IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 138
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 138
    Points : 22 941
    Points
    22 941
    Par défaut 79 % des développeurs en Europe déclarent que leur organisation se détourne déjà des projets d'innovation
    79 % des développeurs en Europe déclarent que leur organisation se détourne déjà des projets d'innovation,
    au profit d'initiatives de réduction des coûts

    Les conclusions d’une enquête menée par Appian, une société de cloud computing et de logiciels d'entreprise, sur l'impact des conditions macroéconomiques dans le secteur du logiciel révèlent que neuf développeurs britanniques et européens sur dix sont préoccupés par les réductions de budget et de personnel. Selon Appian, si les équipes informatiques ont enfin un siège à la table de la stratégie d'entreprise, « elles risquent d'être vues, mais pas entendues » et les entreprises qui ne profitent pas de l'influence accrue des développeurs verront bientôt leur agilité réduite et leur rendement diminuer.

    Les entreprises sont à court de liquidités en raison de l'inflation. Les investisseurs ont tendance à se retenir. Par conséquent, les budgets informatiques médians sont en baisse. Les managers ne sont pas les seuls à perdre le sommeil à ce sujet. Les développeurs et les ingénieurs logiciels ont également des doutes. À moins que les organisations européennes ne changent de cap, et rapidement, l'innovation informatique devrait stagner pendant la récession économique.

    Comme le dit le proverbe, la nécessité est la mère de l'invention, mais après la période de transformation accélérée des entreprises par la technologie qui a débuté en 2020, nous entrons maintenant dans une nouvelle période d'incertitude économique prolongée. La nouvelle étude menée par Appian a interrogé 1 500 professionnels de l'informatique en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Espagne et au Royaume-Uni. Les personnes interrogées sont claires : les entreprises devraient répondre à l'incertitude en protégeant et en renforçant leur capacité à s'adapter rapidement au changement, en rendant leur vision plus claire que jamais, et en tirant parti d'un avantage technologique partout où elles peuvent trouver un avantage.

    Nom : developpeurs.jpg
Affichages : 992
Taille : 33,3 Ko

    Selon Appian, 89 % des développeurs basés en Europe affirment que durant ces deux dernières années, ont assisté à une forte accélération de l'attention portée par leur entreprise à la transformation de l'entreprise. Ce chiffre s'élève à 98 % pour les développeurs travaillant dans le secteur manufacturier, et à 92 % dans le secteur des télécommunications, ce qui indique que ces secteurs comptent encore plus sur les équipes informatiques pour conduire le changement.

    Bien entendu, une plus grande responsabilité s'accompagne d'un plus grand pouvoir. 81 % des développeurs et des ingénieurs interrogés estiment qu'ils ont désormais un siège à part entière à la table des négociations, comme en témoignent les résultats de l'enquête. Un siège à part entière à la table, en tant que partenaire du processus de prise de décision stratégique de leur entreprise.

    80 % des personnes interrogées prévoient un ralentissement significatif des investissements informatiques en raison de l'incertitude actuelle et de la probabilité d'une récession mondiale. Il est également inquiétant de constater que 79 % des développeurs en Europe déclarent que leur organisation se détourne déjà des projets d'innovation au profit d'initiatives de réduction des coûts. Ainsi, malgré les l'innovation numérique de ces dernières années, les équipes informatiques pourraient avoir du mal à avoir le même impact à l'avenir lorsqu'il s'agira de réduire les coûts.

    L'amélioration de la collaboration est la clé d'une innovation efficace. Les développeurs sont désireux d'acquérir un meilleur sens des affaires, ne veulent pas être mis de côté et sont prêts à apprendre. L'amélioration des compétences technologiques des professionnels permettra également une meilleure collaboration, offrant ainsi une voie de retour à la croissance que peu d'entreprises peuvent se permettre d'ignorer dans l’économique actuel.

    Le ralentissement rapide de l'économie et la menace imminente d'une récession mondiale font que les développeurs de logiciels et les ingénieurs craignent que les investissements informatiques ne baissent considérablement, les entreprises délaissant déjà l'innovation au profit de la réduction des coûts. La plupart des développeurs européens sont très inquiets que cela conduise à un gel des investissements et des embauches dans l'informatique.

    Gartner s'attend à ce que les dépenses informatiques totales de la région EMEA baissent de près de 4 % d'ici la fin de 2022 par rapport à 2021. Un monde de différence avec l'année dernière, où les dépenses ont augmenté de plus de dix pour cent.

    Les personnes interrogées ne sont pas totalement impuissantes, car environ 85 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles influençaient le processus décisionnel de leur entreprise. Ils sont en mesure de tirer le meilleur parti d'une période difficile. Environ 42 % d'entre eux estiment que leur entreprise doit rester concentrée sur son activité principale. Selon eux, les circonstances ne nécessitent pas nécessairement un changement radical de cap.

    Le ralentissement rapide de l'économie et la menace imminente d'une récession mondiale font que les développeurs de logiciels et les ingénieurs craignent que les investissements informatiques ne baissent considérablement, les entreprises délaissant déjà l'innovation au profit de la réduction des coûts.

    La plupart des développeurs européens sont très inquiets que cela conduise à un gel des investissements et des embauches dans l'informatique. Gartner s'attend à ce que les dépenses informatiques totales de la région EMEA baissent de près de 4 % d'ici la fin de 2022 par rapport à 2021. Un monde de différence avec l'année dernière, où les dépenses ont augmenté de plus de dix pour cent.

    Les personnes interrogées ne sont pas totalement impuissantes car, environ 85 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles influençaient le processus décisionnel de leur entreprise. Ils sont en mesure de tirer le meilleur parti d'une période difficile. Environ 42 % d'entre eux estiment que leur entreprise doit rester concentrée sur son activité principale. Selon eux, les circonstances ne nécessitent pas nécessairement un changement radical de cap.

    Malgré la baisse des budgets informatiques, près de 36 % pensent que leur entreprise doit continuer à investir dans les nouvelles technologies et plateformes. Près de la moitié d'entre eux affirment que le low-code, l'intelligence artificielle (IA) et l'apprentissage automatique (ML) peuvent compenser le manque de budgets et de main-d'œuvre.

    Besoins des responsables informatiques

    L'étude montre que s'adapter avec succès à un climat économique difficile ne signifie pas forcément oublier l'innovation. Au contraire, il est essentiel de continuer à innover et à rester agile pour survivre lorsque les choses se compliquent. Appian a demandé aux développeurs sur quels moteurs de croissance critiques, ils se concentreraient au lieu de réduire les coûts et de geler les embauches, lorsqu'ils pensent à l'avenir de leur entreprise. Les personnes interrogées ont sélectionné comme étant les plus importants :

    • la capacité à s'adapter, en orientant et en réorientant l'entreprise en réponse aux changements économiques (43 %) ;
    • avoir une mission et un objectif clairs pour l'organisation (39 %) ;
    • être capable d'exploiter des technologies et les Plateformes innovantes (38 %).

    Il est inquiétant de constater que 43 % des développeurs européens considèrent que le principal problème est que les dirigeants pensent souvent qu'il est plus rapide de s'adresser directement aux fournisseurs informatiques pour obtenir des solutions, plutôt que d'impliquer les équipes informatiques au sein de l'entreprise.

    D'autres raisons pour lesquelles les développeurs sont inutilement mis de côté est que les entreprises considèrent l'informatique comme un point final dans le processus de changement. Par conséquent, les chefs d'entreprise ne s'engagent avec l'informatique qu'après que les décisions aient déjà été prises (42 %). En outre, les organisations sont souvent trop cloisonnées, ce qui empêche une compréhension large de la manière de tirer parti de l'informatique (38 %).

    Heureusement, il est possible de surmonter ces problèmes - en particulier lorsque les entreprises donnent à leurs équipes commerciales et informatiques les moyens de mieux collaborer en interne afin de découvrir, d'orchestrer et d'optimiser davantage de processus afin d'améliorer les opérations et de soutenir les objectifs stratégiques.

    Une autre raison pour laquelle les chefs d'entreprise devraient faire confiance à l'informatique et donner au personnel les outils et le temps nécessaires pour poursuivre l'innovation, c'est parce que les entreprises perdront leur avance technologique si elles se concentrent uniquement sur la réduction des coûts, relève Appian. Par exemple, 73 % des personnes interrogées pensent que la technologie low-code peut aider à résoudre les problèmes auxquels est confronté le service informatique et 73 % disent la même chose de l'intelligence artificielle (IA).

    Le rapport souligne que, l'appétit » des informaticiens pour l'utilisation de solutions plus avancées pour soutenir leurs organisations en 2023 et au-delà est une opportunité que les entreprises feraient bien d'en tenir compte. « La connaissance entraîne l'innovation, l'innovation entraîne la productivité, la productivité entraîne la croissance économique », déclare William R. Brody, entrepreneur, scientifique et ingénieur, ancien président de l'université John Hopkins.

    Une stratégie axée sur les personnes et les compétences pour un succès commun

    L’étude montre que les développeurs sont très attachés à l'amélioration de la collaboration et de la compréhension mutuelle : 85 % des personnes interrogées affirment que la main-d'œuvre de demain doit comprendre davantage de professionnels de l'informatique si les entreprises veulent être en mesure de gérer et se développer. Ce chiffre s'élève à 92 % pour la France et tombe à 74 % pour l'Allemagne.

    Nom : france.jpg
Affichages : 940
Taille : 12,9 Ko
    Pourcentage pour les pays et les secteurs qui estiment que la main-d'œuvre de demain doit comprendre davantage des professionnels de l'informatique ayant le sens des affaires


    Il est intéressant de noter que la réponse la plus forte à cette question est celle de l'industrie manufacturière, avec 94 %, ce qui indique un besoin accru dans ce secteur pour une meilleure compréhension partagée entre les développeurs et l'entreprise au sens large. L’étude révèle que 82 % des développeurs européens pensent qu'une formation plus axée sur le développement du sens des affaires aiderait les informaticiens à jouer un rôle plus large et plus stratégique au sein de leur organisation.

    Les personnes interrogées ont également indiqué clairement que l'organisation bénéficierait de multiples avantages si l'ensemble de la main-d'œuvre recevait une formation sur la manière de devenir un « développeur citoyen » et de contribuer à la création de nouvelles applications d'entreprise destinées à être utilisées par d'autres, ou du moins d'acquérir un éventail plus large de compétences informatiques pertinentes.

    En tant que telle, la solution pour une plus grande agilité de l'entreprise réside dans une meilleure collaboration entre l'informatique et tous les secteurs d'activité. Selon Appain, le Low-Code peut soutenir ces efforts, car il est au moins 10 fois plus rapide que le développement traditionnel et plus facile à utiliser.

    La collaboration en vue de l'exploration des processus, de l'adaptation des flux de travail et de l'automatisation des processus peut être un moyen très efficace d’optimiser le travail. Les flux de travail constituent l'épine dorsale des organisations du monde entier, c'est ce qui permet aux entreprises de fonctionner, et c'est un orchestrateur idéal pour que le travail soit effectué efficacement.

    « Si vous regardez l'histoire, l'innovation ne vient pas seulement en donnant des motivations aux gens ; elle vient de la création d'environnements où leurs idées peuvent se connecter », a déclaré Steven Johnson, conférencier et auteur de "Where Good Ideas Come From", et d'autres livres étudiant l'intersection de la science et de la technologie.

    Source : Appian

    Et vous ?

    Les résultats de l'étude menée par Appian sont-ils pertinents ?

    « Pour que nos organisations puissent réussir à gérer le changement et à se développer, la main-d'œuvre de demain doit comprendre davantage de professionnels de l'informatique », dans quelle mesure êtes-vous d'accord ou non avec cette affirmation ?

    Voir aussi :

    Pour quelles raisons les informaticiens quittent leur emploi ? 11 % d'entre eux le font pour trouver de meilleures opportunités, 20 % sont freinés par la technologie sur leur lieu de travail

    L'informatique : premier métier le plus à la recherche de cadres et qui peine à en trouver selon l'APEC, pourquoi les entreprises françaises peinent-elles à recruter dans le domaine ?
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    525
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 525
    Points : 858
    Points
    858
    Par défaut
    Bonjour,

    79 % des développeurs en Europe déclarent que leur organisation se détourne déjà des projets d'innovation, au profit d'initiatives de réduction des coûts

    Les résultats de l'étude menée par Appian sont-ils pertinents ?
    Je trouve que oui.

    " Pour que nos organisations puissent réussir à gérer le changement et à se développer, la main-d'œuvre de demain doit comprendre davantage de professionnels de l'informatique " . Dans quelle mesure êtes-vous d'accord ou non avec cette affirmation ?
    Si je prend un pays comme la France , des stats qui y circulent 90 à 95 % du marché de l'informatique est tenu par des prestataires. Cela veut donc dire que si l'on à 10 dev/prog à peine 1 est un interne ?

    Mon dieu ! Comment voulez-vous que le savoir ne se perde pas :/

    A un moment il est nécessaire de miser sur de l'interne. Disons qu'un interne restera entre 5 et 8 ans . Un presta 3 à 4 ans . Mieux vaut un interne qu'un presta ! Le turn over est bien moindre.

  3. #3
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    septembre 2019
    Messages
    146
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Morbihan (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2019
    Messages : 146
    Points : 730
    Points
    730
    Par défaut
    Citation Envoyé par sanderbe Voir le message
    France , des stats qui y circulent 90 à 95 % du marché de l'informatique est tenu par des prestataires. Cela veut donc dire que si l'on à 10 dev/prog à peine 1 est un interne ?

    Mon dieu ! Comment voulez-vous que le savoir ne se perde pas :/

    A un moment il est nécessaire de miser sur de l'interne. Disons qu'un interne restera entre 5 et 8 ans . Un presta 3 à 4 ans . Mieux vaut un interne qu'un presta ! Le turn over est bien moindre.
    Encore faut-il qu'il y ait un intérêt à être interne (personnellement, j'en vois peu).
    Quant au savoir qui se perd, les "ingénieurs" sont censés écrire de la documentation technique pour que ce savoir ne soit pas uniquement dans la tête d'employés qui ne sont pas éternels. Tant pis pour les entreprises qui ne sont pas capables de comprendre ce principe de base.

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 26/04/2022, 21h38
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 15/03/2021, 14h17
  3. Réponses: 7
    Dernier message: 22/06/2019, 00h37
  4. Réponses: 8
    Dernier message: 29/07/2016, 17h55
  5. Réponses: 6
    Dernier message: 10/05/2010, 09h58

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo