IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Sécurité Discussion :

Comment l'interdiction de Kaspersky par les États-Unis pourrait affecter les distributeurs


Sujet :

Sécurité

  1. #21
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2005
    Messages
    1 622
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2005
    Messages : 1 622
    Points : 7 563
    Points
    7 563
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
    Pensez-vous que cette interdiction est crédible ou pertinente ?
    Quelle hypocrisie...
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  2. #22
    Membre éclairé
    Profil pro
    maçon
    Inscrit en
    Novembre 2004
    Messages
    269
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Haute Loire (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : maçon

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2004
    Messages : 269
    Points : 693
    Points
    693
    Par défaut
    Pensez-vous que cette interdiction est crédible ou pertinente ?
    Quelle hypocrisie...
    Développe un peu ?

  3. #23
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 233
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 233
    Points : 86 118
    Points
    86 118
    Par défaut Les États-Unis interdisent l'antivirus Kaspersky en raison de problèmes de sécurité liés à la Russie
    Les États-Unis interdisent l'antivirus Kaspersky en raison de problèmes de sécurité liés à la Russie, le logiciel Kaspersky pourrait poser de graves risques pour les infrastructures critiques américaines

    Les États-Unis interdisent l'antivirus Kaspersky en raison de problèmes de sécurité liés à la Russie. Le logiciel Kaspersky pourrait installer des logiciels malveillants et poser de graves risques pour les infrastructures critiques américaines.

    Kaspersky Lab, une multinationale russe, développe et vend des antivirus, des solutions de sécurité Internet, de gestion des mots de passe, de sécurité des points d'accès et d'autres produits et services de cybersécurité. Kaspersky Lab, dont le siège se trouve à Moscou en Russie, est gérée par une société holding au Royaume-Uni.

    Kaspersky a fait l'objet d'une controverse à la suite d'allégations selon lesquelles elle aurait collaboré avec le Service fédéral de sécurité russe (FSB), allégations que l'entreprise a activement démenties. En 2017, le ministère américain de la Sécurité intérieure a interdit l'utilisation des produits Kaspersky dans tous les services gouvernementaux. Récemment, l'administration Biden a annoncé son intention d'interdire la vente des logiciels antivirus de Kaspersky Lab aux États-Unis, citant les liens étroits de l'entreprise avec le gouvernement russe comme un risque critique.

    C'est chose faite. Les États-Unis viennent d'interdir l'antivirus Kaspersky en raison de problèmes de sécurité liés à la Russie, à compter du 20 juillet. Le ministère américain du commerce a interdit l'utilisation de l'antivirus Kaspersky, empêchant ainsi la société russe de vendre ses produits de sécurité aux États-Unis.

    Nom : 1.jpg
Affichages : 4046
Taille : 38,1 Ko

    Cette décision fait suite à une enquête menée par le Bureau de l'industrie (BIS) du ministère du commerce, qui a déterminé que les produits de Kaspersky présentaient des risques importants pour la sécurité, citant les liens de Kaspersky avec le gouvernement russe et l'utilisation abusive potentielle d'informations sensibles sur les clients américains comme principales raisons de l'interdiction.

    L'enquête a révélé que les logiciels Kaspersky pouvaient installer des logiciels malveillants et retenir des mises à jour essentielles, ce qui présente de graves risques pour les infrastructures critiques des États-Unis. Ces vulnérabilités pourraient conduire au vol de données, à l'espionnage et à des dysfonctionnements du système, menaçant ainsi la sécurité économique et la santé publique. Cette décision étend l'interdiction de 2017 qui visait les produits Kaspersky dans toutes les agences gouvernementales américaines, en incluant désormais l'utilisation par les consommateurs et les entreprises.

    À compter du 20 juillet, Kaspersky et ses filiales n'ont plus le droit de vendre ou d'octroyer des licences pour leurs produits de cybersécurité aux États-Unis. Le 29 septembre, les revendeurs et les développeurs tiers ne pourront plus vendre ou intégrer les logiciels Kaspersky. Les utilisateurs actuels de Kaspersky aux États-Unis ont jusqu'au 29 septembre pour passer à des solutions alternatives, y compris des options populaires comme Malwarebytes Anti-Malware, Avast Free Antivirus, Bitdefender Antivirus et bien d'autres.


    Voici l'annonce de l'interdiction de Kaspersky par l'administration Biden :

    Interdiction de Kaspersky Lab, Inc

    Afin de protéger notre nation, le ministère du commerce (Department of Commerce) a publié une décision finale interdisant à Kaspersky Lab, Inc. et à ses sociétés affiliées, filiales et sociétés mères (Kaspersky) de s'engager dans des transactions impliquant la fourniture de certains produits et services de cybersécurité et d'antivirus à des personnes américaines. Conformément à cette décision finale, toute revente de logiciels de cybersécurité ou d'antivirus de Kaspersky, toute intégration de logiciels de cybersécurité ou d'antivirus de Kaspersky dans d'autres produits et services, ou toute concession de licence de logiciels de cybersécurité ou d'antivirus de Kaspersky à des fins de revente ou d'intégration dans d'autres produits ou services, sont interdites aux États-Unis ou par les ressortissants américains.

    Les produits et services de Kaspersky présentent un risque inacceptable pour la sécurité nationale des États-Unis et la sécurité des personnes américaines, ainsi qu'un risque excessif de subversion ou de sabotage de l'intégrité et du fonctionnement des technologies et services de l'information et de la communication (TSIC) aux États-Unis. En particulier, il existe un risque important d'atteinte à l'intégrité et au fonctionnement des ICTS et de la chaîne d'approvisionnement des TSIC aux États-Unis.

    Pourquoi les produits Kaspersky ont-ils été interdits ?

    Le Bureau de l'industrie et de la sécurité (BIS) a procédé à un examen des transactions de Kaspersky en matière de cybersécurité et d'antivirus en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par l'ordre exécutif 13873 et le règlement 15 C.F.R. Part 7. L'Office of Information and Communications Technology and Services (OICTS) au sein du BIS a déterminé que les transactions présentaient un certain nombre de risques pour les États-Unis et les a donc interdites.

    Pourquoi les produits Kaspersky sont-ils considérés come un risque pour la sécurité ?

    Le BIS a constaté que les dangers des produits et services de Kaspersky en matière de cybersécurité et d'antivirus ("offres TSIC") posent des risques inacceptables pour la sécurité nationale des États-Unis ainsi que pour la sécurité et la sûreté de sa population. Les facteurs de risque pris en compte sont les suivants :

    • Les menaces posées par la Fédération de Russie (Russie).
    • Les vulnérabilités que les produits TSIC de Kaspersky créent pour la sécurité nationale des États-Unis.
    • La sécurité et les conséquences de l'exploitation par la Russie des vulnérabilités présentées.


    Le BIS a constaté que les produits TSIC de Kaspersky présentent les risques suivants pour la sécurité nationale des États-Unis ainsi que pour la sécurité et la sûreté des personnes américaines :

    • La Russie est un adversaire étranger qui continue de menacer les États-Unis.
    • Kaspersky est soumis à la juridiction, au contrôle ou à la direction du gouvernement russe.
    • Les logiciels Kaspersky permettent au gouvernement russe d'accéder à des informations sensibles sur les clients américains.
    • Le logiciel Kaspersky permet d'installer des logiciels malveillants et de retenir des mises à jour essentielles.
    • La manipulation du logiciel Kaspersky, y compris dans les infrastructures critiques américaines, peut entraîner des risques importants de vol de données, d'espionnage et de dysfonctionnement du système. Elle peut également mettre en péril la sécurité économique et la santé publique du pays, entraînant des blessures ou des pertes de vies humaines.


    Quelles sont les applications de cette interdiction ?

    Le BIS a émis une décision finale qui interdit à Kaspersky de s'engager dans les transactions TSIC suivantes aux États-Unis ou avec des personnes américaines :

    • Les transactions TSIC impliquant tout produit ou service de cybersécurité conçu, développé, fabriqué ou fourni, en tout ou en partie, par Kaspersky, y compris les produits et services énumérés à l'annexe B de la décision finale ;
    • les transactions TSIC impliquant tout logiciel anti-virus conçu, développé, fabriqué ou fourni, en tout ou en partie, par Kaspersky, y compris les produits et services énumérés à l'annexe B de la décision finale ; et
    • les transactions TSIC impliquant l'intégration de logiciels conçus, développés, fabriqués ou fournis, en tout ou en partie, par Kaspersky dans des produits ou services de tiers (par exemple, des produits ou services "en marque blanche").


    La décision finale prend effet comme suit :

    A 12h00 EDT le 20 juillet 2024, il est interdit à Kaspersky de conclure tout nouvel accord avec des personnes américaines impliquant une ou plusieurs transactions ICTS identifiées ci-dessus.

    À 12h00 EDT le 29 septembre 2024, il sera interdit à Kaspersky, ainsi qu'à ses successeurs ou cessionnaires, de :

    • de fournir des mises à jour de signatures antivirus et des mises à jour de bases de code associées aux transactions ICTS identifiées ci-dessus ; et
    • d'exploiter le Kaspersky Security Network (KSN) aux États-Unis ou sur le système informatique d'une personne américaine.


    À 12h00 EDT le 29 septembre 2024, ce qui suit est interdit :

    • La revente de logiciels de cybersécurité ou d'anti-virus Kaspersky ;
    • d'intégrer les logiciels de cybersécurité ou d'antivirus de Kaspersky dans d'autres produits et services ; et
    • l'octroi de licences pour les logiciels de cybersécurité ou d'antivirus de Kaspersky à des fins de revente ou d'intégration dans d'autres produits ou services.


    Le ministère reconnaît que de nombreux particuliers et entreprises américains utilisent les logiciels Kaspersky pour se protéger contre les virus et autres cybermenaces. Pour donner aux utilisateurs du logiciel Kaspersky le temps de chercher d'autres produits et services, le Département a calibré son interdiction pour permettre à Kaspersky de continuer à exploiter le KSN pour les personnes américaines, ainsi que de fournir des mises à jour de signatures anti-virus et des mises à jour de la base de code aux abonnés américains actuels et aux utilisateurs de produits et services de cybersécurité et anti-virus tels qu'identifiés dans l'annexe B, jusqu'à 12:00 AM EDT le 29 septembre 2024.

    Après 12h00 EDT le 29 septembre 2024, il sera interdit à Kaspersky de fournir des mises à jour de signatures antivirus et des mises à jour de base de code associées aux transactions ICTS identifiées ci-dessus, et d'exploiter le KSN aux États-Unis ou sur le système de technologie de l'information d'une personne américaine.

    La présente décision finale ne s'applique pas aux transactions portant sur les produits et services de Kaspersky Threat Intelligence, les produits et services de Kaspersky Security Training ou les services de consultation ou de conseil de Kaspersky (y compris SOC Consulting, Security Consulting, Ask the Analyst et Incident Response) qui sont de nature purement informative ou éducative.
    Source : Interdiction de Kaspersky

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette interdiction est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Joe Biden souhaite interdire les ventes du logiciel antivirus Kaspersky aux États-Unis en raison de ses liens avec la Russie, le logiciel pourrait voler des informations sensibles

    Kaspersky s'exprime : « Nous n'avons aucun lien avec le gouvernement russe », selon l'entreprise privée, il s'agit d'une décision purement politique

    Kaspersky Lab sous le feu des projecteurs : l'administration Biden se prépare à empêcher les Américains d'utiliser les logiciels de l'entreprise russe évoquant des raisons de sécurité nationale
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #24
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Juin 2004
    Messages
    1 696
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2004
    Messages : 1 696
    Points : 1 420
    Points
    1 420
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par olaxius Voir le message
    Développe un peu ?
    Les problèmes de Kaspersky ont commencé quand la CIA lui sa demandé de ne plus détecté un de leur virus.

