IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Cloud Computing Discussion :

Google licencie de nouveaux employés après les mouvements de sit-in dans ses bureaux la semaine dernière


Sujet :

Cloud Computing

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 261
    Points
    66 261
    Par défaut Google licencie de nouveaux employés après les mouvements de sit-in dans ses bureaux la semaine dernière
    Une employée de Google affirme avoir été mise à la porte après s'être opposée à un contrat cloud de 1,2 milliard de dollars avec Israël
    elle aurait subi des représailles de la part de l'entreprise

    Une employée de Google affirme qu'elle a été contrainte de démissionner pour avoir critiqué le projet de cloud computing de 1,2 milliard de dollars de l'entreprise avec le gouvernement israélien. Ariel Koren, responsable marketing chez Google, s'est opposée au projet Nimbus parce qu'elle craignait que la technologie de l'entreprise n'aide les forces de défense israéliennes à surveiller les Palestiniens et à leur nuire. Dans une lettre ouverte cette semaine, elle a déclaré qu'"elle n'avait pas d'autre choix que de quitter l'entreprise après avoir subi des représailles et des actions illégales" de la part de Google.

    Le projet Nimbus est un accord tripartite entre Google, Amazon et l'Israël signé en 2021 visant à fournir à ce dernier des outils d'intelligence artificielle (IA) et d'autres services informatiques, notamment de cloud computing. Google et Amazon devraient mettre en place des sites de cloud locaux en Israël avec un investissement initial de 4 milliards de shekels (1,2 milliard de dollars). Ces sites conserveront les informations à l'intérieur des frontières d'Israël selon des directives de sécurité strictes. Le gouvernement israélien a expliqué l'année dernière que le projet Nimbus est un projet phare pluriannuel qui se déroulera en quatre phases.

    Ces phases comprennent l'acquisition et la construction de l'infrastructure cloud, la formulation de la politique gouvernementale de migration vers le cloud, l'intégration et la migration, ainsi que le contrôle et l'optimisation de l'activité du cloud. Ces services cloud seront mis à la disposition du gouvernement, du système de défense et d'autres groupes de l'économie. Seulement, de nombreuses voix se sont liguées contre ce projet, et ce, au sein même de Google. Ariel Koren, responsable marketing pour la branche des produits éducatifs de Google, qui travaille pour l'entreprise depuis sept ans, est l'une de ces voix discordantes.

    Nom : ed.png
Affichages : 38608
Taille : 37,3 Ko

    Dans un mémo annonçant à ses collègues son intention de quitter Google à la fin de cette semaine, Koren, qui s'identifie comme juive, affirme avoir subi des représailles et décrit un environnement où les voix propalestiniennes sont réduites au silence. Certains de ses collègues ont également affirmé que Google avait un parti pris anti-palestinien. Koren, 28 ans, a aidé à faire circuler des pétitions et à faire pression sur des dirigeants, et elle a parlé à des organes de presse, tout cela dans le but d'amener Google à reconsidérer l'accord. L'une de ces pétitions a été signée par plus de 800 travailleurs de Google et 37 500 personnes du public.

    Selon Koren et d'autres employés de l'entreprise, le projet Nimbus constitue une violation des principes de Google en matière d'IA. Koren affirme que les outils fournis par Nimbus "ont le potentiel d'étendre le modèle israélien de surveillance, de profilage racial et d'autres formes de violations des droits de l'homme assistées par la technologie". « Au lieu d'écouter les employés qui veulent que Google respecte ses principes éthiques, Google poursuit agressivement des contrats militaires et prive ses employés de leur voix par le biais d'un modèle de silence et de représailles envers moi et beaucoup d'autres », écrit Koren.

    Alors qu'elle poursuivait son militantisme, Koren affirme que Google lui a adressé en novembre 2021 un ultimatum surprenant : « acceptez de déménager à São Paulo, au Brésil, dans les 17 jours ouvrables ou perdez votre emploi ». Koren commercialisait les produits éducatifs de Google en Amérique latine et était basée à Mexico avant de déménager à San Francisco pendant la pandémie. Mais, selon l'employée, il n'y avait pas de justification commerciale claire pour le déménagement obligatoire ou son urgence, et un superviseur au Brésil lui a dit que les employés de São Paulo travaillaient à domicile à cause de la pandémie.

    Koren estime que l'ultimatum était une façon "créative" pour Google de la forcer à partir sans avoir à la licencier. « Il fut un temps où Google licenciait les gens par mesure de représailles et je pense que le fait qu'il y ait autant d'attention signifie que Google a essayé de devenir un peu plus créatif et que les représailles prennent des formes différentes de celles du licenciement », a déclaré Koren. Google a réfuté les affirmations de Koren et a déclaré qu'il interdit les représailles sur le lieu de travail. L'entreprise a également ajouté qu'une enquête a révélé qu'il n'y a eu aucune forme de représailles à l'encontre de Koren.



    « Nous avons enquêté de manière approfondie sur la réclamation de cette employée, comme nous le faisons lorsque toute préoccupation est soulevée, et comme nous l'avons déclaré depuis des mois, notre enquête a révélé qu'il n'y avait pas de représailles ici », a déclaré un porte-parole de Google. « Une agence gouvernementale a également rejeté cette affaire lorsque l'employée a déposé une plainte alléguant qu'elle avait subi des représailles », a ajouté le porte-parole, faisant référence à une enquête du National Labor Relations Board des États-Unis. Mais d'autres employés ont à nouveau dénoncé le projet mardi.

    Quinze autres employés de Google ont publié sur YouTube des témoignages audio demandant à l'entreprise de ne pas travailler avec l'Israël et critiquant le traitement réservé par Google aux Palestiniens et sa censure des employés qui les soutiennent. Tous les travailleurs, sauf deux, ont parlé sous le couvert de l'anonymat. Ils ont publié leurs remarques pour coïncider avec le départ de Koren de l'entreprise. Cependant, le porte-parole de Google a défendu le projet Nimbus. L'entreprise a déclaré qu'elle était fière que les capacités de son cloud soient reconnues et a réfuté les allégations selon lesquelles le projet sera utilisé pour la surveillance.

    « Nous sommes fiers que Google Cloud ait été sélectionné par le gouvernement israélien pour fournir des services de cloud public afin de contribuer à la transformation numérique du pays. Le projet comprend la mise à disposition de Google Cloud Platform aux agences gouvernementales pour les charges de travail quotidiennes telles que les finances, les soins de santé, les transports et l'éducation. Mais il ne s'adresse pas aux charges de travail hautement sensibles ou classifiées », a-t-il déclaré. L'Alphabet Workers Union, un syndicat représentant les travailleurs de Google et d’ autres entreprises d'Alphabet, a défendu Koren.

