IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Hardware Discussion :

Microsoft bloque l'installation de Windows 10 et 11 en Russie à partir du site officiel de l'entreprise


Sujet :

Hardware

  1. #201
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 471
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 471
    Points : 47 562
    Points
    47 562
    Par défaut Les entreprises technologiques se joignent aux sanctions imposées à la Russie dans le cadre de la guerre
    Les entreprises technologiques se joignent aux sanctions imposées à la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine
    une situation qui pourrait paralyser l'industrie technologique russe

    L'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février dernier n'a pas laissé les grandes entreprises technologiques indifférentes. De Nvidia à Intel en passant par Amazon et Microsoft, un grand nombre d'entreprises informatiques ont pris des sanctions contre la Russie et ont suspendu tout ou partie de leurs activités dans le pays. Certaines de ces sanctions découlent directement des mesures prises par les gouvernements occidentaux contre la Russie. Cela a mis l'industrie technologique russe dans un mauvais état.

    Le conflit russo-ukrainien a montré à quel point l'industrie technologique est importante et stratégique pour un pays. Elle peut de fait être utilisée pour paralyser son économie toute entière. Dans le cas présent, l'exportation de nombreuses technologies vitales et susceptibles d'être utilisées par Moscou pour la construction d'armes ou d'infrastructures militaires a été interdite. Il s'agit notamment des semiconducteurs et autres produits microélectroniques, des équipements de télécommunications, des capteurs, des technologies aérospatiales, des systèmes de navigation, des équipements navals, pour ne citer que ceux-là.

    Nom : Untitled-design-33.jpg
Affichages : 4662
Taille : 35,0 Ko

    D'autres technologies grand public ont également été interdites ou l'accès a été restreint pour les Russes, notamment YouTube et Google Play, Apple Pay, Netflix, Spotify, etc. Voici un aperçu de ce qui s'est passé dans la sphère informatique depuis le 24 février.

    Les entreprises suivantes ont arrêté les publicités ou supprimé la possibilité de les monétiser en Russie :

    • 25 février : Meta a interdit aux médias d'État russes de diffuser des publicités ou de monétiser dans le monde entier ;
    • 25 février : Twitter a temporairement interrompu les publicités en Ukraine et en Russie afin de mettre en avant les "informations critiques pour la sécurité publique" ;
    • 2 mars : Snap a mis en pause les publicités sur l'application Snapchat en Russie, en Biélorussie et en Ukraine ;
    • 3 mars : Alphabet a suspendu toutes les publicités en Russie, couvrant la recherche, YouTube et les partenaires d'édition ;
    • 7 mars : Apple a suspendu les publicités sur l'App Store en Russie ;
    • 10 mars : Google Play et YouTube ont suspendu les fonctions de monétisation et les services de paiement en Russie ;
    • 23 mars : Google a déclaré qu'il ne laisserait pas les chaînes, les sites Web ou les applications de YouTube vendre des publicités qui rejettent la guerre.


    Certaines entreprises ont restreint ou étiqueté les chaînes d'information d'État russes, notamment RT et Sputnik, et la désinformation russe, ou ont mis fin aux liens avec les moteurs de recherche russes :

    • 28 février : Roku a supprimé RT de son magasin de chaînes ;
    • 28 février : TikTok a interdit aux organisations d'information soutenues par l'État d'accéder à leurs comptes ;
    • 1er mars : Meta a restreint l'accès aux médias d'État russes RT et Sputnik dans l'UE ;
    • 1er mars : DuckDuckGo a mis en pause sa relation avec le moteur de recherche russe Yandex ;
    • 2 mars : Reddit a interdit les liens vers les médias russes soutenus par l'État sur l'ensemble de son site ;
    • 3 mars : Spotify a supprimé tout le contenu de Sputnik et de RT ;
    • 4 mars : Telegram a interdit les médias d'État russes suite à la pression de l'Europe pour supprimer les chaînes ;
    • 8 mars : Instagram a déclassé les posts des médias d'État russes sur ses flux, en abaissant leur priorité dans la file d'attente des Stories et en donnant un avertissement aux gens avant qu'ils ne partagent à nouveau du contenu provenant de médias contrôlés par l'État ;
    • 10 mars : DuckDuckGo a décidé de déclasser les informations provenant des sites associés à l'État russe ;
    • 11 mars : YouTube a bloqué l'accès aux chaînes associées aux médias d'État russes dans le monde entier.


    Les entreprises suivantes ont cessé leurs ventes en Russie :

    • 1er mars : Apple a coupé la Russie de "toutes les ventes de produits" ;
    • 3 mars : CD Projekt Group, développeur des jeux The Witcher, a interrompu toutes les ventes de ses produits en Russie et en Biélorussie ;
    • 4 mars : Samsung a interrompu ses expéditions de produits vers la Russie, suspendant les exportations de produits tels que les puces, les smartphones et l'électronique grand public ;
    • 4 mars : Microsoft a suspendu les nouvelles ventes de produits et de services en Russie ;
    • 4 mars : Activision Blizzard a arrêté les nouvelles ventes de ses jeux en Russie ;
    • 5 mars : Epic Games a annoncé qu'il "arrête le commerce" en Russie ;
    • 9 mars : Sony a suspendu les ventes de logiciels et de matériel en Russie.


    Les entreprises suivantes ont interrompu leurs activités en Russie, cessé d'y prendre de nouveaux clients ou coupé la Russie de leurs services :

    28 février : Netflix a déclaré qu'il n'ajouterait aucune chaîne russe à son service ;
    1er mars : Mastercard et Visa ont bloqué l'accès des banques russes à leurs réseaux ;
    3 mars : Spotify a fermé son bureau en Russie pour une durée indéterminée ;
    3 mars : PayPal a suspendu ses services en Russie, affectant également son service de transfert d'argent Xoom ;
    4 mars : Amazon Web Services (AWS) a cessé d'accepter de nouveaux clients en Russie ;
    4 mars : Cogent Communications, un fournisseur de services Internet basé aux États-Unis, a interrompu ses services aux clients russes ;
    6 mars : TikTok a suspendu les diffusions en direct et le téléchargement de nouveaux contenus en Russie ;
    6 mars : Netflix suspend totalement ses services en Russie ;
    7 mars : les sociétés de technologie d'entreprise EPAM Systems et Luxoft ont annoncé qu'elles coupaient leurs liens avec la Russie ;
    7 mars : WeWork a cessé ses activités en Russie, interrompant ses plans d'expansion et se séparant de ses opérations dans la région ;
    9 mars : Lumen, un fournisseur de services Internet basé aux États-Unis, a cessé ses activités en Russie ;
    9 mars : Sony a interrompu les opérations du Playstation Store dans le pays ;
    9 mars : Bumble a cessé ses activités en Russie et a retiré ses applications des boutiques Apple et Google dans le pays ;
    9 mars : Amazon a cessé d'expédier des produits depuis son site de vente au détail et a restreint l'accès à Amazon Prime en Russie ;
    16 mars : Qualcomm a déclaré qu'il cesserait de vendre des produits aux entreprises russes ;
    25 mars : Spotify a annoncé qu'il allait "suspendre complètement" son service en Russie ;
    5 avril : Intel a suspendu toutes ses opérations commerciales en Russie.

