Microsoft a déclaré qu'il ne va pas s'opposer aux efforts de syndicalisation de ses employés,
tout en précisant qu'ils « n'auront jamais besoin de se syndiquer pour pouvoir échanger avec les dirigeants »

Microsoft ne va pas s'opposer aux efforts de syndicalisation de ses employés, a déclaré jeudi son président Brad Smith, dans un contexte où le secteur de la technologie aux États-Unis a longtemps combattu les efforts de syndicalisation. Microsoft reconnaît aux employés le droit légal de choisir de former ou d'adhérer à un syndicat, bien qu'ils « n'auront jamais besoin de se syndiquer pour pouvoir échanger avec les dirigeants », a déclaré Smith.

Les propos de Brad Smith

À l'approche du deuxième quart du XXIe siècle, l'économie américaine continue d'évoluer. Notre marché libre est en train d'être remodelé en partie par l'évolution des attentes du public concernant la nature du travail et les responsabilités des entreprises. La technologie contribue à ces changements, et le secteur technologique lui-même aborde à nouveau une facette qui a longtemps été importante pour l'économie et la démocratie américaines : le droit des travailleurs à se syndiquer.

Les récentes campagnes de syndicalisation à travers le pays - y compris dans le secteur de la technologie - nous ont amenés à conclure que ces problèmes toucheront inévitablement plus d'entreprises, y compris potentiellement la nôtre. Cela nous a encouragés à réfléchir de manière proactive à la meilleure approche pour nos employés, actionnaires, clients et autres parties prenantes.

Nos employés n'auront jamais besoin de se syndiquer pour pouvoir échanger avec les dirigeants de Microsoft.

Mais nous reconnaissons également que le lieu de travail évolue. C'est pourquoi nous partageons des principes pour guider notre approche avec les organisations syndicales.

Aujourd'hui, nous annonçons un nouvel ensemble de principes concernant l'organisation des employés et la manière dont nous engagerons nos employés, les organisations syndicales et d'autres parties prenantes importantes dans des conversations critiques sur le travail.

Deux éléments guident notre réflexion.

Tout d'abord, bien que les relations avec les organisations syndicales ne soient pas nouvelles pour Microsoft, nous savons que nous avons beaucoup à apprendre. De nombreuses autres industries ont beaucoup plus d'expérience et de connaissances que nous. Au cours des derniers mois, nous avons discuté et travaillé dur pour apprendre d'éminents dirigeants syndicaux, commerciaux et universitaires. Nous nous sommes appuyés sur les expériences de collaboration de notre entreprise avec des comités d'entreprise et des syndicats dans d'autres pays, ce que j'ai appris sur moi-même dans les années 1990 lorsque j'étais responsable de nos affaires juridiques et d'entreprise européennes. Mais surtout, nous reconnaissons que nous avons beaucoup plus d'apprentissages devant nous que derrière nous.

Deuxièmement, nous reconnaissons que la bonne approche pour Microsoft peut être différente de ce qui fonctionnera le mieux pour les autres. Chaque industrie et chaque entreprise est unique. Nous abordons ces questions avec une profonde appréciation du rôle vital et innovant que jouent nos employés dans le développement et l'adoption de nouvelles technologies. Cela dépend d'une culture d'entreprise commune qui est ancrée dans un état d'esprit de croissance axé sur l'écoute, l'apprentissage et l'évolution de nos approches ensemble, en particulier sur les questions importantes dans un monde en évolution rapide.

Compte tenu de ces facteurs, nous pensons que les parties prenantes de Microsoft seront mieux servies par une approche ouverte et constructive basée sur les quatre principes suivants :
  1. Nous croyons en l'importance d'écouter les préoccupations de nos employés. Nos dirigeants ont une politique de porte ouverte et nous investissons dans des systèmes d'écoute et des groupes de ressources pour les employés qui nous aident constamment à mieux comprendre à la fois ce qui fonctionne et ce que nous devons améliorer. Mais nous reconnaissons qu'il peut arriver que certains employés de certains pays souhaitent former ou adhérer à un syndicat.
  2. Nous reconnaissons que les employés ont le droit légal de choisir de former ou d'adhérer à un syndicat. Nous respectons ce droit et ne pensons pas que nos employés ou les autres parties prenantes de l'entreprise bénéficient d'une résistance aux efforts légaux des employés pour participer à des activités protégées, y compris la formation ou l'adhésion à un syndicat.
  3. Nous nous engageons à adopter des approches créatives et collaboratives avec les syndicats lorsque les employés souhaitent exercer leurs droits et que Microsoft se voit présenter une proposition spécifique de syndicalisation. Dans de nombreux cas, les propositions de syndicalisation des employés peuvent offrir à Microsoft la possibilité de travailler avec un syndicat existant sur des processus convenus permettant aux employés d'exercer leurs droits par le biais d'un accord privé. Nous nous engageons à adopter des approches collaboratives qui rendront plus simple, plutôt que plus difficile, pour nos employés de prendre des décisions éclairées et d'exercer leur droit légal de choisir de former ou d'adhérer à un syndicat.
  4. Forts de nos expériences professionnelles mondiales, nous nous engageons à maintenir une relation étroite et un partenariat partagé avec tous nos employés, y compris ceux représentés par un syndicat. Depuis plusieurs décennies, Microsoft collabore étroitement avec des comités d'entreprise à travers l'Europe, ainsi qu'avec plusieurs syndicats dans le monde. Nous reconnaissons que le leadership et le succès continus de Microsoft exigeront que nous continuions à apprendre et à nous adapter à un environnement changeant pour les relations de travail dans les années à venir.

Nous reconnaissons qu'il s'agit d'un voyage et que nous devrons continuer à apprendre et à changer à mesure que les attentes et les opinions des employés changent avec le monde qui nous entoure. Et nous reconnaissons que les employeurs et les employés ne seront pas toujours d'accord sur tous les sujets – et ce n'est pas grave.

Peut-être plus que tout, nous apportons un sentiment d'optimisme fondé sur la prise de conscience que le succès dans une économie mondiale compétitive exige que les entreprises et les travailleurs s'efforcent de bien travailler ensemble.

Lorsque je rends visite à des responsables à Washington, D.C., je repense parfois au fait que le président Theodore Roosevelt a créé en 1903 une seule agence ministérielle, le ministère du Commerce et du Travail. Une décennie plus tard, ce département a été divisé afin que deux agences fédérales différentes puissent chacune se concentrer plus directement sur leurs besoins distincts. Mais alors, comme aujourd'hui, un véritable progrès pour les entreprises et le pays a si souvent exigé le dialogue, la collaboration et la confiance entre les entreprises et les travailleurs.

Aucun d'entre nous ne sait exactement quels défis l'avenir apportera. Mais nous sommes prêts à parier qu'une entreprise qui écoute et travaille bien avec ses employés est susceptible d'avoir une main gagnante.

Nom : gwa.png
Affichages : 619
Taille : 338,0 Ko

Un paysage de l'emploi technologique en pleine mutation

Le commentaire intervient dans le contexte des récentes agitations des employés de plusieurs entreprises technologiques. Le mois dernier, la Game Workers Alliance, le syndicat des travailleurs de l'assurance qualité du studio Raven Software (la filiale d'Activision Blizzard qui développe les jeux Call of Duty), a remporté son vote syndical. Les votes ont été comptés le 23 mai et le syndicat a été adopté à 19 votes sur 22 avec deux bulletins de vote contestés. L'élection fait de la Game Workers Alliance (GWA) le premier syndicat d'Activision Blizzard et seulement le deuxième syndicat officiel de l'industrie américaine du jeu vidéo.

Lors d'une assemblée publique le 26 avril, les dirigeants de Raven ont suggéré que la syndicalisation pourrait entraver le développement du jeu et affecter les promotions et les avantages. Ils ont envoyé un e-mail aux employés le lendemain avec un graphique en pièce jointe indiquant « S'il vous plaît, votez non ». Plusieurs employés de Raven ont déclaré au Washington Post qu'ils avaient trouvé les messages antisyndicaux de la direction décevants et inefficaces, car ils avaient quand même voté oui.

Activision Blizzard a déclaré dans un communiqué de l'entreprise qu'elle examinerait les options juridiques.

« Bien que nous respections le processus du NLRB, nous sommes déçus qu'une décision qui pourrait avoir un impact significatif sur l'avenir de l'ensemble de notre studio soit prise par moins de 10% de nos employés », a écrit le porte-parole d'Activision Blizzard, Rich George, dans une déclaration du 22 avril. « Nous pensons qu'une relation directe avec les membres de l'équipe est le meilleur moyen d'atteindre les objectifs individuels et d'entreprise ».

Lors d'une assemblée publique le 26 avril, les dirigeants de Raven ont suggéré que la syndicalisation pourrait entraver le développement du jeu et affecter les promotions et les avantages. Ils ont envoyé un e-mail aux employés le lendemain avec un graphique en pièce jointe indiquant « S'il vous plaît, votez non ».

Plusieurs employés de Raven ont déclaré au Post qu'ils avaient trouvé les messages antisyndicaux de la direction décevants et inefficaces, car ils avaient quand même voté oui.

Activision Blizzard a déclaré dans un communiqué de l'entreprise qu'elle examinerait les options juridiques.

« Bien que nous respections le processus du NLRB, nous sommes déçus qu'une décision qui pourrait avoir un impact significatif sur l'avenir de l'ensemble de notre studio soit prise par moins de 10% de nos employés », a écrit le porte-parole d'Activision Blizzard, Rich George, dans une déclaration du 22 avril. « Nous pensons qu'une relation directe avec les membres de l'équipe est le meilleur moyen d'atteindre les objectifs individuels et d'entreprise ».

Dans le Wisconsin, les organisateurs ont appelé à un environnement de travail plus sain avec des délais de développement réalistes, une rémunération appropriée et des opportunités de développement de carrière dans une industrie où l'assurance qualité est sous-évaluée, selon le compte Twitter officiel des organisateurs. Le nombre de bulletins de vote reçus était de 24 sur 28 électeurs éligibles. Il y a eu deux bulletins contestés, ce qui n'est pas suffisant pour changer le résultat du vote.

« D'autres travailleurs de l'industrie du jeu vidéo seront ravis et inspirés par le succès des travailleurs de Raven Software à former leur syndicat. Nous exhortons Activision à respecter leur décision et à s'engager à négocier un contrat équitable », a déclaré la directrice des communications de CWA, Beth Allen, dans une déclaration avant le vote.

Jessica Taylor, porte-parole d'Activision Blizzard, a déclaré : « Nous respectons et croyons au droit de tous les employés de décider de soutenir ou de voter pour un syndicat ou non. Nous pensons qu'une décision importante qui aura un impact sur l'ensemble du studio Raven Software, qui compte environ 350 personnes, ne devrait pas être prise par 19 employés de Raven ».

Source : Microsoft

Voir aussi :

Les employés des Apple Store de Grand Central Terminal commencent à recueillir des signatures pour former un syndicat. En cas de succès, ce sera une première pour un Apple Store aux USA
Les employés d'Apple lancent AppleToo, un site Web pour recueillir des témoignages de discrimination et de harcèlement sur le lieu de travail
En attendant qu'Activision Blizzard reconnaisse leur syndicat, les travailleurs de sa branche Raven QA mettent fin à la grève. Le rachat par Microsoft pourrait compliquer ce processus