IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #301
    Membre éclairé Avatar de jvallois
    Homme Profil pro
    Enseignant
    Inscrit en
    février 2013
    Messages
    161
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 54
    Localisation : France, Aisne (Picardie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Enseignant
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : février 2013
    Messages : 161
    Points : 837
    Points
    837
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
    Donc il est dans la mouise financière.
    Je veux bien échanger sa mouise avec la mienne !

  2. #302
    Expert confirmé Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    mars 2005
    Messages
    1 343
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : mars 2005
    Messages : 1 343
    Points : 5 891
    Points
    5 891
    Par défaut
    Citation Envoyé par jvallois Voir le message
    Je veux bien échanger sa mouise avec la mienne !
    C'est clair!

    Même avec 65 milliards en moins, il reste à la tête des personnes les plus riches du monde.
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  3. #303
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 146
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 146
    Points : 172 216
    Points
    172 216
    Par défaut Refus d'Elon Musk de racheter Twitter : pourquoi Twitter a un avantage juridique dans ce lourd litige
    Refus d'Elon Musk d'honorer son engagement de rachat de Twitter : Twitter a un avantage juridique dans ce lourd litige,
    selon des experts

    Twitter Inc a un dossier juridique solide contre Elon Musk qui a renoncé à son accord de 44 milliards de dollars pour acquérir la société américaine de médias sociaux, mais pourrait opter pour une renégociation ou un règlement au lieu d'une longue bataille judiciaire, selon des experts juridiques.

    Musk a secoué le monde des médias sociaux plus tôt cette année avec son offre sans précédent de privatiser l'entreprise, arguant qu'il serait en mesure de développer Twitter et de le rendre plus ouvert et, dans son esprit, politiquement neutre. Il a déclaré qu'il laisserait l'ancien président Donald Trump revenir sur la plateforme et a fait valoir que les pratiques de modération de contenu de Twitter enfreignaient la liberté d'expression. Musk a renoncé à son droit d'examiner de plus près les finances de l'entreprise lorsqu'il a signé l'accord.

    Mais peu de temps après, des questions se sont posées quant à savoir s'il irait jusqu'au bout. Une vente mondiale d'actions technologiques a profondément réduit sa valeur nette personnelle, dont il avait tiré parti pour obtenir des engagements pour l'emprunt dont il avait besoin pour acheter Twitter.

    L'enthousiasme de Musk pour donner suite à l'accord est remis en question depuis au moins le mois de mai, lorsqu'il a déclaré que l'accord était « suspendu » jusqu'à ce qu'il puisse vérifier si l'affirmation de Twitter selon laquelle moins de 5% des comptes sont des robots ou des spams était exacte. Il a accusé Twitter de dissimuler des informations, tandis que la société a déclaré qu'elle agissait de bonne foi et fournissait tout ce que les conditions de l'accord l'exigeaient.

    En multipliant les allégations sur le pourcentage de robots et de spams sur la plateforme, Musk a fait baisser le cours de l'action de Twitter et tentait de s'en servir pour potentiellement forcer Twitter à renégocier l'accord à un prix inférieur.

    Dans une lettre publiée par le gendarme boursier américain, les avocats d'Elon Musk ont assuré que Twitter n'a pas respecté ses engagements pris dans l'accord, notamment en ne fournissant pas toutes les informations demandées sur le nombre de comptes inauthentiques et de spams.

    En mettant fin à son engagement de racheter Twitter, l'homme d'affaires s'expose à des poursuites juridiques conséquentes. Les deux parties se sont engagées à verser une indemnité de rupture pouvant aller jusqu'à un milliard de dollars dans certaines circonstances.

    Le président du conseil d'administration de la plateforme, Bret Taylor, a d'ailleurs tweeté que le conseil d'administration était « déterminé à conclure la transaction au prix et aux termes convenus » et entendait bien l'emporter devant les tribunaux : « Le conseil d'administration de Twitter s'est engagé à conclure la transaction au prix et aux conditions convenus avec M. Musk et prévoit d'intenter une action en justice pour faire respecter l'accord de fusion. Nous sommes convaincus que nous l'emporterons devant la Cour de chancellerie du Delaware ».

    Nom : pca.png
Affichages : 4582
Taille : 28,1 Ko

    Twitter a un avantage juridique, estiment des experts

    Les tribunaux du Delaware, où le différend entre les deux parties devrait être plaidé, ont fixé la barre haute pour que les acquéreurs soient autorisés à abandonner leurs transactions. Mais les entreprises cibles choisissent souvent la certitude d'un accord renégocié à un prix inférieur ou une compensation financière plutôt qu'une bataille judiciaire désordonnée qui peut durer plusieurs mois, ont déclaré trois professeurs de droit des sociétés.

    La principale affirmation de Musk contre Twitter est que la société basée à San Francisco a rompu leur accord, car elle ne partagera pas avec lui suffisamment d'informations pour étayer son affirmation selon laquelle les comptes spam et les faux comptes constituent moins de 5 % de ses utilisateurs actifs. Twitter a maintenu cette estimation, mais a également déclaré qu'il était possible que le nombre de ces comptes soit plus élevé.

    Musk a également déclaré vendredi dans une lettre à Twitter que la fausse déclaration par la société du nombre de comptes de spam pourrait être un « effet négatif important (MAE - material adverse effect) » qui lui permettrait de se retirer selon les termes du contrat.

    Citation Envoyé par avocats d'Elon Musk
    Twitter n'a pas fourni les informations demandées par M. Musk depuis près de deux mois malgré ses clarifications répétées et détaillées destinées à simplifier l'identification, la collecte et la divulgation par Twitter des informations les plus pertinentes recherchées dans les demandes initiales de M. Musk.

    Bien que Twitter ait fourni certaines informations, ces informations sont accompagnées de chaînes, de limitations d'utilisation ou d'autres fonctionnalités de formatage artificielles, ce qui a rendu certaines des informations peu utiles à M. Musk et à ses conseillers. Par exemple, lorsque Twitter a finalement fourni l'accès aux huit «*API*» de développeur explicitement demandées pour la première fois par M. Musk dans la lettre du 25 mai, ces API contenaient une limite de débit inférieure à celle que Twitter fournit à ses plus grandes entreprises clientes. Twitter n'a proposé de fournir à M. Musk le même niveau d'accès qu'à certains de ses clients après que nous ayons expliqué que la limitation de la limite de débit empêchait M. Musk et ses conseillers d'effectuer l'analyse qu'il souhaitait effectuer dans un délai raisonnable.

    De plus, ces API contenaient un « plafond » artificiel sur le nombre de requêtes que M. Musk et son équipe peuvent exécuter, quelle que soit la limite de débit, un problème qui empêchait initialement M. Musk et ses conseillers d'effectuer une analyse des données dans n'importe quel délai raisonnable. M. Musk a soulevé cette question dès qu'il en a eu connaissance, dans le premier paragraphe de la lettre du 29 juin : « nous venons d'être informés par nos experts en données que Twitter a placé un plafond artificiel sur le nombre de recherches que nos experts peuvent effectuer avec ces données », ce qui empêche maintenant M. Musk et son équipe de faire leur analyse. Ce plafond n'a été supprimé que le 6 juillet, après que M. Musk a demandé sa suppression pour la deuxième fois.

    Sur la base du refus susmentionné de fournir les informations demandées par M. Musk depuis le 9 mai 2022, Twitter enfreint les sections 6.4 et 6.11 de l'accord de fusion.

    Malgré les spéculations publiques sur ce point, M. Musk n'a pas renoncé à son droit d'examiner les données et informations de Twitter simplement parce qu'il a choisi de ne pas rechercher ces données et informations avant de conclure l'accord de fusion. En fait, il a négocié les droits d'accès et d'information dans le cadre de l'accord de fusion précisément pour pouvoir examiner les données et les informations importantes pour les activités de Twitter avant de financer et de conclure la transaction.
    Mais les experts juridiques ont déclaré que les tribunaux du Delaware considéraient les MAE comme des événements dramatiques et inattendus qui nuisent à long terme aux performances d'une entreprise. Les contrats commerciaux tels que celui entre Musk et Twitter sont si normatifs qu'un juge a statué qu'une MAE n'avait été valablement déclenchée qu'une seule fois dans l'histoire d'un tel litige - dans le cas du groupe de soins de santé allemand Fresenius Kabi AG qui a mis fin à son accord avec le fabricant américain de médicaments génériques Akorn Inc en 2018.

    Dans cette affaire, un tribunal a jugé que les assurances d'Akorn à Fresenius selon lesquelles elle était en conformité avec ses obligations réglementaires étaient inexactes. Il a également constaté qu'Akorn avait dissimulé des faits sur la détérioration de ses performances qui ont émergé dans les allégations de lanceurs d'alerte.

    Les experts juridiques ont rejeté l'idée que des numéros de compte de spam inexacts équivaudraient à un MAE pour Twitter au même niveau que les problèmes qui tourmentaient Akorn.

    « Si l'affaire est portée devant les tribunaux, Musk a le fardeau de prouver qu'il est plus probable qu'improbable que le nombre de comptes de spam était non seulement faux, mais qu'il était si faux que cela aura un effet significatif sur les revenus de Twitter à l'avenir », a déclaré Ann Lipton, doyen associé pour la recherche professorale à la faculté de droit de Tulane.

    Musk a également affirmé que Twitter avait violé leur accord en licenciant deux employés clés de haut rang, son chef de produit et son directeur général des consommateurs, sans son consentement, comme l'exige leur contrat.

    « C'est probablement la seule réclamation qui a une chance d'aboutir », a déclaré Brian Quinn, professeur à la Boston College Law School, mais il a ajouté qu'il ne pensait pas que les licenciements étaient suffisamment graves pour affecter les activités de Twitter.

    En 2020, le tribunal du Delaware a autorisé Mirae Asset Capital Co de Corée du Sud à renoncer à un contrat d'hôtel de luxe de 5,8 milliards de dollars parce que la pandémie a amené le vendeur, Anbang Insurance Group of China, à modifier ses opérations hôtelières ordinaires.

    Nom : musk.png
Affichages : 1924
Taille : 146,0 Ko

    Trouver un accord plutôt que tenter de régler le litige jusqu'au bout au tribunal

    La plupart du temps, les tribunaux se prononcent en faveur des sociétés cibles et ordonnent aux acquéreurs de conclure leurs transactions - un recours juridique connu sous le nom de « performance spécifique ». En 2001, par exemple, Tyson Foods, le plus grand transformateur de poulet américain, a décidé qu'il ne voulait plus acheter le plus grand emballeur de viande, IBP Inc. Un juge a ordonné que l'affaire soit conclue.

    De nombreuses entreprises choisissent cependant de trouver un accord avec leurs acquéreurs pour mettre fin à l'incertitude sur leur avenir qui peut peser sur leurs salariés, clients et fournisseurs.

    Cela s'est produit plus fréquemment lorsque la pandémie de COVID-19 a éclaté en 2020 et a provoqué un choc économique mondial. Dans un cas, le détaillant français LVMH a menacé de renoncer à un accord avec Tiffany & Co. Le détaillant de bijoux américain a accepté de baisser le prix d'acquisition de 425 millions de dollars à 15,8 milliards de dollars.

    Simon Property Group Inc, le plus grand exploitant de centres commerciaux aux États-Unis, a réussi à réduire de 18 % le prix d'achat d'une participation majoritaire dans son rival Taubman Centers Inc, à 2,65 milliards de dollars.

    D'autres entreprises ont laissé les acquéreurs se retirer en échange d'une compensation financière. Cela inclut la société de technologie médicale Channel Medsystems Inc, qui a poursuivi Boston Scientific Corp pour avoir tenté de se retirer de leur accord de 275 millions de dollars. En 2019, un juge a décidé que l'accord devait être conclu et Boston Scientific a versé à Channel Medsystems un montant non divulgué.

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Êtes-vous surpris de voir Elon Musk abandonner son projet de rachat de Twitter ?
    Une tentative pour procéder à un rachat moins onéreux ?
    De Twitter et d'Elon Musk, quelle entité, selon vous, a plus de chance devant un tribunal ?

    Voir aussi :

    Elon Musk présente ses trois dernières exigences avant sa prise de contrôle de Twitter pendant le Forum économique qui s'est tenu au Qatar
    Un ancien travailleur de Tesla rejette le paiement de 15 millions de dollars dans le cadre d'un procès pour racisme, un jury lui avait accordé 137 millions de dollars
    Les employés de SpaceX rédigent une lettre ouverte aux dirigeants de l'entreprise dénonçant le comportement d'Elon Musk. L'entreprise a licencié certains des auteurs de la lettre
    Tesla est poursuivi pour avoir illégalement licencié des employés et refusé de leur verser leur salaire, ces licenciements auraient impacté ses programmes de diversité et d'inclusion
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #304
    Membre régulier
    Profil pro
    Data Engineer
    Inscrit en
    octobre 2006
    Messages
    30
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Data Engineer
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2006
    Messages : 30
    Points : 72
    Points
    72
    Par défaut etape 4
    Citation Envoyé par Romane Voir le message
    Je pense surtout que la manœuvre d'E Musk n'est pas de faire baisser le prix pour l'acheter moins cher
    mais de dénigrer l'entreprise pour ne pas la racheter au final

    la vraie manœuvre d'E Musk c'était de donner une raison plausible à la vente d'une partie de ses actions Tesla
    sans que cela n'affecte trop la valeur du titre
    1- Je veux acheter Twitter
    2- J'ai besoin de cash , je vends x% de mes actions Tesla
    3- Révisez votre prix les gars là, c'est pas clair votre affaire
    ---- on est là
    4- Finalement Twitter c'est tout pourri j'en veux pas

    Résultat : E Musk a vendu une partie de ses actions Tesla et se retrouve avec du cash
    et voila, on est maintenant en étape 4
    Ce type est un manipulateur

  5. #305
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 146
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 146
    Points : 172 216
    Points
    172 216
    Par défaut Les trois raisons principales pour lesquelles Elon Musk a annulé son acquisition de Twitter
    Les trois raisons principales pour lesquelles Elon Musk a annulé son acquisition de Twitter,
    il évoque entre autres des « représentations matériellement inexactes » sur les utilisateurs actifs quotidiens monétisables

    Elon Musk a tweeté une photo de lui en train de rire - avec une légende qu'il avait apparemment lui-même ajoutée :

    « Ils ont dit que je ne pouvais pas acheter Twitter. Ensuite, ils ne divulgueraient pas d'informations sur les bots. Maintenant, ils veulent me forcer à acheter Twitter au tribunal. Maintenant, ils doivent divulguer les informations sur les bots au tribunal ».

    Nom : elo,.png
Affichages : 8492
Taille : 298,5 Ko

    Nom : musk.png
Affichages : 4757
Taille : 290,1 Ko

    En fait, sur la base de l'un des documents que Twitter a déposés devant le tribunal après que l'avocat de Musk a affirmé que Twitter avait « omis ou refusé » de fournir des informations sur les comptes de spam, il est donné plus de détails sur les raisons pour lesquelles Musk veut annuler l'acquisition :

    Les chiffres pertinents sur les comptes de spam étaient la raison numéro un. (« Twitter n'a pas fourni les informations demandées par M. Musk depuis près de deux mois, malgré ses clarifications répétées et détaillées destinées à simplifier l'identification, la collecte et la divulgation par Twitter des informations les plus pertinentes recherchées dans les demandes initiales de M. Musk. »)

    Mais il y en a plus... L'avocat de Musk soutient également que Twitter viole l'accord de fusion en raison de « représentations matériellement inexactes » - en particulier leurs chiffres sur les utilisateurs actifs quotidiens monétisables. Bien que l'analyse de Musk « reste en cours, toutes les indications suggèrent que plusieurs des divulgations publiques de Twitter... sont soit fausses, soit matériellement trompeuses ». Alors que Twitter a affirmé avoir un processus raisonné pour calculer les utilisateurs actifs quotidiens monétisables (et le pourcentage de comptes de spam), l'avocat de Musk affirme qu'au lieu de cela, le processus « semble être arbitraire et ad hoc », rendant les déclarations de Twitter « fausses et trompeuses ». Et donc, « M. Musk a le droit de demander l'annulation de l'accord de fusion dans le cas où ces représentations matérielles sont jugées fausses ».

    Et enfin, l'avocat de Musk fournit une troisième raison pour mettre fin à l'acquisition. Twitter était tenu de « demander et d'obtenir le consentement avant de s'écarter de son obligation de mener ses activités dans le cours normal » et de « préserver pratiquement intacts les composants matériels de son organisation commerciale actuelle ». La lettre de l'avocat affirme que cela ne s'est pas produit :

    « La conduite de Twitter en licenciant deux employés clés de haut rang, son responsable des produits de revenus et le directeur général de Consumer, ainsi qu'en annonçant le 7 juillet qu'elle licenciait un tiers de son équipe d'acquisition de talents, entame la disposition du cours normal. Twitter a également institué un gel général des embauches qui s'étend même au réexamen des offres d'emploi en cours. De plus, trois dirigeants ont démissionné de Twitter depuis la signature de l'accord de fusion : le responsable des data science, le vice-président du service Twitter et un vice-président de la gestion des produits pour la santé, la conversation et la croissance ».

    Mais Twitter n'a pas reçu « de consentement pour des changements dans la conduite de ses activités, y compris pour les changements spécifiques énumérés ci-dessus », selon l'avocat de Musk, qui « constituent donc une violation substantielle de la section 6.1 de l'accord de fusion ».


    Un différend sur les limites de débit de l'API est au cœur de la décision d'Elon Musk de renoncer à son projet d'acquisition de Twitter.

    Musk a fait plusieurs déclarations publiques concernant son désir de savoir combien de comptes Twitter sont gérés par des robots ou sont autrement inauthentiques, car il estime que le nombre de comptes douteux a un impact sur la valeur de l'entreprise. Le milliardaire a donc cherché des informations sur les méthodes de Twitter pour détecter et gérer les faux comptes avant de conclure l'affaire.

    L'un des documents déposés par Twitter après que Musk a renoncé à son projet d'acquisition de Twitter comprend une lettre des avocats de Musk qui détaille ces efforts pour obtenir des informations.

    Citation Envoyé par Avocats d'Elon Musk
    Twitter n'a pas fourni les informations demandées par M. Musk depuis près de deux mois malgré ses clarifications répétées et détaillées destinées à simplifier l'identification, la collecte et la divulgation par Twitter des informations les plus pertinentes recherchées dans les demandes initiales de M. Musk.

    Bien que Twitter ait fourni certaines informations, ces informations sont accompagnées de chaînes, de limitations d'utilisation ou d'autres fonctionnalités de formatage artificielles, ce qui a rendu certaines des informations peu utiles à M. Musk et à ses conseillers. Par exemple, lorsque Twitter a finalement fourni l'accès aux huit « API » de développeur explicitement demandées pour la première fois par M. Musk dans la lettre du 25 mai, ces API contenaient une limite de débit inférieure à celle que Twitter fournit à ses plus grandes entreprises clientes. Twitter n'a proposé de fournir à M. Musk le même niveau d'accès qu'à certains de ses clients après que nous avons expliqué que la limitation de la limite de débit empêchait M. Musk et ses conseillers d'effectuer l'analyse qu'il souhaitait effectuer dans un délai raisonnable.

    De plus, ces API contenaient un « plafond » artificiel sur le nombre de requêtes que M. Musk et son équipe peuvent exécuter, quelle que soit la limite de débit, un problème qui empêchait initialement M. Musk et ses conseillers d'effectuer une analyse des données dans n'importe quel délai raisonnable. M. Musk a soulevé cette question dès qu'il en a eu connaissance, dans le premier paragraphe de la lettre du 29 juin : « nous venons d'être informés par nos experts en données que Twitter a placé un plafond artificiel sur le nombre de recherches que nos experts peuvent effectuer avec ces données », ce qui empêche maintenant M. Musk et son équipe de faire leur analyse. Ce plafond n'a été supprimé que le 6 juillet, après que M. Musk a demandé sa suppression pour la deuxième fois.

    Sur la base du refus susmentionné de fournir les informations demandées par M. Musk depuis le 9 mai 2022, Twitter enfreint les sections 6.4 et 6.11 de l'accord de fusion.

    Malgré les spéculations publiques sur ce point, M. Musk n'a pas renoncé à son droit d'examiner les données et informations de Twitter simplement parce qu'il a choisi de ne pas rechercher ces données et informations avant de conclure l'accord de fusion. En fait, il a négocié les droits d'accès et d'information dans le cadre de l'accord de fusion précisément pour pouvoir examiner les données et les informations importantes pour les activités de Twitter avant de financer et de conclure la transaction.
    Un segment du document affirme que Musk et son équipe ont recherché « une variété de documents du conseil d'administration, y compris un modèle financier de travail ascendant pour 2022, un budget pour 2022, un projet de plan ou de budget mis à jour et une copie de travail du modèle d'évaluation de Goldman Sachs sous-tendant son attestation d'équité ».

    « Twitter n'a fourni qu'une copie PDF de la présentation finale du conseil d'administration de Goldman Sachs ».

    Musk et son équipe ont soulevé la question des limites de requête le 29 juin, mais Twitter n'a pas changé la limite avant le 6 juillet – après que Musk a demandé sa suppression une deuxième fois.

    Ne pas répondre aux demandes d'Elon Musk a créé une situation dans laquelle Musk a estimé que Twitter violait l'accord de fusion.

    Il a donc renoncé à son projet de rachat, laissant ouvertes les questions de savoir pourquoi Twitter n'aurait pu fournir qu'un accès limité à ses API, ou pourquoi il ne pouvait pas offrir plus d'accès étant donné qu'il fonctionne à grande échelle.

    Si la décision n'était que de la stratégie (pour se retirer de l'accord sans avoir à payer le milliard de dollars de frais ou revoir le prix d'achat à la baisse), elle deviendra sans aucun doute quelque chose que les tribunaux devront considérer. Le président du conseil d'administration de la plateforme, Bret Taylor, a d'ailleurs tweeté que le conseil d'administration était « déterminé à conclure la transaction au prix et aux termes convenus » et entendait bien l'emporter devant les tribunaux : « Le conseil d'administration de Twitter s'est engagé à conclure la transaction au prix et aux conditions convenus avec M. Musk et prévoit d'intenter une action en justice pour faire respecter l'accord de fusion. Nous sommes convaincus que nous l'emporterons devant la Cour de chancellerie du Delaware ».

    La décision affichée d'Elon Musk ne garantit pas que l'acquisition n'aura pas lieu. « Il a signé un accord qu'il est légalement obligé de respecter », a tweeté Ann Lipton, professeure de droit à l'université de Tulane. « C'est un scénario désastreux pour Twitter et son CA, car l'entreprise va maintenant devoir affronter Musk dans une longue bataille judiciaire pour sauver la transaction et/ou récupérer au moins un milliard de dollars », a réagi l'analyste Dan Ives.

    Mais les termes de l'accord signifient qu'il ne serait pas facile pour Musk de mettre fin à cet accord. Musk a accepté de conclure l'accord à moins que quelque chose d'important n'arrive à l'activité de Twitter, et les experts juridiques doutent que le problème du bot soit admissible. Twitter, qui a initialement combattu l'offre publique d'achat de Musk, s'en sortirait affaiblie si l'accord venait à être annulé et les experts s'attendent à ce que Twitter se batte pour y parvenir. Twitter lui-même a déclaré qu'il avait l'intention de conclure l'accord. Même si Musk convainc un juge de lui permettre de mettre un terme à l'accord, il pourrait toujours être responsable des frais de rupture de 1 milliard de dollars de l'accord.

    Les querelles juridiques pour savoir qui est en faute et si Musk pouvait être autorisé ou non à se retirer pourraient prendre beaucoup de temps à être résolues.

    Citation Envoyé par accord entre Elon Musk et Twitter
    Twitter ou la société mère peut résilier l'accord de fusion si, parmi certaines autres circonstances, (1) la fusion n'a pas été réalisée au plus tard le 24 octobre 2022, date qui sera prolongée de six mois si les conditions de clôture liées aux lois antitrust et les autorisations d'investissement étranger et l'absence de toute loi ou ordonnance applicables rendant illégale ou interdisant la Fusion n'ont pas été satisfaites à cette date ; ou (2) les actionnaires de Twitter n'adoptent pas l'accord de fusion. Twitter peut résilier l'accord de fusion dans certaines circonstances limitées supplémentaires, notamment pour permettre à Twitter de conclure un accord définitif pour une proposition d'acquisition concurrente qui constitue une proposition supérieure (telle que définie dans l'accord de fusion). La société mère peut résilier l'accord de fusion dans certaines circonstances limitées supplémentaires, y compris avant l'adoption de l'accord de fusion par les actionnaires de Twitter si le conseil d'administration recommande aux actionnaires de Twitter de voter contre l'adoption de l'accord de fusion ou en faveur de toute proposition d'acquisition concurrente.

    À la résiliation de l'accord de fusion dans des circonstances limitées spécifiées, Twitter devra payer à la société mère des frais de résiliation de 1,0 milliard de dollars. Plus précisément, cette indemnité de résiliation est due par Twitter à la société mère parce que (1) Twitter résilie l'accord de fusion pour permettre à Twitter de conclure un accord définitif pour une proposition d'acquisition concurrente qui constitue une proposition supérieure; ou (2) la société mère résilie l'accord de fusion parce que le conseil d'administration recommande aux actionnaires de Twitter de voter contre l'adoption de l'accord de fusion ou en faveur de toute proposition d'acquisition concurrente. Cette indemnité de résiliation sera également due par Twitter à la société mère dans le cas où, généralement, (1) une proposition d'acquisition concurrente pour 50 % ou plus des actions ou des actifs consolidés de Twitter a été annoncée publiquement et n'a pas été retirée, (2) l'accord de fusion est résilié parce que les actionnaires de Twitter n'adoptent pas l'accord de fusion ou parce que Twitter enfreint substantiellement l'accord de fusion, et (3) dans les douze mois suivant cette résiliation de l'accord de fusion, Twitter conclut un accord définitif prévoyant une proposition d'acquisition concurrente pour 50% ou plus des actions ou des actifs consolidés de Twitter et cette acquisition est par la suite consommée.

    À la résiliation de l'accord de fusion dans d'autres circonstances limitées spécifiées, la société mère sera tenue de payer à Twitter des frais de résiliation de 1,0 milliard de dollars. Plus précisément, cette indemnité de résiliation est payable par la société mère à Twitter si l'accord de fusion est résilié par Twitter parce que (1) les conditions des obligations de la société mère et du sous-traitant d'acquisition pour réaliser la fusion sont remplies et la société mère ne parvient pas à réaliser la fusion comme requis en vertu de, et dans les circonstances spécifiées dans l'accord de fusion; ou (2) les manquements de la société mère ou de la filiale d'acquisition à ses déclarations, garanties ou engagements d'une manière qui entraînerait le non-respect des conditions de clôture correspondantes. M. Musk a fourni à Twitter une garantie limitée en faveur de Twitter (la «Garantie limitée»). La Garantie Limitée garantit, entre autres, le paiement des frais de résiliation payables par la société mère à Twitter, sous réserve des conditions énoncées dans la Garantie Limitée.
    Musk, pour sa part, a passé le week-end à tweeter sur son entreprise Internet spatiale Starlink et à suggérer que les enfants jumeaux qu'il a reconnus la semaine dernière faisaient partie de ses efforts pour faire face à la crise démographique de l'humanité.

    Sources : Elon Musk, lettre des avocats d'Elon Musk

    Et vous ?

    Que pensez-vous des arguments avancés ?

    Voir aussi :

    Elon Musk présente ses trois dernières exigences avant sa prise de contrôle de Twitter pendant le Forum économique qui s'est tenu au Qatar
    Un ancien travailleur de Tesla rejette le paiement de 15 millions de dollars dans le cadre d'un procès pour racisme, un jury lui avait accordé 137 millions de dollars
    Les employés de SpaceX rédigent une lettre ouverte aux dirigeants de l'entreprise dénonçant le comportement d'Elon Musk. L'entreprise a licencié certains des auteurs de la lettre
    Tesla est poursuivi pour avoir illégalement licencié des employés et refusé de leur verser leur salaire, ces licenciements auraient impacté ses programmes de diversité et d'inclusion
    Images attachées Images attachées
    • Type de fichier : pdf sec.pdf (165,9 Ko, 84 affichages)
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #306
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 018
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 018
    Points : 20 692
    Points
    20 692
    Par défaut Twitter s'en prend à Musk et affirme que les obligations liées à l'accord n'ont pas été respectées
    Twitter s'en prend à Musk et affirme que les obligations liées à l'accord n'ont pas été respectées,
    après le refus d'Elon Musk d'honorer son engagement de rachat de Twitter

    Twitter a riposté à Elon Musk lundi, accusant le PDG de Tesla d'avoir "volontairement" violé l’accord d’achat de la société de médias sociaux, quelques jours après que le chef de Tesla ait cherché à se retirer de l'accord de 44 milliards de dollars.

    Dans une lettre envoyée à Musk, datée du 10 juillet et déposée auprès des régulateurs le 11 juillet, Twitter a déclaré qu'il n'avait pas violé ses obligations en vertu de l'accord de fusion, comme l'a indiqué Musk vendredi en cherchant à mettre fin à l'accord. « Twitter exige que Musk et les autres parties se conforment à leurs obligations en vertu de l'accord, y compris leurs obligations de déployer leurs meilleurs efforts pour rendre effectives les transactions envisagées par l'accord », indique la lettre.

    Nom : twitter.png
Affichages : 9053
Taille : 46,6 Ko

    L'entreprise a prévu de poursuivre Musk en justice pour le forcer à conclure l'accord, une menace dont il s'est moqué lundi, lorsqu'il a envoyé une série de tweets plaisantant sur Twitter et sa menace d'appliquer l'accord en justice. « Ils ont dit que je ne pouvais pas acheter Twitter. Ensuite, ils ne divulgueraient pas d'informations sur les bots. Maintenant, ils veulent me forcer à acheter Twitter au tribunal. Maintenant, ils doivent divulguer les informations sur les bots au tribunal ».

    Twitter prévoit d'intenter une action en justice en début de semaine dans le Delaware. Les actions de Twitter ont terminé en baisse de 11,3 % à 32,65 dollars lundi, soit une réduction de 40 % par rapport à l'offre de 54,20 dollars de Musk et la plus forte baisse quotidienne en pourcentage depuis plus de 14 mois. Elles ont augmenté d'environ 1 % dans les échanges prolongés.

    « Le conseil d'administration de Twitter doit envisager le préjudice potentiel pour ses employés et ses actionnaires de toute donnée interne supplémentaire exposée dans un litige », a déclaré Mark Zgutowicz, analyste de Benchmark.

    Francis Pileggi, avocat spécialisé dans les litiges d'entreprise au sein du cabinet Lewis Brisbois dans le Delaware, a déclaré que Musk pourrait placer les robots au centre du litige s'il se défend contre le procès intenté par Twitter en affirmant que l'entreprise a donné une image fausse du nombre de faux comptes. « Je serais surpris qu'on lui interdise d'obtenir cette information », a déclaré Pileggi.

    Selon Pileggi, si le nombre de faux comptes est supérieur aux 5 % estimés par Twitter, cela pourrait conduire à des négociations en vue d'une réduction du prix de la plateforme de médias sociaux. Les experts juridiques affirment que la société de médias sociaux, âgée de 16 ans, dispose d'un dossier juridique solide contre Musk, mais pourrait opter pour une renégociation ou un règlement au lieu d'un long combat judiciaire.

    « Nous pensons que les intentions d'Elon Musk de mettre fin à la fusion sont davantage fondées sur la récente liquidation du marché que sur ... l'« échec » de Twitter à se conformer à ses demandes », écrit dans une note Brent Thill, analyste chez Jefferies. « En l'absence d'un accord, nous ne serions pas surpris de voir l'action trouver un plancher à 23,5 dollars ».

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Elon Musk renonce à acheter Twitter, évoquant la violation des obligations contractuelles. Twitter ne lui aurait pas fourni toutes les informations demandées sur le nombre de comptes spam

    Twitter va poursuivre Elon Musk en justice pour avoir essayé de se retirer de l'accord, Musk a signé un accord de fusion contraignant, mais il veut maintenant s'en retirer

    Les trois raisons pour lesquelles Elon Musk a annulé son acquisition de Twitter, parmi lesquelles des « représentations matériellement inexactes » sur les utilisateurs actifs quotidiens monétisables
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #307
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    août 2018
    Messages
    280
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 53
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux

    Informations forums :
    Inscription : août 2018
    Messages : 280
    Points : 801
    Points
    801
    Par défaut
    Le PDG de Twitter se voyait très certainement déjà multimilliardaire, il doit tomber de haut pour vouloir poursuivre ainsi Musk.

    Quand à valeur affichée de Twitter elle me parait totalement spéculative, les actifs réels de cette société n'atteignant très certainement pas de tels montants.

    Musk à donc bien fait finalement de refuser ce rachat, il aurait mieux fait de ne pas s'y intéresser du tout.

  8. #308
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    décembre 2019
    Messages
    204
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2019
    Messages : 204
    Points : 833
    Points
    833
    Par défaut
    Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
    Le PDG de Twitter se voyait très certainement déjà multimilliardaire, il doit tomber de haut pour vouloir poursuivre ainsi Musk.

    Quand à valeur affichée de Twitter elle me parait totalement spéculative, les actifs réels de cette société n'atteignant très certainement pas de tels montants.

    Musk à donc bien fait finalement de refuser ce rachat, il aurait mieux fait de ne pas s'y intéresser du tout.
    Tout ça c'est un spectacle, Musk est libertarien, comme Trump, et ils ont pas du tout mais alors pas du tout apprécié le ban de Trump et la réaction de Twitter face au coup d'état de Trump. Depuis Trump à juré de se venger. D'ailleurs il a encouragé Musk à acheter Twitter pour faire de la pub à son propre réseau social, ce que Musk dément mais pourtant tout est la. Trump à même acheté des actions de Twitter via la holding de son réseau social:
    Trump recently insisted that he has no interest in rejoining Twitter. However, news of the Twitter buyout tanked shares of Digital World Acquisition Corp, the company that owns Truth Social.
    .

    La vérité ? Musk ne veut pas de Twitter, il a voulu faire une offre pour les forcer à montrer des éléments, depuis le début il se montre hostile face à twitter. Il veut juste faire couler le titre en les obligeants à révéler des documents et ensuite utiliser les réseaux sociaux pour dire "Ho twitter ment sur le nombre de bots/active users je vais pas acheter". Et si il achetait, ce serait pour mieux couler la boite.

    La valeur réelle de twitter n'a pas grand chose à voir avec ce qu'il se trame. De toute façon cette affirmation est vraie de manière générale, la valeur du titre TSLA est totalement déconnectée des comptes de résultat de la société, c'est le grand casino en ligne de la bourse...

  9. #309
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 146
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 146
    Points : 172 216
    Points
    172 216
    Par défaut Twitter poursuit Elon Musk en justice pour avoir renoncé à son accord de rachat de 44 milliards de dollars
    Twitter poursuit Elon Musk en justice pour avoir renoncé à son accord de rachat de 44 milliards de dollars
    et demande à un tribunal de le contraindre à finaliser ce rachat au prix convenu

    Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, a mis fin vendredi à l’accord passé pour racheter le réseau social Twitter pour 44 milliards de dollars. Dans une lettre publiée par la SEC, le gendarme boursier américain, ses avocats assurent que Twitter n’a pas respecté ses engagements pris dans l’accord, notamment en ne fournissant pas toutes les informations demandées sur le nombre de comptes inauthentiques et de spams.

    Mais Twitter n'est pas de cet avis. La plateforme a entamé une procédure judiciaire pour obliger Elon Musk à aller juqu'au bout.

    « Ayant monté un spectacle public pour mettre Twitter en jeu, et ayant proposé puis signé un accord de fusion favorable aux vendeurs, Musk croit apparemment qu'il est libre, contrairement à toutes les autres parties soumises au droit des contrats du Delaware, de changer d'avis, de détruire l'entreprise, de perturber ses opérations, de détruire la valeur des actionnaires et de s'en aller », indique Twitter dans sa plainte déposée auprès de la Cour de chancellerie du Delaware.

    « Oh l'ironie lol », a tweeté Musk après que Twitter ait intenté son action en justice, sans explication.

    Nom : ironie.png
Affichages : 1144
Taille : 10,2 Ko


    Elon Musk a secoué le monde des médias sociaux plus tôt cette année avec son offre sans précédent de privatiser l'entreprise, arguant qu'il serait en mesure de développer Twitter et de le rendre plus ouvert et, dans son esprit, politiquement neutre. Il a déclaré qu'il laisserait l'ancien président Donald Trump revenir sur la plateforme et a fait valoir que les pratiques de modération de contenu de Twitter enfreignaient la liberté d'expression. Musk a renoncé à son droit d'examiner de plus près les finances de l'entreprise lorsqu'il a signé l'accord.

    Mais peu de temps après, des questions se sont posées quant à savoir s'il irait jusqu'au bout. Une vente mondiale d'actions technologiques a profondément réduit sa valeur nette personnelle, dont il avait tiré parti pour obtenir des engagements pour l'emprunt dont il avait besoin pour acheter Twitter.

    L'enthousiasme de Musk pour donner suite à l'accord est remis en question depuis au moins le mois de mai, lorsqu'il a déclaré que l'accord était « suspendu » jusqu'à ce qu'il puisse vérifier si l'affirmation de Twitter selon laquelle moins de 5% des comptes sont des robots ou des spams était exacte. Il a accusé Twitter de dissimuler des informations, tandis que la société a déclaré qu'elle agissait de bonne foi et fournissait tout ce que les conditions de l'accord l'exigeaient.

    En multipliant les allégations sur le pourcentage de robots et de spams sur la plateforme, Musk a fait baisser le cours de l'action de Twitter et tentait de s'en servir pour potentiellement forcer Twitter à renégocier l'accord à un prix inférieur.

    Après une impasse de plusieurs semaines, le conseil d'administration de Twitter a décidé de se conformer aux demandes d'Elon Musk en matière de données internes en offrant l'accès à son « firehose » complet.

    Le Firehose Twitter est un accès technique aux plus de 500 millions de tweets publiés quotidiennement sur Twitter. Cet accès technique était initialement réservé à quelques très rares acteurs qui revendaient les données aux prestataires et plateformes de social media intelligence sous un accord de licence avec Twitter. Ces acteurs bénéficiant du Firehose pouvaient se connecter directement et sans restrictions de volumes aux bases de données de Twitter. Le Firehose était la seule façon de se connecter à l'intégralité des Tweets publiés. Twitter a mis fin à ces accords et a coupé le Firehose ou tout au moins en a réservé l'accès à GNIP qu'il a racheté. L'accès aux données nécessaires pour des dispositifs de veille et d'analyse d'envergure sur Twitter se fait maintenant directement auprès de Twitter via ses offres d'API ou par GNIP lorsque les volumes sont plus importants.

    Nom : musk.png
Affichages : 1138
Taille : 146,0 Ko

    Dans une lettre publiée par le gendarme boursier américain, les avocats d'Elon Musk ont assuré que Twitter n'a pas respecté ses engagements pris dans l'accord, notamment en ne fournissant pas toutes les informations demandées sur le nombre de comptes inauthentiques et de spams.

    Citation Envoyé par Avocats Elon Musk
    Twitter n'a pas fourni les informations demandées par M. Musk depuis près de deux mois malgré ses clarifications répétées et détaillées destinées à simplifier l'identification, la collecte et la divulgation par Twitter des informations les plus pertinentes recherchées dans les demandes initiales de M. Musk.

    Bien que Twitter ait fourni certaines informations, ces informations sont accompagnées de chaînes, de limitations d'utilisation ou d'autres fonctionnalités de formatage artificielles, ce qui a rendu certaines des informations peu utiles à M. Musk et à ses conseillers. Par exemple, lorsque Twitter a finalement fourni l'accès aux huit «*API*» de développeur explicitement demandées pour la première fois par M. Musk dans la lettre du 25 mai, ces API contenaient une limite de débit inférieure à celle que Twitter fournit à ses plus grandes entreprises clientes. Twitter n'a proposé de fournir à M. Musk le même niveau d'accès qu'à certains de ses clients après que nous ayons expliqué que la limitation de la limite de débit empêchait M. Musk et ses conseillers d'effectuer l'analyse qu'il souhaitait effectuer dans un délai raisonnable.

    De plus, ces API contenaient un « plafond » artificiel sur le nombre de requêtes que M. Musk et son équipe peuvent exécuter, quelle que soit la limite de débit, un problème qui empêchait initialement M. Musk et ses conseillers d'effectuer une analyse des données dans n'importe quel délai raisonnable. M. Musk a soulevé cette question dès qu'il en a eu connaissance, dans le premier paragraphe de la lettre du 29 juin : « nous venons d'être informés par nos experts en données que Twitter a placé un plafond artificiel sur le nombre de recherches que nos experts peuvent effectuer avec ces données », ce qui empêche maintenant M. Musk et son équipe de faire leur analyse. Ce plafond n'a été supprimé que le 6 juillet, après que M. Musk a demandé sa suppression pour la deuxième fois.

    Sur la base du refus susmentionné de fournir les informations demandées par M. Musk depuis le 9 mai 2022, Twitter enfreint les sections 6.4 et 6.11 de l'accord de fusion.

    Malgré les spéculations publiques sur ce point, M. Musk n'a pas renoncé à son droit d'examiner les données et informations de Twitter simplement parce qu'il a choisi de ne pas rechercher ces données et informations avant de conclure l'accord de fusion. En fait, il a négocié les droits d'accès et d'information dans le cadre de l'accord de fusion précisément pour pouvoir examiner les données et les informations importantes pour les activités de Twitter avant de financer et de conclure la transaction.
    Quelques heures plus tard, le président du conseil d'administration de la plateforme, Bret Taylor, a tweeté que le conseil d'administration était « déterminé à conclure la transaction au prix et aux termes convenus » et entendait bien l'emporter devant les tribunaux : « Le conseil d'administration de Twitter s'est engagé à conclure la transaction au prix et aux conditions convenus avec M. Musk et prévoit d'intenter une action en justice pour faire respecter l'accord de fusion. Nous sommes convaincus que nous l'emporterons devant la Cour de chancellerie du Delaware ».

    Nom : pca.png
Affichages : 1126
Taille : 28,1 Ko

    Twitter entame la procédure judiciaire

    Officiellement, Twitter a poursuivi Elon Musk mardi pour s'être retiré de l'accord de 44 milliards de dollars pour acheter la plate-forme de médias sociaux.

    La plainte, déposée devant la Cour de la chancellerie du Delaware, ouvrira probablement la voie à une bataille juridique interminable alors que la société cherche à faire en sorte que Musk donne suite à l'acquisition ou, à défaut, l'oblige à payer l'indemnité de rupture de contrat qui s'élève à 1 milliard de dollars.

    « Cette répudiation fait suite à une longue liste de violations contractuelles importantes par Musk qui ont jeté un voile sur Twitter et ses activités. Twitter intente cette action pour interdire à Musk de nouvelles violations, pour contraindre Musk à remplir ses obligations légales et pour contraindre la consommation de la fusion à la satisfaction des quelques conditions en suspens ».

    Alors que la nouvelle selon laquelle Musk, la personne la plus riche du monde, se retirait de l'accord a immédiatement déclenché une discussion sur la façon dont sa tentative de sortie changerait l'avenir de la liberté d'expression sur la plateforme, les observateurs juridiques suggèrent que l'entreprise a de solides arguments et que Musk pourrait se voir contraint de donner suite à l'accord après tout.

    « Il a signé un accord qu'il est légalement obligé de respecter », a tweeté Ann Lipton, professeure de droit à l'université de Tulane. « C'est un scénario désastreux pour Twitter et son conseil d'administration, car l'entreprise va maintenant devoir affronter Musk dans une longue bataille judiciaire pour sauver la transaction et/ou récupérer au moins un milliard de dollars », a réagi l'analyste Dan Ives.

    Dans la plainte de mardi, Twitter a reconnu la chute du marché après que Musk ait finalisé l'accord. Les actions de la société ont fortement chuté lundi, bien qu'elles aient regagné environ 4% mardi. Elles se négocient toujours près de 20 $ en dessous de son prix d'offre.

    « Alors Musk veut se défaire de ses obligations contractuelles. Plutôt que de supporter le coût du ralentissement du marché, comme l'exige l'accord de fusion, Musk veut le transférer aux actionnaires de Twitter », indique la plainte. « Depuis la signature de l'accord de fusion, Musk a dénigré à plusieurs reprises Twitter et l'accord, créant un risque commercial pour Twitter et une pression à la baisse sur le cours de son action ».

    Affaire « solide et convaincante »

    Les arguments et les preuves présentés par Twitter sont « très solides et convaincants » et susceptibles d'obtenir une oreille réceptive au tribunal du Delaware, qui ne voit pas d'un bon œil les acheteurs sophistiqués qui renoncent aux accords, a déclaré Brian Quinn, professeur de droit à Boston. Collège.

    « Ils avancent un argument très fort selon lequel ce ne sont que les remords de l'acheteur », a déclaré Quinn. « Vous devez assumer vos erreurs devant le tribunal de la chancellerie du Delaware. Cela fonctionnera très favorablement pour Twitter ».

    La plus grande surprise pour Quinn a été la quantité de preuves dont dispose Twitter – par exemple, les communications avec Musk sur l'opportunité de conserver ou de licencier des employés, ainsi que les propres tweets publics du milliardaire – pour rejeter ses arguments en faveur de son retrait de l'accord. « Ils rassemblent de nombreux tweets de Musk pour s'en servir contre lui », a-t-il déclaré.

    L'action de Tesla chute

    Lorsque Musk a proposé de racheter l'entreprise et de la privatiser à la mi-avril, le conseil d'administration a d'abord tenté de l'en empêcher en déployant une manœuvre financière qui aurait rendu le coût d'acquisition prohibitif.

    Le 25 avril, cependant, Twitter avait reconsidéré l'offre, concluant que vendre la société à Musk pour 54,20 $ par action était dans le meilleur intérêt des actionnaires. Dans un communiqué de presse conjoint, Musk s'est engagé à « débloquer » le potentiel de l'entreprise de médias sociaux en assouplissant les restrictions sur la liberté d'expression et en supprimant les faux comptes.

    Mais sa confiance n'a pas duré longtemps. Les actions de Tesla – la principale source de richesse de Musk – ont chuté suite à une vente massive sur le marché boursier en mai, et Musk a rapidement semblé moins enthousiaste à l'idée de posséder Twitter.

    La plainte de Twitter qualifie la tactique de Musk de « modèle d'hypocrisie », notant qu'il avait mis l'accent sur son intention de rendre Twitter privé afin de le débarrasser des comptes de spam. Cependant, une fois que le marché a décliné, Twitter a noté que « Musk a changé son récit, exigeant soudainement une "vérification" que la quantité de spam n'était pas un problème sérieux sur la plateforme de Twitter et affirmant un besoin brûlant d'une preuve de "diligence" à laquelle il avait expressément renoncé ».

    De même, la société accuse Musk d'avoir agi de mauvaise foi, l'accusant d'avoir demandé des informations sur la société afin d'accuser Twitter de fournir des « déclarations erronées » sur ses activités aux régulateurs et aux investisseurs.

    La plainte de Twitter allègue que la société « a subi et continuera de subir un préjudice irréparable » à la suite des violations contractuelles de Musk qui « ont jeté un voile sur Twitter et ses activités ».

    Sources : Plainte de Twitter, Elon Musk

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Elon Musk renonce à acheter Twitter, évoquant la violation des obligations contractuelles. Twitter ne lui aurait pas fourni toutes les informations demandées sur le nombre de comptes spam
    Twitter va poursuivre Elon Musk en justice pour avoir essayé de se retirer de l'accord, Musk a signé un accord de fusion contraignant, mais il veut maintenant s'en retirer
    Les trois raisons pour lesquelles Elon Musk a annulé son acquisition de Twitter, parmi lesquelles des « représentations matériellement inexactes » sur les utilisateurs actifs quotidiens monétisables
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #310
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    359
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 359
    Points : 1 265
    Points
    1 265
    Par défaut
    Je penses que les riches jouent à la bonne paye à coup de millions de $ et se foutent royalement des employés qui vont trinquer.
    Ont ils vraiment envie de bosser pour le gars qui a tout fait pour déforcer leur entreprise?
    Ont ils vraiment envie de bosser pour les gars qui dépensent leur énergie pour gagner plusieurs années de leur salaire plutôt que pour le pérenniser.

  11. #311
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 018
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 018
    Points : 20 692
    Points
    20 692
    Par défaut Elon Musk veut que le procès de Twitter attende jusqu'en février 2023
    Elon Musk veut que le procès de Twitter attende jusqu'en février 2023,
    son équipe juridique a qualifié de « vitesse de croisière » la volonté de Twitter d'ouvrir un procès

    L'équipe juridique d'Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, a répondu à l'action en justice de Twitter à son encontre, affirmant que l'entreprise Twitter exige un procès déraisonnablement rapide. En réponse, l'équipe de Musk aurait demandé que l'affaire ne soit pas entendue avant l'année prochaine.

    Twitter a fait pression pour que le procès ait lieu à la mi-septembre, justifiant sa demande d'accélérer les choses étant donné que l'accord de fusion entre Musk et Twitter a une « date limite présumée » du 24 octobre. Cependant, l'équipe de Musk demande que le procès n'ait pas lieu avant le 13 février 2023 au plus tôt, note le dépôt.

    Nom : Musk3B.png
Affichages : 1017
Taille : 284,5 Ko

    L'enthousiasme de Musk pour donner suite à l'accord est remis en question depuis au moins le mois de mai, lorsqu'il a déclaré que l'accord était « suspendu » jusqu'à ce qu'il puisse vérifier si l'affirmation de Twitter selon laquelle moins de 5 % des comptes sont des robots ou des spams était exacte. Il a accusé Twitter de dissimuler des informations, tandis que la société a déclaré qu'elle agissait de bonne foi et fournissait tout ce que les conditions de l'accord l'exigeaient.

    Le 8 juillet, Elon Musk a mis fin à l’accord passé pour racheter le réseau social Twitter pour 44 milliards de dollars. Dans une lettre publiée par la SEC, le gendarme boursier américain, ses avocats assurent que Twitter n’a pas respecté ses engagements pris dans l’accord, notamment en ne fournissant pas toutes les informations demandées sur le nombre de comptes inauthentiques et de spams.

    Par le biais de Bret Taylor, président du conseil d'administration de la plateforme de microblogging, Twitter indique être « déterminé à conclure la transaction au prix et aux termes convenus ». « Nous sommes convaincus que nous l'emporterons devant la Cour de chancellerie du Delaware », martèle Twitter.

    Dans une lettre envoyée à Musk, datée du 10 juillet et déposée auprès des régulateurs le 11 juillet, Twitter a déclaré qu'il n'avait pas violé ses obligations en vertu de l'accord de fusion, comme l'a indiqué Musk en cherchant à mettre fin à l'accord. « Twitter exige que Musk et les autres parties se conforment à leurs obligations en vertu de l'accord, y compris leurs obligations de déployer leurs meilleurs efforts pour rendre effectives les transactions envisagées par l'accord », indique la lettre.

    Elon Musk a tweeté une photo de lui en train de rire - avec une légende qu'il avait apparemment lui-même ajoutée : « Ils ont dit que je ne pouvais pas acheter Twitter. Ensuite, ils ne divulgueraient pas d'informations sur les bots. Maintenant, ils veulent me forcer à acheter Twitter au tribunal. Maintenant, ils doivent divulguer les informations sur les bots au tribunal ». Étant donné que Musk prétend que Twitter a violé les conditions de l'accord en ne communiquant pas les informations commerciales essentielles relatives aux robots, il est clair qu'il essaie de se retirer sans rien payer. L'indemnité de rupture n'est pas mentionnée dans le document déposé auprès de la SEC, qui expose les raisons de son retrait de l'accord.

    Nom : cou.png
Affichages : 999
Taille : 54,4 Ko

    Twitter c’est donc engagé à poursuivre Musk en début de semaine après qu'il ait officiellement essayé de renoncer à son accord de 44 milliards de dollars pour acheter la société. Presque immédiatement après que Musk ait fait part de son intention, Bret Taylor, président du conseil d'administration de Twitter, a déclaré que la société allait poursuivre Musk en justice, et la société a déposé son action en justice le 12 juillet.

    La principale raison invoquée par Musk pour mettre fin à la fusion est que Twitter ne lui a pas fourni les données nécessaires pour « faire une évaluation indépendante de la prévalence des faux comptes ou des comptes de spam sur la plateforme Twitter », a écrit son équipe juridique la semaine dernière. Son équipe a de nouveau invoqué la question des bots dans le dépôt de vendredi, notant que « le litige central sur les faux comptes et les spams est fondamental pour la valeur de Twitter. Il s'agit également d'un litige qui porte sur un grand nombre de faits et d'experts, et qui nécessite un temps considérable pour la découverte de documents.

    En multipliant les allégations sur le pourcentage de robots et de spams sur la plateforme, Musk a fait baisser le cours de l'action de Twitter et tentait de s'en servir pour potentiellement forcer Twitter à renégocier l'accord à un prix inférieur. « Ayant monté un spectacle public pour mettre Twitter en jeu, et ayant proposé puis signé un accord de fusion favorable aux vendeurs, Musk croit apparemment qu'il est libre, contrairement à toutes les autres parties soumises au droit des contrats du Delaware, de changer d'avis, de détruire l'entreprise, de perturber ses opérations, de détruire la valeur des actionnaires et de s'en aller », indique Twitter dans sa plainte déposée auprès de la Cour de chancellerie du Delaware.

    Elon Musk a secoué le monde des médias sociaux plus tôt cette année avec son offre sans précédent de privatiser l'entreprise, arguant qu'il serait en mesure de développer Twitter et de le rendre plus ouvert et, dans son esprit, politiquement neutre. Il a déclaré qu'il laisserait l'ancien président Donald Trump revenir sur la plateforme et a fait valoir que les pratiques de modération de contenu de Twitter enfreignaient la liberté d'expression. Musk a renoncé à son droit d'examiner de plus près les finances de l'entreprise lorsqu'il a signé l'accord.

    Mais peu de temps après, des questions se sont posées quant à savoir s'il irait jusqu'au bout. Une vente mondiale d'actions technologiques a profondément réduit sa valeur nette personnelle, dont il avait tiré parti pour obtenir des engagements pour l'emprunt dont il avait besoin pour acheter Twitter. Bien que Twitter Inc ait un dossier juridique solide contre Elon Musk, l’équipe dirigeante pourrait opter pour une renégociation ou un règlement au lieu d'une longue bataille judiciaire, selon des experts juridiques.

    Une audience de 90 minutes aura lieu la semaine prochaine, le 19 juillet à 11 heures, pour décider de la date du procès, selon Bloomberg et Reuters.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Pourquoi selon vous, Musk préfère repousser la date du procès de Twitter ? Quel impact ? Bonne ou mauvaise idée ?

    Voir aussi :

    Elon Musk renonce à acheter Twitter, évoquant la violation des obligations contractuelles. Twitter ne lui aurait pas fourni toutes les informations demandées sur le nombre de comptes spam

    Twitter va poursuivre Elon Musk en justice pour avoir essayé de se retirer de l'accord, Musk a signé un accord de fusion contraignant, mais il veut maintenant s'en retirer

    Refus d'Elon Musk d'honorer son engagement de rachat de Twitter : Twitter a un avantage juridique dans ce lourd litige, selon des experts

    Les trois raisons pour lesquelles Elon Musk a annulé son acquisition de Twitter, parmi lesquelles des « représentations matériellement inexactes » sur les utilisateurs actifs quotidiens monétisables
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #312
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 146
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 146
    Points : 172 216
    Points
    172 216
    Par défaut Elon Musk a des raisons de s'inquiéter quant au juge qui devrait statuer sur le procès de Twitter
    Elon Musk a des raisons de s'inquiéter quant au juge qui devrait statuer sur le procès de Twitter,
    Kathaleen McCormick a contraint un acheteur réticent qui voulait se retirer d'un accord de fusion à aller jusqu'au bout en 2021

    Un juge entendra mardi les arguments de la demande de Twitter Inc. pour un procès en septembre dans son procès visant à maintenir Elon Musk, la personne la plus riche du monde, à propos de son contrat de 44 milliards de dollars pour la plate-forme de médias sociaux, selon un dossier judiciaire. Kathaleen McCormick, la chancelière de la Cour de chancellerie du Delaware, a fixé une audience de 90 minutes à partir de 11h HE à Wilmington.

    Musk n'est pas étranger à la Cour de chancellerie du Delaware. L'année dernière, le PDG de Tesla l'a emporté dans un procès intenté par les actionnaires de la société. Le tribunal a également statué sur des affaires impliquant Facebook, Goldman Sachs et McDonald's. De nombreuses entreprises publiques, dont environ les deux tiers des Fortune 500, sont constituées dans le Delaware, et bien que le système fiscal favorable aux entreprises de l'État en soit une grande raison, il en va de même pour sa Cour de chancellerie, qui est compétente en matière de droit des sociétés.

    La Cour de la chancellerie du Delaware est plus spécialisée que la plupart des tribunaux des États-Unis. Alors que d'autres tribunaux examinent les affaires dans lesquelles une partie demande des dommages-intérêts à une autre, la Cour de la chancellerie ne le fait pas. Au lieu de cela, c'est une « cour d'équité ». Comme l'explique David Margules, associé du cabinet d'avocats Ballard Spahr basé à Wilmington, : « Vous demandez au tribunal de rendre une ordonnance qui oblige quelqu'un à faire quelque chose ou qui interdit à quelqu'un de faire quelque chose ». C'est ce que fait Twitter dans ce cas.

    Les experts pensent que les entreprises peuvent préférer les tribunaux d'équité parce qu'elles savent que les juges comprennent les tenants et les aboutissants du droit des sociétés. Ils se familiarisent intimement avec la jurisprudence et peuvent traiter les affaires de manière sophistiquée et efficace. Dans d'autres tribunaux, les juges ont tendance à être tirés dans de nombreuses directions différentes.


    Elon Musk a des raisons de s'inquiéter du fait que le juge de la Cour de chancellerie du Delaware s'occupe du procès de Twitter contre lui. Kathaleen McCormick, la chancelière du tribunal, ou juge en chef, « a une réputation sans fioritures ainsi que la distinction d'être l'un des rares juristes à avoir jamais ordonné à un acheteur réticent de conclure une fusion d'entreprises américaines », notent les médias américains.

    Kathaleen McCormick a repris le rôle de chancelière ou de juge en chef de la Cour de la chancellerie l'année dernière, la première femme à ce poste. Mercredi, elle s'est vu confier le procès Twitter qui vise à forcer Musk à conclure son accord pour le rachat de la plateforme de médias sociaux, qui promet d'être l'une des plus grandes confrontations juridiques depuis des années.

    « Elle a déjà la réputation de ne pas supporter certains des pires comportements que nous voyons dans ces domaines lorsque les gens veulent se retirer des accords », a déclaré Adam Badawi, professeur de droit spécialisé dans la gouvernance d'entreprise à l'Université de Californie, Berkeley. Par exemple, l'année dernière, McCormick a ordonné à une filiale de la société de capital-investissement Kohlberg & Co LLC de conclure son achat de 550 millions de dollars de DecoPac Holding Inc, qui fabrique des produits de décoration de gâteaux. « C'est une juge sérieuse et sensée », a conclu Adam Badawi.

    La décision d'avril 2021 de McCormick dans cette affaire, disponible sur le site Web du tribunal, était centrée sur une clause d'exécution spécifique dans le contrat d'achat, similaire à la clause que Twitter cite dans sa tentative de forcer Musk à finaliser son achat de 44 milliards de dollars. « Marquant une victoire pour la certitude de l'accord, cette décision après le procès résout tous les problèmes en faveur du vendeur et ordonne aux acheteurs de conclure le contrat d'achat », a écrit McCormick dans la décision.

    « Les acheteurs ont perdu leur appétit pour l'accord peu de temps après sa signature, car les entités gouvernementales ont émis des ordonnances de confinement à domicile dans tout le pays et les ventes hebdomadaires de DecoPac ont chuté précipitamment... Plutôt que de déployer tous les efforts raisonnables pour parvenir à un accord de crédit définitif, les acheteurs ont appelé leur avocat et ont commencé à évaluer les moyens de se retirer de l'accord », a noté la décision de McCormick. « Sans l'apport de la direction de DecoPac, ils ont préparé une nouvelle prévision draconienne des ventes prévues de DecoPac sur la base d'hypothèses mal informées (et largement inexpliquées) qui étaient incompatibles avec les données de vente en temps réel ».

    L'accord Kohlberg / DecoPac a été conclu moins de trois semaines après la décision de McCormick.

    Nom : twitter.png
Affichages : 1384
Taille : 217,9 Ko
    Parag Agrawal, PDG de Twitter

    Le procès de Twitter cite un contrat « favorable au vendeur »

    Twitter a poursuivi Musk mardi, quelques jours après que le PDG de Tesla et SpaceX a envoyé une lettre prétendant mettre fin à leur accord de fusion.

    Cette rétractation « fait suite à une longue liste de violations contractuelles importantes par Musk qui ont jeté un voile sur Twitter et ses activités. Twitter intente cette action pour interdire à Musk de nouvelles violations, pour contraindre Musk à remplir ses obligations légales et pour contraindre la consommation de la fusion à la satisfaction des quelques conditions en suspens », a indiqué le réseau social dans sa plainte.

    « Twitter a négocié pour lui-même un droit solide d'exiger l'exécution spécifique des conditions de l'accord qui englobait le droit de contraindre les défendeurs à conclure l'accord, et s'est assuré que Musk était personnellement lié par cette disposition (entre autres) », a insisté la plateforme de microblogging.

    « Alors Musk veut se défaire de ses obligations contractuelles. Plutôt que de supporter le coût du ralentissement du marché, comme l'exige l'accord de fusion, Musk veut le transférer aux actionnaires de Twitter », indique la plainte. « Depuis la signature de l'accord de fusion, Musk a dénigré à plusieurs reprises Twitter et l'accord, créant un risque commercial pour Twitter et une pression à la baisse sur le cours de son action ».

    « Ayant monté un spectacle public pour mettre Twitter en jeu, et ayant proposé puis signé un accord de fusion favorable aux vendeurs, Musk croit apparemment qu'il est libre, contrairement à toutes les autres parties soumises au droit des contrats du Delaware, de changer d'avis, de détruire l'entreprise, de perturber ses opérations, de détruire la valeur des actionnaires et de s'en aller ».

    L'accord de fusion stipule que si Twitter remplit ses obligations en vertu de l'accord, il « aura droit à une exécution spécifique ou à un autre recours équitable » pour « amener l'investisseur en capital [Elon Musk] à apporter le financement en capital, ou à faire respecter l'obligation de l'investisseur en capital de financer directement le financement par actions et réaliser la clôture*».

    Citation Envoyé par accord entre Elon Musk et Twitter
    Twitter ou la société mère peut résilier l'accord de fusion si, parmi certaines autres circonstances, (1) la fusion n'a pas été réalisée au plus tard le 24 octobre 2022, date qui sera prolongée de six mois si les conditions de clôture liées aux lois antitrust et les autorisations d'investissement étranger et l'absence de toute loi ou ordonnance applicables rendant illégale ou interdisant la Fusion n'ont pas été satisfaites à cette date; ou (2) les actionnaires de Twitter n'adoptent pas l'accord de fusion. Twitter peut résilier l'accord de fusion dans certaines circonstances limitées supplémentaires, notamment pour permettre à Twitter de conclure un accord définitif pour une proposition d'acquisition concurrente qui constitue une proposition supérieure (telle que définie dans l'accord de fusion). La société mère peut résilier l'accord de fusion dans certaines circonstances limitées supplémentaires, y compris avant l'adoption de l'accord de fusion par les actionnaires de Twitter si le conseil d'administration recommande aux actionnaires de Twitter de voter contre l'adoption de l'accord de fusion ou en faveur de toute proposition d'acquisition concurrente.

    À la résiliation de l'accord de fusion dans des circonstances limitées spécifiées, Twitter devra payer à la société mère des frais de résiliation de 1,0 milliard de dollars. Plus précisément, cette indemnité de résiliation est due par Twitter à la société mère parce que (1) Twitter résilie l'accord de fusion pour permettre à Twitter de conclure un accord définitif pour une proposition d'acquisition concurrente qui constitue une proposition supérieure; ou (2) la société mère résilie l'accord de fusion parce que le conseil d'administration recommande aux actionnaires de Twitter de voter contre l'adoption de l'accord de fusion ou en faveur de toute proposition d'acquisition concurrente. Cette indemnité de résiliation sera également due par Twitter à la société mère dans le cas où, généralement, (1) une proposition d'acquisition concurrente pour 50 % ou plus des actions ou des actifs consolidés de Twitter a été annoncée publiquement et n'a pas été retirée, (2) l'accord de fusion est résilié parce que les actionnaires de Twitter n'adoptent pas l'accord de fusion ou parce que Twitter enfreint substantiellement l'accord de fusion, et (3) dans les douze mois suivant cette résiliation de l'accord de fusion, Twitter conclut un accord définitif prévoyant une proposition d'acquisition concurrente pour 50 % ou plus des actions ou des actifs consolidés de Twitter et cette acquisition est par la suite consommée.

    À la résiliation de l'accord de fusion dans d'autres circonstances limitées spécifiées, la société mère sera tenue de payer à Twitter des frais de résiliation de 1,0 milliard de dollars. Plus précisément, cette indemnité de résiliation est payable par la société mère à Twitter si l'accord de fusion est résilié par Twitter parce que (1) les conditions des obligations de la société mère et du sous-traitant d'acquisition pour réaliser la fusion sont remplies et la société mère ne parvient pas à réaliser la fusion comme requis en vertu de, et dans les circonstances spécifiées dans l'accord de fusion*; ou (2) les manquements de la société mère ou de la filiale d'acquisition à ses déclarations, garanties ou engagements d'une manière qui entraînerait le non-respect des conditions de clôture correspondantes. M. Musk a fourni à Twitter une garantie limitée en faveur de Twitter (la « Garantie limitée »). La Garantie Limitée garantit, entre autres, le paiement des frais de résiliation payables par la société mère à Twitter, sous réserve des conditions énoncées dans la Garantie Limitée.
    L'accord Musk/Twitter est « convivial pour les vendeurs », n'a « pas de contingence financière ni condition de diligence » et « est soutenu par des engagements hermétiques en matière de dette et de capitaux propres », indique la plainte de Twitter. Musk a tenté de se retirer de l'accord après que la baisse du marché boursier ait réduit sa valeur nette, et il « croit apparemment qu'il - contrairement à toutes les autres parties soumises au droit des contrats du Delaware - est libre de changer d'avis, de détruire l'entreprise, de perturber ses opérations, de détruire la valeur des actionnaires et s'en aller", a déclaré Twitter au tribunal.

    Alors que Musk affirme que Twitter a rompu l'accord de fusion en ne fournissant pas toutes les données de spam qu'il avait demandées, Twitter a déclaré qu'il avait fourni suffisamment de données et que Musk avait évoqué « une réalité alternative dans laquelle Twitter n'avait pas coopéré ». Les demandes de données de spam de Musk sont également arrivées trop tard car il a fait son offre d'achat « sans demander aucune représentation de Twitter concernant ses estimations de spam ou de faux comptes », a déclaré la plainte.

    Nom : cour.png
Affichages : 1454
Taille : 702,9 Ko
    La chancelière Kathaleen McCormick de la Cour de la chancellerie du Delaware, assise au milieu et entourée des vice-chanceliers et des maîtres en chancellerie de la cour.

    « Un juge sérieux et pragmatique »

    McCormick siège à la Cour de chancellerie du Delaware depuis 2018 et en est la chancelière depuis mai 2021. Elle a été nommée à ce poste par le gouverneur du Delaware, John Carney.

    À la Cour de la chancellerie du Delaware, les affaires sont « tranchées par le juge président et non par un jury, bien que le juge puisse appeler un jury consultatif pour l'aider à consulter. La décision du juge peut faire l'objet d'un appel devant la Cour suprême de l'État, dont la décision est définitive », a noté le New York Times.

    Twitter a fait pression pour qu'un procès de quatre jours ait lieu le 19 septembre, justifiant sa demande d'accélérer les choses étant donné que l'accord de fusion entre Musk et Twitter a une « date limite présumée » du 24 octobre. Cependant, l'équipe de Musk demande que le procès n'ait pas lieu avant le 13 février 2023 au plus tôt.

    Et si Elon Musk refusait de se conformer à une décision de justice ?

    Si le tribunal décide que Musk doit achever la fusion et qu'il refuse, « la Cour de chancellerie du Delaware peut condamner quelqu'un pour outrage au tribunal et elle a le pouvoir d'envoyer quelqu'un en prison ».

    Mais Michael Hanrahan, associé du cabinet d'avocats Prickett, Jones & Elliott, qui est membre du barreau du Delaware depuis plus de 40 ans, suggère qu'il existe un autre moyen pour le tribunal de tenir Musk responsable s'il ne se conforme pas à un décision qui ne va pas dans son sens.

    La saisie financière est une autre possibilité d'exécution, car Tesla et SpaceX sont tous deux incorporés dans le Delaware. « Elon Musk détient de nombreuses actions dans des sociétés du Delaware, qui peuvent faire l'objet d'une saisie dans le Delaware… donc, il peut y avoir des moyens de le contraindre à aller jusqu'au bout », a déclaré Michael Hanrahan.

    Source : dossier judiciaire, affaire concernant une filiale de la société de capital-investissement Kohlberg & Co LLC

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

    Voir aussi :

    Elon Musk renonce à acheter Twitter, évoquant la violation des obligations contractuelles. Twitter ne lui aurait pas fourni toutes les informations demandées sur le nombre de comptes spam
    Twitter va poursuivre Elon Musk en justice pour avoir essayé de se retirer de l'accord, Musk a signé un accord de fusion contraignant, mais il veut maintenant s'en retirer
    Refus d'Elon Musk d'honorer son engagement de rachat de Twitter : Twitter a un avantage juridique dans ce lourd litige, selon des experts
    Les trois raisons pour lesquelles Elon Musk a annulé son acquisition de Twitter, parmi lesquelles des « représentations matériellement inexactes » sur les utilisateurs actifs quotidiens monétisables
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #313
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    359
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 359
    Points : 1 265
    Points
    1 265
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?
    CHEH
    Petit rappel :
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Nom : elo,.png
Affichages : 8492
Taille : 298,5 KoNom : musk.png
Affichages : 4757
Taille : 290,1 Ko
    CA a pas l'air de leur faire si peur que ça.

  14. #314
    Nouveau membre du Club
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    mars 2018
    Messages
    6
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 57
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : mars 2018
    Messages : 6
    Points : 27
    Points
    27
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    CHEH
    Petit rappel :
    CA a pas l'air de leur faire si peur que ça.
    Tu as oublié la 5eme image : "Vous êtes condamné à racheter Twitter pour 44 milliards de $"

  15. #315
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    décembre 2019
    Messages
    204
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2019
    Messages : 204
    Points : 833
    Points
    833
    Par défaut
    J'espère qu'ils vont démolir ce fou furieux et le condamner à racheter Twitter.

    Ayant monté un spectacle public pour mettre Twitter en jeu, et ayant proposé puis signé un accord de fusion favorable aux vendeurs, Musk croit apparemment qu'il est libre, contrairement à toutes les autres parties soumises au droit des contrats du Delaware, de changer d'avis, de détruire l'entreprise, de perturber ses opérations, de détruire la valeur des actionnaires et de s'en aller
    C'est tellement vrai !!!

  16. #316
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    359
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 359
    Points : 1 265
    Points
    1 265
    Par défaut
    Autant je trouve réjouissant que Musk soit obligé de racheter Twitter alors qu'il ne semble pas en avoir envie, autant je me demande ce qu'en pensent les employés de l'entreprise.
    Ils se retrouvent au milieu d'une guerre pour se débarrasser de leur source de revenu entre des riches et un encore plus riche.

    Cette guerre ne va probablement pas se régler en 2 semaines.
    Donc Twitter va stagner, et donc décliner, pendant plusieurs mois, mettant en danger l'emploi centaine de personnes.
    Et si Musk achète Twitter il va probablement commencer par virer 10-20% du personnel.

    Je ne pleurerais pas le jour où Twitter disparaitra mais je trouves révoltant l'impact sur les gens "normaux" de la guerre entre des puissants.

  17. #317
    Expert éminent
    Avatar de pmithrandir
    Homme Profil pro
    Responsable d'équipe développement
    Inscrit en
    mai 2004
    Messages
    2 298
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Haute Garonne (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable d'équipe développement
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mai 2004
    Messages : 2 298
    Points : 6 696
    Points
    6 696
    Par défaut
    Je trouve dommage qu un des seul réseau social que je trouve utile soit pris dans cette tourmente.

    Je ne parle pas des bêtises que l on trouve dessus, mais cette offre d échange ultra rapide avec le monde entier pour s informer.

    En 2010, dans la boîte chez qui je travaillais à Toronto, nous avons subit une coupure de courant.
    5 minutes plus tard nous savions qu un transformateur était en feu et que ça ne serait pas réparé avant le lendemain. Tout le monde est rentré chez soit comme nous le pouvions. Métro arrêté bien sûr.

    Qq années plus tard a Bucarest, quand je ressentais un tremblement de terre, twitter mettait environ 30 a 40 secondes pour avoir l information, et 2 a 3 minutes pour qu une agence d état diffuse les infos techniques. Force, épicentre, répliques etc...

    On peut aussi parler de cette possibilité pour chaque organisme, public comme privé, d afficher une infos en ligne lisible par un nombre illimités d utilisateurs.
    Imaginez le site des transports en commun d une petite ville prévu pour accueillir 100 utilisateurs simultanés. Un jour il y a une attaque Terroriste sur un bus.
    Ce n est pas leur site qui tiendra la charge contre les milliers de connexions qui vont imancablement arriver. En revanche twitter encaissera sans broncher plusieurs millions de requêtes.

    J espère donc vivement que Twitter 'e sera pas rachèté par ce guignol et qu il leur versera une belle somme.

  18. #318
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 018
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 018
    Points : 20 692
    Points
    20 692
    Par défaut Un juge autorise Twitter à accélérer son procès contre Musk
    Un juge autorise Twitter à accélérer son procès contre Musk,
    pour la première fois, les représentants d'Elon Musk et de Twitter se sont affrontés au tribunal

    Alors que Twitter poursuit Musk pour le forcer à conclure son acquisition pour 44 milliards de dollars, l'entreprise voulait accélérer le procès pour qu'il se déroule en septembre sur quatre jours. Mais le PDG de SpaceX et Tesla voulait attendre jusqu'en février pour un procès de 10 jours, affirmant qu'il serait injuste d'aller au tribunal si tôt. Aujourd'hui, la juge Kathaleen McCormick a décidé que l'épreuve de force entre Twitter et Musk serait accélérée et aurait lieu en octobre, plutôt qu'en février.

    L'équipe juridique d'Elon Musk avait déclaré dans une précédente sortie que l'entreprise Twitter exige un procès déraisonnablement rapide. En réponse, l'équipe de Musk aurait demandé que l'affaire ne soit pas entendue avant l'année prochaine. Toutefois, le tribunal estime que l'affaire devrait être jugée en cinq jours, ce qui est légèrement plus long que la proposition de Twitter.

    Nom : twitter.png
Affichages : 866
Taille : 46,6 Ko

    Twitter a fait pression pour que le procès ait lieu à la mi-septembre, justifiant sa demande d'accélérer les choses étant donné que l'accord de fusion entre Musk et Twitter a une « date limite présumée » du 24 octobre. Cependant, l'équipe de Musk demande que le procès n'ait pas lieu avant le 13 février 2023 au plus tôt, note le dépôt. Ce n'est pas tout à fait aussi tôt que Twitter voulait aller en justice, mais la décision favorise toujours la société par rapport à son acheteur présumé.

    Dans un document déposé hier, Twitter a fait valoir que l'entreprise est lésée chaque jour que dure son différend avec Musk, de sorte que l'affaire doit être jugée dès que possible. La société a également déclaré que le calendrier proposé par Musk, qui prévoit un procès en février, était « calculé pour compliquer et rendre difficile le processus ». « Des millions d'actions Twitter s'échangent quotidiennement sous un nuage de doute créé par Musk », écrit Twitter. « Aucune entreprise publique de cette taille n'a jamais eu à supporter ces incertitudes ».

    « La demande soudaine de Twitter de passer à la vitesse supérieure après deux mois de tergiversations et de confusion est sa dernière tactique pour dissimuler la vérité sur les comptes de spam suffisamment longtemps pour forcer les défendeurs à conclure », écrit l'équipe juridique de Musk. Le dossier indique qu'une analyse du nombre de robots de Twitter prendra beaucoup de temps, mais que ce processus est « fondamental » pour déterminer la valeur de Twitter.

    Depuis 2013, Twitter minimise la propagation des faux comptes sur sa plateforme, soutenant que les comptes « faux ou spam » représentent moins de 5 % de sa base d'utilisateurs, même si des chercheurs indépendants ont déclaré que le nombre pourrait être trois fois plus élevé. La société de médias sociaux serait vendue à Elon Musk pour environ 44 milliards de dollars. Musk était censé payer 54,20 $ en cash par action pour la plateforme basée à San Francisco, qui serait alors désormais privatisée après des jours d'intenses négociations entre l'entrepreneur et le conseil d'administration.

    La transaction, qui a été approuvée à l'unanimité par le conseil d'administration de Twitter, aurait dû être finalisée cette année. La société a confirmé que Musk, dont la fortune est estimée à 259 milliards de dollars, avait obtenu 25,5 milliards de dollars de financement par emprunt et par prêt et fournissait 21 milliards de dollars d'engagement en fonds propres.

    Dans une interview du 14 avril à TED 2022, Musk a cité ce problème de robots de Twitter comme la première chose qu'il changerait en tant que nouveau propriétaire de Twitter. « Une priorité absolue que j'aurais serait d'éliminer les spambots et les scambots, ainsi que les armées de bots qui sont sur Twitter », a-t-il déclaré. « Ils rendent le produit bien pire ». « Nous allons défaire les robots diffusant des spams et authentifier les comptes tenus par de véritables êtres humains », a-t-il indiqué.

    Pendant ce temps, le propre nombre de followers de Musk est considérablement augmenté par de faux comptes. Sur environ 87,9 millions d'abonnés actuels de Musk, SparkToro estime qu'environ 48 % sont des faux, c'est-à-dire des comptes « inaccessibles et qui ne verront pas les tweets du compte » (soit parce qu'ils sont du spam, des bots, de la propagande, etc. soit parce qu'ils ne sont pas plus actifs sur Twitter).

    Le 8 juillet, Elon Musk a mis fin à l’accord passé pour racheter le réseau social. Raison principale pour laquelle Twitter a choisi de poursuivre Musk. Lors de l'audience, les avocats de Musk ont fait valoir qu'ils avaient besoin de plus de temps pour enquêter sur le "firehose" de données que Twitter a fourni pour tenter de confirmer ses estimations selon lesquelles moins de 5 % des utilisateurs actifs quotidiens monétisables (mDAU) sont des bots. Apparemment, l'équipe de Musk effectue des millions de recherches sur ces données afin de mieux comprendre les calculs de la plateforme, qui apparaissent régulièrement dans les documents déposés auprès de la SEC depuis que l'entreprise est entrée en bourse en 2013.

    Étant donné que Musk prétend que Twitter a violé les conditions de l'accord en ne communiquant pas les informations commerciales essentielles relatives aux robots, il est clair qu'il essaie de se retirer sans rien payer. L'indemnité de rupture n'est pas mentionnée dans le document déposé auprès de la SEC, qui expose les raisons de son retrait de l'accord. Bien que l'équipe de Musk reste fidèle à son affirmation selon laquelle Twitter ment sur le nombre de bots présents sur la plateforme, Twitter estime que le véritable problème en jeu est le ralentissement macroéconomique.

    La décision affichée d'Elon Musk ne garantit pas que l'acquisition n'aura pas lieu. « Il a signé un accord qu'il est légalement obligé de respecter », a tweeté Ann Lipton, professeure de droit à l'université de Tulane. On ne sait pas exactement ce que Musk accepterait, a dit Lipton. « Je ne sais pas si Musk veut simplement faire baisser d'un ou deux dollars le prix de l'action », a-t-elle ajouté.


    « Dans son communiqué de presse annonçant l'opération le 25 avril 2022, Musk a lancé un appel au clairon pour "vaincre les robots spammeurs". Mais lorsque le marché a baissé et que l'accord à prix fixe est devenu moins attrayant, Musk a changé de discours, exigeant soudainement une "vérification" que le spam n'était pas un problème grave sur la plateforme de Twitter, et affirmant qu'il avait un besoin urgent de mener une "diligence" qu'il avait expressément abandonnée », écrit Twitter dans son procès contre Musk.

    Pourtant, l'équipe de Musk a fait valoir qu'il n'était pas logique que le magnat fasse baisser le cours de l'action Twitter, puisqu'il est actuellement le deuxième plus gros actionnaire de la société. Cependant, il a publiquement utilisé son compte Twitter pour demander à la SEC d'enquêter sur la société.

    Avec autant de drames et de conflits, il pourrait sembler absurde que Twitter oblige Musk à acheter une société à laquelle il est très hostile. Il n'en reste pas moins que l'offre signée par Musk reste bien trop alléchante pour être refusée. Alors que l'action Twitter se négocie autour de 40 dollars au moment de la publication, l'offre de Musk valorise la société à 54,20 dollars par action.

    Que pensez-vous de la décision du juge d'accélérer le procès contre Musk ?

    Voir aussi :

    Elon Musk veut que le procès de Twitter attende jusqu'en février 2023, son équipe juridique a qualifié de « vitesse de croisière » la volonté de Twitter d'ouvrir un procès

    Elon Musk renonce à acheter Twitter, évoquant la violation des obligations contractuelles. Twitter ne lui aurait pas fourni toutes les informations demandées sur le nombre de comptes spam

    Twitter va poursuivre Elon Musk en justice pour avoir essayé de se retirer de l'accord, Musk a signé un accord de fusion contraignant, mais il veut maintenant s'en retirer

    Elon Musk veut savoir combien d'utilisateurs de Twitter sont en réalité des bots, un « échantillonnage aléatoire de 100 followers » sera effectué
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #319
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 387
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 387
    Points : 1 356
    Points
    1 356
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    A t'entendre Musk et Trump seraient des anges à côté d'eux ??
    À ma connaissance, aucun d'eux n'a incité des mouvements comme BLM et Antifa.

  20. #320
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 387
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 387
    Points : 1 356
    Points
    1 356
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Autant je trouve réjouissant que Musk soit obligé de racheter Twitter alors qu'il ne semble pas en avoir envie, autant je me demande ce qu'en pensent les employés de l'entreprise.
    Vous achèteriez une compagnie qui risque d'être poursuivi par les actionnaires et les publicistes? Surtout pas pour plusieurs milliards!

    S'il s'avère qu'il y a plus de 5% de bot. Twitter va être dans l'eau chaude. Imagine que tu achète une voiture. Et qu'au moment de l'achat, tu découvre qu'elle a des problèmes mécanique et qu'elle risque de prendre feu. Tu crois qu'un juge te forcerais à payer ?

    Pour un contrat de cette somme, il y a surement des protections dans le contrat contre des risques cachés.

    Tu ne crois pas qu'une compagnie comme Disneys ne payent pas des gens pour faire des commentaires positifs sur leur produits? C'est la toutes nouvelles formes de publicité à la mode. Et tu peux être certain que la pratique est très commune sur les réseaux sociaux. Et cela fonctionne également pour les campagnes politiques.

    Donc 20% de bots ne serait pas vraiment surprenant.

Discussions similaires

  1. Réponses: 9
    Dernier message: 17/05/2021, 07h33
  2. L'IA de génération de texte d'Elon Musk trop dangereuse pour être rendue publique
    Par Stan Adkens dans le forum Intelligence artificielle
    Réponses: 18
    Dernier message: 12/06/2020, 19h41
  3. Réponses: 4
    Dernier message: 24/04/2019, 17h43
  4. Réponses: 47
    Dernier message: 08/08/2018, 12h24
  5. Réponses: 10
    Dernier message: 25/07/2017, 11h32

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo