Le fondateur d'Arm affirme que le Royaume-Uni n'a aucune chance d'atteindre la souveraineté technologique,
le gouvernement gaspille les technologies locales et n'a aucune stratégie pour réduire la dépendance à l'égard d'autres pays

Le cofondateur d'Arm et Acorn, Hermann Hauser, a déclaré que le Royaume-Uni n'avait « aucune chance » d'être autonome sur le plan technologique, soulignant la nécessité pour les pays européens d'avoir leur propre accès aux technologies critiques afin qu'ils ne soient pas aussi dépendants des États-Unis.

L'inventeur et entrepreneur s'exprimait au Sommet technologique de Bloomberg à Londres, où il a noté que la Grande-Bretagne avait du mal à conserver la propriété locale des entreprises technologiques qui démarrent ici.

Un exemple parfait est Arm lui-même, que le gouvernement britannique a autorisé à court terme à être vendu à la SoftBank japonaise pour environ 24 milliards de livres sterling (27,295 milliards d'euros) en 2016, et qui est maintenant susceptible d'être coté à la bourse Nasdaq à New York après une offre publique planifiée.

Cependant, plus récemment, Schneider Electric a annoncé qu'il allait acquérir toutes les actions en circulation d'Aveva - une société de logiciels industriels et d'ingénierie décrite comme l'une des entreprises technologiques britanniques les plus prospères au cours des deux dernières décennies.

Le gouvernement britannique a également autorisé le transfert de Newport Wafer Fab – la plus grande usine de fabrication de semi-conducteurs du pays – à la société néerlandaise Nexperia, elle-même détenue par la société chinoise Wingtech. Le gouvernement essaie par la suite de décider s'il faut annuler cette transaction.

Hauser a insisté sur le fait que l'Europe et le Royaume-Uni doivent avoir accès aux technologies critiques afin de ne pas dépendre des États-Unis, citant les menaces de l'ancien président Donald Trump de retenir la technologie comme moyen de coercition contre d'autres nations.

Trump avait utilisé un logiciel de conception de semi-conducteurs, largement contrôlé par des sociétés américaines, comme « une arme pour forcer d'autres pays, dont la Grande-Bretagne, à faire ce qu'il veut », a déclaré Hauser.

La dépendance vis-à-vis de la technologie des semi-conducteurs et des ordinateurs est désormais si grave que les pays d'Europe « n'ont qu'à trouver leur propre accès indépendant aux technologies critiques », a-t-il ajouté.

Une question que les pays doivent se poser est de savoir s'ils disposent de toutes les technologies essentielles nécessaires pour faire fonctionner un pays et son économie. La réponse pour la Grande-Bretagne est « absolument non, il n'y a aucune chance que la Grande-Bretagne devienne un jour technologiquement souveraine », a déclaré Hauser.

La situation au Royaume-Uni est particulièrement désastreuse en raison de l'absence de stratégie technologique perceptible de la part du gouvernement.

En juillet, la bibliothèque de la Chambre des lords a publié un rapport demandant si l'approvisionnement en micropuces est un problème de sécurité nationale - examinant la chaîne d'approvisionnement mondiale, la géopolitique de la production et la propriété étrangère. Elle a conclu en déclarant que le Département du numérique, de la culture, des médias et des sports travaillait sur une stratégie pour les semi-conducteurs « qui sera publiée prochainement », mais cela ne s'est pas encore concrétisé.

En revanche, les États-Unis et l'UE mettent déjà en place des plans d'action pour stimuler les industries technologiques dans leurs zones géographiques respectives, sous la forme de la CHIPS Act de 52 milliards de dollars en Amérique et de la loi européenne sur les puces de 43 milliards d'euros, toutes deux introduites cette année.

Hauser a cofondé la société qui allait devenir Acorn Computers en 1978 et a participé en 1990 à la scission d'Acorn de sa division de puces, Advanced RISC Machines (Arm). Hauser est également le fondateur de la société de capital-risque Amadeus Capital Partners Ltd.


L'UE se fixe pour objectif 2030 de produire des semi-conducteurs de pointe

Afin de stimuler l'informatique dématérialisée et l'informatique quantique en Europe, l'Union européenne prévoit de produire ses propres semi-conducteurs avancés d'ici 2030. Les plans du bloc dans ce secteur visent également à réduire les « dépendances à haut risque » vis-à-vis des entreprises technologiques aux États-Unis et en Asie. Les responsables de l’Union veulent maintenant s'assurer qu'au moins 20 % des semi-conducteurs de pointe du monde en termes de valeur soient produits en Europe d'ici la fin de la décennie.

L'initiative européenne

En février, l'Union européenne a présenté « l'EU Chips Act », un plan à 43 milliards d'euros visant à regagner en autonomie dans ce domaine. Il est vital que l'UE réduise sa dépendance à l'égard des importations en provenance d'Asie et d'ailleurs et atténue les risques géopolitiques. Les futures industries européennes devraient pouvoir bénéficier de capacités de fabrication de puces basées en Europe et à la pointe de la technologie. En outre, la Commission européenne estime qu'il serait bon que la capacité de production locale de semi-conducteurs corresponde à la demande des marchés finaux européens d'ici la fin de la décennie.

De cette façon, l'économie sera moins exposée aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement, mais elle pourra aussi participer pleinement aux développements futurs dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA) et des systèmes industriels autonomes, où les innovations de pointe en matière de semi-conducteurs joueront un rôle crucial. En fait, tous les secteurs qui utiliseront des systèmes d'IA auront besoin de semi-conducteurs avancés. L'UE veut donc prendre part à ces développements pour rester pertinente. L'ambition de l'UE fait également suite à un plan similaire de 52 milliards de dollars dévoilé en 2021 par les États-Unis.

L'UE veut que sa future loi sur les puces rivalise avec les États-Unis. Le commissaire européen chargé du marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré que les projets de l'UE seraient "à la mesure" des 52 milliards de dollars annoncés récemment par les États-Unis pour financer leur propre chaîne d'approvisionnement en puces. Mais selon des personnes proches du sujet, les États membres et les législateurs européens ont de plus en plus de doutes sur la manière de mettre les fonds existants à disposition. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré que l'EU Chips Act devrait nécessiter un investissement de 42 milliards d'euros.

En France ce sujet est notamment évoqué dans « France 2030 ». Ce plan, présenté par Emmanuel Macron mardi 12 octobre 2021, vise à renforcer la France sur le plan industriel et dans des secteurs jugés essentiels. « On ne va pas être leader dans tous les domaines, note Emmanuel Macron. Il y a quelques secteurs où l'on peut prendre le leadership et quelques secteurs où l'on est en retard, mais qu'on ne peut pas abandonner, car ils sont stratégiques. Il faut alors consolider nos parts de marchés ».

Une enveloppe de 30 milliards d'euros a été débloquée pour réindustrialiser le pays, innover et prendre ce leadership dans certains domaines. Le but étant de réduire la dépendance de la France et de l'Europe aux autres puissances mondiales.

L'un des objectifs de ce plan concerne les composants et plus particulièrement les semi-conducteurs. Un défi énorme pèse actuellement sur la France, et plus globalement l'Europe, sur cette question : « L'Europe produit plus que 10 % des composants électroniques mondiaux », a rappelé Emmanuel Macron. Le but est de doubler la production électronique d'ici 2030 et d'avoir une feuille de route pour concevoir des puces électroniques de plus petites tailles.

De manière globale, les plans d'investissements dans ce secteur se multiplient et les fabricants eux-mêmes déboursent des milliards pour renforcer leurs capacités de production.

Nom : digital.png
Affichages : 9436
Taille : 152,0 Ko

L'Espagne va investir 12,3 milliards Mds € dans la production de semi-conducteurs et de micropuces

En mai, le gouvernement espagnol a annoncé un plan d'investissement de 12,3 milliards d'euros pour convertir le pays en un important producteur de micropuces et contribuer à réduire la dépendance de l'Espagne et de l'Union européenne vis-à-vis d'autres fournisseurs. L'annonce à Madrid est intervenue alors que le Premier ministre Pedro Sánchez devait rencontrer des dirigeants d'entreprises technologiques lors de la réunion du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, pour expliquer le plan et rechercher de nouveaux investissements.

Avec cette initiative, financée grâce aux fonds du plan de relance européen post-Covid-19, l'Espagne « lance une course de fond pour devenir une référence dans l'industrie des semi-conducteurs », a assuré sur Twitter Pedro Sánchez . L'objectif est de « créer un écosystème solide pour le futur de l'informatique en Europe et d'attirer d'importants investissements », a-t-il ajouté.

S'exprimant à Madrid, la vice-première ministre et ministre de l'Économie Nadia Calviño a déclaré que le plan quinquennal vise à permettre à l'Espagne de couvrir tous les domaines de la conception et de la production de micropuces, qui sont désormais considérées comme essentielles pour tous les domaines de l'industrie moderne.

« L'objectif est de développer de manière globale les capacités de conception et de production de l'industrie espagnole de la microélectronique et des semi-conducteurs, couvrant l'ensemble de la chaîne de valeur, de la conception à la fabrication de puces », a expliqué Nadia Calvino.

Dans le détail : 9,3 milliards d'euros seront alloués aux capacités de production du pays pour la fabrication de semi-conducteurs de pointe (en dessous de 5 nanomètres) et de milieu de gamme (au-dessus de 5 nanomètres) ; 1,1 milliard d'euros seront dédiés à la R&D ; 1,3 milliard d'euros financeront la conception ; un fonds de 200 millions d'euros va financer start-up et scale-up dans les semi-conducteurs.

« Nous voulons que l'Espagne joue un rôle pertinent dans ce domaine technologique, le rôle qu'elle mérite, et les fonds européens offrent une opportunité extraordinaire », a-t-elle déclaré.

Une pénurie mondiale de puces informatiques a rendu plus difficile pour les consommateurs de mettre la main sur des voitures, des ordinateurs et d'autres nécessités modernes. L'Union européenne a annoncé un plan de 48 milliards de dollars pour devenir un important producteur de semi-conducteurs, reflétant la poussée de 52 milliards de dollars du président américain Joe Biden pour investir dans un secteur national de production de puces afin d'assurer une production accrue au niveau national.

Elle a déclaré que le plan était l'un des projets les plus ambitieux du gouvernement espagnol pour relancer l'économie après la pandémie de COVID-19 et qu'il aurait un effet sur d'autres secteurs.

Le projet visait à renforcer la faible position de l'UE dans la production de micropuces, qui, selon Calviño, représentait environ 10 % du total mondial. Elle a déclaré que cela conduisait à une grande dépendance vis-à-vis d'un petit nombre de grands producteurs tels que Taïwan, les États-Unis, la Corée du Sud, le Japon et la Chine.

Calviño a ajouté que « la guerre en Ukraine fait du renforcement de l'autonomie stratégique dans les domaines de l'énergie, de la technologie, de la production alimentaire ainsi que de la cybersécurité une priorité ».

Source : Hermann Hauser, Bloomberg's Technology Summit in London (vidéo dans le texte)

Et vous ?

Que pensez-vous des propos du fondateur d'Arm ? Au sujet de la dépendance du Royaume-Uni à l'égard des USA, mais au sujet de la dépendance de l'UE à l'égard des USA ?
Que pensez-vous de la stratégie européenne ?