Les Big Tech ont dépensé 36 millions de dollars en publicités pour saboter un projet de loi antitrust
tandis que les partisans de la législation ont dépensé moins de 200 000 dollars

Alors que les projets de loi antitrust se multiplient dans plusieurs pays en Europe et aux États-Unis, les géants technologiques augmentent leurs dépenses en lobbying pour tenter de torpiller le vote de ces législations. Une récente enquête a révélé que les groupes de pression financés par les Big Tech ont dépensé au moins 36,4 millions de dollars en publicités télévisées et Internet pour s'opposer à la législation antitrust qui empêcherait les plateformes technologiques dominantes de favoriser leurs propres produits et services. Pendant ce temps, les partisans du projet de loi ont dépensé à peine 193 000 dollars.

La plupart des dépenses de l'industrie technologique - 13,7 millions de dollars, soit près de 40 % - auraient été effectuées depuis le 1er mai en prévision d'un éventuel vote en séance plénière cet été sur le projet de loi, qui bénéficie d'un soutien bipartite. Ces dépenses constituent l'une des plus grandes campagnes publicitaires de la puissante industrie technologique de ces dernières années et reflètent sa crainte du potentiel perturbateur d'une législation antitrust plus stricte. L'une des associations ayant le plus dépensé dans ces campagnes de lobbying est l'association internationale "Computer and Communications Industry Association" (CCIA).

Matt Schruers, qui dirige l'association, a déclaré : « il s'agit sans aucun doute de l'une des campagnes les plus importantes dans laquelle l'association s'est lancée ces dernières années, car il s'agit de l'une des propositions politiques les plus radicales visant à réglementer un secteur de premier plan de l'économie américaine ». Il a confié que la CCIA a dépensé plus de 23 millions de dollars jusque-là. La CCIA n'a pas révélé quelles entreprises ont financé sa campagne publicitaire, se contentant de dire que "l'association finance la campagne". La CCIA compte parmi ses membres Google, filiale d'Alphabet inc., Amazon inc. et Apple inc.

Nom : 1564673937nvBQk.png
Affichages : 789
Taille : 72,5 Ko

Le projet de loi en question, l'"American Innovation and Choice Online Act", a été dévoilé en octobre dernier par une douzaine de sénateurs américains des deux partis. Il interdirait aux plateformes dominantes d'abuser de leur pouvoir de contrôle en favorisant leurs propres produits ou services, en désavantageant leurs rivaux ou en exerçant une discrimination entre les entreprises qui utilisent leurs plateformes d'une manière qui nuit à la concurrence sur la plateforme. Il vise les plateformes telles que le site de commerce électronique d'Amazon, le moteur de recherche de Google, l'App Store d'Apple et le réseau social Facebook.

D'ailleurs, un autre gros morceau de la CCIA est Facebook, filiale de Meta Platforms inc. Selon le rapport, ces entreprises s'efforcent depuis des mois de stopper ou de modifier le projet de loi, en déployant des équipes de lobbyistes et de cadres supérieurs à Washington. Les 36,4 millions de dollars dépensés par la CCIA remonteraient au 1er janvier 2021. La divulgation volontaire par Google de ses adhésions pour 2021 inclut la CCIA. Amazon a également déclaré avoir effectué des paiements de 10 000 dollars ou plus à la CCIA en 2021. D'un autre côté, les défenseurs du projet de loi tentent de s'accrocher comme ils le peuvent.

Des publicités en faveur de la législation auraient été diffusées dans les États et districts d'origine des législateurs. Elles visent à convaincre les électeurs que l'assouplissement des normes antitrust contribuerait à l'inflation, affaiblirait la position des États-Unis face à la Chine ou nuirait aux consommateurs et aux petites entreprises en renforçant le pouvoir des services en ligne populaires tels qu'Amazon Prime ou Google Maps. Les défenseurs menés par les sénateurs Amy Klobuchar (D., Minn.) et Chuck Grassley (R., Iowa) ont tenu une conférence de presse mercredi pour repousser la campagne de lobbying, affirmant qu'elle déforme les impacts du projet de loi.

« Nous sommes confrontés à ces grandes entreprises technologiques qui dépensent des dizaines de millions de dollars en publicités et aussi en groupes de façade pour répandre des faussetés sur notre projet de loi. De toute évidence, ils veulent protéger le statu quo, ce qui leur permet d'étendre leur influence », a déclaré Grassley. Klobuchar a insisté sur le fait que le projet de loi a les votes nécessaires pour réussir sur le plancher du Sénat. « Nous avons un élan malgré tout l'argent dépensé contre nous », a-t-elle déclaré. Le projet de loi a été adopté par une commission du Sénat plus tôt cette année sur une base bipartisane.

Toutefois, il est important de rappeler que certains partisans ont déclaré à l'époque qu'ils souhaitaient des modifications. « Il est spécifiquement conçu pour cibler un petit nombre d'entreprises particulières, dont la plupart ont leur siège social dans mon État natal », a déclaré à l'époque la sénatrice Dianne Feinstein (D., Californie). Les partisans de la loi, y compris certaines petites entreprises technologiques, affirment que la position dominante des plateformes leur donne le pouvoir incontrôlé d'influencer le sort d'autres entreprises. Ils affirment que la restriction de la conduite des plateformes présenterait des avantages considérables.

Le projet de loi a reçu l'aval du ministère de la Justice de l'administration Biden. Par contre, Amazon, Google et Apple affirment que la législation rendrait plus difficile l'offre de services populaires et qu'il est juste que les places de marché numériques, les moteurs de recherche et les magasins d'applications profitent de leurs propres innovations. Meta n'a pas pris une position publique sur la législation du Sénat, et le rapport indique qu'un porte-parole de la société a refusé de commenter. Le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer (D., N.Y.), ne s'est pas engagé publiquement à organiser un vote sur le projet de loi.

Toutefois, le rapport indique que Schumer aurait récemment déclaré à Klobuchar et au président de la commission judiciaire du Sénat, Dick Durbin (D., Ill.), qu'il avait l'intention de soumettre le projet de loi à un vote au Sénat au début de l'été. En outre, les dépenses de la campagne publicitaire auraient été largement réparties entre les groupes commerciaux de l'industrie, comme la CCIA et la Consumer Technology Association, et les groupes conservateurs, tels que la Taxpayers Protection Alliance et NetChoice. La CCIA vante des recherches suggérant que sa campagne publicitaire a déjà réduit le soutien du public à la répression antitrust.

« Les politiciens de Washington ont une loi qui pourrait briser la livraison gratuite garantie de deux jours de Prime et menacer notre fragile reprise économique. Dites à vos sénateurs, ne brisez pas notre Prime », indique une publicité de la CCIA, faisant référence au programme d'adhésion payant d'Amazon. D'autres publicités soutenues par l'industrie se concentrent sur ce que les opposants appellent l'impact du projet de loi sur les petites entreprises et la sécurité nationale. Selon une publicité diffusée par le groupe de défense Taxpayers Protection Alliance, le projet de loi bipartisan pourrait augmenter les cyberattaques aux États-Unis.

La publicité indique : « le projet de loi libéral radical de la gauche priverait les petites entreprises des outils numériques dont elles dépendent, donnerait à la Chine le pouvoir de battre l'Amérique dans la course aux nouvelles technologies et augmenterait le risque de cyberattaques. Pour quelle raison les conservateurs du Sénat soutiendraient-ils ce projet de loi dangereux ? » Les entreprises technologiques espèrent cimenter l'opposition au projet de loi parmi les républicains, qui s'opposent généralement au durcissement des lois antitrust, mais se sont souvent plaints que les grandes plateformes censurent les voix conservatrices.

« Les politiciens et les groupes conservateurs qui soutiennent cette législation en raison de griefs compréhensibles à l'égard de certaines entreprises technologiques commettent une erreur incalculable », a déclaré Patrick Hedger, directeur exécutif de la Taxpayers Protection Alliance. L'Alliance aurait utilisé la majeure partie de ses 7,4 millions de dollars de publicité au cours des six dernières semaines. Les publicités sont également diffusées dans des États où les sénateurs démocrates sortants doivent lutter pour leur réélection, comme le New Hampshire, où réside la sénatrice Maggie Hassan, qui n'a pas pris une position publique sur la législation.

« Les entreprises technologiques savent que si les projets de loi sont soumis au vote, ils seront adoptés, et les groupes de pression des géants technologiques font tout leur possible pour essayer d'empêcher que cela ne se produise », a déclaré Sacha Haworth, directeur exécutif du Tech Oversight Project, l'un des groupes qui ont diffusé des publicités en faveur de la législation. Le financement de ce groupe proviendrait en partie de l'Economic Security Project, une entité soutenue par Chris Hughes, l'ancien dirigeant milliardaire de Facebook.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du projet de loi American Innovation and Choice Online Act ?
Que pensez-vous des efforts des Big Tech pour empêcher le vote de la loi ?

Voir aussi

Un projet de loi américain empêcherait les grandes entreprises de favoriser leurs propres produits, une mesure qui pourrait rendre difficile la possibilité des GAFAM d'offrir des services gratuits

Les PDG des GAFA ont été auditionnés par le Congrès américain dans le cadre d'une enquête antitrust, une séance marquée par des échanges tendus entre les participants

Les règles de l'UE en matière de technologie devraient limiter les fournisseurs d'informatique en cloud, selon une étude

Un groupe de 165 critiques de Google appelle à une action antitrust rapide de l'UE contre la société sur le marché de la recherche Web

Une proposition de loi pourrait contraindre Apple à donner à l'utilisateur la possibilité de supprimer les applications préinstallées