IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Sécurité Discussion :

Les outils de protection traditionnels ont un taux d'échec de 60 % contre les ransomwares, selon Titaniam


Sujet :

Sécurité

  1. #1
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    1 518
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 32
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 1 518
    Points : 112 719
    Points
    112 719
    Par défaut Les outils de protection traditionnels ont un taux d'échec de 60 % contre les ransomwares, selon Titaniam
    Les outils de protection traditionnels, tels que le chiffrement, la sauvegarde et la récupération, ainsi que des outils de masquage des données, ont un taux d'échec de 60 % contre les ransomwares, selon Titaniam

    Les dangers associés aux attaques par ransomware ont incité de nombreuses organisations à adopter une large gamme d'outils de protection, dans le but de les aider à repousser ces attaques. Malgré cela, environ 60 % des organisations qui ont eu la prévoyance d'adopter l'utilisation de tels outils se sont retrouvées aux prises avec des attaques de ransomware qui ont réussi à passer outre leurs systèmes de défense.

    Il est important de noter que ces organisations s'appuient souvent sur des outils de sécurité traditionnels, tels que le chiffrement, la sauvegarde et la récupération, ainsi que des outils de masquage des données. Selon une étude publiée par Titaniam, 40 % de toutes les organisations qui ont participé à leur enquête ont été confrontées à des attaques de ransomware, bien que 70 % d'entre elles utilisent au moins quelques-unes des méthodes de sécurité numérique traditionnelles décrites ci-dessus.

    Nom : 1.png
Affichages : 739
Taille : 42,4 Ko

    La plupart des outils de sécurité traditionnels reposent sur des informations d'identification, et les pirates peuvent assez facilement voler ces informations pour se soustraire aux protocoles de sécurité et infecter les systèmes avec des ransomwares. Les informations d'identification volées peuvent permettre aux acteurs malveillants de se connecter simplement au système qu'ils tentent d'attaquer. Il est donc vraiment nécessaire que les organisations mettent à jour leurs protocoles de sécurité en tenant compte de tous les éléments.

    Les attaques de ransomware ne peuvent être raisonnablement évitées que par l'utilisation de systèmes de sécurité de type " chiffrement en cours d'utilisation ". Cela déformera toutes les données contenues dans une base de données, ce qui rendra beaucoup plus difficile la valorisation d'informations d'identification volées. Les acteurs malveillants doivent exfiltrer les données avant de pouvoir les chiffrer à l'aide d'un ransomware, et des mesures comme celle-ci peuvent réduire considérablement leur capacité à le faire.

    Le refus de suivre l'évolution du temps est le grand responsable de cette situation. Les organisations viennent tout juste de s'habituer à l'idée que la cybersécurité est une nécessité, et il semble qu'il y ait une fois de plus une courbe d'apprentissage en jeu avec cette nouvelle race de menaces. Des techniques innovantes de chiffrement et de masquage des données doivent être mises en œuvre, sinon le problème des ransomwares risque de ne jamais vraiment disparaître.

    Nom : 2.png
Affichages : 692
Taille : 217,4 Ko

    Source : Titaniam

    Et vous ?

    Trouvez-vous ce rapport pertinent ?
    Votre entreprise possède-t-elle les outils à jour pour lutter efficacement contre les ransomwares ?

    Voir aussi :

    Comment les acteurs des ransomwares ajoutent des attaques DDoS à leur arsenal, pour augmenter la pression sur les victimes

    Pour 76 % des responsables informatiques, les environnements mutli-cloud et multi-outils ont atteint un point de rupture critique, 88 % évoquent la nécessité d'interconnecter toutes les plate-formes

    78 % des entreprises françaises ont subi une attaque par ransomware au cours de cinq dernières années, et 69 % d'entre elles ont versé une rançon, selon une étude d'ExtraHop
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    362
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 362
    Points : 565
    Points
    565
    Par défaut
    Bonjour

    Les outils de protection traditionnels, tels que le chiffrement, la sauvegarde et la récupération, ainsi que des outils de masquage des données, ont un taux d'échec de 60 % contre les ransomwares, selon Titaniam

    Trouvez-vous ce rapport pertinent ?
    Qu'entend t'on par "taux d'échec de 60%" ? Que 60% des gens ne sauvegardent pas ? Si c'est le cas c'est énorme !

    Votre entreprise possède-t-elle les outils à jour pour lutter efficacement contre les ransomwares ?
    Bonne question !

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 14/01/2022, 18h39
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 10/09/2020, 11h54
  3. Réponses: 13
    Dernier message: 15/11/2016, 14h24
  4. L'outil Tracking Protection de Firefox serait plus efficace qu'Adblock Plus
    Par Stéphane le calme dans le forum Sécurité
    Réponses: 10
    Dernier message: 30/05/2015, 13h55
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 31/08/2014, 22h28

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo