensation/promotion derrière).

    C'est bien dommage, les entreprises auraient beaucoup plus a y gagner si les salariées étaient dévoué et loyaux envers leurs salariées. En échange bien sur de compensation: salaire qui évolue réelement (et pas les 2-3% bidon) et/ou bien plus d’avantage (plus de congés payé, horaire flexible, plus de tt...).
    et pas de licenciement pendant les "période difficile" (suffit de voir ce que fait intelk en ce moment), ces "période difficile" ne sont pas des menaces de faillites, c'est juste moins de bénéfice mais ca reste des bénéfices de plusieurs milliards chaque années pour les gafams qui licencient, c'est donc d'autant plus

    il y'a plus de 5ans, apres 2ans a demander des augmentations, moi et le reste de mon équipe on a tous démissionné en même temps, par la suite le projet à évidement capoté et nous on est allez voir ailleur pour gagner 20% de plus...
    En informatique, je le vois, il y'a un gros turn over, chaque année je dit au revoir a au moins 2 collègues qui vont ailleurs pour gagner plus. Je fait moi aussi de même, je change régulièrement pour que le salaire suive.
    Sinon ma loyauté ferait que je serait encore avec un salaire de 35k au lieu de plus de 50k...

  8. #8
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 267
    Points
    66 267
    Par défaut Salesforce aurait payé Matthew McConaughey 10 millions de dollars par an en tant que "conseiller créatif"
    Salesforce aurait payé l'acteur Matthew McConaughey 10 millions de dollars par an en tant que "conseiller créatif"
    malgré le licenciement de plus de 8 000 employés le mois dernier

    Un nouveau rapport sur un certain arrangement entre Salesforce et l'acteur Matthew McConaughey suggère que "l'entreprise de logiciels de San Francisco s'est probablement moquée des employés" qu'elle a licenciés dans le cadre de sa politique de réduction des coûts. En effet, Salesforce, qui a récemment licencié 8 000 employés, aurait payé Matthew McConaughey 10 millions de dollars par an pour qu'il lui serve de "conseiller créatif et de consultant pour la télévision". La révélation de cet arrangement a suscité de vives critiques dans la communauté, certaines personnes dénonçant "un contrat excessivement juteux" pour tel rôle.

    Matthew McConaughey est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur de cinéma américain né le 4 novembre 1969 à Uvalde, au Texas, aux États-Unis. Il serait un ami du fondateur et co-PDG de Salesforce, Marc Benioff. Mardi, le Wall Street Journal (WSJ) a publié un rapport selon lequel l'entreprise de logiciels de San Francisco aurait accepté de payer McConaughey 10 millions de dollars par an pour servir de conseiller créatif et de présentateur pour la télévision. Les termes du contrat ne sont pas clairs et l'on ignore quand le contrat a commencé. Le rapport cite simplement des personnes au courant de l'accord avec McConaughey.

    Les représentants de Salesforce ont refusé de répondre aux demandes de commentaires. Il est toutefois clair que Salesforce et McConaughey ont une entente. L'année dernière, McConaughey a joué dans la publicité de l'entreprise pour le Super Bowl, revêtant une combinaison d'astronaute à bord d'une montgolfière. Selon le rapport, Salesforce a payé 5 millions de dollars pour diffuser cette publicité, ce que Benioff a considéré comme un prix minime par rapport aux 70 000 employés de la société. Le rapport suggère que le contrat avec McConaughey pourrait résulter des efforts voyants déployés par l'entreprise pour améliorer son profil au fil des ans.


    Bien que la plupart des consommateurs n'aient pas d'expérience directe de l'offre logicielle de Salesforce, la société est devenue un nom reconnaissable - du moins dans la bulle de la Silicon Valley - grâce à une stratégie marketing qui s'appuie sur de grands noms. Dès 2003, la société a commencé à organiser une conférence de plusieurs jours dans le centre de San Francisco, qui a attiré des personnalités comme l'ancien président Barack Obama et le PDG d'Apple Tim Cook. McConaughey et le musicien Wil.I.Am - très impliqué dans l'industrie technologique - auraient également pris part à des discussions stratégiques de haut niveau chez Salesforce.

    McConaughey a également joué dans une autre publicité télévisée de Salesforce visant à promouvoir le développement durable, diffusée pendant les matchs de la NFL (National Football League) des États-Unis à l'occasion du dernier Thanksgiving. En plus de la date du début du contrat, l'on ignore à combien s'élèvent les paiements à McConaughey jusqu'à présent. Salesforce doit publier ses résultats trimestriels mercredi et subit une pression intense de la part d'investisseurs activistes qui cherchent à maximiser leurs profits. Selon certains analystes, Salesforce pourrait avoir des contrats avec d'autres acteurs et est loin d'être la seule entreprise à utiliser de telles méthodes.

    Selon le rapport du WSJ, l'accord avec McConaughey était suffisamment important pour être approuvé par le comité de rémunération de Salesforce. Benioff aurait nié avoir un quelconque rôle dans cette transaction. Critiquant l'arrangement entre Salesforce et McConaughey, la journaliste Katie Bindly a déclaré : « c'est fou de penser qu'il y a un an, j'écrivais sur Salesforce qui lançait une retraite de bien-être pour les employés. Les temps ont bien changé (et la retraite n'existe plus), mais ils paient toujours McConaughey 10 millions de dollars par an pour jouer un rôle de conseiller ». Le rapport intervient alors que Salesforce est en pleine période de licenciements.

    Au début de l'année, Salesforce a annoncé son intention de licencier environ 10 % de ses effectifs dans le cadre d'un effort de restructuration. Selon le rapport, Benioff a évoqué une proposition - abandonnée par la suite - visant à classer les employés et à licencier systématiquement les moins performants. Cette année, l'entreprise a supprimé un certain nombre de commodités dans le cadre des restrictions budgétaires, notamment les journées "bien-être" et les baristas internes, et a coupé les liens avec une retraite d'entreprise qu'elle vantait encore l'automne dernier. Le rapport n'a pas précisé si l'arrangement avec McConaughey était réexaminé.

    Salesforce a ajouté environ 30 000 employés entre le début de 2020 et la fin de l'année dernière, soit une augmentation d'environ 60 %. Environ 8 000 personnes ont été affectées par les licenciements. Au début du mois, le 3 février, il a été signalé que plusieurs employés ont appris qu'ils avaient été licenciés par l'éditeur de logiciels. Des rapports sur le sujet ont rapporté qu'environ 4 000 utilisateurs avaient disparu du canal Slack de Salesforce en seulement deux jours. Selon certaines estimations, au début de l'année 2022, Salesforce comptait 73 541 employés. Les licenciements devraient permettre à l'éditeur de logiciels de réduire ses coûts.

    « Il est malheureux de devoir dire au revoir à des personnes qui, dans de nombreux cas, sont vos amis et avec qui vous entretenez des relations. Toutefois, en fin de compte, le succès de l'entreprise doit être primordial », a déclaré Benioff lors d'une interview. Les actions de Salesforce sont en hausse de 23 % depuis le début de l'année, mais elles ont tout de même chuté de 22 % au cours des 12 derniers mois, et ont perdu environ la moitié de leur valeur depuis le sommet atteint en novembre 2021. À titre de comparaison, l'indice Dow Jones Industrial Average, dont Salesforce est une composante, a perdu 1,5 % en 2023 et 1,9 % au cours de l'année écoulée.

    Dans une interview accordée au New York Times ce mois-ci, Benioff a révélé la façon dont il a géré la responsabilité des licenciements : une désintoxication numérique lors d'un voyage de 10 jours en Polynésie française. Pour ceux qui l'ignorent, la "désintoxication numérique" est une tendance qui consiste à renoncer à l'utilisation de tout appareil numérique - comme les téléphones, les tablettes ou les ordinateurs - pendant un certain temps, généralement dans le but de réduire sa dépendance à l'égard de ces appareils ou des médias sociaux. Le terme s'est popularisé au cours de ces dernières années, notamment pendant la pandémie.

    « Nous sommes tellement dépendants de nos appareils (du moins, je le suis) que c'est très libérateur de les laisser derrière soi pendant un certain temps », a écrit le PDG de Salesforce au NYT dans une série d'entretiens. La désintoxication numérique de Benioff offre un aperçu intéressant de la façon dont un PDG du secteur de la technologie a navigué dans une période de changement au sein de l'entreprise, en recherchant une période temporaire de calme, sans communication numérique. Le rapport mentionne qu'après les licenciements, Benioff a organisé une réunion d'entreprise virtuelle au cours de laquelle il a parlé pendant environ 2 heures.

    Les déclarations de Benioff au NYT ont fait l'objet de nombreuses critiques. Certains critiques, qui se présentent comme d'anciens employés de Salesforces, affirment que Benioff n'a pas fait preuve de leadership lors de l'annonce des licenciements ni lors de la réunion. « Le leadership réel est présent et pris en compte dans les pires moments et la seule raison pour laquelle vous fuyez sur une île éloignée de votre "vie numérique" est que vous craignez d'être le prochain à être licencié », a écrit un critique. Pour d'autres, le PDG de Salesforce a choisi le mauvais moment pour sa cure, alors que les licenciements sont toujours en cours dans l'entreprise.

    « Le moment et la structure de ces vacances semblent spécifiquement conçus pour éviter certaines des conséquences de cette décision, ce qui semble égoïste. De plus, l'image est plutôt mauvaise. Benioff vient de supprimer les moyens de subsistance d'un grand nombre de personnes (et a probablement rendu le travail des employés restants plus difficile), puis il est immédiatement parti s'amuser d'une manière extrêmement riche. Un meilleur dirigeant ferait quelque chose qui montre une certaine solidarité, et prendrait ses vacances plus tard », a écrit un autre critique. D'autres comprennent toutefois la décision du PDG de prendre des congés.

    En dehors de Salesforce, de nombreuses entreprises technologiques - dont Amazon, Google, Microsoft, Meta, Twitter, Wipro et eBay - ont annoncé qu'elles réduisaient leurs effectifs afin de réduire leurs coûts et de survivre à des conditions économiques turbulentes.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous du contrat entre Salesforces et l'acteur Matthew McConaughey ?
    Selon vous, ce contrat est-il justifié ? Ou est-il trop juteux pour un rôle de "conseiller créatif et de consultant pour la télévision" ?

    Voir aussi

    Le PDG de Salesforce a fait une cure de "désintoxication numérique" de 10 jours en Polynésie française après avoir licencié 7 000 personnes, mais les critiques préfèrent y voir de simples vacances

    Salesforce va supprimer 10 % de ses effectifs, soit environ 8 000 employés et évoque avoir embauché "trop de personnes" dans un contexte de ralentissement économique

    Plus de 70 000 employés ont été licenciés par les géants de la technologie au cours des 12 derniers mois, dont environ 37 000 travailleurs pour Twitter, 18 000 pour Amazon et 11 000 pour Meta

    Le PDG de Salesforce, Marc Benioff, affirme que les ordres de retour au bureau ne fonctionneront jamais, et ajoute que l'avenir réside dans le travail à distance et la flexibilité
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #9
    Membre averti
    Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Octobre 2008
    Messages
    122
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2008
    Messages : 122
    Points : 425
    Points
    425
    Par défaut
    Bah, je suis vraiment, mais alors vraiment pas surpris de lire un truc pareil, venant d'une entreprise se dénommant "salesforce", littéralement force de ventes, ça sent le commercial sous coke a plein nez un nom pareil ça me fait rever alors bon, virer les employés pour economiser tout en claquant des millions pour rien du tout, c'est tout a fait dans la veine de ces "commerciaux" coureur de profit et d'image.

    Oh mais attendez, ce serait pas notre société entière qui fonctionnerait comme ça en fait?

  10. #10
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 651
    Points : 11 824
    Points
    11 824
    Par défaut Salesforce fait l'objet d'un procès en représailles intenté par un ancien cadre supérieur
    « Salesforce a menti en affirmant que sa plateforme "Genie" traite et organise en temps réel les données des clients »
    selon l'ancien vice-président de la gestion des produits de l'entreprise

    Salesforce fait l'objet d'un procès en représailles intenté par un ancien cadre supérieur qui l'accuse d'avoir menti sur les capacités de sa plateforme de traitement de données "Genie". L'entreprise a dévoilé le logiciel l'année dernière, affirmant qu'il est capable de traiter et d'organiser les données des clients en temps réel, mais Karl Wirth, qui était vice-président de la gestion des produits à l'époque, affirme aujourd'hui que tout cela n'était qu'un "mensonge. Il a intenté une action en justice contre Salesforce dans laquelle il allègue avoir subi des représailles de la part l'entreprise pour avoir soulevé des préoccupations concernant les revendications du produit.

    Salesforce aurait dupé les clients sur les capacités réelles de son logiciel Genie

    Une plainte déposée le 28 juillet 2023 devant le tribunal de district du Massachusetts par Hartley Michon Robb Hannon affirme que "Salesforce a faussement informé le public que sa nouvelle plateforme de données clients (Customer Data Platform - CDP) "Genie" fonctionnait en temps réel, alors que l'outil n'a pas de capacités de traitement en temps réel". Pour rappel, CDP est le terme utilisé par l'industrie du marketing pour désigner un logiciel capable de traiter et d'organiser les données des utilisateurs afin de créer un profil client unique que les entreprises peuvent ensuite utiliser pour faire la publicité d'un produit ou créer une expérience client personnalisée.

    La plainte a été déposée au nom de Karl Wirth, ancien vice-président de la gestion des produits. L'action en justice allègue que Salesforce a fait ces déclarations lors de la conférence Dreamforce de septembre 2022. L'un des avantages du traitement des données en temps réel annoncé par Salesforce serait, par exemple, qu'un hôpital peut avoir besoin des informations les plus récentes sur un patient en cas de besoins urgents en matière de soins de santé : « lorsque les millisecondes comptent le plus, votre prestataire de soins de santé peut fournir des conseils proactifs et des recommandations de soins en accédant en temps réel aux données sur vos patients ».

    Nom : jnhbj.png
Affichages : 1812
Taille : 243,6 Ko

    Salesforce a présenté son logiciel CDP, Genie, au public le 20 septembre 2022. Dans une diapositive jointe aux documents du tribunal, l'entreprise répète quatre fois le terme "temps réel". Selon les documents du tribunal, Salesforce a déclaré qu'il s'agissait de la "plus grande annonce" qu'il ait faite depuis la création de l'entreprise. « Cependant, ce n'était qu'un mensonge », affirme Wirth dans sa plainte. Les documents fournis au tribunal par Wirth indiquent que la plateforme Genie ne fonctionne pas aussi rapidement que le suggère le terme "temps réel", et qu'en fait, nombre de ses processus prenaient plusieurs heures". La plainte allègue ce qui suit :

    « Alors qu'il était capable d'exécuter certaines fonctions telles que la collecte d'informations en temps réel, d'autres opérations telles que le traitement et l'organisation de ces données prenaient des heures ». Par contre, sur le site web de Salesforce consacré à Genie, l'entreprise indique que "le logiciel collecte et unifie les données en quelques millisecondes". Wirth dit avoir recommandé à Salesforce de développer cette capacité logicielle (le traitement de données en temps réel) fin 2021 ou début 2022, mais il est devenu évident pour l'équipe CDP qu'elle ne pouvait pas "développer la technologie à temps" pour l'annonce de Salesforce en septembre 2022.

    La plainte affirme en outre que l'équipe CDP voulait redéfinir le sens du terme "temps réel", afin de pouvoir prétendre à tort que Genie fonctionnait en temps réel. « Le plaignant croyait raisonnablement que le fait d'affirmer publiquement que la plateforme CDP fonctionnait en temps réel sans disposer réellement (ou même sans avoir l'intention de disposer dans un avenir proche) d'une telle capacité serait frauduleux et violait probablement de nombreuses dispositions de la loi fédérale relative à la fraude envers les actionnaires, ainsi que les règles et réglementations de la Securities and Exchange Commission (SEC) », indiquent les documents judiciaires.

    Salesforce aurait exercé des représailles à l'encontre de son ancien employé

    Dans sa plainte, Wirth affirme avoir été licencié pour avoir soulevé des inquiétudes concernant "la description du fonctionnement de la plateforme en temps réel avant que l'entreprise n'informe le public de l'existence de l'outil". La plainte allègue que lorsque Wirth a fait part de ses préoccupations à de nombreuses personnes au sein de Salesforce (qui avaient le pouvoir d'enquêter, de découvrir ou d'empêcher ce plan frauduleux de porter ses fruits et, plus spécifiquement, d'empêcher Salesforce de faire de fausses déclarations à Dreamforce sur les prétendues capacités en temps réel), il aurait été victime d'une campagne visant à saboter sa réputation.

    Selon l'action en justice, après s'être rendu compte que l'équipe CDP n'entendait pas doter Genie de capacités de traitement en temps réel, Wirth a alors décidé d'agir en tant que dénonciateur et a fait part de ses préoccupations à d'autres "cadres clés". Par exemple, il aurait fait part de ses inquiétudes à son supérieur direct, Lidiane Jones, aujourd'hui PDG de Slack Technologies. Mais l'action en justice allègue que "Jones a alors entamé une campagne trompeuse visant à diminuer" la réputation de Wirth au sein de l'entreprise. En dernier recours, Wirth aurait eu une réunion en tête-à-tête avec le directeur technique de Salesforce, Parker Harris.

    Lors de cet entretien, Wirth aurait expliqué à Harris que l'équipe CDP refusait d'intégrer le temps réel et que "Jones utilisait de fausses critiques comme prétexte pour diminuer sa position dans l'entreprise, et potentiellement provoquer son licenciement". (Selon la plainte, Jones a recueilli des commentaires négatifs au sujet de Wirth auprès d'individus dont il savait qu'ils prétendraient à tort que les performances de Wirth étaient déficientes. Parmi ces personnes figuraient des membres de l'équipe CDP.) Cependant, l'action en justice indique que Wirth a été licencié quelques heures après la réunion avec Harris, le directeur technique de Salesforce.

    La plainte fait état de représailles à l'encontre du dénonciateur, en violation de la loi Sarbanes-Oxley, article 806, 18 U.S.C. §1514A. À ce titre, Wirth demande des dommages-intérêts monétaires, notamment une perte de rémunération, une atteinte à la réputation, une perte de capacité de gain, une détresse émotionnelle, un premier salaire, des dommages-intérêts punitifs, ainsi que des honoraires d'avocat et d'autres frais. L'avocat de Wirth, Patrick J. Hannon du cabinet Hartley Michon à Boston, n'a pas répondu à une demande de commentaire. Salesforce n'a pas commenté l'affaire. Sur la toile, certains soutiennent les arguments de Wirth.

    « Il est intéressant de constater que cette question n'a pas été soulevée par les clients ou les consultants de Salesforce. Il y a probablement beaucoup d'entreprises qui s'attendent à des traitements en temps réel et à qui l'on dit que ce n'est pas possible dans leur cas d'utilisation spécifique. Il ne s'agit pas d'un problème de cas d'utilisation. Les diagrammes de l'infrastructure Salesforce montrent clairement des processus ETL (Extract-transform-load) qui ne sont pas en temps réel, déplaçant des données entre des plateformes qui ne sont pas directement intégrées. Il ne s'agit pas d'un système en temps réel dans tous les cas », a écrit un critique.

    Wirth a cofondé en 2010 une entreprise technologique appelée Evergage, dont il a été le PDG pendant 10 ans. Evergage est une société de solutions de marketing et de gestion de la relation client personnalisées et en temps réel. La société a été acquise par Salesforce en 2020 et a été rebaptisée Interaction Studio. Après le rachat, Wirth a commencé à travailler en tant que cadre de Salesforce, parallèlement à un groupe de l'entreprise qui s'occupait de la CPD.

    Source : document de la plainte (PDF)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des allégations portées contre Salesforce par son ancien cadre ?
    Êtes-vous familier avec le logiciel Genie de Salesforce ? Si oui, ces allégations sont-elles correctes ?

    Voir aussi

    Salesforce aurait payé l'acteur Matthew McConaughey 10 millions de dollars par an en tant que "conseiller créatif", malgré le licenciement de plus de 8 000 employés le mois dernier

    Le PDG de Salesforce a fait une cure de "désintoxication numérique" de 10 jours en Polynésie française après avoir licencié 7 000 personnes, mais les critiques préfèrent y voir de simples vacances

    Le PDG de Salesforce, Marc Benioff, affirme que les ordres de retour au bureau ne fonctionneront jamais, et ajoute que l'avenir réside dans le travail à distance et la flexibilité

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 02/08/2022, 21h50
  2. Réponses: 6
    Dernier message: 07/06/2022, 16h58
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 04/09/2019, 15h11
  4. Réponses: 48
    Dernier message: 09/08/2016, 13h04

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo