Google Chrome 110 sonnera la fin officielle de la prise en charge de Windows 7 et Windows 8.1 par le navigateur,
les anciennes versions continueront de fonctionner sur ces OS, mais ne recevront pas de mises à jour

Google Chrome est le navigateur le plus populaire selon de nombreux baromètres. L'application est disponible sur de nombreuses plateformes à l'instar de Linux, macOS, Windows et Android. Grâce à la synchronisation des données dans le cloud, il est possible de reprendre où vous vous étiez arrêté sur un autre appareil, indépendamment du système d'exploitation.

Avec le prochain Google Chrome 110, cependant, il y aura deux systèmes d'exploitation de moins pris en charge : au début de l'année prochaine, Google va abandonner la prise en charge de son navigateur Web sur Windows 7 et 8.1. En d'autres termes, si vous utilisez le système d'exploitation de bureau de Microsoft, vous devrez être sur Windows 10 ou 11.

C'est en tout cas ce qu'a annoncé James Abercrombia, responsable de l'assistance Chrome, Google :

Citation Envoyé par James Abercrombia
Avec la sortie de Chrome 110 (provisoirement prévue pour le 7 février 2023), nous mettrons officiellement fin à la prise en charge de Windows 7 et Windows 8.1. Vous devrez vous assurer que votre appareil exécute Windows 10 ou une version ultérieure pour continuer à recevoir les futures versions de Chrome. Cela correspond à la fin du support de Microsoft pour Windows 7 ESU et le support étendu de Windows 8.1 le 10 janvier 2023.

Les anciennes versions de Chrome continueront de fonctionner, mais aucune autre mise à jour ne sera publiée pour les utilisateurs de ces systèmes d'exploitation. Si vous utilisez actuellement Windows 7 ou Windows 8.1, nous vous encourageons à passer à une version Windows prise en charge avant cette date pour vous assurer de continuer à recevoir les dernières mises à jour de sécurité et fonctionnalités Chrome.
Pouvez-vous continuer à utiliser des versions non prises en charge de Google Chrome avec Windows 7 et 8.1*? Techniquement oui, mais ce ne sera probablement pas l'idéal. Vous ne recevrez plus de mises à jour et de correctifs pour vous protéger contre les exploits, ce qui vous rend vulnérable aux pirates. En fin de compte, il serait sage de passer à Windows 11 ou à une distribution Linux moderne.

Une série de fonctionnalités pour Google Chrome basées sur l'apprentissage automatique

Google a annoncé un ensemble de fonctionnalités de sécurité nouvelles et mises à jour pour Chrome, qui reposent presque toutes sur des modèles d'apprentissage automatique (ML), ainsi que quelques nouvelles fonctionnalités astucieuses basées sur ML qui visent à rendre la navigation sur le Web un peu plus facile, y compris une nouvelle fonctionnalité qui supprimera les invites d'autorisation de notification lorsque son algorithme pense que vous ne les accepterez probablement pas.

Google a introduit un nouveau modèle ML qui bloque bon nombre de ces invites d'autorisation de notification.

Et Google d'expliquer :

« La navigation sécurisée dans Chrome aide à protéger des milliards d'appareils chaque jour, en affichant des avertissements lorsque les gens essaient de naviguer vers des sites dangereux ou de télécharger des fichiers dangereux (voir le grand exemple rouge ci-dessous). À partir de mars de cette année, nous avons déployé un nouveau modèle ML qui identifie 2,5 fois plus de sites potentiellement malveillants et d'attaques de phishing que le modèle précédent, ce qui se traduit par un Web plus sûr et plus sécurisé.

« Pour améliorer encore l'expérience de navigation, nous faisons également évoluer la façon dont les gens interagissent avec les notifications Web. D'une part, les notifications de page aident à fournir des mises à jour des sites qui vous intéressent ; d'autre part, les invites d'autorisation de notification peuvent devenir une nuisance. Pour aider les gens à naviguer sur le Web avec un minimum d'interruptions, Chrome prédit quand les invites d'autorisation sont peu susceptibles d'être accordées en fonction de la façon dont l'utilisateur a précédemment interagi avec des invites d'autorisation similaires, et fait taire ces invites indésirables. Dans la prochaine version de Chrome, nous lançons un modèle ML qui effectue ces prédictions entièrement sur l'appareil ».

Nom : chrome.png
Affichages : 763
Taille : 117,6 Ko

Dans une future version, Google prévoit d'utiliser la même technologie pour ajuster la barre d'outils Chrome en temps réel, faisant apparaître différents boutons comme les icônes de partage ou la recherche vocale aux moments et aux endroits où vous êtes susceptible de les utiliser :

« Peut-être que vous aimez lire des articles de presse le matin - téléphone dans une main, cuillère à céréales dans l'autre - donc vous partagez beaucoup de liens de Chrome. Ou peut-être que la recherche vocale est plus votre truc, alors que vous posez quelques questions pendant votre trajet en transport en commun pour vous rendre au travail. Quoi qu'il en soit, nous voulons nous assurer que Chrome vous rencontre là où vous vous trouvez, donc dans un avenir proche, nous utiliserons le ML pour ajuster la barre d'outils en temps réel - en mettant en évidence l'action la plus utile à ce moment-là (par exemple un lien de partage, une recherche vocale, etc.). Bien sûr, vous pourrez également le personnaliser manuellement ».

Nom : barre.png
Affichages : 733
Taille : 52,8 Ko
La barre d'outils de Chrome sur Android s'adaptera en fonction de vos besoins

En ce qui concerne les autres nouvelles fonctionnalités basées sur l'apprentissage automatique, Chrome va bénéficier également d'un nouveau modèle d'identification de langue qui permet de mieux déterminer dans quelle langue se trouve une page donnée et si elle doit être traduite en fonction de vos préférences personnelles :

« Plus tôt cette année, nous avons lancé Journeys pour aider les gens à retracer leurs pas en ligne. Par exemple : Vous pourriez passer des semaines à planifier une visite dans un parc national – rechercher des attractions, comparer des vols et acheter du matériel. Avec ML et Journeys, Chrome rassemble les pages que vous avez visitées sur un sujet donné et vous permet de reprendre facilement là où vous vous étiez arrêté (par opposition à parcourir l'historique de votre navigateur).

« Lorsque vous revenez à ces chaussures de randonnée et guides de camping, nous utilisons également ML pour rendre ces sites Web disponibles dans la langue de votre choix. En particulier, nous avons lancé un modèle d'identification de langue mis à jour pour déterminer la langue de la page et si elle doit être traduite pour correspondre à vos préférences. En conséquence, nous constatons chaque jour des dizaines de millions de traductions réussies ».

Du côté de la concurrence, l'avenir de Firefox inquiètent les analystes

Fin 2008, l'année de publication de Chrome par Google, Firefox avait le vent en poupe. Vingt pour cent des 1,5 milliard de personnes en ligne utilisaient le navigateur de Mozilla pour naviguer sur le Web. En Indonésie, en Macédoine et en Slovénie, plus de la moitié des internautes utilisaient Firefox. « Notre part de marché dans ces régions a augmenté à une vitesse folle », a écrit Ken Kovash, président de Mozilla à l'époque, dans un billet de blogue. Près de 15 ans plus tard, les choses ne sont pas aussi roses. Aujourd'hui, selon les données issues du site StatCounter, sur l'ensemble des appareils, le navigateur ne possède plus que 3,14 % de parts de marché.

Nom : stat.png
Affichages : 729
Taille : 126,4 Ko

« Si l'on regarde cinq ans en arrière et que l'on examine notre part de marché et les chiffres que nous publions, on ne peut nier le déclin. Au cours des deux dernières années, ce que nous avons vu est en fait un aplatissement assez substantiel », déclare Selena Deckelmann, vice-présidente senior de Firefox. Les propres statistiques de Mozilla montrent une baisse d'environ 30 millions d'utilisateurs actifs mensuels entre le début de 2019 et le début de 2022. La perte de vitesse de la part de marché de Firefox s'est accompagnée de deux séries de licenciements chez Mozilla en 2020. Environ 250 collaborateurs auraient été licenciés à l'automne 2020.

En 2023, son accord de recherche lucratif avec Google - responsable de la grande majorité de ses revenus - devrait expirer. En outre, une série de navigateurs axés sur la protection de la vie privée lui font désormais concurrence, tandis que les ratés des nouvelles fonctionnalités menacent de lui aliéner sa base. Tout cela a laissé des analystes du secteur et d'anciens employés préoccupés par l'avenir de Firefox. Son sort a également des implications plus importantes pour le Web dans son ensemble. Pendant des années, il a été le meilleur candidat pour tenir en échec Chrome, grâce à ses fonctions de confidentialité et de protection de la vie privée.

Mozilla tire la majorité de ses revenus de son partenariat avec Google

L'accord Google-Mozilla a été renouvelé pour la dernière fois en 2020 et devrait expirer en 2023. Les statistiques montrent que la part de marché de Firefox a diminué d'environ 1 % pendant la durée de cet accord. Les propres chiffres de la société montrent que le nombre d'utilisateurs actifs mensuels est resté stable, à environ 215 millions. Mais rien ne garantit qu'il sera renouvelé au même niveau. Selon Deckelmann, Mozilla ne révèle pas les détails des accords conclus avec ses partenaires et a refusé de dire si des négociations avec Google étaient en cours. Elle s'attend à ce que les résultats financiers de 2021 montrent une croissance des revenus.

Cependant, Mozilla reconnaît qu'il y a un besoin urgent de diversifier les sources de revenus pour l'avenir à long terme de Firefox. Ces efforts se sont intensifiés depuis 2019. L'entreprise possède le service de lecture en différé Pocket, qui comprend un service d'abonnement premium payant. Elle a aussi lancé deux produits similaires de type VPN auxquels les gens peuvent s'abonner. Et l'entreprise pousse davantage dans la publicité également, en plaçant des annonces sur les nouveaux onglets qui sont ouverts dans le navigateur Firefox. Les revenus combinés des abonnements et des publicités de Mozilla étaient de 14 millions de dollars en 2019.

Ils sont passés à 24 millions de dollars en 2020, et l'entreprise dit s'attendre à ce que les résultats financiers de 2021 montrent que les nouveaux produits contribuent à 14 % de ses revenus. Selon Mozilla, cette indépendance vis-à-vis de Google est la clé de la création d'un modèle économique "plus sain". Cependant, certains de ces nouveaux paris n'ont pas fonctionné et peuvent sembler en contradiction avec les objectifs plus larges de Firefox en matière de confidentialité. Un service de partage de fichiers chiffrés a été fermé après avoir été utilisé pour diffuser des logiciels malveillants. Mozilla a inséré en outre des publicités dans la barre d'URL de Firefox.

Les efforts pour trouver de nouvelles sources de revenus interviennent à un moment où Firefox doit faire face à une concurrence plus forte que jamais. En effet, de nouveaux arrivants sur le marché des navigateurs utilisent la confidentialité dans leur image de marque. Plusieurs concurrents de Chrome cherchent à se différencier en ne collectant pas de données sur votre historique de navigation ou en ne suivant pas votre activité en ligne. Firefox, DuckDuckGo, Brave, Vivaldi et Safari rejoignent tous Tor - qui est largement considéré comme l'option la plus respectueuse de la vie privée - pour bloquer le suivi à des degrés divers.

Les références de Firefox en matière de protection de la vie privée sont à peu près aussi "solides" que celles de ses rivaux commerciaux. « La principale caractéristique de Firefox est son extensibilité. Il y a beaucoup de fonctions de protection de la vie privée qui ne sont pas activées par défaut, ce qui est regrettable, mais il vous donne au moins la possibilité de les activer si vous pensez en avoir besoin », explique Jonah Aragon, un administrateur système qui participe également à la gestion du site Web de recommandations Privacy Guides. Le site, qui se concentre sur les logiciels libres, classe les navigateurs Firefox parmi les meilleurs.

Source : Google

Et vous ?

Quel navigateur utilisez-vous ? Sur quel système d'exploitation ?
Que pensez-vous de Google Chrome en général ?
Comprenez-vous la décision d'abandonner le support de Windows 7 et Windows 8.1 ? Les autres navigateurs gagneraient-ils à faire de même ?
Les entreprises peuvent-elles, malgré tout, continuer à les utiliser ? Qu'en est-il des particuliers ?
Que devrait faire Mozilla selon vous pour redresser la barre et gagner des parts de marché ?
Que pensez-vous des récentes améliorations apportées au navigateur comme la possibilité d'épingler un raccourci pour la navigation privée ?

Voir aussi :

Google Chrome est apparemment truffé de problèmes de sécurité, au moins 303 vulnérabilités auraient déjà été découvertes dans le navigateur Web de Google en 2022