Azure aurait des problèmes de capacité, la chaîne d'approvisionnement est mise en cause et Microsoft pourrait restreindre ses charges de travail internes
pour satisfaire les clients actuels

Les services Microsoft Azure pourraient être discrètement confrontés à des problèmes de capacité. Un rapport indique que plus de deux douzaines de centres de données Azure dans le monde fonctionnent actuellement avec des capacités limitées. Il ajoute, par exemple, que les nouveaux clients ne sont actuellement pas autorisés à s'inscrire sur les sites de serveurs du Royaume-Uni Ouest et du Royaume-Uni Sud pour les services Cosmos DB et machines virtuelles. Les problèmes de capacité d'Azure seraient liés aux difficultés de la chaîne d'approvisionnement et au choix de Microsoft de soutenir l'Ukraine dans le conflit qui l'oppose à la Russie.

Microsoft fait face à des allégations de problèmes de capacité d'Azure et de limites régionales. Deux responsables de Microsoft, restés anonymes, et certains clients auraient rapporté qu'Azure a du mal à fournir une capacité suffisante pour répondre à la demande et certaines régions refuseraient les nouveaux abonnements aux services. Selon Microsoft, Azure comprend plus de 200 centres de données répartis dans 60 régions du monde, mais le rapport suggère que plus de deux douzaines d'entre eux fonctionnent avec une capacité limitée. Les problèmes de capacité affecteraient les centres de données Azure aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Plus précisément, les responsables auraient cité des zones telles que l'État de Washington aux États-Unis et le Royaume-Uni. Les deux régions de centres de données Azure de Microsoft au Royaume-Uni n'accepteraient pas les nouvelles inscriptions de clients pour l'accès aux machines virtuelles ou à son service de base de données en cloud Cosmos DB. Selon les sources, la capacité des serveurs devrait rester limitée jusqu'au début de l'année prochaine. Les responsables ont imputé les problèmes au soutien de Microsoft à l'Ukraine depuis son invasion par la Russie le 24 février dernier.

Nom : azure-c915a37c.png
Affichages : 2904
Taille : 89,1 Ko

En effet, Microsoft fait partie des entreprises qui ont pris des mesures contre la Russie. Et lors de son événement Envision à Londres en mai dernier, Microsoft a révélé qu'elle avait dépensé plus de 100 millions de dollars pour fournir un soutien technologique au gouvernement ukrainien pendant le conflit actuel, notamment en déplaçant ses opérations informatiques vers le cloud. L'entreprise s'est également efforcée de contrer les cyberattaques russes contre les infrastructures ukrainiennes. Ensuite, les sources ont ajouté que Microsoft faisait face à une demande accrue. Microsoft a confirmé cette rumeur.

« Dans le monde entier, nous avons constaté une croissance sans précédent du cloud. Face à cet afflux, couplé à des macro-tendances ayant un impact sur l'ensemble du secteur, nous avons pris des mesures pour répondre aux augmentations de capacité des clients tout en accélérant le déploiement des serveurs dans nos centres de données. Notre priorité reste d'assurer la continuité activités des clients. Outre la gestion et la planification de la croissance, nous procédons activement à l'équilibrage de la charge si nécessaire », a déclaré un porte-parole de Microsoft.

Au cours des dernières années, et à un rythme de plus en plus rapide, les industries ayant mis en ligne encore plus de services pendant la pandémie, les organisations sont devenues de plus en plus dépendantes des services cloud. En outre, le rapport 2022 de Flexera sur l'état du cloud indique que 48 % des données de toutes les organisations se trouvent aujourd'hui dans un cloud public. Il ajoute qu'Azure a devancé AWS en tant que premier fournisseur de services de cloud computing, avec un taux d'adoption de 77 % dans toutes les entreprises. De son côté, Microsoft affirme que 95 % des entreprises du classement Fortune 500 utilisent Azure.

Par ailleurs, selon les responsables susmentionnés, Microsoft ne peut pas facilement augmenter sa capacité en raison des contraintes sur l'approvisionnement en matériel informatique. Le porte-parole a ajouté que l'entreprise était prête à mettre en place des restrictions de capacité si cela était nécessaire. « S'il s'avère nécessaire de mettre en place des restrictions de capacité, nous limiterons d'abord les essais et les charges de travail internes pour donner la priorité à la croissance des clients existants », a expliqué le porte-parole.

Selon le témoignage d'un client d'Azure, les régions Ouest et Est d'Azure au Royaume-Uni montrent toutes deux des signes de problèmes de capacité. Il explique que si un nouvel abonnement client est créé, il n'est pas possible de déployer de l'informatique dans l'une de ces deux régions. Le portail Azure conseillerait simplement de soumettre une demande d'assistance. Le même client a également déclaré qu'il avait cessé de désallouer les machines virtuelles en dehors des heures de bureau, ce qui serait normalement fait pour réduire les coûts, car il avait eu des difficultés à réallouer les ressources le lendemain matin.

Un professionnel de l'informatique et Microsoft Most Valuable Professional (MVP) a déclaré que les problèmes de capacité n'étaient pas nouveaux pour le cloud Azure et que ces problèmes affectaient les clients depuis un certain temps. Aidan Finn, qui travaille principalement avec des clients en Norvège, a écrit sur son blogue : « la plupart des personnes qui utilisent Azure depuis quelques années ont vu les redoutables échecs de déploiement - vous ne pouvez pas obtenir de capacité parce que la région que vous avez sélectionnée n'en a pas. Et l'agent de support 'serviable' vous dit d'essayer une région moins impactée sur un autre continent ».

Finn suggère que les utilisateurs d'Azure doivent prendre des mesures telles que la désactivation de la mise à l'échelle automatique, la détermination des ressources requises et le maintien de ces ressources plutôt que leur libération lorsqu'elles ne sont pas utilisées. Si suffisamment de clients agissent déjà de la sorte, cela aura tendance à exacerber la pénurie de capacité que connaît Azure. Les analystes du secteur ont déclaré que les fournisseurs informatiques accordaient déjà la priorité aux clients commerciaux tels que Microsoft, mais il est possible que les problèmes de chaîne d'approvisionnement aient un impact.

Toutefois, les serveurs ne sont peut-être pas le problème. Certains fabricants de commutateurs de réseau ont signalé que les délais de livraison des semi-conducteurs dont ils ont besoin pour fabriquer leurs produits ont atteint plus de 80 semaines. Andrew Buss, directeur de recherche sur les stratégies d'infrastructure européennes chez IDC, a déclaré que les retards dans la chaîne d'approvisionnement signifient que le renforcement des capacités peut être un problème si la demande augmente soudainement.

« La demande [de clouds publics] devrait être exacerbée, car les clients qui ne peuvent pas obtenir un approvisionnement immédiat et qui sont confrontés à des contraintes de capacité [sur les serveurs physiques] se tournent eux-mêmes vers le cloud public pour ajouter de la capacité IaaS supplémentaire. Cela fera augmenter la demande de clouds publics, ce qui exercera une pression supplémentaire sur l'échelonnement des services », a-t-il déclaré.

Source : Microsoft

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des problèmes de capacité d'Azure soulevés par les clients ?
Que pensez-vous des causes probables de ces problèmes de capacité ?
Avez-vous été affecté par les problèmes de capacité d'Azure ? Si oui, comment gérez-vous cela ?

Voir aussi

Azure a devancé AWS dans l'adoption du cloud public, selon un rapport de l'organisme de gestion informatique Flexera

L'adoption du cloud public s'accélère, avec 63 % d'utilisateurs intensifs, soit une augmentation par rapport à 59 % en 2021 et 53 % en 2020

Azure, deuxième fournisseur de cloud public, enregistre pour la première fois des taux d'adoption par les entreprises supérieurs à ceux d'AWS dans les clouds privés, Azure avance également de 37 %