IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Solutions d'entreprise Discussion :

Google lance un projet pilote de facturation par des tiers sur le Play Store comme requis par des développeurs


Sujet :

Solutions d'entreprise

  1. #1
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    1 606
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 32
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 1 606
    Points : 118 985
    Points
    118 985
    Par défaut Google lance un projet pilote de facturation par des tiers sur le Play Store comme requis par des développeurs
    Google Play va permettre aux développeurs d'applications d'utiliser des systèmes de facturation alternatifs en Europe, et uniquement en Europe, mais ils devront toujours payer des frais de service

    Google a annoncé que les développeurs d'applications en Europe - et uniquement en Europe - pourront mettre en œuvre des systèmes de facturation alternatifs pour les applications et les jeux répertoriés dans Google Play.

    En outre, la société précise que, même si les développeurs qui choisissent d'utiliser un autre système de facturation devront toujours payer des frais de service, ceux-ci seront réduits. Ces changements font suite à la récente Digital Markets Act.

    En annonçant ce changement, Google déclare : "L'adoption récente de la loi sur les marchés numériques obligera Google Play et d'autres acteurs du secteur à adapter leur modèle de fonctionnement actuel pour les utilisateurs de l'Espace économique européen (EEE). Nous nous engageons à répondre à ces nouvelles exigences tout en veillant à pouvoir continuer à assurer la sécurité des personnes sur nos plateformes et à investir dans Android et Play au profit de l'ensemble de l'écosystème".

    "Dans le cadre de nos efforts pour nous conformer à ces nouvelles règles, nous annonçons un nouveau programme visant à soutenir les alternatives de facturation pour les utilisateurs de l'EEE. Ainsi, les développeurs d'applications non ludiques pourront proposer à leurs utilisateurs de l'EEE une alternative au système de facturation de Google Play lorsqu'ils paient des contenus et services numériques".

    Google ajoute :

    "Les développeurs qui choisissent d'utiliser un autre système de facturation devront satisfaire aux exigences appropriées en matière de protection des utilisateurs, et les frais et conditions de service continueront de s'appliquer afin de soutenir nos investissements dans Android et Play. Lorsqu'un consommateur utilise un système de facturation alternatif, les frais de service que le développeur paie seront réduits de 3 %. Étant donné que 99 % des développeurs remplissent actuellement les conditions requises pour bénéficier de frais de service de 15 % ou moins, ces développeurs paieront des frais de service de 12 % ou moins sur la base des transactions effectuées par le biais d'un système de facturation alternatif pour les utilisateurs de l'EEE acquis par le biais de la plate-forme Play."

    Nom : Google_Play_Store_3.jpg
Affichages : 701
Taille : 9,1 Ko

    L'entreprise poursuit son explication :

    "Le système de facturation de Google Play continuera d'être requis pour les applications et les jeux distribués via Play à des utilisateurs en dehors de l'EEE, et pour les jeux distribués à des utilisateurs au sein de l'EEE. Nous prévoyons d'étendre les alternatives de facturation aux développeurs d'applications de jeux pour leurs utilisateurs dans l'EEE, avant la date d'entrée en vigueur de la DMA."

    Google poursuit en soulignant qu'il ne va pas attendre que la DMA entre en vigueur :

    "Bien que la DMA ne prenne pas effet avant un certain temps, nous lançons ce programme maintenant pour nous permettre de travailler en étroite collaboration avec nos partenaires développeurs et nous assurer que nos plans de conformité répondent aux besoins de nos utilisateurs communs et de l'écosystème au sens large."

    Les développeurs qui souhaitent en savoir plus sur le programme et s'inscrire peuvent le faire dans le Centre d'aide de Google. Google promet que de plus amples détails seront disponibles dans les semaines à venir.

    Source : Google

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Google condamné à une amende de 2 millions d'euros par le tribunal de commerce de Paris, pour pratiques abusives envers les développeurs d'applications mobiles sur Play Store

    Google contraint de mettre fin à la vente d'applications Play Store en Russie, à partir du 5 mai 2022

    Google intente une action en justice contre Match et pourrait éventuellement exclure Tinder de Play Store, il contre-attaque Match Group sur les paiements in-app
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Hobbyiste
    Inscrit en
    juillet 2018
    Messages
    120
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Hobbyiste

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2018
    Messages : 120
    Points : 62
    Points
    62
    Par défaut Mes premières applications
    Ah bon.
    Moi j'ai payé 23€ (25$) il y a 1 mois sur Google Play, et je viens de publier mes 2 premières applications gratuites,
    Simple Calculator
    et Image Featuring (FeatureApp)
    https://play.google.com/store/search...nuel%22&c=apps

    Enfin, il me faudra encore quelques semaines pour les rendre compatibles avec plus d'appareils, et quelques mois pour développer des features intéressantes.

    On m'a dit pour une personne seule, c'est presque impossible, ce sont les grosses entreprises, etc, moi j'essaie...

  3. #3
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 618
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 618
    Points : 56 963
    Points
    56 963
    Par défaut Les régulateurs antitrust de l'UE interrogent les développeurs sur les paiements dans les applications Android
    Les régulateurs antitrust de l'UE interrogent les développeurs sur les paiements dans les applications du Google Play
    dans le cadre d'une nouvelle enquête antitrust sur la boutique d'applications

    Le Google Play Store serait de nouveau dans le collimateur de Bruxelles. Les rivaux de Google auraient reçu des questionnaires des autorités antitrust de l'UE, portant sur les conditions de facturation et les frais des développeurs pour le Play Store. Ils auraient demandé aux développeurs d'application si la menace de Google de retirer les applications de son Play Store si elles utilisent d'autres options de paiement au lieu de son propre système de facturation a nui à leur activité. Les critiques dénoncent depuis plusieurs années les frais facturés par Google et Apple sur leurs magasins d'applications mobiles, affirmant qu'ils sont excessifs.

    Deux cadres de Bruxelles, qui se sont exprimés sous couvert d'anonymat, ont rapporté cette semaine que la Commission européenne a lancé une nouvelle enquête antitrust sur les règles appliquées par Google dans sa boutique d'applications mobiles. Selon les sources, une enquête menée aux Pays-Bas sur les règles du Play Store sera probablement clôturée pour faire place à l'examen de l'UE, car les problèmes de comportement anticoncurrentiel devront être examinés à l'échelle de l'UE. Dans le même temps, l'organisme de surveillance de la concurrence du Royaume-Uni (CMA) a également ouvert une enquête sur le Google Play.

    Les frais facturés aux développeurs pour l'accès au Google Play peuvent atteindre 30 %, et les développeurs ne sont pas autorisés à utiliser des systèmes de facturation alternatifs pour percevoir les paiements des utilisateurs. Google a déclaré que les applications seraient retirées de sa boutique d'applications mobiles à partir de juin de cette année si les développeurs n'utilisent pas son système de facturation propriétaire. Les sources rapportent que des questionnaires ont été envoyés aux développeurs le mois dernier dans le cadre de l'enquête. Sur les 16 questions du document, certaines couvraient la période 2017-2021 et d'autres la période 2019-2021.

    Nom : Google_Play_xnWsyzW.jpg
Affichages : 763
Taille : 53,6 Ko

    Les personnes interrogées devaient indiquer si le changement de politique de Google cette année avait eu un impact sur la distribution de leurs biens ou services sur le Google Play, quelles applications étaient concernées et si cela avait affecté leur capacité à acquérir des utilisateurs sur les appareils Android. Les régulateurs voulaient savoir si le changement avait contraint les développeurs à abandonner d'autres options de paiement au profit du service de facturation de Google et si la migration des utilisateurs vers une autre option de paiement avait affecté le nombre d'utilisateurs préexistants et l'accès des développeurs aux données.

    Le gendarme de la concurrence de l'UE a demandé aux développeurs s'ils pensaient pouvoir offrir un meilleur service ou produit s'ils avaient la possibilité d'utiliser un autre système de paiement. Il voulait également savoir si Google les autorisait à utiliser un système de paiement alternatif, s'il leur facturait des frais de service pour cela ou s'il se plaignait de la sécurité de leur méthode de paiement. En outre, il a été demandé aux développeurs d'applications si le géant des paiements numériques Stripe, le système de paiement néerlandais Adyen et l'unité Braintree de PayPal étaient considérés comme des systèmes de paiement alternatifs.

    La Commission européenne s'est refusée à tout commentaire. Mais un porte-parole de Google a déclaré que l'entreprise avait discuté d'un "certain nombre de choses" avec la Commission européenne, dont des modifications récentes visant à rendre les conditions générales du Play Store plus équitables et à apaiser les allégations de comportement déloyal des développeurs. Pour rappel, fin juillet, Google a déclaré que les développeurs d'applications non liées aux jeux pouvaient passer à des systèmes de paiement rivaux. L'entreprise a également annoncé qu'elle réduirait les frais des développeurs, qui devraient être de 12 % au lieu de 15 %.

    Cette mesure a été présentée par Google comme une première étape pour se conformer aux règles de l'économie numérique, notamment le Digital Markets Act, récemment adoptées par l'Union européenne. « Dans le cadre de nos efforts pour nous conformer à ces nouvelles règles, nous annonçons un nouveau programme visant à soutenir les alternatives de facturation pour les utilisateurs de l'EEE. Ainsi, les développeurs d'applications non ludiques pourront proposer à leurs utilisateurs de l'EEE une alternative au système de facturation de Google Play lorsqu'ils paient des contenus et services numériques », a déclaré Google.

    Google a déclaré qu'il continuait de réfléchir à la façon d'étendre ces nouvelles règles à l'avenir. « Le système de facturation de Google Play continuera d'être requis pour les applications et les jeux distribués via Play à des utilisateurs en dehors de l'EEE, et pour les jeux distribués à des utilisateurs au sein de l'EEE. Nous prévoyons d'étendre les alternatives de facturation aux développeurs d'applications de jeux pour leurs utilisateurs dans l'EEE, avant la date d'entrée en vigueur de la DMA », a ajouté l'entreprise. Les développeurs ont tout de même dénoncé l'initiative Google, alléguant qu'elle n'est pas conforme au DMA.

    En effet, les nouvelles règles de l'UE définissent une série d'interdictions et d'obligations pour certains des plus grands acteurs technologiques du monde, dont Google, Meta, Amazon, Apple et Microsoft. Mais certains membres de la Commission européenne chargés de l'application de la nouvelle réglementation craignent que les récentes mesures prises par Google "ne soient pas suffisantes" pour rester en conformité avec les règles. Le DMA est en passe d'être inscrit dans le règlement de l'UE en octobre prochain, et les entreprises technologiques relevant de son champ d'application seront mises en conformité au début de 2024.

    Par ailleurs, Apple refuse toujours de permettre aux développeurs d'utiliser des systèmes de paiement tiers dans leurs applications, mais le DMA pourrait le contraindre définitivement à le faire. Aux États-Unis, un comité sénatorial a approuvé en février un projet de loi qui va obliger Google et Apple à autoriser les développeurs à utiliser des systèmes de paiement tiers. Une loi similaire a également été votée par la Corée du Sud au premier trimestre de cette année.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la nouvelle enquête de l'UE visant le Google Play ?
    Que pensez-vous des nouvelles règles du Google Play pour les applications non ludiques ?
    Google a-t-il le droit de prélever des frais de service alors qu'elles utilisent un système de paiement tiers ?

    Voir aussi

    Google testera la possibilité pour les développeurs Android d'utiliser leurs propres systèmes de facturation, à commencer par Spotify

    Un comité sénatorial approuve un projet de loi qui va obliger Google et Apple à autoriser les systèmes tiers de paiement, face aux milliards potentiels de perte, Apple joue la carte de la sécurité

    La Corée du Sud finalise les règles obligeant l'App Store et Play Store à accepter les paiements tiers, dès le 15 mars les utilisateurs pourront choisir leur système de paiement pour des achats in-app

    Google Play va permettre aux développeurs d'applications d'utiliser des systèmes de facturation alternatifs en Europe, et uniquement en Europe, mais ils devront toujours payer des frais de service
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    1 478
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 1 478
    Points : 43 587
    Points
    43 587
    Par défaut Google lance un projet pilote de facturation par des tiers sur le Play Store comme requis par des développeurs
    Google lance un projet pilote de facturation par des tiers sur le Play Store comme requis par une coalition de développeurs
    Mais le géant de la Tech ne réduira les frais que de 4 % malgré l’ouverture

    Google a entamé avec les tests de systèmes de paiement alternatifs à l’intention des développeurs sur sa boutique d’applications comme requis par une coalition internationale de développeurs. Le programme pilote couvre les contenus et services numériques, tels que les achats in-app et les abonnements. Les paiements basés sur des technologies web intégrées à des applications sont également admis par le géant technologique. Le projet pilote lancé dans la zone économique européenne, en Australie, en Inde, en Indonésie et au Japon ne permettra néanmoins pas aux développeurs de faire des économies. En effet, si le géant technologique donne des signes d’ouverture, il ne réduira les frais que de 4 %.

    Google et Apple prélèvent environ 30 % non seulement sur les achats d'applications nouvellement téléchargées, mais aussi sur les achats numériques dans des applications déjà téléchargées. De nombreux développeurs considèrent ces frais comme excessifs, d’où la pression exercée par une coalition internationale de développeurs sur les deux écosystèmes pour autoriser la facturation par des tiers en vue de réduire les frais d’utilisation exorbitants des magasins d'applications. Google et Apple ont donc cédé aux pressions sans toutefois le problème central des frais élevés d’utilisation de leurs magasins d'applications. Apple prélève une commission de 27 % sur les achats effectués en dehors de la boutique d'applications, c'est-à-dire la commission initiale de 30 % moins les 3 % de frais de traitement habituellement facturés par les sociétés de cartes de crédit.

    Dans le cadre du programme pilote, lorsqu'un utilisateur passe à la caisse, une case s'affiche pour lui demander s'il souhaite utiliser la facturation Google Play ou un autre service tiers. Dans le cas de l’utilisation d’un service tiers, Google ne réduira ses frais que de 4 %. En sus, des frais pour le processeur de paiement tiers sont requis. Donc avec une réduction de seulement 4 % de la part de Google, les développeurs ne feront pas vraiment d'économies.


    Nom : 2.png
Affichages : 599
Taille : 160,5 Ko

    Google ne laissera pas les développeurs utiliser le programme pilote pour les jeux - qui rapportent le plus - mais uniquement pour les applications. Le projet pilote exigera que les systèmes de paiement alternatifs soient conformes à la norme de sécurité des données de l'industrie des cartes de paiement. De plus, les développeurs fournissent un service clientèle pour le système de paiement alternatif de leur choix. Les systèmes de paiement utilisés doivent fournir un processus de contestation des transactions non autorisées.
    Google n'a pas précisé la durée du projet pilote, mais la foire aux questions laisse entendre qu'il s'agira d'un effort progressif qui s'étendra aux jeux et éventuellement à d'autres types de contenus à l'avenir.

    L’ouverture des boutiques d’application à des systèmes de paiement alternatifs à l’intention des développeurs fait partie d’une longue liste d’attentes que la Coalition For App Fairness formule à l’endroit des géants technologiques Google et Apple :

    • aucun développeur ne devrait être tenu d'utiliser exclusivement un app store ni de recourir aux services auxiliaires du propriétaire de l'app store y compris les systèmes de paiement ou d'accepter d'autres obligations supplémentaires pour avoir accès à l'App Store ;
    • aucun développeur ne doit être banni de la plateforme ou faire l'objet d'une discrimination fondée sur le modèle commercial d'un développeur, la manière dont il fournit le contenu et les services, ou s'il est en concurrence d'une quelconque manière avec le propriétaire de l'App Store ;
    • chaque développeur devrait disposer en temps utile des mêmes interfaces d'interopérabilité et informations techniques que le propriétaire de l'App Store met à la disposition de ses propres développeurs ;
    • chaque développeur devrait toujours avoir accès aux magasins d'applications tant que son application répond à des normes équitables, objectives et non discriminatoires en matière de sécurité, de confidentialité, de qualité, de contenu et de sécurité numérique ;
    • les données d'un développeur ne doivent pas être utilisées pour le concurrencer ;
    • tout développeur devrait toujours avoir le droit de communiquer directement avec ses utilisateurs par le biais de son application à des fins commerciales légitimes ;
    • aucun propriétaire d'App Store ne doit s'engager dans la publicité de ses propres applications ou services, ou interférer avec le choix des préférences ou des défauts des utilisateurs ;
    • aucun développeur ne devrait être tenu de payer des frais ou des parts de revenus injustes, déraisonnables ou discriminatoires, ni de vendre au sein de son application ce qu'il ne souhaite pas vendre, comme condition d'accès à l'App Store ;
    • tous les App Stores seront transparents en ce qui concerne leurs règles et politiques et leurs possibilités de promotion et de commercialisation, les appliqueront de manière cohérente et objective, notifieront les changements et mettront à disposition une procédure rapide, simple et équitable pour résoudre les litiges.


    Source : Google

    Et vous ?

    Quelle appréciation faites-vous de ce signe d’ouverture de Google ?
    La liste d’attentes que formule la Coalition For App Fairness vis-à-vis des géants technologiques Google et Apple résume-t-elle bien la vôtre ? Quelles sont les vôtres ?

    Voir aussi :

    Face au Congrès américain, Jeff Bezos déclare qu'il ne peut pas garantir que les employés d'Amazon n'ont pas accès aux données des vendeurs tiers pour favoriser les produits de son entreprise
    Fortnite aurait fait exploser les bénéfices d'Epic Game en 2018 jusqu'à 3 milliards de dollars grâce notamment à la vente de contenus additionnels
    Après un bras de fer qui aura duré près de deux ans, Epic abandonne le combat et publie Fortnite sur PlayStore, regrettant que Google rende extrêmement mince la possibilité d'éviter le Play Store
    Google assure que Fortnite ne bénéficiera d'aucun traitement de faveur sur le Play Store s'il veut revenir et que sa taxe de 30 % est valable pour tous, Epic dénonce un abus de position dominante
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #5
    Membre actif

    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    février 2006
    Messages
    49
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : février 2006
    Messages : 49
    Points : 263
    Points
    263
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut
    La liste d’attentes que formule la Coalition For App Fairness vis-à-vis des géants technologiques Google et Apple résume-t-elle bien la vôtre ? Quelles sont les vôtres ?
    La mienne est simple en 3 points et je pense qu'elle est partagée par de nombreuses personnes ici :

    - L'utilisateur doit être libre d'installer ce qu'il veut et peu importe la source de l'application !
    - Le message d'alerte ne doit pas être excessivement anxiogène et ne pas cacher les boutons d'exécutions (dark UX)
    - L'utilisateur doit pouvoir avoir les droits de root sans bidouilles.


    Pour moi c'est Windows app de bureau (win32) qui à le meilleur compromis avec l'UAC.
    -> Exe sans signature numérique* : Attention
    -> Exe avec signature numérique* : Message normal

    * Et bien sur que les certificats obtenu via des tiers soit reconnu... pas que chez Apple ou Google

    Et cela résoudrait tous ces problèmes d'abus et procès...
    Et si les stores sont les paradis des utilisateurs et développeurs, je ne vois pas ce que Google et Apple risquent ?!

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 01/08/2020, 14h30
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 16/11/2016, 14h08
  3. Réponses: 1
    Dernier message: 06/08/2015, 13h55
  4. Réponses: 13
    Dernier message: 25/07/2014, 21h29
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 10/05/2013, 12h22

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo