IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

L'outil d'IA de génération de musique Udio produirait déjà 10 chansons par seconde


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 952
    Points
    36 952
    Par défaut L'outil d'IA de génération de musique Udio produirait déjà 10 chansons par seconde
    La RIAA considère les mixeurs de musique à IA comme une menace émergente pour le droit d'auteur
    alors que les experts juridiques s'interrogent sur des questions du droit d'auteur de l’IA

    Dans une réponse à une demande de l'Office of the US Trade Representative, la Recording Industry Association of America a indiqué que les sites Web de musique alimentés par l'intelligence artificielle (IA) qui réalisent des remixes, améliorent des morceaux faits maison ou dépouillent les chansons de leurs voix nuisent aux artistes. Songmastr, l'une des plateformes mentionnées promet de "masteriser" n'importe quelle chanson en se basant sur le style d'artistes connus tels que Beyonce, Taylor Swift, Coltrane, Bob Dylan, James Brown et bien d'autres. Bien que le service de Songmastr soit un peu plus avancé, la RIAA considère qu'il s'agit clairement d'une infraction.

    La Recording Industry Association of America est une association interprofessionnelle qui défend les intérêts de l'industrie de musique à l’instar de la SNEP en France. Ses membres principaux sont des sociétés privées détenant des labels et des maisons de disques. L'organe de lobbying de l'industrie de la musique affirme que les services utilisant l'apprentissage automatique pour modifier les pistes portent atteinte aux droits des artistes.

    Nom : RIAA.jpg
Affichages : 1885
Taille : 17,9 Ko

    L'intelligence artificielle est sans aucun doute la technologie qui fait le plus de buzz actuellement, que ça soit chez les personnes averties comme chez les profanes, tout le monde en parle. Dans certains cas, il ne s'agit guère plus que d'algorithmes avancés, mais des systèmes informatiques complexes d'auto-apprentissage dotés de caractéristiques semblables à celles des humains sont également en cours de développement.

    L'intelligence artificielle n'existe pas, selon Luc Julia, l’un des inventeurs de l’assistant vocal Siri d’Apple, actuel vice-président innovation de Samsung Monde, et directeur du laboratoire de recherche en IA de Samsung.

    Pour justifier ses propos, il dit ceci : « je suis un peu fatigué par toutes les bêtises que l’on entend depuis quelques années sur l’intelligence artificielle et j’ai voulu rétablir la vérité. On ne sait pas ce que c’est que l’intelligence donc on ne peut pas construire de l’intelligence artificielle. Ce que l’on appelle "intelligence artificielle" depuis 1956 ce sont des techniques mathématiques qui n’ont rien à voir avec l’intelligence. Il n’en reste pas moins que ces techniques (deep learning, machine learning, etc.) sont très intéressantes. Mais la machine ne crée pas, ne réfléchit pas, et les humains conservent pleinement la main sur ces techniques ».

    Pour bon nombre d'entreprises, l'IA peut être utilisée pour se démarquer de la concurrence, en créant de la valeur ajoutée sur un produit ou service existant, alors que d'autres entreprises qui voient le jour ces dernières années ont décidé de faire de l'IA leur produit de base ou construire leurs produits et services sur une technologie d'intelligence artificielle.

    Du point de vue du droit d'auteur, l'IA peut soulever des questions intéressantes. Par exemple, le contenu créé par une IA peut-il être protégé par le droit d'auteur comme toute autre œuvre ? Ou peut-être l'IA peut-elle enfreindre les droits d'auteur détenus par d'autres ?

    Il existe des services en ligne qui, en utilisant prétendument l'intelligence artificielle (IA), extraient, ou plutôt copient, les voix, les instruments ou une partie des instruments (une tige musicale) d'un enregistrement sonore, et/ou génèrent, maîtrisent ou remixent un enregistrement pour qu'il soit très similaire ou presque aussi bon que les pistes de référence d'artistes.

    « Dans la mesure où ces services forment leurs modèles d'IA en utilisant la musique de nos membres, cette utilisation n'est pas autorisée et viole les droits de nos membres en effectuant des copies. En tout état de cause, les fichiers diffusés par ces services sont soit des copies non autorisées ou des œuvres dérivées non autorisées de la musique de nos membres », écrit la RIAA.

    IA et droit d'auteur

    Alors que les experts juridiques se grattent la tête sur des questions du droit d'auteur de l’IA, la RIAA a déjà pris une décision concernant une sélection de services prétendant offrir des extracteurs et des mixeurs de musique IA. Répondant à une demande de l'Office of the US Trade Representative (USTR), le groupe musical a mis en évidence plusieurs de ces sites dans son rapport annuel des marchés de piratage.

    Songmastr

    Songmastr est l'une des plateformes mentionnées. Ce service promet de "masteriser" n'importe quelle chanson en se basant sur le style d'artistes musicaux connus tels que Beyonce, Taylor Swift, Coltrane, Bob Dylan, James Brown et bien d'autres. La technologie sous-jacente du site est alimentée par le code open-source Matchering 2.0, qui est disponible gratuitement sur GitHub. Et en effet, ses prétendues capacités d'intelligence artificielle figurent en bonne place dans le slogan du site.

    « Ce service utilise l'intelligence artificielle et est basé sur la bibliothèque open source Matchering. L'algorithme maîtrise votre morceau avec les mêmes RMS, FR, amplitude de crête et largeur stéréo que le morceau de référence que vous choisissez », explique Songmastr.

    Selon certains analystes, on ne sait pas très bien où l'intelligence artificielle entre en jeu. On peut en dire autant des sites Acapella-Extractor et Remove-Vocals, que la RIAA classe dans la même catégorie. Les noms de ces services sont assez explicites : ils permettent de séparer les voix du reste du morceau. En toute logique, la RIAA ne souhaite pas que des tiers retirent la musique ou les voix de morceaux protégés par le droit d'auteur, en particulier lorsque ces œuvres dérivées sont ensuite partagées avec d'autres.

    Pour illustrer la divergence d’idées sur la question, l'Afrique du Sud délivre le premier brevet au monde mentionnant une intelligence artificielle comme inventeur. Alors que l’office britannique de la propriété intellectuelle, décide que les IA ne peuvent pas être mentionnées comme inventeurs.

    « Pour les inventions conçues par l'IA, nous ne prévoyons aucun changement dans la législation britannique sur les brevets. La plupart des répondants estiment que l'intelligence artificielle n'est pas encore assez avancée pour inventer sans intervention humaine. Mais nous garderons ce domaine du droit à l'étude pour nous assurer que le système de brevets britannique soutient l'innovation en matière d'intelligence artificielle et l'utilisation de l'IA au Royaume-Uni. Nous chercherons à faire avancer les discussions sur l'invention de l'IA au niveau international pour soutenir les intérêts économiques du Royaume-Uni », déclare l’Office britannique sur la propriété intellectuelle.

    Dans le cas de l’Afrique du Sud, la délivrance de ce brevet répond à la question de savoir qui est le propriétaire du produit d’une intelligence artificielle. Dans le cas d’espèce, la juridiction d’Afrique du Sud tranche que le propriétaire du brevet est le propriétaire de l’intelligence artificielle. La question reste en suspens dans d’autres juridictions. En effet, dans le cadre de la mise sur pied d’une intelligence artificielle, il faut s’interroger sur la provenance des données dont on use pour le processus d’entraînement, notamment, sur les questions de droit d’auteur relatives à ces dernières.

    Bien que le service de Songmastr soit un peu plus avancé, la RIAA considère qu'il s'agit clairement d'une infraction. Après tout, les titres originaux protégés par le droit d'auteur sont utilisés par le site pour créer des œuvres dérivées, sans l'autorisation nécessaire.

    « Dans la mesure où ces services, ou leurs partenaires, entraînent leurs modèles d'IA en utilisant la musique de nos membres, cette utilisation n'est pas autorisée et porte atteinte aux droits de nos membres en faisant des copies non autorisées des œuvres de nos membres. « En tout état de cause, les fichiers que ces services diffusent sont soit des copies non autorisées, soit des œuvres dérivées non autorisées de la musique de nos membres », ajoute la RIAA.

    Jusqu'à présent, Songmastr ne semble pas être une menace majeure en termes de trafic. Avec moins de 200 visites par jour au cours des 12 derniers mois, il n'a pas vraiment réussi à s'imposer. Acapella-Extractor et Remove-Vocals sont plus populaires, avec quelques centaines de milliers de visites mensuelles. Outre les menaces émergentes liées à l'intelligence artificielle, la RIAA énumère divers sites de torrents, sites de téléchargement, streamrippers et fournisseurs d'accès. L'application vidéo populaire likee.video y figure également, car elle n'aurait pas obtenu les licences appropriées pour les pistes qu'elle utilise.

    Source : RIAA

    Et vous ?

    Quel est votrre avis sur le sujet ?

    Selon vous, les systèmes d'IA doivent-ils être considérés comme des inventeurs de brevets ?

    Voir aussi :

    L'Afrique du Sud délivre le premier brevet au monde mentionnant une intelligence artificielle comme inventeur : quels bénéfices pour les entreprises de la filière ? Quels dangers ?

    L'Office britannique de la propriété intellectuelle décide que les IA ne peuvent pas être mentionnées comme inventeurs, sur des brevets
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre chevronné

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    Avril 2015
    Messages
    452
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Vendée (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2015
    Messages : 452
    Points : 1 968
    Points
    1 968
    Par défaut
    Normalement, ça ne devrait pas poser de problème. L'autre jour j'ai vu un reportage sur la création de la dixième symphonie de Beethoven par une IA utilisant quelques notes qu'il avait laissées.
    C'était un fatras totalement inintéressant, on y entendait des réminiscences lointaines de thèmes ou de façons beethoveniens, mais essentiellement c'était plat et emmerdant. A part pour la démonstration, je ne vois pas qui irait assister à l'exécution de cette pièce en concert.
    Maintenant, si les artistes contemporains peuvent être imités par une IA de manière crédible et si la distinction ne se fait pas, si leur public gobe la pilule, que penser de la qualité et de l'inventivité de leur travail ? Et des droits afférents, évidemment ?

  3. #3
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 952
    Points
    36 952
    Par défaut IA et musique : l'IA de génération de musique Udio produirait déjà 10 chansons par seconde
    IA et musique : des artistes de renom parmi des centaines d'autres mettent en garde contre le remplacement des musiciens par l'IA
    et une menace existentielle pour leurs moyens de subsistance

    Des artistes musicaux de renom, dont Pearl Jam, Nicki Minaj et Billie Eilish, se sont joints à plus de 200 autres dans une lettre ouverte de l'Alliance des droits des artistes, critiquant l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) dans la création musicale. Cette lettre appelle à mettre fin à l'utilisation de l'IA qui porte atteinte aux droits des artistes humains, dénonçant ainsi une menace existentielle pour leur art. La protestation contre l'IA générative s'étend désormais à divers domaines créatifs, y compris la musique, en raison de préoccupations concernant la violation des droits d'auteur et la dévalorisation du travail artistique. Les artistes soulignent les risques posés par l'utilisation irresponsable de l'IA, mentionnant des cas où des entreprises ont utilisé des données protégées par le droit d'auteur pour former des modèles d'IA sans autorisation.

    Bien que certains voient le potentiel de l'IA pour stimuler la créativité humaine, les artistes mettent en garde contre une éventuelle diminution des redevances et une dégradation de la valeur de leur travail. Ils appellent à une action pour empêcher l'IA de remplacer ou de dévaluer le travail des artistes humains, soulignant la nécessité d'une rémunération équitable. Cette lettre met en lumière le débat émergent sur le rôle de l'IA dans la création artistique et appelle à une réflexion sur la protection des droits et de la créativité humaine dans un paysage technologique en évolution.

    Damien Riehl et Noah Rubin, deux musiciens, viennent de trouver une astuce en vue de libérer les mélodies et les musiciens qui les utilisent des éventuelles poursuites pour plagiat : générer toutes les combinaisons possibles de mélodies à partir de huit notes et de douze temps à l’aide d’un algorithme, afin d’enregistrer chacune d’elles sous format MIDI. Les deux musiciens, Riehl étant également développeur et avocat spécialiste du droit d’auteur, s’efforcent ensuite de mettre sous la licence libre Creative Commons Zero ces productions ainsi générées. L’idée est d’éviter que les utilisateurs des œuvres protégées de manière involontaire ne soient victimes de poursuite judiciaire.

    Nom : IAmusic.jpg
Affichages : 4821
Taille : 30,5 Ko

    L'alliance, qui est dirigée par des vétérans de l'industrie, a déclaré dans la lettre qu'elle pense que l'IA a un « énorme potentiel » pour faire progresser la créativité humaine d'une manière qui pourrait créer des expériences nouvelles et passionnantes pour les fans, mais qu'elle devrait être utilisée de manière responsable. Ses préoccupations portent sur l'atteinte à la vie privée des artistes, l'utilisation de leur identité sans leur consentement et l'utilisation de leur musique pour entraîner des modèles d'IA. « Certaines des entreprises les plus grandes et les plus puissantes utilisent, sans autorisation, notre travail pour former des modèles d'IA », peut-on lire dans la lettre.

    Ces efforts visent directement à remplacer le travail des artistes humains par des quantités massives de « sons » et d'« images » créés par l'IA, qui diluent considérablement les droits d'auteur versés aux artistes. L'alliance demande aux développeurs, aux entreprises technologiques et aux plateformes proposant de la musique en ligne de s'engager à ne pas développer ou déployer d'outils ou de contenus de génération de musique par l'IA qui « saperaient ou remplaceraient le travail artistique humain des auteurs-compositeurs et des artistes, ou nous priveraient d'une juste rémunération pour notre travail ».

    Jen Jacobsen, directrice exécutive de l'alliance, a déclaré : « S'il existe des services et des plateformes qui inondent le marché de contenu généré par l'IA, cela devient une mer de bruit, honnêtement, dont une grande partie n'est pas créée par l'homme, et cela dilue donc la réserve de droits d'auteur. » « Il y a donc beaucoup de musique qui n'est pas payée aux artistes humains. Et ceux qui créent de la musique ne reçoivent pas les redevances qui leur sont dues ».

    Phil Kear, secrétaire général adjoint du syndicat des musiciens, a déclaré que de nombreux musiciens au Royaume-Uni utilisaient déjà l'IA de différentes manières. « Mais je pense qu'en termes d'IA générative, où il s'agit d'ingérer en masse des œuvres protégées par le droit d'auteur qui existent déjà, je pense que cela ne peut pas continuer sans aucun paiement ni aucune forme de reconnaissance des artistes et créateurs originaux », a-t-il ajouté.

    La dernière chanson des Beatles, Now and Then, avec les quatre membres et l'IA, a été dévoilée au public, mettant en vedette les quatre membres du groupe. Le morceau inclut la voix de John Lennon et le jeu de guitare de George Harrison. Sir Paul McCartney et Sir Ringo Starr ont achevé la chanson en utilisant une technologie de restauration audio spécialement développée pour le réalisateur Peter Jackson. Cette technologie a permis de nettoyer et d'intégrer la démo originale de Lennon. Attendue avec grande impatience par les fans du monde entier, Now And Then a été initialement écrite et enregistrée par John Lennon à la fin des années 1970. La chanson est sortie en tant que double face A avec le premier album du groupe, Love Me Do, paru en 1962.

    Après le décès de Lennon en 1980, à l'âge de 40 ans, sa femme Yoko Ono a remis la cassette du morceau aux membres restants du groupe, accompagnée d'enregistrements bruts de Free As A Bird et Real Love, qui ont été retravaillés et publiés au milieu des années 1990. À cette époque, les membres survivants des Beatles (dont George Harrison, décédé en 2001) ont également travaillé sur Now And Then, mais ont choisi de ne pas la publier. Ils ont attribué cette décision aux limitations technologiques de l'époque, qui rendaient difficile l'extraction claire des voix de Lennon. Cependant, grâce à une nouvelle technologie de restauration audio, la démo originale de Lennon a pu être nettoyée et intégrée, ainsi que les enregistrements des guitares électrique et acoustique de Harrison pour la version de 1995.

    Cette lettre est le dernier développement en date d'un mouvement plus large de l'industrie contre l'utilisation de l'IA générative lorsqu'elle entraîne une violation des droits d'auteur et des droits des travailleurs. En mars, le Tennessee est devenu le premier État américain à adopter une loi visant à protéger les musiciens contre la génération de leur voix par l'IA à des fins commerciales. Cette loi entrera en vigueur au début du mois de juillet.

    L'Union européenne a récemment approuvé le premier grand ensemble de règles régissant l'intelligence artificielle au monde. Les organismes de l'industrie musicale, dont la CISAC, l'association des compositeurs, ont salué cette initiative qui donne aux musiciens les outils nécessaires pour faire respecter leurs droits sur leurs œuvres. La loi européenne sur l'intelligence artificielle divisera la technologie en catégories de risque, avec des exigences différentes pour chaque niveau.

    Perspectives contradictoires et débats intenses

    Les nombreux avis exprimés sur ce sujet soulignent l'intérêt considérable que suscite la question de l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) dans la création musicale. Deborah W.A. Foulkes, du MITI, exprime fermement son opposition à l'idée de remplacer la musique créée par des artistes humains par des productions générées par l'IA.

    Pour elle, la connexion émotionnelle entre l'artiste et l'auditeur est une expérience profondément humaine qui ne peut être reproduite par la technologie. Elle souligne que l'IA risque de créer un monde déshumanisé et aliénant, remettant en question la valeur même de notre civilisation. Malgré ces inquiétudes, elle reste déterminée à défendre l'idée que l'IA doit être régulée de manière à servir le bien-être, la créativité et l'épanouissement de l'homme.

    En revanche, Chase Emmons adopte un point de vue plus controversé en suggérant que l'IA pourrait effectivement supplanter la musique populaire, mais que la demande pour la musique humaine restera forte en raison de son caractère unique et de son authenticité. Il croit que les artistes humains deviendront encore plus précieux dans un paysage culturel dominé par l'IA.

    Albert Fong souligne les préoccupations croissantes de l'industrie musicale face à l'utilisation non autorisée de leur travail par les entreprises d'IA pour former des modèles. Il met en garde contre les conséquences potentielles d'une réglementation inadéquate de l'IA, qui pourrait paralyser les industries créatives ou étouffer l'innovation dans le domaine de l'IA.

    David Usher partage son expérience avec la musique générée par l'IA et note les progrès significatifs dans ce domaine. Il exprime à la fois un sentiment de tristesse face à l'avènement de cette technologie et un espoir pour l'avenir, en soulignant la nécessité de trouver des moyens de soutenir la musique humaine dans un paysage numérique de plus en plus saturé par l'IA.

    Il est indéniable que l'intelligence artificielle (IA) représente une avancée technologique majeure avec un potentiel considérable pour diverses applications. Cependant, l'utilisation de l'IA dans le domaine de la création artistique suscite légitimement des préoccupations. L'initiative des artistes, menée par des figures telles que Pearl Jam, Nicki Minaj et Billie Eilish, mérite d'être saluée pour avoir soulevé ces questions cruciales.

    L'IA générative soulève des problèmes éthiques et juridiques sérieux, notamment en ce qui concerne les droits d'auteur et la reconnaissance du travail artistique. Le fait que des entreprises puissantes utilisent des œuvres protégées par le droit d'auteur sans autorisation pour entraîner des modèles d'IA est inacceptable. Cette pratique non seulement viole les droits des artistes, mais risque également de dévaluer leur travail et de réduire leurs revenus.


    L'argument selon lequel l'IA pourrait stimuler la créativité humaine est contestable. En réalité, la prolifération de contenu généré par l'IA pourrait noyer les voix des artistes humains et créer un paysage culturel uniformisé, privant les créateurs de leur individualité et de leur capacité à être rémunérés équitablement pour leur travail.

    Les mesures législatives prises, telles que la loi adoptée par le Tennessee pour protéger les musiciens contre l'utilisation commerciale de leur voix générée par l'IA, ainsi que les règles de l'Union européenne sur l'IA, sont des pas dans la bonne direction. Elles reconnaissent l'importance de protéger les droits des artistes et de garantir une rémunération juste pour leur travail.

    En définitive, il est impératif que les développeurs, les entreprises technologiques et les plateformes musicales prennent des mesures pour garantir que l'IA est utilisée de manière responsable et respectueuse des droits des artistes. L'initiative des artistes pour défendre leurs droits et promouvoir une créativité authentique et rémunératrice est louable et mérite un soutien continu de la part de l'industrie et des législateurs.

    Source : CBS Chicagob

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Comment l'utilisation de l'IA dans la musique peut-elle potentiellement violer les droits d'auteur des artistes et dévaloriser leur travail ?

    Quels sont les contre-arguments possibles en faveur de l'utilisation de l'IA dans la musique, malgré les préoccupations soulevées par les artistes ?

    Voir aussi :

    Deux musiciens utilisent un algorithme pour générer toutes les combinaisons possibles de mélodies et les mettent sous licence CC0, afin de mettre fin à des poursuites en matière de droits d'auteur

    La dernière chanson des Beatles, "Now and Then", avec les quatre membres et l'IA, est sortie, le morceau comprend la voix de John Lennon et la guitare de George Harrison

    La maison de disque Capitol Records est contraint d'abandonner son rappeur virtuel, FN Meka, créé par une intelligence artificielle, suite à des réactions négatives dues à des "stéréotypes grossiers"
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    599
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 599
    Points : 10 926
    Points
    10 926
    Par défaut Udio : l'IA de génération de musique qui arrive avec la promesse de révolutionner la création musicale
    Udio : l'IA de génération de musique qui suscite l'engouement avec sa promesse de révolutionner la création musicale
    mais ces outils d'IA sont perçus comme une menace par l'industrie musicale

    La génération de musique est l'une des dernières frontières franchies par l'IA générative. L'IA peut maintenant produire de la musique de qualité radiophonique proche de la réalité à partir d'une simple invite textuelle et de nombreux outils de ce type sont déjà disponibles sur le marché. Le nouveau générateur de musique Udio synthétise de la musique réaliste à la demande. Ces outils d'IA arrivent avec la promesse de révolutionner la création musicale et de la rendre plus accessible. S'ils suscitent l'intérêt du grand public, ces outils sont perçus comme une menace existentielle par les artistes musicaux qui craignent que l'IA leur arrache leurs moyens de subsistance.

    L'avènement de l'IA générative a ouvert la voie à de nouveaux cas d'utilisation de la technologie dans les domaines artistiques comme la musique, le cinéma et d'autres formes d'art. Lorsqu'elle est mise en œuvre, l'IA peut avoir un impact sur tous les aspects du processus de la création musicale, y compris la génération de musique, la mastérisation audio et la diffusion de musique en continu. Les logiciels tels que Suno, AIVA, Soundfull et Udio offrent aux musiciens amateurs un moyen innovant d'améliorer leur processus créatif. Et certains outils sont en mesure de produire des œuvres dans le style de différents compositeurs.

    Udio est le dernier outil d'IA de génération de musique à faire son apparition sur le marché. Il sort de la clandestinité avec fracas en dévoilant une capacité étonnante à capturer l'émotion dans les voix synthétiques. Il est le fruit du travail d'anciens ingénieurs de Google DeepMind. Avec quelques données humaines clés, Udio peut créer des fac-similés de musique produite par l'homme dans des genres tels que la country, le quatuor de barbiers, la pop allemande, la musique classique, le hard rock, le hip-hop, les airs de spectacle et bien d'autres encore. L'accès à la plateforme est actuellement gratuit pendant une période bêta.

    Les créateurs d'Udio (David Ding, Conor Durkan, Charlie Nash, Yaroslav Ganin et Andrew Sanchez) affirment que l'entreprise avait été inspirée par le désir de faciliter la création et le partage de musique. L'équipe a annoncé que les prochaines mises à jour de son générateur de musique incluront des outils plus orientés vers les musiciens, notamment la possibilité d'ajouter des voix de référence, des options de création plus granulaires et l'importation aisée de pistes externe. Pour l'instant, leur objectif est de constituer une bibliothèque de morceaux étonnants inspirés par des gens n'ayant pas ou peu de compétences musicales.

    Par ailleurs, l'équipe envisage à l'avenir de prendre en charge davantage de langue, de séparer les stems des pistes individuelles et, éventuellement, de spécifier le chanteur, mais pour l'instant, elle se concentre sur la création d'une communauté autour d'Udio. Selon certains analystes, Udio pourrait être utilisé comme alternative à l'envoi d'un GIF. Ou permettre aux gens de s'exprimer sous la forme d'une chanson à un être cher ou de partager une émotion. Vous pourriez envoyer un morceau de 30 secondes sur l'anniversaire d'un être cher au lieu d'envoyer une carte. Selon l'équipe, Udio offre de nombreux cas d'utilisation.


    Une poignée de morceaux ont été divulgués avant le grand lancement sur X et d'autres plateformes, ce qui a donné lieu à des spéculations sur la qualité de ce nouvel outil d'IA. Udio a la même capacité que Suno à créer un morceau complet à partir d'une invite textuelle, ce qui est impressionnant. « La capacité à capturer non seulement l'émotion d'une chanson, mais aussi à générer du bizarre et de l'inattendu, tout en maintenant la fidélité et la cohésion musicales, est stupéfiante », affirme un critique qui a essayé Udio. Toutefois, tous les testeurs ne partagent pas cet avis. D'autres dénoncent cette forme automatisation de l'art :


    J'ai écouté plusieurs chansons disponibles dans la bibliothèque. Je dois être honnête, c'est vraiment déprimant. Je reste largement optimiste et je pense que la musique s'en sortira à long terme, d'une manière ou d'une autre. Cependant, pourquoi faire ça ? Pourquoi automatiser l'art ? L'automatisation n'est-elle pas censée nous faciliter la vie ? J'ai l'impression que ces nouveaux outils n'arrivent que pour rendre la vie moins satisfaisante.

    Par ailleurs, le fait que presque tous les exemples que j'ai écoutés sont des chansons parodiques/romanes m'interpelle beaucoup. S'agit-il simplement du fruit le plus facile à cueillir ou cela en dit-il long sur l'utilisation finale de ce type d'outil ? Peut-être que sans l'aspect comique, la valeur de ce contenu diminue considérablement.
    Udio a suscité un grand engouement auprès des musiciens amateurs. Cependant, tout comme Suno avant lui, le nouveau générateur de musique suscite crainte et angoisse auprès de nombreux acteurs de l'industrie musicale. Ils dénoncent l'utilisation de l'IA dans la création musicale, une approche qui, selon eux, porte atteinte aux droits des artistes humains. Selon eux, ces outils d'IA représentent une menace existentielle pour leur art. Plus de 200 artistes musicaux de renommée mondiale ont récemment signé une lettre ouverte de l'Alliance des droits des artistes dans laquelle ils appellent à mettre fin à cette pratique.

    Après avoir créé un compte Udio, tout le monde peut créer une piste en entrant un texte qui peut inclure des paroles, une histoire et des étiquettes de genre musical. Udio s'attaque ensuite à la tâche en deux étapes. Tout d'abord, il utilise un grand modèle de langage (LLM) similaire à ChatGPT pour générer des paroles (si nécessaire) sur la base de l'invite fournie. Ensuite, il synthétise la musique à l'aide d'une méthode qu'Udio ne divulgue pas, mais d'après certains analystes, il s'agit probablement d'un modèle de diffusion, similaire au modèle Stable Audio de Stability AI, le développeur du générateur d'image Stable Diffusion.

    Bien que l'équipe d'Udio n'ait pas révélé les détails spécifiques de son modèle ou de ses données d'entraînement (qui sont probablement remplies de matériel protégé par le droit d'auteur), elle a confié à Tom's Guide que le système comportait des mesures intégrées pour identifier et bloquer les pistes qui ressemblent de trop près au travail d'artistes spécifiques, garantissant ainsi que la musique générée reste originale. Malgré la menace existentielle perçue par certains artistes musicaux, l'équipe d'Udio et certains des artistes avec lesquels elle a travaillé ont souligné le potentiel d'Udio en tant qu'outil d'aide à l'écriture de chansons.

    La plateforme a déjà attiré les investissements et l'attention d'une partie de la communauté musicale, dont Will.i.am et Common. « C'est une toute nouvelle Renaissance et Udio est l'outil de la créativité de cette époque. Avec Udio, vous pouvez faire naître des chansons grâce à l'IA et à votre imagination », a déclaré will.i.am. Selon les annonces de l'équipe, Udio devrait rester gratuit pendant sa phase de test bêta, les utilisateurs pouvant créer jusqu'à 1 200 chansons par mois, si le système fonctionne. Udio est également soutenu par UnitedMasters de Steve Stoute, Mike Krieger, cofondateur et directeur technique d'Instagram.

    Sources : Udio, communiqué de presse

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des générateurs de musique comme Suno et Udio ?
    Ces nouveaux outils d'IA ont-ils la capacité de révolutionner la création musicale ?
    Quelles sont les préoccupations que posent ces systèmes d'IA de génération de musique ?
    Quels impacts pourraient-ils avoir sur l'industrie musicale ? Constituent-ils une menace existentielle ?

    Voir aussi

    Quand l'IA copie l'art : des artistes ont intenté une action en justice contre Midjourney et Stability AI pour violation de droit d'auteur, le procès pourrait changer la donne à l'ère de l'IA

    IA et musique : des artistes de renom parmi des centaines d'autres mettent en garde contre le remplacement des musiciens par l'IA, et une menace existentielle pour leurs moyens de subsistance

    Une voix féminine générée par un système d'IA interprète avec un air triste le texte de la licence MIT, l'IA peut désormais produire de la musique de qualité radiophonique proche de la réalité

  5. #5
    Membre averti
    Homme Profil pro
    autre
    Inscrit en
    Juin 2014
    Messages
    107
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Aveyron (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : autre

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2014
    Messages : 107
    Points : 386
    Points
    386
    Par défaut
    le système comporte des mesures intégrées pour identifier et bloquer les pistes qui ressemblent de trop près au travail d'artistes spécifiques, garantissant ainsi que la musique générée reste originale.
    Parce que les petits artistes, en plus de pas être des stars et de pas avoir fait fortune, ils sont pas originaux. Ils seront flattés du compliment j'imagine ;-).

    J'ai du mal à comprendre l'intérêt de ce genre d'outil. Si tu sais pas faire de musique, pourquoi te mettre à en générer ?
    Je peux comprendre qu'on veuille apprendre à jouer d'un instrument, qu'on prenne plaisir à reproduire des morceaux et pour finalement peut-être un jour arriver à en composer.
    Mais Mme Michu, pourquoi est-ce qu'elle aurait besoin de générer de la musique ? Pour l'écouter en boucle ? Pour la partager avec ses amis qui peuvent eux-même en faire autant ?
    Non vraiment, je comprends pas.
    Pour l'intégrer dans un court métrage, un spectacle ou dans un podcast peut-être. Mais là c'est plus Mme Michu.

  6. #6
    Membre habitué
    Profil pro
    Inscrit en
    Août 2006
    Messages
    80
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Août 2006
    Messages : 80
    Points : 127
    Points
    127
    Par défaut
    quali...
    mais perso, je prefere suno.ai

  7. #7
    Membre habitué
    Profil pro
    Inscrit en
    Août 2006
    Messages
    80
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Août 2006
    Messages : 80
    Points : 127
    Points
    127
    Par défaut
    Citation Envoyé par _toma_ Voir le message
    J'ai du mal à comprendre l'intérêt de ce genre d'outil.
    parce que c'est fun;..
    comme avec n'import quel jouet...

    parce que faut pas deconner...
    c'est quand meme un jouet...

    je pense que ca pourrais avoir un impact super positif sur la création...
    maintenant que la "merde" est a porté de n'import qui...
    les artistes vont etre obligés de faire du quali...

  8. #8
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Novembre 2021
    Messages
    1 093
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2021
    Messages : 1 093
    Points : 2 940
    Points
    2 940
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Ces nouveaux outils d'IA ont-ils la capacité de révolutionner la création musicale ?
    Non. Ce n'est pas en générant aléatoirement de la musique que l'on pourra y trouver un rapport sensible.
    Ces outils d'IA peuvent par contre révolutionner la génération industriel de musique.

    Quelles sont les préoccupations que posent ces systèmes d'IA de génération de musique ?
    Quels impacts pourraient-ils avoir sur l'industrie musicale ? Constituent-ils une menace existentielle ?
    Oui, ils constituent une menace sur une partie du secteur. A peu près comme pour l'IA générative d'images.
    Ce genre d'IA n'est utile que dans un système industrialisé, où ça fait longtemps que la création et l'art sont relégués loin derrière. Dans se domaine, on standardise tout, c'est de pire en pire, il y a de moins en moins de place pour la créativité.
    On demande à la musique de film de faire un "style musique de film" à la musique "de rue" de faire un "style musique de rue" à la musique d'ambiance de faire un "style musique d'ambiance" ect... (je suis musiciens, j'en sais quelque chose).
    Ça semble exactement pareil pour le domaine visuel.
    Dan ce contexte, l'IA ne peux que gagner.

    Pour faire perdre l'IA, le seul moyen est de sortir du système industriel qui normalise tout.

  9. #9
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    Directeur de projet
    Inscrit en
    Mai 2013
    Messages
    1 363
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur de projet
    Secteur : Service public

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2013
    Messages : 1 363
    Points : 4 246
    Points
    4 246
    Par défaut
    Bonjour,

    Les AI ne créent pas, ils régurgitent un apprentissage en le sollicitant au hasard jusqu'à s'approcher de l'objectif assigné. Un peu comme beaucoup de productions (et non créations) actuelles.

    Ce qu'on peut espérer est que cela entraîne une production ad nauseam qui finisse par être vue comme un repoussoir, laissant un boulevard aux créateurs... avant que les AI n''intègrent leurs styles.

    Les AI sont fondamentalement des conservateurs par construction. Elles s'appuient sur un existant éventuellement biaisé par la base d'apprentissage et les filtres d'acquisition.

    Si on leur enseigne à juger des photos noir & blanc et qu'on leur présente des photos couleurs elles seront dans l'impossibilité de porter un jugement sain. Mais, hélas, cela ne les empêchera pas de porter un jugement sur la photo en omettant (filtre/conversion) les composantes colorimétriques.

    Tant que l'auto-apprentissage ne sera pas généralisé, ce type de comportement de faiseur restera. L'auto-apprentissage posera d'autres problèmes dont le cadrage de l'acquisition de compétences. Comme des enfants ?

    Salutations
    Ever tried. Ever failed. No matter. Try Again. Fail again. Fail better. (Samuel Beckett)

  10. #10
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 952
    Points
    36 952
    Par défaut L'outil d'IA de génération de musique Udio produirait déjà 10 chansons par seconde
    L'outil d'IA de génération de musique Udio produirait déjà 10 chansons par seconde,
    l'industrie musicale est-elle prête pour la montée en puissance de la musique générée par l'IA en 2024 ?

    L'avènement de la musique générée par l'IA marque un tournant dans l'industrie musicale, avec des plateformes telles que Udio produisant déjà 10 chansons par seconde. Cette vague d'innovation soulève des questions cruciales sur la capacité de l'industrie à absorber cette avalanche de nouvelles créations et à protéger les droits d'auteur des artistes originaux.

    Udio, une plateforme d'IA de génération de musique, émerge de manière spectaculaire sur le marché avec une capacité remarquable à reproduire l'émotion dans des voix synthétiques. Conçu par d'anciens ingénieurs de Google DeepMind, Udio peut recréer des fac-similés de divers genres musicaux, allant de la country au quatuor de barbiers en passant par la pop allemande et le hip-hop, en utilisant quelques données humaines clés. Actuellement en version bêta et accessible gratuitement, la plateforme vise à faciliter la création et le partage de musique, même pour ceux qui n'ont que peu ou pas de compétences musicales.

    Nom : Udio_AI_LogoB.png
Affichages : 5233
Taille : 16,4 Ko

    L'équipe derrière Udio, composée de David Ding, Conor Durkan, Charlie Nash, Yaroslav Ganin et Andrew Sanchez, prévoit des mises à jour futures pour améliorer l'expérience des musiciens, notamment en ajoutant des voix de référence, des options de création plus détaillées et la possibilité d'importer facilement des pistes externes. Bien que leur objectif actuel soit de constituer une bibliothèque de morceaux impressionnants inspirés par des non-musiciens, ils envisagent également d'élargir le support linguistique, de séparer les pistes individuelles et même de spécifier le chanteur à l'avenir.

    Certains analystes estiment qu'Udio pourrait être utilisé comme une alternative créative à l'envoi de GIF, permettant aux utilisateurs d'exprimer leurs sentiments sous forme de chansons à leurs proches ou de partager des émotions de manière originale. Par exemple, au lieu d'envoyer une carte d'anniversaire, on pourrait transmettre un morceau de 30 secondes personnalisé. L'équipe d'Udio souligne la diversité des cas d'utilisation de leur plateforme.

    Udio, soutenue par d'importants investisseurs tels qu'Andreessen Horowitz, attire l'attention avec plus de 600 000 utilisateurs testant sa plateforme. Cependant, les statistiques impressionnantes masquent des défis majeurs. La similitude entre les morceaux générés par l'IA et les œuvres existantes soulève des questions sur les droits d'auteur et sur la répartition des royalties sur les plateformes de streaming.

    Les poursuites judiciaires, telles que celle d'Universal Music Group contre Anthropic, mettent en lumière les enjeux légaux entourant l'utilisation des droits d'auteur dans les modèles d'IA. Ces batailles pourraient façonner l'avenir de la réglementation et des accords de licence dans l'industrie musicale.

    Protéger les artistes dans un paysage technologique en évolution

    Plus de 200 artistes musicaux, parmi lesquels Pearl Jam, Nicki Minaj et Billie Eilish, se sont unis dans une lettre ouverte de l'Alliance des droits des artistes, critiquant vivement l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) dans la création musicale. Cette lettre appelle à mettre un terme à l'exploitation de l'IA qui porte atteinte aux droits des artistes humains, soulignant ainsi une menace existentielle pour leur art. La protestation contre l'IA générative s'étend désormais à divers domaines créatifs, y compris la musique, en raison de préoccupations concernant la violation des droits d'auteur et la sous-évaluation du travail artistique. Les artistes mettent en avant les risques liés à l'utilisation inconsidérée de l'IA, citant des exemples où des entreprises ont utilisé des données protégées par le droit d'auteur pour former des modèles d'IA sans consentement.

    Bien que certains reconnaissent le potentiel de l'IA pour stimuler la créativité humaine, les artistes mettent en garde contre une possible réduction des redevances et une dépréciation de la valeur de leur travail. Ils appellent à des mesures pour empêcher l'IA de supplanter ou de déprécier le travail des artistes humains, insistant sur la nécessité d'une rémunération équitable. Cette lettre met en lumière le débat croissant sur le rôle de l'IA dans la création artistique et appelle à une réflexion sur la protection des droits et de la créativité humaine dans un paysage technologique en constante évolution.

    Damien Riehl et Noah Rubin, deux musiciens, ont récemment trouvé une solution pour prévenir d'éventuelles accusations de plagiat à l'encontre des mélodies générées : en utilisant un algorithme, ils ont généré toutes les combinaisons possibles de huit notes et de douze temps, qu'ils ont enregistrées au format MIDI. Ensuite, ils s'efforcent de placer ces créations sous la licence libre Creative Commons Zero, dans le but d'éviter que les utilisateurs ne se retrouvent involontairement en infraction avec le droit d'auteur.

    Cependant, certains acteurs adoptent une approche plus collaborative. Universal Music Group, par exemple, travaille avec YouTube pour développer des outils d'IA générative expérimentaux. De plus, un nouvel accord de licence entre UMG et TikTok semble apaiser les préoccupations concernant l'impact de la musique générée par l'IA sur les redevances des artistes humains.

    Équilibre entre innovation, droits d'auteur et collaboration : naviguer dans l'impact de l'IA sur l'industrie musicale

    L'avenir de la musique créée par l'IA dépendra de la capacité de l'industrie à trouver un équilibre entre l'innovation technologique, la protection des droits d'auteur et la collaboration avec les artistes humains. Les décisions prises aujourd'hui façonneront le paysage musical de demain.

    Malgré les bénéfices potentiels, il est indéniable que certains individus malveillants pourraient exploiter cette technologie pour des imitations dangereuses, une réalité déjà manifeste. Par exemple, dans le New Hampshire, les autorités enquêtent sur des campagnes d'appels automatisés adressés à des milliers d'électeurs juste avant les primaires présidentielles, où une voix générée par l'IA imitait celle du président américain Joe Biden. Plusieurs startups commercialisent déjà des technologies de clonage vocal, accessibles tant au grand public qu'à des clients professionnels triés sur le volet, y compris des studios de divertissement.

    La possibilité de cloner des voix a déjà été à l'origine de nombreux problèmes à travers le monde, notamment dans le cadre d'escroqueries téléphoniques où des individus imitent la voix d'un proche. En outre, des études ont révélé que cette technologie pouvait être utilisée pour infiltrer des comptes bancaires utilisant l'authentification vocale. OpenAI reconnaît les risques inhérents à une diffusion à grande échelle de cette technologie, raison pour laquelle elle s'efforce initialement d'y remédier en établissant un ensemble de directives strictes. Pour obtenir un accès, les entreprises doivent se conformer à des exigences rigoureuses.

    L'avènement de la musique générée par l'IA présente à la fois des opportunités et des défis majeurs pour l'industrie musicale. D'un côté, cette innovation offre la possibilité de créer rapidement et à moindre coût une quantité massive de musique, ce qui peut stimuler la créativité et élargir l'accès à la production musicale. Cependant, cette transformation rapide soulève des préoccupations significatives en matière de protection des droits d'auteur et de valeur artistique.

    Le fait que des plateformes comme Udio puissent produire 10 chansons par seconde est à la fois impressionnant et alarmant. Si cela peut ouvrir de nouvelles voies d'expression artistique pour les personnes qui n'ont pas nécessairement de compétences musicales traditionnelles, cela pose également des défis quant à la qualité et à l'originalité de la musique générée. Il est crucial que l'industrie musicale puisse distinguer clairement les œuvres originales des productions générées par l'IA afin de protéger les droits d'auteur des artistes authentiques.


    De plus, cette prolifération rapide de musique générée par l'IA pourrait diluer le marché de la musique, rendant difficile pour les artistes établis de se faire entendre au milieu du bruit. Cela soulève des questions sur la répartition équitable des revenus et la manière dont les créateurs originaux seront rémunérés lorsque leur musique est utilisée comme source d'inspiration pour les algorithmes de génération de l'IA.

    En fin de compte, il est essentiel que l'industrie musicale trouve un équilibre entre l'exploration des possibilités offertes par l'IA et la protection des droits et de la valeur des artistes humains. Cela nécessitera une réglementation efficace, des normes de transparence et de responsabilité, ainsi qu'une réflexion approfondie sur la façon dont la technologie peut être utilisée de manière éthique et équitable pour enrichir l'expérience musicale pour tous les acteurs impliqués.

    Source : Chris Nosenzo de de Bloomberg

    Et vous ?

    Quelle est votre position sur la musique créée par l'IA : êtes-vous en faveur ou opposé ?

    L'industrie musicale est-elle prête pour la montée en puissance de la musique générée par l'IA en 2024 ?

    Comment l'industrie musicale peut-elle garantir que les droits d'auteur des artistes originaux sont protégés face à la montée en puissance de la musique générée par l'IA ?

    Voir aussi :

    Udio : l'IA de génération de musique qui suscite l'engouement avec sa promesse de révolutionner la création musicale, mais ces outils d'IA sont perçus comme une menace par l'industrie musicale

    IA et musique : des artistes de renom parmi des centaines d'autres mettent en garde contre le remplacement des musiciens par l'IA, et une menace existentielle pour leurs moyens de subsistance

    BASE TTS, le plus grand modèle d'IA pour la synthèse vocale montre des capacités émergentes, conçu par les chercheurs d'Amazon, entraîné sur 100 000 heures de données vocales du domaine public
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #11
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 577
    Points
    3 577
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Quelle est votre position sur la musique créée par l'IA : êtes-vous en faveur ou opposé ?
    L'industrie musicale est-elle prête pour la montée en puissance de la musique générée par l'IA en 2024 ?
    Comment l'industrie musicale peut-elle garantir que les droits d'auteur des artistes originaux sont protégés face à la montée en puissance de la musique générée par l'IA ?
    L'IA fait de la bonne musique d'ascenseur et parfois, par accident, une bonne musique.
    Mais une partie des musiques générées suffisent à l'auditeur moyen.
    Je penses que les producteurs sont plus que prêt à se passer de groupes pour les remplacer par des "personnalités" bien plus malléables. Et même 0.1% "d'artistes IA" compenseront la perte que représente les autres.
    Mon environnement musical vit une révolution en fusionnant des genres considérés comme incompatibles (merci les artistes asiatiques qui mélangent tout sans complexe), ça génère pas mal de mauvais groupes mais ceux qui ont compris la recette explosent et ils n'ont rien à craindre de l'IA (tant qu'ils ne font pas leurs clips avec).
    Depuis que le sample existe les droits d'auteur sont plus ou moins bien respectés donc je ne suis pas sur qu'il faille vraiment s'en tracasser.

    Je penses aussi que la facilité des groupes à diffuser leur musique est ce qui protègera le mieux les groupes de l'IA.
    L'IA va se nourrir de millions de musiques médiocres pour en créer une qui sera à l'image de ses sources.
    Voir à un moment l'IA va s'auto nourrir de ses propres compositions pour devenir une machine à produire des choses que personne ne voudra écouter.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 24/05/2019, 13h54
  2. La fin de la loi de Moore arrêtera-t-elle les progrès de l'intelligence artificielle ?
    Par Bill Fassinou dans le forum Intelligence artificielle
    Réponses: 6
    Dernier message: 26/01/2019, 23h38
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 24/08/2018, 01h10
  4. Réponses: 3
    Dernier message: 17/08/2017, 14h05
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 14/06/2010, 17h48

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo