IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

Amazon prévoit de licencier jusqu'à 10 000 collaborateurs cette semaine

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 289
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 289
    Points : 175 204
    Points
    175 204
    Par défaut Amazon prévoit de licencier jusqu'à 10 000 collaborateurs cette semaine
    Amazon prévoit de licencier jusqu'à 10 000 collaborateurs cette semaine,
    soit l'une des plus importantes réductions du personnel de son histoire. L'entreprise a perdu 1 000 Mds $ en capitalisation boursière

    L'évolution des modèles commerciaux et l'économie précaire ont entraîné des licenciements dans l'industrie technologique. Elon Musk a réduit de moitié le nombre de têtes de Twitter ce mois-ci après avoir acheté la société, et la semaine dernière, Meta, la société mère de Facebook et Instagram, a annoncé qu'elle licenciait 11 000 employés, soit environ 13 % de ses effectifs. Lyft, Stripe, Snap et d'autres entreprises technologiques ont également licencié des travailleurs ces derniers mois. Amazon, à son tour, semble ne pas pouvoir y échapper.

    Amazon prévoit de licencier environ 10 000 personnes dans les divisions corporate et technologie dès cette semaine, ont déclaré des personnes connaissant le sujet. Une suppression d'emplois qui serait l'une des plus importantes de l'histoire de l'entreprise. Cette suppression d'emplois toucherait le département Amazon Devices, la division de vente au détail ainsi que les ressources humaines. La répartition par pays n’a pas été spécifiée.

    En valeur absolue, la vague de suppression de postes est comparable à celle subie par la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp (11 000 licenciements) ou par le réseau social racheté par Elon Musk (3 750 plus plusieurs milliers de prestataires). Toutefois, la proportion chez Amazon est bien moindre : cela représente moins de 1 % des plus d' 1,5 millions d'employés actuels et moins de 3 % des effectifs administratifs.

    Cette vague de licenciement prévu d'Amazon pendant la saison critique des achats des Fêtes montre à quelle vitesse l'économie mondiale en déclin a exercé une pression qui pousse les entreprises en sureffectif à réduire leur personnel. Amazon deviendrait également la dernière entreprise technologique à licencier des travailleurs, qu'elle s'était récemment battue pour conserver. La grande enseigne du commerce électronique a plus que doublé le plafond de la rémunération en cash de ses travailleurs de la technologie cette année, citant « un marché du travail particulièrement compétitif ».

    Début novembre, le géant du commerce en ligne a mis en pause les recrutements en espérant que cette alternative l’épargne des licenciements qui frappent les entreprises. Il semble que cette mesure n'ait pas été suffisante puisque c’est au tour d’Amazon d’être touchée par une vague de licenciements économiques.

    La pandémie a produit l’ère la plus rentable d’Amazon jamais enregistrée...

    Alors que la crise de la COVID-19 a contraint de nombreuses entreprises à mettre la clé sous le paillasson ou à assurer le minimum requis pour éviter la faillite, Amazon a enchaîné les records. En effet, avec le confinement qui a été imposé dans de nombreux pays, Amazon a vu la demande pour ses services de commerce en ligne et de cloud croître au fil des mois. Ainsi, au premier trimestre 2020 par exemple, son chiffre d’affaires a augmenté de 26 % par rapport à celui de l’année précédente sur la même période. Au second trimestre 2020, l’entreprise a doublé ses bénéfices en enregistrant 5,2 milliards de dollars dans ses caisses, ce qui correspond au plus gros bénéfice jamais réalisé sur un trimestre par l'entreprise en 26 ans d’existence.

    Pour soutenir ses activités en hausse constante, Amazon a dû également renforcer ses équipes dans cette période de crise sanitaire et de récession mondiale. De janvier à octobre 2020, l’entreprise américaine a embauché 427 300 employés, ce qui portait le nombre total de ses employés dans le monde à 1,2 million. Cela signifiait qu'à cette période là, en moyenne, Amazon a embauché 1 400 nouveaux travailleurs chaque jour sur 10 mois.

