GNU Emacs 28.1 est disponible avec la prise en charge de la compilation native des fichiers Lisp
et la bibliothèque graphique Cairo est maintenant utilisée par défaut si elle est présente

La version 28.1 de l'éditeur GNU Emacs est désormais disponible, et cette version apporte de nombreuses nouvelles fonctionnalités et modifications. Les changements significatifs incluent la compilation native des fichiers Lisp, la prise en charge de l'exécution de l'éditeur dans un bac à sable seccomp(), le support amélioré des emoji, et bien plus encore. La prise en charge de Wayland n'a pas été intégrée dans cette version, mais elle est déjà intégrée dans la version 29.

GNU Emacs est un éditeur de texte conçu pour les systèmes d'exploitation POSIX et disponible sous Linux, BSD, macOS, Windows… Emacs reste populaire à ce jour, car il propose des commandes efficaces pour des actions courantes, mais complexes et pour les plug-ins et les hacks de configuration qui se sont développés autour de lui depuis près de 40 ans. Comme il s'agit d'un vieil éditeur qui a été développé bien avant l'existence des conventions et de la terminologie informatiques modernes, Emacs est souvent considéré comme complexe, voire mystérieux.

Nom : 0_1597127710.png
Affichages : 1041
Taille : 116,9 Ko

Cependant, les utilisateurs avertis d'Emacs estiment que, une fois que vous avez appris les bases, vous disposez d'un éditeur puissant, efficace et extrêmement facile à manipuler pour la vie. Jusqu'à la sortie de GNU Emacs 24.5, le projet a été développé sous la direction personnelle de Richard Stallman (initiateur du mouvement du logiciel libre et du projet GNU), qui a transmis la direction du projet à John Wiegley à l'automne 2015. La version 28.1 de l'éditeur a été officiellement lancée lundi dernier avec quelques nouvelles fonctionnalités et améliorations. Voici les changements clés dans Emacs 28.1.

Compilation native des fichiers Lisp

Emacs 28.1 fournit la possibilité de compiler des fichiers Lisp en code exécutable en utilisant la bibliothèque libgccjit. Pour activer la compilation en ligne au moment de la construction, l'option --with-native-compilation doit être spécifiée, ce qui compilera tous les paquets Elisp livrés avec Emacs en code exécutable. L'activation de ce mode permettrait d'augmenter sensiblement les performances.

Cela nécessite également que GCC et Binutils soient disponibles lorsque le code Lisp est compilé en mode natif. Si vous compilez Emacs avec la compilation native, mais sans zlib, assurez-vous de configurer avec l'option --without-compress-install, afin que les fichiers *.el installés ne soient pas compressés ; sinon, vous ne pourrez pas utiliser la compilation native JIT des fichiers *.el installés.

En outre, l'équipe prévient qu'en raison du fait que la compilation native JIT est faite dans une nouvelle session d'Emacs qui est exécutée dans un sous-processus, elle peut légitimement rapporter certains avertissements et erreurs qui ne sont pas découverts par la compilation par octet. « Nous recommandons d'examiner de tels avertissements avant de décider qu'ils sont faux », a-t-elle déclaré.

La bibliothèque Cairo est activée par défaut


La bibliothèque graphique Cairo est maintenant utilisée par défaut si elle est présente. L'option --with-cairo est maintenant utilisée par défaut, si les fichiers de développement appropriés sont trouvés par configure. Selon l'équipe, la compilation avec Cairo est connue pour causer quelques problèmes avec les polices bitmap. Cela peut vous obliger à ajuster vos paramètres de police, ou à construire avec le support Xft à la place.

Notez également que les paramètres FontBackend dans .Xdefaults ou .Xresources, ou les paramètres du framework font-backend dans vos fichiers init, peuvent avoir besoin d'être ajustés, car xft n'est plus un backend valide lorsque vous utilisez Cairo. Utilisez ftcrhb si votre Emacs a été construit avec le support de la mise en forme du texte HarfBuzz, et ftcr sinon. Vous pouvez le déterminer en vérifiant [B]system-configuration-features[/C].

Le backend ftcr sera toujours disponible lorsque HarfBuzz sera supporté, mais ne sera pas utilisé par défaut. L'équipe recommande fortement de construire avec le support de HarfBuzz. En outre, x est toujours un backend valide.

D'autres changements et améliorations

Changements d'installation :

  • de nombreuses améliorations et extensions à project.el ;
  • l'option de configuration --without-makeinfo a été supprimée ;
  • le support de la construction avec -fcheck-pointer-bounds a été supprimé ;
  • Emacs ne supporte plus les anciens systèmes OpenBSD.


Changements au démarrage :

  • dans les versions GTK, Emacs supporte maintenant les notifications de démarrage ;
  • les erreurs dans kill-emacs-hook n'empêchent plus la fermeture d'Emacs ;
  • support pour le chargement des filtres Secure Computing ;
  • Emacs peut supporter un TTY en couleur 24 bits sans base de données terminfo ;
  • les noms de fichiers donnés sur la ligne de commande sont maintenant ajoutés dans l'historique.


Autres changements :

  • Emacs supporte maintenant Unicode 14.0 ;
  • améliorations significatives de l'affichage des Emoji et des séquences d'Emoji ;
  • nouvelle commande execute-extended-command-for-buffer ;
  • ajout de l'implémentation de context-menu-mode pour les menus contextuels du clic droit ;
  • nouveau système d'affichage des documents des groupes de fonctions ;
  • ajout de la possibilité de charger des filtres d'appel système seccomp (--seccomp=FILE) pour isoler le processus en sandbox ;
  • Emacs affiche les parenthèses correspondantes par défaut.


Source : Notes de version Emacs 28.1

Et vous ?

Que pensez-vous des changements et améliorations dans Emacs 28.1 ?

Voir aussi

GNU Emacs v27.1 est disponible avec la prise en charge de HarfBuzz pour la mise en forme de texte, et la prise en charge native de l'analyse JSON

GNU Emacs 26.1 est disponible en téléchargement : tour d'horizon des principales nouveautés de l'éditeur de texte libre

Emacs : la communauté se demande comment accroître son attractivité, certains suggèrent plus de modernité et Richard Stallman se prête au jeu des échanges d'idées

La version 3.0 de Magit, une interface Git dans Emacs, est disponible, elle contient 1264 commits provenant de 87 contributeurs