IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

IBM Cloud Discussion :

IBM poursuit Micro Focus, affirmant qu'elle a copié son logiciel CICS TS, rendu à la version 6.1


Sujet :

IBM Cloud

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 130
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 130
    Points : 22 842
    Points
    22 842
    Par défaut IBM poursuit Micro Focus, affirmant qu'elle a copié son logiciel CICS TS, rendu à la version 6.1
    IBM poursuit Micro Focus, affirmant qu'elle a copié son logiciel CICS TS,
    rendu à la version 6.1, il permet le traitement des transactions entre une application client et une base de données

    IBM a intenté un procès à Micro Focus, alléguant que l'éditeur de logiciels d'entreprise a copié et réalisé une ingénierie inverse de son mainframe CICS pour développer un produit concurrent, le Micro Focus Enterprise Server. Micro Focus a conclu des contrats avec IBM afin de bénéficier des programmes de développement d'IBM et d'avoir accès aux logiciels d'IBM et avoir accès à la technologie d'IBM, puis aurait délibérément violé les termes de ces accords pour satisfaire ses propres besoins en toute violation de la loi sur le copyright.

    IBM est l'une des rares entreprises de l'industrie qui continuent de proposer des mainframes, car ces systèmes sont toujours présents dans les organismes tels que les administrations publiques, les banques et les assurances. Une autre façon pour IBM de répondre aux besoins de ses clients est de collaborer avec des développeurs de logiciels tiers, comme Micro Focus. Grâce à ces relations, les développeurs bénéficient d'un accès à prix réduit aux produits et logiciels IBM, ainsi que d'autres avantages.

    En échange de ces avantages, les développeurs concluent des contrats avec IBM qui régissent l'utilisation des produits et des logiciels IBM par les développeurs. En d'autres termes, les développeurs s'engagent à utiliser leur accès aux produits et logiciels IBM pour développer des applications logicielles pour les systèmes centraux IBM et à promouvoir l'utilisation de ces systèmes.

    Nom : IBM CICS.jpg
Affichages : 836
Taille : 10,3 Ko

    Les développeurs promettent également de ne pas faire un usage abusif des logiciels d'IBM, notamment en procédant à une rétroconception du logiciel d'IBM ou en l'utilisant à des fins non expressément autorisées par IBM. Micro Focus est l'un de ces développeurs. Pourtant, IBM a appris que Micro Focus a copié les programmes informatiques d'IBM sans autorisation et a violé les accords qu'il a précédemment conclus avec IBM. Plus précisément, IBM a récemment appris que Micro Focus avait copié un programme informatique d'IBM protégé par le droit d'auteur.

    Focus a copié le programme protégé par le droit d'auteur d'IBM pour créer une application logicielle dérivée que Micro Micro Focus non seulement fait une promotion importante dans le monde entier, mais a également utilisé et utilise actuellement en violation directe de ses accords avec IBM. Cet opportunisme illégal, cette infraction délibérée et cette violation flagrante des obligations contractuelles de Micro Focus ne laisse pas d'autre choix à IBM que de demander une injonction et une réparation auprès de la Cour.

    Dans une plainte rédigée en termes forts, la société a accusé la société britannique Micro Focus de « vol éhonté » de logiciels IBM et a déclaré que l'action avait été engagée pour « protéger sa précieuse propriété intellectuelle ». IBM demande une compensation ainsi qu'une injonction contre Micro Focus qui interdirait à la société de distribuer les produits que Big Blue qualifie de « travaux dérivés » et qui, selon elle, sont basés sur les propres logiciels d'IBM.

    L'action en justice porte sur le serveur de transactions CICS pour z/OS d'IBM, considéré par la société comme un logiciel essentiel pour ses systèmes centraux. CICS, ou Customer Information Control System, sert de couche intermédiaire pour le traitement des transactions entre une application client et une base de données sous-jacente, et est utilisé pour des opérations critiques par de nombreuses entreprises dans les secteurs de la banque, du transport, du commerce de détail et des assurances.

    Les applications CICS peuvent mettre à jour efficacement les données et les messages dans IBM Db2, IBM IMS, IBM VSAM et IBM MQ avec l'intégrité des transactions, tout en respectant des accords de niveau de service exigeants. CICS TS constitue une base pour une approche progressive, à faible risque et à haut rendement, de la modernisation des applications.

    IBM a annoncé en avril la version 6.1 CICS TS, avec de nouvelles fonctionnalités

    Amélioration de la productivité des développeurs

    • Prise en charge de Java 11, Jakarta Enterprise Edition 9.1 et Eclipse MicroProfile 5
    • Amélioration de la documentation de démarrage de Java
    • L'annotation Java est désormais disponible pour définir des méthodes de liaison avec les applications Java OSGi.
    • Prise en charge du déploiement groupé, de l'authentification multifactorielle (MFA) et des fonctions avancées d'IBM CICS Explorer dans les régions CICS uniques.
    • Maintien de la configuration des ressources CICS avec la source de l'application à l'aide du constructeur de ressources CICS TS

    Réduction des coûts de gestion

    • Remplacement des définitions de ressources
    • Nouvelle règle de stratégie de système de conditions composées
    • Nouvelle option ALL pour les règles de tâches de politique sélectionnées
    • Prise en charge améliorée des statistiques relatives aux règles
    • Nouveau type de règle système pour le seuil de vidage des transactions
    • Amélioration du traitement de l'expiration du stockage temporaire
    • Extension de la notification de courte durée sur le stockage
    • Limitation du nombre de prises de contact TLS simultanées
    • Améliorations de la prise en charge de Db2
    • Augmentation de la capacité des tables de données partagées
    • Prise en charge améliorée du traitement des événements CICS
    • Fonctions avancées de CICS Explorer dans les régions CICS uniques
    • Surveillance améliorée des performances
    • Amélioration de l'API, du SPI et des diagnostics
    • Amélioration de la récupération en cas de défaillance du logger
    • Installation de CICS à l'aide de la gestion des logiciels z/OSMF
    • Possibilité d'utiliser un autre emplacement d'installation d'IBM WebSphere Application Server Liberty

    CICS TS 6.1 améliore l'expérience et la productivité des développeurs en ajoutant la prise en charge de langages et d'API familiers, tels que Java 11, Jakarta 9.1, MicroProfile 5, et d'outils de construction tels que Gradle et Maven. En outre, le nouvel outil CICS TS resource builder permet aux développeurs de définir eux-mêmes les ressources des applications CICS dans le langage YAML, parallèlement au code. L'utilisation du constructeur de ressources CICS TS permet de construire et de déployer des pipelines d'application entièrement automatisés, ce qui permet généralement de gagner du temps et de réduire les erreurs.

    Gestion améliorée de la sécurité et de la conformité

    CICS TS 6.1 offre une sécurité améliorée et recueille désormais des preuves de conformité. Cela inclut la prise en charge de TLS 1.3 et de nouveaux documents et diagrammes basés sur des scénarios pour aider à sécuriser les systèmes et les applications. CICS TS collecte désormais les preuves de configuration requises par les autorités de conformité et les écrit dans SMF. Ces preuves sont collectées par IBM Z Security and Compliance Center pour fournir des rapports détaillés permettant aux dirigeants, aux administrateurs et aux auditeurs de comprendre facilement les mesures de conformité et de suivre la dérive de la conformité dans le temps à l'aide de visualisations de tableaux de bord. Voici, ci-dessous, les nouvelles fonctionnalités de sécurité :

    Nouvelle prise en charge de Transportation Layer Security (TLS) 1.3

    • Surveillance et statistiques TLS supplémentaires
    • Prise en charge de la surveillance et des statistiques AT-TLS (Application Transparent Transport Layer Security)
    • Nouveaux messages pour simplifier le diagnostic des problèmes de sécurité TLS
    • Nouveaux messages associés aux erreurs d'autorisation pour faciliter l'identification de l'utilisateur
    • Diagnostic simplifié des problèmes de sécurité CICS à l'échelle du sysplex.
    • Nouvel enregistrement SMF 1154 type 80 pour simplifier la collecte de données de conformité pour les auditeurs.
    • Nouveaux contrôles de santé CICS pour IBM Health Checker for z/OS
    • Personnalisation des contrôles de santé CICS
    • Documentation de sécurité améliorée basée sur des scénarios
    • Suppression de la nécessité des définitions de sécurité de catégorie 1
    • Nouvelle protection contre l'exécution de code dans la mémoire réservée aux données.
    • Ajout d'une authentification MFA à partir de CICS Explorer pour une seule région CICS.
    • Informations améliorées pour la commande ASSIGN

    CICS TS 6.1 apporte également un large éventail d'améliorations visant à réduire les coûts et à faciliter la gestion. Par exemple, les régions CICS peuvent être classées à l'aide de balises pour identifier les applications qu'elles hébergent, ce qui permet aux programmeurs système de comprendre l'objectif de la région et à l'automatisation de cibler dynamiquement les actions.

    L'une des allégations d'IBM dans le procès est que Micro Focus a utilisé son accès de développeur pour faire de l'ingénierie inverse de CICS afin de créer Micro Focus Enterprise Server et Micro Focus Enterprise Developer, que la société vend toujours.
    Micro Focus Enterprise Server est en fait disponible depuis près de deux décennies, ce qui signifie que le coût pour Micro Focus, si l'affaire lui est défavorable, pourrait être élevé.

    L'affaire judiciaire pourrait avoir des répercussions sur les organisations qui utilisent des outils de migration de mainframe dans le cadre d'un processus de modernisation de leurs systèmes informatiques, car Micro Focus Enterprise Server fait souvent partie de ces outils, permettant aux organisations de lever et de déplacer leurs applications mainframe vers des grappes de serveurs Windows ou Linux.

    Phil Dawson, vice-président de Gartner Research, a déclaré que cela soulignait le fait que les utilisateurs de mainframes devaient réfléchir plus attentivement à la modernisation de leurs applications et se demander s'il était préférable de les reconstruire à partir de zéro sur une plateforme différente plutôt que de simplement migrer le code. Il conseille aux clients d'opter pour une transformation, qui pourrait les amener à reconstruire leur application sur une autre plateforme, comme SAP S4/HANA.

    IBM aurait mis en place un gigantesque système de fraude

    IBM fait lui aussi face à une action en justice qui l'accuse d'avoir délibérément « mal classé » les ventes de mainframes pour enrichir les cadres supérieurs, trompant ainsi les investisseurs. La plainte, déposée en avril par ces derniers, affirme que l'entreprise, sous la direction de l'ancienne PDG Ginni Rometty, a fait grimper le cours de son action et a trompé les actionnaires en transférant les revenus de son activité non stratégique de mainframes vers ses secteurs d'activité stratégiques (le cloud et les technologies mobiles). Ces agissements seraient prétendument en violation de la réglementation sur les valeurs mobilières.

    Cependant, au cours de ces dernières années, Big Blue n'aurait pas été tout à fait clair avec ses investisseurs sur les revenus qu'il tire des ventes de mainframes. En tout cas, c'est ce qu'affirment certains investisseurs dans une plainte pour fraude boursière déposée contre la société devant un tribunal fédéral du sud de New York.

    Sources : IBM (1, 2)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Mettre en place un réseau d'entreprise Blockchain avec Hyperledger Composer, avec IBM Blockchain Platform Starter Plan, un livre blanc de 62 pages

    IBM aurait délibérément "mal classé" les ventes de mainframes dans le but d'enrichir les cadres supérieurs, selon une action en justice

    IBM lance IBM z/OS V2.5, un système d'exploitation de nouvelle génération conçu pour le Cloud hybride et l'Intelligence Artificielle
    Images attachées Images attachées
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 24/09/2010, 11h36
  2. Réponses: 24
    Dernier message: 06/01/2010, 16h36
  3. Réponses: 3
    Dernier message: 24/12/2009, 13h30
  4. Réponses: 14
    Dernier message: 20/05/2009, 12h40

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo