IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #41
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    917
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 917
    Points : 10 930
    Points
    10 930
    Par défaut Twitter réexamine l'offre d'Elon Musk et pourrait être plus réceptif à un accord
    Twitter réexamine l'offre d'Elon Musk et pourrait être plus réceptif à un accord,
    après que Musk ait annoncé une offre de 46,5 milliards de dollars

    Twitter réexamine l'offre de rachat de 43 milliards de dollars d'Elon Musk, après que le milliardaire a réuni le financement nécessaire à son offre, signe que Twitter pourrait être plus réceptive à un accord. Elon Musk, l'homme le plus riche du monde selon Forbes, a indiqué comment il pourrait mettre la main sur 46,5 milliards de dollars pour racheter Twitter, expliquant que plus de la moitié de ce montant proviendra des banques et sera financé par des emprunts.

    En milieu de mois d’avril, Elon Musk a fait une offre controversée d'achat de Twitter, affirmant que l'entreprise a un potentiel extraordinaire et qu'il est la personne indiquée pour le débloquer. Musk, PDG de Tesla et SpaceX a indiqué qu’il offrira 54,20 dollars par action en argent comptant, valorisant Twitter à environ 43 milliards de dollars.

    On s'attendait à ce que Twitter rejette l'offre que Musk a faite au début du mois sans dire comment il la paierait. Mais après que Musk a révélé la semaine dernière qu'il disposait désormais d'un financement de 46,5 milliards de dollars, Twitter jette un regard neuf sur l'offre et est plus susceptible qu'auparavant de chercher à négocier, selon des personnes au fait de la situation. La situation évolue rapidement et il est encore loin d'être garanti que Twitter le fera.

    Twitter travaille toujours sur une estimation très importante de sa propre valeur, qui devrait être proche de l'offre de Musk, et il pourrait également insister sur des avantages tels que l'acceptation par Musk de couvrir les protections en cas de rupture de l'accord, ont déclaré certaines analystes. Les deux parties pourraient se rencontrer dimanche pour discuter de la proposition de Musk.

    Nom : Musk3.png
Affichages : 2014
Taille : 530,5 Ko

    Twitter devrait se prononcer sur l'offre lors de la publication de ses résultats du premier trimestre jeudi, si ce n'est plus tôt. La réponse de Twitter pourrait laisser la porte ouverte à l'invitation d'autres soumissionnaires ou à la négociation avec Musk sur des conditions autres que le prix. Ces derniers jours, Musk a répété au président de Twitter, Bret Taylor, qu'il ne bougerait pas de son offre de 54,20 dollars par action, ont indiqué les personnes proches de l’affaire.

    Ce revirement potentiel de Twitter intervient après que Musk a rencontré en privé vendredi plusieurs actionnaires de la société pour vanter les mérites de sa proposition tout en répétant que le conseil d'administration doit prendre une décision « oui ou non », selon des personnes connaissant bien le dossier. Il s'est également engagé à résoudre les problèmes de liberté d'expression qui, selon lui, affectent la plateforme et le pays en général, que son offre aboutisse ou non, ont-elles ajouté.

    Le directeur général de Tesla a fait son discours à certains actionnaires lors d'une série d'appels vidéo, en mettant l'accent sur les fonds gérés activement, dans l'espoir qu'ils puissent influencer la décision de l'entreprise.

    Musk a déclaré qu'il ne voyait aucun moyen pour la direction de Twitter d'amener l'action à son prix d'offre par ses propres moyens, étant donné les problèmes de l'entreprise et son incapacité persistante à les corriger. Il n'a pas été possible de savoir s'il a détaillé les mesures spécifiques qu'il prendrait, bien qu'il ait indiqué sur Twitter vouloir réduire la dépendance de la plateforme à l'égard de la publicité, ainsi qu'apporter des changements plus simples, comme autoriser des tweets plus longs.

    Certains actionnaires se sont déjà ralliés à Musk à la suite des réunions. Lauri Brunner, qui gère le fonds de croissance à grande capitalisation de Thrivent Asset Management LLC, considère Musk comme un opérateur compétent. « Il a des antécédents bien établis chez Tesla, a-t-elle déclaré. Il est le catalyseur qui permettra d'obtenir de solides performances opérationnelles chez Twitter ». Thrivent, basé à Minneapolis, détient une participation d'environ 0,4 % dans Twitter, d'une valeur de 160 millions de dollars, et est également un actionnaire de Tesla.

    Musk a également déclaré qu'il envisageait de s'adresser directement aux actionnaires en lançant une offre publique d'achat. Même s'il obtenait un soutien important des actionnaires dans le cadre d'une offre publique d'achat, ce qui est loin d'être garanti, il lui faudrait encore trouver un moyen de contourner la pilule empoisonnée de la société, une manœuvre juridique qu'elle a employée et qui l'empêche effectivement de porter sa participation à 15 % ou plus.

    Le conseil d'administration de Twitter a approuvé une « pilule empoisonnée » pour empêcher une prise de contrôle hostile en réponse à l'offre d'Elon Musk de racheter la firme. Selon certains médias américains. « La société a adopté une pilule empoisonnée qui rend difficile pour lui d'augmenter sa participation au-delà de 15 % », écrit le Wall Street Journal. Dans un communiqué de presse, Twitter a déclaré que son conseil d'administration avait adopté à l'unanimité le régime de droit à la suite d'une proposition non sollicitée et non contraignante d'acquisition de Twitter.

    Le plan de droits est destiné à permettre à tous les actionnaires de réaliser la pleine valeur de leur investissement dans Twitter. Le régime des droits réduira la probabilité qu'une entité, une personne ou un groupe prenne le contrôle de Twitter par le biais d'une accumulation sur le marché libre sans payer à tous les actionnaires une prime de contrôle appropriée ou sans laisser au conseil d'administration suffisamment de temps pour prendre des décisions éclairées et prendre des mesures dans le meilleur intérêt des actionnaires.

    Le Plan de droits n'empêche pas le Conseil d'administration de s'engager avec des parties ou d'accepter une proposition d'acquisition si le Conseil d'administration estime que c'est dans le meilleur intérêt de Twitter et de ses actionnaires. Le Régime des droits est semblable à d'autres régimes adoptés par des entreprises publiques dans des circonstances comparables. Dans le cadre du Plan de droits, les droits pourront être exercés si une entité, une personne ou un groupe acquiert la propriété effective de 15 % ou plus des actions ordinaires en circulation de Twitter dans le cadre d'une transaction non approuvée par le Conseil.

    Le conseil d'administration de Twitter devrait envisager de rejeter l'offre d'Elon Musk en raison du préjudice que sa propriété pourrait causer aux droits civils des utilisateurs, a déclaré Marc Morial, président de la National Urban League. Dans une lettre adressée lundi au président de Twitter, Bret Taylor Morial a déclaré que Musk a « exprimé des points de vue préoccupants » sur la modération du contenu et la liberté d'expression qui vont à l'encontre des principes « de la création d'une communauté en ligne qui est sûre pour les communautés marginalisées et protège notre démocratie ». Morial a exhorté le conseil d'administration de Twitter à consulter la communauté des droits civils avant de prendre une décision sur l'offre de Musk, et il a demandé à rencontrer Taylor pour discuter davantage de ses préoccupations.

    En l'espace d'une semaine, Elon Musk se serait mis en position d'organiser potentiellement une opération hostile contre Twitter sur l'une des plus importantes plateformes de réseaux sociaux au monde, Twitter. Elon Musk aurait déposé des documents, montrant qu'il avait dépensé 2,8 milliards de dollars pour prendre une participation de 9 % dans Twitter, devenant ainsi le plus grand actionnaire individuel de la société.

    Peu après, Twitter a annoncé qu'il allait siéger au conseil d'administration de la société. Le cours de l'action a bondi de plus de 20 % à l'annonce de la participation de Musk, et toutes les personnes impliquées dans l'entreprise ont commencé à réfléchir à la manière dont sa participation allait changer les choses.

    Il ne semble pas que les employés de Twitter aient été enthousiasmés par l'arrivée de Musk au conseil d'administration de l'entreprise, et beaucoup d'entre eux poussent un soupir de soulagement maintenant qu'il est parti. Un chef d'équipe a même répondu au tweet d'Agrawal par un soupir de soulagement, en disant : « J'ai gardé le silence depuis l'annonce parce que je voulais donner à la direction de Twitter une chance de bien faire pour ses employés, et ils l'ont fait. Merci. »

    Dans une note, le PDG de Twitter, Parag Agrawal indique que la nomination initiale d'Elon était « subordonnée à une vérification des antécédents et à une acceptation formelle ». En l'absence d'autre explication, certains observateurs ont compris que la vérification des antécédents avait révélé des informations qui disqualifiaient Musk en tant que membre du conseil d'administration, ce qui expliquerait également pourquoi tout s'est passé si brusquement et avec si peu d'explications. Il est difficile d'imaginer ce que la vérification aurait pu trouver, mais il faudrait que ce soit quelque chose de juteux. Peut-être Musk prévoit-il de lancer un concurrent de Twitter ?

    « Nous pensions également que le fait qu'Elon soit un fiduciaire de l'entreprise, où il doit, comme tous les membres du conseil, agir dans le meilleur intérêt de l'entreprise et de tous nos actionnaires, était la meilleure voie à suivre. » Agrawal a également écrit : « Il y aura des distractions à venir, mais nos objectifs et nos priorités restent inchangés. Les décisions que nous prenons et la façon dont nous les exécutons sont entre nos mains, et celles de personne d'autre. »

    « Sans protections et garanties clefs, une grande partie des activités inquiétantes que nous voyons sur Twitter, y compris la propagande suprémaciste blanche, la haine raciale et religieuse, la suppression des électeurs par la désinformation électorale, le parti pris et la discrimination algorithmique, et le durcissement de notre discours national sont susceptibles de proliférer sous la propriété de Musk », a écrit Morial.

    « Le potentiel d'impact négatif direct sur des millions de personnes et indirect sur la culture et la démocratie de notre nation est exponentiel et devrait faire partie de votre analyse lors de l'examen de cette offre d'achat ou de toute autre. »

    En l'espace d'une semaine, Elon Musk se serait mis en position d'organiser potentiellement une opération hostile contre Twitter sur l'une des plus importantes plateformes de réseaux sociaux au monde, Twitter. Elon Musk aurait déposé des documents, montrant qu'il avait dépensé 2,8 milliards de dollars pour prendre une participation de 9 % dans Twitter, devenant ainsi le plus grand actionnaire individuel de la société. Peu après, Twitter a annoncé qu'il allait siéger au conseil d'administration de la société. Le cours de l'action a bondi de plus de 20 % à l'annonce de la participation de Musk, et toutes les personnes impliquées dans l'entreprise ont commencé à réfléchir à la manière dont sa participation allait changer les choses.

    Il ne semble pas que les employés de Twitter aient été enthousiasmés par l'arrivée de Musk au conseil d'administration de l'entreprise, et beaucoup d'entre eux poussent un soupir de soulagement maintenant qu'il est parti. Un chef d'équipe a même répondu au tweet d'Agrawal par un soupir de soulagement, en disant : « J'ai gardé le silence depuis l'annonce parce que je voulais donner à la direction de Twitter une chance de bien faire pour ses employés, et ils l'ont fait. Merci. »

    Dans une note, le PDG de Twitter, Parag Agrawal indique que la nomination initiale d'Elon était « subordonnée à une vérification des antécédents et à une acceptation formelle ». En l'absence d'autre explication, certains observateurs ont compris que la vérification des antécédents avait révélé des informations qui disqualifiaient Musk en tant que membre du conseil d'administration, ce qui expliquerait également pourquoi tout s'est passé si brusquement et avec si peu d'explications.

    Il est difficile d'imaginer ce que la vérification aurait pu trouver, mais il faudrait que ce soit quelque chose de juteux. Peut-être Musk prévoit-il de lancer un concurrent de Twitter ?

    « Nous pensions également que le fait qu'Elon soit un fiduciaire de l'entreprise, où il doit, comme tous les membres du conseil, agir dans le meilleur intérêt de l'entreprise et de tous nos actionnaires, était la meilleure voie à suivre. » Agrawal a également écrit : « Il y aura des distractions à venir, mais nos objectifs et nos priorités restent inchangés. Les décisions que nous prenons et la façon dont nous les exécutons sont entre nos mains, et celles de personne d'autre. »

    « Sans protections et garanties clefs, une grande partie des activités inquiétantes que nous voyons sur Twitter, y compris la propagande suprémaciste blanche, la haine raciale et religieuse, la suppression des électeurs par la désinformation électorale, le parti pris et la discrimination algorithmique, et le durcissement de notre discours national sont susceptibles de proliférer sous la propriété de Musk », a écrit Morial. « Le potentiel d'impact négatif direct sur des millions de personnes et indirect sur la culture et la démocratie de notre nation est exponentiel et devrait faire partie de votre analyse lors de l'examen de cette offre d'achat - ou de toute autre. »

    En l'espace d'une semaine, Elon Musk se serait mis en position d'organiser potentiellement une opération hostile contre Twitter sur l'une des plus importantes plateformes de réseaux sociaux au monde, Twitter. Elon Musk aurait déposé des documents, montrant qu'il avait dépensé 2,8 milliards de dollars pour prendre une participation de 9 % dans Twitter, devenant ainsi le plus grand actionnaire individuel de la société. Peu après, Twitter a annoncé qu'il allait siéger au conseil d'administration de la société. Le cours de l'action a bondi de plus de 20 % à l'annonce de la participation de Musk, et toutes les personnes impliquées dans l'entreprise ont commencé à réfléchir à la manière dont sa participation allait changer les choses.

    Il ne semble pas que les employés de Twitter aient été enthousiasmés par l'arrivée de Musk au conseil d'administration de l'entreprise, et beaucoup d'entre eux poussent un soupir de soulagement maintenant qu'il est parti. Un chef d'équipe a même répondu au tweet d'Agrawal par un soupir de soulagement, en disant : « J'ai gardé le silence depuis l'annonce parce que je voulais donner à la direction de Twitter une chance de bien faire pour ses employés, et ils l'ont fait. Merci. »

    Dans une note, le PDG de Twitter, Parag Agrawal indique que la nomination initiale d'Elon était « subordonnée à une vérification des antécédents et à une acceptation formelle ». En l'absence d'autre explication, certains observateurs ont compris que la vérification des antécédents avait révélé des informations qui disqualifiaient Musk en tant que membre du conseil d'administration, ce qui expliquerait également pourquoi tout s'est passé si brusquement et avec si peu d'explications. Il est difficile d'imaginer ce que la vérification aurait pu trouver, mais il faudrait que ce soit quelque chose de juteux. Peut-être Musk prévoit-il de lancer un concurrent de Twitter ?

    « Nous pensions également que le fait qu'Elon soit un fiduciaire de l'entreprise, où il doit, comme tous les membres du conseil, agir dans le meilleur intérêt de l'entreprise et de tous nos actionnaires, était la meilleure voie à suivre. » Agrawal a également écrit : « Il y aura des distractions à venir, mais nos objectifs et nos priorités restent inchangés. Les décisions que nous prenons et la façon dont nous les exécutons sont entre nos mains, et celles de personne d'autre. »

    « Sans protections et garanties clefs, une grande partie des activités inquiétantes que nous voyons sur Twitter, y compris la propagande suprémaciste blanche, la haine raciale et religieuse, la suppression des électeurs par la désinformation électorale, le parti pris et la discrimination algorithmique, et le durcissement de notre discours national sont susceptibles de proliférer sous la propriété de Musk », a écrit Morial.

    « Le potentiel d'impact négatif direct sur des millions de personnes et indirect sur la culture et la démocratie de notre nation est exponentiel et devrait faire partie de votre analyse lors de l'examen de cette offre d'achat - ou de toute autre. »


    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Elon Musk affirme qu'il peut obtenir 46,5 milliards de dollars de financement pour acheter Twitter, ce discours ne serait pas libre

    Twitter adopte une « pilule empoisonnée » pour tenter de contrecarrer le rachat par Elon Musk, son conseil d'administration avait adopté à l'unanimité le régime de droits

    La National Urban League aurait demandé à Twitter de rejeter l'offre d'Elon Musk, pour des raisons de droits civils

    Elon Musk s'apprête à lancer une opération hostile contre Twitter, après que l'accord pour le siège au conseil d'administration est tombé à l'eau
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #42
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2017
    Messages
    1 214
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2017
    Messages : 1 214
    Points : 4 302
    Points
    4 302
    Par défaut
    Preuve une fois de plus que l'argent est roi: Tu es contre? Un peu de "pépètes" en plus et tu deviens d'accord...

  3. #43
    Expert éminent sénior Avatar de Uther
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    avril 2002
    Messages
    4 428
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Pyrénées Orientales (Languedoc Roussillon)

    Informations forums :
    Inscription : avril 2002
    Messages : 4 428
    Points : 13 960
    Points
    13 960
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Preuve une fois de plus que l'argent est roi: Tu es contre? Un peu de "pépètes" en plus et tu deviens d'accord...
    Sans blague on parle quand même pas d'un gouvernement ou d'une ONG.
    Twitter c'est une entreprise cotée en bourse : évidement que ça s'achète, c'est même fait pour ça.

  4. #44
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 030
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 030
    Points : 158 771
    Points
    158 771
    Par défaut Le conseil d'administration de Twitter accepte « à l'unanimité » l'accord de rachat d'Elon Musk pour 44 Mds $
    Le conseil d'administration de Twitter accepte « à l'unanimité » l'accord de rachat d'Elon Musk pour 44 Mds $,
    la transaction devrait être conclue en 2022

    Twitter a annoncé que la société de médias sociaux serait vendue à Elon Musk pour environ 44 milliards de dollars. Musk paiera 54,20 $ en cash par action pour la plateforme basée à San Francisco, qui sera désormais privatisée après des jours d'intenses négociations entre l'entrepreneur et le conseil d'administration. La transaction, qui a été approuvée à l'unanimité par le conseil d'administration de Twitter, devrait être finalisée en 2022, sous réserve de l'approbation des actionnaires de Twitter, de l'obtention des approbations réglementaires applicables et de la satisfaction des autres conditions de clôture habituelles. La société a confirmé que Musk, dont la fortune est estimée à 259 milliards de dollars, avait obtenu 25,5 milliards de dollars de financement par emprunt et par prêt et fournissait 21 milliards de dollars d'engagement en fonds propres.

    Le conseil d'administration de Twitter a annoncé ce 25 avril 2022 avoir accepté une offre du milliardaire Elon Musk qui a proposé de racheter la société de médias sociaux et de la privatiser, a annoncé la société lundi. Selon les termes de l'accord, les actionnaires de Twitter recevront 54,20 $ pour chaque action ordinaire de Twitter qu'ils détiennent à la clôture de la transaction proposée. Le prix d'achat représente une prime de 38 % par rapport au cours de clôture de Twitter le 1er avril 2022, qui était le dernier jour de bourse avant que Musk ne divulgue sa participation d'environ 9 % dans Twitter

    Bret Taylor, président indépendant du conseil d'administration de Twitter, a déclaré : « Le conseil d'administration de Twitter a mené un processus réfléchi et complet pour évaluer la proposition d'Elon en mettant délibérément l'accent sur la valeur, la certitude et le financement. La transaction proposée offrira une prime en cash substantielle, et nous pensons qu'elle est la meilleure voie à suivre pour les actionnaires de Twitter ».

    Parag Agrawal, PDG de Twitter, a déclaré : « Twitter a un objectif et une pertinence qui ont un impact sur le monde entier. Profondément fier de nos équipes et inspiré par le travail qui n'a jamais été aussi important ».

    « La liberté d'expression est le fondement d'une démocratie qui fonctionne, et Twitter est la place publique numérique où sont débattues des questions vitales pour l'avenir de l'humanité », a déclaré Musk. « Je veux aussi rendre Twitter meilleur que jamais en améliorant le produit avec de nouvelles fonctionnalités, en rendant les algorithmes open source pour accroître la confiance, en vainquant les spambots et en authentifiant tous les humains. Twitter a un potentiel énorme - j'ai hâte de travailler avec l'entreprise et la communauté des utilisateurs pour le débloquer ».

    Le contexte

    L'annonce met fin à une saga d'une semaine que Musk a lancée lorsqu'il a révélé une participation importante dans l'entreprise. Peu de temps après, la société a déclaré qu'il rejoindrait le conseil d'administration, mais Musk a inversé le cap sur ce plan plusieurs jours plus tard. Ensuite, il a proposé d'acheter la société à 54,20 $ par action, sa « meilleure et dernière offre ». Cette offre valorisait Twitter à environ 43 milliards de dollars.

    En supposant que l'accord soit conclu et que Musk devienne propriétaire de Twitter, la société sera contrôlée par la personne la plus riche du monde et quelqu'un qui a été un fervent critique de la plateforme tout en l'utilisant de manière juridiquement controversée, principalement par le biais de messages sensibles sur son entreprise de construction automobile, Tesla. Bien que Musk ait indiqué que son intérêt principal pour Twitter était lié à ce qu'il considère comme la censure de la liberté d'expression par l'entreprise, les critiques de Musk craignent à juste titre que le contrôle du milliardaire sur la plateforme entraîne le silence de leurs voix et des autres avec qui il peut être en désaccord.

    Néanmoins, plus tôt dans la journée, Musk avait exhorté ses « pires critiques » à rester sur Twitter, avant qu'il ne soit annoncé qu'un accord avait conclu un accord pour l'acheter. « J'espère que même mes pires critiques resteront sur Twitter, car c'est ce que signifie la liberté d'expression », a-t-il écrit. L'entrepreneur a fait de la question de la liberté d'expression une question centrale dans sa tentative de prise de contrôle de la plateforme, laissant ses détracteurs suggérer qu'il autorisera le retour de personnalités de droite interdites telles que Donald Trump et Marjorie Taylor Greene.

    Le conseil d'administration de Twitter a cherché à repousser une prise de contrôle hostile en adoptant une soi-disant pilule empoisonnée, ou accord sur les droits des actionnaires, qui permettrait aux autres actionnaires d'acheter l'action à prix réduit si Musk ou une autre personne ou un groupe acquérait plus de 15 % des actions ordinaires en circulation. Le plan diluerait les avoirs de cette personne dans une stratégie couramment employée pour empêcher les acquisitions non désirées.

    Le conseil d'administration semblait avoir deux raisons d'envisager de rejeter l'accord. La première était que l'offre, bien que d'un prix bien supérieur au cours actuel de l'action de Twitter, était sans doute trop basse étant donné que le cours de l'action avait récemment dépassé ce prix.

    La seconde était qu'il n'était pas clair au départ de savoir comment Musk financerait l'accord. Bien qu'il soit la personne la plus riche du monde, une grande partie de sa richesse est liée aux actions de Tesla, ce qui signifie qu'il devrait probablement emprunter sur ses avoirs pour financer l'accord.

    Mais l'offre est devenue plus concrète une fois que Musk a annoncé dans un dossier de la Securities and Exchange Commission qu'il avait reçu des engagements de 46,5 milliards de dollars pour aider à financer l'accord potentiel. Cela comprenait environ 25,5 milliards de dollars de financement par emprunt de Morgan Stanley Senior Funding et d'autres sociétés. Il a déclaré avoir engagé environ 21 milliards de dollars en financement par actions.

    Musk a déclaré dans le même dossier qu'il étudiait une offre publique d'achat d'actions de Twitter directement auprès des actionnaires.

    Nom : musk.png
Affichages : 2598
Taille : 172,6 Ko

    L'intérêt de Musk pour Twitter vient de sa propre utilisation fréquente de la plateforme. Le PDG de Tesla et SpaceX utilise souvent sa grande plateforme pour partager des blagues, dialoguer avec ses 83,6 millions de followers et faire des annonces commerciales.

    Ce dernier volet lui a causé quelques ennuis. Il a fait l'objet d'une enquête de la SEC après avoir tweeté en 2018 qu'il avait obtenu un financement de 420 $ par action pour privatiser Tesla. L'agence a accusé Musk de fraude en valeurs mobilières à la suite de ces tweets. Musk et Tesla ont conclu un accord de règlement révisé sur ces accusations en 2019, que Musk tente maintenant de résilier.

    Musk a déclaré lors de la conférence TED2022 à Vancouver plus tôt ce mois-ci qu'il avait en fait obtenu un financement au moment de ce tweet, ajoutant qu'il avait été « forcé de les concéder illégalement à la SEC » dans le règlement. La SEC a refusé de commenter les remarques de Musk à l'époque.

    Peu de temps après la conférence, un dépôt auprès du tribunal d'un recours collectif intenté par des actionnaires contre Musk a révélé que le juge présidant cette affaire avait conclu que Musk avait sciemment fait de fausses déclarations sur le financement au moment du tweet.

    Également à la conférence TED2022, Musk a partagé comment il aimerait voir la plateforme changer sous sa propriété.

    « Je pense qu'il est très important qu'il y ait une arène inclusive pour la liberté d'expression », a-t-il déclaré à l'époque, reconnaissant qu'une certaine modération du contenu serait nécessaire pour faire face aux appels explicites à la violence et garantir que le service respecte les lois du pays dans lequel il opère.

    Il a également déclaré qu'il préférerait généralement les « temps morts » aux interdictions permanentes, ce qui pourrait suggérer une voie à l'ancien président Donald Trump pour rejoindre la plateforme sous le contrôle de Musk. Twitter a banni Trump de la plateforme à la suite de ses tweets autour de l'insurrection du 6 janvier au Capitole des États-Unis, citant « le risque d'une nouvelle incitation à la violence ».

    Certains législateurs républicains ont exprimé leur enthousiasme à l'idée que Musk soit propriétaire de l'entreprise après s'être plaint pendant des années de ce qu'ils disent être la censure des voix conservatrices par les entreprises technologiques grand public. Twitter et d'autres ont déclaré qu'ils ne censuraient pas les discours basés sur l'idéologie, mais appliquaient plutôt leurs directives communautaires déclarées.

    La position de la Maison-Blanche à ce sujet

    L'attachée de presse de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a été interrogée sur l'achat de Twitter par Musk lors de sa conférence de presse de lundi. Psaki a déclaré qu'elle « ne commenterait pas une transition spécifique » mais a réitéré que l'administration continue de croire que « peu importe qui possède ou dirige Twitter, le président s'inquiète depuis longtemps du pouvoir des grandes plateformes de médias sociaux » et a souligné que « les plateformes technologiques doivent être tenues responsables des dommages qu'elles causent ».

    Elle a souligné l'intérêt bipartite du Congrès pour les mesures antitrust et la réforme de l'article 230 de la Communications Decency Act. Et elle a ajouté : « Nos préoccupations ne sont pas nouvelles. Nous avons longtemps parlé, et le président a longtemps parlé, des pouvoirs des plateformes de médias sociaux… pour répandre la désinformation, la mésinformation et la nécessité pour ces plateformes d'être tenues pour responsables ».

    Source : annonce Twitter

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #45
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    917
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 917
    Points : 10 930
    Points
    10 930
    Par défaut L’Electronic Frontier Foundation dénonce l'achat de Twitter par Elon Musk
    L’Electronic Frontier Foundation dénonce l'achat de Twitter par Elon Musk.
    « Il met en évidence les risques pour les droits de l'homme et la sécurité personnelle »

    L’Electronic Frontier Foundation (EFF) dénonce l'achat de Twitter par Elon Musk et indique que cette opération met en évidence les risques pour les droits de l'homme et la sécurité personnelle lorsqu'une seule personne a le contrôle total des politiques affectant près de 400 millions d'utilisateurs. « Dans le cas d’espèce, cette personne a démontré à plusieurs reprises qu'elle ne comprend pas les réalités de la politique des plateformes à grande échelle », EFF.

    Notons que l'EFF est la principale organisation à but non lucratif qui défend les libertés civiles dans le monde numérique. Fondée en 1990, l'EFF défend la vie privée des utilisateurs, la liberté d'expression et l'innovation par le biais de litiges, d'analyses politiques, d'activisme populaire et de développement technologique. La mission de l'EFF est de veiller à ce que la technologie soutienne la liberté, la justice et l'innovation pour tous les peuples du monde.

    Nom : twitter.png
Affichages : 1437
Taille : 46,6 Ko

    La réalité fondamentale est la suivante : Twitter et les autres réseaux sociaux jouent un rôle de plus en plus important dans le discours social et politique, et ont pour corollaire une responsabilité de plus en plus importante de veiller à ce que leurs décisions soient à la fois transparentes et responsables. Pour l’EFF, s'il veut aider Twitter à assumer cette responsabilité, Musk devrait garder à l'esprit ce qui suit :

    • La liberté d'expression n'est pas un slogan : Musk a été particulièrement critique à l'égard des politiques de modération de contenu de Twitter. Il a raison de dire que la modération du contenu pose des problèmes à grande échelle. Ces problèmes ne sont pas spécifiques à Twitter, bien que ce dernier soit confronté à des défis particuliers. Il a longtemps lutté contre les robots et les tweets troublants de personnalités importantes qui peuvent facilement devenir viraux en quelques minutes, permettant ainsi la diffusion rapide de fausses informations ou de désinformation.

      Dans le même temps, à l'instar d'autres plateformes, les normes communautaires de Twitter restreignent les discours légalement protégés d'une manière qui affecte de façon disproportionnée les orateurs souvent réduits au silence. Et comme d'autres plateformes, Twitter supprime régulièrement les contenus qui ne violent pas ses normes, notamment l'expression sexuelle, les contre-discours et certains discours politiques ;
    • Une meilleure modération des contenus s'impose : moins d'automatisation, plus de contributions d'experts aux politiques, et plus de transparence et de responsabilité en général. Malheureusement, le discours populaire actuel sur la modération du contenu est binaire et frustrant, les commentateurs demandant soit plus de modération (ou de réglementation), soit, comme dans le cas de Musk, beaucoup moins.

    À cette fin, l'EFF a collaboré avec des organisations du monde entier pour créer les principes de Santa Clara, qui définissent un cadre pour la manière dont les entreprises doivent opérer en matière de transparence et de responsabilité dans les décisions de modération de contenu. Twitter a publiquement soutenu la première version des principes de Santa Clara dans son rapport de transparence 2019.

    Bien que Twitter n'ait pas encore réussi à mettre en œuvre les principes dans leur intégralité, cette déclaration était un signe encourageant de son intention de s'en rapprocher : fonctionner sur un ensemble transparent de normes, partager publiquement les détails autour des suppressions liées à la politique et des demandes du gouvernement, rendre les modérations de contenu claires pour les utilisateurs et leur donner la possibilité de faire appel. Nous appelons la direction de Twitter à renouveler l'engagement de l'entreprise envers les principes de Santa Clara.

    Les comptes anonymes et pseudonymes sont essentiels pour les utilisateurs

    Le pseudonymat, le maintien d'un compte sur Twitter ou toute autre plateforme sous une identité autre que le nom légal de l'utilisateur - est un élément important de la liberté d'expression. Au vu de certaines de ses récentes déclarations, nous craignons que Musk n'apprécie pas pleinement la valeur des droits de l'homme que représente l'expression sous pseudonyme.

    Le pseudonyme et l'anonymat sont essentiels pour protéger les utilisateurs qui peuvent avoir des opinions, des identités ou des intérêts qui ne s'alignent pas sur ceux du pouvoir. Par exemple, les politiques exigeant l'utilisation de vrais noms sur Facebook ont été utilisées pour exclure les Amérindiens, les personnes utilisant des noms traditionnels irlandais, indonésiens et écossais, le clergé catholique, les personnes transgenres, les drag queens et les travailleurs du sexe. Les dissidents politiques peuvent être en grand danger si les personnes au pouvoir sont capables de découvrir leur véritable identité.

    En outre, rien ne prouve que le fait d'obliger les gens à utiliser leur "vrai" nom crée un environnement plus civilisé, et beaucoup d'éléments indiquent que cela peut avoir des conséquences désastreuses pour certains des utilisateurs les plus vulnérables de la plateforme.

    Musk a récemment critiqué les utilisateurs anonymes de la plateforme et a suggéré que Twitter devrait "authentifier tous les vrais humains". Par ailleurs, il a évoqué la possibilité de modifier le processus de vérification par lequel les comptes sont cochés en bleu à côté de leur nom pour indiquer qu'ils sont "vérifiés". Les botnets et les trolls constituent depuis longtemps un problème pour Twitter, mais exiger des utilisateurs qu'ils s'identifient pour prouver qu'ils sont "réels" va à l'encontre de l'éthique de l'entreprise.

    Il n'y a pas de moyen facile d'exiger une vérification sans causer des ravages pour certains utilisateurs et pour la liberté d'expression. Tout défenseur de la liberté d'expression (comme Musk semble se considérer lui-même) prêt à exiger des utilisateurs qu'ils soumettent une pièce d'identité pour accéder à une plateforme ignore probablement l'importance cruciale du pseudonyme et de l'anonymat. Les gouvernements, en particulier, peuvent être en mesure de forcer Twitter et d'autres services à divulguer la véritable identité des utilisateurs, et dans de nombreux systèmes juridiques mondiaux, le faire sans respect suffisant des droits de l'homme.

    Il est essentiel d'améliorer la confidentialité, la sécurité et le contrôle des utilisateurs

    Lorsque vous envoyez un message direct sur Twitter, trois parties peuvent lire ce message : vous, l'utilisateur auquel vous l'avez envoyé et Twitter lui-même. Les messages directs (ou DM) de Twitter contiennent certaines des données les plus sensibles des utilisateurs de la plateforme. Comme ils ne sont pas chiffrés de bout en bout, Twitter lui-même y a accès. Cela signifie que Twitter peut les remettre en réponse à des demandes des forces de l'ordre, qu'ils peuvent faire l'objet de fuites et que l'accès interne peut être utilisé de manière abusive par des pirates informatiques malveillants et par les employés de Twitter eux-mêmes (comme cela s'est produit dans le passé). Les craintes qu'un nouveau propriétaire de la plateforme soit en mesure de lire ces messages ne sont pas infondées.

    Twitter pourrait rendre les messages directs plus sûrs pour les utilisateurs en les protégeant par un cryptage de bout en bout et devrait le faire. Peu importe qui siège au conseil d'administration ou possède le plus d'actions : personne ne devrait pouvoir lire vos DM, sauf vous et le destinataire. Le cryptage des messages directs contribuerait grandement à améliorer la sécurité des utilisateurs et aurait l'avantage de minimiser la crainte raisonnable que quiconque travaille, siège au conseil d'administration ou possède des actions de Twitter puisse espionner les messages des utilisateurs.

    Un autre moyen important d'améliorer la sécurité sur la plateforme est de donner aux développeurs tiers, et aux utilisateurs, un accès plus important pour contrôler leur expérience. Récemment, la plateforme a fait des expériences dans ce sens, en facilitant la recherche d'outils comme BlockParty, qui permettent aux utilisateurs de collaborer pour décider de ce qu'ils voient sur le site.

    Rendre ces outils encore plus faciles à trouver et donner aux développeurs plus de pouvoir pour interagir avec la plateforme afin de créer plus d'outils qui permettent aux utilisateurs de filtrer, bloquer et choisir ce qu'ils voient (et ce qu'ils ne voient pas), améliorerait grandement la sécurité pour tous les utilisateurs. Si la plateforme devait passer à une autre méthode de modération du contenu, il serait encore plus important que les utilisateurs aient accès à de meilleurs outils pour modifier leurs propres flux et bloquer ou filtrer le contenu de manière plus précise.

    Il existe des moyens plus ambitieux qui permettraient d'améliorer l'expérience de Twitter, et au-delà : Le projet Blue Sky de Twitter a proposé un plan pour une plateforme interopérable, fédérée et normalisée. Soutenir l'interopérabilité serait un geste formidable pour celui qui contrôle Twitter. Cela contribuerait à déplacer le pouvoir des salles de conseil d'administration des entreprises vers les utilisateurs qu'elles servent. Si les utilisateurs ont plus de contrôle, il importe moins de savoir qui dirige le navire, et c'est bon pour tout le monde.

    Source : EFF

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur cet achat ?

    Que pensez vous de l'avis de l'EFF ?

    Voir aussi :

    La National Urban League aurait demandé à Twitter de rejeter l'offre d'Elon Musk, pour des raisons de droits civils

    Elon Musk affirme qu'il peut obtenir 46,5 milliards de dollars de financement pour acheter Twitter, ce discours ne serait pas libre

    Elon Musk a fait une proposition de rachat « définitive » de Twitter pour 43 milliards de dollars. « Twitter a un potentiel extraordinaire. Je vais le débloquer »

    Elon Musk s'apprête à lancer une opération hostile contre Twitter, après que l'accord pour le siège au conseil d'administration soit tombé à l'eau
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #46
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 030
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 030
    Points : 158 771
    Points
    158 771
    Par défaut Elon Musk s'engage à « authentifier tous les humains » en achetant Twitter pour 44 milliards de dollars
    Elon Musk s'engage à « authentifier tous les humains » en achetant Twitter pour 44 milliards de dollars,
    Voici comment la plateforme pourrait évoluer une fois qu'il en deviendra propriétaire

    Le conseil d'administration de Twitter a annoncé ce 25 avril 2022 avoir accepté une offre du milliardaire Elon Musk qui a proposé de racheter la société de médias sociaux et de la privatiser, a annoncé la société lundi. Selon les termes de l'accord, les actionnaires de Twitter recevront 54,20 $ pour chaque action ordinaire de Twitter qu'ils détiennent à la clôture de la transaction proposée. Le prix d'achat représente une prime de 38 % par rapport au cours de clôture de Twitter le 1er avril 2022, qui était le dernier jour de bourse avant que Musk ne divulgue sa participation d'environ 9 % dans Twitter

    Bret Taylor, président indépendant du conseil d'administration de Twitter, a déclaré : « Le conseil d'administration de Twitter a mené un processus réfléchi et complet pour évaluer la proposition d'Elon en mettant délibérément l'accent sur la valeur, la certitude et le financement. La transaction proposée offrira une prime en cash substantielle, et nous pensons qu'elle est la meilleure voie à suivre pour les actionnaires de Twitter ».

    Parag Agrawal, PDG de Twitter, a déclaré : « Twitter a un objectif et une pertinence qui ont un impact sur le monde entier. Profondément fier de nos équipes et inspiré par le travail qui n'a jamais été aussi important ».

    Alors, qu'est-ce que Musk a l'intention de faire exactement sur Twitter ?

    Nous avons une assez bonne idée de ses principales priorités sur la base de sa déclaration dans le communiqué de presse de lundi annonçant l'acquisition*:

    « La liberté d'expression est le fondement d'une démocratie qui fonctionne, et Twitter est la place publique numérique où sont débattues des questions vitales pour l'avenir de l'humanité », a-t-il déclaré. « Je veux également rendre Twitter meilleur que jamais en améliorant le produit avec de nouvelles fonctionnalités, en rendant les algorithmes open source pour accroître la confiance, en vainquant les spambots et en authentifiant tous les humains ».

    Nom : musk.png
Affichages : 5217
Taille : 102,8 Ko

    Musk, un utilisateur de longue date de Twitter avec plus de 80 millions d'abonnés, détaille ses sentiments à propos du service depuis des années maintenant. Voici ce que nous nous attendons à voir dans les changements sur Twitter si l'accord est approuvé par les régulateurs, sur la base de ses tweets passés.

    1. Assouplissement de la modération du contenu

    Musk a à plusieurs reprises qualifié Twitter de « la place publique de la ville » de l'ère moderne - l'équivalent numérique d'un forum public.

    À cette fin, il a critiqué la décision de Twitter de bannir définitivement le compte de l'ancien président Donald Trump du site, à la suite de l'insurrection au Capitole américain le 6 janvier 2021.

    « Beaucoup de gens vont être très mécontents de la haute technologie de la côte ouest en tant qu'arbitre de facto de la liberté d'expression », a tweeté Musk en réponse à la publication satirique chrétienne conservatrice The Babylon Bee, après avoir partagé un article satirique le 11 janvier 2021 intitulé « Dictateur fasciste maléfique censuré et démis de ses fonctions ».

    Nom : deux.png
Affichages : 3171
Taille : 19,7 Ko

    D'ailleurs, dans ce même fil de discussion, un utilisateur lui suggérait en janvier 2021 d'acheter Twitter et de « l'envoyer dans l'espace »

    Nom : buy.png
Affichages : 3163
Taille : 11,6 Ko

    Elon Musk pourrait même rétablir le compte Twitter de Trump, bien qu'il ne soit pas clair si l'ancien président utiliserait à nouveau le compte.

    D'après les tweets de Musk, il semblerait qu'il fasse au moins pression pour une modération plus souple sur Twitter.

    Il a démontré ce sentiment au moins une fois au cours des dernières semaines. En réponse aux utilisateurs de Twitter soulignant que les médias russes sont de la propagande, Musk a répondu qu’il pensait que toutes les sources d’information faisaient de la propagande dans une certaine mesure, et certaines le faisaient plus que d’autres. Aussi, Musk a déclaré que Starlink ne bloquerait pas les sources d'information russes de son réseau : « Certains gouvernements (pas l’Ukraine) ont demandé à Starlink de bloquer les sources d’information russes. Nous ne le ferons que sous la menace d’une arme », a tweeté Elon Musk. Et il a ajouté : « Désolé d'être un absolutiste de la liberté d'expression ».

    2. Changements d'algorithme

    Elon Musk entend rendre public les algorithmes de tri des contenus de Twitter, afin que chacun puisse comprendre comment ils fonctionnent. Ces programmes informatiques, qui définissent quels contenus vont être mis en avant en fonction du profil de chaque utilisateur, sont décriés par les régulateurs et les chercheurs pour leur opacité et leurs effets de bord négatifs (amplification des contenus clivants suscitant de nombreuses réactions, par exemple).

    Le 24 mars, Elon Musk avait demandé si les algorithmes de Twitter devaient être passés en « open source », ce qui rendrait leur code accessible et modifiable. Ces logiciels gèrent notamment l’affichage des tweets jugés les plus pertinents et intéressants, en fonction notamment du nombre de personnes ayant interagi avec. L’utilisateur a toutefois le choix avec l’affichage traditionnel de Twitter, par ordre antéchronologique.

    Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, qui n’exerce plus aucune responsabilité dans l’entreprise, a déjà critiqué sa plateforme et suggéré des modifications. À ce message d'Elon Musk, il a répondu : « Le choix d’utiliser (ou non) l’algorithme de son choix devrait appartenir à l’utilisateur. »

    Encore une fois, cette idée de Musk est liée à ses sentiments sur la liberté d'expression.

    « Je crains que la partialité de facto dans "l'algorithme Twitter" n'ait un effet majeur sur le discours public », a déclaré Musk à un abonné. «*Comment savons-nous ce qui se passe réellement*?*»

    Nom : algo.png
Affichages : 3177
Taille : 22,7 Ko

    Si cette mesure venait à être adoptée, elle devrait être bien accueillie par les pouvoirs publics. En Europe, Bruxelles estime que le Digital Services Act (législation sur les services numériques) améliore considérablement les mécanismes de suppression des contenus illicites et de protection effective des droits fondamentaux des utilisateurs en ligne, y compris la liberté d’expression. Elle renforce également la surveillance publique des plateformes en ligne, en particulier pour celles qui touchent plus de 10 % de la population de l’UE.

    Concrètement, il s’agit :
    • de mesures visant à lutter contre les biens, services ou contenus illicites en ligne, telles qu'un mécanisme permettant aux utilisateurs de signaler ces contenus, et aux plateformes de coopérer avec des « signaleurs de confiance » ;
    • de nouvelles obligations en matière de traçabilité des entreprises utilisatrices sur les places de marché en ligne, qui aideront à repérer les vendeurs de marchandises illicites ;
    • de garanties efficaces pour les utilisateurs, y compris la possibilité de contester les décisions de modération du contenu prises par les plateformes ;
    • de mesures de transparence pour les plateformes en ligne concernant de nombreux aspects, y compris les algorithmes utilisés pour les recommandations ;
    • de dispositions obligeant les très grandes plateformes à prévenir l'utilisation abusive de leurs systèmes en adoptant des mesures fondées sur les risques et en faisant réaliser des audits indépendants de leur système de gestion des risques ;
    • de la possibilité, pour les chercheurs, d'avoir accès aux données clefs des plus grandes plateformes, afin de comprendre comment les risques en ligne évoluent ;
    • d'une structure de contrôle permettant de remédier à la complexité de l’espace en ligne : les pays de l'UE joueront un rôle central et seront assistés par un nouveau comité européen des services numériques ; pour les très grandes plateformes, renforcement de la surveillance et du contrôle du respect de la législation par la Commission.

    3. Suppression des spambots

    Elon Musk n'a jamais caché son agacement face aux faux comptes qui pullulent sur la plateforme, notamment pour diffuser des arnaques aux cryptomonnaies. Par exemple, il a précédemment déclaré qu'il souhaitait se débarrasser des « spambot de crypto » - des comptes de spam faisant la promotion de ce qui semble être des escroqueries basées sur la cryptomonnaie; nombre d'escrocs utilisent d'ailleurs le nom et l'image du fondateur de Tesla pour mieux berner leurs victimes.

    Musk a qualifié le problème de spam sur Twitter de « problème le plus ennuyeux » lié à l'utilisation du service. Il a même publiquement supplié Twitter de faire quelque chose à ce sujet. « Combien de temps cela doit-il durer ? » a-t-il demandé en février.

    «Nous allons défaire les robots diffusant des spams et authentifier les comptes tenus par de véritables êtres humains», a-t-il indiqué jeudi.

    Nom : spam.png
Affichages : 3169
Taille : 15,7 Ko

    Dans une interview du 14 avril à TED 2022, Musk a cité ce problème comme la première chose qu'il changerait en tant que nouveau propriétaire de Twitter. « Une priorité absolue que j'aurais serait d'éliminer les spambots et les scambots, ainsi que les armées de bots qui sont sur Twitter », a-t-il déclaré. « Ils rendent le produit bien pire ».

    4. Le développement de services payants

    Elon Musk estime que le modèle économique de Twitter est trop dépendant de la publicité et qu'il doit développer de nouvelles sources de revenus. Le réseau social en est conscient, et a sorti dans quelques pays l'abonnement Twitter Blue, qui permet de bénéficier de services supplémentaires pour l'équivalent de 2,50 euros par mois. Par exemple, Twitter Blue dispose actuellement d'une option « Annuler le tweet » qui retarde l'envoi des tweets jusqu'à 60 secondes.

    Dans des messages qu'il a depuis supprimés, Elon Musk a estimé que le prix de l'abonnement était trop élevé et qu'il devait offrir d'autres avantages pour attirer davantage de clients. Par exemple, les abonnés ne devraient plus voir de publicités sur l'application. Ils devraient aussi bénéficier d'un signe distinctif sur leur avatar, comme une sorte de badge, afin de signaler qu'ils sont abonnés Premium.

    5. L'ajout d'un bouton d'édition

    Musk est en faveur du bouton d'édition que les utilisateurs de Twitter demandent depuis des années.

    Il a soutenu l'espoir de longue date que Twitter ajoutera un jour une fonction d'édition à son service afin que les utilisateurs puissent corriger, à tout le moins, les fautes d'orthographe de base ou les liens erronés immédiatement après la publication. Ses plus de 80 millions d'abonnés ont massivement soutenu l'ajout de la fonction dans un sondage qu'il a réalisé le mois dernier.

    Après que Musk a demandé aux utilisateurs s'ils souhaitaient un bouton d'édition, le PDG de Twitter, Parag Agrawal, a suggéré que les résultats du sondage de Musk pourraient influencer la politique de Twitter. « Les conséquences de ce sondage seront importantes. Veuillez voter avec soin », a écrit Agrawal. D'un autre côté, Jay Sullivan, vice-président de l'entreprise chargé des produits grand public, a déclaré que la société cherchait depuis l'année dernière à construire cette fonctionnalité « de manière sûre ». Selon lui, il y a un inconvénient potentiel dans la mesure où les gens pourraient modifier considérablement les tweets après qu'ils sont devenus viraux.

    De plus, l'ancien PDG de Twitter, Jack Dorsey, était réticent à ajouter une telle fonctionnalité par le passé. En 2018, il a exprimé sa crainte qu'un bouton d'édition puisse permettre aux utilisateurs de modifier le sens d'un tweet après qu'il a été largement partagé, et en 2020, il a déclaré que Twitter n'ajouterait probablement jamais cette fonctionnalité. Si Twitter a depuis changé d'avis, Sullivan a indiqué qu'il y aura des contrôles pour éviter les « abus » : « sans des choses comme des limites de temps, des contrôles et la transparence sur ce qui a été édité, l'édition pourrait être utilisée à mauvais escient pour modifier l'enregistrement de la conversation publique ».

    « Protéger l'intégrité de la conversation publique est notre priorité absolue lorsque nous abordons ce travail. Par ailleurs, cela prendra du temps et nous chercherons activement à obtenir des commentaires et des avis contradictoires avant de lancer ce bouton d'édition. Nous aborderons cette fonctionnalité avec soin et réflexion et nous partagerons les mises à jour au fur et à mesure », a déclaré Sullivan. Il faut noter que des préoccupations de ce type ont toujours été soulevées à propos des demandes de bouton d'édition. Toutefois, en 2017, Facebook, Medium, etc. permettent déjà aux utilisateurs de modifier leurs publications.

    Et ces fonctionnalités n'ont pas été accompagnées d'abus généralisés. Andrew Bosworth, directeur technique de Meta, a écrit : « nous avons résolu ce problème sur Facebook depuis longtemps. Il suffit d'inclure un indicateur notifiant qu'il a été modifié ainsi qu'un journal des modifications. Si vous êtes vraiment inquiet au sujet des embeds, ils peuvent pointer vers une révision spécifique dans cet historique, mais avec un lien vers la dernière modification. Ce n'est pas un vrai problème ». Cependant, cela ne signifie pas que les abus sont inconnus.

    Selon l'ancien responsable de la sécurité de Meta, Alex Stamos, la fonction de modification de Facebook a été utilisée de manière abusive par le passé, notamment pour faciliter une escroquerie aux cryptomonnaies.

    Précisons que Twitter a récemment déclaré qu'il travaillait sur la fonctionnalité depuis un certain temps. « Non, l'idée ne nous est pas venue d'un sondage. Nous donnons le coup d'envoi des tests au sein des @TwitterBlue Labs dans les prochains mois pour apprendre ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et ce qui est possible », a déclaré l'entreprise.

    Sources : Elon Musk (1, 2, 3, 4)

    Voir aussi :

    Elon Musk a révélé que SpaceX se prépare à se défendre contre les cyberattaques et le brouillage des signaux il se refuse également à bloquer les sources d'information russes de son réseau

    Et vous ?

    Que pensez-vous des perspectives de Musk ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #47
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 371
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 371
    Points : 1 254
    Points
    1 254
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par youpimatos Voir le message
    Bref les employés peuvent arrêter d'avoir peur et faire leur baggage si ils ont peur qu'il influence Twitter. Parce que c'est ce qu'il va faire. Ou alors ils se rendent compte que de toutes façons toutes les décisions viennent d'au dessus et que en soi, ça changera rien à leur façon de bosser.
    Au contraire, cela va changer beaucoup de chose pour les employés: Ils ne pourront plus censurer les opinions de droite. Ou les opinions qui dérangent comme les risques du vaccin contre le Covid. Comme ils avaient l'habitude de la faire.

  8. #48
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 371
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 371
    Points : 1 254
    Points
    1 254
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Quand est-ce que les gouvernements du monde vont légiférer pour limiter l'appétit de ce genre de mec? Il y a des lois anti-trusts qui empêchent certaines entreprises d'être trop influentes dans leur domaine d'activité (exemple: une multinationale de l'alimentaire ne peut pas racheter un gros concurrent sans l'accord des autorités politiques), pourquoi n'y a-t-il pas des lois "anti-Musk"?
    Ce sera la seule plate-forme qui permet la liberté de parole. Et vous voudriez la censurer?

    Les médias sont sous le contrôle d'une oligarchie qui existe depuis plusieurs décennies. Et ils déterminaient ce que les gens devaient penser et pour qui voter. C'est carrément une révolution qui est sur le point de se produire.

  9. #49
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 030
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 030
    Points : 158 771
    Points
    158 771
    Par défaut Rachat de Twitter par Elon Musk : « Le DSA s'appliquera, quelle que soit l'idéologie de son propriétaire »
    Rachat de Twitter par Elon Musk : « Le DSA s'appliquera, quelle que soit l'idéologie de son propriétaire »,
    pas de passe-droit pour le milliardaire de la Tech qui devra se conformer aux règles européennes

    Le conseil d'administration de Twitter a annoncé ce 25 avril 2022 avoir accepté une offre du milliardaire Elon Musk qui a proposé de racheter la société de médias sociaux et de la privatiser, a annoncé la société lundi. Selon les termes de l'accord, les actionnaires de Twitter recevront 54,20 $ pour chaque action ordinaire de Twitter qu'ils détiennent à la clôture de la transaction proposée. Le prix d'achat représente une prime de 38 % par rapport au cours de clôture de Twitter le 1er avril 2022, qui était le dernier jour de bourse avant que Musk ne divulgue sa participation d'environ 9 % dans Twitter

    Bret Taylor, président indépendant du conseil d'administration de Twitter, a déclaré : « Le conseil d'administration de Twitter a mené un processus réfléchi et complet pour évaluer la proposition d'Elon en mettant délibérément l'accent sur la valeur, la certitude et le financement. La transaction proposée offrira une prime en cash substantielle, et nous pensons qu'elle est la meilleure voie à suivre pour les actionnaires de Twitter ».

    Parag Agrawal, PDG de Twitter, a déclaré : « Twitter a un objectif et une pertinence qui ont un impact sur le monde entier. Profondément fier de nos équipes et inspiré par le travail qui n'a jamais été aussi important ».

    Quelques jours avant, un accord politique provisoire entre le Conseil et le Parlement européen sur le DSA, la législation sur les services numériques, avait été trouvé.

    Dans son communiqué, le Conseil de l'UE a expliqué que :

    « Le DSA s'appliquera à l’ensemble des intermédiaires en ligne qui fournissent des services dans l'Union. Les obligations imposées sont proportionnées aux services concernés et sont adaptées en fonction du nombre d’utilisateurs : ainsi les très grandes plateformes et les très grands moteurs de recherche auront des obligations plus exigeantes. En particulier, les services touchant plus de 45 millions d’utilisateurs actifs par mois dans l’Union européenne rentreront dans la catégorie des très grandes plateformes et très grands moteurs de recherche. Pour préserver le développement des start-ups et des plus petites entreprises au sein du marché intérieur, les micro et petites entreprises n’atteignant pas 45 millions d’utilisateurs actifs mensuels dans l’UE seront exemptées de certaines nouvelles obligations ».

    Twitter entrant directement dans cette catégorie (plus de 45 millions d'utilisateurs actifs mensuels dans l'UE), quel regard porte l'Europe sur cette opération ?

    Pour Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, « Qu'il s'agisse de voitures ou de plateformes numériques, toute entreprise opérant en Europe doit se conformer à nos règles. Et ce, quel que soit l’actionnariat. M. Musk le sait très bien. Il connaît les règles 🇪🇺 en matière d'automobile et s'adaptera rapidement au DSA ».

    Nom : thierry.png
Affichages : 9849
Taille : 33,0 Ko

    Pour lui, « En Europe, les choses sont claires : Twitter doit s'adapter à nos règles pour bénéficier d'un marché de 445 millions d'internautes, ce qui est supérieur au marché américain ».

    « La donne a changé en Europe. Nous sommes le premier continent au monde à imposer des obligations aux plateformes pour qu'elles aient le droit d'opérer chez nous. Ces obligations respectent la liberté d'expression, les valeurs européennes et nos règles de droit. Elles leur imposent de lutter contre les discours haineux, le harcèlement en ligne ou les appels aux actes terroristes. Et ce quelles que soient les velléités de leurs propriétaires et de leurs conseils d'administration », poursuit Thierry Breton.

    Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, y est également allé de son commentaire :

    « Il y a des choses intéressantes dans ce qu’Elon Musk veut impulser pour Twitter, mais rappelons que le Digital Services Act, et donc l’obligation de lutter contre la désinformation, la haine en ligne, etc., s’appliquera quelle que soit l’idéologie de son propriétaire ».

    Nom : cedric.png
Affichages : 2194
Taille : 33,6 Ko

    Les propositions du Digital Services Act visent la mise en responsabilité des plateformes numériques au regard des risques significatifs qu’elles induisent pour leurs utilisateurs dans la diffusion de contenus et produits illicites, dangereux ou contrefaits. Le texte final du DSA n'a pas encore été publié, mais le Parlement européen et la Commission européenne ont détaillé un certain nombre d'obligations qu'il contiendra :
    • la publicité ciblée basée sur la religion, l'orientation sexuelle ou l'origine ethnique d'un individu est interdite. Les mineurs ne peuvent pas non plus faire l'objet de publicité ciblée ;
    • les « modèles sombres » - des interfaces utilisateur déroutantes ou trompeuses conçues pour inciter les utilisateurs à faire certains choix - seront interdits. L'UE affirme qu'en règle générale, l'annulation des abonnements devrait être aussi simple que de s'y inscrire ;
    • les grandes plateformes en ligne comme Facebook devront rendre le fonctionnement de leurs algorithmes de recommandation (par exemple, utilisés pour trier le contenu sur le fil d'actualité ou suggérer des émissions de télévision sur Netflix) transparent pour les utilisateurs. Les utilisateurs devraient également se voir proposer un système de recommandation « non basé sur le profilage ». Dans le cas d'Instagram, par exemple, cela signifierait un flux chronologique (comme il a été introduit récemment) ;
    • les services d'hébergement et les plateformes en ligne devront expliquer clairement pourquoi ils ont supprimé le contenu illégal, ainsi que donner aux utilisateurs la possibilité de faire appel de ces retraits. Cependant, la DSA elle-même ne définit pas quel contenu est illégal et laisse cette liberté à chaque pays ;
    • les plus grandes plateformes en ligne devront fournir des données clefs aux chercheurs pour « mieux comprendre l'évolution des risques en ligne » ;
    • les places de marché en ligne doivent conserver des informations de base sur les commerçants sur leur plateforme pour retrouver les individus vendant des biens ou des services illégaux ;
    • les grandes plateformes devront également introduire de nouvelles stratégies pour faire face à la désinformation pendant les crises (une disposition inspirée de la récente invasion de l'Ukraine).

    Le 24 mars, Elon Musk avait demandé si les algorithmes de Twitter devaient être passés en « open source », ce qui rendrait leur code accessible et modifiable. Ces logiciels gèrent notamment l’affichage des tweets jugés les plus pertinents et intéressants, en fonction notamment du nombre de personnes ayant interagi avec. L’utilisateur a toutefois le choix avec l’affichage traditionnel de Twitter, par ordre antéchronologique.

    Cette mesure devrait donc être bien accueillie par les pouvoirs publics. En Europe, le Digital Services Act prévoit que les grandes plateformes fassent auditer leurs algorithmes par les régulateurs. Elles devront aussi permettre aux internautes de désactiver ce tri personnalisé. Twitter offre déjà cette option.

    Le texte européen prévoit aussi des obligations de transparence sur les dessous des services de modération, dont les locuteurs des différentes langues européennes devront être en nombre suffisant. La DSA prévoit des audits indépendants. Si ces plateformes ne respectent pas les règles du DSA, les régulateurs pourront imposer des amendes allant jusqu'à 6 % de leur chiffre d'affaires annuel.

    Thierry Breton indique qu'Elon Musk « respectera nos lois sur le numérique, tout comme il respecte déjà nos réglementations pour la construction de son usine » Tesla en Allemagne. Le commissaire rappelle par ailleurs que Bruxelles « a toujours eu des relations très constructives avec Twitter, y compris lors de moments très difficiles comme lors de la pandémie de Covid-19 ou lors de l'invasion du Capitole. Les plateformes nous ont toujours écoutés, car l'Europe est un acteur important et que nos exigences sont claires et précises. Je ne doute pas qu'il en sera de même avec Elon Musk. »

    La position de la Maison-Blanche au sujet de cette opération

    L'attachée de presse de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a été interrogée sur l'achat de Twitter par Musk lors de sa conférence de presse de lundi. Psaki a déclaré qu'elle « ne commenterait pas une transition spécifique », mais a réitéré que l'administration continue de croire que « peu importe qui possède ou dirige Twitter, le président s'inquiète depuis longtemps du pouvoir des grandes plateformes de médias sociaux » et a souligné que « les plateformes technologiques doivent être tenues responsables des dommages qu'elles causent ».

    Elle a souligné l'intérêt bipartite du Congrès pour les mesures antitrust et la réforme de l'article 230 de la Communications Decency Act. Et elle a ajouté : « Nos préoccupations ne sont pas nouvelles. Nous avons longtemps parlé, et le président a longtemps parlé, des pouvoirs des plateformes de médias sociaux… pour répandre la désinformation, la mésinformation et la nécessité pour ces plateformes d'être tenues pour responsables ».

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l'opération de rachat de Twitter par Elon Musk ?
    Voyez-vous des objectifs d'Elon Musk pour Twitter qui peuvent aller contre le DSA ?

    Voir aussi :

    Google, Meta et d'autres devront expliquer leurs algorithmes en vertu de la nouvelle législation européenne. La législation sur les services numériques (DSA) vise à remodeler le monde en ligne
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #50
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Consultant Ingenierie mécanique
    Inscrit en
    mars 2006
    Messages
    1 348
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant Ingenierie mécanique
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : mars 2006
    Messages : 1 348
    Points : 3 276
    Points
    3 276
    Par défaut
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Ce sera la seule plate-forme qui permet la liberté de parole. Et vous voudriez la censurer?

    Les médias sont sous le contrôle d'une oligarchie qui existe depuis plusieurs décennies. Et ils déterminaient ce que les gens devaient penser et pour qui voter. C'est carrément une révolution qui est sur le point de se produire.
    je ne comprends pas ton raisonnement. qu'est qui differencie un journal detenu par un milliairdaire et twitter qui va etre detenu par un autre millaraidaire.

    la chose qui change est le credit ou l'estime que tu portes a musk, c'est tout.
    et il aura le pouvoir de faire ce qu'il veut, et c'est dans ce genre de cas que ca fini mal.
    cf les salariés de tesla qui ont eu le malheur de critiquer la strategie de musk ont été licenssié.
    c'est ca la liberte d'expression que tu souhaite, tout pour le roi, ou au revoir ? comme dans une dictature ?
    et au final i sera de toute facon impacté apr les lois americaine et les lois locales des etats ou il fait son business.
    il est vrai que la liberté d'expression la bas a moins de limite qu'ici, mais pour les autres payes il ne pourr pas faire ce qu'il veut ce qui fait qu'a terme soit il plis soit twitter ne sera plus accessible en europe

  11. #51
    Membre averti
    Inscrit en
    mai 2008
    Messages
    136
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : mai 2008
    Messages : 136
    Points : 359
    Points
    359
    Par défaut
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Au contraire, cela va changer beaucoup de chose pour les employés: Ils ne pourront plus censurer les opinions de droite. Ou les opinions qui dérangent comme les risques du vaccin contre le Covid. Comme ils avaient l'habitude de la faire.
    Les syndicats chez Tesla, par exemple?

    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Les médias sont sous le contrôle d'une oligarchie qui existe depuis plusieurs décennies. Et ils déterminaient ce que les gens devaient penser et pour qui voter. C'est carrément une révolution qui est sur le point de se produire.
    Les médias sont sous le contrôle du fric. Elle a bon dos la liberté/révolution. Sinon, "les gens", c'est comme les cons, on est toujours le con de quelqu'un.

  12. #52
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    917
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 917
    Points : 10 930
    Points
    10 930
    Par défaut Rachat de Twitter par Elon Musk : interdiction temporaire des mises à jour de produits
    Rachat de Twitter par Elon Musk : interdiction temporaire des mises à jour de produits,
    après l'accord avec Elon Musk

    Twitter a verrouillé les modifications de sa plateforme de réseau social jusqu'à vendredi après avoir accepté une offre de 44 milliards de dollars du milliardaire Elon Musk, rendant plus difficile pour les employés d'effectuer des changements non autorisés. L'entreprise n'autorisera aucune modification de la plateforme à moins qu'elle ne soit critique pour l'entreprise et approuvée par le vice-président, ont déclaré des personnes au fait de la question au média.

    Twitter a accepté l'offre de Musk d'acquérir la plateforme pour 54,20 dollars par action lundi, après une affaire de plusieurs semaines entre les deux parties qui a commencé lorsque le magnat de Tesla a révélé publiquement sa participation de 9 % dans l'entreprise début avril. Les employés ont fait part de leurs inquiétudes concernant cette prise de contrôle, leurs préoccupations allant d'un retour en arrière potentiel des politiques de modération du contenu à des changements dans la rémunération des employés.

    Nom : twitter.png
Affichages : 1983
Taille : 46,6 Ko

    L'interdiction laisse entrevoir certains des défis auxquels la plateforme pourrait être confrontée lors de sa transition d'une entreprise publique à une entreprise privée. Notons que Twitter a démarré en tant qu'entreprise privée de droit américain. Elle a été créée par Jack Dorsey, Noah Glass, Biz Stone et Evan Williams en mars 2006. La société Twitter, Inc. est basée à San Francisco, en Californie, mais possède des bureaux dans le monde entier. En 2009, la société s'est imposée comme une plateforme de réseaux sociaux lorsque l'acteur Ashton Kutcher a été le premier utilisateur à atteindre un million de followers.

    Twitter devenant de plus en plus un outil de communication, il a commencé à être utilisé par de nombreux journalistes amateurs. Lentement mais sûrement, la plateforme a pris de la valeur et s'est imposée comme une plateforme de débat, un espace de partage d'informations sociales et un échafaudage de transparence.

    En 2013, la société de médias sociaux a annoncé dans un tweet qu'elle allait devenir une société cotée en bourse. Cela signifie qu'elle a vendu une partie de l'entreprise, sous forme d'actions, au public, sur le marché boursier. Avant l’achat par Musk, 75 % des actions de Twitter étaient détenues par des investisseurs institutionnels. Toutes les entreprises publiques sont réglementées par la Securities and Exchange Commission (SEC) et supervisées par le PCAOB.

    Le plus grand scandale dans lequel Twitter s'est retrouvé plongé est l'interdiction faite à l'ancien président Donald Trump d'utiliser sa plateforme. L'interdiction de Twitter a fait beaucoup de bruit, les gens se demandant si la société se comportait comme une entreprise privée ou publique. Protège-t-elle ses directives privées ou censure-t-elle le discours public ? La question reste posée. Pour Musk, Twitter est « la place publique de la ville » de l'ère moderne, l'équivalent numérique d'un forum public. À cette fin, il a critiqué la décision de Twitter de bannir définitivement le compte de l'ancien président Donald Trump du site, à la suite de l'insurrection au Capitole américain le 6 janvier 2021.

    « Beaucoup de gens vont être très mécontents de la haute technologie de la côte ouest, en tant qu'arbitre de facto de la liberté d'expression », avait tweeté Musk en réponse à la publication satirique chrétienne conservatrice The Babylon Bee, après avoir partagé un article satirique le 11 janvier 2021 intitulé « Dictateur fasciste maléfique censuré et démis de ses fonctions ».

    Lors d'une réunion du personnel le jour même de l'acceptation de l'offre de Musk, les employés ont interrogé le PDG de Twitter, Parag Agrawal, et le président du conseil d'administration, Brett Taylor, sur les changements potentiels. Un employé aurait demandé aux dirigeants de Twitter s'ils étaient prêts à un « exode massif » des employés et aurait même qualifié Musk de personne à l' « éthique douteuse ». Musk est un tweeteur prolifique qui a vanté les changements apportés à Twitter, allant de l'ajout d'un bouton d'édition au site de réseau social à la suppression des robots de spam.

    L'ajout d'un bouton d'édition : Musk est en faveur du bouton d'édition que les utilisateurs de Twitter demandent depuis des années.

    Il a soutenu l'espoir de longue date que Twitter ajoutera un jour une fonction d'édition à son service afin que les utilisateurs puissent corriger, à tout le moins, les fautes d'orthographe de base ou les liens erronés immédiatement après la publication. Ses plus de 80 millions d'abonnés ont massivement soutenu l'ajout de la fonction dans un sondage qu'il a réalisé le mois dernier.

    Après que Musk ait demandé aux utilisateurs s'ils souhaitaient un bouton d'édition, le PDG de Twitter, Parag Agrawal, a suggéré que les résultats du sondage de Musk pourraient influencer la politique de Twitter. « Les conséquences de ce sondage seront importantes. Veuillez voter avec soin », a écrit Agrawal. D'un autre côté, Jay Sullivan, vice-président de l'entreprise chargé des produits grand public, a déclaré que la société cherchait depuis l'année dernière à construire cette fonctionnalité « de manière sûre ». Selon lui, il y a un inconvénient potentiel dans la mesure où les gens pourraient modifier considérablement les tweets après qu'ils sont devenus viraux.

    De plus, l'ancien PDG de Twitter, Jack Dorsey, était réticent à ajouter une telle fonctionnalité par le passé. En 2018, il a exprimé sa crainte qu'un bouton d'édition puisse permettre aux utilisateurs de modifier le sens d'un tweet après qu'il a été largement partagé, et en 2020, il a déclaré que Twitter n'ajouterait probablement jamais cette fonctionnalité. Si Twitter a depuis changé d'avis, Sullivan a indiqué qu'il y aura des contrôles pour éviter les « abus » : « sans des choses comme des limites de temps, des contrôles et la transparence sur ce qui a été édité, l'édition pourrait être utilisée à mauvais escient pour modifier l'enregistrement de la conversation publique ».

    Suppression des spambots : Elon Musk n'a jamais caché son agacement face aux faux comptes qui pullulent sur la plateforme, notamment pour diffuser des arnaques aux cryptomonnaies. Par exemple, il a précédemment déclaré qu'il souhaitait se débarrasser des « spambot de crypto » - des comptes de spam faisant la promotion de ce qui semble être des escroqueries basées sur la cryptomonnaie ; nombre d'escrocs utilisent d'ailleurs le nom et l'image du fondateur de Tesla pour mieux berner leurs victimes.

    Musk a qualifié le problème de spam sur Twitter de « problème le plus ennuyeux » lié à l'utilisation du service. Il a même publiquement supplié Twitter de faire quelque chose à ce sujet. « Combien de temps cela doit-il durer ? » a-t-il demandé en février.

    « Nous allons défaire les robots diffusant des spams et authentifier les comptes tenus par de véritables êtres humains », a-t-il indiqué jeudi. Parag Agrawal, PDG de Twitter, a déclaré : « Twitter a un objectif et une pertinence qui ont un impact sur le monde entier. Profondément fier de nos équipes et inspiré par le travail qui n'a jamais été aussi important ».

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Le conseil d'administration de Twitter accepte « à l'unanimité » l'accord de rachat d'Elon Musk pour 44 Mds sr$, la transaction devrait être conclue en 2022

    Elon Musk s'engage à « authentifier tous les humains » en achetant Twitter pour 44 milliards de dollars, voici comment la plateforme pourrait évoluer une fois qu'il en deviendra propriétaire

    L'Electronic Frontier Foundation dénonce l'achat de Twitter par Elon Musk. « Il met en évidence les risques pour les droits de l'homme et la sécurité personnelle »
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #53
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    249
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 249
    Points : 925
    Points
    925
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    1. Assouplissement de la modération du contenu
    3. Suppression des spambots
    «Nous allons défaire les robots diffusant des spams et authentifier les comptes tenus par de véritables êtres humains», a-t-il indiqué jeudi.
    Dans une interview du 14 avril à TED 2022, Musk a cité ce problème comme la première chose qu'il changerait en tant que nouveau propriétaire de Twitter. « Une priorité absolue que j'aurais serait d'éliminer les spambots et les scambots, ainsi que les armées de bots qui sont sur Twitter », a-t-il déclaré. « Ils rendent le produit bien pire ».
    Tout ça pour supprimer le compte d'un bot développé par un gamin qui suit ses avions. N'est pas un peu overkill Mr. Musk?

  14. #54
    Membre du Club
    Profil pro
    Inscrit en
    août 2008
    Messages
    17
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : août 2008
    Messages : 17
    Points : 60
    Points
    60
    Par défaut
    "Désinformation"

    C'est vraiment le mot fourre-tout qui sert à dénoncer les choses avec lesquelles on n'est pas d'accord.
    Le Covid a prouvé à quel point la lutte contre la "désinformation" était ridicule.

    Je ne comprend pas ce délire à criminaliser les conversations entres individus. Il y aura toujours des gens qui croiront que les reptiliens existent, que le réchauffement climatique est un hoax, que le gouvernement cache l'existence des ovnis ou que nous sommes jamais allés sur la Lune.
    Et il y aura toujours des gens pour prouver le contraire.
    Mais aujourd'hui, lutter contre la "désinformation" est surtout un moyen caché pour lutter contre la liberté d'expression.
    Le monde à bien changé pour que l'on considère "liberté d'expression" comme un slogan et comme une doctrine qu'il faut craindre.

  15. #55
    Expert éminent
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    août 2007
    Messages
    2 161
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : août 2007
    Messages : 2 161
    Points : 7 939
    Points
    7 939
    Par défaut
    Citation Envoyé par Planetary Voir le message
    Je ne comprend pas ce délire à criminaliser les conversations entres individus. Il y aura toujours des gens qui croiront que les reptiliens existent, que le réchauffement climatique est un hoax, que le gouvernement cache l'existence des ovnis ou que nous sommes jamais allés sur la Lune.
    Et il y aura toujours des gens pour prouver le contraire.
    Le hic est surtout quelle visibilité et pondération donner à chacun.
    Si tu te retrouves dans une bulle climatosceptique, tu vas être inondé d'articles et vidéos qui ne vont que dans ce sens sans prise de recul possible car le discours opposé sera masqué ou très fortement réduit.
    Tu en perds alors ton sens critique car coupé de tout contre discours.

    Avant l'ère des réseaux sociaux, les vrais professionnels dont c'est le métier (avec diplômes, recherches, publications, reconnaissance internationale, etc.) avaient très nettement plus de visibilité que le pilier de bar du pmu d'à côté.
    Le hic est qu'aujourd'hui, une influenceuse qui n'a même pas le brevet des collèges et qui est suivie pour ses photos dénudées s'exprime sur le COVID avec plus de visibilité qu'un enseignant chercheur de 20 ans de métier en virologie et là, ça pose problème.
    Les 2 ont parfaitement droit de s'exprimer.
    Par contre, il me semble parfaitement normal de se poser la question de la visibilité à donner à ces 2 intervenants sur ce sujet.


    Citation Envoyé par Planetary Voir le message
    Le monde à bien changé pour que l'on considère "liberté d'expression" comme un slogan et comme une doctrine qu'il faut craindre.
    C'est une erreur de croire qu'il existe une liberté absolue dans quelque domaine que ce soit.
    Il n'existe aucune liberté qui ne soit encadrée / modérée par la loi et/ou la morale et c'est une excellente chose.

    Tu es libre de te déplacer mais cela ne signifie en rien que tu peux marcher au milieu de l'autoroute ou pénétrer dans une propriété privée.
    La liberté d'expression ne signifie en rien que tu as le droit d'insulter ou d'hurler des obscénités dans la rue.

    La liberté d'expression signifie bien que tu as le droit d'avoir ton opinion personnelle et de la partager mais en aucun cas de la travestir en la faisant passée pour vérité en usurpant des diplômes ou des fonctions ou faisant croire que ses affirmations sont sourcées alors que non.
    La falsification de preuves ou d'identité restent des délits et ne font en aucun cas partie de liberté d'expression.

  16. #56
    Membre du Club
    Profil pro
    Inscrit en
    août 2008
    Messages
    17
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : août 2008
    Messages : 17
    Points : 60
    Points
    60
    Par défaut
    Le hic est surtout quelle visibilité et pondération donner à chacun.
    Si tu te retrouves dans une bulle climatosceptique, tu vas être inondé d'articles et vidéos qui ne vont que dans ce sens sans prise de recul possible car le discours opposé sera masqué ou très fortement réduit.
    Tu en perds alors ton sens critique car coupé de tout contre discours.
    Les bulles ont toujours existé, avant les réseaux sociaux, il y avait les forums. Avant les forums, les rencontres.
    Tout le monde vit dans ça bulle parce que c'est la manière dont est fait l'être humain. Nous sommes attirés par certaines personnes et certains sujets, et nos expériences créer des biais. Si Michel est enfermé dans sa bulle complotiste, Martine l'est également dans ça bulle faite de soupes "officiels" qui refuse tout débat parce qu'un blogueur aura "fact checker" son adversaire, on ne réfléchis même plus, on ne fait que citer sans faire fonctionner son esprit critique.


    Avant l'ère des réseaux sociaux, les vrais professionnels dont c'est le métier (avec diplômes, recherches, publications, reconnaissance internationale, etc.) avaient très nettement plus de visibilité que le pilier de bar du pmu d'à côté.
    Le hic est qu'aujourd'hui, une influenceuse qui n'a même pas le brevet des collèges et qui est suivie pour ses photos dénudées s'exprime sur le COVID avec plus de visibilité qu'un enseignant chercheur de 20 ans de métier en virologie et là, ça pose problème.
    Les 2 ont parfaitement droit de s'exprimer.
    Par contre, il me semble parfaitement normal de se poser la question de la visibilité à donner à ces 2 intervenants sur ce sujet.
    Les vrais professionnels n'avaient pas de visibilité autant qu'ils en ont aujourd'hui, ils ne faut pas tout inverser. Il est vrai que l'influenceuse à énormément d'impact, mais ça ne change rien à ce que les gens croiront. Oui l'influenceuse à le droit de dire ce qu'elle veut. Et on a pas à venir à interdire son expression parce que ça serait de la "désinformation". Surtout que c'est extrêment hypocrite sachant que recemment le gouvernement américain à fait appelle à des influenceurs pour précher la bonne parole de la maison blanche.
    Tout les "fact check" biaisé, les exemples extreme qui généralement servent davantage à censurer le camp adverse que de véritablement éduquer les gens.
    Et il faudrait arrêter de vénérer les chercheurs, le COVID nous a appris à quel point ils étaient faillible. Si on les avait écoutés, tout ceux qui exprimaient leur inquiétude et leur bon sens aurait été complètement censuré parce qu'ils auraient été considéré comme des "complotistes/antivax" n'ayant pas les "diplômes" adequats et diffusant de la "désinformation".
    Et on a vu le résultat quant à ceux qui gobaient tout ce que les journaux et les expert de plateaux disaient, créant des individus paranoiaques et apeurés, incapable d'esprit critique.

    C'est une erreur de croire qu'il existe une liberté absolue dans quelque domaine que ce soit.
    Il n'existe aucune liberté qui ne soit encadrée / modérée par la loi et/ou la morale et c'est une excellente chose.
    C'est une erreur de croire que la liberté d'expression doit être corsetée, car cette liberté est fragile est peut très vite viré au totalitarisme. On peut se mettre d'accord sur la frontière entre la liberté d'expression et le crime, mais cette frontière doit être aussi fine que possible. Comment on décide par la morale ce qui est juste ou non ? Comment limite t-on la parole d'un individu sans tomber dans le totalitarisme à la chinoise ( qui d'ailleurs a les mêmes argument que toi, "morale et lois" ) ?

    Tu es libre de te déplacer mais cela ne signifie en rien que tu peux marcher au milieu de l'autoroute ou pénétrer dans une propriété privée.
    La liberté d'expression ne signifie en rien que tu as le droit d'insulter ou d'hurler des obscénités dans la rue.
    Sophisme. Internet est une sphere virtuelle, si quelqu'un m'insulte, je le bloque, je ne le banni pas et je ne veux pas qu'il soit banni. La seule liberté sur le net est bien celle de s'exprimer. Si quelqu'un a envie de m'insulter de tout les noms, il a le droit, pour moi, ce n'est qu'un pseudonyme sur internet dont j'oublierai l'existence dans l'heure qui suit.

    La liberté d'expression signifie bien que tu as le droit d'avoir ton opinion personnelle et de la partager mais en aucun cas de la travestir en la faisant passée pour vérité en usurpant des diplômes ou des fonctions ou faisant croire que ses affirmations sont sourcées alors que non.
    La falsification de preuves ou d'identité restent des délits et ne font en aucun cas partie de liberté d'expression.
    Encore une fois, je ne suis pas d'accord.
    Premièrement, l'argument d'autorité est bidon. Avoir un diplome ne fait pas de toi un savant, et ne pas avoir de diplome ne t'interdit pas de t'exprimer sur un sujet et de l'interpreter avec tes connaissances et ton expérience.
    Depuis 2016 et les pseudos savant et "fact checker" qui ont commencés à pulluler sur internet ont davantage donner LEUR vérité, biaisé, qu'une vérité absolu.
    La vérification d'informations et la lutte contre la supposé désinformation à une étrange tendance à être utilisé davantage contre certaines groupes que d'autres.
    La criminalisation de la parole "fausse" est une pente glissante qui nous menera droit dans le mur. Personne; à un moment T, ne détient la vérité, c'est pourquoi les débats et les discussions éxistent, et servent à forger son savoir et son expérience.

    Les gens continueront à discuter, et si il y a du faux, les gens qui recherche la vérité apparaitront naturellement et ce n'est pas en "fact checkant", en étant condescendant (je ne vous vise pas) ou en criminalisant les discours qui ne sont pas 100% factuelle que vous pourrez convaincre et éduquer ceux qui sont dans le faux. Il faut apprendre à vivre avec le fait que nous sommes tous différent et que chacun à le droit de s'exprimé sur tout les sujets qu'il souhaite, sans être criminaliser par des buzzwords qui ne feront qu'empirer les choses.

  17. #57
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    450
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 450
    Points : 1 211
    Points
    1 211
    Par défaut
    Citation Envoyé par Planetary Voir le message
    Les bulles ont toujours existé, avant les réseaux sociaux, il y avait les forums. Avant les forums, les rencontres.
    Tout le monde vit dans ça bulle parce que c'est la manière dont est fait l'être humain. Nous sommes attirés par certaines personnes et certains sujets, et nos expériences créer des biais. Si Michel est enfermé dans sa bulle complotiste, Martine l'est également dans ça bulle faite de soupes "officiels" qui refuse tout débat parce qu'un blogueur aura "fact checker" son adversaire, on ne réfléchis même plus, on ne fait que citer sans faire fonctionner son esprit critique.

    Les vrais professionnels n'avaient pas de visibilité autant qu'ils en ont aujourd'hui, ils ne faut pas tout inverser. Il est vrai que l'influenceuse à énormément d'impact, mais ça ne change rien à ce que les gens croiront. Oui l'influenceuse à le droit de dire ce qu'elle veut. Et on a pas à venir à interdire son expression parce que ça serait de la "désinformation". Surtout que c'est extrêment hypocrite sachant que recemment le gouvernement américain à fait appelle à des influenceurs pour précher la bonne parole de la maison blanche.
    Tout les "fact check" biaisé, les exemples extreme qui généralement servent davantage à censurer le camp adverse que de véritablement éduquer les gens.
    Et il faudrait arrêter de vénérer les chercheurs, le COVID nous a appris à quel point ils étaient faillible. Si on les avait écoutés, tout ceux qui exprimaient leur inquiétude et leur bon sens aurait été complètement censuré parce qu'ils auraient été considéré comme des "complotistes/antivax" n'ayant pas les "diplômes" adequats et diffusant de la "désinformation".
    Et on a vu le résultat quant à ceux qui gobaient tout ce que les journaux et les expert de plateaux disaient, créant des individus paranoiaques et apeurés, incapable d'esprit critique.

    C'est une erreur de croire que la liberté d'expression doit être corsetée, car cette liberté est fragile est peut très vite viré au totalitarisme. On peut se mettre d'accord sur la frontière entre la liberté d'expression et le crime, mais cette frontière doit être aussi fine que possible. Comment on décide par la morale ce qui est juste ou non ? Comment limite t-on la parole d'un individu sans tomber dans le totalitarisme à la chinoise ( qui d'ailleurs a les mêmes argument que toi, "morale et lois" ) ?

    Sophisme. Internet est une sphere virtuelle, si quelqu'un m'insulte, je le bloque, je ne le banni pas et je ne veux pas qu'il soit banni. La seule liberté sur le net est bien celle de s'exprimer. Si quelqu'un a envie de m'insulter de tout les noms, il a le droit, pour moi, ce n'est qu'un pseudonyme sur internet dont j'oublierai l'existence dans l'heure qui suit.

    Encore une fois, je ne suis pas d'accord.
    Premièrement, l'argument d'autorité est bidon. Avoir un diplome ne fait pas de toi un savant, et ne pas avoir de diplome ne t'interdit pas de t'exprimer sur un sujet et de l'interpreter avec tes connaissances et ton expérience.
    Depuis 2016 et les pseudos savant et "fact checker" qui ont commencés à pulluler sur internet ont davantage donner LEUR vérité, biaisé, qu'une vérité absolu.
    La vérification d'informations et la lutte contre la supposé désinformation à une étrange tendance à être utilisé davantage contre certaines groupes que d'autres.
    La criminalisation de la parole "fausse" est une pente glissante qui nous menera droit dans le mur. Personne; à un moment T, ne détient la vérité, c'est pourquoi les débats et les discussions éxistent, et servent à forger son savoir et son expérience.

    Les gens continueront à discuter, et si il y a du faux, les gens qui recherche la vérité apparaitront naturellement et ce n'est pas en "fact checkant", en étant condescendant (je ne vous vise pas) ou en criminalisant les discours qui ne sont pas 100% factuelle que vous pourrez convaincre et éduquer ceux qui sont dans le faux. Il faut apprendre à vivre avec le fait que nous sommes tous différent et que chacun à le droit de s'exprimé sur tout les sujets qu'il souhaite, sans être criminaliser par des buzzwords qui ne feront qu'empirer les choses.
    +1000 Je suis totalement d'accord avec tout ce que vous évoquez. Concernant le pseudonymat, j'en parle justement dans une autre discussion : https://www.developpez.net/forums/d2.../#post11838175

    Le pseudonymat est primordial pour l'équilibre et la santé du web. Sinon, on risque de tomber dans une affreuse surveillance gouvernementale et un web où la peur devient la norme.

    Concernant la liberté d'expression, ce que vous dite est d'autant plus vrai que les médias "fact-checker", ne font absolument pas leur travaillent d'instruire les gens, mais participe à une "anti culture" général (télé-réalité, film à sensations, séries télé, articles putaclic, presse people ...).

  18. #58
    Membre du Club
    Profil pro
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    59
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 59
    Points : 53
    Points
    53
    Par défaut
    "Lutter contre la désinformation" Pourtant les chaines publiques font beaucoup de désinformation et ne sont pas inquiétés. (Enfin ce ne sont pas les seules)

  19. #59
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    249
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 249
    Points : 925
    Points
    925
    Par défaut
    Citation Envoyé par Planetary Voir le message
    Et il faudrait arrêter de vénérer les chercheurs, le COVID nous a appris à quel point ils étaient faillible. Si on les avait écoutés, tout ceux qui exprimaient leur inquiétude et leur bon sens aurait été complètement censuré parce qu'ils auraient été considéré comme des "complotistes/antivax" n'ayant pas les "diplômes" adequats et diffusant de la "désinformation".
    Et on a vu le résultat quant à ceux qui gobaient tout ce que les journaux et les expert de plateaux disaient, créant des individus paranoiaques et apeurés, incapable d'esprit critique.
    Je penses qu'il y a un vrai sujet de fond la dessus.
    Je penses que ceux qui ne savent pas et qui se posent (honnêtement) des questions ne s'expriment pas assez. Nous voyons aujourd'hui des sachants qui affrontent des sachants qui ne ressemblent qu'à des chamailleries d'enfants.

    Au début du covid je suivait une émission hebdomadaire avec un chercheur en virologie si je me souviens bien qui proposait un état de l'avancement des recherches sur ce virus. Et les premières émissions étaient étrangement rassurantes, la majorité des infos ressemblaient à "On se pose un question, on a pas encore la réponse mais on a lancé un études, les premiers résultats devraient tombé dans X semaines." ou "je suis virologue pas épidémiologiste donc je ne vais pas répondre à la question pour l'instant mais je vais essayer de me renseigner"
    Donc à cette période j'avais un message officiel qui changeaient chaque jour et qui pouvaient se contredire d'un jour sur l'autre et un message officieux qui disait "la recherche se pose les même questions que vous et n'a pas de réponses pour l'instant, dans le doute soyez prudent"

  20. #60
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    917
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 917
    Points : 10 930
    Points
    10 930
    Par défaut Trolldi : Musk plaisante et indique qu'il veut racheter Coca-Cola, après avoir pris le contrôle de Twitter
    Trolldi : Elon Musk plaisante et indique qu'il veut racheter Coca-Cola, après avoir pris le contrôle de Twitter,
    « pour remettre la cocaïne au cœur du produit »

    Quelques jours seulement après avoir acheté le géant des réseaux sociaux Twitter, le magnat de la technologie Elon Musk a annoncé une nouvelle cible : Coca-Cola. Musk a tweeté qu'il allait acheter la multinationale des boissons « pour remettre la cocaïne à l'intérieur ». « Ensuite, j'achète Coca-Cola pour y remettre la cocaïne », a écrit Musk sur Twitter.

    Attendez, avant que cela ne soit considéré comme une déclaration controversée. À ses débuts, la boisson contenait de la cocaïne dans une faible proportion, qui a ensuite été réduite, puis finalement éliminée. Ce tweet a suscité beaucoup d’attention. Un utilisateur a même tweeté l'image d'une bouteille de Coca de 1894 qui contient 3,5 grammes de cocaïne.

    Nom : cocaco.png
Affichages : 20629
Taille : 14,2 Ko

    Twitter a annoncé que la société de réseaux sociaux serait vendue à Elon Musk pour environ 44 milliards de dollars. Musk paiera 54,20 $ en cash par action pour la plateforme basée à San Francisco, qui sera désormais privatisée après des jours d'intenses négociations entre l'entrepreneur et le conseil d'administration.

    La transaction, qui a été approuvée à l'unanimité par le conseil d'administration de Twitter, devrait être finalisée en 2022, sous réserve de l'approbation des actionnaires de Twitter, de l'obtention des approbations réglementaires applicables et de la satisfaction des autres conditions de clôture habituelles. La société a confirmé que Musk, dont la fortune est estimée à 259 milliards de dollars, avait obtenu 25,5 milliards de dollars de financement par emprunt et par prêt et fournissait 21 milliards de dollars d'engagement en fonds propres.

    Bret Taylor, président indépendant du conseil d'administration de Twitter, a déclaré : « Le conseil d'administration de Twitter a mené un processus réfléchi et complet pour évaluer la proposition d'Elon en mettant délibérément l'accent sur la valeur, la certitude et le financement. La transaction proposée offrira une prime en cash substantielle, et nous pensons qu'elle est la meilleure voie à suivre pour les actionnaires de Twitter ».

    L’Electronic Frontier Foundation (EFF) dénonce l'achat de Twitter par Elon Musk et indique que cette opération met en évidence les risques pour les droits de l'homme et la sécurité personnelle lorsqu'une seule personne a le contrôle total des politiques affectant près de 400 millions d'utilisateurs. « Dans le cas d’espèce, cette personne a démontré à plusieurs reprises qu'elle ne comprend pas les réalités de la politique des plateformes à grande échelle », EFF.

    Notons que l'EFF est la principale organisation à but non lucratif qui défend les libertés civiles dans le monde numérique. Fondée en 1990, l'EFF défend la vie privée des utilisateurs, la liberté d'expression et l'innovation par le biais de litiges, d'analyses politiques, d'activisme populaire et de développement technologique. La mission de l'EFF est de veiller à ce que la technologie soutienne la liberté, la justice et l'innovation pour tous les peuples du monde.

    La réalité fondamentale est la suivante : Twitter et les autres réseaux sociaux jouent un rôle de plus en plus important dans le discours social et politique, et ont pour corollaire une responsabilité de plus en plus importante de veiller à ce que leurs décisions soient à la fois transparentes et responsables.

    Nom : coca.png
Affichages : 2907
Taille : 251,4 Ko

    « Si Elon Musk remet la cocaïne dans la coke, puis achète Marlboro et leur fait vendre de l'héroïne au goudron noir convenablement et sans fente dans les stations-service, il aura mon soutien inconditionnel. Et mon entreprise », declare un Internaute.

    Et vous ?

    Êtes-vous pour ou contre l'achat de Coca-Cola par Elon Musk ?

    Que pensez-vous du désir d'Elon Musk de s'accaparer un certains nombre de grandes entreprises ?

    Quel votre avis sur le retour de la cocaïne à l'intérieu di Coca-cola ?

    Voir aussi :

    L'Electronic Frontier Foundation dénonce l'achat de Twitter par Elon Musk. « Il met en évidence les risques pour les droits de l'homme et la sécurité personnelle »

    Le conseil d'administration de Twitter accepte « à l'unanimité » l'accord de rachat d'Elon Musk pour 44 Mds $, la transaction devrait être conclue en 2022

    La National Urban League aurait demandé à Twitter de rejeter l'offre d'Elon Musk, pour des raisons de droits civils

    Twitter adopte une « pilule empoisonnée » pour tenter de contrecarrer le rachat par Elon Musk, son conseil d'administration avait adopté à l'unanimité le régime de droits
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 9
    Dernier message: 17/05/2021, 07h33
  2. Réponses: 4
    Dernier message: 24/04/2019, 17h43
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 16/08/2010, 17h27
  4. Réponses: 3
    Dernier message: 30/07/2009, 17h56
  5. Réponses: 1
    Dernier message: 28/07/2009, 10h18

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo