IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 299
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 299
    Points : 175 408
    Points
    175 408
    Par défaut Meta licencie un ingénieur logiciel deux jours après son déménagement de l'Inde au Canada
    Les employés de Facebook se préparent à des suppressions d'emplois allant jusqu'à 10% des effectifs,
    tandis que l'entreprise nie en bloc : « nous n'avons aucun plan de licenciement pour le moment »

    Les employés de Meta se préparent à des suppressions d'emplois après que de récents commentaires de dirigeants ont suggéré que l'entreprise prévoyait d'augmenter considérablement les attentes de performance et de « pousser vers la sortie » quiconque n'a pas réussi. La chef des ressources humaines de Meta, Lori Goler, a envoyé une note plus tôt ce mois-ci suggérant des réductions d'effectifs aux employés qui ne pouvaient pas répondre aux attentes alors que l'entreprise commençait à fonctionner avec « une intensité accrue », a appris Insider. Goler a ajouté que le licenciement des employés peu performants hors de Meta était la « bonne chose à faire ».

    Les réductions d'effectifs pourraient atteindre 10% cette année, a déclaré une personne connaissant les conversations au niveau des directeurs.

    « Ils n'ont pas encore commencé », a déclaré un employé à Insider à propos des licenciements, « mais ils arrivent ».

    Un autre employé a décrit le sentiment d'une « chasse aux sorcières » planant au travail dans laquelle les responsables de l'ingénierie semblent chercher des personnes à renvoyer alors qu'ils mentionnent soudainement et fréquemment les attentes de performance dans les messages d'équipe.

    Un autre employé a déclaré que Meta lui avait récemment fait une « offre de quitter » l'entreprise, essentiellement une indemnité de départ négociée. Cette personne a accepté la proposition, au lieu d'attendre d'être licencié plus tard cette année.

    Les personnes qui ont parlé avec Insider ont demandé à ne pas être identifiées car elles n'étaient pas autorisées à parler publiquement de l'entreprise. Leurs identités sont connues d'Insider.

    « Nous n'avons aucun plan de licenciement pour le moment », a déclaré un porte-parole de Meta. « Toute entreprise qui souhaite avoir un impact durable doit pratiquer une hiérarchisation disciplinée et travailler avec une grande intensité pour atteindre ses objectifs », a ajouté le porte-parole. « Les rapports sur ces efforts sont cohérents avec cette orientation et ce que nous avons déjà partagé publiquement sur notre style de fonctionnement ».

    Selon un employé qui a consulté le mémo, le mémo de Goler invitait les managers à constituer des équipes performantes, à hiérarchiser impitoyablement et à tirer le meilleur parti du temps synchrone et asynchrone avec les équipes.

    Les employés et les investisseurs obtiendront plus d'indices sur la santé des activités de Facebook lorsqu'il publiera ses performances financières du deuxième trimestre mercredi. Les actions technologiques ont connu un ralentissement généralisé au milieu de l'inflation et des craintes d'une récession. L'action de Facebook a chuté de 40% en seulement six mois alors qu'elle fait face à des défis publicitaires lancés par les changements de confidentialité d'Apple et approfondis par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Son segment métavers a perdu 10 milliards de dollars en un an.

    Facebook, qui a changé l'année dernière son nom en Meta Platforms, a embauché de manière agressive au cours des deux dernières années. Facebook disposait de plus de 78 000 employés en mars, soit une augmentation d'environ 30 % par rapport à l'année précédente. L'entreprise voulait répondre à la demande des consommateurs dans le contexte de la pandémie et se refaire une image en tant qu'entreprise construisant « le métavers », un monde numérique immersif que Mark Zuckerberg considère comme l'avenir (même lointain) d'Internet et de son entreprise.

    En 2020, Facebook a lancé un programme « d'attentes ajustées », permettant des mesures et des objectifs de performance plus flexibles. Les employés pourraient même choisir de fixer leurs propres objectifs en dessous des attentes pré-pandémiques. Mais à mesure que le boom de la pandémie s'estompe, l'entreprise s'éloigne de cette flexibilité.

    Les employés de Meta ont précédemment déclaré qu'ils s'attendaient à des licenciements début mai après que l'entreprise a mis en place un gel partiel des embauches et un ralentissement des embauches à l'échelle de l'entreprise, a d'abord rapporté Insider.

    Le directeur financier de la société, David Wehner, a écrit dans une note de service sur le gel des emplois permettrait à la société de « redéfinir les priorités du travail » et de « revoir l'affectation des effectifs ». C'était peu de temps après que Zuckerberg ait mentionné publiquement son sentiment que moins d'employés chez Facebook en feraient « une meilleure entreprise ».

    À la fin du mois dernier, Zuckerberg a déclaré lors d'une séance de questions-réponses hebdomadaire que l'entreprise fixerait des « objectifs plus agressifs » dans le but d'éliminer les employés qui ne pourraient pas les atteindre. À peu près au même moment, Chris Cox, directeur des produits de Facebook, a envoyé une note indiquant que l'entreprise utiliserait « des équipes d'exécution plus légères, plus combatives et plus performantes ».

    Il y a deux semaines, le responsable de l'ingénierie de Facebook, Maher Saba, a demandé à tous les managers dans un message interne de compiler les noms des personnes de leurs équipes considérées comme peu performantes, voire même avec des performances « stagnantes », à soumettre à l'entreprise pour examen, puis à les mettre sur un plan de performances. Saba a ajouté que le processus « évoluerait pour faire sortir les personnes incapables de se mettre sur la bonne voie ». « Si un subordonné direct a des performances stagnantes ou est peu performant, ce n'est pas ce dont nous avons besoin; il laisse tomber cette entreprise », a déclaré Saba. « En tant que manager, vous ne pouvez pas permettre à quelqu'un d'être un élément neutre ou négatif pour Meta ».

    Lors des prochains résultats de Meta, Brian Nowak, un analyste de premier plan chez Morgan Stanley, a déclaré qu'il s'attendait à une nouvelle révision des revenus de Facebook, estimant que la société atteindrait environ 120 milliards de dollars de revenus cette année, contre une estimation précédente de 125 milliards de dollars. Mais il s'attend à ce que le rival de la société TikTok, Reels, commence à gagner du terrain, avec un chiffre d'affaires qui doublera l'année prochaine pour atteindre 2,6 milliards de dollars, a-t-il ajouté.

    Le meilleur espoir jusqu'à présent est que le deuxième trimestre « soit la marche la plus basse » du récent manque de croissance des utilisateurs et des revenus de Facebook, a déclaré Mark Shmulik, analyste chez Bernstein, dans une note. « Les attentes pour Meta se sont tempérées », a-t-il ajouté.

    Nom : meta.png
Affichages : 1602
Taille : 11,2 Ko

    Douzième meilleur lieu de travail pour développer sa carrière aux USA, selon LinkedIn

    LinkedIn a publié une liste des 50 meilleures entreprises aux USA pour développer sa carrière.

    Citation Envoyé par LinkedIn
    Le monde du travail continue de se transformer sous nos yeux. Alors que les professionnels ont changé d'emploi à un rythme sans précédent en 2021, les entreprises ont dû intensifier leurs efforts pour attirer et retenir les talents, qu'il s'agisse d'offrir plus d'opportunités d'être promus et d'acquérir de nouvelles compétences ou d'augmenter la flexibilité. Ces changements ont mis les employés et les demandeurs d'emploi aux commandes, les incitant à repenser ce qu'ils attendent d'un employeur aujourd'hui.

    Notre liste LinkedIn Top Companies 2022 est le 6e classement annuel des 50 meilleurs lieux de travail pour développer votre carrière, le tout basé sur des données LinkedIn uniques. Ce sont les entreprises qui offrent la stabilité dans notre monde du travail en constante évolution - celles qui non seulement attirent les travailleurs, mais les retiennent.

    Pour établir le classement de cette année, nous avons examiné les données de LinkedIn sur sept piliers, chacun révélant un élément important de la progression de carrière*: capacité à progresser, développement des compétences, stabilité de l'entreprise, opportunité externe, affinité avec l'entreprise, diversité des genres et diversité des formations. Vous pouvez en savoir plus sur notre méthodologie au bas de cet article.

    Cette liste est censée être une ressource pour vous, guidant les professionnels à chaque étape - qu'il s'agisse d'un changement de carrière, d'un retour sur le marché du travail après une interruption ou d'un investissement dans de nouvelles compétences. Dans chaque entreprise, vous trouverez des informations sur les rôles et les compétences recherchés, les meilleurs emplacements et bien plus encore. Vous pouvez également explorer les emplois ouverts (dont beaucoup sont des postes à distance) et les personnes que vous connaissez peut-être dans l'entreprise. Si une entreprise attire votre attention, suivez sa page d'entreprise et/ou activez les alertes d'emploi pour rester au courant des opportunités futures.
    Amazon s'est classé n°1 sur la liste, suivi d'Alphabet (la société mère de Google) et de Wells Fargo. IBM s'est contenté de la sixième place et Apple de la neuvième. Meta est arrivé en douzième position.

    Source : Insider

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de la situation ?
    Position méritée dans le classement de LinkedIn pour Meta selon vous à la lumière de ces éléments ? Dans quelle mesure ?
    Des situations comme celle-ci remettent-elles en question la pertinence de ce type de classement ? Pourquoi ?

    Voir aussi :

    Alphabet, maison-mère de Google, ralentira l'embauche et les investissements dès le second semestre 2022, évoquant les « perspectives économiques mondiales incertaines »
    Microsoft aurait licencié des employés dans le cadre d'un ajustement structurel, de nouvelles embauches seraient prévues
    Brad Smith de Microsoft : les entreprises américaines traversent une « nouvelle période » au cours de laquelle moins de personnes entrent sur le marché du travail
    Trouver un bon job 2022 ? Amazon, Alphabet, IBM et Apple seraient les meilleures sociétés pour travailler dans la tech, d'après une étude de LinkedIn
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 733
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 733
    Points : 59 092
    Points
    59 092
    Par défaut Mark Zuckerberg déclare que Meta va "réduire progressivement" le nombre de ses employés en 2023
    Mark Zuckerberg déclare que Meta va "réduire progressivement" le nombre de ses employés au cours de l'année prochaine
    pour faire face à la baisse des revenus de l'entreprise

    La croissance de Meta ralentit depuis un peu d'un an maintenant et les employés de l'entreprise risquent de fondre sous la pression. Le PDG de Meta Mark Zuckerberg a annoncé mercredi que l'entreprise prévoit de réduire le nombre de ses employés au cours de l'année prochaine, affirmant qu'il s'attend à ce que Meta fasse "plus de choses" avec moins de moyens à l'avenir. Cette suppression d'emploi devrait se dérouler "progressivement" selon les mots du PDG et pourrait atteindre jusqu'à 10 % des effectifs. Auparavant, Mark Zuckerberg avait nié que Meta prévoyait des licenciements pour faire face à la crise.

    La suppression d'emplois semble prendre de l'ampleur dans le secteur de la technologie, même si de nombreux rapports continuent de faire état d'une pénurie de talents technologiques. Et alors que les grandes entreprises technologiques licencient des employés et gèlent les embauches, Zuckerberg a déclaré que le plan de Meta était de réduire progressivement la croissance de ses effectifs au cours de l'année prochaine. Lors de l'annonce des résultats du deuxième trimestre 2022 de Meta, Zuckerberg a admis que l'entreprise est entrée dans une phase de ralentissement économique qui aura un large impact sur le secteur de la publicité numérique.

    « C'est une période qui demande plus d'intensité et je m'attends à ce que nous fassions plus avec moins de ressources. Je pense que nous traverserons cette période en étant une entreprise plus forte et plus disciplinée », a déclaré Zuckerberg lors de la conférence téléphonique mercredi. Ces licenciements permettraient à Meta de transférer l'énergie vers d'autres domaines de l'entreprise. « Je veux donner à nos dirigeants la possibilité de décider au sein de leurs équipes où il faut doubler les effectifs, où il faut compenser l'attrition et où il faut restructurer les équipes tout en minimisant l'impact sur les initiatives à long terme », a-t-il déclaré.

    Nom : im-451336.jpg
Affichages : 5547
Taille : 71,5 Ko

    Meta a enregistré une baisse de 1 % de son chiffre d'affaires, qui s'est établi à 28,8 milliards de dollars au deuxième trimestre. Les actions ont chuté de 3,8 % dans des échanges prolongés mercredi en fin de journée. Dans l'ensemble, le bénéfice de Meta a chuté de 36 % pour atteindre 6,7 milliards de dollars au cours du trimestre qui vient de prendre fin. Zuckerberg a déclaré que l'entreprise a embauché beaucoup de personnes plus tôt cette année, ce qui signifie que sa croissance de l'effectif d'une année sur l'autre rapportée sera encore substantielle pour les prochains trimestres, "mais elle devrait continuer à diminuer au fil du temps".

    Meta a dû faire face à divers obstacles ces derniers temps. La société constate une baisse de l'utilisation de son application principale Facebook et doit faire face à une concurrence massive avec la croissance de TikTok. La base d'utilisateurs actifs quotidiens de Facebook serait tombée à 1,957 milliard d'utilisateurs, contre 1,96 milliard il y a trois mois. Il s'agit de la plus forte baisse d'utilisateurs quotidiens jamais enregistrée par Facebook et seulement la deuxième fois que ce chiffre recule. Afin de faire face à la concurrence agressive de TikTok, Zuckerberg compte sur Reels, l'offre de vidéos courtes intégrée à Instagram depuis l'année dernière.

    Toutefois, les changements successifs apportés à Instagram ne sont pas du goût de ses utilisateurs populaires, qui dénoncent une forte ressemblance avec le concurrent. Cette semaine, les influenceuses Kim Kardashian et Kylie Jenner ont posté une image sur laquelle on pouvait lire "Make Instagram Instagram Again" et "stop trying to be TikTok". L'image avait plus de 1,9 million de likes mardi. De nombreux autres utilisateurs ont également exprimé leurs mécontentements face à ces changements. Le responsable d'Instagram, Adam Mosseri, a abordé le sujet mardi, en disant que de nombreuses fonctionnalités étaient encore en évolution.

    « Je dois être honnête, je crois vraiment que de plus en plus d'Instagram va devenir une vidéo au fil du temps », a déclaré Adam Mosseri, responsable d'Instagram. Cependant, les utilisateurs mécontents ont lancé une pétition en vue de contraindre Mark Zuckerberg et son équipe à renoncer à "transformer Instagram en un clone de TikTok". « Il n'y a pas besoin de compliquer les choses, nous voulons juste voir quand nos amis postent. La beauté d'Instagram était que c'était INSTANTANÉ. À l'aube de l'application, nous vivions tous dans l'instant, en voyant nos meilleurs moments en temps réel », indique la pétition qui compte plus de 216 784 signatures.

    Nom : xJDdlAawKVuAJNy-800x450-noPad.jpg
Affichages : 2037
Taille : 36,9 Ko

    À l'avenir, Meta consacrera davantage d'efforts au développement du métavers, de Reels et la reconstruction de son système publicitaire après qu'Apple a limité l'accès aux données des utilisateurs sur l'iPhone. Pour mémoire, les changements liés à la confidentialité introduits l'année dernière par l'iOS 14 ont fortement dégradé les capacités de ciblage publicitaire de Meta. La perte d'utilisateurs et la dégradation de son système publicitaire représentent de grands dangers pour Meta. L'entreprise devra rapidement trouver des solutions pour ne pas perdre ses annonceurs et des parts de marché dans un secteur de la publicité dominé par Google.

    « Les utilisateurs commencent à s'en lasser. Les utilisateurs se tournent définitivement vers d'autres plateformes ou s'engagent moins avec Facebook, et quand vous commencez à voir cela se produire en plus grande quantité, c'est là que les annonceurs commencent vraiment à s'en rendre compte », a déclaré Debra Aho Williamson, analyste au cabinet de recherche Insider Intelligence. Par ailleurs, Meta fait l'objet d'un procès de la part de la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis pour l'acquisition de Within, une startup de réalité virtuelle. L'acquisition fait partie du plan de Meta pour construire le métavers.

    Zuckerberg considère le métavers comme l'avenir d'Internet et de son entreprise. Mais c'est loin d'être rentable. Le secteur vient de perdre environ 2,8 milliards de dollars supplémentaires, et Zuckerberg a répété à plusieurs reprises que le métavers ne sera probablement pas rentable avant la fin de la décennie, au plus tôt. Mais il reste confiant sur le fait que les investissements à long terme aideront Meta à sortir de la crise et à retrouver le chemin de croissance. « Dans cet environnement, nous nous concentrons sur les investissements à long terme qui nous permettront d'être plus forts à la sortie de la crise », a-t-il déclaré mercredi.

    Zuckerberg a déclaré que les choses prendront un peu plus de temps que prévu. « Compte tenu de la trajectoire récente des revenus, nous ralentissons le rythme de ces investissements et repoussons à plus tard certaines dépenses qui auraient dû être effectuées au cours de l'année ou des deux années suivantes », a-t-il déclaré. Ainsi, plusieurs signaux laissent entrevoir que le trimestre prochain pourrait également être marqué par une baisse du chiffre d'affaires.

    Meta lui-même prévoit une croissance nulle dans la fourchette haute des prévisions présentées dans son rapport trimestriel. Plusieurs grandes entreprises technologiques comme Microsoft, Google, Snap, Twitter, Spotify et d'autres ont soit réduit leurs effectifs, soit gelé les embauches pour le reste de l'année.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous du plan de Meta visant à réduire ses effectifs pour amortir les impacts de la crise ?
    Pensez-vous que Reels permettra à Meta de concurrencer TikTok alors que les utilisateurs rejettent les changements ?
    Selon vous, qu'est-ce qui pourrait expliquer les suppressions d'emplois et l'arrêt des embauches qui s'observent dans le secteur technologique ?

    Voir aussi

    Alors que Zuckerberg mise sur les vidéos de type TikTok, Meta se dirige vers la première baisse de revenus de son histoire, et une nouvelle baisse d'utilisateurs quotidiens de Facebook

    Facebook lance Instagram Reels, un concurrent de TikTok, la fonctionnalité est désormais disponible dans une cinquantaine de pays

    Facebook et ses annonceurs paniquent alors que la majorité des utilisateurs d'iPhone choisissent de ne pas être suivis, seuls 25 % des utilisateurs acceptent le suivi

    Facebook perd des utilisateurs pour la première fois de son histoire, ce qui a fait plonger son action de près de 20 %

    Comment Apple a réussi à se jouer de Facebook ? La mise à jour iOS 14.5 d'Apple aurait déclenché un effondrement imparable de la capacité de Facebook à collecter les données
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    474
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 474
    Points : 1 643
    Points
    1 643
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    Et vous ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Citation Envoyé par LAROUSSE
    girouette
    nom féminin
    (ancien scandinave vedrviti, avec influence de l'ancien français girer, tourner)
    1. Instrument muni d'une flèche, mobile sur un pivot, placé au sommet d'un édifice pour indiquer la direction du vent.
    2. Familier. Personne changeante, inconstante, versatile dans ses opinions ou ses avis : Une girouette politique.
    26 juillet : Les employés de Facebook se préparent à des suppressions d'emplois allant jusqu'à 10% des effectifs, Tandis que l'entreprise nie en bloc : « nous n'avons aucun plan de licenciement pour le moment »
    28 juillet : Mark Zuckerberg déclare que Meta va "réduire progressivement" le nombre de ses employés au cours de l'année prochaine

  4. #4
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 733
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 733
    Points : 59 092
    Points
    59 092
    Par défaut Meta annonce le gel des embauches et prévient les employés qu'il y aura restructuration
    Meta annonce le gel des embauches et prévient les employés qu'il y aura restructuration
    l'entreprise essaie de réduire les coûts dans un contexte de baisse de la croissance et des revenus

    Meta Platforms inc., le propriétaire de Facebook, WhatsApp et Instagram, a déclaré qu'il allait geler les embauches et restructurer certaines équipes dans le but de réduire les coûts et de modifier les priorités. L'entreprise a également prévenu les employés que d'autres réductions d'effectifs étaient à prévoir. Ces annonces montrent comment Meta répond à une baisse de ses revenus causée par le ralentissement de l'économie mondiale et les changements de suivi publicitaire d'Apple. Le cours de l'action de Meta a chuté de plus de la moitié cette année. L'entreprise avait prévenu fin juillet qu'elle réduirait progressivement ses effectifs au cours de l'année prochaine.

    Mark Zuckerberg, PDG de Meta, a annoncé jeudi le gel des embauches par la société lors d'une session hebdomadaire de questions-réponses avec les employés. Il a ajouté que l'entreprise réduirait les budgets dans la plupart des équipes, même celles qui sont en pleine croissance, et que les équipes individuelles détermineraient comment gérer les changements d'effectifs, que ce soit en ne remplissant pas les rôles que les employés quittent, en transférant des personnes vers d'autres équipes ou en travaillant à "gérer les personnes qui ne réussissent pas". Zuckerberg avait déjà annoncé une "période intense" qui pourrait durer jusqu'à deux ans.

    « J'avais espéré que l'économie se serait plus clairement stabilisée à l'heure actuelle, mais d'après ce que nous voyons, ce n'est pas encore le cas. Nous voulons donc planifier de manière quelque peu conservatrice », a déclaré Zuckerberg à ses employés. La société de médias sociaux avait réduit ses plans d'embauche d'ingénieurs d'au moins 30 % cette année. Et selon les analystes de Wall Street, les nouvelles réductions de coûts et le gel des embauches de Meta sont l'aveu le plus brutal du ralentissement de la croissance des revenus publicitaires, dans un contexte de concurrence croissante pour attirer l'attention des utilisateurs.

    Nom : im-451336.jpg
Affichages : 1611
Taille : 71,5 Ko

    Meta a déclaré plus tôt cette année qu'elle prévoyait de ralentir le recrutement pour certains postes de direction et qu'elle avait reporté l'attribution de postes à temps plein aux stagiaires d'été. « Ce gel était nécessaire parce que nous voulons nous assurer assurer que nous n'ajoutons pas de personnes à des équipes où nous ne nous attendons pas à avoir des rôles l'année prochaine », a expliqué Zuckerberg. Meta a refusé de commenter la situation. La société a fait référence à l'avertissement de Zuckerberg concernant la réduction des effectifs au cours de l'année prochaine lors de la conférence téléphonique sur les résultats du deuxième trimestre.

    Fin juillet, Zuckerberg a déclaré que le plan de Meta était de réduire progressivement la croissance de ses effectifs au cours de l'année prochaine. Le PDG a admis que l'entreprise est entrée dans une phase de ralentissement économique qui aura un large impact sur le secteur de la publicité numérique. Lors de la conférence téléphonique sur les résultats du deuxième trimestre, Zuckerberg a déclaré aux investisseurs : « c'est une période qui demande plus d'intensité et je m'attends à ce que nous fassions plus avec moins de ressources. Je pense que nous traverserons cette période en étant une entreprise plus forte et plus disciplinée ».

    Selon lui, ces licenciements devraient permettre à Meta de transférer l'énergie vers d'autres domaines de l'entreprise. « Je veux donner à nos dirigeants la possibilité de décider au sein de leurs équipes où il faut doubler les effectifs, où il faut compenser l'attrition et où il faut restructurer les équipes tout en minimisant l'impact sur les initiatives à long terme », a-t-il expliqué. Zuckerberg a également déclaré que les employés pourraient aider à ce que le processus aille vite. Il a laissé entendre qu'il y a tas de personnes qui n'ont pas leur place au sein de Meta et que ces dernières devraient "s'auto-identifier et ensuite demander à partir".

    Il a déclaré : « de manière réaliste, il y a probablement un tas de personnes dans l'entreprise qui ne devraient pas être là. Et mon espoir, en augmentant les attentes, en fixant des objectifs plus agressifs et en faisant monter un peu la pression, est que certains d'entre vous puissent dire que cet endroit n'est pas pour eux. Et cette autosélection est acceptable ». Zuckerberg a déclaré que l'entreprise serait "un peu plus petite" à la fin de 2023. Jeudi, il a ajouté que Meta a connu une croissance rapide chaque année pendant ses 18 premières années, mais que récemment, les revenus ont été légèrement en baisse pour la première fois.

    Meta a enregistré une baisse de 1 % de son chiffre d'affaires, qui s'est établi à 28,8 milliards de dollars au deuxième trimestre. Les actions ont chuté de 3,8 % dans des échanges prolongés mercredi en fin de journée. Dans l'ensemble, le bénéfice de Meta a chuté de 36 % pour atteindre 6,7 milliards de dollars au cours du trimestre qui a pris fin en juin. Zuckerberg a déclaré que Meta a embauché beaucoup de personnes plus tôt cette année, ce qui signifie que sa croissance de l'effectif d'une année sur l'autre rapportée sera encore substantielle pour les prochains trimestres, "mais elle devrait continuer à diminuer au fil du temps".

    Meta a dû faire face à divers obstacles ces derniers temps. La société constate une baisse de l'utilisation de son application principale Facebook et doit faire face à une concurrence massive avec la croissance de TikTok. La base d'utilisateurs actifs quotidiens de Facebook serait tombée à 1,957 milliards d'utilisateurs, contre 1,96 milliard il y a trois mois. Il s'agit de la plus forte baisse d'utilisateurs quotidiens jamais enregistrée par Facebook et seulement la deuxième fois que ce chiffre recule. Afin de faire face à la concurrence agressive de TikTok, Zuckerberg compte sur Reels, l'offre de vidéos courtes intégrée à Instagram depuis l'année dernière.

    Cela dit, les changements successifs apportés à Instagram ne sont pas du goût de ses utilisateurs populaires, qui dénoncent une forte ressemblance avec le concurrent. En juillet, les influenceuses Kim Kardashian et Kylie Jenner ont posté une image sur laquelle on pouvait lire "Make Instagram Instagram Again" et "stop trying to be TikTok". L'image avait plus des millions de "likes" depuis. De nombreux autres utilisateurs ont également exprimé leurs mécontentements face à ces changements. Le responsable d'Instagram, Adam Mosseri, a abordé le sujet cet été, en disant que de nombreuses fonctionnalités étaient encore en évolution.

    À l'avenir, Meta consacrera davantage d'efforts au développement du métavers, de Reels et la reconstruction de son système publicitaire après qu'Apple a limité l'accès aux données des utilisateurs sur l'iPhone. Pour mémoire, les changements liés à la confidentialité introduits l'année dernière par l'iOS 14 ont fortement dégradé les capacités de ciblage publicitaire de Meta. La perte d'utilisateurs et la dégradation de son système publicitaire représentent de grands dangers pour Meta. L'entreprise devra rapidement trouver des solutions pour ne pas perdre ses annonceurs et des parts de marché dans un secteur de la publicité dominé par Google.

    « Les utilisateurs commencent à s'en lasser. Les utilisateurs se tournent définitivement vers d'autres plateformes ou s'engagent moins avec Facebook, et quand vous commencez à voir cela se produire en plus grande quantité, c'est là que les annonceurs commencent vraiment à s'en rendre compte », a déclaré Debra Aho Williamson, analyste au cabinet de recherche Insider Intelligence. Par ailleurs, Meta fait l'objet d'un procès de la part de la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis pour l'acquisition de Within, une startup de réalité virtuelle. L'acquisition fait partie du plan de Meta pour construire le métavers.

    Zuckerberg considère le métavers comme l'avenir d'Internet et de son entreprise. Mais c'est loin d'être rentable. Le secteur vient de perdre environ 2,8 milliards de dollars supplémentaires, et Zuckerberg a répété à plusieurs reprises que le métavers ne sera probablement pas rentable avant la fin de la décennie, au plus tôt. Mais il reste confiant sur le fait que les investissements à long terme aideront Meta à sortir de la crise et à retrouver le chemin de croissance. « Dans cet environnement, nous nous concentrons sur les investissements à long terme qui nous permettront d'être plus forts à la sortie de la crise », a-t-il déclaré.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Mark Zuckerberg déclare que Meta va "réduire progressivement" le nombre de ses employés au cours de l'année prochaine, pour faire face à la baisse des revenus de l'entreprise

    Alors que Zuckerberg mise sur les vidéos de type TikTok, Meta se dirige vers la première baisse de revenus de son histoire, et une nouvelle baisse d'utilisateurs quotidiens de Facebook

    Facebook perd des utilisateurs pour la première fois de son histoire, ce qui a fait plonger son action de près de 20 %

    Facebook lance Instagram Reels, un concurrent de TikTok, la fonctionnalité est désormais disponible dans une cinquantaine de pays

    Comment Apple a-t-elle réussi à se jouer de Facebook ? La mise à jour iOS 14.5 d'Apple aurait déclenché un effondrement imparable de la capacité de Facebook à collecter les données
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #5
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    avril 2021
    Messages
    163
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : avril 2021
    Messages : 163
    Points : 266
    Points
    266
    Par défaut
    J'ai une bonne idée de restructuration moi, virez Zuckerberg et ses lubies idiotes sur le metavers, ça ira beaucoup mieux.

  6. #6
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 299
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 299
    Points : 175 408
    Points
    175 408
    Par défaut Facebook aurait amorcé le licenciement de milliers d'employés par une série de « licenciements furtifs »
    Facebook aurait amorcé le licenciement de milliers d'employés par une série de « licenciements furtifs »,
    qui pourraient toucher jusqu'à 15% de l'ensemble de son personnel

    La suppression d'emplois semble prendre de l'ampleur dans le secteur de la technologie, même si de nombreux rapports continuent de faire état d'une pénurie de talents technologiques. Et alors que les grandes entreprises technologiques licencient des employés et gèlent les embauches, Zuckerberg a déclaré que le plan de Meta était de réduire progressivement la croissance de ses effectifs au cours de l'année prochaine. Lors de l'annonce des résultats du deuxième trimestre 2022 de Meta, Zuckerberg a admis que l'entreprise est entrée dans une phase de ralentissement économique qui aura un large impact sur le secteur de la publicité numérique.

    « C'est une période qui demande plus d'intensité et je m'attends à ce que nous fassions plus avec moins de ressources. Je pense que nous traverserons cette période en étant une entreprise plus forte et plus disciplinée », a déclaré Zuckerberg lors de la conférence téléphonique mercredi. Ces licenciements permettraient à Meta de transférer l'énergie vers d'autres domaines de l'entreprise. « Je veux donner à nos dirigeants la possibilité de décider au sein de leurs équipes où il faut doubler les effectifs, où il faut compenser l'attrition et où il faut restructurer les équipes tout en minimisant l'impact sur les initiatives à long terme », a-t-il déclaré.

    Selon un rapport du Wall Street Journal, Meta compte se servir d'une série de « licenciements furtifs » qui pourraient toucher jusqu'à 15% de l'ensemble du personnel de l'entreprise, soit environ 12 000 employés. En fait, le processus a même déjà commencé.

    Pourquoi « licenciement furtif » ? En fait, Meta et Google ont appris l'art du licenciement furtif : dire au personnel de choisir de nouveaux rôles après avoir réorganisé ou dissous des équipes, et faire trainer le processus de nouvelle candidature jusqu'à ce que certains se retrouvent sans emploi. Il s'agit toujours essentiellement d'un licenciement et il est moins susceptible d'attirer l'attention ou d'être largement rapporté. C'est comme IBM, Oracle et d'autres entreprises qui, dans le passé, ont fait de petites coupes progressives ici et là dans leurs ressources humaines pour faire passer un plan de licenciement global plus important sous le radar. Cela peut également laisser présager une plus grande élimination du personnel à un moment donné.

    Les problèmes de Meta sont bien connus, Facebook ayant rencontré cette année une baisse des revenus et des utilisateurs actifs quotidiens à un moment donné, tout en admettant qu'il a dépensé 10 milliards de dollars en investissement sur le métavers et que ses ventes publicitaires ont été considérablement affectées par la volonté d'Apple de laisser iOS les utilisateurs se désengagent du suivi en ligne. L'entreprise a également gonflé en taille pendant la pandémie, devenant sans doute moins maniable.

    Pousser subtilement les employés vers la porte

    Le directeur financier de la société, David Wehner, a écrit dans une note de service sur le gel des emplois permettrait à la société de « redéfinir les priorités du travail » et de « revoir l'affectation des effectifs ». C'était peu de temps après que Zuckerberg ait mentionné publiquement son sentiment que moins d'employés chez Facebook en feraient « une meilleure entreprise ».

    Cela a conduit à des décisions comme le démantèlement du Responsible Innovation Team. « L'équipe d'innovation responsable » de Meta, un groupe destiné à lutter contre les « dommages potentiels à la société » causés par les produits de Facebook, n'existe plus. L'équipe a été récemment « dissoute » bien que « la plupart » des membres seront intégrés à d'autres équipes de l'entreprise. Un porte-parole de Meta a déclaré que la société était « engagée envers les objectifs de l'équipe », mais n'a pas fourni de raison pour le changement de stratégie.

    Nom : RI.png
Affichages : 2433
Taille : 68,8 Ko

    Et c'est là que ces licenciements furtifs entrent en jeu.

    Meta a pour politique de donner aux employés (comme ceux de l'équipe d'innovation responsable) 30 jours pour trouver un nouveau poste dans l'entreprise, après quoi ils sont sans emploi s'ils n'ont pas obtenu de siège d'une manière ou d'une autre. Parce que les chouchous de la technologie comme Meta fixent généralement une barre d'embauche relativement élevée, il est supposé que le personnel est généralement assez intelligent pour garder et trouver une autre équipe quelque part.

    Selon les employés et les managers de Meta qui ont parlé au Wall Street Journal dans un rapport publié le 21 septembre, ce processus est assez typique, mais quelque chose a changé : alors qu'auparavant il était normal de trouver rapidement dans un nouveau rôle, « les travailleurs avec une bonne réputation et une forte les évaluations de performance sont régulièrement poussés vers la sortie ».

    Alors que des remaniements se produisaient auparavant chez Meta sans que trop de personnes perdent leur emploi, maintenant même les personnes compétentes et capables se voient montrer la porte, bien que cela se produise au compte-gouttes. Il est rapporté que Facebook veut réduire les coûts d'au moins 10%, ce qui signifie une réduction de l'emploi. Ce ne sont pas seulement les moins bons qui sont licenciés, mais aussi le personnel avec des compétences moyennes.

    Des licenciements qui pourraient toucher jusqu'à 15% du personnel de l'entreprise

    Les sources du Wall Street Journal allèguent que, peu de temps avant la séance de questions-réponses de l'entreprise où le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé un gel des embauches et un plan pour « gérer les employés qui ne réussissent pas », Zuckerberg a demandé aux managers d'étiqueter 15% des membres de leur équipe comme des personnes « ayant besoin d'assistance ».

    Selon le processus d'évaluation des employés de Facebook, toute personne ayant « besoin d'assistance » est ensuite soumise à ce que l'entreprise appelle un « plan d'amélioration des performances » (PAP). Bien que dans ce cas, les employés semblent croire que ce « plan d'amélioration des performances » se traduit en fait par « Vous êtes foutu ».

    « Ces 15% seront probablement mis sur le PAP et remerciés », aurait posté un employé de Facebook sur un forum anonyme appelé Blind, une application populaire dans la Silicon Valley. Une fois qu'ils sont sur le PAP, selon des sources, les employés auront alors 30 jours pour postuler à un autre poste dans l'entreprise ou simplement la quitter.

    Les managers sont également à risque – une source a affirmé qu'un certain nombre d'entre eux avaient déjà été dans le fameux PAP et invités à trouver de nouveaux emplois. « On dirait qu'ils passent à autre chose », a expliqué la source, « mais la réalité est qu'ils sont expulsés ».

    Mais alors que Zuckerberg veut clairement garder cette réduction massive des employés sous silence, les derniers trimestres de Meta sont quant à eux très bruyants. Les coups portés à son flux de revenus publicitaires ont causé des revers majeurs, tout comme son incapacité à concurrencer TikTok. Ailleurs, des milliards ont été versés dans la vision du métavers, qui n'a pratiquement rien à montrer de prometteur pour Meta pour l'instant.

    Fondamentalement, cela a été une mauvaise année et Facebook a beaucoup de leçons à tirer. Pourrions-nous suggérer, peut-être, de mettre Zuckerberg sur un plan d'amélioration des performances*? Il semblerait qu'il ait clairement besoin de soutien.

    Source : Wall Street Journal

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette stratégie visant à réorganiser ou dissoudre les équipes et laisser certains employés sur le carreau ?
    Partagez-vous l'idée selon laquelle il s'agit là d'un licenciement furtif ? Dans quelle mesure ?
    Qu'est-ce qui pourrait, selon vous, expliquer d'avoir recours à de telles méthodes ?
    L'avez-vous déjà vécu directement ou indirectement ?

    Voir aussi :

    Alphabet, maison-mère de Google, ralentira l'embauche et les investissements dès le second semestre 2022, évoquant les « perspectives économiques mondiales incertaines »
    Microsoft aurait licencié des employés dans le cadre d'un ajustement structurel, de nouvelles embauches seraient prévues
    Brad Smith de Microsoft : les entreprises américaines traversent une « nouvelle période » au cours de laquelle moins de personnes entrent sur le marché du travail
    Trouver un bon job 2022 ? Amazon, Alphabet, IBM et Apple seraient les meilleures sociétés pour travailler dans la tech, d'après une étude de LinkedIn
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #7
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2017
    Messages
    1 327
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2017
    Messages : 1 327
    Points : 4 587
    Points
    4 587
    Par défaut
    Des « licenciements furtifs » ???

    Joli qualificatif mais cela reste des licenciements!

    Qui au final ne servent à pas grand chose... Dans certains pays, les licenciements massifs (une certaine quantité de licenciement dans une période limitée) sont sanctionnés par la loi (il y a des règles contraignantes imposées aux employeurs) qu'ils soient "furtifs" ou non ne change rien à l'affaire.

  8. #8
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 733
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 733
    Points : 59 092
    Points
    59 092
    Par défaut Meta, la société mère de Facebook, s'apprêterait à notifier aux employés des licenciements à grande échelle
    Meta, la société mère de Facebook, s'apprêterait à notifier aux employés des licenciements à grande échelle cette semaine
    plusieurs milliers d'employés pourraient être impactés

    Meta est toujours dans la tourmente et les difficultés économiques semblent s'exacerber. Pour faire amortir le choc, la société de médias sociaux devrait annoncer cette semaine des licenciements massifs. Ces licenciements pourraient toucher "plusieurs milliers" d'employés et pourraient avoir lieu dès mercredi. En outre, cette mesure serait la première réduction importante des effectifs dans l'histoire de Meta, qui a annoncé à la fin du mois de septembre que l'entreprise comptait plus de 87 000 employés.

    Selon les sources, plusieurs milliers d'employés devraient être touchés, bien que cela soit moins important en pourcentage que les réductions d'effectifs chez Twitter la semaine dernière, qui ont touché environ la moitié du personnel de cette société. Un porte-parole de Meta a refusé de commenter, se référant à la récente déclaration du PDG Mark Zuckerberg selon laquelle "l'entreprise concentrera ses investissements sur un petit nombre de domaines de croissance hautement prioritaires". Il avait annoncé que Meta prévoyait de réduire le nombre d'employés au cours de l'année prochaine et de devenir une entreprise beaucoup plus petite en taille.

    « Cela signifie que certaines équipes vont croître de manière significative, mais que la plupart des autres équipes resteront stables ou diminueront au cours de l'année prochaine. Dans l'ensemble, nous prévoyons de terminer l'année 2023 avec une organisation de taille à peu près identique, voire légèrement plus petite qu'aujourd'hui », a-t-il déclaré lors de la conférence téléphonique sur les résultats du troisième trimestre de l'entreprise, le 26 octobre. En septembre, un rapport sur la situation avait suggéré que Meta prévoyait de réduire ses dépenses d'au moins 10 % dans les mois à venir, en partie par des réductions de personnel.

    Nom : iok.jpg
Affichages : 1558
Taille : 90,8 Ko

    Les réductions qui devraient être annoncées cette semaine font suite à plusieurs mois de réductions de personnel plus ciblées, au cours desquels les employés ont été gérés en dehors ou ont vu leurs rôles éliminés. Zuckerberg avait également dit que "les employés qui se sentaient de trop chez Meta devaient demander à partir". « Je pense que certains d'entre vous peuvent décider que cet endroit n'est pas pour eux, et cette autosélection me convient. De manière réaliste, il y a probablement un tas de personnes dans l'entreprise qui ne devraient pas être ici », a déclaré Zuckerberg aux employés lors d'une assemblée générale de Meta en juin.

    La société mère de Facebook a prévu un faible trimestre pour les fêtes de fin d'année et une augmentation significative des coûts l'année prochaine, ce qui réduirait la valeur boursière de Meta d'environ 67 milliards de dollars. La valeur de l'entreprise a déjà baissé de plus d'un demi-milliard de dollars cette année. Ces perspectives décevantes surviennent alors que Meta doit faire face au ralentissement de la croissance économique mondiale, à la concurrence de TikTok, aux nouvelles fonctions de protection de la vie privée de l'iPhone, aux préoccupations liées aux dépenses massives dans le métavers et à la menace omniprésente de la réglementation.

    Meta, comme d'autres géants de la technologie, a embauché à tour de bras pendant la pandémie, la vie et les affaires se déplaçant davantage en ligne. Il a ajouté plus de 27 000 employés en 2020 et 2021 combinés, et 15 344 autres au cours des neuf premiers mois de cette année, dont environ un quart au cours du dernier trimestre. Cela dit, l'action de Meta a chuté de plus de 70 % cette année. La société a souligné la détérioration des tendances macroéconomiques, mais les investisseurs ont également été effrayés par les dépenses et les menaces qui pèsent sur son activité principale de médias sociaux, dont la croissance commence à stagner.

    Dans une lettre ouverte adressée à Zuckerberg le mois dernier, Altimeter Capital Management, un des actionnaires de Meta, a déclaré que l'entreprise a invité la société rationaliser ses activités en supprimant des emplois et en réduisant ses dépenses d'investissement. Il a déclaré que Meta avait perdu la confiance des investisseurs en raison de l'augmentation de ses dépenses et de son orientation vers le métavers. Par ailleurs, d'autres sources ont rapporté que les dépenses de Meta ont également fortement augmenté ces dernières années, entraînant une baisse de 98 % de son flux de trésorerie disponible au cours du dernier trimestre.

    Une partie de ces dépenses est due à de lourds investissements dans la puissance de calcul et l'IA supplémentaires nécessaires pour poursuivre le développement de Reels - le concurrent de TikTok développé par Meta et intégré à Instagram - et pour cibler les publicités avec moins de données. Mais une grande partie des nouvelles dépenses de Meta est liée à Reality Labs, l'unité de Meta responsable des casques de réalité virtuelle et augmentée ainsi que de la création du métavers. Zuckerberg a présenté le métavers comme une constellation d'univers virtuels imbriqués dans lesquels les gens finiront par travailler, jouer, vivre et acheter.

    Cet effort a coûté à Meta 15 milliards de dollars depuis le début de l'année dernière. Mais malgré les investissements massifs dans la promotion de sa plateforme de réalité virtuelle, Horizon Worlds, les utilisateurs n'ont guère été impressionnés. Le mois passé, un rapport indiquait le nombre de visiteurs d'Horizon Worlds avait chuté au cours de l'année pour atteindre bien moins de 200 000 utilisateurs, soit environ la taille de Sioux Falls, dans le District de Columbia. « Je comprends que beaucoup de gens puissent être en désaccord avec cet investissement », a déclaré Zuckerberg aux analystes le mois dernier.

    « Mais je pense que les gens vont regarder en arrière dans des décennies et parler de l'importance du travail qui a été fait ici », a-t-il ajouté. Après cela, les analystes ont revu à la baisse leur notation de l'action de Meta et ont abaissé les objectifs de prix. « La feuille de route de la direction et la justification de cette stratégie ne trouvent pas d'écho auprès des investisseurs », ont déclaré les analystes de RBC Capital Markets dans une note le mois dernier.

    Plusieurs entreprises technologiques, dont Microsoft et Snap, ont supprimé des emplois et réduit leurs recrutements ces derniers mois, alors que la croissance économique mondiale ralentit en raison de la hausse des taux d'intérêt, de l'inflation et de la crise énergétique en Europe.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Voir aussi

    Meta / Facebook aurait amorcé le licenciement de milliers d'employés avec une série de « licenciements furtifs », qui pourraient toucher jusqu'à 15% de l'ensemble de son personnel

    « Trop d'employés, mais peu de travail » : Sundar Pichai et Mark Zuckerberg tirent la sonnette d'alarme, les deux PDG suggèrent que les résultats obtenus ne sont pas à la hauteur de leurs effectifs

    Meta annonce le gel des embauches et prévient les employés qu'il y aura restructuration, l'entreprise essaie de réduire les coûts dans un contexte de baisse de la croissance et des revenus

    Twitter fait l'objet d'un recours collectif pour des licenciements massifs d'employés sans un préavis de 60 jours comme l'exige la loi, les plaignants réclament le paiement des salaires dus
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #9
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 299
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 299
    Points : 175 408
    Points
    175 408
    Par défaut Mark Zuckerberg confirme que les licenciements chez Meta auront lieu mercredi matin
    Mark Zuckerberg confirme que les licenciements chez Meta auront lieu mercredi matin.
    La société mère de Facebook, WhatsApp et Instagram emboîte le pas à d'autres grandes entreprises technologiques

    Meta Platforms Inc commencera à licencier des employés mercredi matin, à l'heure américaine, a déclaré mardi le directeur général Mark Zuckerberg à des centaines de dirigeants. Zuckerberg est apparu abattu lors de la réunion de mardi et a déclaré qu'il était responsable des faux pas de l'entreprise et que son excès d'optimisme quant à la croissance avait conduit à un sureffectif, a ajouté le rapport, citant des personnes proches du dossier.

    Les employés spécifiques perdant leur emploi seront informés au cours de la matinée, selon le rapport. La responsable des ressources humaines de Meta, Lori Goler, a déclaré que les employés qui perdent leur emploi recevront au moins quatre mois de salaire à titre d'indemnité de départ.

    Meta a fait état de plus de 87 000 employés fin septembre.


    Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a confirmé aux dirigeants que l'entreprise commencerait à licencier des employés mercredi matin, a rapporté mardi le Wall Street Journal. Zuckerberg s'est adressé à des centaines de cadres de l'entreprise mardi matin, annonçant des réductions importantes des effectifs. Il a mentionné les équipes de recrutement et commerciales comme des groupes qui verraient des licenciements, selon le WSJ, ajoutant qu'une annonce interne des plans de licenciement de l'entreprise est attendue vers 6 heures du matin, heure de l'Est, mercredi.

    Zuckerberg a déclaré qu'il était responsable du ralentissement de l'entreprise, ont déclaré au journal des personnes proches de la réunion, avec un excès d'optimisme quant à la croissance conduisant à un sureffectif.

    La responsable des ressources humaines de Meta, Lori Goler, a déclaré que les employés qui perdraient leur emploi recevraient au moins quatre mois de salaire à titre d'indemnité de départ, a rapporté le WSJ, citant des personnes proches du dossier.

    Meta, la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, faisait état de plus de 87 000 employés fin septembre.

    L'industrie technologique a souffert d'un grave ralentissement ces derniers mois, après un pic de succès alors que le monde s'est replié sur lui pendant la pandémie. Un ralentissement économique mondial, la hausse des taux d'intérêt et les luttes réglementaires ont poussé des entreprises technologiques telles qu'Alphabet et Amazon à ralentir ou à arrêter l'embauche. Fin août, Snap a licencié 1 300 employés et réduit les investissements. Microsoft a licencié environ 1 000 employés dans plusieurs divisions en octobre, selon un rapport d'Axios. La semaine dernière, Twitter a licencié la moitié de ses effectifs à la suite du rachat de l'entreprise par Elon Musk pour 44 milliards de dollars.

    Meta a vu la confusion sur l'avenir de l'entreprise ces derniers mois, car sa plateforme phare Facebook perd de jeunes utilisateurs et elle fait face à des problèmes de revenus en raison des changements dans les politiques de confidentialité d'Apple. Pendant ce temps, les investisseurs ne semblent toujours pas convaincus par le pivot de l'entreprise vers le métavers.

    La dégringolade de Meta

    En février, la société mère de Facebook, Meta, a été éjectée du top 10 des entreprises les plus valorisées au monde (capitalisation boursière) après une série de revers brutaux les semaines précédentes.

    La grande enseigne des médias sociaux de Mark Zuckerberg valait environ 565 milliards de dollars à la clôture du marché jeudi 19 février, une baisse étonnante par rapport à sa situation quelques mois plus tôt, lorsque Facebook se classait au sixième rang des entreprises les plus valorisées au monde.

    Meta se classait alors au 11e rang, derrière d'autres entreprises technologiques telles qu'Amazon, Apple, Alphabet et Microsoft, selon Bloomberg. Tesla, Berkshire Hathaway, Nvidia, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company et Tencent avaient tous progressé dans le classement. Tesla Inc., qui disposait d'une valeur marchande de 906 milliards de dollars, avait pris la place de Meta en tant que sixième plus grande entreprise derrière le géant du commerce électronique Amazon.com Inc. Berkshire Hathaway Inc. de Warren Buffett suit le constructeur de véhicules électriques à 700 milliards de dollars, suivi par le fabricant de puces Nvidia Corp. à 613 milliards de dollars.

    Nom : rang.png
Affichages : 1312
Taille : 18,4 Ko

    Les actions avaient chuté de plus de 45 % depuis qu'elles ont atteint un sommet historique de 384,33 $ en septembre 2021, effaçant plus de 500 milliards de dollars de valeur marchande au cours de cette période. Le ralentissement a coïncidé avec la publication d'un rapport trimestriel lamentable qui montrait que Facebook avait enregistré une baisse de sa base d'utilisateurs quotidienne moyenne pour la première fois dans l'histoire de l'entreprise. Zuckerberg a imputé la stagnation de l'activité des utilisateurs à la concurrence accrue de plateformes rivales telles que TikTok.

    Meta a perdu plus de 200 milliards de dollars de valeur en une seule journée de négociation à la suite du rapport – ce qui était la plus forte baisse de valeur marchande d'une journée de toutes les actions de l'histoire des États-Unis, selon Dow Jones.

    Facebook était autrefois une entreprise qui valait plus de 1 000 milliards de dollars, grâce à son système de suivi impeccable. Cependant, la nouvelle fonctionnalité d'Apple qui permet à ses utilisateurs de choisir de bloquer les traceurs publicitaires a neutralisé cette force de Facebook. Même la base d'utilisateurs de Facebook a commencé à diminuer après une vague de révélations de lanceurs d'alerte, montrant les effets néfastes des médias sociaux pour les jeunes utilisateurs.

    Et comme si cela ne suffisait pas, Meta a encore fait pire : l'entreprise ne figure désormais plus dans le top 20 des plus grosses capitalisations boursières du monde. La société a perdu 70 % de sa valeur cette année et 74 % depuis le sommet atteint par l'action en septembre 2021, ce qui représente une perte totale de plus de 730 milliards de dollars en capitalisation boursière.

    La valeur de Meta divisée par trois en un an, l'heure n'est pas encore à la récolte des fruits du métavers

    La maison mère de Facebook a annoncé qu'elle s'attendait à dégager un chiffre d'affaires situé entre 30 et 32,5 milliards de dollars au dernier trimestre, un chiffre là encore en dessous de ce que prévoyaient les analystes de Wall Street. Depuis septembre 2021, la valorisation de Meta, qui s'élevait alors à plus de 1 000 milliards de dollars, a désormais été divisée par trois et pourrait encore se réduire si les mauvais résultats continuent de s'accumuler.

    L'effondrement stupéfiant du cours de l'action Meta rappelle l'époque de l'effondrement des dot-com, mais il est bien plus important en ce qui concerne la valeur effacée d'une seule entreprise. La chute a commencé à la fin de l'année dernière, alors que les signes d'une économie en berne commençaient à apparaître, et s'est accélérée au début de l'année 2022 après que l'entreprise a déclaré que la modification d'iOS par Apple concernant la protection de la vie privée entraînerait une perte de revenus de 10 milliards de dollars cette année.

    Meta est impacté par la baisse des revenus publicitaires. Mais le plus gros problème de Meta reste ses gigantesques investissements sur le Métavers. Ses dépenses ont augmenté de 19 %. Le groupe continue de parier son avenir sur le métavers. Les difficultés de Meta proviennent par exemple de sa tentative de réinventer son modèle d'affaires pour être moins dépendant de la publicité, qui lui rapporte de moins en moins de recettes. Pour cela, l'entreprise a misé sur le métavers, dans lequel elle engloutit des sommes faramineuses (pas moins de 21 milliards de dollars en deux ans). Pourtant, des voix sceptiques se font de plus en plus entendre alors que la réalité virtuelle a bien du mal à se démocratiser, et suscitant la méfiance des investisseurs qui doutent quant aux capacités d'un tel investissement à générer de l'argent à court terme.

    « Je sais que de nombreuses personnes désapprouvent cet investissement. Cependant, je pense que ce serait une erreur pour nous de ne pas nous focaliser sur ce domaine, qui sera à mon avis d'une importance fondamentale dans l'avenir » , a concédé Mark Zuckerberg lors de l’échange avec des analystes financiers mercredi de la semaine dernière.

    Le fondateur et PDG Mark Zuckerberg n'a pas été en mesure d'arrêter l'hémorragie et semble seulement aggraver la situation. Un Zuckerberg quelque peu perplexe a reconnu lors de la téléconférence avec les investisseurs « qu'il y a beaucoup de choses qui se passent en ce moment dans l'entreprise et dans le monde ».

    En plus des difficultés macroéconomiques, Meta est confronté à une confluence de défis, y compris la concurrence croissante pour sa plateforme Instagram de la part de rivaux tels que l'application de vidéo de courte durée TikTok et les difficultés à cibler et à mesurer la publicité en raison des changements de la politique de confidentialité d'Apple. « Il y a des problèmes macroéconomiques, il y a beaucoup de concurrence, il y a des défis publicitaires en particulier venant d'Apple, et puis il y a certaines des choses à plus long terme que nous prenons en charge parce que nous pensons qu'elles vont fournir de meilleurs retours sur le temps », a déclaré Zuckerberg.

    Mark Zuckerberg a prévenu que l'entreprise était confrontée à des « défis à court terme en matière de revenus », mais a déclaré que « les fondamentaux sont là pour un retour à une croissance plus forte des revenus ». Il a réitéré ses principaux paris, notamment le développement d'un format vidéo court pour rivaliser avec TikTok, la messagerie professionnelle et le métavers. Il a tenté de rassurer les investisseurs sur le fait que les investissements dans ces domaines seraient payants à long terme. « J'apprécie la patience et je pense que ceux qui sont patients et investissent avec nous finiront par être récompensés », a-t-il déclaré, arguant que l'entreprise faisait un « travail de premier plan » sur le métavers qui serait « d'une importance historique ».

    C’est la fin de l’abondance pour les GAFAM aussi. Si la crise causée par le Covid a plutôt gonflé leur dynamique, les tensions géopolitiques actuelles, des taux d’échange défavorables et la crise économique désormais bien installée ont en revanche fini par les atteindre. Tous avaient déjà annoncé cet été une mise en pause des embauches et tous ont plus ou moins commencé des vagues réduites de licenciements pour mieux se focaliser sur les projets les plus prometteurs et porteurs. Mais ce sont surtout les perspectives du prochain trimestre qui affolent quelque peu les marchés financiers.

    Source : Mark Zuckerberg

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

    Voir aussi :

    Mark Zuckerberg a laissé entendre que Meta pourrait développer un système d'exploitation pour son métavers et s'attend à ce que le métavers génère des centaines de milliards de revenus d'ici 2030
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #10
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    avril 2021
    Messages
    163
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : avril 2021
    Messages : 163
    Points : 266
    Points
    266
    Par défaut
    J'en ai entendu dire qu'il était courageux de la part de Marc Zuckerberg de s'obstiner dans sa vision du metaverse malgré le fait que tous les voyants sont au rouge quant au futur succès de la technologie. Mais est-ce vraiment du courage lorsque que ce sont les autres qui en paient les conséquences ?

  11. #11
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    mars 2005
    Messages
    1 377
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : mars 2005
    Messages : 1 377
    Points : 6 125
    Points
    6 125
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    C’est la fin de l’abondance pour les GAFAM aussi. Si la crise causée par le Covid a plutôt gonflé leur dynamique, les tensions géopolitiques actuelles, des taux d’échange défavorables et la crise économique désormais bien installée ont en revanche fini par les atteindre.
    Les GAFAM se sont gavées et ont gagné des milliards pendant la crise Covid, et maintenant elles veulent nous faire croire qu'elles ont déjà tout perdu
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  12. #12
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    1 519
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 1 519
    Points : 44 447
    Points
    44 447
    Par défaut Meta annonce la suppression de 11 000 emplois dans le cadre de la gestion du ralentissement macroéconomique
    Meta annonce la suppression de 11 000 emplois et emboîte le pas à d’autres grandes entreprises technologiques
    Dans le cadre de la gestion du ralentissement macroéconomique

    Les chiffres des suppressions de postes annoncés par Meta sont tombés dans une nouvelle note d’information de l’entreprise à l’intention du public : 11 000 emplois soit 13 % du nombre total de ses salariés. La raison : l’entreprise opère un réajustement par rapport à des investissements en période de pandémie de coronavirus. Marc Zuckerberg avait pris la décision de les augmenter de façon significative compte tenu de la croissance des revenus de Meta due à l’essor du commerce en ligne. Le fondateur de Facebook reconnaît s’être trompé sur sa prévision qui était de voir la tendance se poursuivre après la fin de la pandémie.

    « Au début de la pandémie de coronavirus, le monde s’est rapidement déplacé en ligne et l’essor du e-commerce a entraîné une croissance démesurée des revenus. Nombreux sont ceux qui ont prédit qu’il s’agirait d’une accélération permanente qui se poursuivrait même après la fin de la pandémie. C’était mon cas et j’ai donc pris la décision d’augmenter considérablement nos investissements. Malheureusement, cela ne s’est pas déroulé comme je m’y attendais. Non seulement le commerce en ligne est revenu aux tendances d’auparavant, mais le ralentissement macroéconomique, la concurrence accrue et la perte de signaux publicitaire ont entraîné une baisse de nos revenus par rapport à ce à quoi je m’attendais. Je me suis trompé et j’en assume la responsabilité », lit-on dans le communiqué.


    Meta versera 16 semaines de salaire de base et deux semaines supplémentaires pour chaque année de service, ainsi que tous les congés payés restants dans le cadre de l'indemnité de départ. Les employés concernés recevront également leurs actions qui devaient être acquises le 15 novembre et une couverture médicale pendant six mois. La société n'a pas divulgué le montant exact de la charge liée aux licenciements, mais a indiqué que ce chiffre était inclus dans ses prévisions de dépenses pour 2022, annoncées précédemment et comprises entre 85 et 87 milliards de dollars.

    Meta emboîte ainsi le pas à d’autres grandes entreprises technologiques. Le secteur de la technologie a connu un sérieux ralentissement ces derniers mois, après un pic de succès lorsque le monde s'est replié sur lui-même pendant la pandémie. Le ralentissement de l'économie mondiale, la hausse des taux d'intérêt et les luttes réglementaires ont poussé les entreprises technologiques, dont Alphabet et Amazon, à ralentir ou à arrêter leurs recrutements. Fin août, Snap a licencié 1300 personnes et réduit ses investissements. Microsoft a licencié environ 1000 employés dans plusieurs divisions en octobre. La semaine dernière, Twitter a licencié la moitié de ses effectifs à la suite du rachat de l'entreprise par Elon Musk pour 44 milliards de dollars.

    Source : FB

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

    Voir aussi :

    Mark Zuckerberg a laissé entendre que Meta pourrait développer un système d'exploitation pour son métavers et s'attend à ce que le métavers génère des centaines de milliards de revenus d'ici 2030
    Microsoft aurait licencié des employés dans le cadre d'un ajustement structurel, de nouvelles embauches seraient prévues
    Microsoft s'associe à Meta pour amener Teams, Office, Windows et Xbox à la réalité virtuelle. Un partenariat surprenant puisque les entreprises étaient en concurrence dans le domaine du métavers
    Avec Mesh for Microsoft Teams, Microsoft voudrait rendre la collaboration dans le métavers amusante. L'entreprise voudrait apporter des espaces de travail 3D aux télétravailleurs en 2022
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #13
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    522
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 522
    Points : 855
    Points
    855
    Par défaut
    Bonsoir

    Meta annonce la suppression de 11 000 emplois et emboîte le pas à d'autres grandes entreprises technologiques, dans le cadre de la gestion du ralentissement macroéconomique

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?
    Il fallait s'en douter ... Après le covid et les changement de fonctionnement dans la société . Le modèle économique des Gafam a aussi été chamboulé.

    Twitter, Amazon, Meta ... Pas mal d'écrémage en vue je vois.

    C'est aussi les investissements pharaonique dans le metaverse qui plombent le CA de Meta ... Investissement dans un gadget .

  14. #14
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 299
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 299
    Points : 175 408
    Points
    175 408
    Par défaut Meta licencie un ingénieur logiciel deux jours après son déménagement de l'Inde au Canada
    Meta licencie un ingénieur logiciel deux jours après son déménagement de l'Inde au Canada,
    dans le cadre de sa gestion du ralentissement macroéconomique

    Un employé de Meta explique qu'il a été licencié de l'entreprise deux jours après avoir déménagé de l'Inde au Canada pour le travail. Himanshu a écrit sur LinkedIn qu'il cherche maintenant un emploi au Canada ou en Inde mais qu'il n'a « aucune idée » de ce qui l'attend. Il avait auparavant travaillé dans des entreprises technologiques telles que GitHub et Adobe, selon son profil.

    Meta, la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, faisait état de plus de 87 000 employés fin septembre.

    L'industrie technologique a souffert d'un grave ralentissement ces derniers mois, après un pic de succès alors que le monde s'est replié sur lui pendant la pandémie. Un ralentissement économique mondial, la hausse des taux d'intérêt et les luttes réglementaires ont poussé des entreprises technologiques telles qu'Alphabet et Amazon à ralentir ou à arrêter l'embauche. Fin août, Snap a licencié 1 300 employés et réduit les investissements. Microsoft a licencié environ 1 000 employés dans plusieurs divisions en octobre. Twitter a licencié la moitié de ses effectifs à la suite du rachat de l'entreprise par Elon Musk pour 44 milliards de dollars.

    Meta a vu la confusion sur l'avenir de l'entreprise ces derniers mois, car sa plateforme phare Facebook perd de jeunes utilisateurs et elle fait face à des problèmes de revenus en raison des changements dans les politiques de confidentialité d'Apple. Pendant ce temps, les investisseurs ne semblent toujours pas convaincus par le pivot de l'entreprise vers le métavers.

    Aussi, l'entreprise a annoncé 11 000 suppressions d'emplois, soit 13 % du nombre total de ses salariés. La raison : l’entreprise opère un réajustement par rapport à des investissements en période de pandémie de coronavirus. Marc Zuckerberg avait pris la décision de les augmenter de façon significative compte tenu de la croissance des revenus de Meta due à l’essor du commerce en ligne. Le fondateur de Facebook reconnaît s’être trompé sur sa prévision qui était de voir la tendance se poursuivre après la fin de la pandémie. Il a également pris un certain nombre d'étapes supplémentaires pour que Meta devienne une entreprise plus légère et plus efficace en réduisant les dépenses discrétionnaires et en prolongeant le gel des embauches jusqu'au premier trimestre.

    Nom : meta.png
Affichages : 31846
Taille : 7,6 Ko

    Citation Envoyé par Mark Zuckerberg
    Comment en sommes-nous arrivés là ?

    Au début de Covid, le monde s'est rapidement déplacé en ligne et l'essor du commerce électronique a entraîné une croissance démesurée des revenus. De nombreuses personnes ont prédit qu'il s'agirait d'une accélération permanente qui se poursuivrait même après la fin de la pandémie. Moi aussi, j'ai donc pris la décision d'augmenter considérablement nos investissements. Malheureusement, cela ne s'est pas déroulé comme je m'y attendais. Non seulement le commerce en ligne est revenu aux tendances antérieures, mais le ralentissement macroéconomique, la concurrence accrue et la perte de signal publicitaire ont entraîné une baisse de nos revenus par rapport à ce à quoi je m'attendais. Je me suis trompé et j'en assume la responsabilité.

    Dans ce nouvel environnement, nous devons devenir plus efficaces en ce qui concerne le capital. Nous avons déplacé davantage de nos ressources vers un plus petit nombre de domaines de croissance hautement prioritaires, comme notre moteur de découverte de l'IA, nos publicités et nos plateformes commerciales, et notre vision à long terme du métavers. Nous avons réduit les coûts dans l'ensemble de notre entreprise, notamment en réduisant les budgets, en réduisant les avantages et en réduisant notre empreinte immobilière. Nous restructurons les équipes pour gagner en efficacité. Mais ces mesures à elles seules ne permettront pas d'aligner nos dépenses sur la croissance de nos revenus, j'ai donc également pris la décision difficile de laisser partir les gens.

    Comment cela va-t-il se passer ?

    Il n'y a pas de bonne façon de procéder à un licenciement, mais nous espérons vous fournir toutes les informations pertinentes le plus rapidement possible, puis faire tout notre possible pour vous aider à traverser cette épreuve.

    Tout le monde recevra bientôt un e-mail vous informant de ce que ce licenciement signifie pour vous. Après cela, chaque employé concerné aura la possibilité de parler à quelqu'un pour obtenir des réponses à ses questions et participer à des séances d'information.

    Certains des détails aux États-Unis incluent :
    • Rupture : nous paierons 16 semaines de salaire de base plus deux semaines supplémentaires pour chaque année de service, sans plafond ;
    • Congés payés : nous paierons pour tout le temps de congés payés restant ;
    • Acquisition des UAR (Unités d'Action Restreintes) [ndlr. Les unités d'action restreintes sont un moyen pour un employeur d'attribuer des actions de la société à ses employés. L'attribution est « restreinte » car elle est soumise à un calendrier d'acquisition, qui peut être basé sur la durée de l'emploi ou sur des objectifs de performance, et parce qu'elle est régie par d'autres limites de transfert ou de vente que votre entreprise peut imposer. Les UAR valent presque toujours quelque chose, même si le cours de l'action chute de façon spectaculaire.] : toutes les personnes concernées recevront leur acquisition du 15 novembre 2022 ;
    • Assurance santé : nous couvrirons le coût des soins de santé pour les personnes et leurs familles pendant six mois ;
    • Service carrière : nous fournirons trois mois d'assistance professionnelle avec un fournisseur externe, y compris un accès anticipé à des pistes d'emploi non publiées ;
    • Aide à l'immigration : je sais que c'est particulièrement difficile si vous êtes ici avec un visa. Il y a une période de préavis avant la résiliation et certaines périodes de grâce pour les visas, ce qui signifie que tout le monde aura le temps de faire des projets et de travailler sur son statut d'immigration. Nous avons des spécialistes en immigration dédiés pour vous guider en fonction de vos besoins et de ceux de votre famille.

    En dehors des États-Unis, le support sera similaire, et nous suivrons bientôt avec des processus distincts qui tiennent compte des lois locales sur l'emploi.

    Nous avons pris la décision de supprimer l'accès à la plupart des systèmes Meta pour les personnes qui partent aujourd'hui compte tenu de la quantité d'accès aux informations sensibles. Mais nous gardons les adresses e-mail actives tout au long de la journée afin que tout le monde puisse dire au revoir.

    Bien que nous procédions à des réductions dans chaque organisation de Family of Apps jusqu'à Reality Labs, certaines équipes seront plus touchées que d'autres. Le recrutement sera affecté de manière disproportionnée puisque nous prévoyons d'embaucher moins de personnes l'année prochaine. Nous restructurons également plus substantiellement nos équipes commerciales. Cela ne reflète pas l'excellent travail accompli par ces groupes, mais ce dont nous avons besoin pour aller de l'avant. Les managers de chaque groupe prévoiront du temps pour discuter de ce que cela signifie pour votre équipe au cours des prochains jours.

    Les coéquipiers qui nous quitteront sont talentueux et passionnés et ont eu un impact important sur notre entreprise et notre communauté. Chacun de vous a contribué au succès de Meta, et je lui en suis reconnaissant. Je suis sûr que vous continuerez à faire du bon travail à d'autres endroits.
    Nom : zuckerberg.png
Affichages : 5792
Taille : 143,2 Ko

    Viré après avoir quitté l'Inde pour s'installer au Canada

    Un employé de Meta explique qu'il a été licencié de l'entreprise deux jours après avoir déménagé de l'Inde au Canada pour le travail.

    Himanshu V., un ingénieur logiciel indien, a écrit dans un article sur LinkedIn le 10 novembre qu'il faisait partie des milliers d'employés touchés par les licenciements massifs de Meta.

    « J'ai déménagé au Canada pour rejoindre #Meta et 2 jours après mon arrivée, mon voyage a pris fin car je suis touché par le licenciement massif », a écrit Himanshu. « Mon cœur va à tous ceux qui sont confrontés à une situation difficile en ce moment. Quelle est la prochaine étape pour moi ? Honnêtement, je n'en ai aucune idée ! J'attends avec impatience ce qui va suivre. Faites-moi savoir si vous connaissez un poste ou une embauche pour un ingénieur logiciel (Canada ou Inde) »

    En quelques jours, la publication d'Himanshu a suscité plus de 23 000 réactions et 1 100 commentaires sur LinkedIn.

    Meta employait environ 1 800 personnes au Canada, a rapporté le site technologique local BetaKit le 9 novembre, citant la page LinkedIn de Meta.

    Himanshu n'est pas le seul employé soudainement licencié par Meta quelques jours après avoir quitté l'Inde. Vishwajeet Jha, un ancien ingénieur logiciel chez Amazon, a écrit dans un article sur LinkedIn le 11 novembre qu'il était chez Meta depuis trois jours avant d'être licencié : « Hier matin j'ai appris que je fais partie des 11000 salariés impactés par le licenciement de Meta. J'ai rejoint Meta il y a trois jours, après avoir attendu un long processus de visa. Merci à tous ceux qui ont facilité cette transition. Vraiment triste que cela se soit produit, mon cœur va à tous ceux qui sont touchés par les licenciements ».

    Neelima Agarwal, une ingénieure en logiciel qui a déménagé de l'Inde au Canada en novembre, a déclaré qu'elle avait été licenciée deux jours après avoir rejoint l'entreprise. Dans un billet publié sur Linkedin, Agarwal a écrit qu'elle avait le cœur brisé d'avoir été licenciée après avoir déménagé au Canada.

    Les licenciements massifs au bureau de Meta au Canada surviennent huit mois après que la société a annoncé son intention d'ouvrir un centre d'ingénierie basé à Toronto qui créerait 2 500 emplois, selon un communiqué de presse de Meta.

    Citation Envoyé par Meta
    Aujourd'hui, Meta annonce la création d'un nouveau centre d'ingénierie canadien, qui sera basé à Toronto, et prévoit d'embaucher jusqu'à 2 500 employés pour des postes à distance et en entreprise à travers le Canada au cours des cinq prochaines années afin d'aider à construire le métavers, la prochaine génération de technologies sociales. La présence élargie comprendra l'établissement des premières équipes canadiennes d'ingénierie WhatsApp, Messenger et Remote Presence et la croissance des équipes canadiennes Reality Labs et AI Research.

    « Le métavers a le potentiel de libérer l'accès à des opportunités créatives, sociales et économiques et nous voulons travailler en étroite collaboration avec les Canadiens, qui construisent déjà cet avenir, pour le façonner dès le départ », a déclaré Garrick Tiplady, vice-président et directeur national chez Meta au Canada. « Le Canada a toujours été important pour Meta. Nous avons aidé des millions de Canadiens et d'entreprises à se connecter, à créer et à croître et nous sommes impatients de continuer à soutenir l'économie canadienne et l'écosystème d'innovation grâce à ces investissements. »

    Meta a entrepris de construire la prochaine évolution des technologies sociales au cours de la prochaine décennie, ce qui créera des expériences sociales en ligne plus immersives et engageantes. La majorité des rôles au Canada seront axés sur l'ingénierie et devraient s'étendre à la création d'expériences de réalité étendue et aux métatechnologies.

    « Cet investissement majeur s'appuie sur l'engagement à long terme de Meta envers notre province et constitue un solide vote de confiance envers notre main-d'œuvre qualifiée et diversifiée », a déclaré le Premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. « Cela envoie un signal clair au reste du monde que l'Ontario est, encore une fois, le meilleur endroit où faire des affaires. »
    Sources : LinkedIn (1, 2, 3), Meta

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette décision ? Les personnes qui traversent ce processus de longue attente de visa devraient-elles être épargnées, au moins temporairement, du spectre du licenciement ? Pourquoi ?

    Voir aussi :

    Alphabet, maison mère de Google, ralentira l'embauche et les investissements dès le second semestre 2022, évoquant les « perspectives économiques mondiales incertaines »
    Microsoft aurait licencié des employés dans le cadre d'un ajustement structurel, de nouvelles embauches seraient prévues
    Brad Smith de Microsoft : les entreprises américaines traversent une « nouvelle période » au cours de laquelle moins de personnes entrent sur le marché du travail
    Trouver un bon job 2022 ? Amazon, Alphabet, IBM et Apple seraient les meilleures sociétés pour travailler dans la tech, d'après une étude de LinkedIn
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #15
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2008
    Messages
    216
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2008
    Messages : 216
    Points : 1 085
    Points
    1 085
    Par défaut
    Question que je me pose en lisant ces articles sur des licenciements Meta, Twitter... :
    En France, la pénurie de développeurs fait que je ne me serais pas trop inquiété pour leur avenir. Surtout pour des gens qui sont passés par de telles grandes entreprises, je me dis qu'ils retrouveront du boulot en levant le petit doigt.

    Mais est-ce la même chose ailleurs dans le monde, en particulier sur continent nord américain ?

  16. #16
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    février 2018
    Messages
    34
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Côte d'Or (Bourgogne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique

    Informations forums :
    Inscription : février 2018
    Messages : 34
    Points : 208
    Points
    208
    Par défaut
    C'est cyclique parce qu'ils ont trop embauché pendant le COVID mais bon sur la tendance à moyen terme et vu l'intégration de l'informatique au moindre gadget connecté, il n'y a pas trop de soucis à se faire sur les perspectives de la filière...

  17. #17
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Ingénieur en génie logiciel
    Inscrit en
    juin 2012
    Messages
    729
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en génie logiciel
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : juin 2012
    Messages : 729
    Points : 2 047
    Points
    2 047
    Par défaut
    il y a pénurie en informatique au Canada, je m'en fait pas trop pour lui...

    Surtout que ce secteur est très très mal géré et que quand tu vois certain rapport de standish group chaos report ... autour de 30% de succès des projets informatique, depuis plus de 20 ans.... il y aura jamais trop de monde

  18. #18
    Futur Membre du Club
    Femme Profil pro
    Ingénieur commercial
    Inscrit en
    juillet 2022
    Messages
    3
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 42
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur commercial
    Secteur : Distribution

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2022
    Messages : 3
    Points : 7
    Points
    7
    Par défaut
    Ils ont, de leurs propres aveux, trop embauché, et surtout, à des salaires qu'ils vont peut-être un peu rationaliser.
    Des fonds activistes commencent à se faire entendre

  19. #19
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    882
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 882
    Points : 3 747
    Points
    3 747
    Par défaut
    il y'a pas mal de débat la dessus sur le forum emploi, personnellement, je ne suis pas convaincue qu'il y'a une pénurie en France d'ingénieur en informatique. Si on est rare alors on devrait avoir de gros salaire et/ou des conditions de travail très généreuse (contrat de 35h avec +de 20rtt, 100% de télétravail en option...).
    Hors l'informatique en France est mal payé sans avantage par rapports à d'autres métiers.

    Au Canada il y'a cette même légende urbaine de pénurie, n'y vivant pas je ne sais pas si c'est vrai ou pas.

    Aux USA je dirais que ces licenciements massifs, sont le fruit de 2 résultats:
    1) les gafams ont trop embauché pendant le covid, ils réduise leurs effectifs, mais ces effectifs reste toujours plus élevé qu'avant le covid. Entre 2019 et 2022, amazin est passé de 800000 salarié à 1.6 millions, donc 10000 de moins c'est pas grand chose dans l'absolue.
    2) Je ne pense pas qu'on aura cette situation en france, l'économie française est pas ouf mais à l'avantage d’être bien estimé, la valeur boursière des GAFAM était trop sur évalué, la bulle vient juste d'éclaté et finalement il y'a pas eu trop de dégat jusqu'a présent.

  20. #20
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    474
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 474
    Points : 1 643
    Points
    1 643
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    il y'a pas mal de débat la dessus sur le forum emploi, personnellement, je ne suis pas convaincue qu'il y'a une pénurie en France d'ingénieur en informatique. Si on est rare alors on devrait avoir de gros salaire et/ou des conditions de travail très généreuse (contrat de 35h avec +de 20rtt, 100% de télétravail en option...).
    Hors l'informatique en France est mal payé sans avantage par rapports à d'autres métiers.
    J'ai une piste la dessus : dans l'industrie ces métiers sont largement sous évalués et la perte de ces mauvais choix ne peut être constaté que plus tard.
    Nous avons essayé d'embaucher un profil assez spécifique, l'entretien s'est terminé au moment de parler de prétention salariale. Les candidats demandaient des montants relativement proches mais 4 fois ce qu'on était prêt à leur donner.
    Conclusion : On a surement pas mal évalué ce poste, ces gens sont ridicules et prétentieux.
    Conclusion : On a promu un gars en interne moins cher que le budget, il travaille dur mais ne fournit aucun résultat. Il monte en compétence mais est très loin de ce qu'on attends.

    Quand je dis à mes responsables que je crains qu'on construise un colosse aux pieds d'argile on me rétorque que ce gars est extrêmement compétent qu'il a déjà fait ses preuves et qu'on a aucune raison de douter de lui.
    A 1 détail près : avant il travaillait dans son domaine de compétence qui est bien loin de celui qu'il traite aujourd'hui.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 03/08/2021, 11h10
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 24/08/2019, 09h31
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 31/01/2019, 02h27
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 17/11/2018, 17h42
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 26/10/2010, 13h06

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo