IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 299
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 299
    Points : 194 772
    Points
    194 772
    Par défaut Jupiter, le premier supercalculateur exascale d’Europe, fonctionnera sur ARM au lieu de x86
    L'Allemagne accueillera Jupiter, le premier supercalculateur exascale d'Europe connu publiquement,
    d'après une annonce d'EuroHPC JU

    L'Allemagne accueillera le premier supercalculateur exascale européen connu publiquement, ainsi que quatre autres sites de l'UE qui vont accueillir des systèmes plus petits, mais toujours puissants, a annoncé cette semaine l'entreprise commune européenne pour le calcul à haute performance (EuroHPC JU).

    Les machines seront cofinancées par l'entreprise commune EuroHPC avec un budget provenant du programme Europe numérique (DEP), Horizon Europe (HE) et par des contributions des États participants concernés. EuroHPC JU cofinancera jusqu'à 50 % du coût total du supercalculateur haut de gamme et jusqu'à 35 % du coût total des supercalculateurs de milieu de gamme. Les modalités précises de financement des nouveaux supercalculateurs seront reflétées dans les accords d'hébergement qui seront signés prochainement.


    L'EuroHPC JU est une entité juridique et de financement, créée en 2018 avec pour mission de*:
    • développer, déployer, étendre et maintenir dans l'UE un écosystème fédéré, sécurisé et hyperconnecté de supercalcul, d'informatique quantique, de services et d'infrastructures de données de premier plan au niveau mondial*;
    • soutenir le développement et l'adoption d'un système de calcul intensif innovant et compétitif axé sur la demande et axé sur les utilisateurs, basé sur une chaîne d'approvisionnement qui garantira des composants, des technologies et des connaissances limitant le risque de perturbations et le développement d'une large gamme d'applications optimisées pour ces systèmes*;
    • élargir l'utilisation de cette infrastructure de calcul intensif à un grand nombre d'utilisateurs publics et privés et soutenir le développement de compétences HPC clés pour la science et l'industrie européennes.

    Dans un communiqué de presse, cette entité a annoncé que l'Allemagne accueillera Jupiter, l'acronyme de Joint Undertaking Pioneer for Innovative and Transformative Exascale Research. Il devrait être mis en service l'année prochaine dans un bâtiment spécialement conçu sur le campus du centre de recherche Forschungszentrum Jülich et exploité par le Jülich Supercomputing Center (JSC), aux côtés des supercalculateurs Juwels et Jureca existants.

    Pour mémoire, l’exascale est la capacité à effectuer un milliard de milliards de calculs chaque seconde.

    Quatre autres sites ont également été sélectionnés pour héberger des supercalculateurs de milieu de gamme dotés de capacités pétascale ou pré-exascale*:
    • DAEDALUS hébergé par les Infrastructures Nationales pour la Recherche et la TechnologieRechercher en Grèce,
    • LEVENTE hébergé par l'Agence gouvernementale pour le développement informatique en Hongrie,
    • CASPIr hébergé par la National University of Ireland Galway (NUI Galway) en Irlande,
    • EHPCPL hébergé par le Centre informatique académique CYFRONET AGH (CYFRONET) en Pologne.

    Selon EuroHPC, Jupiter sera utilisé pour aider à résoudre des problèmes scientifiques importants tels que le changement climatique, la lutte contre les pandémies et la production d'énergie durable. Il est également destiné à permettre des applications impliquant l'intelligence artificielle et l'analyse de grands volumes de données.

    Atteindre le niveau d'exascale est la prochaine grande étape dans le domaine du calcul haute performance, a déclaré le professeur Astrid Lambrecht, du conseil d'administration du Forschungszentrum Jülich.

    « Notre objectif est d'offrir l'infrastructure la plus puissante d'Europe qui combine l'informatique neuromorphique, le supercalcul et l'informatique quantique, garantissant que divers groupes d'utilisateurs de la science et de l'industrie peuvent apprendre et grandir ensemble tout en bénéficiant les uns des autres », a-t-elle déclaré.

    La moitié du financement de 500 millions d'euros pour Jupiter provient du programme EuroHPC JU, l'autre moitié sera fournie par le ministère fédéral allemand de l'Éducation et de la Recherche (BMBF) et le ministère de Culture et science de l'État de Rhénanie du Nord-Westphalie (MKW NRW), où se trouve le Forschungszentrum Jülich.

    Jupiter reposera sur une architecture de supercalcul dynamique et modulaire, qui a déjà été utilisée pour le supercalculateur Juwels. Cela a apparemment permis au système Juwels d'être mis à niveau en 2020 afin que le module de cluster basé sur la CPU soit associé à un module booster équipé de GPU. Les deux modules étaient basés sur le matériel Atos BullSequana X.

    Avec Jupiter, la configuration de base comprendra un module de cluster universel et des accélérateurs GPU, ainsi qu'un module de stockage parallèle haute capacité, un stockage flash à large bande passante et une configuration de sauvegarde et d'archivage haute capacité.

    Les unités optionnelles de la configuration sont un autre booster GPU et un module de calcul et de visualisation interactif, tandis que les futurs modules pourraient inclure une unité de traitement quantique et un module de traitement neuromorphique.

    Jupiter aurait également été conçu comme un supercalculateur « vert » et sera alimenté par de l'énergie verte, selon le Forschungszentrum Jülich. Il est également prévu que le système de refroidissement de Jupiter soit connecté au nouveau réseau basse température du campus afin que la chaleur résiduelle générée puisse être réutilisée.

    Si cela vous semble familier, c'est parce que le supercalculateur LUMI annoncé par EuroHPC plus tôt cette semaine en Finlande est également alimenté à l'énergie verte et utilise la chaleur résiduelle qu'il génère pour contribuer au chauffage des maisons voisines. LUMI est la propriété de l'entreprise commune EuroHPC et il est géré par un consortium de 10 pays ayant une longue tradition et des connaissances en matière de calcul scientifique. Les chercheurs de toute l'Europe peuvent demander l'accès aux ressources de LUMI, ce qui signifie que toute l'Europe peut bénéficier de ce nouvel instrument de recherche.

    La décision finale d'installer le premier ordinateur exascale d'Europe au Forschungszentrum Jülich a apparemment été prise lors de l'inauguration du système LUMI.

    Les spécifications exactes pour Jupiter n'ont pas été divulguées, mais le système exascale Frontier et LUMI ont été construits avec du matériel HPE Cray EX, en utilisant des processeurs AMD Epyc et des accélérateurs GPU MI250X, avec des nœuds liés à l'aide de l'interconnexion HPE Slingshot.

    Le Forschungszentrum Jülich devient également une sorte de hub de supercalcul, car il abrite depuis mars le projet allemand QSolid qui vise à développer un système informatique quantique complet utilisant une technologie locale.

    Nom : calcul.png
Affichages : 7929
Taille : 685,2 Ko

    Une évolution du classement des supercalculateurs à l'échelle internationale

    Le nouveau supercalculateur Frontier du Laboratoire national d'Oak Ridge (ORNL) a évincé le japonais Fugaku à base de puces ARM, récupérant au passage la première place du classement Top500 des systèmes connus publiquement comme étant les plus puissants au monde.

    Frontier est donc devenu le premier supercalculateur analysé publiquement à franchir l’exaflop.

    « Avec un score HPL exact de 1,102 Exaflop/s, Frontier n'est pas seulement le supercalculateur le plus puissant qui ait jamais existé, c'est aussi la première véritable machine exascale », a déclaré l'annonce du Top500.

    Atteindre le statut exascale est une chose, mais beaucoup s'attendaient à ce que le système Fugaku, axé sur l'efficacité, conserve son classement vert, même s'il a glissé sur le front des performances. Mais Frontier n'est pas seulement le supercalculateur connu le plus puissant, c'est aussi le plus efficace. À 52,23 gigaflops par watt, le système a également surpassé le système japonais Preferred Networks MN-3 pour prendre la tête du Green500.

    « Le fait que la machine la plus rapide au monde soit aussi la plus économe en énergie est tout simplement incroyable », a déclaré Thomas Zacharia, directeur de laboratoire à l'ORNL, lors d'une conférence de presse dimanche.

    Des équilibres de performance et d'efficacité de Frontier ont été trouvés via une plate-forme Cray EX de Hewlett Packard Enterprise (HPE). Les systèmes à refroidissement direct par liquide étaient équipés de processeurs Epyc de troisième génération d'AMD, d'accélérateurs Instinct MI250X et d'une structure d'interconnexion Slingshot-11 de 200 Gbit/seconde.

    « Frontier inaugure une nouvelle ère d'informatique exascale pour résoudre les plus grands défis scientifiques du monde », a déclaré Thomas Zacharia, directeur du Oak Ridge National Lab. « Cette étape n'offre qu'un aperçu de la capacité inégalée de Frontier en tant qu'outil de découverte scientifique. Il est le résultat de plus d'une décennie de collaboration entre les laboratoires nationaux, les universités et l'industrie privée, y compris le projet de calcul exascale du DOE, qui déploie les applications, les technologies logicielles, le matériel et l'intégration nécessaires pour assurer un impact à l'exascale ».

    Les États-Unis n'étaient pas la seule région à réaliser des gains notables. L'Europe s'est également bien comportée avec le supercalculateur LUMI nouvellement déployé en Finlande qui a devancé de peu le sommet américain pour revendiquer la troisième place avec 151,9 pétaflops de performances FP64.

    Pendant ce temps, le français Adastra de GENCI-CINES a remporté de justesse la 10e place avec 46,1 pétaflops de performance. Bien qu'il soit loin d'être aussi puissant que LUMI, Adastra détient toujours la distinction d'être le deuxième supercalculateur le plus puissant d'Europe.

    La force relative de l'Europe dans les derniers résultats du Top500 souligne l'élan croissant autour du calcul haute performance dans la région. L'entreprise commune EuroHPC a déjà pris des mesures pour acquérir et déployer le premier système européen de classe exascale d'ici 2023.

    De plus, l'Europe accueillera plusieurs projets de supercalcul à venir, notamment le très attendu supercalculateur Alps en Suisse, le supercalculateur Champollion en France et le système Leonardo de Cineca en Italie, pour n'en nommer que quelques-uns.

    Des systèmes comme LUMI et Adastra illustrent également une autre tendance. Comme Frontier, ils sont basés sur la plate-forme entièrement AMD Cray EX de HPE utilisant les processeurs Epyc de troisième génération et les GPU Instinct du fabricant de puces.

    Voici un aperçu des points essentiels :
    • Enfin, le HPC a brisé officiellement la barrière de l'exascale : la prochaine plate-forme fournit le contexte général de la réalisation de l'exascale et de son importance pour le calcul haute performance. « Certains d'entre nous attendent ce moment depuis des décennies », s'est réjoui Timothy Prickett Morgan. « Cette échelle, qui a été très coûteuse et difficile à trouver, donne aux chercheurs la possibilité de faire des simulations plus grandes et plus fines et une immense quantité de formation et d'inférence d'IA, ouvrant toutes sortes de possibilités pour l'avancement de la science et l'ingénierie ».
    • Les États-Unis regagnent la première place, mais qu'en est-il de la Chine ? : La publication du Top500 est souvent vue en termes géopolitiques, et c'est l'objectif adopté par le New York Times, qui note que Frontier a renversé le système japonais Fugaku au sommet de la liste Top500. Mais le NYT note également que « Certains experts pensent que Frontier a été battu dans la course à l'exascale par deux systèmes en Chine. Les opérateurs de ces systèmes n'ont pas soumis les résultats des tests pour évaluation. Les détails des systèmes chinois ont été rapportés par plusieurs médias, notamment par Nicole Hemsoth dans un article publié en 2021 intitulé China Has Already Reached Exascale – One Two Separate Systems.
    • L'heure de gloire du HPC américain ? : La note exascale de Frontier fait partie d'une résurgence plus importante pour le HPC américain, comme l'ont noté certains médias : « Les résultats marquent un tournant pour le supercalcul américain, qui s'est affaibli ces dernières années. Les systèmes américains capturent désormais les première, quatrième, cinquième, septième et huitième places dans le top dix de la liste Top500 ».
    • Forte performance des processeurs AMD : le Top500 offre des droits de vantardise aux fournisseurs de matériel, et la version de juin 2022 met en évidence les gains des processeurs AMD APYC dans le HPC : « Les systèmes équipés d'AMD EPYC comprennent désormais cinq des dix meilleurs supercalculateurs au monde et dix des vingt premiers », note Toms Hardware. « En fait, l'EPYC d'AMD est désormais présent dans 94 des 500 meilleurs supercalculateurs au monde, marquant une augmentation constante par rapport aux 73 systèmes répertoriés en novembre 2021 ».
    • La puissance rencontre la durabilité avec LUMI : L'un des nouveaux systèmes les plus intéressants de la liste Top500 est LUMI, qui pointe au numéro 3. Le système a été développé par l'entreprise commune EuroHPC, un consortium de 10 pays européens. Le système de 151 pétaflops devrait permettre l'innovation dans la découverte de médicaments, les soins de santé et les prévisions météorologiques. Reflétant la sensibilité verte de l'Europe, LUMI fonctionne à l'hydroélectricité 100 % renouvelable, utilise le refroidissement naturel et dispose d'un système avancé de recyclage de la chaleur, sa chaleur résiduelle étant utilisée pour le chauffage urbain local.


    Source : communiqué de presse EuroHPC

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    LUMI, le supercalculateur le plus récent et le plus puissant d'Europe est destiné à résoudre des problèmes mondiaux et favorise une transformation verte
    Un superordinateur chinois Exascale de 40 millions de cœurs effectue des simulations quantiques, il possède près de quatre fois plus de cœurs que le Sunway Taihulight
    AMD est au cœur du supercalculateur américain Frontier qui a évincé le japonais Fugaku en tant qu'ordinateur le plus rapide au monde Frontier a franchi le cap de l'exaflop
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Novembre 2009
    Messages
    2 002
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2009
    Messages : 2 002
    Points : 5 410
    Points
    5 410
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    L'Allemagne accueillera Jupiter[/SIZE][/B]
    d'après une annonce d'EuroHPC JU
    Apres leur petit tour en train, Scholz et Macron retourne à Berlin?

  3. #3
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 299
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 299
    Points : 194 772
    Points
    194 772
    Par défaut Jupiter, le premier supercalculateur exascale d’Europe, fonctionnera sur ARM au lieu de x86
    Jupiter, le premier supercalculateur exascale d’Europe, fonctionnera sur ARM au lieu de x86.
    Le français SiPearl fournira les processeurs Rhea, l'Europe cherchant à obtenir son indépendance hardware

    L’Europe se prépare à accueillir l’un des supercalculateurs les plus puissants du monde, qui se distinguera par sa technologie de pointe. Le système Jupiter, qui devrait être opérationnel en 2024, sera le premier supercalculateur exascale d’Europe, capable d’effectuer plus d’un milliard de milliards d’opérations par seconde. Mais ce qui rend Jupiter vraiment spécial, c’est qu’il ne fonctionnera pas sur des processeurs x86, comme la plupart des supercalculateurs actuels, mais sur des processeurs ARM

    L'un des supercalculateurs les plus puissants au monde sera bientôt en ligne en Europe, mais ce n'est pas seulement sa vitesse brute qui rendra le supercalculateur Jupiter spécial. Contrairement à la plupart des supercalculateurs du Top 500, le système exascale Jupiter s'appuiera sur des cœurs ARM au lieu de composants x86. Intel et AMD pourraient être déçus, mais Nvidia aura une part de l'action Jupiter.

    Pour mémoire, le milliard d’instructions par seconde (gigaflops) a été dépassé en 1985 ; les 1000 milliards (téraflops) en 1997 ; le million de milliards en 2008. En 2016, le cap du pétaflops a été franchi par plus d’une centaine de machines de par le monde. En mai 2022, le système Frontier, développé par IBM pour une utilisation au Oak Ridge National Laboratory, est devenu le premier supercalculateur analysé publiquement à franchir l’exaflop, soit la capacité à effectuer un milliard de milliards de calculs chaque seconde.

    L’exascale permettra de traiter des charges de travail très complexes et volumineuses, telles que la simulation numérique, l’intelligence artificielle, l’analyse des données ou la cryptographie. Selon les professionnels du métier, l’exascale aura un impact sans précédent sur la société et l’économie, en ouvrant la voie à des découvertes scientifiques, des innovations technologiques, des applications industrielles et des solutions aux grands défis mondiaux.

    Plusieurs pays sont engagés dans une course à l’exascale, avec des programmes aux États-Unis, en Europe, en Chine et au Japon.

    Il faut noter que l’exascale pose des défis importants en termes de conception, de coût, de consommation énergétique, de fiabilité, de sécurité et de programmation. Il faut notamment développer des logiciels adaptés à l’architecture massivement parallèle et à la diversité des processeurs, ainsi que des méthodes efficaces pour gérer les erreurs, les interférences ou les cyberattaques. Il faut aussi optimiser le stockage et le transfert des données, qui atteignent plusieurs pétaoctets. Enfin, il faut réduire la consommation électrique des supercalculateurs exascale, qui peut dépasser les 20 mégawatts.

    L'intérêt est alors porté sur des processeurs ARM

    Les processeurs ARM sont connus pour leur faible consommation d’énergie et leur efficacité, ce qui les rend populaires dans les appareils mobiles. Mais ils ont aussi des avantages pour les applications de calcul haute performance (HPC), comme le montre le choix de l’entreprise européenne SiPearl, qui fournira les processeurs Rhea pour le système Jupiter. Les processeurs Rhea sont basés sur l’architecture Neoverse V1 d’ARM, spécialement conçue pour le HPC, avec 72 cœurs chacun. Ils supportent la mémoire à haute bande passante HBM2e, ainsi que la DDR5, et disposent d’un cache impressionnant de 160 Mo.

    L'Europe s'efforce d'obtenir son indépendance matérielle avec des conceptions de processeurs locales, le choix des processeurs Rhea pour Jupiter ne devrait donc pas être une surprise.

    SiPearl, basée en France, a commencé à développer Rhea avec un financement de démarrage de la European Processor Initiative (EPI), qui souhaite développer des conceptions de puces ouvertes réduisant la dépendance aux technologies de puces étrangères. L'EPI se concentre fortement sur la conception de puces basées sur l'architecture open source RISC-V.

    SiPearl est une société de conception de puces relativement nouvelle par rapport aux sociétés Intel et AMD bien établies et est maintenant sous pression pour prouver que sa puce prendra en charge les performances exaflop.

    SiPearl a choisi ARM car il est bien établi et prêt pour des applications hautes performances. Les experts affirment que RISC-V sera encore loin d’être adopté par le grand public dans de nombreuses années. EuroHPC JU a demandé aux fournisseurs de Jupiter de répondre aux exigences d'efficacité énergétique, de performances, de stabilité du système et de programmabilité.

    Malgré les discussions du PDG Pat Gelsinger avec des responsables de l'Union européenne pour garantir davantage d'affaires à Intel, le fabricant de puces a été exclu du projet.


    L'Allemagne va accueillir Jupiter

    Le système Jupiter sera installé au Centre de calcul de Jülich à Munich, dans le cadre du projet EuroHPC JU, qui vise à renforcer la capacité de calcul de l’Europe et à réduire sa dépendance vis-à-vis des fournisseurs étrangers. Le projet implique également les entreprises Eviden et ParTec, qui se chargeront de l’assemblage et du logiciel du supercalculateur.

    Nvidia est l'autre grand gagnant du projet Jupiter. En effet le système Jupiter bénéficiera également du module Booster de Nvidia, qui comprend des GPU et des interconnexions Mellanox à ultra-haute bande passante1. Le type exact de GPU n’a pas encore été annoncé, mais il pourrait s’agir du H100, le dernier modèle en date de Nvidia

    Selon EuroHPC, Jupiter sera utilisé pour aider à résoudre des problèmes scientifiques importants tels que le changement climatique, la lutte contre les pandémies et la production d'énergie durable. Il est également destiné à permettre des applications impliquant l'intelligence artificielle et l'analyse de grands volumes de données.

    Atteindre le niveau d'exascale est la prochaine grande étape dans le domaine du calcul haute performance, a déclaré le professeur Astrid Lambrecht, du conseil d'administration du Forschungszentrum Jülich.

    « Notre objectif est d'offrir l'infrastructure la plus puissante d'Europe qui combine l'informatique neuromorphique, le supercalcul et l'informatique quantique, garantissant que divers groupes d'utilisateurs de la science et de l'industrie peuvent apprendre et grandir ensemble tout en bénéficiant les uns des autres », a-t-elle déclaré.

    La moitié du financement de 500 millions d'euros pour Jupiter provient du programme EuroHPC JU, l'autre moitié sera fournie par le ministère fédéral allemand de l'Éducation et de la Recherche (BMBF) et le ministère de Culture et science de l'État de Rhénanie du Nord-Westphalie (MKW NRW), où se trouve le Forschungszentrum Jülich.

    Jupiter aurait également été conçu comme un supercalculateur « vert » et sera alimenté par de l'énergie verte, selon le Forschungszentrum Jülich. Il est également prévu que le système de refroidissement de Jupiter soit connecté au nouveau réseau basse température du campus afin que la chaleur résiduelle générée puisse être réutilisée.

    Si cela vous semble familier, c'est parce que le supercalculateur LUMI, annoncé par EuroHPC en juin 2022 en Finlande, est également alimenté à l'énergie verte et utilise la chaleur résiduelle qu'il génère pour contribuer au chauffage des maisons voisines. LUMI est la propriété de l'entreprise commune EuroHPC et il est géré par un consortium de 10 pays ayant une longue tradition et des connaissances en matière de calcul scientifique. Les chercheurs de toute l'Europe peuvent demander l'accès aux ressources de LUMI, ce qui signifie que toute l'Europe peut bénéficier de ce nouvel instrument de recherche.

    La décision finale d'installer le premier ordinateur exascale d'Europe au Forschungszentrum Jülich a apparemment été prise lors de l'inauguration du système LUMI.

    Nom : top.png
Affichages : 5573
Taille : 18,0 Ko

    Frontier reste le seul système exascale dans le TOP500

    Le site web TOP500.org publie deux fois par an une liste des 500 supercalculateurs les plus puissants du monde, basée sur le test de performance Linpack. La dernière liste, publiée en juin 2023, montre que le système Frontier reste le seul supercalculateur exascale, capable d’effectuer plus d’un exaflop de calculs par seconde. Le système Frontier, situé au Oak Ridge National Laboratory aux États-Unis, occupe la première place du classement et dépasse de loin les autres systèmes en termes de puissance de calcul. Il utilise la plateforme HPE Cray EX235a, équipée de processeurs AMD Optimized 3rd Generation EPYC et de cartes graphiques AMD Instinct MI250X. Le système Frontier consomme environ 30 mégawatts d’électricité, ce qui est relativement faible par rapport à sa puissance de calcul.

    « Frontier inaugure une nouvelle ère d'informatique exascale pour résoudre les plus grands défis scientifiques du monde », a déclaré Thomas Zacharia, directeur du Oak Ridge National Lab. « Cette étape n'offre qu'un aperçu de la capacité inégalée de Frontier en tant qu'outil de découverte scientifique. Il est le résultat de plus d'une décennie de collaboration entre les laboratoires nationaux, les universités et l'industrie privée, y compris le projet de calcul exascale du DOE, qui déploie les applications, les technologies logicielles, le matériel et l'intégration nécessaires pour assurer un impact à l'exascale ».

    Le deuxième système du classement est le supercalculateur Fugaku, situé au RIKEN Center for Computational Science au Japon. Il utilise la plateforme Fujitsu A64FX, équipée de processeurs A64FX et d’un interconnexion Tofu D. Il atteint une performance de 442 pétaflops, soit environ un quart de celle du système Frontier et environ 90% de sa performance théorique maximale. Le système Fugaku consomme environ 28 mégawatts d’électricité.

    Il faut attendre la troisième place pour voir débarquer un européen : le supercalculateur LUMI, situé au CSC en Finlande. Il fait partie du projet EuroHPC, qui vise à développer une infrastructure européenne d’informatique haute performance. Le système LUMI utilise également la plateforme HPE Cray EX235a, avec les mêmes composants que le système Frontier. Le système LUMI dispose de plus de 6 millions de cœurs de calcul et occupe une surface de 1 500 mètres carrés. Il atteint une performance de 309 pétaflops au test Linpack, soit environ 75% de sa performance théorique maximale. Le système LUMI consomme environ 15 mégawatts d’électricité.

    Les autres systèmes du top 10 du classement TOP500 sont Leonardo en Italie, Summit et Sierra aux États-Unis, Sunway TaihuLight et Tianhe-2A en Chine, Perlmutter aux États-Unis et Selene aux États-Unis. Ces systèmes utilisent diverses combinaisons de processeurs Intel, AMD ou Sunway, et de cartes graphiques NVIDIA ou Matrix-2000. Ces systèmes atteignent des performances comprises entre 63 et 148 pétaflops au test Linpack.

    La liste TOP500 fournit également d’autres informations sur les supercalculateurs, telles que le nombre de cœurs, la consommation électrique, le type d’interconnexion ou le pays d’origine. On peut ainsi observer les tendances et les évolutions du domaine de l’informatique haute performance, telles que la diversité des architectures, la convergence entre l’intelligence artificielle et le calcul scientifique, ou la compétition internationale pour la suprématie informatique.

    Source : TOP500

    Et vous ?

    Quels sont les avantages et les inconvénients de l’utilisation des processeurs ARM au lieu des processeurs x86 pour les supercalculateurs ?
    Quels sont les domaines scientifiques qui bénéficieront le plus du système Jupiter et pourquoi ?
    Quels sont les défis techniques et logistiques que pose la construction d’un supercalculateur exascale ?
    Comment le système Jupiter contribuera-t-il à renforcer la souveraineté numérique de l’Europe et à réduire sa dépendance vis-à-vis des fournisseurs étrangers ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 346
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 346
    Points : 5 366
    Points
    5 366
    Par défaut
    j'ai vu une actu passé la dessus, j'ai pas compris par contre quel etait la plus value de ce processeur. Il semble a la traine niveau technos comparé aux constructeurs américains.
    le seul intérêt pour l'heure c'est juste qu'il est "européens"... enfin pas tant que ca car dans cette puce y'a pleins de brevet américains et arm n'est plus une entreprise européenne.

    et j'ai rien vu sur sipearl concernant le software, notamment les compilateurs et accélérateurs qui me semble indispensable dans ce domaine pour avoir de bonne perf. Parce que gcc la dedans c'est un massacre. Ayant fait du hpc il y'a quelques années, coté intel par exemple on utilisait icc.

    enfin bon je veux pas être défaitiste car faut bien commencer quelques part. J'espère que les points que je soulignes seront améliorer à la prochaine monture.

    id"alement, faudrait peut etre partir sur un autre jeu 'instruction que arm (alors oui y'a riscV qui est connu mais je connais aussi et surtout par rapport à mon passif SPARC), pourquoi ne pas etre partis from scratch sur riscv ou sparc et faire un truc 100% indépendant ? oui sa aurait pris plus de temps mais y'aurais une vrai indépendance.

  5. #5
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    Décembre 2019
    Messages
    350
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2019
    Messages : 350
    Points : 1 488
    Points
    1 488
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    j'ai vu une actu passé la dessus, j'ai pas compris par contre quel etait la plus value de ce processeur. Il semble a la traine niveau technos comparé aux constructeurs américains.
    le seul intérêt pour l'heure c'est juste qu'il est "européens"... enfin pas tant que ca car dans cette puce y'a pleins de brevet américains et arm n'est plus une entreprise européenne.
    Je suis aussi sceptique que toi, quelques infos glanées sur internet :
    Outre l'État français via French Tech Souveraineté et l'Union européenne par le biais de l'European Innovation Council (EIC) Fund, on compte parmi les investisseurs l'entreprise britannique Arm, actuellement propriété du groupe japonais Softbank, et le français Atos. Le financement inclut par ailleurs 25 millions d'euros d'obligations convertibles souscrites par la Banque Européenne d’Investissement.
    Mais bon, cocorico quand même sous réserve de la gestion des brevets et qu'on ne revende pas la techno dans 10 ans au USA, car ça à l'air prometteur sur le papier:
    Rhea est le premier microprocesseur au monde dédié au calcul haute performance conçu pour fonctionner avec n’importe quel accélérateur tiers (GPU, intelligence artificielle, quantique). En traitant en une fraction de seconde d’énormes volumes de données stratégiques avec une consommation d’énergie réduite, le microprocesseur de SiPearl permettra à l’Europe d’affirmer sa souveraineté technologique pour relever des défis majeurs dans la recherche médicale, l’intelligence artificielle, la sécurité, la gestion de l’énergie et le climat tout en limitant son empreinte environnementale.
    Développé avec la plateforme Neoverse V1 d'Arm®, Rhea sera le premier microprocesseur au monde dédié au calcul haute performance conçu pour fonctionner avec n'importe quel accélérateur tiers, comme les GPU, les puces spécialisées dans l'intelligence artificielle ou les accélérateurs quantiques. Des accords de coopération avec des fournisseurs de GPU (AMD, Intel, NVIDIA) et des fournisseurs de processeurs d'intelligence artificielle (Graphcore) ont déjà été annoncés. Optimisé sur le plan de l’efficacité énergétique, Rhea consommera deux fois moins d’énergie pour une puissance de calcul équivalente.

  6. #6
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 346
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 346
    Points : 5 366
    Points
    5 366
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    Je suis aussi sceptique que toi, quelques infos glanées sur internet :


    Mais bon, cocorico quand même sous réserve de la gestion des brevets et qu'on ne revende pas la techno dans 10 ans au USA, car ça à l'air prometteur sur le papier:
    ca reste du blabla marketing pour l'instant, mais si ce qu'ils prétendent s’avère vrai, alors oui c'est plutôt bon pour une 1ere version.


    l'important c'est de voir surtout la roadmap dans le futur, quel est la stratégie plus tard ? quel est le niveau d'indépendance recherché, et quel sont les marchés qu'ils vont conquérir a terme, parce que le hpc c'est un marché de niche et il me semble difficile de faire une boite viable sans subvention avec juste des marché publique européens. A terme y'a t'il une volonté de faire des processeurs pour l'embarqué, pour les serveurs, pour le cloud, pour les pc des fonctionnaires européens...
    feront t'on des puces gravé en Europe dans les usines de st micro à Grenoble.

    j'aimerais bien connaitre la vision a long terme de ça pour l’Europe, j'espere que ca s’inscrit dans une vision long terme et que c'est pas des subventions juste pour un démonstrateur et dans 5ans tous tombe a l'eau.

    mais encore 1 fois, faut bien sortir un 1er produit et avec le retard qu'on a il est évident que y'a des gros compromis a faire pour une puce V1. Mais ca dois poser les bases d'une stratégie a long terme pour l'ue.


    La chine en ce moement fait des gpu et des cpu x86, fait des puces c'est clairement de la merde comparé aux usa, mais pour la chine je ne m’inquiète pas, c'est du long terme et ce sera viable d'ici 10ans.
    Niveau HPC ils ont le Sunway TaihuLight fait avec des processeurs RISC 100% chinois et indépendant (sauf peut etre la gravure mais la aussi ca avance tres tres vite)

Discussions similaires

  1. Voyager, le tout premier supercalculateur alimenté par les puces d'IA générique d'Intel
    Par Bruno dans le forum Programmation parallèle, calcul scientifique et de haute performance (HPC)
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/05/2022, 10h47
  2. Atos lance JUWELS, son premier supercalculateur équipé des GPU NVIDIA A100
    Par Blondelle Mélina dans le forum Programmation parallèle, calcul scientifique et de haute performance (HPC)
    Réponses: 0
    Dernier message: 19/05/2020, 14h47
  3. [2D/3D] Qt 5.10 accueillera Vulkan : les premiers pas
    Par dourouc05 dans le forum Qt
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/06/2017, 03h59
  4. Obtenir le premier et le dernier ID connu
    Par llaffont dans le forum MkFramework
    Réponses: 2
    Dernier message: 07/10/2015, 21h42
  5. Réponses: 25
    Dernier message: 29/05/2009, 12h08

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo