IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

L'Iran prévoit d'utiliser la reconnaissance faciale pour faire appliquer la loi sur le hijab


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 021
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 021
    Points : 20 708
    Points
    20 708
    Par défaut L'Iran prévoit d'utiliser la reconnaissance faciale pour faire appliquer la loi sur le hijab
    Les autorités iraniennes prévoient d'utiliser la reconnaissance faciale pour faire appliquer la loi sur le hijab,
    alors que des critiques craignent l’utilisation de la technologie à des fins d’espionnage

    En Iran, des femmes ont protesté contre les règles strictes du pays en matière de hijab en retirant leur foulard en public et en publiant les images sur les médias sociaux. Aujourd’hui, le gouvernement iranien prévoit d'utiliser la technologie de reconnaissance faciale dans les transports publics pour identifier les femmes qui ne respectent pas la nouvelle loi stricte sur le port du hijab.

    La reconnaissance faciale est le processus qui consiste à identifier ou à vérifier l'identité d'une personne en utilisant son visage. Elle permet de saisir, d'analyser et de comparer des modèles basés sur les détails du visage de la personne. Elle se déroule en trois étapes.

    Le processus de détection du visage, qui est une étape essentielle, car il permet de détecter et de localiser les visages humains dans les images et les vidéos. Le processus de capture du visage transforme les informations analogiques (un visage) en un ensemble d'informations numériques (données) basées sur les caractéristiques faciales de la personne. Enfin, le processus de correspondance des visages vérifie si deux visages appartiennent à la même personne.

    Nom : rec fac.jpg
Affichages : 828
Taille : 31,5 Ko

    Le 12 juillet, les défenseurs des droits de l'homme ont exhorté les femmes de tout le pays à publier des vidéos d'elles-mêmes en train d'enlever leur hijab en public pour coïncider avec la Journée nationale du hijab et de la chasteté dans le calendrier officiel iranien. Depuis la révolution islamique de 1979 en Iran, les femmes sont légalement tenues de porter des vêtements modestes « islamiques ». En pratique, cela signifie que les femmes doivent porter un tchador, un manteau couvrant tout le corps, ou un foulard et un manteau qui couvre les bras.

    « Non au hijab obligatoire ! J'ai conduit jusqu'au travail sans porter mon foulard aujourd'hui pour dire non aux règles ! Notre rêve est d'être libres de choisir ce que nous portons », déclare une Iranienne à la caméra dans une vidéo mise en ligne.

    Le secrétaire du siège iranien de la promotion de la vertu et de la prévention du vice, Mohammad Saleh Hashemi Golpayegani, a annoncé dans une récente interview que le gouvernement prévoyait d'utiliser des technologies de surveillance contre les femmes dans les lieux publics, à la suite d'un nouveau décret signé par le président de la ligne dure du pays, Ebrahim Raisi, sur la restriction de l'habillement des femmes.

    Ce n’est pas la première fois que des gouvernements utilisent la reconnaissance faciale ou l’IA pour faire appliquer des lois. Décembre 2021, la Chine créée un « procureur » doté d'une intelligence artificielle, capable d'inculper des personnes pour des crimes avec une précision de 97 % à partir de la description d'une affaire criminelle présumée. En remplaçant les avocats humains par l'IA, le système judiciaire chinois aurait économisé 45 millions de dollars en frais entre 2019 et 2021, soit la moitié du total des honoraires des avocats en Chine en 2021.

    Le programme a été construit et testé par le parquet populaire de Shanghai, le plus grand et le plus actif des parquets de district du pays à partir d'un outil d'IA existant appelé System 206. Selon une certaine source, les procureurs chinois utilisaient déjà ce système pour évaluer les preuves et déterminer si un criminel présumé était ou non dangereux pour le grand public.

    Cependant, elle était assez limitée puisqu'elle ne pouvait pas participer au processus de décision concernant le dépôt des accusations et la suggestion des peines. L'IA doit être capable d'identifier et de supprimer les informations non pertinentes dans un dossier, et de traiter le langage humain dans son réseau neuronal.

    La nouvelle IA développée à Shanghai serait donc capable d'évaluer les dossiers de cette manière. En fait, la machine peut identifier et inculper les criminels pour les huit délits les plus courants du district : fraude à la carte de crédit, jeux d'argent, conduite dangereuse, agression intentionnelle, obstruction à un agent, vol, fraude et même dissidence politique.

    Le décret a été signé le 15 août, un mois après la « Journée nationale du hijab et de la chasteté » du 12 juillet, qui a suscité des protestations dans tout le pays de la part de femmes qui ont publié sur les médias sociaux des vidéos d'elles-mêmes la tête découverte dans les rues, les bus et les trains. Ces dernières semaines, les autorités iraniennes ont répondu par une vague d'arrestations, de détentions et de confessions forcées à la télévision.

    « Le gouvernement iranien joue depuis longtemps avec l'idée d'utiliser la reconnaissance faciale pour identifier les personnes qui violent la loi », a déclaré Azadeh Akbari, chercheur à l'Université de Twente, aux Pays-Bas. « Le régime combine des formes violentes "à l'ancienne" de contrôle totalitaire habillées de nouvelles technologies. »

    Certaines des femmes arrêtées pour avoir défié le nouveau décret ont été identifiées après la publication en ligne de vidéos les montrant harcelées dans les transports publics parce qu'elles ne portaient pas correctement le hijab. L'une d'entre elles, Sepideh Rashno, âgée de 28 ans, a été arrêtée après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo la montrant en train de se faire réprimander par un autre passager pour sa « tenue inappropriée ».

    Selon le groupe de défense des droits de l'homme Hrana, Rashno a été battue après son arrestation et a ensuite été contrainte de s'excuser à la télévision auprès du passager qui l'avait harcelée. Rashno n'est pas la première personne à subir une répression violente après être devenue virale sur Internet. En 2014, six Iraniens, trois hommes et trois femmes, ont été condamnés à un an de prison et à 91 coups de fouet après qu'une vidéo d'eux dansant à Téhéran sur la chanson Happy de Pharrell Williams a dépassé les 150 000 vues.

    Depuis 2015, le gouvernement iranien a introduit progressivement les cartes d'identité biométriques, qui comprennent une puce stockant des données telles que les scans de l'iris, les empreintes digitales et les images faciales.

    Les chercheurs s'inquiètent du fait que ces informations seront désormais utilisées avec la technologie de reconnaissance faciale pour identifier les personnes qui enfreignent le code vestimentaire imposé, tant dans la rue que dans le cyberespace. « Une grande partie de la population iranienne se trouve maintenant dans cette banque de données biométriques nationale, car de nombreux services publics deviennent dépendants des identifications biométriques », a déclaré Akbari.

    « Le gouvernement a donc accès à tous les visages ; il sait d'où viennent les gens et peut facilement les retrouver. Une personne dans une vidéo virale peut être identifiée en quelques secondes. » Elle ajoute : « En faisant cela, le gouvernement prouve un point : 'Ne pensez pas qu'une petite chose qui se passe dans un bus quelque part va être oubliée. Nous savons qui vous êtes et nous vous trouverons, puis vous devrez en subir les conséquences.' »

    « Ebrahim Raisi est un véritable idéologue », a déclaré Annabelle Sreberny, professeur émérite au Centre d'études iraniennes de l'université Soas de Londres. « L'Iran est confronté à de terribles problèmes économiques et environnementaux. Le taux d'inflation peut maintenant atteindre 50 %, mais le gouvernement choisit de se concentrer sur les droits des femmes. »

    Sreberny a ajouté : « Je pense que cela fait partie intégrante d'un gouvernement défaillant qui ne s'occupe tout simplement pas de ces énormes problèmes d'infrastructure, économiques et environnementaux. Et les femmes sont considérées comme une cible facile. »

    Reconnaissance faciale et questions des libertés

    Discriminations, droits bafoués, engrenage sécuritaire… Avec tous ces dangers, la reconnaissance faciale reste très utilisée dans les grandes démocraties avec comme principal motif les questions de sécurité. De manière paradoxale, le déploiement la reconnaissance faciale soulèvent de nombreuses oppositions alors que la technologie se banalise dans les espaces publics. L'expansion de la reconnaissance faciale à travers l'Europe est incluse dans des plans plus larges de « modernisation » des services de police à travers le continent.

    Cela dit, même si ses multiples possibilités d'utilisation à des fins de sécurité en font un sujet d'intérêt majeur, cette technologie est décriée en raison des enjeux sociologiques et juridiques qu'elle soulève. Pour cela, et afin d'éviter toute forme de discrimination, le Conseil de l'Europe demande une réglementation stricte des technologies de reconnaissance faciale, ainsi que l'interdiction de certaines applications, afin de prévenir les risques pour la vie privée et la protection des données.

    Le Conseil de l'Europe a publié un ensemble de lignes directrices à l'intention des gouvernements, des développeurs, des entreprises, etc. « Au mieux, la reconnaissance faciale peut être pratique et nous aider à surmonter les obstacles de notre vie quotidienne. Dans le pire des cas, elle menace nos droits humains essentiels, dont le respect de la vie privée, l'égalité de traitement et la non-discrimination, en donnant aux autorités publiques et autres le pouvoir de surveiller et de contrôler des aspects importants de notre vie, souvent à notre insu ou sans notre consentement », a déclaré Marija Pejčinović Burić, secrétaire générale du Conseil de l'Europe.

    Dans le cas de la France par exemple, le déploiement des usages de la reconnaissance biométrique dans l'espace public s'effectue aujourd'hui en France sans encadrement juridique spécifique, ni réflexion éthique collective, selon certaines critiques. De manière paradoxale, ces usages, pourtant marginaux, soulèvent de nombreuses oppositions tandis que la reconnaissance biométrique se banalise dans la vie de tous les jours avec une multiplication des usages.

    Au terme des auditions et déplacements conduits par ses rapporteurs, la commission des lois du Sénat considère qu'il est désormais impératif de construire une réponse collective à l'usage des technologies de reconnaissance biométrique dans l'espace public afin de ne pas être, dans les années à venir, dépassés par les développements industriels.

    Les rapporteurs préconisent que le Parlement s'empare du sujet afin de rejeter le modèle d'une société de surveillance en établissant des limites. Une fois celles-ci posées, une réflexion doit également être menée sur les cas d'usage de la reconnaissance biométrique qui sont multiples et potentiellement illimités, certains pouvant légitimement être expérimentés tandis que d'autres devraient être écartés, l'ensemble dans le cadre d'un régime de contrôle adapté.

    Source : The secretary of Iran’s Headquarters for Promoting Virtue and Preventing Vice, Mohammad Saleh Hashemi Golpayegani

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale pour craquer les hors-la-loi en Iran ?

    Dans le cas du combat pour les libertés, et spécifiquement sur le hijab, quelle appréciation faites-vous de l'utilisation de cette technologie ?

    Êtes-vous pour ou contre l'utilisation de reconnaissance faciale pour la surveillance ?

    Voir aussi :

    La justice par apprentissage automatique : la Chine a créé un « procureur » doté d'une intelligence artificielle, capable d'inculper des personnes pour des crimes avec une précision de 97 %

    L'UE se prépare à construire un énorme système international de reconnaissance faciale, des propositions de loi permettent aux forces de police de l'UE de relier leurs bases de données photos

    Reconnaissance faciale : le Conseil de l'Europe fixe de nouvelles lignes directrices, appelant les entreprises à ne pas utiliser la reconnaissance faciale pour juger leur personnel
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    448
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 448
    Points : 737
    Points
    737
    Par défaut
    Bonjour,

    Les autorités iraniennes prévoient d'utiliser la reconnaissance faciale pour faire appliquer la loi sur le hijab, alors que des critiques craignent l’utilisation de la technologie à des fins d’espionnage

    Que pensez-vous de l'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale pour traquer les hors-la-loi en Iran ?
    A savoir que les USA étaient présent en Afghanistan ... Avec leur départ , les chinois et iraniens ont pu faire de l'espionnage des USA pour installer une solution de tracking contre la population. Ou alors tout simplement que les chinois ont refourgué de la marchandise pour faire un tel traking.

    Dans le cas du combat pour les libertés, et spécifiquement sur le hijab, quelle appréciation faites-vous de l'utilisation de cette technologie ?
    Comme en Chine, une forme de police morale et de la pensée , de la bienpensance et de la bienséance .

    Êtes-vous pour ou contre l'utilisation de reconnaissance faciale pour la surveillance ?
    Utiliser de la reconnaissance faciale dans des cas précis (je n'ai pas de liste exacte en tête), why not. Par contre par rapport à l'exemple donné dans l'article , cela relève de la folie pure et dur

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 01/07/2020, 11h24
  2. Réponses: 19
    Dernier message: 31/10/2019, 08h48
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 23/04/2019, 21h53
  4. Facebook veut utiliser la reconnaissance faciale pour vous prévenir
    Par Stéphane le calme dans le forum Actualités
    Réponses: 10
    Dernier message: 22/03/2018, 12h01
  5. Réponses: 18
    Dernier message: 09/10/2017, 03h26

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo