IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 468
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 468
    Points : 47 549
    Points
    47 549
    Par défaut Tesla est poursuivi pour avoir illégalement licencié des employés et refusé de leur verser leur salaire
    Tesla est poursuivi pour avoir illégalement licencié des employés et refusé de leur verser leur salaire
    ces licenciements auraient impacté ses programmes de diversité et d'inclusion

    Deux anciens employés de la gigafactory (giga-usine) de Sparks, dans le Nevada, poursuivent Tesla en justice pour des licenciements massifs. Ils affirment que plus de 500 travailleurs ont été licenciés dans l'usine sans le préavis de 60 jours requis, en violation de la loi fédérale WARN (Worker Adjustment and Retraining Notification Act). Ils demandent le statut de recours collectif pour tous les anciens employés de Tesla à travers les États-Unis qui ont été licenciés en mai ou juin sans préavis. En outre, certaines sources rapportent que de nombreux employés impliqués dans les programmes de diversité et d'inclusion faisaient partie des licenciements.

    Les anciens employés de Tesla, John Lynch et Daxton Hartsfield, auraient été licenciés en juin. Dans la plainte déposée dimanche auprès d'un tribunal fédéral du Texas, ils affirment qu'ils font partie des milliers de travailleurs licenciés récemment dans le cadre de compressions budgétaires à l'échelle de l'entreprise. « Tesla a simplement informé les employés que leur licenciement prendrait effet immédiatement », peut-on lire dans la plainte. Celle-ci allègue que les licenciements ont violé les exigences de la loi fédérale WARN, selon laquelle les travailleurs doivent recevoir un préavis écrit de 60 jours avant d'être licenciés en masse.

    En effet, au début du mois, le PDG Elon Musk a envoyé un courriel à ses cadres pour leur dire qu'il avait un "très mauvais pressentiment" à propos de l'économie et que Tesla allait réduire de 10 % le nombre de ses salariés. Toutefois, selon les propos de Musk lors d'une interview au Forum économique du Qatar la semaine dernière, le constructeur de véhicules électrique a depuis revu son objectif à un peu plus de 3 %. En ce qui concerne la plainte déposée par les anciens employés, en se référant à la loi fédérale WARN, ces derniers allèguent que, comme ils n'ont pas reçu un tel préavis, Tesla leur doit également 60 jours de salaire.

    Nom : edr.png
Affichages : 694
Taille : 38,8 Ko

    La loi américaine WARN s'applique aux entreprises comptant au moins 100 employés à temps plein ou 100 employés ou plus qui travaillent collectivement au moins 4 000 heures par semaine, heures supplémentaires non comprises. Comme la loi WARN de l'État californien, qui couvre les entreprises de 75 employés ou plus, elle vise à donner aux travailleurs un préavis de perte d'emploi en cas de licenciement collectif ou de fermeture d'usine. « Tesla n'a pas agi de bonne foi et n'avait pas de motifs raisonnables de croire que ses actes et omissions ne constituaient pas une violation de la loi WARN », affirme la plainte.

    L'idée est de donner aux employés suffisamment de temps pour trouver un autre emploi ou se recycler. L'un des travailleurs qui ont porté plainte, John Lynch, a déclaré avoir été informé le 10 juin qu'il était licencié avec effet immédiat. Selon un avocat des plaignants, la société tente d'amener les travailleurs à accepter une indemnité de licenciement d'une semaine de salaire en échange d'un accord juridique de ne pas intenter de procès. « Nous conseillons aux employés de ne pas signer cet accord, car ils ont probablement droit à beaucoup plus en vertu de la loi WARN », a déclaré l'avocate Shannon Liss-Riordan.

    Selon la plainte, les travailleurs concernés ont subi un "impact économique dévastateur". De son côté, Musk a qualifié le procès de "conséquence mineure". « C'est un petit procès de conséquence mineure. Tout ce qui a trait à Tesla fait les gros titres, qu'il s'agisse d'un accident de vélo ou de quelque chose de beaucoup plus grave », a-t-il déclaré. Interrogé sur l'obligation, en vertu de la loi WARN, d'annoncer les licenciements massifs imminents aux travailleurs et aux agences gouvernementales, il a déclaré : « nous avons fait une annonce ». Mais le milliardaire n'a fourni aucun détail sur l'annonce dont il s'agit.

    Musk n'a pas expliqué pourquoi il a déclaré au début du mois qu'il avait un "très mauvais pressentiment" concernant l'économie. Mais il a déclaré la semaine dernière lors du Forum économique du Qatar : « nous avons connu une croissance très rapide du côté des salariés et un peu trop rapide dans certains domaines, ce qui nécessite une réduction des effectifs salariés », a-t-il déclaré. Tesla est de loin le plus grand producteur de véhicules électriques (VE) aux États-Unis et reste le leader du marché mondial des VE, mais des précisions indiquent que Volkswagen pourrait dépasser le constructeur d'Austin, au Texas, dès 2024.

    Par ailleurs, d'autres rapports sur les récents licenciements de Tesla allèguent que les actions du constructeur affectent ses programmes de diversité et d'intégration. L'un d'eux indique que de nombreux employés impliqués dans les programmes de diversité et d'inclusion faisaient partie des licenciements - y compris le président de la communauté LGBTQ+ de Tesla - et un responsable impliqué dans les programmes de diversité et d'inclusion de l'entreprise. Un certain Bobby Berretta-Paris, qui travaillait pour Tesla depuis cinq ans, aurait été licencié la semaine dernière. Il avait été embauché comme recruteur et promu trois fois au cours de son mandat.

    Le rapport ajoute que Berretta-Paris était également le président bénévole de LGBTQ+ chez Tesla. Les licenciements présumés de ces responsables de la diversité chez Tesla interviennent alors que Musk a fait plusieurs commentaires sur ce qu'il appelle "le virus de l'esprit woke" (woke mind virus), qui selon lui, "détruit la civilisation". Le PDG n'a jamais précisé ce qu'il entendait par "woke mind virus". Si le mot "woke" représentait à l'origine une personne attentive aux injustices de la société, il a désormais été largement récupéré par la droite pour se moquer du militantisme progressiste ou des idées plus extrémistes de la gauche.

    Musk n'a jamais utilisé le mot en public jusqu'à ces dernières semaines, à peu près au moment où il a commencé à se montrer plus politique et a déclaré que le parti démocrate était "le parti de la haine". Il a ajouté qu'il voterait républicain à l'avenir. Selon les analystes, le fait que des personnes impliquées dans ce que certains pourraient qualifier de "wokeness" chez Tesla aient fait partie des licenciements pourrait être une coïncidence, mais ce n'est certainement pas une bonne chose lorsque certaines des personnes les plus impliquées dans les programmes de diversité sont licenciées au milieu des commentaires de Musk sur la culture "woke".

    L'action en justice de Lynch et Hartsfield fait suite à une avalanche de procès intentés ces dernières années au sujet des conditions de travail dans les usines Tesla. L'organisme de réglementation des droits civils de Californie poursuit l'entreprise, alléguant que les travailleurs noirs de l'usine Tesla de Fremont étaient moins bien payés que les travailleurs blancs, qu'ils se voyaient refuser des promotions et qu'ils étaient victimes d'abus racistes quotidiens. Tesla a qualifié la plainte de résultat "erroné" d'une "enquête sommaire" et a déclaré que le constructeur automobile "s'oppose fermement à toute forme de discrimination et de harcèlement".

    La semaine dernière, Solomon Chau, actionnaire de Tesla, a intenté une action en justice contre la société, citant une douzaine de procès intentés par des travailleurs et alléguant que Tesla a "une culture de travail toxique fondée sur les abus racistes et sexistes et la discrimination contre ses propres employés", ce qui aurait exposé Tesla à des centaines de millions de dollars en responsabilité potentielle pour des violations de la loi fédérale et de l'État".

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la plainte déposée contre Tesla ?
    Tesla pourrait-il être reconnu coupable de violation de la loi WARN ?
    Que pensez-vous des "idées woke" infiltrées dans l'industrie technologique ?

    Voir aussi

    Elon Musk annonce que Tesla a suspendu toutes les embauches dans le monde et doit réduire le personnel de 10%, ce qui représente près de mille employés

    Tesla licencie un employé qui a publié sur YouTube des vidéos d'un accident impliquant le Full Self-Driving, et lui coupe également l'accès à la version bêta du FSD

    Tesla a surveillé ses employés sur Facebook avec l'aide d'une entreprise de relations publiques lors de la poussée syndicale de 2017

    Les licenciements de SpaceX violent probablement le droit du travail américain, selon des experts, certains des auteurs de la lettre qui dénonce le comportement d'Elon Musk ont été mis à la porte
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    163
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 163
    Points : 646
    Points
    646
    Par défaut
    Elon Musk a lancé son jeu "Tesla" qu'il trouve moins drôle depuis la mise à jour qui a ajouté la "prise de conscience d'une partie de la population des discriminations des minorités" (aussi appelé woke).
    Il a trouvé que c'était vraiment du bullshit, il a donc changé le bord politique de gauchiste débile à droitard débile, parce que "les blancs normaux" c'est mieux.
    Il voulait virer la mauvaise graine mais trouvait que ça risquait de diminuer sa "réputation" il a donc décidé de virer la mauvaise graine + gérard qui se gare de travers + 450 autres personnes au pif (mais ce sont surement des branleurs quand même.
    Il a eu une pop up qui lui disait que ce qu'il faisait pouvait avoir des conséquences mais c'est quand même lui qui joue donc les pop up il ne les lit pas.

    Deux employés choisis au pif dont 1 qui faisait visiblement du bon boulot (il avait eu plusieurs augmentations) ont décidé de porter plainte. C'était surement des communistes russes infiltrés en sommeil.
    Musk contrarié a rage quit le jeu.
    Il reviendra surement d'ici peu pour une intervention éclairée du type "Je suis pour la liberté d'expression absolue, fermez vos gueules"
    Puis envoira un rapport de bug qu'il appelera wokistan qui regroupera toutes les features qui le freinent en mettant en commentaire "Vous vous prenez pour Bethesda? Si vous ne corrigez par vite tout ça je vais vous racheté! Faignasses wokistes complotisantes"

    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    Que pensez-vous des "idées woke" infiltrées dans l'industrie technologique ?
    Je pense que chacun devrait avoir sa place dans la société avec ses différences.
    Je pense qu'aucune personne ne devrait être discriminée pour cette différence.
    MAIS je penses aussi que l'étendard de la différence ne devrait pas être brandit à chaque fois qu'une personne différente subit une situation défavorable. Et c'est là que tout se complique.

    Le racisme condamné aujourd'hui est principalement un racisme structurel (beaucoup de choses sont plus simples pour Marcel que pour Mohamed).
    Une partie des Etats-Uniens ont remplacer ce prisme structurel en problème individuel. De là des blancs se sont sentis coupables et ont commencé toutes leurs interventions par "Je suis désolé de prendre la parole, je ne sais rien parce que je suis un favorisé parce que je suis un mâle blanc cis socialement csp+". Mais ne sont pas allé plus loin les laissant dans cette situation pas si inconfortable de favorisé qui n'a besoin que de s'excuser mais pas d'agir, entretenant bien sa "White guilt".

    Des gens ont alors créé le mot "woke" pour définir une personne sensibilisé à toute ces discriminations. Adjectif plutôt positif qui définit un individu. Adjectif qu'on ne s'attribuait pas mais que d'autres peuvent t'attribuer (en tout cas dans mon entourage).
    Une partie des Etats-Uniens ont donc décidé de remplacer leur introduction d'excuse précédemment citée par "Je suis woke" dans leur bio twitter, facebook, tinder et Linkedin. Les Européen se sont dit que s'était aussi plus facile et ils ont donc copié l'idée.
    Et là les droitards (ces génies, je le penses vraiment), ont remplacé cet adjectif individuel par un concept global : le wokisme.
    Les gauchistes ne comprenant rien au concept de woke (comme tout le monde au final, même les wokes) ont concédé.

    Voilà comment un terme un peu mou exprimant une tendance vers la tolérance est devenu un terme discriminant.

Discussions similaires

  1. Réponses: 4
    Dernier message: 12/06/2022, 21h06
  2. Réponses: 2
    Dernier message: 29/11/2020, 18h59
  3. Réponses: 2
    Dernier message: 11/12/2019, 10h01
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 27/09/2019, 16h08
  5. Réponses: 7
    Dernier message: 21/04/2005, 15h55

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo