IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

Une artiste reçoit le premier enregistrement de droit d’auteur américain connu pour l’art de l’IA générative


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #21
    Membre chevronné Avatar de onilink_
    Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2010
    Messages
    523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 30
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2010
    Messages : 523
    Points : 2 158
    Points
    2 158
    Par défaut
    Sans aller jusqu'à interdire les images générées par IA dans les galeries d'art en ligne, il devrait effectivement être obligatoire de dire qu'une image a été générée par IA (ainsi que le modèle utilisé), et probablement de ne pas les mélanger avec le reste.

    Ce que je me demande, c'est comment va-t-on faire appliquer ces règles?

    Pour le peu que je sache il n'existe pas (encore) d'outil pour s'avoir si une image a été générée ou non par IA. Et certaines personnes vont bien entendu éviter de le préciser (le plagia et la fraude n'ont pas attendu l'IA pour exister).
    Peut être peut on demander quelques étapes de dessin pour prouver l'authenticité... mais cela rajoute une contrainte aux artistes.

    De plus, on ne sait pas encore à quel point ce genre d'IA a tendance à plagier de vrai œuvres. Du coup même en tant qu'outil d'assistance pour de vrai artistes, cela pourrait introduire les même problèmes que des logiciels comme microsoft copilot qui colle parfois littéralement des snippets de code sous licence GPL...
    Circuits intégrés mis à nu: https://twitter.com/TICS_Game

  2. #22
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    344
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 344
    Points : 1 211
    Points
    1 211
    Par défaut
    Citation Envoyé par onilink_ Voir le message
    Sans aller jusqu'à interdire les images générées par IA, il devrait effectivement être obligatoire de dire qu'une image a été générée par IA (ainsi que le modèle utilisé), et probablement de ne pas les mélanger avec le reste.
    Précise-t-on qu'une photo a été retouchée?
    Précise-t-on que la voix d'un chanteur a été autotunée? (Et il est fort probable que la voix de certaines musiques que vous écoutez est retouchée via autotune)
    Précise-t-on que la série Netflix passe à travers un filtre qui modifie le rythme du scripte initial?

    Non, est ce que c'est bien?
    Dans certains cas, ça ne me dérange pas, dans d'autres c'est plus discutable.

    Le consommateur a aussi son mot à dire dans l'histoire.
    T'aimes pas, consommes pas.
    Tu condamnes, boycottes.

  3. #23
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    janvier 2016
    Messages
    164
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2016
    Messages : 164
    Points : 662
    Points
    662
    Par défaut
    La majorité des gens s'en fichent que ce soit fait par une IA ou un humain du moment que le résultat leur plait.

    C'est le moine copiste qui se plaint de la machine à imprimer.

  4. #24
    Membre chevronné Avatar de onilink_
    Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2010
    Messages
    523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 30
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2010
    Messages : 523
    Points : 2 158
    Points
    2 158
    Par défaut
    Vous oubliez que le sujet traité ici n'est pas ce que les "consommateurs" en pensent, mais de comment réagissent les plateformes d'art en ligne. Ce n'est pas du tout la même chose, étant donné que ces plateformes ont leur contenu ajouté par les créateurs eux même, et généralement c'est aussi eux qui vont participer à noter ou trier les œuvres du site, même s'il y a aussi des non artistes qui participent au dernier point.

    Si le contenu des créateurs d'art est peu à peu remplacé par du contenu généré sans faire de distinction, ils vont tout simplement quitter le navire, ce qui ne sera probablement bénéfique pour personne.

    Note: c'est aussi ces plateformes qui ont en très grande partie servi à entraîner des IA comme MidJourney. Ironiquement, si du contenu généré par IA venait à être monnaie courante sur ces sites sans que l'on ne puisse les trier, cela nuirait à l’entraînement des IA...
    Circuits intégrés mis à nu: https://twitter.com/TICS_Game

  5. #25
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    juin 2022
    Messages
    25
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2022
    Messages : 25
    Points : 119
    Points
    119
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Précise-t-on qu'une photo a été retouchée?
    Précise-t-on que la voix d'un chanteur a été autotunée? (Et il est fort probable que la voix de certaines musiques que vous écoutez est retouchée via autotune)
    Précise-t-on que la série Netflix passe à travers un filtre qui modifie le rythme du scripte initial?
    Il y a une différence entre le mixage audio d'une piste existante et la génération d'un audio de toute pièce, et je pense que c'est bien de le spécifier. Si on prend la situation dans l'autre sens, j'ai du mal à voir ce qu'il y a a gagner de garder le flou sur cette notion. Éviter le stigma pour l'IA ? Il y en aura toujours un de toutes manières. Autant trier les choses correctement d'emblée.

    Je pourrais dire pareil pour les autres exemples.

    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Le consommateur a aussi son mot à dire dans l'histoire.
    T'aimes pas, consommes pas.
    Tu condamnes, boycottes.
    Ce n'est pas tout à fait vrai, en tout cas ce n'est pas aussi simple; même si sur le papier, c'est comme ça que l'on devrait fonctionner. (Je me réfère encore une fois à mon coup de gueule sur Diablo Immortal comme contre exemple)

  6. #26
    Membre extrêmement actif
    Femme Profil pro
    Webmarketer
    Inscrit en
    janvier 2021
    Messages
    350
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France, Seine et Marne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Webmarketer

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2021
    Messages : 350
    Points : 666
    Points
    666
    Par défaut
    J'ai l'impression que c'est comme les jeux vidéo. Si je joue avec des gens ... Je veux jouer avec des gens.

    Je ne me qouvie pas tellement de savoir si quelqu'un peut faire quelque chose avec l'IA ou non, juste que le contexte soir ce qu'il prétend être.

  7. #27
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 135
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 135
    Points : 172 026
    Points
    172 026
    Par défaut Les artistes commencent à vendre des œuvres d'art générées par IA sur des sites Web de photographies
    Les artistes commencent à vendre des œuvres d'art générées par IA sur des sites Web de photographies
    en utilisant un logiciel qui crée de l'art à la demande, certains artistes tentent de tirer profit du contenu généré par l'IA

    Face à l'afflux d'œuvres d'art générées par des intelligences artificielles, certaines communautés artistiques en ligne ont pris des mesures radicales pour interdire ou limiter leur présence sur leurs sites, notamment Newgrounds, Inkblot Art et Fur Affinity. D'autres, comme Shutterstock, n'ont encore rien décidé à ce sujet. Et pendant que les plateformes d'art généré par l'IA explosent en popularité, les communautés en ligne qui se consacrent au partage de l'art généré par l'homme sont obligées de prendre une décision : l'art généré par IA doit-il être autorisé ?

    L'arrivée de modèles de synthèse d'images largement disponibles, tels que Midjourney et Stable Diffusion, a provoqué une intense bataille en ligne entre les artistes qui considèrent les œuvres assistées par l'IA comme une forme de vol et ceux qui accueillent avec enthousiasme ces nouveaux outils de création. Les communautés d'artistes établies sont à la croisée des chemins car elles craignent que les œuvres non IA ne soient noyées dans une offre illimitée d'œuvres générées par l'IA, alors que ces outils sont devenus très populaires parmi certains de leurs membres.

    En interdisant l'art créé par synthèse d'image sur son portail d'art, Newgrounds a écrit : « Nous voulons garder l'accent sur l'art fait par des personnes et ne pas inonder le portail d'art avec de l'art généré par ordinateur ». Fur Affinity a cité des préoccupations concernant l'éthique de la façon dont les modèles de synthèse d'images apprennent à partir d'œuvres d'art existantes, écrivant : « Notre objectif est de soutenir les artistes et leur contenu. Nous ne pensons pas qu'il soit dans l'intérêt de notre communauté d'autoriser du contenu généré par l'IA sur le site ». Ce ne sont que les derniers mouvements dans un débat qui évolue rapidement sur la façon dont les communautés artistiques (et les professionnels de l'art) peuvent s'adapter à un logiciel qui peut potentiellement produire des œuvres illimitées d'art magnifique à un rythme qu'aucun humain travaillant sans les outils ne pourrait égaler.

    Parmi ces outils, nous pouvons citer DALL-E 2, le système d'IA d'OpenAI qui peut générer des images à partir de quelques mots ou éditer et affiner des images existantes par le même moyen. Par exemple, l'invite « un renard dans un arbre » ferait apparaître une photo d'un renard assis dans un arbre, ou l'invite « astronaute avec un bagel à la main » montrerait… eh bien, vous voyez où cela mène. Le logiciel ne se contente pas de créer une image dans un style unique, vous pouvez ajouter différentes techniques artistiques à votre demande, en entrant des styles de dessin, de peinture à l'huile, un modèle en pâte à modeler, tricoté en laine, dessiné sur un mur de grotte, ou même comme une affiche de film des années 1960.

    En plus de la capacité de la technologie à produire des images uniquement sur des invites textuelles, Dall-E 2 dispose de deux autres techniques intelligentes : l'inpainting (le nom donné à la technique de reconstruction d'images détériorées ou de remplissage des parties manquantes d'une image) et les variations. Ces deux applications fonctionnent de manière similaire au reste de Dall-E, juste avec une touche.

    Avec l'inpainting, vous pouvez prendre une image existante et y ajouter de nouveaux éléments ou en modifier des parties. Si vous avez une image d'un salon, vous pouvez ajouter un nouveau tapis, un chien sur le canapé, changer le tableau au mur ou même faire apparaître un éléphant dans la pièce… parce que quelqu'un pourrait y penser, voyez vous.

    Variations est un autre service qui nécessite une image existante. Insérez une photo, une illustration ou tout autre type d'image et l'outil de variation de Dall-E créera des centaines de ses propres versions. Vous pouvez lui donner une image d'un des télétubbies, et il la reproduira, créant des versions similaires. Une vieille peinture d'un samouraï créera des images similaires, vous pouvez même prendre une photo de certains graffitis que vous voyez et obtenir des résultats similaires.

    D'ailleurs, le Cosmopolitan s'est servi de DALL-E 2 pour faire sa première de couverture

    Nom : cosmo.png
Affichages : 3226
Taille : 435,5 Ko

    Shutterstock, un eldorado pour les images générées par IA ?

    Cherchant des moyens de « monétiser » l'art généré par l'IA, certains artistes ont déjà commencé à soumettre leurs œuvres générées par l'IA à des sites Web de photographie de stock comme Shutterstock. Les recherches sur «*générée*par IA » ou «*Midjourney*» (un service de synthèse d'images populaire) produisent des milliers de résultats sur le site.

    Dans certains cas, une partie de l'œuvre qui n'est pas étiquetée comme « générée par IA » semble également correspondre clairement au style artistique de Midjourney, qui semble être l'outil de synthèse d'images le plus populaire sur le site pour le moment. Pour l'heure, les conditions d'utilisation de Shutterstock n'interdisent pas la soumission d'illustrations générées par l'IA. Les contributeurs de Shutterstock reçoivent un pourcentage des frais de licence qui varie de 15 à 40 % de ce que Shutterstock tire du contenu.

    Citation Envoyé par Shutterstock
    En tant que contributeur Shutterstock, vous gagnerez un pourcentage du prix que Shutterstock reçoit pour la licence de votre contenu. Il existe 6 niveaux de revenus distincts pour les images et pour les vidéos, allant de 15*% à 40*%. Vous pouvez les parcourir indépendamment en fonction de votre nombre de téléchargements dans chaque catégorie. Plus les clients achètent de contenu dans votre portefeuille, plus vous progressez rapidement dans les niveaux, ce qui augmente le pourcentage que vous gagnez sur chaque licence.
    Nom : tableau.png
Affichages : 2312
Taille : 8,5 Ko
    Tableau des revenus pour les photos, les illustrations et les images vectorielles

    Un didacticiel vidéo récent d'une photographe de portrait canadienne nommée Vanessa sur YouTube explique son processus pour essayer de trouver quels sites Web de stock ont ​​autorisé les illustrations d'IA créées par Midjourney, à s'installer sur Shutterstock. Elle décrit la nécessité de mettre à l'échelle ses illustrations générées par IA avant de les soumettre, car la plupart des sorties de synthèse d'images à l'heure actuelle ne sont pas suffisamment haute résolution pour répondre aux normes de Shutterstock.


    Cela survient dans le contexte d'un débat féroce en ligne sur l'éthique des œuvres d'art assistées par IA au cours des derniers mois. Certaines communautés d'artistes prennent des mesures contre les soumissions qui ont inondé leurs sites en raison de la facilité avec laquelle elles peuvent être générées en quantité presque illimitée. Pendant ce temps, les artistes qui adoptent les nouveaux outils d'IA continuent de pousser leur art dans des directions nouvelles et intéressantes (regardez cet exemple), et la technologie continue d'avancer sans entrave.

    Ce n'est un secret pour personne que des modèles de synthèse d'images comme Stable Diffusion ont été formés, en partie, à l'aide de sites Web de photographies de stock. Avec l'apparition de l'art de l'IA sur des sites comme Shutterstock, si les futurs modèles d'images d'IA formés sur des images récupérées sur Internet apprennent de leur propre production, l'avenir de l'art pourrait en effet être très récursif.

    Mais alors, que signifie le fait de pouvoir générer n'importe quel type de contenu visuel, image ou vidéo, avec quelques lignes de texte et un clic sur un bouton ? Qu'en sera-t-il lorsque vous pourrez générer un scénario de film avec GPT-3 et une animation de film avec DALL-E 2 ? Et si l'on regarde plus loin, que se passera-t-il lorsque les algorithmes des médias sociaux ne se contenteront pas de sélectionner du contenu pour votre flux, mais le généreront ? Qu'en sera-t-il lorsque, dans quelques années, cette tendance rencontrera le métavers et que des mondes de réalité virtuelle seront générés en temps réel, rien que pour vous ?

    Ce sont toutes des questions importantes à considérer. Certains pensent qu'à court terme, cela signifie que la créativité humaine et l'art sont profondément menacés. Peut-être que dans un monde où tout le monde peut générer n'importe quelle image, les graphistes tels que nous les connaissons aujourd'hui seront superflus. Cependant, l'histoire montre que la créativité humaine trouve un chemin. Le synthétiseur électronique n'a pas tué la musique, et la photographie n'a pas tué la peinture. Au contraire, ils ont catalysé de nouvelles formes d'art.

    L'utilisation de l'IA sonne-t-elle le glas pour annoncer le début de la fin des artistes ?

    Andy Baio, de Waxy.org, qui suit de près l'éthique de l'IA, a déclaré : « L'impact des technologies de l'IA sera multidimensionnel : nous ne pouvons pas le réduire à un seul axe, bon ou mauvais. De nouvelles formes d'art apparaîtront, tout comme de nouvelles voies d'expression créative. Toutefois, je pense qu'il existe également des risques. Midjourney, DALL-E et d'autres outils de conversion texte-image ne sont qu'une des façons dont l'IA s'est immiscée dans le processus de création. Il suffit de penser à la brève, mais controversée, existence du rappeur AI FN Meka ou à l'apparition d'une société de deepfake dans "America's Got Talent". L'IA est-elle une nouvelle technologie qui va créer le prochain grand mouvement artistique ? Ou annonce-t-elle la destruction de l'artiste ? Il s'avère que la réponse n'est pas si simple ».

    « Il est important d'être attentif aux implications de l'automatisation et à ce que cela signifie pour les humains qui pourraient être "remplacés". Mais cela ne nécessite pas nécessairement d'avoir peur de devenir obsolète. Au contraire, la question que nous devrions nous poser est de savoir ce que nous voulons des machines et comment nous pouvons les utiliser au mieux au profit des humains », explique Cansu Canca, professeur associé de recherche à Northeastern, et fondateur et directeur du AI Ethics Lab.

    Les préoccupations concernant l'incursion de l'IA dans l'art vont au-delà des accusations de plagiat numérique. Derek Curry, professeur associé d'art et de design à Northeastern, n'est pas convaincu que l'art de l'IA remplacera un jour le travail créatif des humains. Par sa nature même, la technologie a ses limites. « Elle ne peut rien produire qui n'ait déjà fait l'objet d'un entraînement, il lui est donc impossible de créer des choses légitimement nouvelles », explique Curry.

    C'est loin d'être la première fois que les nouvelles technologies suscitent la controverse dans la communauté artistique. « Une grande partie du battage médiatique est très similaire à ce qui s'est passé à la fin du 19e siècle avec la photographie », explique Curry, qui a une formation de photographe. Comme pour la photographie, Curry estime que les humains jouent un rôle beaucoup plus important dans la création d'œuvres d'art générées par l'IA que la plupart des gens ne le pensent.

    Le cycle de la peur et de l'acceptation s'est produit avec chaque nouvelle technologie depuis l'aube de l'ère industrielle, et il y a toujours des victimes qui viennent avec le changement. « Il existe des moyens réels par lesquels une activité qui était réalisée d'une certaine manière par un humain peut maintenant être réalisée d'une manière différente, nécessitant moins d'humains pour faire ce travail qu'auparavant », explique Deirdre Loughridge, professeur associé de musique à Northeastern. Si l'art généré et assisté par l'IA devient plus communément accepté, les artistes devront repenser radicalement la façon dont ils travaillent, passent leur temps et structurent leur processus créatif, explique Loughridge.

    Mais elle affirme également qu'il existe un manque général de connaissances technologiques en matière d'IA, ce qui conduit à des perceptions erronées de ce qu'elle peut apporter aux artistes. Dans le domaine de la musique, l'intelligence artificielle a été utilisée pour le transfert de timbre ou de tonalité, permettant aux chanteurs d'utiliser leur voix comme synthétiseur en chantant dans un logiciel qui transforme la tonalité en le son d'un instrument différent.

    Comme tout autre élément technologique, l'utilisation de l'IA change lorsqu'elle se retrouve entre les mains des artistes, et non l'inverse. Loughridge compare l'IA à Auto-Tune, un processeur de correction de la hauteur du son qui était autrefois controversé mais qui est devenu un standard de l'industrie musicale.

    Pour Jennifer Gradecki, professeur associé d'art et de design à Northeastern, l'IA a également un potentiel en tant qu'aide à la création, en partie à cause de ce qu'elle ne peut pas faire. Selon Jennifer Gradecki, l'intelligence artificielle peut aider à trouver les réponses les plus génériques aux dilemmes artistiques, ce qui l'oriente vers des voies plus créatives. « Nous essayions de trouver un nom collectif à l'aide de l'IA et c'était amusant de voir les combinaisons qu'elle proposait, mais rien n'était bon. Rien n'était aussi créatif que ce que nous serions capables de générer », explique Gradecki.

    Source : conditions d'utilisations Shutterstock

    Et vous ?

    Quelle lecture en faites-vous ?
    Êtes-vous pour ou contre l'introduction des photos générées par IA sur les sites de photographies ? Pourquoi ?
    Que pensez-vous des craintes soulevées par les artistes et les sites qui s'inquiètent de l'avenir de la profession et ont décidé de fermer la porte aux images générées par IA ?
    Que pensez-vous des outils comme DALL-E 2 ou Midjourney ?

    Voir aussi :

    Une œuvre d'art générée par l'IA a remporté la première place à un concours de beaux-arts à une foire d'État et les artistes sont furieux
    Dall-E 2 permet de générer des images à partir de quelques mots, mais le produit est-il votre ? Votre illustration numérique générée par l'IA pourrait ne pas être protégée par le droit d'auteur
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #28
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    novembre 2009
    Messages
    1 819
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2009
    Messages : 1 819
    Points : 4 982
    Points
    4 982
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Certains pensent qu'à court terme, cela signifie que la créativité humaine et l'art sont profondément menacés.
    En réalité, je dirais depuis 40 ans, qu'est-ce que les artistes ont inventé de nouveaux en terme de style? Perso je ne vois rien, à part quelques innovations autour du numérique justement.
    Ici on arrive peut-être à l'aboutissement de cet art numérique, un retour à la nature sera peut-être la clé du renouveau ? Des artistes se sentant menacés par le numérique ne sont pas vraiment des artistes; seulement des techniciens...

  9. #29
    Futur Membre du Club
    Inscrit en
    mai 2004
    Messages
    1
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : mai 2004
    Messages : 1
    Points : 6
    Points
    6
    Par défaut
    Citation Envoyé par micka132 Voir le message
    En réalité, je dirais depuis 40 ans, qu'est-ce que les artistes ont inventé de nouveaux en terme de style? Perso je ne vois rien, à part quelques innovations autour du numérique justement.
    C'est étonnant, mais peut être qu'il faut s’intéresser au monde de l'art pour identifier des nouveaux courants ? En tant qu'artiste, il me semble avoir identifié de nombreuses évolutions dans le monde de l'art, mais bon.


    Ce qui est singulièrement étonnant, sur un forum de développeur, c'est de voir comment l'IA est traitée. L'IA est identifié comme un système qui génèrerait de la donnée. Mais à la base, l'IA c'est avant tout un algorithme de traitement de grands volumes d'information avec pour vocation, toujours via un algorithme à en soustraire une certaine forme d'information. Et à la base, les algorithmes sont produits par des développeurs. Ces algorithmes sont soumis aux limites intellectuelles, aux formes de pensée, aux biais cognitifs, de ceux qui les produisent.

    Vous dites que l'IA produit de l'art, non, l'IA produit ce que l'algorithme lui dit de produire.

    De plus l'IA se nourrit de ce qui a déjà été produit. Au niveau artistique, nous voyons rapidement arriver la limite du système, c'est à dire que l'IA ne va produire que des formes d'art ressemblant aux formes d'art produites par les artistes choisis pour alimenter le moteur d'IA. Il n'y a pas d'IA qui soit en capacité à ce jour de produire les formes d'art que je produit moi-même.

    A titre perso, j'utilise les outils informatiques pour me produire des supports qui me servent dans ma production traditionnelle (peinture à l'huile, acrylique, etc). J'ai développé mes propres outils au départ pour finir par trouver un programme qui répondait grosso modo à mes besoins. A ce jour, quelque soit le niveau de ce qu'est capable de produire l'IA, je n'ai rien vu qui s'approchait de ma manière de travailler. La seule solution serait d'alimenter un moteur d'IA par ma propre production pour arriver à en sortir quelque chose, mais quelque chose me dit qu'entre la quantité de ma production et la complexité de gérer un algorithme d'IA, ce n'est pas gagné, même si j'ai commencé à travailler sur le sujet....

  10. #30
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    novembre 2009
    Messages
    1 819
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2009
    Messages : 1 819
    Points : 4 982
    Points
    4 982
    Par défaut
    Citation Envoyé par chevket Voir le message
    C'est étonnant, mais peut être qu'il faut s’intéresser au monde de l'art pour identifier des nouveaux courants ? En tant qu'artiste, il me semble avoir identifié de nombreuses évolutions dans le monde de l'art, mais bon.
    Sans doute, lesquelles ?
    Citation Envoyé par chevket Voir le message
    A ce jour, quelque soit le niveau de ce qu'est capable de produire l'IA, je n'ai rien vu qui s'approchait de ma manière de travailler.
    Et c'est tant mieux, vous ne faites donc sans doute pas parti de ces "artistes" râleurs qui ont peur de de l'IA.

  11. #31
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    août 2022
    Messages
    218
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : août 2022
    Messages : 218
    Points : 422
    Points
    422
    Par défaut
    Il y a surtout un énorme problème étique.

    Si c'est l'IA qui a générée l'image, légalement, nous ne devrions pas avoir le droit de la vendre, puisque c'est la propriété soit de l'IA, soit du créateur de l'IA.
    C'est comme si demain je faisais des usines à développeurs et que je vendais une fortune le fruit de leur travail en roulant sur la propriété intellectuelle. Euh ... wait ... ESN ?

  12. #32
    Membre chevronné Avatar de onilink_
    Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2010
    Messages
    523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 30
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2010
    Messages : 523
    Points : 2 158
    Points
    2 158
    Par défaut
    Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
    Il y a surtout un énorme problème étique.

    Si c'est l'IA qui a générée l'image, légalement, nous ne devrions pas avoir le droit de la vendre, puisque c'est la propriété soit de l'IA, soit du créateur de l'IA.
    C'est comme si demain je faisais des usines à développeurs et que je vendais une fortune le fruit de leur travail en roulant sur la propriété intellectuelle. Euh ... wait ... ESN ?
    Le modèle de l'IA et les données utilisées/traitées sont deux choses différentes.

    Donc dans les deux cas cela ne fonctionnerait pas:
    - propriété de l'IA: non car son output est basé sur les données d'apprentissage qui sont soumis au droit d'auteur. Sans même prendre en compte le non sens que c'est de donner un droit de propriété intellectuelle à une IA, elle serait incapable de générer ses outputs sans les données d'apprentissage...

    - propriété du développeur: le seul droit qu'il est sensé avoir est sur le code/model de l'IA. La sortie ne peut lui appartenir que si c'est aussi le cas des données d’entraînement.

    C'est un peu comme si je disais "J'ai crée un filtre Instagram, toutes les photos qui utilisent ce filtre m'appartiennent".
    Cela n'aurait aucun sens. En revanche je pourrais faire payer l'utilisation du filtre, et ça serait à l'utilisateur d'en faire une utilisation conforme. C-a-d ne pas revendre des images qui ne lui appartiennent pas sous prétexte qu'il les a passées par le filtre...
    Circuits intégrés mis à nu: https://twitter.com/TICS_Game

  13. #33
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    août 2022
    Messages
    218
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : août 2022
    Messages : 218
    Points : 422
    Points
    422
    Par défaut
    "elle serait incapable de générer ses outputs sans les données d'apprentissage..."

    Ah bon, parce qu'un humain sans apprentissage est capable de faire la même chose ?
    Tout n'est qu'apprentissage.

    Ce que tu as écrits n'est pas valable, ni juridiquement, ni moralement.

    Une fois de plus, il y surtout une raison étique.
    Ceux qui vendent des œuvres générés par des machines, sont par définitions des escrocs, puisqu'ils n'en sont pas les créateurs.

    Il ne faut pas confondre utiliser Photoshop pour assister sa création et laisser la création à une personne ou un process tiers.

    Il est sûr et certain que c'est une question de temps avant que vendre l'oeuvre générée par une I.A. ne soit illégal et j'ai envie de dire, encore heureux.

  14. #34
    Membre chevronné Avatar de onilink_
    Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2010
    Messages
    523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 30
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2010
    Messages : 523
    Points : 2 158
    Points
    2 158
    Par défaut
    Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
    "elle serait incapable de générer ses outputs sans les données d'apprentissage..."

    Ah bon, parce qu'un humain sans apprentissage est capable de faire la même chose ?
    Tout n'est qu'apprentissage.
    Je parle évidemment des IA du type MidJourney et SD (ce dont l'article parle). C'est incomparable avec l’apprentissage humain. Ce qu'elles font est plus une forme d'interpolation avancée entre un très grand nombre d'entrées et de paramètres (je grossis le trait évidemment). Ce genre d'IA est incapable de produire quelque chose qu'elle n'a jamais vu, même avec la meilleure description de la chose.

    Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
    Ce que tu as écrits n'est pas valable, ni juridiquement, ni moralement.
    Alors, soit on s'est mal compris, soit on a une morale très différente.

    Tu parlais de céder les droits de ce qui est généré par l'IA aux développeurs.
    Mais pour rester sur l'exemple de MidJourney, les développeurs n'ont pas conçu les images qui ont été utilisées pour l’entraînement de l'IA. Ils ont pris ça sur internet en scannant le plus de galeries possible (moralement, peut on parler d'une forme de vol?).

    Je ne vois pas en quoi ce serait moral de leur donner les droits sur les images générées. D’où mon analogie avec le filtre Instagram.

    Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
    Une fois de plus, il y surtout une raison étique.
    Ceux qui vendent des œuvres générés par des machines, sont par définitions des escrocs, puisqu'ils n'en sont pas les créateurs.
    Comme je le disais dans mon premier message, je suis plutôt d'accord.
    C'est similaire à celui qui applique un bête filtre sur une image et qui va la revendre comme s'il en était l'auteur original.

    Mais bien entendu, quand on parle d'art, c'est toujours plus compliqué. Surtout juridiquement.

    Si tu prends une statue en photo, tu auras les droits d'auteurs sur la photographie. Pourtant, tu viens littéralement de "voler" l'image de la statue.

    Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
    Il ne faut pas confondre utiliser Photoshop pour assister sa création et laisser la création à une personne ou un process tiers.

    Il est sûr et certain que c'est une question de temps avant que vendre l'oeuvre générée par une I.A. ne soit illégal et j'ai envie de dire, encore heureux.
    Vision totalement binaire de la chose. Tout comme photoshop l'IA peut être utilisé comme assistant.
    Un exemple concret:


    D'ailleurs beaucoup de formes d'art se basent sur l'utilisation de ressources existantes pour créer du nouveau contenu. Comme le matte painting, le photo montage, le sampling...
    Circuits intégrés mis à nu: https://twitter.com/TICS_Game

  15. #35
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    août 2022
    Messages
    218
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : août 2022
    Messages : 218
    Points : 422
    Points
    422
    Par défaut
    Oui ... Comme un assistant.

    Cela revient à ce que j'ai écrit.

    Dans le cas cité, c'est l'IA qui est à l'origine et la créatrice de l'œuvre, même si c'est via un algo d'apprentissage, la finalité est que celle qui a créée l'œuvre, c'est l'IA.
    Dans le cas que tu me cites à la fin, celui qui est à l'origine de l'œuvre, c'est l'artiste, et l'IA ne fait qu'améliorer la vision de l'artiste.

    Donc je n'en démords pas quant au fait qu'une œuvre, générée de A à Z par une IA, est la propriété soit de l'IA, soit du créateur de l'IA.
    Dans le cas contraire, une œuvre générée par un artiste, s'appuyant sur l'IA pour la réaliser, est la propriété de l'artiste.

    Et donc en finalité, il ne devrait pas être légal, de vendre une œuvre générée par une IA de A à Z, comme ton exemple avec MidJourney, sans l'accord des créateurs de MidJourney.

  16. #36
    Membre chevronné Avatar de onilink_
    Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2010
    Messages
    523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 30
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2010
    Messages : 523
    Points : 2 158
    Points
    2 158
    Par défaut
    Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
    Dans le cas que tu me cites à la fin, celui qui est à l'origine de l'œuvre, c'est l'artiste, et l'IA ne fait qu'améliorer la vision de l'artiste.
    Et dans le cas ou une personne passe plusieurs jours voir semaines à améliorer une "prompt" pour que l'image générée corresponde à sa vision des choses?
    Qu'en penses tu?
    Je pense notamment à https://intelligence-artificielle.de...-sont-furieux/

    Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
    Donc je n'en démords pas quant au fait qu'une œuvre, générée de A à Z par une IA, est la propriété soit de l'IA, soit du créateur de l'IA.
    Dans le cas contraire, une œuvre générée par un artiste, s'appuyant sur l'IA pour la réaliser, est la propriété de l'artiste.

    Et donc en finalité, il ne devrait pas être légal, de vendre une œuvre générée par une IA de A à Z, comme ton exemple avec MidJourney, sans l'accord des créateurs de MidJourney.
    Donc si je prend le modèle de Stable Diffusion (qui est open source), et que je le modifie et que je l’entraîne moi même sur des images qui ne m'appartiennent pas, tout ce qui sera généré par cette IA m'appartiendra?

    N'est ce pas immoral envers les artistes dont j'ai utilisé les créations pour entraîner mon IA?

    Note que donner les droits d'auteur à une IA n'est juridiquement pas valable vu qu'il ne s'agit pas d'une personne. Cela a déjà été discuté/tranché.
    Je crois que pour l'instant, le droit considère tout ce qui est généré par l'IA comme dans le domaine publique.
    Un article au pif en haut de recherche: https://www.village-justice.com/arti...lle,35738.html

    Du coup vendre des créations faites par IA serait possible, mais il n'y aurait aucune protection si quelqu'un redistribue gratuitement la même chose.

    Moi ce qui me gène avec cette histoire, c'est que des IA comme MidJourney ou SD peuvent avoir tendance à "plagier" les images d'entrée.
    J'ai vu plusieurs artistes se plaindre que certaines images générées étaient presque un copier coller de leur œuvre.
    Dans ce cas, aucune raison ne permettrait de mettre ces images dans le domaine public...
    Circuits intégrés mis à nu: https://twitter.com/TICS_Game

  17. #37
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    août 2022
    Messages
    218
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : août 2022
    Messages : 218
    Points : 422
    Points
    422
    Par défaut
    Mais ...
    Tu comprends l'inverse de ce que je dis !

    Je ne sais pas si tu en fais exprès ou si tu as des soucis de compréhension, j'arrête là ça tourne en rond.

  18. #38
    Expert éminent Avatar de BufferBob
    Profil pro
    responsable R&D vidage de truites
    Inscrit en
    novembre 2010
    Messages
    3 018
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : responsable R&D vidage de truites

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2010
    Messages : 3 018
    Points : 8 363
    Points
    8 363
    Par défaut
    Citation Envoyé par onilink_ Voir le message
    Donc si (...) je l’entraîne moi même sur des images qui ne m'appartiennent pas (...) N'est ce pas immoral envers les artistes dont j'ai utilisé les créations
    à peu près autant que de s'inspirer de morceaux existants pour composer une nouvelle musique j'imagine ? (on parle bien d'inspiration, pas de plagiat)
    c'est parfaitement légal (et n'a rien d'immoral), il est même possible que le cerveau humain fonctionne exclusivement comme ça et que l'innovation ex nihilo n'existe tout bonnement pas.

  19. #39
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 135
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 135
    Points : 172 026
    Points
    172 026
    Par défaut Craignant des problèmes de droits d'auteur, Getty Images interdit les œuvres d'art générées par l'IA
    Craignant des problèmes de droits d'auteur, Getty Images interdit les œuvres d'art générées par l'IA.
    Certains artistes dont le travail a été utilisé pour former ces systèmes ont appelé à de nouvelles lois pour réglementer ce domaine

    Getty Images a interdit aux gens de télécharger (upload) des images générées par l'IA dans sa vaste collection d'images, invoquant des préoccupations concernant les droits d'auteur. Les outils de conversion de texte en image, tels que DALL-E, Midjourney, Craiyon et Stable Diffusion, ont ouvert les vannes pour les œuvres d'art faites par un algorithme. N'importe qui peut soit payer une somme modique, soit utiliser un modèle gratuit pour créer des images à partir de descriptions textuelles.

    Tout ce que vous avez à faire est de dire, par écrit, au système d'IA quel type de scène vous voulez qu'il fasse, et le logiciel le générera pour vous. La qualité de ces images est devenue si bonne qu'elles sont maintenant utilisées par des professionnels pour faire des couvertures de magazines, des publicités, gagner des concours d'art, etc.

    Vous pouvez les voir comme des outils intéressants pour générer des images, ou comme la fin de l'art tel que nous le connaissons.

    Le danger pour Getty, serait de fournir des visuels (payants) à ses clients, qui se verraient par la suite attaqués pour non-respect des droits d’auteurs originaux. Une situation qui entacherait inévitablement sa réputation. Reste à voir comment les autres plateformes aborderont le problème. De son côté, Shuttersock, le principal concurrent de Getty Images n’a pas encore introduit de politique spécifique concernant l’utilisation de l’intelligence artificielle sur sa plateforme, même si la quantité de matériel étiqueté comme « généré par IA » a sensiblement diminuée.


    L'arrivée de modèles de synthèse d'images largement disponibles, tels que Midjourney et Stable Diffusion, a provoqué une intense bataille en ligne entre les artistes qui considèrent les œuvres assistées par l'IA comme une forme de vol et ceux qui accueillent avec enthousiasme ces nouveaux outils de création. Les communautés d'artistes établies sont à la croisée des chemins car elles craignent que les œuvres non IA ne soient noyées dans une offre illimitée d'œuvres générées par l'IA, alors que ces outils sont devenus très populaires parmi certains de leurs membres.

    En interdisant l'art créé par synthèse d'image sur son portail d'art, Newgrounds a écrit : « Nous voulons garder l'accent sur l'art fait par des personnes et ne pas inonder le portail d'art avec de l'art généré par ordinateur ». Fur Affinity a cité des préoccupations concernant l'éthique de la façon dont les modèles de synthèse d'images apprennent à partir d'œuvres d'art existantes, écrivant : « Notre objectif est de soutenir les artistes et leur contenu. Nous ne pensons pas qu'il soit dans l'intérêt de notre communauté d'autoriser du contenu généré par l'IA sur le site ». Ce ne sont que les derniers mouvements dans un débat qui évolue rapidement sur la façon dont les communautés artistiques (et les professionnels de l'art) peuvent s'adapter à un logiciel qui peut potentiellement produire des œuvres illimitées d'art magnifique à un rythme qu'aucun humain travaillant sans les outils ne pourrait égaler.

    Parmi ces outils, nous pouvons citer DALL-E 2, le système d'IA d'OpenAI qui peut générer des images à partir de quelques mots ou éditer et affiner des images existantes par le même moyen. Par exemple, l'invite « un renard dans un arbre » ferait apparaître une photo d'un renard assis dans un arbre, ou l'invite « astronaute avec un bagel à la main » montrerait… eh bien, vous voyez où cela mène. Le logiciel ne se contente pas de créer une image dans un style unique, vous pouvez ajouter différentes techniques artistiques à votre demande, en entrant des styles de dessin, de peinture à l'huile, un modèle en pâte à modeler, tricoté en laine, dessiné sur un mur de grotte, ou même comme une affiche de film des années 1960.

    En plus de la capacité de la technologie à produire des images uniquement sur des invites textuelles, Dall-E 2 dispose de deux autres techniques intelligentes : l'inpainting (le nom donné à la technique de reconstruction d'images détériorées ou de remplissage des parties manquantes d'une image) et les variations. Ces deux applications fonctionnent de manière similaire au reste de Dall-E, juste avec une touche.

    Avec l'inpainting, vous pouvez prendre une image existante et y ajouter de nouveaux éléments ou en modifier des parties. Si vous avez une image d'un salon, vous pouvez ajouter un nouveau tapis, un chien sur le canapé, changer le tableau au mur ou même faire apparaître un éléphant dans la pièce… parce que quelqu'un pourrait y penser, voyez vous.

    Variations est un autre service qui nécessite une image existante. Insérez une photo, une illustration ou tout autre type d'image et l'outil de variation de Dall-E créera des centaines de ses propres versions. Vous pouvez lui donner une image d'un des télétubbies, et il la reproduira, créant des versions similaires. Une vieille peinture d'un samouraï créera des images similaires, vous pouvez même prendre une photo de certains graffitis que vous voyez et obtenir des résultats similaires.

    Nom : getty.png
Affichages : 648
Taille : 131,0 Ko

    Getty Image anticipe et préfère s'éloigner de ce type d'images

    Getty Images a interdit la vente d'œuvres d'art générées par IA créées à l'aide de modèles de synthèse d'images tels que Stable Diffusion, DALL-E 2 et Midjourney via son service.

    Il faut dire que le droit d'auteur sur ces images faites par des algorithmes reste flou. Les réseaux de neurones formés pour générer des images sont formés sur des photos et des œuvres d'art récupérées en ligne sur des sites tels que Pinterest ou Artstation. Les internautes peuvent facilement créer de l'art numérique dans le style de n'importe quel artiste vivant ou mort inclus dans l'ensemble de données d'entraînement en quelques secondes seulement.

    Cela pose une question dans l'esprit de certaines personnes : si une IA imite un artiste, est-ce juridiquement sûr ? Si un algorithme est formé à partir des images d'autres personnes à l'aide du logiciel de quelqu'un d'autre et que le résultat de cette formation est ensuite vendue par une autre partie, comment cela affecte-t-il la propriété, les droits et la responsabilité ?

    Getty a, dans ce contexte d'incertitude, mis à jour sa politique pour interdire désormais les soumissions créées par un logiciel d'IA dans ses bibliothèques de stock ; il n'hébergera et ne vendra plus ces types d'images. S'il y a une chose que les bibliothèques de stock aiment, c'est la propriété et le droit d'auteur bien définis du matériel dans leurs bibliothèques - sans cela, elles ne sont pas prêtes à concéder une licence d'utilisation à d'autres. Autrement, cela créera un imbroglio juridique.

    « Il existe de réelles inquiétudes concernant le droit d'auteur des sorties de ces modèles et des problèmes de droits non résolus concernant les images, les métadonnées des images et les personnes contenues dans les images », a déclaré le PDG Craig Peters. « Nous sommes proactifs au profit de nos clients », a-t-il ajouté.

    Les créateurs de générateurs d'images AI disent que la technologie est légale, mais cela ne garantit pas que ce statut ne sera pas contesté. Des logiciels comme Stable Diffusion sont formés sur des images protégées par le droit d'auteur extraites du Web, y compris des blogs d'art personnels, des sites d'actualités et des sites de photos comme Getty Images. L'acte de scrapping est légal aux États-Unis, et il semble que la sortie du logiciel soit couverte par la doctrine du « fair use ». Mais l'utilisation équitable offre une protection plus faible aux activités commerciales telles que la vente d'images, et certains artistes dont le travail a été pris dans le scrapping et imité par des entreprises fabriquant des générateurs d'images d'IA ont appelé à de nouvelles lois pour réglementer ce domaine.

    Peters a refusé de répondre à la question de savoir si Getty Images avait été menacée de problèmes juridiques par des personnes contestant le contenu généré par l'IA.

    Il a déclaré que les modifications avaient été apportées pour « éviter les risques pour la réputation, la marque et les résultats [des clients] ». Une recherche rapide sur le site iStock de l'entreprise pour des mots-clés tels que « généré par IA » ou « Midjourney » montre que des milliers d'images ont été supprimées. Il y en a encore beaucoup qui se cachent sur la plateforme et qui sont moins manifestement produites par des algorithmes.

    Peters a déclaré que Getty Images comptera sur les utilisateurs pour identifier et signaler les images générées par l'IA et que la société travaille actuellement avec la Coalition for Content Provenance and Authenticity pour créer des filtres susceptibles de signaler automatiquement le contenu problématique.

    Shutterstock supprime à son tour les images générées par l'IA ?

    Sur Shutterstock, les recherches d'images étiquetées « Midjourney » retournaient plusieurs photos, dont beaucoup avaient des scores de popularité élevés et étaient marquées comme étant « fréquemment utilisées ». Toutefois, en début de semaine, les résultats de « Midjourney » semblent avoir été réduits, laissant principalement des photos d'archives du logo de l'outil.

    Il faut dire que certains créateurs n'ont pas apprécié cette tendance, soulignant que ces systèmes utilisent des ensembles de données massifs d'images extraites du Web. L'artiste David O'Reilly a récemment fait des publications sur Instagram dans lesquelles il a qualifié DALL-E « d'arnaque » et disant qu'il « sape les œuvres de créateurs de toutes sortes, le plus évidemment des photographes, des illustrateurs et des artistes conceptuels qui ont partagé leur travail en ligne et n'ont jamais demandé à les voir inclus dans un modèle d'apprentissage exclusif ».

    En d'autres termes, les œuvres générées sont le résultat d'un processus algorithmique qui extrait l'art original d'Internet sans crédit ni compensation pour les artistes originaux. D'autres se sont inquiétés des impacts sur les artistes indépendants qui travaillent pour des commandes, car la possibilité pour quiconque de créer des œuvres d'art générées sur mesure signifie potentiellement une perte de revenus.

    L'apparition d'images générées par l'IA sur les sites Web de photos de stock est particulièrement ironique, étant donné que certains de ces outils extraient des données de sites Web de photos de stock, entre autres sources. Bien que les législateurs ne sachent toujours pas s'il est acceptable de tirer profit d'images dérivées de manière algorithmique d'autres œuvres, les utilisateurs de ces outils semblent vouloir saisir le moment pour gagner quelques euros / dollars rapidement.

    Source : interview avec le PDG de Getty Images

    Et vous ?

    Êtes-vous pour ou contre l'introduction des photos générées par IA sur les sites de photographies ? Pourquoi ?
    Que pensez-vous des craintes soulevées par les artistes et les sites qui s'inquiètent de l'avenir de la profession et ont décidé de fermer la porte aux images générées par IA ?
    Que pensez-vous des outils comme DALL-E 2 ou Midjourney ?
    Une IA peut-elle être considérée comme auteur d’une œuvre originale selon vous ? Pourquoi ?
    Imaginez-vous des impacts potentiels sur le cursus scolaire ou des certifications plus tard ? Quels sont les situations, vraisemblables ou non, que vous pouvez entrevoir (Photoshop remplacé par un module pour apprendre à être plus précis dans les boîtes de dialogue sur des outils comme DALL-E, etc.) ?

    Voir aussi :

    Une œuvre d'art générée par l'IA a remporté la première place à un concours de beaux-arts à une foire d'État et les artistes sont furieux
    Dall-E 2 permet de générer des images à partir de quelques mots, mais le produit est-il votre ? Votre illustration numérique générée par l'IA pourrait ne pas être protégée par le droit d'auteur
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #40
    Chroniqueuse Actualités

    Femme Profil pro
    Rédacteur Web
    Inscrit en
    mars 2020
    Messages
    508
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur Web

    Informations forums :
    Inscription : mars 2020
    Messages : 508
    Points : 9 090
    Points
    9 090
    Par défaut L’artiste reçoit le premier enregistrement de droit d’auteur américain connu pour l’art de l’IA générative.
    Une artiste reçoit le premier enregistrement américain connu de droits d'auteur pour une œuvre d'art générée par l'IA,
    pendant que se tient un vif débat en ligne sur l'éthique de l'art de l'IA

    En quelques mois, le marché des outils de création d’images assistée par IA a évolué à très grande vitesse. Certains se sont ouverts au grand public et sont en train de créer une petite révolution. Dans ce qui pourrait être une première, un artiste basé à New York nommé Kris Kashtanova a reçu l'enregistrement d'un droit d'auteur américain pour son roman graphique qui comporte des œuvres générées par l'IA, selon son flux Instagram. L'enregistrement, qui a prit effet le 15 septembre, s'applique à une bande dessinée intitulée Zarya of the Dawn. Kashtanova a créé l'œuvre d'art pour Zarya en utilisant Midjourney, un service commercial de synthèse d'images. L'enregistrement de la bande dessinée assistée par l'IA intervient au milieu d'un vif débat en ligne sur l'éthique de l'art de l'IA.

    Nom : Screenshot_2022-09-23 zarya_hero-800x448 jpg (JPEG Image, 800 × 448 pixels).png
Affichages : 662
Taille : 706,2 Ko

    La photographe Kris Kashtanova a publié une bande dessinée intitulée Zarya of the Dawn en utilisant Midjourney. Elle a reçut le premier enregistrement américain connu de droits d'auteur pour une œuvre d'art générée par l'IA. Dans son post annonçant la nouvelle mardi, Kashtanova a écrit :

    « J'ai obtenu le droit d'auteur de l'Office du droit d'auteur des États-Unis pour mon roman graphique généré par la technologie Aï. J'ai été ouvert à la façon dont il a été fait et j'ai mis Midjourney sur la page de couverture. Il n'a pas été modifié d'une autre manière. Juste de la façon dont vous l'avez vu ici.

    J'ai essayé de faire valoir que nous possédons des droits d'auteur lorsque nous faisons quelque chose en utilisant l'IA. Je l'ai enregistré comme un travail d'art visuel. Mon certificat est dans le courrier et j'ai reçu le numéro et une confirmation aujourd'hui qu'il a été approuvé.

    Mon ami avocat m'a donné cette idée et j'ai décidé de créer un précédent. »

    D'après leur annonce, Kashtanova a presenté l'enregistrement en disant que son travail artistique était assisté par l'IA, mais pas entièrement créé par l'IA. Kashtanova a écrit l'histoire de la bande dessinée, créé la mise en page et fait des choix artistiques pour assembler les images.

    Il est probable que des artistes aient déjà enregistré des œuvres créées par des machines ou des algorithmes, car l'histoire de l'art génératif remonte aux années 1960. Mais c'est la première fois, à notre connaissance, qu'un artiste a enregistré un droit d'auteur pour une œuvre créée par la récente série de modèles de synthèse d'images alimentés par la diffusion latente, qui a été un sujet de controverse parmi les artistes.

    La question de savoir si les œuvres d'art créées par l'IA peuvent être protégées par des droits d'auteur a fait l'objet de nombreux articles au cours des derniers mois. Hier encore, nous écrivions que Getty Images interdisait les œuvres créées par l'IA sur son site en raison de problèmes non résolus de droits d'auteur et d'éthique. Malgré les idées fausses qui circulent (expliquées dans l'article de Getty), le bureau américain du droit d'auteur n'a pas interdit le droit d'auteur sur les œuvres d'art générées par l'IA. Il a plutôt exclu le droit d'auteur enregistré pour une IA en tant qu'auteur au lieu d'un humain.

    La collaboration avec l'IA, est-ce une bonne situation ?

    L'impact des technologies de l'IA sera multidimensionnel : nous ne pouvons pas le réduire à un seul axe, bon ou mauvais. De nouvelles formes d'art apparaîtront, tout comme de nouvelles voies d'expression créative. Toutefois, je pense qu'il existe également des risques. Midjourney, DALL-E et d'autres outils de conversion texte-image ne sont qu'une des façons dont l'IA s'est immiscée dans le processus de création. Il suffit de penser à la brève, mais controversée, existence du rappeur AI FN Meka ou à l'apparition d'une société de deepfake dans "America's Got Talent". L'IA est-elle une nouvelle technologie qui va créer le prochain grand mouvement artistique ? Ou annonce-t-elle la destruction de l'artiste ? Il s'avère que la réponse n'est pas si simple.

    « Il est important d'être attentif aux implications de l'automatisation et à ce que cela signifie pour les humains qui pourraient être "remplacés". Mais cela ne nécessite pas nécessairement d'avoir peur de devenir obsolète. Au contraire, la question que nous devrions nous poser est de savoir ce que nous voulons des machines et comment nous pouvons les utiliser au mieux au profit des humains », explique Cansu Canca, professeur associé de recherche à Northeastern, et fondateur et directeur du AI Ethics Lab.

    Les préoccupations concernant l'incursion de l'IA dans l'art vont au-delà des accusations de plagiat numérique. Derek Curry, professeur associé d'art et de design à Northeastern, n'est pas convaincu que l'art de l'IA remplacera un jour le travail créatif des humains. Par sa nature même, la technologie a ses limites. « Elle ne peut rien produire qui n'ait déjà fait l'objet d'un entraînement, il lui est donc impossible de créer des choses légitimement nouvelles », explique Curry.

    C'est loin d'être la première fois que les nouvelles technologies suscitent la controverse dans la communauté artistique. « Une grande partie du battage médiatique est très similaire à ce qui s'est passé à la fin du 19e siècle avec la photographie », explique Curry, qui a une formation de photographe. Comme pour la photographie, Curry estime que les humains jouent un rôle beaucoup plus important dans la création d'œuvres d'art générées par l'IA que la plupart des gens ne le pensent.

    Le cycle de la peur et de l'acceptation s'est produit avec chaque nouvelle technologie depuis l'aube de l'ère industrielle, et il y a toujours des victimes qui viennent avec le changement. « Il existe des moyens réels par lesquels une activité qui était réalisée d'une certaine manière par un humain peut maintenant être réalisée d'une manière différente, nécessitant moins d'humains pour faire ce travail qu'auparavant », explique Deirdre Loughridge, professeur associé de musique à Northeastern. Si l'art généré et assisté par l'IA devient plus communément accepté, les artistes devront repenser radicalement la façon dont ils travaillent, passent leur temps et structurent leur processus créatif, explique Loughridge.

    Mais elle affirme également qu'il existe un manque général de connaissances technologiques en matière d'IA, ce qui conduit à des perceptions erronées de ce qu'elle peut apporter aux artistes. Dans le domaine de la musique, l'intelligence artificielle a été utilisée pour le transfert de timbre ou de tonalité, permettant aux chanteurs d'utiliser leur voix comme synthétiseur en chantant dans un logiciel qui transforme la tonalité en le son d'un instrument différent.

    Comme tout autre élément technologique, l'utilisation de l'IA change lorsqu'elle se retrouve entre les mains des artistes, et non l'inverse. Loughridge compare l'IA à Auto-Tune, un processeur de correction de la hauteur du son qui était autrefois controversé mais qui est devenu un standard de l'industrie musicale.

    Pour Jennifer Gradecki, professeur associé d'art et de design à Northeastern, l'IA a également un potentiel en tant qu'aide à la création, en partie à cause de ce qu'elle ne peut pas faire. Selon Jennifer Gradecki, l'intelligence artificielle peut aider à trouver les réponses les plus génériques aux dilemmes artistiques, ce qui l'oriente vers des voies plus créatives. « Nous essayions de trouver un nom collectif à l'aide de l'IA et c'était amusant de voir les combinaisons qu'elle proposait, mais rien n'était bon. Rien n'était aussi créatif que ce que nous serions capables de générer », explique Gradecki.

    Source : Instagram

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur la situation ?
    Êtes-vous pour ou contre l'introduction des photos générées par IA sur les sites de photographies ? Pourquoi ?
    Que pensez-vous des craintes soulevées par les artistes et les sites qui s'inquiètent de l'avenir de la profession et ont décidé de fermer la porte aux images générées par IA ?
    Que pensez-vous des outils comme DALL-E 2 ou Midjourney ?

    Voir aussi :

    Les artistes commencent à vendre des œuvres d'art générées par IA sur des sites Web de photos, en utilisant un logiciel qui crée de l'art à la demande, certains artistes tentent d'en tirer profit

    Une œuvre d'art générée par l'IA a remporté la première place à un concours de beaux-arts à une foire d'État et les artistes sont furieux

    Dall-E 2 permet de générer des images à partir de quelques mots, mais le produit est-il votre ? Votre illustration numérique générée par l'IA pourrait ne pas être protégée par le droit d'auteur

    Une intelligence artificielle a recomposé des photos "réalistes" de personnages historiques comme Napoléon Bonaparte et Jules César, à l'aide de réseaux adverses génératifs
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. [SQL-Server] Sélectionner le premier enregistrement d'une requête
    Par beegees dans le forum PHP & Base de données
    Réponses: 4
    Dernier message: 27/01/2012, 15h14
  2. Tri sur l'ensemble d'une table sauf premier enregistrement
    Par pierre50 dans le forum Langage SQL
    Réponses: 5
    Dernier message: 14/10/2008, 21h20
  3. Utiliser la valeur du premier enregistrement d'une table comme critère
    Par le_gueux90 dans le forum Requêtes et SQL.
    Réponses: 7
    Dernier message: 25/03/2008, 15h55
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 05/04/2007, 14h19
  5. Réponses: 2
    Dernier message: 28/04/2006, 22h56

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo