Médias sociaux : un citoyen américain a été condamné à 16 ans de prison,
en Arabie Saoudite pour des tweets

Un citoyen américain qui s'était rendu en Arabie saoudite pour rendre visite à sa famille aurait été condamné à 16 ans de prison pour avoir publié des tweets critiquant le gouvernement saoudien. La peine a été infligée à Saad Ibrahim Almadi, 72 ans, selon son fils qui affirme que l'administration Biden n'a pas fait grand-chose pour l'aider. Cette situation vient remettre sur la table la question des libertés d’expression sur les média sociaux.

Les médias sociaux sont un puissant outil de communication. Il permet à chacun, quel que soit le côté de la plateforme, de s'exprimer. D'une manière générale, c'est un bon moyen de rendre la liberté d'expression et d'information accessible à tous. Toutefois, cette perspective ne fonctionne que dans le cadre d'une utilisation positive des médias sociaux. Dans les médias sociaux, la liberté d'expression est pour tous, ce qui signifie que chaque point de vue, qu'il soit positif ou négatif, est autorisé à s'exprimer.

Nom : soud.jpg
Affichages : 1778
Taille : 55,9 Ko

Saad Ibrahim Almadi aurait la double nationalité américaine et saoudienne et vivrait aux États-Unis depuis les années 1970. Son fils affirme que son père a été torturé dans une prison saoudienne et que le département d'État américain a mal géré l'affaire. La peine est due à des tweets qui exprimaient « des opinions sur le gouvernement », a déclaré son fils.

Le président Biden « a vendu mon père pour du pétrole », a déclaré Ibrahim Almadi. Biden ne se soucie que des votes. Il ne se soucie pas de mon père, il ne se soucie pas des citoyens américains. » (Almadi a également déclaré être un démocrate qui a voté pour Biden). Les tweets qui ont conduit Saad Ibrahim Almadi dans une prison saoudienne ont été publiés alors qu'il se trouvait aux États-Unis, a écrit hier le Washington Post. Almadi a été arrêté alors qu'il se rendait à Riyad pour rendre visite à sa famille en novembre 2021, et a été condamné près d'un an plus tard, le 3 octobre.

« Almadi n'est pas un dissident ou un activiste ; c'est simplement un chef de projet de Floride qui a décidé d'exercer son droit à la liberté d'expression aux États-Unis... » Almadi a été accusé de soutenir une idéologie terroriste, de tenter de déstabiliser le royaume, ainsi que de soutenir et de financer le terrorisme. Ibrahim Almadi a déclaré que son père s'était rendu en Arabie saoudite sans penser à ses anciens messages sur Twitter.

Selon le New York Post, les tweets présentés comme preuves « comprenaient des écrits sur l'incapacité des autorités à protéger les frontières nationales face aux tirs de roquettes des rebelles Houthis alliés de l'Iran au Yémen, des encouragements à obtenir la nationalité libanaise et l'approbation de l'idée de donner à une rue le nom du journaliste assassiné Jamal Khashoggi ». Les tweets comprenaient également « des critiques sur la démolition de vieux quartiers des villes de La Mecque et de Djeddah, des inquiétudes sur la pauvreté dans le royaume ».

Almadi aurait reçu à la fois une peine de 16 ans de prison et une interdiction de voyager de 16 ans à appliquer après sa libération. Il devrait vivre jusqu'à 104 ans pour pouvoir retourner aux États-Unis si la peine n'est pas réduite. « Je me sens vide à l'intérieur. Je me sens mort à l'intérieur. Je me sens trahi, a déclaré Ibrahim Almadi. Il n'est pas seulement mon père, il est mon meilleur ami. Il est tout pour moi. »

Ibrahim Almadi a d'abord travaillé en coulisses, exhortant le gouvernement américain à intervenir. Mais il s'exprime maintenant que la sentence a été prononcée. « Le département d'État aurait demandé à Ibrahim de ne pas parler publiquement de l'affaire, mais il ne croit plus que se taire garantira la liberté de son père. Et il affirme que le Département d'État a traité le cas de son père avec négligence et incompétence ».

Ibrahim Almadi dit avoir informé le département d'État que l'audience de condamnation était prévue pour le 3 octobre, mais qu'aucun responsable américain ne s'y est rendu.

Réseaux sociaux et liberté d'expression

Lorsque l’utilisateur est sur une plateforme de médias sociaux, il a le choix de devenir anonyme ou non. Devenir anonyme signifie généralement qu’il ne sera probablement pas tenu responsable de ses actions en ligne. Cela signifie que les utilisateurs anonymes en ligne ont tendance à exprimer des opinions critiques au public, car ils n'ont techniquement aucune responsabilité au cas où leur opinion rendue publique irait à l'encontre de certaines convictions.

C'est le contraire de devenir un utilisateur identifié des médias sociaux. Si l’utilisateur publie son identité, comme c’était le cas avec Saad Ibrahim Almadi, par le biais de son compte Twitter, il devient responsable de toutes ses actions en ligne. Votre identité peut être étiquetée par certains gouvernements en fonction des actions en ligne.

La liberté d'expression est une arme à double tranchant pour les internautes. Les utilisateurs identifiés et anonymes partagent la liberté d'expression lorsqu'ils s'expriment en ligne. Les utilisateurs peuvent exprimer des opinions négatives en ligne et cela serait toujours considéré comme un acte d'exercice de la liberté d'expression. Les opinions positives ont un effet positif sur les lecteurs, tandis que les opinions négatives ont l'effet inverse.

La lecture d'une opinion en ligne peut changer le point de vue d'un lecteur sur un certain sujet, car les opinions peuvent faire apparaître des informations qui peuvent être inconnues au moment où le lecteur décide de son opinion. Changer d'avis lorsqu'on nous présente de nouvelles informations devrait être un acte normal pour tout le monde, surtout lorsque ces nouvelles informations sont vraies.

Le seul problème avec le changement d'opinion est que les informations provenant d'une opinion en ligne peuvent ne pas être totalement crédibles. Par exemple, je peux publier des informations en ligne et affirmer qu'elles sont vraies, même si elles ne le sont pas. Tout le monde peut le faire en raison de la liberté d'expression, ce qui signifie qu'il peut y avoir un très grand nombre de points de vue trompés par des informations trompeuses en ligne. Si vous changez d'avis parce que vous croyez à de nouvelles informations qui s'avèrent fausses, votre point de vue est victime d'informations trompeuses.

L'abus de la liberté d'expression est flagrant en ligne. La plupart de ses victimes sont celles qui ne peuvent pas vérifier les informations qu'elles lisent et qu'elles sont susceptibles de croire en ligne. La liberté d'expression et l'anonymat sont les épées à double tranchant de l'information en ligne. La liberté d'expression a été créée pour encourager les gens à exprimer leurs opinions en ligne sans craindre de subir des conséquences injustes. L'objectif de la liberté d'expression a été atteint, mais il a également créé une opportunité pour ceux qui veulent diffuser des informations erronées sans en subir les conséquences.

Certains gouvernements craignent les réseaux sociaux

En Égypte, l'adolescente Menna Abdel Aziz a utilisé les médias sociaux pour demander une protection après une agression sexuelle. Elle a été arrêtée pour diverses accusations, notamment pour utilisation abusive des médias sociaux et corruption des valeurs familiales.

Deux jeunes femmes, Haneen Hossam, avec 915 000 abonnés de TikTok, et Mawada Eladhm, avec 3,1 millions abonnés de TikTok) ont également été arrêtées pour leurs vidéos d'influence sociale. Renad Imad, un autre influenceur de médias sociaux, a été arrêté après des allégations de publication de contenu indécent et de prostitution.

Fin juin, la danseuse du ventre Sama El-Masry a été condamnée à trois ans d'emprisonnement pour des publications sur la plateforme de partage de vidéos TikTok et d'autres médias sociaux.

Ces arrestations et plusieurs autres font suite à des affaires antérieures, notamment l'arrestation de la chanteuse Sherine Abdel Wahab pour avoir insulté le Nil lors d'un concert, l'arrestation de Rania Youssef pour avoir porté une robe révélatrice en 2018 et l'arrestation en 2015 du romancier Ahmed Naji, qui serait le premier écrivain égyptien contemporain arrêté pour atteinte à la pudeur publique.

Au États-Unis, la loi sur l'arrêt du piratage en ligne (SOPA) de la Chambre des représentants et la loi sur la protection de la propriété intellectuelle (PIPA) du Sénat étaient largement favorisées par le Congrès. Mais lorsque les utilisateurs de Google+, Twitter et Facebook se sont unis contre ces lois, le Congrès a fait volte-face et les a rejetées. La pression publique exercée par les réseaux sociaux est toute nouvelle, et constitue un moyen supplémentaire et puissant de mobiliser l'opinion publique et l'action individuelle du public (comme le vote ou le boycott).

Ces cas illustrent la vulnérabilité sociale des internautes face à certains régimes et la confusion qui règne quant à ce qui est une expression admissible et ce qui ne l'est pas. Certains internautes sont considérés comme de plus en plus dangereux pour les hiérarchies politiques.

Le cas d'Almadi avec le gouvernement saoudien vient mettre en lumière la facilité donc dispose les régimes dictatoriaux pour mettre en œuvre leurs appareils répressifs contre des internautes qui s’aventurent à tenir des propos inconfortables contre eux.

Ibrahim Almadi dit avoir informé le département d'État que l'audience de condamnation était prévue pour le 3 octobre, mais qu'aucun responsable américain ne s'y est rendu. « Un haut fonctionnaire du département d'État a confirmé que le bureau des affaires consulaires à Washington n'a pas alerté l'ambassade lorsque la date de l'audience a été avancée, alors qu'Ibrahim les avait prévenus », écrit le Washington Post.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

« J'ai 30 ans et l'ancien internet me manque », la journaliste Marie Le Conte a publié un livre, dans lequel elle décrit avec nostalgie comment le monde en ligne était meilleur au début du siècle

Kanye West achète la plateforme de médias sociaux conservatrice Parler, d'après Parler, cette acquisition permettra de créer un « écosystème où toutes les voix sont les bienvenues »