    Nom : amazon.png
Affichages : 766
Taille : 8,6 Ko

    ...mais l'incertitude économique plombe les actions de l'entreprise qui perd 1 000 Mds $ en capitalisation boursière

    Depuis, la croissance exceptionnelle de l’e-commerce s’est tassée et le risque de récession économique combiné à l’inflation a fait planer le spectre d’un recul des ventes et d’une hausse des coûts.

    Amazon a déçu les investisseurs le mois dernier avec des revenus du troisième trimestre qui n'ont pas répondu aux attentes. Pire encore, la société a déclaré qu'elle s'attend à afficher une croissance d'une année sur l'autre de seulement 2 à 8 % au quatrième trimestre. C'est bien pour une entreprise normale, mais il n'y a rien de normal chez Amazon qui était, jusqu'à présent, une machine de croissance implacable. Comme de nombreuses autres entreprises, Amazon a également dû faire face à la baisse des achats en ligne alors que les consommateurs, moins préoccupés par le covid-19, commencent à revenir dans les magasins de détail.

    Jeudi 27 octobre, Amazon a annoncé une baisse de 9 % de son bénéfice net au troisième trimestre et fait état d'un chiffre d'affaires inférieur aux attentes, assorti de prévisions jugées prudentes pour le quatrième trimestre. Le marché a très mal réagi à cette publication. Dans les échanges électroniques postérieurs à la clôture de Wall Street, l'action Amazon chutait de plus de 11 %. Amazon a néanmoins renoué avec les profits après deux trimestres consécutifs de pertes, avec un bénéfice net de 2,87 milliards de dollars pour la période de juillet à septembre, selon un communiqué.

    Quant au chiffre d'affaires, il a progressé de 14 % sur un an, à 127,1 milliards de dollars, soit le double du rythme observé aux premier et deuxième trimestres (7 %). À noter que les revenus ont été amputés de 5 milliards de dollars en raison des effets de change et de l'impact du dollar fort. Pour le quatrième trimestre, période cruciale de l'année pour Amazon, car elle comprend les fêtes de fin d'année, l'entreprise prévoit néanmoins une croissance anémique pour ses standards, comprise entre 2 % et 8 % sur un an. Le groupe envisage un bénéfice opérationnel compris entre 0 et 4 milliards de dollars, contre 3,5 pour la même période de 2021.

    Même Amazon Web Services (AWS), l'activité de cloud computing qui affichait jusqu'ici une croissance et une profitabilité exponentielles trimestre après trimestre, voit ses revenus augmenter de façon plus modérée à 27 %, contre 39 % il y a un an. « L'incertitude macroéconomique a entraîné une hausse du nombre de clients d'AWS désireux de contrôler leurs coûts » et ainsi d'économiser sur leurs dépenses technologiques, a expliqué Brian Olsavsky, le directeur financier, lors de la conférence téléphonique de présentation des résultats.

    En revanche, la plateforme de commerce en ligne a renoué avec la hausse de son chiffre d'affaires, après trois trimestres consécutifs de contraction. Autre point positif, la vigueur de la publicité, secteur dans lequel Amazon est un acteur relativement récent, et qui a affiché une croissance de 25 % sur un an, qui tranche avec les difficultés d'autres grandes entreprises technologiques sur ce marché, comme Meta ou Alphabet. Par ailleurs, Amazon a vu ses coûts augmenter plus rapidement que son chiffre d'affaires, notamment ses dépenses technologiques (+35 % sur un an), mais aussi de promotion des ventes et de marketing (+37 %).

    « Il se passe évidemment beaucoup de choses dans l'environnement macroéconomique », a déclaré le PDG Andy Jassy à la suite du rapport sur les résultats du troisième trimestre. « Et nous équilibrerons nos investissements pour être plus rationalisés sans compromettre nos principaux paris stratégiques à long terme ».

    Malgré tout, la grande enseigne du commerce en ligne prévoit un ralentissement de sa croissance, au cours des fêtes de fin d’année, lié notamment à l’incertitude économique.

    Une situation qui a fait perdre à Amazon plus de 1 000 milliards de dollars en capitalisation boursière. Amazon, évalué à 1 882 milliards de dollars le 21 juin, a annoncé jeudi une valorisation relativement maigre de 878 milliards de dollars.

    Nom : chiffre.png
Affichages : 761
Taille : 63,3 Ko

    Des licenciements étaient-ils envisageables ?

    Plus tôt cette année, la croissance d'Amazon a ralenti au taux le plus bas en deux décennies, le coup de boost de la pandémie s'étant déjà estompé. L'entreprise a dû faire face à des coûts élevés en raison de décisions de surinvestissement et d'expansion rapide, tandis que les changements dans les habitudes d'achat et la forte inflation ont pesé sur les ventes. Amazon a connu un léger rebond au cours de son dernier trimestre, mais a prévenu les investisseurs que la croissance pourrait à nouveau faiblir, tombant peut-être à son rythme le plus bas depuis 2001.

    La société a déclaré à Wall Street qu'elle s'était serré la ceinture dans le passé et qu'elle pourrait le faire à nouveau. Amazon a supprimé 1 500 emplois, y compris des travailleurs horaires, en 2001 lors du crash de la dot-com, qui représentait 15 % de son personnel à l'époque. L'entreprise a également licencié quelques centaines d'employés au début de 2018 après une nouvelle période d'expansion rapide.

    La semaine dernière, les dirigeants d'Amazon ont rencontré des investisseurs institutionnels, selon trois personnes au courant de l'affaire, juste au moment où son action a chuté à son plus bas niveau depuis les premiers jours de la pandémie, effaçant 1 000 milliards de dollars de valeur depuis qu'Andy Jassy a pris ses fonctions de directeur général l'année dernière.

    Jassy, ​​qui dirigeait auparavant l'activité lucrative de cloud computing d'Amazon, a examiné de près les activités pour réduire rapidement les coûts. Il s'est d'abord attaqué à une extension d'entrepôt qui a été suralimentée pendant la pandémie, puis a continué sur d'autres parties de l'entreprise.

    Ces derniers mois, Amazon a également fermé ou réduit une poignée d'initiatives, notamment Amazon Care, son service fournissant des soins de santé primaires et urgents qui n'a pas réussi à trouver suffisamment de clients ; Scout, le robot de livraison à domicile de la taille d'une glacière, qui employait 400 personnes, selon Bloomberg ; et Fabric.com, une filiale qui a vendu des fournitures de couture pendant trois décennies.

    D'avril à septembre, Amazon a réduit ses effectifs de près de 80 000 personnes, réduisant principalement son personnel horaire en raison d'une forte attrition.

    Amazon a gelé l'embauche dans plusieurs petites équipes en septembre. En octobre, il a cessé de pourvoir plus de 10 000 postes vacants dans son cœur de métier. Il y a deux semaines, il a gelé l'embauche d'entreprises dans toute l'entreprise, y compris sa division de cloud computing, pour les prochains mois. Cette nouvelle est arrivée si soudainement que les recruteurs n'ont reçu de points de discussion pour les candidats à un emploi que près d'une semaine plus tard, selon une copie des points de discussion vus par le New York Times.

    John Blackledge, analyste chez Cowen & Company qui a couvert Amazon pendant une décennie, a déclaré que ses calculs montraient que l'activité principale de commerce électronique d'Amazon avait perdu des milliards cette année. « Ils doivent tout revoir », a-t-il déclaré. « Ce n'est tout simplement pas durable ». Les divisions appareils et Alexa ont longtemps été considérées en interne comme risquant de provoquer des réductions du personnel. Alexa et les appareils associés sont devenus une priorité absolue pour l'entreprise alors qu'Amazon s'est précipité pour créer le premier assistant vocal, qui, selon les dirigeants, pourrait succéder aux téléphones mobiles en tant que prochaine interface client essentielle. De 2017 à 2018, Amazon a doublé ses effectifs sur les appareils Alexa et Echo pour atteindre 10 000 ingénieurs. À un moment donné, tout ingénieur recevant une offre d'emploi pour d'autres rôles Amazon était censé recevoir également une offre dans la division Alexa.

    La société a vendu des centaines de millions d'appareils compatibles Alexa. Mais Amazon a déclaré que les produits sont souvent à faible marge et que d'autres sources de revenus potentielles telles que les achats vocaux ne se sont pas propagées.

    En 2018, Echo et Alexa ont perdu environ 5 milliards de dollars, a déclaré une personne connaissant les finances. Lorsqu'Amazon a introduit de nouveaux appareils cet automne lors d'un événement annuel, il était nettement plus restreint que les années précédentes lorsqu'il avait présenté des produits loufoques comme une imprimante de notes autocollantes et un robot domestique à 1 000 $.

    L'activité de vente au détail d'Amazon, qui couvre son activité de vente au détail physique et en ligne et ses opérations logistiques, a été mise à rude épreuve après la flambée de la demande et l'expansion vertigineuse pendant la pandémie. La société a déclaré qu'elle avait retiré ses plans d'expansion et a déclaré aux investisseurs qu'elle voyait une incertitude chez les consommateurs.

    « Nous sommes réalistes sur le fait que divers facteurs pèsent sur le portefeuille des gens », a déclaré Brian Olsavsky, le chef des finances, aux investisseurs le mois dernier. Il a déclaré que la société ne savait pas exactement où se dirigeaient les dépenses, mais « nous sommes prêts pour une variété de résultats ».

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de la situation ?

    Voir aussi :

    Amazon embauche plus de 427 000 personnes en 10 mois pour soutenir ses activités qui sont en forte croissance depuis que la pandémie de la COVID-19 a commencé à sévir dans le monde
    Amazon devient la première entreprise à perdre 1 000 Mds $ en capitalisation boursière. Les cinq plus grosses entreprises US auraient perdu une capitalisation combinée de 4 000 Mds $ cette année
    Amazon aurait licencié illégalement deux employés qui réclamaient des mesures en faveur du climat et de meilleures conditions de travail
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 907
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 907
    Points : 17 273
    Points
    17 273
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    En valeur absolue, la vague de suppression de postes est comparable à celle subie par la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp (11 000 licenciements) ou par le réseau social racheté par Elon Musk (3 750 plus plusieurs milliers de prestataires). Toutefois, la proportion chez Amazon est bien moindre : cela représente moins de 1 % des plus d' 1,5 millions d'employés actuels et moins de 3 % des effectifs administratifs.
    En fait ça ne représente rien.
    Keith Flint 1969 - 2019

  3. #3
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    octobre 2002
    Messages
    54
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2002
    Messages : 54
    Points : 149
    Points
    149
    Par défaut
    Comme pour Twitter, on attend la réaction de l'ONU

  4. #4
    Membre extrêmement actif

    Homme Profil pro
    Ingénieur test de performance
    Inscrit en
    décembre 2003
    Messages
    1 982
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 48
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur test de performance
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2003
    Messages : 1 982
    Points : 2 621
    Points
    2 621
    Par défaut
    Bonjour.

    "Amazon prévoit de licencier environ 10 000 personnes dans les divisions corporate et technologie dès cette semaine"

    D'où proviennent les sources ?

    En plus c'est juste de la prévision, lol. Ca c'est de l'information...

    Sinon tu nous réveilles lorsque les 10 000 personnes sont effectivement licenciées, et accessoirement avec les sources de l'info.

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 907
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 907
    Points : 17 273
    Points
    17 273
    Par défaut
    Citation Envoyé par moldavi Voir le message
    D'où proviennent les sources ?
    Tiens, en voilà une de source :
    Amazon Is Said to Plan to Lay Off Thousands of Employees
    Keith Flint 1969 - 2019

Discussions similaires

  1. Réponses: 7
    Dernier message: 17/03/2022, 17h39
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 08/02/2022, 10h36
  3. Réponses: 4
    Dernier message: 26/11/2020, 13h20
  4. Réponses: 8
    Dernier message: 06/10/2010, 20h26
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 28/06/2010, 17h34

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo