64 % des employés pensent que leur expérience de la technologie a un impact sur leur moral, mais seuls 20 % des dirigeants allouent un budget à l'amélioration de l'expérience numérique des employés

Faisant écho à un autre rapport, une nouvelle étude d'Ivanti révèle que l'expérience numérique des employés (DEX) a un impact majeur sur leur satisfaction.

L'étude montre que 64 % des employés pensent que leur expérience de la technologie a un impact sur leur moral, et que 49 % sont frustrés par la technologie fournie par leur travail.

Cependant, ces chiffres sont en contradiction avec l'opinion de la direction, puisque seuls 20 % des dirigeants allouent un budget à l'amélioration du DEX et que seuls 21 % des responsables informatiques donnent la priorité à l'expérience de l'utilisateur final lors du choix d'un outil. Sans surprise, la priorité numéro un de la C-suite est la productivité des employés, la culture d'entreprise et la satisfaction des employés arrivant en fin de liste. En outre, 62 % des dirigeants admettent que la rentabilité prime sur l'expérience des employés.

"Garantir des expériences numériques positives aux employés est la nouvelle pierre angulaire de la gestion informatique des entreprises modernes", déclare Steve Brasen, directeur de recherche chez Enterprise Management Associates. "L'amélioration de la productivité de la main-d'œuvre permet d'attirer et de retenir les talents essentiels, d'accélérer l'agilité et la compétitivité de l'entreprise, de réduire les coûts opérationnels et de favoriser le succès et la rentabilité de l'organisation. Comprendre les exigences DEX est la clé pour adapter les technologies et les pratiques connexes qui soutiendront l'environnement unique de chaque organisation."

Parmi les autres résultats, 26 % des employés disent qu'ils envisagent de quitter leur emploi parce qu'ils ne disposent pas d'une technologie adaptée, tandis que 42 % ont dépensé leur propre argent pour acquérir une meilleure technologie qui leur permettrait de travailler de manière plus productive. 65 % estiment qu'ils seraient plus productifs s'ils disposaient d'une meilleure technologie.

Nom : ivanti-vector-logo-2022.png
Affichages : 305
Taille : 9,0 Ko

Le travail hybride a également entraîné une prolifération des appareils. La variété croissante des appareils et des réseaux utilisés par les travailleurs hybrides a considérablement augmenté l'inventaire des actifs que les équipes informatiques doivent gérer. Pourtant, 32 % des professionnels de l'informatique utilisent encore des feuilles de calcul pour suivre ces actifs et seulement 47 % reconnaissent que leur entreprise a une visibilité totale de chaque appareil qui tente d'accéder à son réseau.

"Maintenir un environnement sécurisé et se concentrer sur l'expérience numérique des employés sont deux éléments indissociables de toute transformation numérique", déclare Jeff Abbott, PDG d'Ivanti. "Dans la guerre des talents, un facteur de différenciation clé pour les organisations consiste à offrir une expérience numérique exceptionnelle et sécurisée. Nous pensons que les organisations qui ne donnent pas la priorité à la façon dont leurs employés vivent la technologie sont un facteur contribuant à la Grande Démission."

Source : Ivanti

Et vous ?

Que pensez-vous de ce rapport ? le trouvez-vous pertinent ?
Qu'en est-il au sein de votre entreprise ?

Voir aussi :

95 % des employés affirment que les problèmes informatiques réduisent la productivité et le moral au travail, selon un rapport de 1E

La plupart des gens mentent sur leurs compétences technologiques au travail, 50 % des employés se tournent vers leurs collègues au moins une fois dans la journée pour obtenir de l'aide pour une tâche

70 % des entreprises peinent à fournir des expériences utilisateur totalement connectées sur tous les canaux, malgré que 72 % des interactions clients sont désormais numériques, selon MuleSoft

La mauvaise qualité du matériel informatique est la 3e cause de burnout ou de départ des travailleurs de la filière IT, d'après une étude de Nextthink qui souligne que 40 % des salariés en souffrent