  5. #25
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    715
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 715
    Points : 12 941
    Points
    12 941
    Par défaut Comment l'interdiction de Kaspersky par les États-Unis pourrait affecter les distributeurs
    Comment l'interdiction de Kaspersky aux États-Unis pourrait affecter les revendeurs
    ils craignent que la migration des clients vers une alternative leur coûte beaucoup d'argent et du temps

    Des revendeurs officiels de Kaspersky basés aux États-Unis sont inquiets quant à l'impact que pourrait avoir sur eux l'interdiction des logiciels de l'entreprise russe de cybersécurité. Ils se disent confus et en colère, certains condamnant l'interdiction et affirmant que la migration des clients vers d'autres fournisseurs leur coûtera du temps et beaucoup d'argent. L'administration Biden a interdit Kaspersky sous fond de tensions avec la Russie, Washington alléguant que les produits antivirus de la société pourraient être utilisés par Moscou pour voler les données sensibles des Américains ou violer les infrastructures critiques des États-Unis.

    Les États-Unis ont annoncé la semaine dernière l'interdiction prochaine des programmes antivirus Kaspersky. Le ministère américain du Commerce a interdit à Kaspersky de mener de nouvelles activités aux États-Unis un jour avant l'annonce. L'interdiction de vendre le logiciel à de nouveaux clients entrera en vigueur le 20 juillet, mais Kaspersky sera autorisé à fournir des mises à jour logicielles et de sécurité à ses clients américains actuels jusqu'au 29 septembre. Selon le communiqué officiel, à partir de cette date, les mises à jour vont cesser et l'antivirus Kaspersky perdra beaucoup de son efficacité au profit de ses concurrents.

    Toutefois, les revendeurs américains de Kaspersky ont du mal à accepter cette décision, notamment les participants au programme "fournisseurs de services gérés" (managed service provider - MSP) de l'entreprise. TechCrunch s'est entretenu avec des responsables de quatre entreprises qui figurent sur le site officiel de Kaspersky en tant que MSP aux États-Unis. Les quatre entreprises ont critiqué l'interdiction. Avi Fleischer, le fondateur de Technical Difficulties, aurait déclaré à TechCrunch qu'il ne vendait pas seulement Kaspersky à ses clients, mais qu'il utilisait également ses produits sur son téléphone et son ordinateur personnel.


    Il a ajouté que l'interdiction est pour le moins ennuyeuse, car il devra maintenant trouver une autre société d'antivirus et faire migrer tous ses clients vers le nouveau produit, ce qui lui coûtera du temps et de l'argent. « C'est beaucoup de temps perdu pour rien. Et je ne vois même pas comment je pourrais faire payer cela aux utilisateurs finaux. C'est moi qui leur ai suggéré d'utiliser Kaspersky et maintenant Kaspersky est interdit par le gouvernement des États-Unis. Que suis-je censé faire ? », a déclaré Fleischer lors d'un appel téléphonique. Par ailleurs, il a expliqué que la migration vers une alternative est processus fastidieux.

    Fleischer a déclaré qu'il avait entre 300 et 400 points de terminaison de clients (ordinateurs ou des serveurs) fonctionnant avec l'antivirus Kaspersky. Et la migration de tous ses clients vers un autre fournisseur ne se résume pas à la désinstallation de Kaspersky et à l'installation de l'antivirus d'un concurrent. Il explique qu'une fois qu'il aura changé de logiciel, il devra s'assurer que le nouveau logiciel est correctement configuré, qu'il n'interrompt pas d'autres programmes basés sur le réseau et que les règles de son pare-feu sont correctement définies. Il a déclaré qu'il faut s'assurer que l'alternative n'introduise pas de frictions.

    « Il faut donc s'assurer, lors de la migration vers un autre produit, que toutes ces choses - ces exclusions et ces configurations - sont introduites manuellement dans le nouveau produit », a-t-il déclaré. Fleischer a indiqué qu'il avait déjà fait migrer ses clients d'un autre antivirus vers Kaspersky et qu'il lui avait fallu deux mois pour mener à bien cette transition. Ses propos sont toutefois controversés, les critiques affirmant qu'un professionnel de la cybersécurité ne devrait normalement pas recommander à ses clients les logiciels antivirus d'un autre État adversaire. Sur la toile, on peut lire des commentaires comme le suivant :

    Citation Envoyé par Critique

    Des spécialistes américains de la sécurité qui vendent un programme antivirus russe à des Américains ? Ces prétendus experts en sécurité américains qui vendent cette idée ont-ils la moindre preuve que les personnes qui écrivent les virus en Russie ne sont pas les mêmes que celles qui écrivent les programmes "antivirus" ? Comment de telles personnes peuvent-elles avoir la réputation d'être des experts ou professionnels de la sécurité ?

    C'était déjà une mauvaise chose lorsque les relations entre les deux pays étaient meilleures et qu'il suffisait de soupçonner des pratiques commerciales douteuses, mais maintenant que les deux gouvernements se crachent dessus, c'est manifestement une mauvaise idée. Il semble que nous soyons dans le théâtre de l'absurde.
    En 2017, le Wall Street Journal a rapporté que la Russie avait volé "des informations classifiées" sur l'ordinateur personnel d'un contractant du gouvernement. L'entrepreneur, qui travaillait avec l'Agence nationale de sécurité (NSA), avait mal stocké les fichiers sur son ordinateur personnel, sur lequel le logiciel antivirus de Kaspersky était installé. Mais dans une déclaration au New York Times, Kaspersky a nié toute connaissance ou implication dans cet incident. Plus tard dans l'année, le ministère de la Sécurité intérieure a interdit à toutes les agences fédérales d'utiliser les produits Kaspersky sur les serveurs gouvernementaux.

    Le ministère a allégué que Kaspersky a des liens étroits avec les services de renseignement russes et a noté que la loi russe permet aux agences de renseignement d'obliger Kaspersky à fournir une assistance et d'intercepter les communications utilisant les réseaux russes. Kaspersky est depuis dans le collimateur des régulateurs américains. La pression sur les activités américaines de Kaspersky s'est accrue après l'action de Moscou contre Kiev. Washington aurait averti en privé des entreprises américaines au lendemain de l'invasion que Moscou pourrait manipuler des programmes conçus par Kaspersky pour causer des dommages.

    Le conflit a également incité le ministère du Commerce à intensifier son enquête sur la sécurité nationale concernant Kaspersky, ce qui a abouti à son interdiction. Selon les nouvelles règles, les vendeurs et les revendeurs qui enfreignent les restrictions se verront infliger des amendes par le ministère du Commerce. Si quelqu'un viole délibérément l'interdiction, le ministère de la Justice peut engager des poursuites pénales. Les utilisateurs de logiciels ne se verront pas infliger de sanctions légales, mais seront fortement encouragés à cesser de les utiliser. Toutefois, les vendeurs et les revendeurs sont remontés contre cette décision.

    Selon le rapport de Techcrunch, Danny Falin, président de Georgia IT Consulting, a déclaré que l'interdiction est "un fardeau" pour son entreprise, ses clients et les autres services MSP, et qu'il s'agit d'une décision "politique" de l'administration Biden qui ne fera que nuire aux Américains en fin de compte. Il a déclaré : « des millions de consommateurs américains [utilisent Kaspersky] comme [antivirus] domestique... Biden ne punit pas Kaspersky, il nous punit ». Falin a également déclaré que lui et son entreprise vont continuer à collaborer avec Kaspersky aussi longtemps qu'ils le pourront. Selon eux, c'est une bonne entreprise.

    « Je le vendrai tant qu'ils le soutiendront. Je ne divulgue pas ce que nous vendons et faisons en tant qu'entreprise, mais l'interdiction va faire mal parce qu'ils sont moins chers et que c'est une meilleure entreprise que beaucoup d'autres », a-t-il ajouté. William Finnigan, propriétaire d'Office Smith, un autre MSP de Kaspersky, a déclaré à TechCrunch que, pour l'instant, son entreprise est toujours un partenaire, mais que l'interdiction lui pose des problèmes, car il ne sait pas qui va rembourser les clients qui l'utilisent et qui devront cesser de l'utiliser. Le ministère du Commerce n'a pas apporté de réponses à ces questions.

    « J'essaie de comprendre quels sont les recours dont disposent mes clients auprès de mes grossistes (les entreprises veulent récupérer leur argent). J'aurais préféré qu'il s'agisse simplement d'une interdiction des ventes futures, mais le fait qu'il bloque activement les mises à jour de Kaspersky à partir de la fin septembre est un énorme problème pour l'entreprise et ses clients. On ne sait pas exactement quels coûts, s'il y en a, en résulteront puisque le grossiste et Kaspersky n'ont pas encore décidé de ce qu'ils allaient faire », a déclaré Finnigan. Le média indique avoir recueilli de nombreux témoignages de ce type.

    Parallèlement à l'interdiction, les États-Unis ont également sanctionné les dirigeants et les membres du conseil d'administration de Kaspersky Lab pour leur "coopération" avec la Russie. Mais un autre MSP américain a déclaré dans un courriel au média que l'interdiction et les sanctions subséquentes contre les dirigeants de Kaspersky sont des "conneries". « J'ai été forcé de mettre fin à mon partenariat MSP avec Kaspersky contre ma volonté. Avec très peu de temps pour le faire, je dois maintenant remplacer un logiciel qui a été une ligne de défense fiable pour mes clients à cause d'une posture géopolitique », a-t-il déclaré.

    Le propriétaire a déclaré qu'il prévoyait de proposer des rivaux de Kaspersky à ses clients, et que l'impact financier subi par son entreprise dépendrait des prix pratiqués par ces concurrents et d'autres paramètres. On ne sait pas exactement combien de personnes utilisent Kaspersky aux États-Unis. L'entreprise russe ne fournit pas de chiffres ventilés par pays. Sur son site officiel, Kaspersky indique qu'il compte plus de 400 millions de clients individuels et plus de 240 000 entreprises clientes à travers le monde. Cependant, les analystes s'attendent à ce que l'interdiction touche des dizaines de millions d'Américains.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de l'interdiction de l'antivirus Kaspersky aux États-Unis ?
    Kaspersky est-il une menace pour la sécurité nationale des États-Unis ou de la France ?
    Comprenez-vous les raisons pour lesquelles les revendeurs américains de Kaspersky critiquent l'interdiction ?
    Peut-on se fier à un logiciel antivirus étranger ? Selon vous, quelles sont les meilleures alternatives à Kaspersky ?

    Voir aussi

    Les États-Unis interdisent l'antivirus Kaspersky en raison de problèmes de sécurité liés à la Russie, le logiciel Kaspersky pourrait poser de graves risques pour les infrastructures critiques américaines

    Kaspersky lance un scanner de malwares pour Linux, mais à qui faire le plus confiance ? Les malwares ou Kaspersky ? Avec le logiciel russe Kaspersky, vous êtes sûr que la NSA n'aura pas accès à vos données

    Kaspersky Lab sous le feu des projecteurs : l'administration Biden se prépare à empêcher les Américains d'utiliser les logiciels de l'entreprise russe, évoquant des raisons de sécurité nationale

  6. #26
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Juin 2004
    Messages
    1 696
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2004
    Messages : 1 696
    Points : 1 420
    Points
    1 420
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    C'est la NSA qui a des problèmes avec Kaspersky, car il détecte LEUR VIRUS!


  7. #27
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    1 119
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 1 119
    Points : 18 524
    Points
    18 524
    Par défaut L'entreprise russe de cybersécurité Kaspersky Lab ferme sa division américaine et licencie son personnel
    L'entreprise russe de cybersécurité Kaspersky Lab ferme sa division américaine et licencie son personnel, après l'interdiction de la vente de ses produits aux États-Unis

    L'entreprise russe de cybersécurité Kaspersky Lab va "réduire progressivement" ses activités aux États-Unis et licencier ses employés américains après que le ministère du Commerce a annoncé l'interdiction pour l'entreprise de vendre ses produits aux États-Unis, a déclaré Kaspersky le lundi 16 juillet 2024.

    Les États-Unis ont interdit la vente des logiciels antivirus de Kaspersky Lab sur tout le territoire américain, citant des problèmes de sécurité liés à la Russie. L'administration centrale américaine estime en effet que le logiciel Kaspersky pourrait installer des malwares et poser de graves risques pour les infrastructures critiques américaines. Cette décision interdit ainsi à la société russe et à ses filiales de vendre ou d'octroyer des licences pour leurs produits de cybersécurité aux États-Unis.

    La fermeture des activités de Kaspersky Lab aux États-Unis débutera le 20 juillet, mettant fin à près de deux décennies d'activité de l'entreprise dans le pays, selon la déclaration de l'entreprise.

    « La société a soigneusement examiné et évalué l'impact des exigences légales américaines et a pris cette décision triste et difficile car les opportunités commerciales dans le pays ne sont plus viables », a déclaré Kaspersky Lab.


    Le journaliste indépendant Kim Zetter a été le premier à annoncer la fermeture de l'entreprise. Le mois dernier, le ministère du Commerce a annoncé l'interdiction de la vente et de la fourniture des logiciels Kaspersky aux États-Unis, en invoquant des raisons de sécurité nationale.

    Des fonctionnaires américains ont affirmé que le gouvernement russe pourrait utiliser le célèbre logiciel antivirus de Kaspersky pour surveiller les Américains par le biais du piratage ou de la collecte de données. Kaspersky a vigoureusement démenti ces affirmations.

    Selon la société, plus de 400 millions de personnes et 240 000 entreprises dans le monde utilisent les logiciels de Kaspersky Lab. On ne sait pas exactement combien de ces personnes et de ces entreprises se trouvent aux États-Unis.

    Les agences gouvernementales américaines étaient déjà interdites d'utiliser les logiciels de Kaspersky Lab, mais la décision du ministère du Commerce d'empêcher la vente de ces logiciels aux États-Unis est sans précédent. Les autorités juridiques citées par le département du Commerce sont relativement récentes et découlent en partie d'un décret de 2021 que le président Joe Biden a signé au nom de la protection des données personnelles des Américains contre les "adversaires étrangers" et d'un décret connexe signé par le président de l'époque, Donald Trump, en 2019.

    Fondé à Moscou en 1997, Kaspersky Lab est devenu l'un des éditeurs de logiciels antivirus les plus prospères au monde, aux côtés de concurrents américains tels que McAfee et Symantec. Les chercheurs de Kaspersky Lab, reconnus comme les meilleurs dans l'industrie de la cybersécurité, sont réputés pour leur analyse des opérations de piratage soupçonnées d'être menées par divers gouvernements, dont la Russie, les États-Unis et Israël, mais aussi des menaces cybercriminelles qui affectent les utilisateurs quotidiens.

    Kaspersky Lab a déclaré dans son communiqué de lundi qu'il « continuerait à investir dans des marchés stratégiques et resterait engagé à servir ses clients et ses partenaires et à assurer leur protection ».

    Sources : Kim Zetter, Kaspersky

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Trouvez-vous que la décision de Kaspersky Lab de fermer sa division américaine est pertinente ou judicieuse ?

    Voir aussi :

    Les États-Unis interdisent l'antivirus Kaspersky en raison de problèmes de sécurité liés à la Russie, le logiciel Kaspersky pourrait poser de graves risques pour les infrastructures critiques américaines

    Joe Biden souhaite interdire les ventes du logiciel antivirus Kaspersky aux États-Unis en raison de ses liens avec la Russie, le logiciel pourrait voler des informations sensibles

    Kaspersky Lab sous le feu des projecteurs : l'administration Biden se prépare à empêcher les Américains d'utiliser les logiciels de l'entreprise russe, évoquant des raisons de sécurité nationale
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Le FBI met en garde contre les malwares sur Android
    Par Hinault Romaric dans le forum Android
    Réponses: 4
    Dernier message: 18/10/2012, 12h36
  2. Microsoft met en garde contre ChapCrack
    Par Hinault Romaric dans le forum Sécurité
    Réponses: 11
    Dernier message: 29/08/2012, 15h04
  3. Réponses: 20
    Dernier message: 12/09/2011, 20h52
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 08/09/2011, 22h39
  5. Réponses: 1
    Dernier message: 03/01/2011, 13h41

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo