IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Cloud Computing Discussion :

Les clients d'Oracle ne comprennent pas le transfert des applications vers le cloud


Sujet :

Cloud Computing

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    762
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 762
    Points : 10 090
    Points
    10 090
    Par défaut Les clients d'Oracle ne comprennent pas le transfert des applications vers le cloud
    Les utilisateurs d'Oracle ne comprennent pas que le transfert des applications vers le cloud est synonyme de transformation de l'entreprise,
    selon Gartner

    Les grandes entreprises clientes des produits Oracle ne parviennent pas à comprendre que le transfert d'applications vers le cloud signifie une transformation de l'entreprise, notoirement robuste et complexe sur le plan organisationnel et pas seulement un défi technique.

    Un cabinet d'analystes met en garde contre les attentes irréalistes suscitées par le passage des applications d'entreprise de Big Red au SaaS. Le SaaS (Software-as-a-Service) est une forme de cloud computing qui permet de fournir une application cloud, avec ses plateformes et son infrastructure sous-jacentes, aux utilisateurs finaux via un navigateur Internet. Cette solution est particulièrement adaptée aux grandes entreprises, aux petites structures ou aux particuliers qui :

    • ne souhaitent pas acheter ou entretenir une infrastructure, des plateformes et des logiciels sur site ;
    • préfèrent une gestion plus simple des coûts par les coûts d'exploitation (OpEx), plutôt que par les dépenses d'investissement (CapEx) ;
    • rencontrent des problèmes relativement courants ;
    • privilégient les modèles de souscription pour les logiciels.

    Selon Gartner, bien que les produits Oracle Cloud Software (OCA) gagnent en maturité, les clients n'ont pas compris ce que signifie réellement la migration de leurs applications sur site. « Les entreprises qui passent à OCA ne comprennent pas que le SaaS ne permet pas la personnalisation, mais uniquement la configuration. La transition vers l'OCA est une transformation de l'entreprise, pas une migration technique », prévient un document d'analyse de Gartner.

    Nom : oracleB.png
Affichages : 16408
Taille : 29,8 Ko

    Ce message a déjà été adressé aux clients des logiciels d'entreprise SAP, qui sont également confrontés à la migration vers le cloud. Oliver Betz, SVP responsable de l'administration des produits SAP S/4HANA, a indiqué aux prospects qu'en 2020, le passage au logiciel en tant que service ne leur permettrait pas d'effectuer les mêmes modifications que dans le monde sur site. « Ce n'est pas ainsi que fonctionne le cloud », a-t-il déclaré.

    Fonctionnement d’une solution SaaS

    Le modèle SaaS permet de réduire les coûts de départ en éliminant la nécessité d'acheter les logiciels ou d'investir dans une infrastructure informatique robuste sur site, comme c'est le cas avec les logiciels traditionnels. Les clients SaaS doivent toutefois investir dans du matériel réseau rapide, puisque les performances du service sont déterminées par le débit Internet.

    Parmi les logiciels SaaS, on compte plusieurs fournisseurs de services d'applications tels que Google Docs et Microsoft Office 365, ainsi que des services d'entreprise qui fournissent des logiciels de gestion des ressources humaines, des systèmes de commerce en ligne, des outils de gestion de la relation client et des environnements de développement intégrés. Les éditeurs de logiciels choisissent généralement l'un des deux modèles de déploiement courants, ou les deux :

    • dans leur propre datacenter ;
    • via un fournisseur de services cloud public (par exemple, AWS, Azure ou IBM Cloud) qui s'occupe de la gestion de l'environnement cloud sur lequel la solution SaaS est hébergée.

    Les applications SaaS tirent parti d'une architecture multi-client pour isoler les données clients. Le fournisseur se charge des mises à niveau logicielles, de l'application des correctifs et des autres tâches de maintenance générale, tandis que les utilisateurs interagissent avec le logiciel par le biais d'un navigateur web. Les solutions SaaS sont généralement entièrement fonctionnelles, mais incluent parfois une intégration personnalisée via des interfaces de programmation d'application (API), de type REST ou SOAP, pour se connecter à d'autres fonctions.
    Il est plus facile pour un fournisseur de SaaS de déployer de nouvelles fonctions à ses clients. En effet, la plupart des applications SaaS sont des produits préconfigurés prêts à l'emploi ; le fournisseur gère tous les éléments sur lesquels l'application s'appuie, notamment :

    • les composants matériels, tels que ceux dédiés à la mise en réseau, au stockage et aux serveurs des datacenters ;
    • les plateformes, notamment pour la virtualisation, le système d'exploitation et les middlewares ;
    • la configuration logicielle, notamment l'environnement d'exécution, les données et l'application elle-même.
    • Le modèle SaaS

    Les applications SaaS reposent majoritairement sur des modèles de souscription. Contrairement à une licence perpétuelle, ce modèle de distribution logicielle relie chaque compte à une souscription qui garantit l'accès au SaaS pendant une période donnée, généralement sur une base annuelle ou mensuelle. La souscription inclut souvent l'accès à la documentation produit et une assistance technique continue (conformément à un accord de niveau de service), mais certains fournisseurs de solutions SaaS facturent des frais d'assistance supplémentaires pour personnaliser le code source.

    Selon Gartner, les utilisateurs d'Oracle qui envisagent de migrer vers le cloud sont confrontés à un problème d’attentes irréalistes suscitées par le passage des applications d'entreprise de Big Red au SaaS. Pourtant, une aide est à portée de main sous la forme de consultants en entreprise qui s'arrachent le travail avec les migrations OCA. Selon Gartner, les prestataires de services ont réalisé un chiffre d'affaires de 15,4 milliards de dollars avec les services liés à OCA.

    D'ici à la fin de l'année 2024, 75 % du chiffre d'affaires des services applicatifs d'Oracle sera lié au cloud computing, les grandes entreprises s'engageant à passer à l'informatique en nuage, selon l'analyste. À la même date, 70 % des grands déploiements d'Oracle ERP seront réalisés par des équipes de mise en œuvre principalement distantes plutôt que sur site. Les éditeurs proposent une diversité de logiciels SaaS, des applications métier de base aux suites ERP complexes, pour satisfaire l'ensemble des besoins des clients. Voici, ci-dessous, quelques exemples d'entreprises et de produits SaaS :

    • logiciel de planification des ressources d'entreprise de SAP ;
    • logiciel pour les ressources humaines de Paychex ;
    • logiciel pour les entreprises de CA Technologies ;
    • solution SaaS de messagerie d'Atos ;
    • logiciel de gestion de la relation client (CRM) de Salesforce ;
    • service de messagerie Slack ;
    • microsoft Office 365 ;
    • service de stockage de fichiers Dropbox.

    Parmi les applications Oracle mises en œuvre en tant que SaaS, 60 % sont liées aux ressources humaines ou à la planification des ressources de l'entreprise. Une application sur dix est liée à la publicité et à l'expérience client, tandis que 15 % concernent des applications de chaîne d'approvisionnement. Les 15 % restants se situent dans le nouveau domaine des applications industrielles.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Quelle solution de cloud computing utilisez-vous ? Quel modèle de service cloud correspond le plus à vos besoins ? Tour d'horizon du marché

    40% des professionnels IT veulent accélèrer leur migration vers le Cloud, une étude de l'impact du COVID-19 sur l'adoption du Cloud par MariaDB

    Gartner : Les revenus mondiaux du cloud s'élèveront à 474 milliards de dollars en 2022, contre 408 milliards de dollars en 2021, le cloud sera la pièce maîtresse des nouvelles expériences numériques

    Cloud computing : des sommes record ont été dépensées en2019, avec AWS empochant plus du tiers des factures, les investissements dans le secteur étant de plus en plus importants
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre émérite
    Inscrit en
    janvier 2006
    Messages
    659
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : janvier 2006
    Messages : 659
    Points : 2 402
    Points
    2 402
    Par défaut
    L'entreprise Oracle était déjà connue pour considérer ses utilisateurs comme des délinquants dont il faut vérifier en permanence qu'ils ne sont pas en train de violer leurs très chères licences. Maintenant ils pourront le faire sans effort, directement à la source, mais comme Microsoft avec Windows, ils ne vont pas pour autant réduire le prix des dites licences. De leur côté, les utilisateurs, pas très malins, y verront un avantage (la fin des demandes d'audit farfelues puisque maintenant Oracle peut le faire sans rien demander)
    Et voila tout le monde est content comme sur un nuage...

  3. #3
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    septembre 2014
    Messages
    427
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2014
    Messages : 427
    Points : 1 049
    Points
    1 049
    Par défaut
    Donc si par exemple en France, des problèmes politiques surgissaient, et que les USA considéraient que notre pays se "comporte mal", Oracle pourrait nous couper de nos données & applications ?
    En gros, pourrions-nous subir des sanctions comme la Russie en subit ? Ne jamais dire "jamais" dans ce monde.
    Et qu'en est-il de leur confidentialité / sécurité ? Où sera physiquement installé le serveur ?

Discussions similaires

  1. Réponses: 30
    Dernier message: 19/10/2020, 19h27
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 23/08/2019, 11h06
  3. Réponses: 3
    Dernier message: 11/04/2018, 22h14
  4. Réponses: 30
    Dernier message: 10/01/2018, 03h55
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 07/04/2010, 10h27

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo