Red Hat interrompt ses ventes et ses services en Russie et en Biélorussie dans un contexte où la Russie envisage de légaliser le piratage de logiciels dans certains cas
Afin d’atténuer les sanctions

La Russie est sur le coup de nombreuses sanctions : la chaîne d'information russe RT (Russia Today) a dû se retourner vers la plateforme de vidéo en ligne Rumble sur laquelle elle poursuivra ses diffusions. Google a procédé au blocage des applications mobiles liées à RT et Sputnik sur sa boutique d’applications Play en Europe, les spécialistes de la filière IT ne peuvent partir du pays ou subvenir à leurs besoins en raison des restrictions imposées par Visa et Mastercard, etc. Red Hat vient d’allonger la liste et fait l’annonce de l’interruption de ses ventes et services en Russie et en Biélorussie. La Russie pour sa part envisage de légaliser le piratage de logiciels dans certains cas afin d’atténuer les sanctions.

Nom : 1.png
Affichages : 943
Taille : 20,8 Ko

L’intégralité de la sortie des responsables de Red Hat

Chers tous,

Je [Paul Cormier - président et CEO de Red Hat] suis sûr de parler au nom de tous lorsque je dis que la guerre qui se déroule en Ukraine est déchirante. En tant qu'entreprise, nous sommes unis à toutes les personnes touchées par la violence et nous condamnons l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe. Nous ajoutons nos voix à celles qui appellent à la paix et nous continuerons à travailler pour assurer la sécurité de nos associés touchés et de leurs familles de toutes les manières possibles.

La sûreté, la sécurité et le bien-être de nos associés restent notre priorité absolue. L'équipe multifonctionnelle que nous avons mise en place il y a plusieurs semaines est entrée en contact direct avec chaque Red Hatter en Ukraine et en Russie et continuera à s'assurer qu'ils disposent du soutien et des ressources dont ils ont besoin. Nous avons aidé les Red Hatter d'Ukraine et leurs familles (y compris les conjoints, les enfants et les membres de la famille) à se déplacer en toute sécurité vers les pays voisins et nous continuons à aider ceux qui restent dans le pays de toutes les manières possibles. Rien que ces derniers jours, des bus organisés par Red Hat ont transporté en toute sécurité plusieurs dizaines de membres de la famille de nos associés ukrainiens à travers la frontière vers la Pologne. Nous soutenons également nos associés en Russie. Et pour tous les chaperons rouges qui en ont besoin, où qu'ils se trouvent, nous disposons de ressources de bien-être supplémentaires.

L'aide permanente fournie par Red Hat n'est qu'une partie de notre réponse. Les Red Hatters du monde entier ont aidé leurs collègues de tant de façons - grandes, petites et héroïques - au cours des derniers jours et des dernières semaines. J'ai entendu des anecdotes remarquables sur ces actions, notamment celle d'un associé en Pologne qui a conduit plusieurs heures dans chaque sens pour aller chercher la femme et l'enfant d'un collègue à la frontière ukrainienne et qui leur a ouvert sa propre maison. Cet esprit d'unité et d'entraide ne me surprend pas - je l'ai vu chez Red Hat à de nombreuses reprises. C'est ce qui rend les Red Hatters si spéciaux et ce qui me rend fier chaque jour. Je vous remercie tous.

Pour rappel, l'équipe Red Hat Cares a dressé une liste d'organisations caritatives suggérées aux Red Hatters qui souhaitent faire un don. Toutes les organisations figurant sur cette liste sont désormais également disponibles en tant qu'options de dons caritatifs pour les Red Hatters dans la zone de récompenses, et Red Hat offre un programme de dons jumelés pour les associés à temps plein dans de nombreux pays. Et, comme nous l'avons dit précédemment, Red Hat Cares apporte des contributions supplémentaires aux organisations caritatives qui soutiennent les victimes en Ukraine.

Bien que les sanctions pertinentes doivent guider nombre de nos actions, nous avons pris des mesures supplémentaires en tant qu'entreprise. À compter d'aujourd'hui, Red Hat interrompt ses ventes et ses services en Russie et en Biélorussie (pour les organisations situées ou ayant leur siège social en Russie ou en Biélorussie). Cela inclut l'arrêt des relations partenaires avec les organisations basées ou ayant leur siège en Russie ou au Belarus.

La situation continue d'évoluer rapidement. Nous vous remercions de faire preuve de compassion et de sollicitude à l'égard de vos collègues, ainsi que de votre patience et de votre compréhension alors que nous traversons cette épreuve ensemble. Nous avons créé un espace sur la source avec des foires aux questions, des moyens de nous aider, des ressources de bien-être, et bien plus encore, alors n'hésitez pas à vous y tenir informés.

Le piratage de logiciels : la réponse envisagée par le gouvernement russe

Le ministère russe du Développement économique a publié récemment un document qui présente en détail les différentes mesures qu'il entend mettre en place pour alléger les sanctions qui frappent l'État et les Russes.

Le projet est intitulé "Plan d'action prioritaire pour assurer le développement de l'économie russe dans les conditions de pression des sanctions extérieures". Selon les autorités russes, si ces mesures sont adoptées, elles toucheront les titulaires de droits d'auteur, de brevets et de marques qui agissent contre les intérêts de la Russie. Le point 6.7.3 vise à résoudre le problème des sociétés étrangères qui révoquent ou qui refusent de délivrer des licences de logiciels. En l'état actuel de la législation, les logiciels sans licence sont illégaux, mais si les nouvelles mesures sont adoptées, dans certains cas, le piratage de logiciels deviendra non punissable.

Nom : 2.png
Affichages : 967
Taille : 215,5 Ko

Concrètement, ces nouvelles mesures proposent "l'exonération de responsabilité pour l'utilisation de logiciels sans licence dans la Fédération de Russie, détenus par un titulaire de droits d'auteur de pays ayant soutenu les sanctions". « Annulation de la responsabilité pour l'utilisation de logiciels (SW) sans licence dans la Fédération de Russie, appartenant à un titulaire de droits d'auteur de pays ayant soutenu les sanctions », indique la mesure proposée. Tel qu'elle est rédigée, la proposition couvre à la fois la responsabilité civile et pénale (Code des infractions administratives et Code pénal de la Fédération de Russie).

Elle indique également que tant que les sanctions sont en place, le piratage de logiciels pour lesquels il n'existe pas d'alternatives russes serait autorisé. L'on ne sait pas exactement comment cela pourrait se passer pour les services accessibles via le cloud, mais l'objectif global est de faciliter la transition de la Russie de la dépendance aux produits des sociétés étrangères vers des solutions développées dans le pays. Compte tenu de l'ampleur de cette entreprise, le piratage de logiciels risque de devenir la norme pour les années à venir. Les centres de recherches sur les technologies clés devraient être les cibles prioritaires.

En outre, le point 6.7.1 du document propose l'introduction d'un mécanisme de licence obligatoire pour les programmes informatiques et les bases de données, donnant au gouvernement les "droits sur une invention, un modèle d'utilité, un dessin industriel en rapport avec des programmes informatiques, des bases de données, des topologies de circuits intégrés". La Russie a également un plan pour les importations parallèles, c'est-à-dire les produits importés d'un autre pays sans l'autorisation du propriétaire de la propriété intellectuelle. Ce plan devrait frapper durement les propriétaires de droit d'auteur et marques.

Comme la Fédération devra importer beaucoup de choses sans autorisations officielles, le gouvernement russe envisage de supprimer la responsabilité en cas de violation des droits exclusifs, y compris les droits d'auteur et les marques. Par ailleurs, un parlementaire suggère de lever l'interdiction de RuTracker. En effet, vendredi dernier, le site d'information Gazeta.ru a rapporté que le politicien russe Dmitry Ionin avait suggéré que, face aux sociétés occidentales qui refusent de sortir de nouveaux films en Russie, les citoyens pourraient peut-être se tourner vers le tristement célèbre site de torrents RuTracker.

Cela a donné lieu à des spéculations selon lesquelles RuTracker, qui est bloqué de manière "permanente" par les fournisseurs d'accès à Internet en Russie en raison de violations répétées des droits d'auteur, pourrait être débloqué pour servir les citoyens locaux. Les utilisateurs d'un FAI, MTS, ont par la suite signalé qu'ils pouvaient accéder au site, mais les raisons de ce déblocage ne sont pas claires. Un vérificateur de liste de blocage exploité par le groupe de défense des droits numériques Roskomsvoboda montre que les principaux domaines du site sont toujours bloqués.

Sources : Red Hat, document PDF du ministère russe du Développement économique (version anglaise)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de ces mesures exceptionnelles de la Russie pour contourner les sanctions ?
Quels pourraient être les impacts de ces mesures sur les entreprises ou sur le monde informatique en général ?

Voir aussi :

L'Ukraine acceptée au centre de cyberdéfense de l'OTAN, apprès le refus de l'ICANN de couper la Russie de l'Internet mondial

La demande de l'Ukraine de couper la Russie de l'Internet mondial a été rejetée, le fonctionnement de l'Internet n'est pas politisé repond l'ICANN

L'Ukraine fait pression pour débrancher la Russie d'Internet, les experts estiment que cela pourrait être un désastre

Microsoft identifie et atténue de nouveaux malware ciblant l'Ukraine « en 3 heures », une opération qui aurait duré des semaines voire des mois il y a quelques années, selon le VP de la sécurité

L'Ukraine affirme que son "armée informatique" a mis hors service des sites Web clés de la Russie, ce qui montre que la ligne de front cybernétique entre les deux pays s'intensifie