Le travail hybride pour les professionnels du cloud est associé à des salaires plus élevés, le salaire moyen étant de 188 000 $, les employés travaillant dans un bureau déclarent un salaire moyen de 131 000 $

La dernière enquête 2022 sur les salaires dans le cloud réalisée par O'Reilly montre que les travailleurs de la tech gagnent plus d'argent dans des scénarios de travail hybrides ou à distance et bénéficient d'un salaire plus élevé et d'une meilleure formation grâce à l'apprentissage sur le lieu de travail.

Elle montre également que 20 % des travailleurs tech déclarent avoir déjà changé d'employeur au cours de l'année dernière, et que 25 % des personnes interrogées prévoient de trouver un nouvel emploi mieux rémunéré.

Parmi les professionnels du cloud interrogés, près des deux tiers (63 %) travaillent à distance à temps plein, et 31 % ont un horaire hybride, se rendant au bureau entre un et quatre jours par semaine. L'enquête a également révélé que le travail hybride est associé à des salaires globaux plus élevés - le salaire moyen déclaré pour le personnel hybride est de 188 000 dollars, tandis que les travailleurs à distance à temps plein gagnent légèrement moins (184 000 dollars). Les employés à temps plein travaillant dans un bureau ont déclaré le salaire moyen le plus bas, soit 131 000 $.

En outre, 48 % des personnes interrogées ont participé à des programmes de formation technique ou de certification au cours de l'année écoulée, et 18 % ont obtenu une ou plusieurs certifications. Les heures consacrées à la formation ont un lien direct avec l'augmentation de la rémunération. Cependant, l'argent n'est pas le seul facteur qui motive la formation ; les personnes interrogées ont cité l'apprentissage de nouvelles technologies (42 %), l'amélioration des compétences existantes (40 %) et la participation à des projets plus intéressants (21 %) comme étant les raisons les plus populaires de participer à la formation et au développement.

Nom : O'Reilly_Logo_August_2019.jpg
Affichages : 508
Taille : 27,4 Ko

"Les professionnels du cloud sont actuellement les talents technologiques les plus recherchés et ont donc la possibilité de choisir parmi un large éventail d'options d'emploi qui correspondent le mieux à leur style de vie. Pendant la pandémie, nous avons vu des millions de travailleurs démissionner de leur entreprise dans le but de reconfigurer leur carrière et de s'orienter délibérément vers de nouvelles opportunités d'emploi avec des salaires plus élevés et un meilleur alignement entre leurs objectifs professionnels et personnels ", explique Laura Baldwin, présidente de O'Reilly. "Ces travailleurs étant très demandés, nous prévoyons que le grand exode technologique se poursuivra, à moins que les employeurs n'interviennent en proposant des salaires compétitifs, des avantages substantiels, une flexibilité du travail à distance, ainsi qu'un apprentissage et un développement sur le lieu de travail."

Parmi les autres résultats, l'augmentation moyenne des salaires au cours de l'année écoulée est de 4,3 %. Le salaire moyen des femmes est toutefois inférieur de 7 % à celui des hommes. Aux États-Unis, la rémunération moyenne est la plus élevée en Californie (214 000 dollars), suivie de New York (212 000 dollars) et de Washington (203 000 dollars). Les répondants âgés de 45 à 54 ans ont le salaire moyen le plus élevé (196 000 $).

Source : O'Reilly

Et vous ?

Trouvez-vous ce rapport pertinent ?
Qu'en est-il au sein de votre organisation ? le travail Cloud hybride est-il mieux payé que d'autres ?
Pensez-vous que la situation est la même dans les pays Francophones comme par exemple la France ?

Voir aussi :

Travail hybride : quel impact sur les salariés ? Que peuvent faire les entreprises pour les soutenir et atténuer les risques ? Éléments de réponses

L'ex-directeur des ressources humaines de Google affirme que le travail hybride ne durera pas, il pense que cela aura des effets négatifs sur le moral et à la productivité des employés

Le travail à distance a zéro impact négatif sur la productivité des travailleurs, d'après une étude universitaire, qui arrive dans un contexte où les employés en télétravail ne veulent plus du bureau