    « Tous les travailleurs d'Alphabet ont le droit d'exprimer leurs préoccupations et leurs objections à l'égard de projets comme Nimbus et de s'organiser contre eux en interne, sans crainte de représailles. Des milliers de travailleurs de Google se sont déjà organisés contre des contrats militaires, comme le projet Maven, et nous méritons de faire de même maintenant et à l'avenir. Ariel n'aurait jamais dû subir ces représailles et ce harcèlement. Elle n'aurait jamais dû être contrainte à une position où démissionner était sa seule option », a déclaré Parul Koul, président exécutif de l'Alphabet Workers Union.

    Nom : FbbVqIZUIAAXttb.jpg
Affichages : 6096
Taille : 49,4 Ko

    Koren est la dernière en date d'une série d'employés de Google qui ont accusé l'entreprise de représailles pour leur activisme. Deux d'entre eux, Claire Stapleton et Meredith Whittaker, ont démissionné en 2019 et ont déclaré avoir subi des représailles après avoir protesté contre les politiques de l'entreprise en matière d'inconduite sexuelle. En novembre 2019, Google a licencié quatre employés qui avaient participé à divers efforts d'organisation au sein de l'entreprise. Un cinquième travailleur a été licencié après avoir créé un message contextuel sur le réseau d'entreprise de Google informant les travailleurs de leur droit protégé de s'organiser.

    Le National Labor Relations Board a déclaré que Google avait illégalement licencié deux de ces travailleurs, et qu'il avait illégalement surveillé et exercé des représailles contre les autres. La société a également mis à la porte deux chercheurs en intelligence artificielle, Timnit Gebru et Margaret Mitchell. Tous deux avaient fait partie de l'équipe "Ethical AI" de la société et avaient critiqué la technologie de Google dans un document de recherche. Gebru avait déclaré séparément que les efforts de la société en matière de diversité étaient insuffisants. Bien sûr, Google a toujours nié toute forme de pression ou de représailles envers ces travailleurs.

    Google a récemment fait parler d'elle pour un autre type de licenciement. En juillet, il a renvoyé un ingénieur, Blake Lemoine, qui avait affirmé que l'IA de la société était sensible et avait divulgué des documents d'entreprise. Le choix de Google de punir les employés qui critiquent publiquement l'entreprise est un changement notable pour un employeur qui nourrissait autrefois une culture d'entreprise ouverte. Google a longtemps accueilli favorablement un large dialogue sur ses panneaux de messages internes en ligne et a encouragé ses employés à débattre des décisions des dirigeants lors des réunions de l'entreprise et d'autres forums.

    En outre, ce n'est pas la première fois que des employés de Google se disent mal à l'aise avec les contrats militaires et gouvernementaux de l'entreprise, arguant que cela va à l'encontre de sa devise originale "Don't be evil". La devise actuelle d'Alphabet, la société mère de Google, est : "Fais ce qui est juste". Et parfois, Google semble être à l'écoute de ces préoccupations. Par le passé, Google a abandonné le projet Dragonfly, son moteur de recherche censuré pour la Chine, et a refusé de renouveler le projet Maven, son contrat d'IA militaire avec le ministère américain de la Défense.

    Sources : Ariel Koren, Plaintes d'autres employés de Google

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des déclarations de Ariel Koren ?
    Selon vous, les employés ont-ils le droit de critiquer les choix de leurs employeurs ?
    Si oui, pourquoi certains employés sont-ils poussés vers la sortie après cela ?
    Que pensez-vous du projet Nimbus ? Pensez-vous qu'il est contraire aux principes de Google ?

    Voir aussi

    Israël a choisi Amazon Web Services (AWS) (AMZN.O) et Google pour un projet de plus d'un milliard de dollars visant à fournir des services cloud au secteur public et à l'armée du pays

    Le projet Dragonfly, le moteur de recherche controversé de Google pour le marché chinois, « a été abandonné », selon un représentant de l'entreprise

    IA : Google ne renouvellera pas son contrat avec le DoD dans le projet controversé Maven, sa réputation est mise en jeu

    La deuxième responsable de l'équipe de recherche en IA éthique de Google a été licenciée, au milieu des protestations du personnel par rapport au licenciement de Timnit Gebru en décembre

    Un ingénieur licencié par Google aurait affirmé que le chatbot d'IA est « plutôt raciste », et que l'éthique de l'IA chez Google est une « feuille de vigne »
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre expert
    Profil pro
    undef
    Inscrit en
    Février 2013
    Messages
    966
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Lot (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : undef

    Informations forums :
    Inscription : Février 2013
    Messages : 966
    Points : 3 571
    Points
    3 571
    Par défaut
    1.2 milliard, cela semble une raison plus que suffisante et justifiée pour virer quelqu'un.

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Janvier 2014
    Messages
    1 511
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2014
    Messages : 1 511
    Points : 5 752
    Points
    5 752
    Par défaut
    Dans une entreprise c'est au patron de décider, si un employé n'est pas content il n'a qu'a démissionner. D'autant plus que c'est facile de trouver un autre job il suffit de traverser la rue

    De toute façon ce monde est pourri, si tu commences à refuser des contrats parce que tu crois que quelque chose est pourri, ben t'a plus de contrats...

    Même le Vatican c'est pourri, c'est financé par la Mafia, et dirigé par des prêtres pédophiles, donc c'est dire...


    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  4. #4
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 557
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 557
    Points : 3 978
    Points
    3 978
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
    D'autant plus que c'est facile de trouver un autre job il suffit de traverser la rue
    Bah c'est vrai, "trouver un emploi" n'a jamais été le probleme.

    Ce que tu ne dit pas, par malhonnêteté intellectuelle je penses, c'est que c'est "trouver un emploi sans y perdre en salaire" qui est difficile.

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Août 2022
    Messages
    755
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Août 2022
    Messages : 755
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut
    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    Bah c'est vrai, "trouver un emploi" n'a jamais été le probleme.

    Ce que tu ne dit pas, par malhonnêteté intellectuelle je penses, c'est que c'est "trouver un emploi sans y perdre en salaire" qui est difficile.
    Il était surtout dans la dérision pas dans le premier degré tout court ^^

    Mais en tout cas si, trouver un emploi de nos jours bon courage.

    Je connais des gens sans diplômes qui n'ont que des usines dans leurs patelins et n'arrivent pas se faire embaucher car ils sont pris d'assaut par les immigrés payés deux à trois fois moins cher qu'eux en intérim.

    Les boites là ont même construit des appartements spécialement pour eux (une simple recherche google et tu trouvera vite) et la conséquences, une fois de plus, c'est que si il n'y avait pas leurs familles, ces gens seraient littéralement à la rue, parce qu'il n'y a juste pas d'autre boulot.

    Déménager pour voir si l'herbe est plus verte ne se fait pas en claquant des doigts, surtout quand en plus tu n'a pas de boulot et donc plus de revenu, quand, par dessus ça, tu rajoutes que pour toucher les APL aujourd'hui, c'est devenu la croix et la bannière, puisqu'il ne faut pas dépasser 13K, ce que tu dépasses si tu as un SMIC et que tu as eu le malheur par exemple d'avoir bosser en intérim donc d'avoir gagné légèrement plus que le SMIC durant un mois, sur les DEUX ANNEES précédentes.

    Sans parler du chômage qui a été baissé et j'en passe.
    Les gens survivent, ça c'est une réalité et tous le monde n'est pas fait pour faire des études tout comme tous le monde n'est pas fait pour être développeur.

    Chacun sa forme d'intelligence dans ce monde de merde, la majorité des artistes ont des QI d'huitre sur le plan de la logique et pourtant font des trucs de génies dans leur domaine d'intelligence.

    Pour ma part ma boite tourne bien et pourtant régulièrement, j'ai des contrats qui sont chiffré 100/200K, les gens annoncent avoir le budget de leurs ambitions pour qu'on leur fasse leur applications mobiles et j'en passe et 2 semaines après ça commence par "est-ce possible finalement de faire juste 1/3 de ce que j'ai demandé (alors que le devis est signé)", pour à la fin dire "j'ai plus d'argent, je ferme la boite ou alors on trouve une solution pour ne pas faire le projet même si malheureusement je vous ai signé le devis".

    Et je te dis ça alors que ceux qui me font ça, sont des grosses boites avec les reins solides.

    Vraiment, c'est devenu la merde aujourd'hui, bien pire qu'à l'époque de nos parents ou effectivement, c'était la disette, mais du boulot, il y en avait pour celui qui se retroussait les manches, les usines et autres n'étaient pas prises d'assaut par des gens extérieurs à notre pays et ça, ça n'a rien à voir avec le fait qu'il manque de main d'oeuvre, c'est un mensonge, ça a un rapport avec le dumping social qui est devenu une culture d'entreprise.

  6. #6
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 574
    Points
    3 574
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
    De toute façon ce monde est pourri, si tu commences à refuser des contrats parce que tu crois que quelque chose est pourri, ben t'a plus de contrats...
    En plus si je ne le fais pas quelqu'un le fera à ma place donc autant le faire moi même et être (juteusement) payé pour ça

  7. #7
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 817
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 817
    Points : 5 842
    Points
    5 842
    Par défaut
    Cette charmante employée devrait créer sa propre entreprise afin de pouvoir refuser à l'envie les contrats qu'on lui propose.


    Cette personne n'est qu'un exemple de la nouvelle génération que l'on appelle aux USA: "La génération me me me"!

    Après la génération Y, Y, Z, les sociologues ont identifiées les jeunes adultes d'aujourd'hui, les "millenials", nés au alentour de l'an 2000, comme la "génération moi, moi et moi" qui a pour qualité d'être paresseux, égoïste, superficiel, égocentriste et exigeant profiter de tous les droits sans avoir à respecter des devoirs!

    Le plus drôle est que ces caractéristiques ont été mesurées par des études sérieuses dont celle du National Institutes of Health du gouvernement américain.


    Extrait d'un article du Time: https://time.com/247/millennials-the...me-generation/



    Voici les données froides et concrètes qui ressortent de différentes études:

    L'incidence du trouble de la personnalité narcissique est près de trois fois plus élevée pour les personnes dans la vingtaine que pour la génération qui a maintenant 65 ans ou plus

    En 2009, 58 % d'étudiants en plus ont obtenu des scores plus élevés sur une échelle de narcissisme qu'en 1982. Les milléniaux ont obtenu tellement de trophées de participation en grandissant qu'une étude récente a montré que 40 % pensent qu'ils devraient être promus tous les deux ans, quelle que soit leur performance.

    Elles sont obsédées par la célébrité : trois fois plus de collégiennes veulent grandir pour devenir l'assistante personnelle d'une personne célèbre que pour devenir sénatrices, selon une enquête de 2007

    Quatre fois plus choisiraient le poste d'assistant plutôt que le PDG d'une grande entreprise. Ils sont tellement convaincus de leur propre grandeur que l'étude nationale sur la jeunesse et la religion a révélé que la morale directrice de 60 % des milléniaux dans n'importe quelle situation est qu'ils seront simplement capables de ressentir ce qui est juste.

    Leur développement est ralenti : plus de personnes âgées de 18 à 29 ans vivent avec leurs parents qu'avec un conjoint, selon le sondage 2012 de l'Université Clark sur les adultes émergents.

    Et ils sont paresseux. En 1992, l'Institut Familles et Travail à but non lucratif rapporte que 80% des moins de 23 ans souhaitent avoir un jour un travail à plus grande responsabilité ; 10 ans plus tard, seulement 60% l'ont fait.

  8. #8
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Janvier 2014
    Messages
    1 511
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2014
    Messages : 1 511
    Points : 5 752
    Points
    5 752
    Par défaut
    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    Ce que tu ne dit pas, par malhonnêteté intellectuelle je penses, c'est que c'est "trouver un emploi sans y perdre en salaire" qui est difficile.
    C'est bien de traiter les autres de "malhonnête", ca c'est du débat haut de gamme
    A chaque fois que j'ai changé d'employeur j'y ai gagné en salaire, et largement encore.
    Si pour une personne c'est pas le cas alors c'est un looser qui avait un bullshit job payé à prix d'or par un Patron incompétent et naïf, alors la c'est normal d'être "malhonnête" comme tu dis si bien, et de s'accrocher au bullshit job coute que coute
    Je peux t'en trouver moi des bullshit jobs très bien payés : Devops, Scrum Master, responsable BI, à 1 h de travail par jour payé 8 h ca t'intéresse ?
    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  9. #9
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 574
    Points
    3 574
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Après la génération Y, Y, Z, les sociologues ont identifiées les jeunes adultes d'aujourd'hui, les "millenials", nés au alentour de l'an 2000, comme la "génération moi, moi et moi" qui a pour qualité d'être paresseux, égoïste, superficiel, égocentriste et exigeant profiter de tous les droits sans avoir à respecter des devoirs!
    Le plus drôle est que ces caractéristiques ont été mesurées par des études sérieuses dont celle du National Institutes of Health du gouvernement américain.
    Et qu'est ce que je les comprends:
    On prétend tous à avoir une meilleure vie que nos parents, ils ne l'auront pas (ce n'est pas la première génération mais il le subiront)
    On leur rabâche depuis qu'ils sont gamins qu'ils vivent sur une planète qui part en déroute mais personne n'y fait grand chose
    Du coup on leur dit qu'ils devront faire les efforts que personne n'a voulu faire avant.

    Bref on se fout de leur gueule depuis le début et aujourd'hui on s'étonne de les voir ne pas vouloir jouer avec nos règles du jeu.
    Et en plus on dit que les notre sont mieux que les leurs.
    Ils n'ont que la 20aine, ils vont prendre un peu de plomb dans l'aile mais ils vont rabattre les cartes et je suis sincèrement curieux de voir comment. Et je met une pièce sur le fait qu'on ira vers du mieux (mais comment faire pire qu'aujourd'hui?)

  10. #10
    Membre émérite
    Profil pro
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    913
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 913
    Points : 2 826
    Points
    2 826
    Par défaut
    Et ils sont paresseux. En 1992, l'Institut Familles et Travail à but non lucratif rapporte que 80% des moins de 23 ans souhaitent avoir un jour un travail à plus grande responsabilité ; 10 ans plus tard, seulement 60% l'ont fait.
    En quoi un travail avec moins de responsabilité est forcément un travail de fainéant ? En outre ils n'y a pas un nombre de place illimité dans les places "à plus grande responsabilité".

  11. #11
    Membre expert
    Profil pro
    undef
    Inscrit en
    Février 2013
    Messages
    966
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Lot (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : undef

    Informations forums :
    Inscription : Février 2013
    Messages : 966
    Points : 3 571
    Points
    3 571
    Par défaut
    Les postes à responsabilités n'en ont souvent que le titre, et c'est le n-1 qui prend tout sur la gueule quand il y a une couille.

  12. #12
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 817
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 817
    Points : 5 842
    Points
    5 842
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Et qu'est ce que je les comprends:
    ...

    Bref on se fout de leur gueule depuis le début et aujourd'hui on s'étonne de les voir ne pas vouloir jouer avec nos règles du jeu.
    Si la société humaine devait appliquer tes théories, tu serais en train d'écrire en allemand!

    Aux les pauvres choux nés en l'an 2000, ils ont vraiment eu une vie extrêmement difficile, affalés sur leur lit à jouer à la console vidéo, bien nourris, sans le moindre soucis matériel dans leur existance autre que d'augmenter le nombre de followers de leur différents comptes sur les réseaux sociaux.

    On comprend leur désillusion face à ces générations "bénies" pour qui tout était facile, comme ceux qui se sont fait exploser la tête dans les tranchées lors de la première guerre mondiale après avoir été sorti de leur quotidien moyenâgeux consistant à crever de faim dans une France composée à 90% de paysans ou encore la génération suivante qui s'est pris dans la gueule la destruction de toute l'Europe après le passage des hordes nazis et les tapis de bombes des alliés, ou encore la génération suivante qui, même après la fin de la 2ème guerre mondiale, a dû se relever les manches pour reconstruire les pays en ruine tout en se nourrissant en faisant la file pour une miche de pain obtenue grâce à des points de rationnement!!!

    Perso, j'ai une solution pour la "generation me me me", un vrai cours d'histoire pour qu'il sache ce qu'ils ont évité et la chance qu'ils ont eu, suivi d'un "coup de pied au c*l" pour les faire démarrer dans la vie!

    Citation de Michel Audiard qui relève de la pensée philosophique: "Un con qui marche ira toujours plus loin qu'un intellectuel assis!"

  13. #13
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 817
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 817
    Points : 5 842
    Points
    5 842
    Par défaut
    Citation Envoyé par walfrat Voir le message
    En quoi un travail avec moins de responsabilité est forcément un travail de fainéant ?.
    Un mec sans responsabilité fait ses 35 heures...

    Le mec qui a des responsabilités gèrent des "emmerdes en quantité astronomique" que le premier n'imagine même pas et le terme "35 heures", il ne le connaît que dans les livres et pas dans la réalité!

  14. #14
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 817
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 817
    Points : 5 842
    Points
    5 842
    Par défaut
    Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
    Les postes à responsabilités n'en ont souvent que le titre, et c'est le n-1 qui prend tout sur la gueule quand il y a une couille.
    Et oui!

    Bravo tu viens de découvrir la règle numéro 1 qui régit l'espèce humaine depuis la nuit des temps: Quelque soit l'époque, il faut toujours un "bouc émissaire" en cas de problème.

    Ce n'est pas pour rien que Jules César a dit lorsqu'il a décidé de passer la rivière nommée Rubicon avec son armée pour prendre le pouvoir à Rome (pour info, il courait un gros risque parce qu'il était interdit de venir à Rome avec son armée, histoire d'éviter les coups d'état):

    "Je préfère être le premier dans mon village qu'être le second à Rome"

  15. #15
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 574
    Points
    3 574
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Si la société humaine devait appliquer tes théories, tu serais en train d'écrire en allemand!
    Je n'ai aucun problème avec l'Allemand.

    Oh, les pauvres vieux, ils ont connu la guerre, la faim, et le vrai travail difficile.
    Ils se sont acheté ou ont construit une maison pour une bouchée de pain
    Enfant ils faisaient 50km de vélo par jour, adultes ils sortaient leur voiture pour aller acheter leur pain
    Ils traitaient leur jardin au glyphosate
    Ils épandaient des pesticides en avion en passant au dessus de lieu de résidence

    Ils sont devenus tellement aigri qu'ils ont lyncher le moindre élève qui sortait de la norme
    Ils sont devenus tellement aigri qu'ils demandent à leur ouvriers de produire plus, plus vite quitte à négliger leur sécurité
    Ils sont devenus tellement aigri que quand on leur a dit qu'ils détruisaient le monde ils ont répondu je serais mort avant que ça arrive

    Ils ont eu la vie tellement dure qu'ils ont fait du monde un barbecue et que maintenant ils s'étonnent que les jeunes sortent la chaise longue et les merguez

    Les jeunes voient que leur parents se sont crevé le cul et ont sacrifié leur vie familiale pour quasi aucun résultat.
    Le monde leur montre que les efforts ne sont pas récompensés et on s'étonne qu'ils envisagent le minimum.
    Quelle est la génération déraisonnable?
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Perso, j'ai une solution pour la "generation me me me", un vrai cours d'histoire pour qu'il sache ce qu'ils ont évité et la chance qu'ils ont eu, suivi d'un "coup de pied au c*l" pour les faire démarrer dans la vie!
    Si on était capable de bien leur enseigner l'histoire pourquoi pas mais c'est pas l'école qui va leur apprendre la vie.

    PS : Mes grand parents n'ont pas eu la vie facile,
    Mes grand parent paternel devait s'occuper de ses freres et soeurs quand son père était à la guerre et sa mère au champs. Ma grand mère, à 10 ans, était responsable de maintenir le cheminée allumée la nuit. Si elle s'éteignait elle se prenait une rouste qui lui donnait des cauchemar jusqu'à sa mort.
    Ma grand mère, enfant servait de veilleuse pour cacher les déplacements de juifs de jour comme de nuit. Elle a vu la mort et l'horreur de pret.

    Ils ont/avaient pourtant une larme en regardant les dernières générations qui n'ont pas grand chose à quoi se rattacher.
    Je trouve toujours facile de condamner l'autre, de trouver que l'herbe est plus verte pour eux...

  16. #16
    Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Conseil en assistance à maîtrise d'ouvrage
    Inscrit en
    Octobre 2012
    Messages
    6
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Conseil en assistance à maîtrise d'ouvrage
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2012
    Messages : 6
    Points : 4
    Points
    4
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Cette charmante employée devrait créer sa propre entreprise afin de pouvoir refuser à l'envie les contrats qu'on lui propose.


    Cette personne n'est qu'un exemple de la nouvelle génération que l'on appelle aux USA: "La génération me me me"!

    Après la génération Y, Y, Z, les sociologues ont identifiées les jeunes adultes d'aujourd'hui, les "millenials", nés au alentour de l'an 2000, comme la "génération moi, moi et moi" qui a pour qualité d'être paresseux, égoïste, superficiel, égocentriste et exigeant profiter de tous les droits sans avoir à respecter des devoirs!

    Le plus drôle est que ces caractéristiques ont été mesurées par des études sérieuses dont celle du National Institutes of Health du gouvernement américain.


    Extrait d'un article du Time: https://time.com/247/millennials-the...me-generation/
    En fait, ce type de profil que je rencontre maintenant en presta, c'est très interressant, la peur que nous avions dans le temps de perdre le job, il ne l'ont pas, et ça c'est positif pour remettre certaines pratiques managériales et patronales par le chantage où la terreur en question, je trouve ce mode de fonctionnement particulièrement adapté au contexte d'une aliénation au travail pour vivre et non s'épanouir ... En fait le rapport du "on vous remplace" c'est inversé, et ça c'est vraiment top !!!

  17. #17
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    592
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 592
    Points : 10 749
    Points
    10 749
    Par défaut Les employés de Google protestent contre le contrat cloud de 1,2 milliard de dollars conclu avec Israël
    Des employés de Google arrêtés alors qu'ils manifestaient contre le contrat cloud de 1,2 milliard de dollars conclu avec le gouvernement israélien
    et leurs contrats de travail ont été suspendus

    De nombreux employés de Google dénoncent les relations de l'entreprise avec Israël qui mène actuellement un assaut sur l'enclave palestinienne de Gaza. Les employés concernés ont organisé mardi une manifestation devant les bureaux de l'entreprise à New York et à Sunnyvale, en Californie, pour protester contre le projet Nimbus, le contrat conjoint de 1,2 milliard de dollars conclu entre Google et Amazon pour fournir au gouvernement et à l'armée israéliens des services de cloud computing. Ce contrat lucratif avec Israël fait l'objet de contestation depuis de nombreuses années. Neuf travailleurs ont été arrêtés par la police lors des manifestations de mardi.

    Les employés de la technologie dénoncent un parti pris pro-israélien dangereux

    Le projet Nimbus est un accord tripartite centre Google, Amazon et l'Israël signé en 2021. Il vise à fournir à l'État hébreu des outils d'IA et des services de cloud computing. Selon les termes de l'accord, Google et Amazon devront mettre en place des sites de cloud locaux en Israël avec un investissement initial de 4 milliards de shekels (1,2 milliard de dollars). Ces sites conserveront les informations à l'intérieur des frontières d'Israël selon des directives de sécurité strictes. Lors de la signature du contrat, le gouvernement israélien a expliqué que le projet Nimbus est un projet phare pluriannuel qui se déroulera en quatre phases.


    Cependant, depuis le début, le projet est vivement contesté par un groupe d'employés de Google. Mardi, les employés de Google ont organisé des sit-in et des manifestations dans les bureaux de l'entreprise à New York et à Sunnyvale, en Californie, y compris un sit-in retransmis en direct devant le bureau du PDG de Google Cloud, Thomas Kurian. La protestation a été organisée par le groupe activiste "No Tech for Apartheid" et marque une escalade dans une série de manifestations récentes organisées par des travailleurs de la technologie qui s'opposent aux relations de leurs employeurs avec le gouvernement israélien.

    "No Tech for Apartheid" est une coalition de travailleurs et d'organisateurs du secteur technologique avec MPower Change et "Jewish Voice for Peace", qui sont respectivement des organisations militantes musulmanes et juives axées sur la paix. L'organisation s'est réunie peu après la signature du projet Nimbus, dont les détails ont été rendus publics en 2021. Il a également publié une lettre ouverte cosignée par 18 autres organisations qui demandent à Google et Amazon d'annuler immédiatement leur travail sur le projet Nimbus et de cesser de faire des affaires avec Israël. La lettre a déjà recueilli plus de 95 000 signatures.

    Les critiques des employés de la technologie envers le gouvernement israélien se sont intensifiés en raison l'assaut israélien en cours sur Gaza. Depuis qu'une attaque terroriste du Hamas a tué environ 1 100 Israéliens le 7 octobre 2023, les forces de défense israéliennes ont tué plus de 34 000 Palestiniens. Dans une lettre ouverte publiée en novembre, un groupe d'employé de Google a dénoncé un parti pris interne qui favorise Israël et condamne souvent le sort des Palestiniens. Les travailleurs dénoncent des préjugés pro-israéliens qui empêchent de critiquer les actions d'Israël, souvent sous peine de représailles.

    Les employés qui ont manifesté mardi demandent la condamnation d'Israël et la suspension du projet Nimbus de 1,2 milliard de dollars. Parmi les participants au sit-in de New York figurait Eddie Hatfield, ingénieur logiciel de Google, qui a interrompu lors d'un événement en mars le discours du directeur général des activités de Google en Israël en déclarant : « je refuse de construire une technologie qui favorise le génocide ». Hatfield a ensuite été licencié. La même semaine, une messagerie interne de Google a été fermée après que des employés ont publié des commentaires sur les contrats militaires israéliens de l'entreprise.

    À l'époque, un porte-parole avait qualifié ces messages de "contenu qui sème la discorde et qui perturbe notre lieu de travail". Le ministère israélien de la Défense aurait sollicité des services de conseil auprès de Google afin d'élargir son accès aux services Google Cloud. Selon un rapport du New York Times, Google Photos est l'une des plateformes utilisées par le gouvernement israélien pour surveiller la bande de Gaza et d'autres lieux en Palestine. Selon les rapports, quelques heures le début du sit-in, la sécurité de Google a commencé à accuser les employés d'intrusion et de perturbation du travail, incitant certains à partir.

    D'autres, en revanche, ont juré de rester jusqu'à ce qu'ils soient forcés de quitter les lieux. Neuf employés auraient été arrêtés pour violation de propriété. À Sunnyvale, les manifestants sont restés assis dans le bureau du directeur de Google Cloud pendant plus de neuf heures jusqu'à leur arrestation, écrivant des revendications sur le tableau blanc de Kurian et portant des t-shirts sur lesquels on pouvait lire "Googler against genocide". À New York, les manifestants se sont assis dans un espace commun de trois étages. D'après les rapports, cinq travailleurs de Sunnyvale et quatre de New York auraient été arrêtés mardi.

    Certains employés affirment avoir subi des représailles après avoir critiqué Israël

    « Je suis opposé à ce que Google prenne des contrats militaires, quel que soit le gouvernement avec lequel ils sont conclus ou la nature exacte du contrat », a déclaré Cheyne Anderson, un ingénieur logiciel de Google Cloud basé à Washington. Anderson avait pris l'avion pour Sunnyvale afin de participer à la manifestation organisée dans le bureau de Kurian et faisait partie des travailleurs arrêtés mardi. La lettre ouverte publiée par l'association "No Tech for Apartheid" demande à Amazon et Google de cesser de faire des affaires avec le régime d'apartheid israélien et d'alimenter le génocide des Palestiniens à Gaza.

    Google nie toutefois ces allégations et affirme que le projet Nimbus n'est pas destiné à des charges de travail hautement sensibles, classifiées ou militaires. « Google Cloud soutient de nombreux gouvernements dans les pays où nous opérons, y compris le gouvernement israélien, avec nos services de cloud computing généralement disponibles. Ce travail n'est pas destiné à des charges de travail hautement sensibles, classifiées ou militaires pertinentes pour les armes ou les services de renseignement », a déclaré un porte-parole de Google. Cependant, l'entreprise est accusée d'exercer une pression sur les critiques d'Israël.

    Après le licenciement de Hatfield, Vidana Khalek, employée de Google chargée de la politique de confiance et de sécurité, a démissionné de son poste pour s'opposer au projet Nimbus. Puis, fin mars, plus de 300 employés d'Apple ont signé une lettre ouverte qui dénonce des représailles envers des employés ayant exprimé leur soutien aux Palestiniens, et exhorte la direction d'Apple à manifester publiquement son soutien aux Palestiniens. En août 2022, Ariel Koren, alors responsable marketing chez Google, a également déclaré avoir été mise à la porte après s'être opposée au contrat de 1,2 milliard de dollars avec Israël.

    « Je pense que ce qui s'est passé hier est la preuve que les tentatives de Google visant à supprimer toutes les voix d'opposition à ce contrat non seulement ne fonctionnent pas, mais ont en fait l'effet inverse. Cela ne fait que créer plus d'agitation, plus de colère et plus d'engagement », a déclaré Koren à CNBC mercredi. Les neuf employés arrêtés à New York et à Sunnyvale ont déclaré que, pendant que la manifestation était en cours, leurs comptes de travail ont été bloqués et qu'ils ont été placés en congé administratif et priés d'attendre d'être contactés par le service des ressources humaines avant de retourner au travail.

    Selon les rapports, les travailleurs new-yorkais ont été libérés du poste de police après environ quatre heures. Ils protestaient également contre leurs conditions de travail : ils demandent à l'entreprise de mettre fin au harcèlement, à l'intimidation, aux brimades, au silence et à la censure des Googlers palestiniens, arabes et musulmans, et de s'attaquer à la crise en matière de santé et de sécurité à laquelle les travailleurs, en particulier ceux de Google Cloud, sont confrontés en raison des impacts potentiels de leur travail. Google n'a pas répondu aux commentaires sur les allégations sur le climat sur le lieu de travail.

    « Un petit nombre d'employés protestataires sont entrés et ont perturbé deux de nos sites. Le fait d'entraver physiquement le travail d'autres employés et de les empêcher d'accéder à nos installations constitue une violation manifeste de nos règles, et nous mènerons une enquête et prendrons les mesures qui s'imposent. Ces employés ont été mis en congé administratif et leur accès à nos systèmes a été coupé. Après avoir refusé plusieurs demandes de quitter les lieux, les forces de l'ordre ont été engagées pour les expulser afin d'assurer la sécurité des bureaux » a déclaré un porte-parole de Google à propos des manifestants.

    Le projet Nimbus avec Israël n'est pas le seul à faire l'objet de protestation de la part des Googlers. Ils se mobilisent en effet pour s'opposer au travail militaire de leur entreprise. En 2018, des milliers de Googlers se sont mobilisés pour protester contre le projet Maven, un contrat lucratif proposé par le Pentagone qui inclurait des outils propulsés par l'IA pour analyser les séquences de drones et choisir des cibles. Google a réagi en déclarant que l'entreprise ne renouvellerait pas son contrat avec le projet Maven. Mais les rapports indiquent que l'entreprise a depuis fortement accru sa collaboration avec le Pentagone.

    Zelda Montes, une ingénieure logicielle de YouTube qui a également participé au sit-in de New York, affirme que cette action fait suite à quelques incidents au cours desquels les personnes qui se sont exprimées dans les "canaux appropriés" ont été interrompues, comme cela a été le cas avec le projet Nimbus, pour ensuite voir leurs commentaires supprimés. Montes espère que le sit-in incitera les travailleurs de la technologie à "exiger que leur travail ne soit pas utilisé pour créer les conditions favorables à un génocide".

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des protestations des Googlers contre le projet Nimbus ?
    Les employés de Google sont-ils en droit d'exiger la fin du contrat Nimbus avec Israël ?
    Que pensez-vous du sort qui a été réservé aux employés de Google arrêtés lors des manifestations ?
    Quid des allégations selon lesquelles Google prend des mesures de représailles contre les employés critiques ?

    Voir aussi

    Des employés de Google critiquent les préjugés pro-israéliens dans une lettre ouverte et appellent à la suspension du projet IA Cloud Nimbus de 1,2*milliard de $ avec l'armée israélienne

    Une employée de Google affirme avoir été mise à la porte après s'être opposée à un contrat cloud de 1,2 milliard de dollars avec Israël, elle aurait subi des représailles de la part de l'entreprise

    Le projet d'IA de Google et le Pentagone était « directement lié » à un contrat de cloud de plusieurs milliards de dollars, d'après une fuite d'emails

  18. #18
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    Août 2018
    Messages
    363
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 55
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux

    Informations forums :
    Inscription : Août 2018
    Messages : 363
    Points : 1 093
    Points
    1 093
    Par défaut
    Ces employés pourraient s'occuper à résoudre leurs propres problèmes personnels au lieu de réaliser de l’ingérence dans les affaires intérieures d'une nation amie !!!

    Si les palestiniens, syriens et iraniens and co ne se comportaient pas en terroristes anti-occident, le monde n'en serait que meilleur...

  19. #19
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    592
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 592
    Points : 10 749
    Points
    10 749
    Par défaut Google licencie 28 employés ayant participé à une protestation contre un contrat de 1,2 milliard de dollars
    Google licencie 28 employés ayant participé à une protestation contre un contrat de 1,2 Md $ visant à fournir des services cloud et d'IA à Israël
    ils auraient violé les règles de l'entreprise

    Google fait l'objet de critiques après licencié près d'une trentaine d'employés ayant participé à une manifestation mardi pour dénoncer les relations de l'entreprise avec Israël. Ces travailleurs ont organisé un sit-in dans les bureaux de Google à New York et à Sunnyvale, en Californie, pour protester contre le projet Nimbus, un contrat conjoint de 1,2 milliard de dollars conclu entre Google et Amazon pour fournir au gouvernement et à l'armée israéliens des services cloud et d'IA. Google accuse les travailleurs licenciés d'avoir violé les règles de l'entreprise, mais ces derniers nient et affirment que les dirigeants de Google refusent d'entendre leurs plaintes depuis des années.

    « Un petit nombre d'employés protestataires sont entrés et ont perturbé deux de nos sites. Le fait d'entraver physiquement le travail d'autres employés et de les empêcher d'accéder à nos installations constitue une violation manifeste de nos règles, et nous mènerons une enquête et prendrons les mesures qui s'imposent. Ces employés ont été mis en congé administratif et leur accès à nos systèmes a été coupé. Après avoir refusé plusieurs demandes de quitter les lieux, les forces de l'ordre ont été engagées pour les expulser afin d'assurer la sécurité des bureaux », a déclaré un porte-parole de Google à propos des manifestants.

    Dans un mémo adressé par la suite à l'ensemble de l'entreprise, Chris Rackow, vice-président de la sécurité mondiale de Google, a annoncé que les employés propalestiniens ont été licenciés mercredi en fin de journée après une enquête interne. « Ils ont occupé des bureaux, dégradé nos biens et entravé physiquement le travail d'autres employés de Google. Leur comportement était inacceptable, extrêmement perturbateur et a fait en sorte que les collègues se sentent menacés », a écrit Rackow dans le mémo obtenu par le Post. Selon le rapport, le géant de Mountain View a licencié au total 28 employés après l'enquête.

    Nom : 4533.png
Affichages : 4700
Taille : 392,6 Ko

    Les employés qui ont manifesté mardi demandaient la condamnation d'Israël et la suspension du projet Nimbus de 1,2 milliard de dollars. Selon les rapports, quelques heures le début du sit-in, la sécurité de Google a commencé à accuser les employés d'intrusion et de perturbation du travail, ce qui a incité certains à partir. D'autres, en revanche, ont juré de rester jusqu'à ce qu'ils soient forcés de quitter les lieux. Neuf employés ont été arrêtés mardi pour violation de propriété. À Sunnyvale, les manifestants sont restés assis dans le bureau du directeur de Google Cloud pendant plus de neuf heures jusqu'à ce que la police les arrête.

    Ils portaient des t-shirts sur lesquels on pouvait lire "Googler against genocide" et ont écrit des revendications sur le tableau blanc de Kurian. Selon les rapports, cinq travailleurs de Sunnyvale et quatre de New York auraient été arrêtés mardi. Rackow a déclaré que leur comportement était inacceptable. Voici ci-dessous une transcription de l'intégralité de son mémo :

    Citation Envoyé par Chris Rackow

    Googlers,

    Vous avez peut-être entendu parler de manifestations dans certains de nos bureaux hier. Malheureusement, un certain nombre d'employés ont fait entrer l'événement dans nos bâtiments de New York et de Sunnyvale. Ils ont occupé des bureaux, dégradé nos biens et entravé physiquement le travail d'autres Googlers. Leur comportement était inacceptable, extrêmement perturbateur, et leurs collègues se sont sentis menacés.

    Nous enquêtons sur les employés concernés et leur avons coupé l'accès à nos systèmes. Ceux qui ont refusé de partir ont été arrêtés par les forces de l'ordre et expulsés de nos bureaux. À l'issue de l'enquête, nous avons mis fin aujourd'hui à l'emploi de vingt-huit employés impliqués. Nous poursuivrons notre enquête et prendrons les mesures qui s'imposent.

    Un tel comportement n'a pas sa place sur notre lieu de travail et nous ne le tolérerons pas. Il viole clairement plusieurs politiques auxquelles tous les employés doivent adhérer, notamment notre code de conduite et notre politique en matière de harcèlement, de discrimination, de représailles, de normes de conduite et de préoccupations sur le lieu de travail.
    Le projet Nimbus est un accord tripartite centre Google, Amazon et l'Israël signé en 2021. Il vise à fournir à l'État hébreu des outils d'IA et des services de cloud computing. Selon les termes de l'accord, Google et Amazon devront mettre en place des sites de cloud locaux en Israël avec un investissement initial de 4 milliards de shekels (1,2 milliard de dollars). Ces sites conserveront les informations à l'intérieur des frontières d'Israël selon des directives de sécurité strictes. Lors de la signature du contrat, le gouvernement israélien a expliqué que le projet Nimbus est un projet phare pluriannuel qui se déroulera en quatre phases.

    Cependant, depuis le début, le projet est vivement contesté par un groupe d'employés de Google. Mardi, les employés de Google ont organisé des sit-in et des manifestations dans les bureaux de l'entreprise à New York et à Sunnyvale, en Californie, y compris un sit-in retransmis en direct devant le bureau du PDG de Google Cloud, Thomas Kurian. La protestation a été organisée par le groupe activiste "No Tech for Apartheid", qui a critiqué la réaction de Google à la guerre entre Israël et le Hamas. Le groupe demande à Google d'arrêter toute collaboration avec l'État hébreu et a dénoncé mardi l'arrestation des neuf manifestants.

    Il a publié plusieurs vidéos et a diffusé en direct les manifestations sur son compte X, y compris le moment exact où les employés ont reçu les derniers avertissements et ont été arrêtés par la police. Un porte-parole de la police de New York a déclaré que la manifestation de mardi impliquait environ 50 participants au total et a confirmé que quatre arrestations ont été effectuées. Le département de la sécurité publique de Sunnyvale a déclaré que la manifestation en Californie a regroupé environ 80 participants". Selon les rapports, cinq travailleurs de Sunnyvale et quatre de New York ont été arrêtés lors des manifestations.


    Les manifestants semblent avoir été relâchés aussitôt. Il n'est pas très clair si les neuf employés arrêtés faisaient partie des personnes licenciées. Google avait auparavant suspendu les contrats de travail des employés arrêtés et leur avait coupé l'accès aux systèmes internes. Le mois dernier, l'entreprise a licencié un ingénieur logiciel qui avait publiquement critiqué le directeur général des activités de Google en Israël en déclarant : « je refuse de construire une technologie qui favorise le génocide ». De nombreux autres employés de Google affirment avoir été poussés vers la sortie après avoir critiqué le contrat avec Israël.

    En août 2022, Ariel Koren, alors responsable marketing chez Google, a déclaré avoir été mise à la porte après s'être opposée au contrat de 1,2 milliard de dollars avec Israël. Commentant les manifestations de mardi, Koren a déclaré à CNBC : « je pense que ce qui s'est passé hier est la preuve que les tentatives de Google visant à supprimer toutes les voix d'opposition à ce contrat non seulement ne fonctionnent pas, mais ont en fait l'effet inverse. Cela ne fait que créer plus d'agitation, plus de colère et plus d'engagements ». Koren a vivement protesté contre le projet Nimbus depuis la signature du contrat en 2021.

    Les critiques des employés de la technologie envers le gouvernement israélien se sont intensifiés en raison l'assaut israélien en cours sur Gaza. Depuis qu'une attaque terroriste du Hamas a tué environ 1 100 Israéliens le 7 octobre 2023, l'assaut des forces de défense israéliennes a tué plus de 34 000 Palestiniens. Dans une lettre ouverte publiée en novembre, un groupe d'employé de Google a dénoncé un parti pris interne qui favorise Israël et condamne souvent le sort des Palestiniens. Les travailleurs dénoncent des préjugés pro-israéliens qui empêchent de critiquer les actions d'Israël, souvent sous peine de représailles.

    Les détracteurs du projet Nimbus craignent que la technologie soit utilisée comme arme contre les Palestiniens de Gaza. Dans une déclaration partagée par Jane Chung, porte-parole du groupe "No Tech For Apartheid", les travailleurs concernés ont critiqué Google pour ces licenciements. « Ce soir, Google a licencié sans discernement 28 travailleurs, y compris ceux d'entre nous qui n'ont pas participé directement aux sit-in de protestation historiques de 10 heures qui ont eu lieu hier dans les deux pays », indique le communiqué. Les critiques du projet accusent les cadres de Google d'ignorer le calvaire des Palestiniens.

    Le communiqué poursuit : « cet acte flagrant de représailles indique clairement que Google accorde plus d'importance à son contrat de 1,2 milliard de dollars avec le gouvernement et l'armée génocidaires d'Israël qu'à ses propres travailleurs, ceux qui créent une valeur réelle pour les dirigeants et les actionnaires. Sundar Pichai et Thomas Kurian profitent du génocide. Nous ne pouvons pas comprendre comment ces hommes peuvent dormir la nuit alors que leur technologie a été à la base de 100 000 Palestiniens tués, portés disparus ou blessés au cours des six derniers mois du génocide israélien ; et ce n'est pas fini ».

    Source : mémo du vice-président de la sécurité mondiale de Google, Chris Rackow

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des mesures de représailles prises par Google contre ces 28 manifestants ?
    Ces licenciements sont-ils justifiés ? Sont-ils de nature à dissuader toute protestation contre le projet Nimbus ?
    Que pensez-vous du projet Nimbus qui vise à fournir des services de cloud computing et d'IA au gouvernement et à l'armée israéliens ?
    Un employé est-il contraint de travailler sur le projet de son employeur même s'il pense que cela pourrait être préjudiciable à certains groupes de personnes ?
    Peut-il protester contre le projet et demander son annulation ou doit-il simplement démissionner ?

    Voir aussi

    Des employés de Google arrêtés alors qu'ils manifestaient contre le contrat cloud de 1,2 milliard de dollars conclu avec le gouvernement israélien et leurs contrats de travail ont été suspendus

    Une employée de Google affirme avoir été mise à la porte après s'être opposée à un contrat cloud de 1,2 milliard de dollars avec Israël, elle aurait subi des représailles de la part de l'entreprise

    Des employés de Google critiquent les préjugés pro-israéliens dans une lettre ouverte et appellent à la suspension du projet IA Cloud Nimbus d'1,2 milliards de $ avec l'armée israélienne

  20. #20
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    Juin 2022
    Messages
    263
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2022
    Messages : 263
    Points : 908
    Points
    908
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Google licencie 28 employés ayant participé à une protestation contre un contrat de 1,2 Md $ visant à fournir des services cloud et d'IA à Israël, ils auraient violé les règles de l'entreprise
    Google qui propose ses services a Israel, c'est comme si Google proposait Starlink à la Russie.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 21/03/2022, 17h33
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 23/12/2020, 13h32
  3. Réponses: 5
    Dernier message: 31/05/2019, 20h26
  4. Réponses: 3
    Dernier message: 22/05/2018, 21h31
  5. Réponses: 67
    Dernier message: 28/05/2015, 15h22

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo