Google déploie un système sur Android qui alertera les Ukrainiens lorsque des raids aériens doivent se produire
une fonctionnalité basée sur son système d'alerte sismique

Google va aider Kiev à sauver autant de vies civiles que possible dans le contexte actuel de l'invasion russe. Le géant mondial de la recherche en ligne a annoncé jeudi qu'il travaillait avec le gouvernement ukrainien pour déployer un système d'alerte pour les téléphones Android dans le pays. Ainsi, les utilisateurs d'Android en Ukraine recevront des alertes de raids aériens directement sur leur téléphone avant que les attaques prévues ne se produisent près de chez eux. Cette nouvelle fonctionnalité est adaptée du système d'alerte sismique de Google.

Les alertes aux raids aériens lancées à partir d'un smartphone sont l'une des nombreuses réalités de la vie en Ukraine à l'heure actuelle. Alors que le gouvernement ukrainien dispose d'un système d'alerte aux raids aériens qui fonctionne actuellement par le biais d'une application tierce (Ukrainian Alarm), Google a décidé d'intégrer un système d'alerte aux raids aériens directement dans Android. La fonctionnalité a d'abord été repérée par XDA-Developers, puis confirmée par Google jeudi dans un billet de blogue mis à jour. Le déploiement a déjà commencé avec Google Play Services et s'étendra à tous les téléphones Android en Ukraine dans les prochains jours.

« Tragiquement, des millions de personnes en Ukraine comptent maintenant sur les alertes de frappes aériennes pour essayer de se mettre en sécurité. Les alertes Android seront basées sur les alertes déjà envoyées par le gouvernement ukrainien, et ils sont adaptés d'un système construit pour envoyer rapidement des avertissements sur les tremblements de terre », a déclaré Google dans l'annonce. L'avantage de faire de cette fonctionnalité une partie de Google Play Services est que la grande majorité des utilisateurs d'Android devraient être en mesure de recevoir des alertes sur leurs téléphones, même sans une application tierce.

Nom : de.png
Affichages : 1053
Taille : 421,7 Ko

En effet, Google Play Services est intégré dans presque tous les smartphones Android. Cela évitera aux utilisateurs d'avoir à installer une application entièrement distincte, ce qui peut s'avérer utile pour ceux qui n'utilisent pas autant leur téléphone, qui n'ont peut-être pas vu l'application "Ukrainian Alarm" sur le Google Play Store ou qui ne sont pas très au fait de la technologie. Dans une déclaration sur Twitter, le vice-président de l'ingénierie d'Android, Dave Burke, a déclaré que les alertes utilisent le même système d'alerte à faible latence que l'équipe Android a conçu pour le signalement des tremblements de terre.

Bien que le système de détection des tremblements de terre puisse déclencher lui-même une alerte en exploitant les données de l'accéléromètre de millions de téléphones Android, Google ne détecte pas de raids aériens. Au lieu de cela, l'entreprise construit simplement un client pour le système d'alerte du gouvernement. « Nous sommes reconnaissants envers nos équipes ingénierie/produit/UX de s'être démenées pour trouver une [solution] dans les plus brefs délais », a déclaré Burke. Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, Google, ainsi que de nombreuses autres entreprises américaines ont réduit leur activité dans le pays.

Google a interrompu toutes les ventes d'annonces et a retiré les applications de médias financées par l'État russe de Google Play en Europe. « L'invasion de l'Ukraine par la Russie est à la fois une tragédie et une catastrophe pour l'humanité en devenir. Nous nous efforçons de soutenir les personnes en Ukraine grâce à nos produits, de nous défendre contre les menaces de cybersécurité, de diffuser des informations fiables et de haute qualité et d'assurer la sécurité de nos collègues et de leurs familles dans la région », a écrit Google le 1er mars. En outre, YouTube et Google Play ont suspendu jeudi tous les services basés sur le paiement en Russie.

« En guise de suivi, nous étendons désormais cette mesure de suspension à toutes nos fonctionnalités de monétisation, y compris YouTube Premium, les adhésions aux chaînes, le Super Chat et les marchandises, pour les spectateurs en Russie », a déclaré YouTube dans un communiqué. Néanmoins, les chaînes YouTube en Russie seront toujours en mesure de générer des revenus à partir des téléspectateurs en dehors de la Russie grâce aux publicités et aux fonctionnalités payantes, qui comprennent le Super Chat et la vente de marchandises. Les applications gratuites de Google Play restent également disponibles en Russie.

D'autres grandes entreprises technologiques se sont également mobilisées pour exercer une pression plus ou moins forte sur la Russie depuis le début du conflit armé. Apple a cessé complètement de vendre ses produits dans la région, Meta, la société mère de Facebook, et TikTok ont empêché l'accès aux diffuseurs d'informations d'État RT et Sputnik, etc. Plus récemment, DuckDuckGo a annoncé qu'il procède au déréférencement des sites qui, selon lui, sont associés à la désinformation russe. Cependant, certains utilisateurs se plaignent que l'action va à l'encontre de l'objectif de DuckDuckGo de fournir des résultats de recherche impartiaux.

De son côté, Microsoft dénonce une « invasion tragique, illégale et injustifiée de l'Ukraine » par la Russie et promet de continuer à protéger le pays contre les cyberattaques et les campagnes de désinformation parrainées par l'État. L'entreprise dit soutenir les efforts humanitaires des Ukrainiens. « Cette guerre est devenue à la fois cinétique et numérique, avec des images horribles provenant de toute l'Ukraine ainsi que des cyberattaques moins visibles sur les réseaux informatiques et des campagnes de désinformation sur Internet », déclare Brad Smith, Président et Vice-président chez Microsoft dans un billet de blogue publié le 28 février.

Par ailleurs, les services de caches de données pour sites Web Cloudflare et Akamai ont refusé d’arrêter d’opérer en Russie. Selon ces derniers : « ce serait une victoire pour le président russe Vladimir Poutine et son gouvernement dans le cadre de la guerre de l’information ». Selon eux, la manœuvre priverait les citoyens russes d’informations mondiales de qualité dans un contexte où le gouvernement russe entre dans sa phase de préparation de déconnexion à l’Internet mondial et d’arrimage à son Internet souverain sur le modèle chinois.

Source : Google

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'idée de Google d'introduire le système d'alerte de raid aérien de l'Ukraine dans Google Play Services ?

Voir aussi

Microsoft : L'invasion de l'Ukraine par la Russie est « illégale et injustifiée », l'entreprise dit soutenir les efforts humanitaires des Ukrainiens

Invasion de l'Ukraine : nous devrions envisager des sanctions sur Internet, déclare l'ex-PDG de l'ICANN, laisser les citoyens russes en ligne, mais bloquer les réseaux militaires

Les services de cache de données pour sites web Cloudflare et Akamai refusent d'arrêter d'opérer en Russie, car « ce serait une victoire pour Poutine », dans le cadre de la guerre de l'information

Anonymous affirme avoir mis la main sur 820 Go de données de l'agence fédérale russe chargée de la supervision des communications, dont 526,9 Go d'emails et 290,6 Go de données brutes