    D'autres entreprises telles que Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC), Nvidia, l'allemand SAP, Oracle, Nokia IBM, Cisco font également partie du lot. Du point de vue des Russes, le fait que TSMC se soit également joint à l'interdiction risque de peser encore plus lourd. En effet, les sociétés russes de semiconducteurs telles que Baikal, MCST, Yadro et STC Module conçoivent elles-mêmes leurs puces, mais les font produire par le fabricant sous contrat taïwanais.

    Il est donc possible que la Russie soit complètement bloquée en matière d'approvisionnement en semiconducteurs pour le moment, d'autant plus que des fournisseurs tels que Samsung, Micron et SK Hynix ont également suspendu toutes leurs livraisons.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous du nombre important de sociétés technologiques qui ont sanctionné la Russie ?
    Selon vous, ces entreprises ont-elles fait le bon choix ? Pourront-elles reprendre leurs activités en Russie après le conflit ?
    Selon vous, quels messages cela envoie-t-il aux gouvernements du monde ?
    Quelles questions cela soulève-t-il du point de vue de la souveraineté numérique ?
    Pensez-vous que ces entreprises en ont fait plus que témoigner leur solidarité envers les Ukrainiens ?

    Voir aussi

    YouTube et Google Play suspendent tous les services basés sur le paiement en Russie, y compris les abonnements, les sanctions occidentales commencent à poser des problèmes bancaires dans le pays

    Les grandes entreprises technologiques se retirent de Russie, dont Google, Apple, Samsung, Netflix et Spotify, cela pourrait créer une opportunité pour les entreprises chinoises comme Xiaomi

    Google a désactivé les données de trafic Maps en Ukraine pour protéger les citoyens, les données de Google Maps pourraient être dangereuses pendant l'invasion
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #202
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    septembre 2014
    Messages
    451
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2014
    Messages : 451
    Points : 1 095
    Points
    1 095
    Par défaut
    Assez terrifiant en effet, cette litanie de mesures de rétorsions.
    Je me demandais accessoirement si notre pays pouvait subir de telles mesures, dans le cas où le "mauvais" candidat serait élu.
    Quand on voit ce qu'il s'est passé à La Sorbonne, on peut se poser légitimement la question :
    www.dailymotion.com/video/x8a088y
    www.dailymotion.com/video/x6hpr4f

    Attention : les liens sur dailymotion avec "https" sont systématiquement effacés du message, même avec la balise VIDEO...

  3. #203
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    324
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 324
    Points : 489
    Points
    489
    Par défaut
    Bonsoir,

    Les entreprises technologiques se joignent aux sanctions imposées à la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine une situation qui pourrait paralyser l'industrie technologique russe

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    On est dans une situation qui relève du délire ... car "c'est la Russie" ... Les USA ont fait tout aussi pire que la Russie , pourtant pas de sanction ?

    Que pensez-vous du nombre important de sociétés technologiques qui ont sanctionné la Russie ?
    Si cela pouvait impacter leur CA ... histoire qu'elles se prennent les pieds dans le tapis. Un genre de retour à l'envoyeur des sanctions .

    Selon vous, ces entreprises ont-elles fait le bon choix ?
    Non . Même un très mauvais choix.

    Pourront-elles reprendre leurs activités en Russie après le conflit ?
    Elles "pourraient" au conditionnel. Se seront les premières a venir faire des jeremiades fautes de clients la bas et de ca en baisse.

    Selon vous, quels messages cela envoie-t-il aux gouvernements du monde ?
    Qu'il devient facile de mette un pays à genoux.

    Quelles questions cela soulève-t-il du point de vue de la souveraineté numérique ?
    Que des pays étrangers peuvent fourrer leur nez, pour "tenir" des gouvernements économiques à l'encontre des intérêts de la population.

    Pensez-vous que ces entreprises en ont fait plus que témoigner leur solidarité envers les Ukrainiens ?
    Non

  4. #204
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    367
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 367
    Points : 929
    Points
    929
    Par défaut
    https://www.epochtimes.fr/pourquoi-o...s-2005225.html

    Occident = Hypocrisie

    Si la Russie fait un 10ème de ce que fait la Chine, les sanctions sont énormes.

    Heureusement, certaine personne commence à se rendre (un peu) compte de la situation : https://www.epochtimes.fr/guerre-ukr...e-1992742.html

    « Aucune organisation respectable aux États‑Unis ne devrait faire des affaires avec un régime meurtrier. Chaque dollar dépensé en Chine communiste soutient son économie et le gouvernement génocidaire de Xi », a déclaré M. Scott. « Il est temps de placer les droits de l’homme et la démocratie au‑dessus du profit. »

  5. #205
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    367
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 367
    Points : 929
    Points
    929
    Par défaut
    Quel est votre avis sur le sujet ?
    La quasi-totalité de ces entreprise ne respectent pas les droit humains. Ce genre d'action est donc très hypocrite.
    De plus, il y a TikTok dans la liste... TikTok qui possède des liens avec le gouvernement Chinois.

  6. #206
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 941
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 941
    Points : 158 409
    Points
    158 409
    Par défaut L'industrie IT russe fait face à la « fuite des cerveaux » : plus de 50 000 professionnels de l'IT ont fuit
    L'industrie technologique russe fait face à la « fuite des cerveaux » : plus de 50 000 professionnels de l'IT ont quitté le pays,
    100 000 autres envisagent de faire de même dans les prochains mois

    Plus de cinquante mille professionnels IT russes ont délaissé leur pays suite à l'invasion de l'Ukraine fin février. Selon un groupe commercial de l'industrie technologique russe, cent mille autres professionnels de l'informatique voudraient faire de même dans les prochains mois. La plupart de ces informaticiens russes sont allés en Arménie, en Turquie, aux Emirats Arabes Unis et en Géorgie, des choix orientés par le fait qu'ils n'avaient pas besoin d'un visa pour se rendre dans ces pays. Les autorités russes ont entre-temps pris des mesures pour s'opposer à l'exode des informaticiens, proposant entre autres des avantages fiscaux et la possibilité de plus facilement contracter un prêt hypothécaire pour l'achat d'une habitation. Selon une estimation, la Russie compte un à deux millions de professionnels IT.

    Depuis que leur pays a envahi l'Ukraine, les travailleurs russes de la technologie sont partis par milliers. Ils semblent déterminés à reconstruire leur vie et leurs entreprises dans d'autres pays. Début mars, quelques jours après que la Russie a envahi l'Ukraine et a commencé à réprimer la dissidence dans son pays, Konstantin Siniushin, un capital-risqueur à Riga, en Lettonie, a aidé à affréter deux avions hors de Russie pour aider les gens à fuir.

    Les deux avions sont partis de Moscou, transportant des techniciens de la capitale russe ainsi que de Saint-Pétersbourg, Perm, Ekaterinbourg et d'autres villes. Ensemble, les avions ont déplacé environ 300 développeurs de logiciels, entrepreneurs et autres spécialistes de la technologie hors du pays, dont 30 travailleurs russes de start-up soutenues par Siniushin.

    Les avions ont volé vers le sud au-delà de la mer Noire jusqu'à Erevan, la capitale de l'Arménie, où des milliers d'autres travailleurs technologiques russes ont fui dans les semaines qui ont suivi l'invasion. Des milliers d'autres ont pris l'avion pour la Géorgie, la Turquie, les Émirats arabes unis et d'autres pays qui acceptent les citoyens russes sans visa.

    Le 22 mars, un groupe commercial de l'industrie technologique russe estimait qu'entre 50 000 et 70 000 travailleurs de la technologie avaient quitté le pays et que 70 000 à 100 000 supplémentaires suivraient bientôt. Ils font partie d'un exode beaucoup plus important de travailleurs de Russie, mais leur départ pourrait avoir un impact encore plus durable sur l'économie du pays.

    Nom : lettre.png
Affichages : 3270
Taille : 50,9 Ko

    L'impact potentiel de cet exode

    L'exode changera fondamentalement l'industrie technologique russe, selon des entretiens avec plus de deux douzaines de personnes qui font partie de la communauté soudée des travailleurs technologiques russes à travers le monde, dont beaucoup ont quitté le pays ces dernières semaines. Une industrie autrefois considérée comme une force montante dans l'économie russe perd de vastes pans de ses travailleurs. Elle perd bon nombre des jeunes esprits brillants qui bâtissent des entreprises pour l'avenir.

    « La plupart des travailleurs technologiques russes font partie du marché mondial. Soit ils travaillent pour des entreprises mondiales, soit ce sont des entrepreneurs technologiques qui essaient de créer de nouvelles entreprises pour le marché mondial », a déclaré Siniushin par l'intermédiaire d'un interprète de son bureau à Riga. « Alors ils quittent le pays ».

    Le récent exode renverse 10 à 15 ans d'élan dans l'industrie technologique russe, a déclaré Konstantin Sonin, économiste à la Harris School of Public Policy de l'Université de Chicago, qui a immigré de Russie aux États-Unis. « C'est maintenant comme dans les années 90, quand quiconque était capable de déménager a quitté le pays », a-t-il déclaré.

    La technologie est une petite partie de l'économie russe par rapport aux industries de l'énergie et des métaux, mais elle a connu une croissance rapide. La perte de nombreuses personnes jeunes, éduquées et tournées vers l'avenir pourrait avoir des ramifications économiques pour les années à venir, ont déclaré des économistes.

    « L'impact à long terme peut être plus important que l'impact à court terme », a déclaré Barry Ickes, chef du département d'économie de l'Université d'État de Pennsylvanie, spécialisé dans l'économie russe. « En fin de compte, la Russie doit diversifier son économie loin du pétrole et du gaz, et elle doit accélérer la croissance de la productivité. La technologie était un moyen naturel de le faire ».

    Les raisons des départs sont multiples

    Les travailleurs ont quitté le pays parce qu'ils s'opposaient à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ne voulaient plus vivre sous le régime de Poutine, craignaient de ne pas pouvoir s'exprimer s'ils restaient et/ou craignaient pour leur futur. Travaillant dans la technologie, une industrie relativement lucrative, ils avaient de l'argent pour fuir le pays. Et comme les autres travailleurs de la technologie dans le monde, ils pouvaient continuer leur travail de n'importe où avec un ordinateur portable et une connexion Internet.

    D'autres sont partis parce que leurs entreprises les ont renvoyés.

    Après que des gouvernements étrangers ont imposé des sanctions à la Russie et que de nombreuses entreprises américaines et européennes ont cessé d'y vendre des produits ou ont interdit l'accès aux services bancaires et Internet, certains travailleurs technologiques russes n'avaient pas les outils nécessaires pour faire leur travail. De plus, les entreprises ont eu du mal à les payer.

    Certains travaillaient pour des entreprises basées en Russie et d'autres pour des entreprises ayant leur siège social ailleurs. De nombreuses start-ups aux États-Unis et en Europe – dont beaucoup ont été fondées par des entrepreneurs nés en Russie – s'appuyaient sur des développeurs logiciels, des ingénieurs et d'autres travailleurs de la technologie en Russie. Pour les entrepreneurs russes vivant à l'étranger, ces travailleurs n'étaient pas aussi chers que les spécialistes de la Silicon Valley et d'autres régions des États-Unis.

    Nom : ukraine.png
Affichages : 3194
Taille : 340,8 Ko

    Les zones privilégiées

    StudyFree, une start-up de San Francisco qui aide les étudiants à trouver des bourses et des subventions universitaires, employait environ 30 travailleurs en Russie, mais les garder là-bas est devenu un handicap, alors l'entreprise les a contraint à se déplacer, a déclaré Dasha Kroshkina, fondatrice de l'entreprise d'origine russe. .

    En mars, un groupe qui offrait des conseils et d'autres aides aux personnes se déplaçant de Russie à Erevan (capitale de l'Arménie) sur l'application de messagerie Internet Telegram est passé à 18 000 membres. Pendant les journées de travail, les travailleurs russes de la technologie ont rempli les cafés et autres espaces publics, et alors qu'ils cherchaient des logements, les prix des loyers ont considérablement augmenté, selon de nombreuses personnes qui ont travaillé pour trouver des appartements via le groupe Telegram.

    « Nous n'avons pas assez d'appartements de qualité pour les personnes très éduquées avec des salaires élevés et des normes élevées », a déclaré Aram Shahbandarian, un ancien employé de Google basé à Erevan qui aide de nombreux Russes à s'installer dans la ville. 1 Erevan est en train de craquer ».

    Vahan Kerobyan, ministre arménien de l'Économie, a déclaré dans une interview qu'en tant que pays ayant une relation stratégique avec la Russie, il ne pouvait pas dire qu'il encourageait les entreprises à se retirer de Russie, mais que si les entreprises décidaient de quitter la Russie, alors son pays était près à les accueillir.

    « La communauté technologique arménienne apporte son soutien à ses amis russes, et le gouvernement voudrait donner aux entreprises russes un endroit agréable et pas trop cher où elles peuvent travailler », a-t-il déclaré. Kerobyan a estimé que 43 000 personnes avaient quitté la Russie pour l'Arménie, dont la moitié détenaient des passeports russes et l'autre moitié des passeports arméniens.

    Miro, une société américaine de logiciels, a affrété des vols vers Erevan pour ses employés russes et les a transférés dans deux hôtels au cœur de la ville, a déclaré Kerobyan. X-tensive, une société de développement de logiciels en Russie, a également déménagé ses employés dans la ville arménienne car son principal client, ServiceTitan, y a un bureau, a-t-il déclaré.

    Miro a déclaré publiquement qu'elle déplaçait ses travailleurs hors de Russie. X-tensive n'a pas fait de déclaration publique.

    Beaucoup de ces travailleurs peuvent éventuellement aller ailleurs car les restrictions de visa les obligent à quitter leur domicile actuel après un certain nombre de jours. Beaucoup ne savent pas où ils pourraient aller. D'autres envisagent de déménager dans des pôles technologiques prometteurs plus éloignés, tels que Dubaï et Lisbonne.

    Les incitations du gouvernement pour conserver ses professionnels de l'IT

    Artem Taganov, fondateur et directeur général d'une start-up russe appelée HintEd, a déclaré qu'il connaissait environ 70 fondateurs d'entreprises russes qui, comme lui, avaient fui en Arménie. Si les entrepreneurs restent en Russie, a-t-il dit, leurs entreprises ne pourront servir que le marché local.

    « Avant que tout cela ne commence, la Russie avait une base technologique si solide », a regretté Taganov. « Maintenant, nous avons une fuite des cerveaux qui se poursuivra pendant les cinq à 10 prochaines années ».

    La Russie a une tradition de production d'ingénieurs en logiciel et de développeurs Web talentueux. Des entreprises remarquables comme Telegram et Yandex sont venues du pays. Alors que les sanctions coupent le pays de l'économie mondiale, les entreprises technologiques devront s'inspirer de la Chine, un pays beaucoup plus grand, où les entreprises ont réussi en s'adressant aux clients nationaux.

    Le gouvernement russe veut garder les travailleurs de la technologie dans le pays, offrant des taux d'imposition plus bas, des hypothèques à des taux préférentiels et même la promesse qu'ils ne seront pas enrôlés dans l'armée, selon les médias d'État. Il y a quelques jours, Mikhail V. Mishustin, le Premier ministre russe, a appelé les travailleurs technologiques russes à créer « notre propre écosystème ». « La patrie vous a donné tout ce dont vous avez besoin pour faire votre travail », a déclaré Mishustin dans son discours annuel au Parlement. « Vous pourrez travailler de manière fiable et sereine pour votre pays, pour votre entreprise, gagner de l'argent normalement et vivre ici confortablement ».

    Beaucoup resteront en Russie et travailleront pour des entreprises affiliées à l'État. Mais ils seront confrontés à d'autres obstacles.

    Ils devront peut-être reconstruire bon nombre des outils fondamentaux nécessaires au développement de logiciels et de services Internet modernes. Le matériel informatique crucial peut devenir plus difficile à trouver car les sanctions limitent la disponibilité.

    Stepan Pachikov, considéré par beaucoup comme l'un des premiers entrepreneurs technologiques russes à avoir réussi après avoir créé Paragraph International, une société qui fabriquait des logiciels d'écriture manuscrite pour les machines Apple, a déclaré que les travailleurs technologiques les plus intelligents quittaient le pays depuis des années, mais qu'avec la situation actuelle, le rythme s'accélérait. .

    Alors que Pachikov a vu la Russie devenir économiquement isolée du monde et plus restrictive chez lui, il est peu optimiste quant à l'avenir. « C'est dévastateur », a-t-il déclaré. « Si vous perdez trop de sang, c'est la mort pour le corps. La Russie a perdu beaucoup de sang ».

    Et vous ?

    Quel impact pensez-vous que cet exode des professionnels russes des technologies de l'information aura-t-il sur la filière en Occident ?
    Connaissez-vous des développeurs bloqués en Russie à cause des sanctions de Visa et Mastercard contre ledit pays ? Partagez vos anecdotes

    Voir aussi :

    Les professionnels de l'IT de Russie partent du pays en raison de leur sevrage des services en ligne via lesquels ils gagnent leur vie, selon l'Association russe des communications électroniques
    Les entreprises technologiques se joignent aux sanctions imposées à la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine, une situation qui pourrait paralyser l'industrie technologique russe
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #207
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    832
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 832
    Points : 10 434
    Points
    10 434
    Par défaut La Russie interdit l'entrée au PDG de Meta Mark Zucker et à d'autres responsables et personnalités américaines
    La Russie interdit l'entrée au PDG de Meta Zuckerberg et à d'autres responsables et personnalités américaines
    pas à Parag Agrawal, le PDG de Twitter

    Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé, le 21 avril, qu'il avait interdit à la vice-présidente américaine Kamala Harris, au PDG de Meta, Mark Zuckerberg, et à 27 autres personnalités américaines d'entrer dans le pays. Dans un communiqué publié sur son site Internet, le ministère russe des affaires étrangères a déclaré que cette mesure était une réponse aux « sanctions antirusses de plus en plus sévères » imposées par l'administration Biden.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a affirmé viser les cadres supérieurs, les intellectuels publics et les journalistes qui façonnent ce qu'il appelle « le récit russophobe » qui prévaut dans le débat public américain. Outre Harris et Zuckerberg, l'interdiction inclut des hauts fonctionnaires de la défense et de la justice, les PDG de LinkedIn et de Bank of America, des commentateurs très en vue des affaires étrangères, ainsi que le rédacteur en chef du site d'information Meduza, axé sur la Russie.

    Nom : PoutineB.png
Affichages : 1550
Taille : 494,7 Ko

    Dans un communiqué jeudi, le ministère a indiqué que les interdictions de voyage s'appliqueraient « à perpétuité » et que la liste des sanctions serait mise à jour « sous peu » en réponse aux « actions hostiles » des autorités occidentales. Des restrictions similaires ont été imposées à 61 citoyens canadiens, accusés eux aussi d'être le fer de lance de politiques « russophobes ». Parmi les personnes sanctionnées figurent Cameron Ahmad, directeur des communications du Premier ministre Justin Trudeau, et le commandant des forces d'opérations spéciales canadiennes Steve Boivin.

    Jeudi également, la Russie a ordonné la fermeture de toutes les missions consulaires maintenues dans le pays par l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, expulsant tout leur personnel non russe en représailles à des mesures similaires prises par les États baltes. Zuckerberg, en tant que responsable du « roi » des réseaux sociaux en Occident et responsable des plateformes que la Russie a déjà bloquées, n'est pas une surprise. Mais je ne sais pas pourquoi Roslansky y est entré et pas Parag Agrawal, le PDG de Twitter. Twitter a été aussi proactif que le Facebook de Meta pour agir sur les fausses informations russes, mais d'un autre côté, il reste un canal lucratif pour RT.

    D'autre part, LinkedIn est depuis longtemps en conflit avec la Russie et l'une des histoires secondaires de la guerre en Ukraine est l'exode de personnes hors de Russie qui sont de plus en plus préoccupées par leurs libertés et les positions de la Russie en Ukraine et dans le monde. Cette liste s'inscrit dans le prolongement des mesures prises par la Russie pour fermer ou restreindre l'accès à un certain nombre de plateformes occidentales qui ne respectent pas sa réglementation en matière de diffusion de l'information, notamment pour tenter de limiter les messages pro-russes. Ces fermetures ont notamment consisté à fermer l'accès à Facebook et Instagram, à limiter l'accès à Google News et à émettre des avertissements concernant YouTube.

    Pendant ce temps, Apple, Google, Microsoft et bien d'autres ont fermé ou mis en pause leurs activités dans le pays, dans un jeu d'escalade autour des sanctions qui ont été prises dans le cadre d'actions de sanction épanouissantes.

    « En réponse aux sanctions anti-russes de plus en plus nombreuses imposées par l'administration Biden à un nombre croissant de citoyens russes - tant des fonctionnaires que leurs familles, ainsi que des représentants du monde des affaires, des universitaires et des personnalités culturelles, 29 cadres supérieurs, hommes d'affaires, experts et journalistes américains qui façonnent l'agenda russophobe ont été placés sur la "liste d'arrêt", tout comme les conjoints de plusieurs hauts fonctionnaires. Ces personnes sont interdites d'entrée dans la Fédération de Russie pour une durée indéterminée. Voici, ci-dessous la liste complète des personnes concernées :

    • Kamala Devi Harris, Vice-présidente des États-Unis ;
    • Kathleen Holland Hicks, Premier secrétaire adjoint à la Défense ;
    • Christopher Watson Grady, Vice-président des chefs d'état-major interarmées ;
    • John Francis Kirby - Sous-secrétaire à la défense, porte-parole du ministère de la défense ;
    • Ronald Klain - Chef de cabinet de la Maison Blanche ;
    • Evan Maureen Ryan, secrétaire de la présidence, épouse du secrétaire d'État E. Blinken ;
    • Margaret Goodlander - Conseillère du Secrétaire à la Justice, épouse du Président adjoint à la Sécurité intérieure J. Sullivan ;
    • Douglas Craig Emhoff - mari de la vice-présidente K. Harris ;
    • Robert Kagan est un politologue et l'époux du premier secrétaire d'État adjoint W. Nuland ;
    • Edward Price - porte-parole du département d'État ;
    • Richard/Rachel Levine - Sous-secrétaire d'État à la santé ;
    • Brian Thomas Moynihan - Président et directeur général de Bank of America ;
    • Mark Elliot Zuckerberg, cofondateur et chef du conseil d'administration de Meta (anciennement Facebook) ;
    • Kathy Warden est présidente et directrice générale de Northrop Grumann Corporation ;
    • Phebe Novakovic, président de General Dynamics ;
    • Michael Petters, président de Huntington Ingalls Industries ;
    • William Brown, président de L-3 Harris Technologies ;
    • Wahid Nawabi, président d'Aerovironment ;
    • Roger Krone, président de Leidos ;
    • Horacio Rozanski, président de Booz Allen Hamilton ;
    • Eilee Drake, président d'Aerojet Rocketdyne ;
    • David Deptua est responsable de la recherche à l'Institut Mitchell du stade aérospatial ;
    • Ryan Roslansky est le PDG du réseau social Linkedin ;
    • George Robert Stephanopoulos, animateur de ABC ;
    • Matthew Kroenig est directeur adjoint du NGO B. Scowcroft Centre for Strategic Security ;
    • David Reynolds Ignatius est journaliste et expert au Wilson Center ;
    • Edward Acevedo est un ancien membre de l'assemblée législative de l'Illinois et un expert du Wilson Center ;
    • Kevin Rothrock est un expert du Wilson Center et rédacteur en chef du portail médiatique anglophone Medusa ;
    • Bianna Vitalievna Golodryga est une analyste internationale senior à CNN.

    Une nouvelle annonce d'un autre ajout à la « liste d'arrêt » de la Russie en guise de contre-mesure aux actions hostiles des autorités américaines est annoncée.

    Source : Ministère russe des Affaires étrangères

    Et vous ?

    Quel commentaire faites-vous de cette interdiction d'entrer au PDG de Meta, Mark Zuckerberg, et pas à Parag Agrawal, le PDG de Twitter ?

    Voir aussi :

    La Russie développe une plateforme interopérable de superordinateurs, pour accélérer le remplacement des importations et se passer des fournisseurs étrangers

    Les services de cache de données pour sites web Cloudflare et Akamai refusent d'arrêter d'opérer en Russie car « ce serait une victoire pour Poutine », dans le cadre de la guerre de l'information

    La Russie crée sa propre autorité de certification TLS pour contourner les sanctions, ces dernières ayant empêché les sites Web russes de renouveler leurs certificats

    AMD et Intel auraient suspendu leurs livraisons de processeurs à usage industriel à la Russie, TSMC pourrait leur emboîter les pas dans les prochaines heures
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #208
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    832
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 832
    Points : 10 434
    Points
    10 434
    Par défaut SAP a annoncé mardi qu'il se retirait de la Russie après 30 ans d'activités dans le pays
    SAP a annoncé mardi qu'il se retirait de la Russie après 30 ans d'activités dans le pays,
    laissant les clients sur site sans support logiciel

    « Nos cœurs et nos espoirs sont avec le peuple ukrainien. Plus que tout, nous voulons que cette guerre prenne fin », a déclaré le géant Allemand du logiciel, faisant référence à l'invasion illégale de l'Ukraine par le président russe Vladimir Poutine, dans un communiqué en conserve annonçant sa sortie.

    SAP a interrompu toutes ses ventes en Russie au début du mois de mars, conformément aux sanctions internationales. Le géant des logiciels d'entreprise SAP a déclaré qu'il suspendait toutes ses ventes dans le pays à la suite de l'invasion de l'Ukraine par Moscou. Les sanctions économiques contre la Russie sont un mécanisme important dans les efforts pour restaurer la paix. SAP est en échange constant avec les gouvernements du monde entier, « nous avons toute confiance en leurs conseils et nous soutenons pleinement les actions entreprises jusqu'à présent. Nous cessons toute activité en Russie alignée et en outre, nous interrompons toutes les ventes de services et de produits SAP en Russie ».

    Nom : Myk.png
Affichages : 2564
Taille : 41,8 Ko

    Avec des centaines de milliers de personnes qui fuient leurs maisons, il est crucial de trouver et de fournir rapidement un abri. Nous avons alloué une aide humanitaire initiale d'un million d'euros à la population ukrainienne et travaillons avec les organisations nationales de la Croix-Rouge, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et d'autres organisations pour proposer notre technologie afin de soutenir leurs efforts. Cependant, l'entreprise a fait face à des critiques pour avoir continué à soutenir ses produits en Russie. Dans un tweet viral, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a reproché à SAP, ainsi qu'à Microsoft et Oracle, de soutenir la technologie en Russie.

    Le 14 mars, Oracle a indiqué sur Twitter qu'il avait quitté la Russie, laissant les clients existants sans mises à jour logicielles ni assistance. Microsoft n'a pas fait de même. Le vice-premier ministre ukrainien, Mykhailo Fedorov, a fait monter la pression en publiant une série de tweets accusateurs à l'encontre de SAP.

    Le 24 mars, l'entreprise a annoncé qu'elle mettait fin à ses services de cloud computing en Russie. Deux jours plus tard, Mykhailo a fait l'éloge de SAP et a déclaré que l'entreprise avait non seulement accepté de soutenir un blocus numérique de la Russie, mais qu'elle ouvrirait un jour un centre de R&D en Ukraine. Les logiciels SAP peuvent faire l'objet d'une licence pour une utilisation sur site, ou être obtenus sous forme de service d'abonnement basé sur le cloud, ce qui fait qu'il n'est pas simple de fermer entièrement son produit en Russie.

    « Au-delà de la mise en œuvre des sanctions et de l'arrêt de toutes les ventes, nous arrêtons activement nos opérations de cloud computing en Russie. Nous avons reçu des questions sur la capacité de SAP à arrêter tous les produits existants pour les clients russes. Certains clients russes ont acheté et déployé leurs produits SAP sur site et les utilisent au sein de leur propre service informatique. Cela signifie qu'indépendamment de toute décision de SAP de ne pas fournir de support ou d'engagement de quelque nature que ce soit, ces clients sont toujours en mesure de continuer à utiliser ces produits indépendamment de SAP.

    « Pour répondre aux besoins humanitaires et aux besoins des réfugiés sur le terrain, nous utilisons notre technologie pour aider les organisations multinationales dans une série d'efforts d'aide. Il s'agit notamment de garantir l'approvisionnement des groupes d'aide et des professionnels de la santé. Le 9 mars, nous avons permis aux fournisseurs de SAP Business Network de déclarer qu'ils étaient prêts à fournir une aide humanitaire ; quelque 1 500 d'entre eux l'ont déjà fait. Nous aidons également le gouvernement ukrainien à commander des fournitures pour les hôpitaux afin qu'ils puissent obtenir le plus rapidement et le plus facilement possible les équipements dont ils ont besoin en urgence.

    « La technologie n'est qu'une des ressources que nous offrons. Le total des dons de SAP et de ses employés a dépassé les 3 millions d'euros et continue de croître. Plus de 4 000 employés ont proposé un logement et d'autres aides aux réfugiés. Nous mettons également à la disposition de SAP un espace de bureau pour stocker des dons tels que des médicaments et de la nourriture. »

    « Il y a des clients en Russie qui ont acheté et déployé leurs produits SAP sur place et qui font fonctionner ces produits au sein de leurs propres services informatiques internes », a déclaré SAP fin mars. « Cela signifie qu'indépendamment de toute décision de SAP de ne pas fournir de support ou d'engagement de quelque nature que ce soit, ces clients sont toujours en mesure de continuer à utiliser ces produits indépendamment de SAP. » Luka Mucic, directeur financier de SAP, aurait déclaré : « Il n'y a pas de bouton rouge magique sur lequel SAP pourrait appuyer pour faire disparaître ces licences logicielles des ordinateurs ».

    SAP donne trois options aux abonnés du cloud en Russie qui ne sont pas autrement soumis à des sanctions : faire supprimer leurs données, les restituer ou les faire migrer vers un centre de données hors de Russie. Ceux qui choisissent la migration seront contraints de trouver une solution alternative à terme, car SAP a déclaré qu'elle ne renouvellerait pas les abonnements. Pour les produits sur site, SAP a déclaré qu'elle évaluait les moyens de mettre fin au support et à la maintenance tout en honorant ses obligations envers les clients non sanctionnés.

    Amazon, Apple, Airbus, Boeing, Disney, Google, Ford et Nike, ainsi que des entreprises de services financiers, de divertissement et de pétrole, entre autres, ont limité la disponibilité de leurs services et produits en Russie. Spotify a fermé son bureau en Russie pour une durée indéterminée.

    Les géants des puces électroniques AMD, Intel, TSMC et GlobalFoundries ont suspendu leurs expéditions de composants vers la Russie. Dell, HP et Lenovo ont également cessé d'expédier des produits dans le pays. Cette décision intervient après que les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions à la Russie pour l'occupation de l'Ukraine.

    Mykhailo Fedorov, vice-premier ministre ukrainien, a exhorté « toutes les sociétés de développement de jeux à bloquer temporairement tous les comptes russes et bélarussiens », a fait pression sur le monde de l'ESport pour qu'il exclue les équipes russes et bélarussiennes des événements internationaux, et a déclaré que Sony et Microsoft devraient retirer PlayStation et Xbox, respectivement, de Russie.

    Selon l'agence de presse gouvernementale russe, TASS, le Premier ministre russe Mikhaïl Mishustin a déclaré mercredi que toutes les sociétés informatiques seraient exemptées du paiement de l'impôt sur le revenu et de l'inspection par les autorités de régulation pendant trois ans.

    SAP est très présent dans la région, puisqu'il aurait fourni ses services à plus de la moitié des 100 premières entreprises russes en termes de chiffre d'affaires, avant la guerre et la pandémie de 2018. Toutefois, ses activités combinées en Russie, au Belarus et en Ukraine ne représentent que 1,5 % de son chiffre d'affaires total.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Oracle et SAP suspendent leurs activités en Russie en raison de l'invasion du pays, les sanctions économiques contre la Russie seraient un mécanisme important dans les efforts pour restaurer la paix

    La société de paiement en ligne PayPal a cessé d'accepter de nouveaux utilisateurs en Russie, Moscou a réagi aux sanctions en empêchant les investisseurs étrangers de quitter le pays

    AMD et Intel auraient suspendu leurs livraisons de processeurs à usage industriel à la Russie, TSMC pourrait leur emboîter les pas dans les prochaines heures

    La Russie affirme que les sanctions américaines pourraient entraîner un crash de l'ISS, Musk, le fondateur de SpaceX, suggère que son entreprise pourrait maintenir l'ISS en vol
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #209
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    septembre 2014
    Messages
    451
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2014
    Messages : 451
    Points : 1 095
    Points
    1 095
    Par défaut
    La leçon globale à retirer de l'incroyable liste des mesures de représailles contre la Russie est qu'il n'est pas possible de faire confiance dans ces entreprises occidentales.
    Les entreprises russes victimes de ces actions vont devoir devenir réellement indépendantes de l'Occident. Même si Poutine perd la guerre en Ukraine et tire sa révérence dans un an,
    la Russie ne fera plus jamais confiance à l'Occident, avec toutes les conséquences que cela va donner sur le très long terme.

  10. #210
    Membre chevronné
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    634
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 634
    Points : 2 057
    Points
    2 057
    Par défaut
    Mais pourquoi un pays devrait faire confiance que des entreprises étrangères qui soutiennent son économie, et donc sa guerre, vont gentiment rester dans son pays ? Ton raisonnement est juste naïf.

    De plus il ne faut pas oublier que la popularité de Poutine remonte en Russie lorsqu'il a provoqué la guerre en Ukraine (et ces des sondages indépendant voir pro Navalny qui le disent), et peu importe que ce soit de la propagande d'état, au contraire, quand les Russes perdent leurs emplois, et voient ceux qu'on les moyens partir, leur gamins enrôlé a la guerre ne pas revenir ou handicapé, c'est bien l'ensemble de la situation qui rendra les choses difficiles pour Poutine.

  11. #211
    Membre chevronné

    Profil pro
    Conseil - Consultant en systèmes d'information
    Inscrit en
    février 2004
    Messages
    743
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Conseil - Consultant en systèmes d'information

    Informations forums :
    Inscription : février 2004
    Messages : 743
    Points : 1 946
    Points
    1 946
    Par défaut
    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    La leçon globale à retirer de l'incroyable liste des mesures de représailles contre la Russie est qu'il n'est pas possible de faire confiance dans ces entreprises occidentales.
    Les entreprises russes victimes de ces actions vont devoir devenir réellement indépendantes de l'Occident. Même si Poutine perd la guerre en Ukraine et tire sa révérence dans un an,
    la Russie ne fera plus jamais confiance à l'Occident, avec toutes les conséquences que cela va donner sur le très long terme.
    Est-ce dans l'intérêt des entreprises occidentales d'aller travailler dans un pays qui est foncièrement violent, pense que les autres nations sont des sous-hommes, commet des crimes par milliers tout en les justifiant officiellement à sa population, et dont l'économie va tomber en ruine rapidement (coût de la guerre, argent qui ne rentre plus, imports très difficiles)? Il n'y a plus beaucoup d'intérêts pour des entreprises d'aller là-bas.

    C'est totalement l'inverse en fait : c'est bien la Russie qui, par ses actions violentes et impérialistes, se coupe du monde, et fait fuir les investisseurs et les entreprises, de gré ou de force. Certaines resteront certainement au final, mais il faudra qu'elles aient un gain financier conséquent : il y en aura peu.

  12. #212
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    760
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 760
    Points : 3 194
    Points
    3 194
    Par défaut
    pourquoi ces boites ne boycotte pas la chine ? un état autoritaire qui fait travailler des prisonniers politiques dans des camps de concentration.
    Elles font ça à la Russie car elles ne font pas de business avec ou très peu. Mais cela leurs donne une bonne image comme acheter des panneaux solaires pour faire du greenwashing, ici c'est juste du RussiaWashing
    Par contre les boites comme Total ne vont pas arrêter de commercer avec la Russie


    Les droits humains on s'en fou si c'est un marché intérieur de 1 milliards et des salaires très bas.
    Mais il y'a néanmoins un satisfaisant retour de bâton, voir ce qui sait passé avec par exemple ARM qui se sont fait tous volé leurs licences par la chine...

  13. #213
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    367
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 367
    Points : 929
    Points
    929
    Par défaut
    Citation Envoyé par blbird Voir le message
    Est-ce dans l'intérêt des entreprises occidentales d'aller travailler dans un pays qui est foncièrement violent, pense que les autres nations sont des sous-hommes, commet des crimes par milliers tout en les justifiant officiellement à sa population, et dont l'économie va tomber en ruine rapidement (coût de la guerre, argent qui ne rentre plus, imports très difficiles)? Il n'y a plus beaucoup d'intérêts pour des entreprises d'aller là-bas.

    C'est totalement l'inverse en fait : c'est bien la Russie qui, par ses actions violentes et impérialistes, se coupe du monde, et fait fuir les investisseurs et les entreprises, de gré ou de force. Certaines resteront certainement au final, mais il faudra qu'elles aient un gain financier conséquent : il y en aura peu.
    Parce que la Chine ne commet pas ce genre d'exaction ??? La Chine ne fait pas fuir les investisseurs et les entreprises...

    Si les entreprises occidental partent de Russie c'est pour des raisons politiques.

    EDIT: @calvaire, tu m'as devancé de deux minutes .

  14. #214
    Expert confirmé

    Profil pro
    Inscrit en
    février 2006
    Messages
    2 327
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : février 2006
    Messages : 2 327
    Points : 4 571
    Points
    4 571
    Par défaut
    Citation Envoyé par blbird Voir le message
    ...
    le début de ta description c'est exactement ce que fait les usa, sauf que comme il y a moins d'argent à se faire en russie (et que le conflit américano-russe donne des relents de guerre froide), on lui pardonne pas ...

  15. #215
    Membre chevronné

    Profil pro
    Conseil - Consultant en systèmes d'information
    Inscrit en
    février 2004
    Messages
    743
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Conseil - Consultant en systèmes d'information

    Informations forums :
    Inscription : février 2004
    Messages : 743
    Points : 1 946
    Points
    1 946
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    pourquoi ces boites ne boycotte pas la chine ? un état autoritaire qui fait travailler des prisonniers politiques dans des camps de concentration.
    Hé bien chiche, pas de soucis pour ma part, il faudrait effectivement faire pareil avec la Chine.

    La grosse différence étant que les activités de guerre de la Russie sont en Europe, et pas à des dizaines de milliers de km de l'Europe.

    @stardeath : non, les US n'envahissent pas des pays pour accroitre leur territoire. Les US ne sont pas blancs comme neige, certainement pas, mais entre la Russie et les US, il y a un monde énorme.

  16. #216
    Membre expert Avatar de AoCannaille
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    1 216
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 1 216
    Points : 3 917
    Points
    3 917
    Par défaut
    Citation Envoyé par blbird Voir le message
    @stardeath : non, les US n'envahissent pas des pays pour accroitre leur territoire. Les US ne sont pas blancs comme neige, certainement pas, mais entre la Russie et les US, il y a un monde énorme.
    Mouais, ils augmentent pas leur territoire directement mais leur zone d'influence, mettant au pouvoir des dirigeants pro US. C'est le nec plus ultra du libéralisme : sous-traiter la gestion de ses colonie par un gouvernement local :p

    Disons que les US prennent beaucoup plus de soin que la Russie ou la Chaine à contourner les règles de l'ONU...

  17. #217
    Membre chevronné

    Profil pro
    Conseil - Consultant en systèmes d'information
    Inscrit en
    février 2004
    Messages
    743
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Conseil - Consultant en systèmes d'information

    Informations forums :
    Inscription : février 2004
    Messages : 743
    Points : 1 946
    Points
    1 946
    Par défaut
    Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
    Mouais, ils augmentent pas leur territoire directement mais leur zone d'influence, mettant au pouvoir des dirigeants pro US. C'est le nec plus ultra du libéralisme : sous-traiter la gestion de ses colonie par un gouvernement local :p Disons que les US prennent beaucoup plus de soin que la Russie ou la Chaine à contourner les règles de l'ONU...
    Les US ne font pas de génocide avec leur armée, ils n'envahissent pas d'autres territoires pour les conquérir et y rester avec leur armée, l'armée US ne torturent pas en masse des civils de pays limitrophes, leurs soldats ne violent pas ni ne tue pas les femmes, les enfants, et n'envoient pas au combat pour eux les hommes des pays envahis.

    Sans être tout blanc ou tout noir, je vois que la propagande Russe a fait des dégâts en France.

  18. #218
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Gestion de parcs informatique
    Inscrit en
    août 2011
    Messages
    15 544
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Gestion de parcs informatique
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : août 2011
    Messages : 15 544
    Points : 37 497
    Points
    37 497
    Par défaut
    Les US ne font pas de génocide avec leur armée
    Dis ça aux survivants d'Hiroshima ou à "la petite fille au Napalm".

    Juste la remarque d'un habitant d'une zone entre deux blocs qui s'opposent en s'en foutant des dommages collatéraux, et pour qui il y a des conséquences : augmentation des prix chez nous par exemple, conséquences très mineures par rapport aux ukrainiens qui eux sont sous les bombes et subissent des exactions. La population russe ne souhaite pas forcément la guerre non plus mais on ne leur demande pas leur avis.

    Bref, la guerre n'apporte que la misère, la tristesse, et ne règle la plupart du temps pas le "problème" pour lequel elle a été menée. La guerre ne profite qu'aux marchands d'arme.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  19. #219
    Membre expert Avatar de AoCannaille
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    1 216
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 1 216
    Points : 3 917
    Points
    3 917
    Par défaut
    Citation Envoyé par blbird Voir le message
    Sans être tout blanc ou tout noir, je vois que la propagande Russe a fait des dégâts en France.
    Quel rapport avec la propagande Russe ? C'est plutôt notoire que les USA ont déstabilisé la majorité des pays d’Amérique du sud pour en faire plus de force que de gré des alliés.


    Reprenons ta liste par contre :


    - Les US ne font pas de génocide avec leur armée
    Mouais, c'était pas clair ce qui s'est passé au Vietnam avec le Napalm

    - ils n'envahissent pas d'autres territoires pour les conquérir et y rester avec leur armée,
    ça peut être drappé de toutes les bonnes intentions du monde, de façade ou non, mais l'armée américaine est resté un paquet d'année en iraq et en afghanistan. Je parle même pas des bases militaires américaines partout dans le monde qui limite quand même la diplomatie du pays hôte, ou encore qu'ils ne prennent même plus le risque de conquérir un territoire vu qu'un prix nobel de la Paix arrive en même temps à être le champion du monde de l'attaques de drones...

    - l'armée US ne torturent pas en masse des civils de pays limitrophes,
    Selon WikiLeaks, les alliés ont massivement torturé en Irak
    Ah, pardon, ce n'était pas dans des pays limitrophe. Tu as donc raisons, l'armée us de torture pas en masse des civils de pays limitrophes....

    - leurs soldats ne violent pas ni ne tue pas les femmes, les enfants
    Lors de la seconde guerre mondiale, la majorité des viols sur française déclarés ont été fait par des soldats américains, entre autre parce que leur propagande pour encourager en s'engager décrivait les françaises comme des femmes faciles.
    Au vietnam, des village entiers étaient mitraillés par helico sans distinction homme/femme enfant
    Dans un autre axe, un demi millions de militaire femme américaines ont été violés par leurs homologues masculins
    donc sur cette phrase, si, leur soldats violent ET tuent des femmes, et même des alliées en plus!

    - et n'envoient pas au combat pour eux les hommes des pays envahis.
    ça, Ok, je n'ai pas connaissance de ces faits là pour l'armée US.


    Pour te paraphraser,
    Sans être tout blanc ou tout noir, je vois que la propagande US a fait des dégâts en France.
    La guerre, c'est la guerre, et il n'y a pas d'armée éthique. En particulier avec les guerres modernes. Et contrairement à ce que tu dis, "Entre la Russie et les US", le monde n'est pas si énorme que ça...

  20. #220
    Membre chevronné

    Profil pro
    Conseil - Consultant en systèmes d'information
    Inscrit en
    février 2004
    Messages
    743
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Conseil - Consultant en systèmes d'information

    Informations forums :
    Inscription : février 2004
    Messages : 743
    Points : 1 946
    Points
    1 946
    Par défaut
    Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
    Et contrairement à ce que tu dis, "Entre la Russie et les US", le monde n'est pas si énorme que ça...
    Evidemment que si. En Russie, actuellement et depuis plus de 40/50 ans, le gouvernement, les médias et même les écoles inculquent aux russes que les autres races sont inférieures, qu'ils ont tout à fait le droit de tuer des ukrainiens/des polonais/des japonais/... s'ils ne se soumettent pas.

    On a des preuves d'ordres effectifs de la hiérarchie militaire sur la mise en place de viols, le massacre en masse de civils et même d'enfants, l'organisation de charniers dont les équipements qui vont avec ont été amenés pendant l'invasion. On sait que les soldats Russes ont été encouragés à envahir l'Ukraine dans l'optique de piller, de violer. La télévision d'état Russe ainsi que les membres du gouvernement, officiellement, annonce clairement au peuple que les Ukrainiens doivent être soumis, et que ceux qui ne se soumettent pas doivent être exécutés. On a des déplacements forcés de population, en particulier les femmes au moins 1 millions, dont 150 000 enfants, de l'Ukraine vers la Russie. On ne sait pas encore ce qui leur arrive...

    Description prouvée de ce qui s'est passé au nord de Kiyv :
    1. L'armée Russe envahissait le village le matin
    2. Interdiction de sortir des maisons pour les civils sous peine de mort
    3. L'après-midi, des soldats passaient dans toutes les maisons une à une pour savoir qui habitait dedans
    4. Le soir, les mâles de 16 ans à 70 ans étaient assassinés en masse, devant leur famille et leurs enfants
    5. Les femmes ukrainiennes, et même les filles étaient violées toute la nuit. On a même des vidéos de soldats russes très fiers qui violent des bébés...
    6. Le lendemain, certaines étaient exécutées selon le bon vouloir des Russes


    S'ensuivit un pillage de tout ce qui pouvait être envoyé en Russie et qui pouvait avoir quelque valeur. Les témoignages et même certaines vidéos sont légions.

    Non clairement, même si encore une fois les US ne sont pas blancs, c'est le jour et la nuit entre les valeurs de la Russie et celles de l'écrasante majorité des pays démocratiques. On est pas du tout au même niveau, et encore moins à institutionnaliser ces procédés horribles et barbares directement par le commandement, le gouvernement et les médias.

    Ca n'a juste rien à voir. Venir dire que les US sont tout aussi méchant que les Russes, c'est fort de café, et ca vient en grande partie de la propagande Russe du grand méchant Satan US. Pointer quelqu'un d'autre du doigt pendant que je commet bien pires horreurs, sans commune mesure, de mon côté...

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 02/02/2022, 19h55
  2. Réponses: 6
    Dernier message: 29/10/2021, 14h25
  3. Réponses: 1
    Dernier message: 12/08/2021, 13h11
  4. Réponses: 19
    Dernier message: 22/12/2020, 19h27
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 01/10/2020, 09h03

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo