IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Android Discussion :

Android 13 porte la configuration minimale requise à 2 Go de RAM et 16 Go de stockage


Sujet :

Android

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 134
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 134
    Points : 171 974
    Points
    171 974
    Par défaut Android 13 porte la configuration minimale requise à 2 Go de RAM et 16 Go de stockage
    La première Developer Preview d'Android 13 est disponible et s'accompagne de nouvelles options de confidentialité
    contrôle de langue et thème

    Le 9 février, Google a publié la troisième Android 12L Developer Preview, dont la version finale est prévue pour mars. Le 10 février, Google a publié la première Android 13 Developer Preview, dont la disponibilité générale est prévue au cours du second semestre de l'année. Les nouvelles fonctionnalités incluent des options de thème et des fonctionnalités de confidentialité améliorées, de nouveaux contrôles de langue et, bien sûr, de nombreuses mises à jour.

    Conformément à sa feuille de route, Google a annoncé hier la première version développeur d'Android 13. Ces toutes premières versions, qui sont uniquement destinées aux développeurs et ne sont pas disponibles par des mises à jour en direct, n'incluent généralement pas trop de modifications destinées à l'utilisateur. Cette règle est encore vraie cette fois-ci. Toutefois, même dans cette première version, la société présente déjà quelques changements qui auront un impact sur la façon dont vous utiliserez votre téléphone Android.

    Contrairement à Android 12, Google prévoit d'avoir deux versions développeur, puis de lancer une version bêta en avril, un mois plus tôt qu'en 2021. La version finale pourrait arriver dès août, sur la base de la feuille de route de Google, alors qu'Android 12 a été lancé début octobre.

    Tout cela se produit alors qu'Android 12L, la version Android pour les appareils à grand écran, est également en cours de développement, bien que Google note qu'il apportera également certaines de ces fonctionnalités à Android 13. Celles-ci incluent une prise en charge améliorée des tablettes, des pliables et des applications Android sur les Chromebooks.

    Android 13 dispose d'un nouveau sélecteur de photos intégré, remplaçant le gestionnaire de fichiers qui s'affichait pour sélectionner des photos. Le but ici n'est pas que le sélecteur de photos ressemble ou fonctionne différemment du gestionnaire de fichiers ; au lieu de cela, il vous permet d'envoyer une seule photo à une application sans accorder à cette application l'accès à l'autorisation de stockage.

    Une application qui n'a pas accès au stockage peut appeler le sélecteur de documents du système (qui dispose d'un accès au stockage), et le sélecteur peut transférer l'accès au fichier unique que vous avez sélectionné. Il semble que le sélecteur de photos fournira la même chose pour les photos. Google indique que cette fonctionnalité nécessitera de nouvelles « API de sélection de photos », qu'une application devrait prendre en charge. Un système sans doute idéal pour des outils comme les applications de messagerie par lesquelles les utilisateurs veulent partager une image ou des applications qui n'ont besoin que d'une photo pour permettre à l'utilisateur d'étoffer son profil.

    Dave Burke, VP of Engineering, a fait ce message d'introduction :

    « Chaque jour, des milliards de personnes dans le monde sortent leur appareil Android pour les aider à faire avancer les choses. Le bon fonctionnement d'Android pour chacun d'entre eux est assuré en partie grâce à un processus collaboratif avec vous, notre communauté de développeurs, en partageant vos commentaires pour nous aider à renforcer Android.

    « Aujourd'hui, nous partageons une première préversion de la prochaine version d'Android, avec Android 13 Developer Preview 1. Avec Android 13, nous poursuivons certains thèmes importants : la confidentialité et la sécurité, ainsi que la productivité des développeurs. Nous nous appuierons également sur certaines des mises à jour les plus récentes que nous avons effectuées dans 12L pour vous aider à tirer parti des plus de 250 millions d'appareils Android à grand écran en cours d'exécution.

    « Ce n'est que le début d'Android 13, et nous aurons beaucoup plus à partager au fur et à mesure de la sortie de la version. Lisez la suite pour un avant-goût des nouveautés et visitez le site des développeurs Android 13 pour plus de détails sur les téléchargements pour Pixel et la chronologie des versions. Comme toujours, il est crucial d'obtenir vos commentaires tôt, pour nous aider à les inclure dans la version finale. Nous sommes impatients d'entendre ce que vous en pensez, et merci d'avance pour votre aide continue à faire d'Android une plateforme qui fonctionne pour tout le monde ! »

    Confidentialité et sécurité

    Selon Google, « les gens veulent un système d'exploitation et des applications auxquels ils peuvent confier leurs informations les plus personnelles et les plus sensibles ».

    L'éditeur affirme que « la confidentialité est au cœur des principes de produit d'Android, et Android 13 se concentre sur la création d'une plateforme responsable et de haute qualité pour tous en offrant un environnement plus sûr sur l'appareil et plus de contrôles à l'utilisateur. Dans la version d'aujourd'hui, nous introduisons un sélecteur de photos qui permet aux utilisateurs de partager des photos et des vidéos en toute sécurité avec des applications, et une nouvelle autorisation Wi-Fi pour minimiser davantage la nécessité pour les applications d'avoir l'autorisation de localisation. Nous vous recommandons d'essayer les nouvelles API et de tester comment les modifications peuvent affecter votre application ».

    Sélecteur de photos et API

    Pour aider à protéger la confidentialité des photos et des vidéos des utilisateurs, Android 13 ajoute un sélecteur de photos système - un moyen standard et optimisé pour les utilisateurs de partager en toute sécurité des photos locales et basées sur le cloud. Le sélecteur de documents de longue date d'Android permet à un utilisateur de partager des documents spécifiques de tout type avec une application, sans que cette application ait besoin d'une autorisation pour afficher tous les fichiers multimédias sur l'appareil. Le sélecteur de photos étend cette capacité avec une expérience dédiée à la sélection de photos et de vidéos. Les applications peuvent utiliser les API de sélection de photos pour accéder aux photos et vidéos partagées sans avoir besoin d'autorisation pour afficher tous les fichiers multimédias sur l'appareil.

    Google prévoit d'offrir l'expérience du sélecteur de photos à davantage d'utilisateurs d'Android grâce aux mises à jour du système Google Play, dans le cadre d'une mise à jour du module MediaProvider pour les appareils (à l'exception des appareils Go) exécutant Android 11 et versions ultérieures.

    Autorisation d'appareils à proximité pour le Wi-Fi

    Android 13 introduit l'autorisation d'exécution NEARBY_WIFI_DEVICES (qui fait partie du groupe d'autorisations NEARBY_DEVICES) pour les applications qui gèrent les connexions d'un appareil aux points d'accès à proximité via Wi-Fi. La nouvelle autorisation sera requise pour les applications qui appellent de nombreuses API Wi-Fi couramment utilisées et permet aux applications de découvrir et de se connecter aux appareils à proximité via Wi-Fi sans avoir besoin d'une autorisation de localisation. Auparavant, les exigences d'autorisation de localisation étaient un défi pour les applications qui devaient se connecter à des appareils Wi-Fi à proximité, mais n'avaient pas réellement besoin de l'emplacement de l'appareil. Les applications ciblant Android 13 pourront désormais demander l'autorisation NEARBY_WIFI_DEVICES avec le drapeau "neverForLocation", ce qui devrait aider à promouvoir une conception d'application respectueuse de la vie privée tout en réduisant les frictions pour les développeurs.

    Productivité et outils des développeurs

    Android 13 apporte également de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux outils pour la productivité des développeurs.

    À ce propos, Google indique : « Vous aider à créer de belles applications qui s'exécutent sur des milliards d'appareils est l'une de nos principales missions, que ce soit dans Android 13 ou via nos outils de développement Android modernes, comme un langage que vous aimez dans Kotlin ou des API opiniâtres avec Jetpack. En vous aidant à travailler de manière plus productive, nous visons à réduire vos coûts de développement afin que vous puissiez vous concentrer sur la création d'expériences incroyables ».

    Voici quelques-unes des nouveautés d'Android 13.

    API de placement des paramètres rapides

    Les paramètres rapides dans la nuance de notification sont un moyen pratique pour les utilisateurs de modifier les paramètres ou d'effectuer des actions rapides sans quitter le contexte d'une application. Pour les applications qui fournissent des vignettes personnalisées, l'éditeur facilite la découverte et l'ajout de vos vignettes aux paramètres rapides pour les utilisateurs. À l'aide d'une nouvelle API de placement de vignettes, votre application peut désormais inviter l'utilisateur à ajouter directement votre vignette personnalisée à l'ensemble de vignettes de paramètres rapides actives. Une nouvelle boîte de dialogue système permet à l'utilisateur d'ajouter la vignette en une seule étape, sans quitter votre application, plutôt que d'avoir à accéder aux paramètres rapides pour ajouter la vignette.

    Nom : un.png
Affichages : 1639
Taille : 13,0 Ko

    Icônes d'applications thématiques

    Dans Android 13, Google étend la couleur dynamique Material You au-delà des applications Google à toutes les icônes d'application, permettant aux utilisateurs d'opter pour des icônes qui héritent de la teinte de leur fond d'écran et d'autres préférences de thème. Tout ce que votre application doit fournir est une icône d'application monochrome (par exemple, votre notification pouvant être dessinée) et une modification de l'icône adaptative XML.

    L'éditeur encourage tous les développeurs à fournir des icônes compatibles pour aider à offrir une expérience cohérente aux utilisateurs qui se sont inscrits. Les icônes d'application thématiques sont initialement prises en charge sur les appareils Pixel et Google travaille avec ses partenaires fabricants d'appareils pour les proposer à plus d'appareils.

    Nom : deux.png
Affichages : 1638
Taille : 502,6 Ko

    Préférences de langue par application

    Certaines applications permettent aux utilisateurs de choisir une langue différente de la langue du système, pour répondre aux besoins des utilisateurs multilingues. Ces applications peuvent désormais appeler une nouvelle API de plateforme pour définir ou obtenir la langue préférée de l'utilisateur, ce qui permet de réduire le code passe-partout et d'améliorer la compatibilité lors de la définition de la langue d'exécution de l'application. Pour une compatibilité plus large, Google va ajouter une API similaire dans une prochaine bibliothèque Jetpack.

    Césure plus rapide

    La césure rend le texte enveloppé plus facile à lire et aide à rendre votre interface utilisateur plus adaptative. Dans Android 13, Google a optimisé les performances de césure jusqu'à 200 % afin que vous puissiez désormais l'activer dans vos TextViews sans presque aucun impact sur les performances de rendu. Pour activer une césure plus rapide, utilisez les nouvelles fréquences fullFast ou normalFast dans setHyphenationFrequency().

    Shaders programmablesAndroid 13 ajoute la prise en charge des objets RuntimeShader programmables, avec un comportement défini à l'aide du langage AGSL (Android Graphics Shading Language). AGSL partage une grande partie de sa syntaxe avec GLSL, mais fonctionne dans le moteur de rendu Android pour personnaliser la peinture dans le canevas d'Android ainsi que le filtrage du contenu de la vue. Android utilise en interne ces shaders pour implémenter des effets d'entraînement, de flou et d'étirement, et Android 13 vous permet de créer des effets avancés similaires pour votre application.

    Mises à jour d'OpenJDK 11

    Dans Android 13, Google a commencé à rafraîchir les bibliothèques principales d'Android pour les aligner sur la version OpenJDK 11 LTS, avec à la fois des mises à jour de bibliothèque et la prise en charge du langage de programmation Java 11 pour les développeurs d'applications et de plateformes. Google prévoit également d'apporter ces modifications de la bibliothèque principale à davantage d'appareils grâce aux mises à jour du système Google Play, dans le cadre d'une mise à jour du module ART pour les appareils exécutant Android 12 et versions ultérieures.

    Compatibilité des applications

    Avec chaque version de plateforme, Google assure qu'il s'efforce d'accélérer et de fluidifier les mises à jour en donnant la priorité à la compatibilité des applications lorsque sont déployées de nouvelles versions de plateforme. Dans Android 13, Google a opté pour la plupart des modifications concernant les applications pour vous donner plus de temps, et a mis à jour ses outils et processus pour vous aider à vous préparer plus tôt.

    Des modules Android mis à jour par Google Play

    Dans Android 13, Google continue à étendre nos investissements dans les mises à jour du système Google Play (Project Mainline) pour offrir aux applications un environnement plus cohérent et sécurisé sur tous les appareils, et pour offrir de nouvelles fonctionnalités et capacités aux utilisateurs. L'éditeur indique qu'il peut désormais proposer de nouvelles fonctionnalités telles que le sélecteur de photos et OpenJDK 11 directement aux utilisateurs des anciennes versions d'Android par des mises à jour des modules existants. Google a également ajouté de nouveaux modules, tels que les modules Bluetooth et Ultra large bande, pour étendre davantage la portée de la fonctionnalité de base actualisable d'Android.

    Optimisation pour les tablettes, les appareils pliables et les Chromebooks

    « Avec tout l'élan des appareils à grand écran comme les tablettes, les appareils pliables et les Chromebooks, il est maintenant temps de préparer vos applications pour ces appareils et de concevoir des applications entièrement adaptatives qui s'adaptent à n'importe quel écran. Vous pouvez commencer à utiliser nos conseils sur l'optimisation pour les tablettes, puis apprendre à créer pour les grands écrans et à développer pour les pliables ».

    Test et débogage plus faciles des modifications

    Pour vous permettre de tester plus facilement les modifications disponibles en opt-in susceptibles d'affecter votre application, Google rend à nouveau la plupart basculable (toggleable) cette année. Avec les bascules, vous pouvez forcer l'activation ou la désactivation des modifications individuellement à partir des options du développeur ou d'adb.

    Nom : trois.png
Affichages : 1661
Taille : 47,6 Ko
    La compatibilité des applications bascule dans les options pour les développeurs.

    Source : Android
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 134
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 134
    Points : 171 974
    Points
    171 974
    Par défaut La virtualisation Android 13 permet au Pixel 6 d'exécuter Windows 11 et des distributions Linux
    La virtualisation Android 13 permet au Pixel 6 d'exécuter Windows 11 et des distributions Linux
    telles qu'Ubuntu ou Arch Linux Arm

    Conformément à sa feuille de route, Google a annoncé le 10 février la disponibilité de la première version développeur d'Android 13. Android 13 dispose d'un nouveau sélecteur de photos intégré, remplaçant le gestionnaire de fichiers qui s'affichait pour sélectionner des photos. Le but ici n'est pas que le sélecteur de photos ressemble ou fonctionne différemment du gestionnaire de fichiers ; au lieu de cela, il vous permet d'envoyer une seule photo à une application sans accorder à cette application l'accès à l'autorisation de stockage.

    Dans Android 13, Google étend la couleur dynamique Material You au-delà des applications Google à toutes les icônes d'application, permettant aux utilisateurs d'opter pour des icônes qui héritent de la teinte de leur fond d'écran et d'autres préférences de thème. Android 13 apporte également de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux outils pour la productivité des développeurs.

    Il existe également un joyau caché avec une virtualisation complète possible sur du matériel tel que le smartphone Google Pixel 6. Cela signifie qu'il est désormais possible d'exécuter pratiquement n'importe quel système d'exploitation, y compris Windows 11, les distributions Linux telles qu'Ubuntu ou Arch Linux Arm sur le téléphone alimenté par Google Tensor, et ce, à une vitesse quasi native.

    Le développeur Android et Web répondant au pseudonyme "kdrag0n" sur Twitter a testé plusieurs distributions Linux compilées pour Aarch64 sur Pixel 6 avec Ubuntu 21.10, Arch Linux Arm, Void Linux et Alpine Linux en utilisant "l'hyperviseur KVM sur Pixel 6 + Android 13 DP1". Il/elle explique en outre :

    « Autant que je sache, nous pouvons à peu près obtenir EL2 complet sur les appareils de production maintenant. Le KVM protégé est facultatif et peut être activé sur une base par VM, mais pour les VM non protégées, il semble que la fonctionnalité KVM complète soit disponible ».

    EL2 fait référence aux niveaux d'exception Arm, comme expliqué sur le site Web du développeur Arm. kdrag0n ne s'est pas arrêté là et a réussi à faire fonctionner Windows 11 sur le Pixel 6 également via la même virtualisation Android 13.

    Nom : phone.png
Affichages : 261636
Taille : 247,5 Ko

    Super, le Windows Phone est de retour ! Plus sérieusement, nous devrons voir si tout fonctionne comme prévu, mais cela semble prometteur.

    La virtualisation sur Android aujourd'hui est « le Far West de la fragmentation », selon Will Deacon de l'équipe Android Systems. Mais pourquoi Google a-t-il activé la virtualisation dans Android ? Il est peu probable qu'ils veuillent simplement laisser les utilisateurs installer Linux ou Windows sur le téléphone. Mishaal Rahman, Senior Technical Editor chez Esper a abordé ce problème il y a environ deux mois.

    Il a noté que les hyperviseurs peuvent être présents ou non sur un appareil, et lorsqu'ils le sont, ils ne sont souvent même pas utilisés aux fins prévues, à savoir exécuter un système d'exploitation dans une machine virtuelle ! Au lieu de cela, ils sont utilisés pour des choses comme améliorer la sécurité du noyau (ou au moins, essayer de le faire) et exécuter divers codes (tels que du code tiers pour DRM, la cryptographie et d'autres binaires à source fermée) en dehors du système d'exploitation Android.

    Pour comprendre pourquoi ce dernier est particulièrement problématique, considérons que dans le modèle d'exception Armv8/v9, l'hyperviseur s'exécute au niveau d'exception 2 (EL2). Dans la nomenclature Arm, plus le nombre est élevé, plus le niveau de privilège est élevé, ce qui signifie que le code exécuté à EL0 (par exemple, les applications de l'espace utilisateur) est le moins privilégié, le code exécuté à EL1 (par exemple, le système d'exploitation Android et le noyau Linux) est plus privilégié, etc. Ainsi, de nombreux blobs binaires tiers opaques s'exécutent avec des privilèges plus élevés même que le système d'exploitation et le noyau ! Ceci est préjudiciable à la sécurité, car cela augmente la surface d'attaque du code privilégié pouvant être exploité, car le code s'exécutant à un EL supérieur peut accéder à tous les registres des niveaux inférieurs.

    Nom : arm.png
Affichages : 7516
Taille : 10,2 Ko

    Afin à la fois de priver ce code tiers et d'isoler ce code d'Android et d'autres programmes tiers, Google s'efforce d'apporter une solution d'hyperviseur commune au-dessus de laquelle une machine virtuelle s'exécutant au même niveau de privilège que le système d'exploitation et le noyau exécutera ce code. Il existe un mécanisme de virtualisation du noyau mature appelé KVM qui est déjà pris en charge par Linux, donc naturellement Google a choisi de le déployer en tant qu'hyperviseur commun. Et grâce aux efforts continus de Google pour réduire la fragmentation du noyau, KVM peut être activé sur un large éventail d'appareils Android équipés d'une version récente de la GKI.

    Mishaal Rahman a souligné que Google étend en fait KVM avec des fonctionnalités de sécurité supplémentaires et l'appelle pKVM, ou "KVM protégé". pKVM est conçu pour permettre la confidentialité des données dans une machine virtuelle, même si le système d'exploitation est compromis. L'implémentation était alors disponible dans la ligne principale, branches android13-5.10 et android13-5.15 Android Common Kernel.

    Pour gérer ces machines virtuelles, Google porte sur Android crosvm, le gestionnaire de machines virtuelles basé sur Rust (VMM) utilisé pour exécuter des applications Linux sur Chrome OS, et Mishaal Rahman notait qu'il serait livré aux appareils via un nouveau module Mainline appelé "Virtualisation" ( com.android.virt) : « Actuellement, aucun appareil Android sur le marché n'est livré avec le module de virtualisation - pas même le propre Pixel 6 de Google - mais cela devrait changer avec la prochaine version d'Android 13. En effet, Google teste actuellement ses nouveaux outils de virtualisation sur le Pixel 6 ; si vous construisez AOSP avec la cible aosp_oriole_pkvm, vous constaterez que com.android.virt sera automatiquement hérité. Je ne sais pas si Google activera pKVM sur la série Pixel 6 avec la mise à jour Android 13, mais il est prouvé que Google prévoit qu'Android 13 inclura la première version de l'hyperviseur pKVM et du framework de machine virtuelle ».

    Si vous êtes intéressé par l'historique complet des efforts de Google pour apporter KVM aux appareils Android, regardez le discours de Will Deacon lors du forum KVM de l'année dernière :


    La virtualisation est donc principalement apportée pour des besoins de sécurité et les binaires comme DRM.

    Code source du module de virtualisation
    guide expliquant comment démarrer avec les machines virtuelles protégées

    Source : kdrag0n
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Membre chevronné
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    444
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 444
    Points : 1 806
    Points
    1 806
    Par défaut
    les hyperviseurs peuvent être présents ou non sur un appareil, et lorsqu'ils le sont, ils ne sont souvent même pas utilisés aux fins prévues, à savoir exécuter un système d'exploitation dans une machine virtuelle ! Au lieu de cela, ils sont utilisés pour [...] exécuter divers codes (tels que du code tiers pour DRM, la cryptographie et d'autres binaires à source fermée) en dehors du système d'exploitation Android. .

    [...] Ainsi, de nombreux blobs binaires tiers opaques s'exécutent avec des privilèges plus élevés même que le système d'exploitation et le noyau ! Ceci est préjudiciable à la sécurité...


    C'est assez fou en termes de conception de sécurité. Je me demande pourquoi on n'entend pas plus parler de rootkit : les gens qui savent sont déjà sous secret-défense ou bien ?

  4. #4
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 540
    Points : 1 473
    Points
    1 473
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Conformément à sa feuille de route, Google a annoncé le 10 février la disponibilité de la première version développeur d'Android 13. Android 13 dispose d'un nouveau sélecteur de photos intégré, remplaçant le gestionnaire de fichiers qui s'affichait pour sélectionner des photos. Le but ici n'est pas que le sélecteur de photos ressemble ou fonctionne différemment du gestionnaire de fichiers ; au lieu de cela, il vous permet d'envoyer une seule photo à une application sans accorder à cette application l'accès à l'autorisation de stockage.
    Ce n'est pas trop tôt ; dans Windows ce fonctionnement existe depuis la première version. Le fonctionnement aberrant d'Android a en tout cas bien profité aux applications malveillantes (c'est-à-dire la plupart des applications Android).

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Dans Android 13, Google étend la couleur dynamique Material You au-delà des applications Google à toutes les icônes d'application, permettant aux utilisateurs d'opter pour des icônes qui héritent de la teinte de leur fond d'écran et d'autres préférences de thème. Android 13 apporte également de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux outils pour la productivité des développeurs.
    C'est tout à fait possible dans les programmes Win32 standard. Sous le thème classique, de nombreuses images bitmap contenues dans les applications s'adaptent aux couleurs spécifiées par l'utilisateur (le problème et que la fonctionnalité n'a jamais été suivie par la majorité des développeurs). Toutes les bibliothèques graphiques dites "moderne" se fondent à l'inverse sur des images bitmap aux couleurs prédéfinie, non personnalisable ; c'est le cas d'Android, Fluent, la plupart des thèmes GTK actuels et des styles visuels Windows. Les bibliothèques QT natives, Win32 sous thème classique et Motif ont une capacité d'intégration supérieure (bien que QT soit supérieur, car il possède plusieurs styles de contrôles). Cette fonctionnalité constitue un rétropédalage spectaculaire. J'espère que Windows et GTK suivront.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Il existe également un joyau caché avec une virtualisation complète possible sur du matériel tel que le smartphone Google Pixel 6. Cela signifie qu'il est désormais possible d'exécuter pratiquement n'importe quel système d'exploitation, y compris Windows 11, les distributions Linux telles qu'Ubuntu ou Arch Linux Arm sur le téléphone alimenté par Google Tensor, et ce, à une vitesse quasi native.
    Cela est une pure aberration (pour ne pas dire une stupidité) technologique ; pourquoi virtualiser une distribution Linux alors qu’Android est construit sur un noyau Linux ?!? Utilisez GNUroot, Termux et un serveur X plutôt que de stupidement virtualiser au détriment des performances. Ou encore mieux, installez GNU/Linux parallèlement, ou à la place d'Android. Il existe des distributions spécifiques aux smartphones, comme PostMarketOS.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Le développeur Android et Web répondant au pseudonyme "kdrag0n" sur Twitter a testé plusieurs distributions Linux compilées pour Aarch64 sur Pixel 6 avec Ubuntu 21.10, Arch Linux Arm, Void Linux et Alpine Linux en utilisant "l'hyperviseur KVM sur Pixel 6 + Android 13 DP1". Il/elle explique en outre :

    « Autant que je sache, nous pouvons à peu près obtenir EL2 complet sur les appareils de production maintenant. Le KVM protégé est facultatif et peut être activé sur une base par VM, mais pour les VM non protégées, il semble que la fonctionnalité KVM complète soit disponible ».

    EL2 fait référence aux niveaux d'exception Arm, comme expliqué sur le site Web du développeur Arm. kdrag0n ne s'est pas arrêté là et a réussi à faire fonctionner Windows 11 sur le Pixel 6 également via la même virtualisation Android 13.

    Super, le Windows Phone est de retour ! Plus sérieusement, nous devrons voir si tout fonctionne comme prévu, mais cela semble prometteur.
    Dans ce cas, il suffit d'utiliser WineHQ avec l'émulateur Hangover (https://github.com/AndreRH/hangover), pas besoin d'installer tout Windows. Et si le but est d'installer tout Windows, mieux vaut installer Windows ARM64, qui contient nativement un émulateur pour les programmes x86/AMD64.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    La virtualisation sur Android aujourd'hui est « le Far West de la fragmentation », selon Will Deacon de l'équipe Android Systems. Mais pourquoi Google a-t-il activé la virtualisation dans Android ? Il est peu probable qu'ils veuillent simplement laisser les utilisateurs installer Linux ou Windows sur le téléphone. Mishaal Rahman, Senior Technical Editor chez Esper a abordé ce problème il y a environ deux mois.

    Il a noté que les hyperviseurs peuvent être présents ou non sur un appareil, et lorsqu'ils le sont, ils ne sont souvent même pas utilisés aux fins prévues, à savoir exécuter un système d'exploitation dans une machine virtuelle ! Au lieu de cela, ils sont utilisés pour des choses comme améliorer la sécurité du noyau (ou au moins, essayer de le faire) et exécuter divers codes (tels que du code tiers pour DRM, la cryptographie et d'autres binaires à source fermée) en dehors du système d'exploitation Android.

    Pour comprendre pourquoi ce dernier est particulièrement problématique, considérons que dans le modèle d'exception Armv8/v9, l'hyperviseur s'exécute au niveau d'exception 2 (EL2). Dans la nomenclature Arm, plus le nombre est élevé, plus le niveau de privilège est élevé, ce qui signifie que le code exécuté à EL0 (par exemple, les applications de l'espace utilisateur) est le moins privilégié, le code exécuté à EL1 (par exemple, le système d'exploitation Android et le noyau Linux) est plus privilégié, etc. Ainsi, de nombreux blobs binaires tiers opaques s'exécutent avec des privilèges plus élevés même que le système d'exploitation et le noyau ! Ceci est préjudiciable à la sécurité, car cela augmente la surface d'attaque du code privilégié pouvant être exploité, car le code s'exécutant à un EL supérieur peut accéder à tous les registres des niveaux inférieurs.
    Hallucinant . Android est décidément un condensé aberrations en tout genre. Le pire, c'est que Google n'a même pas été capable d'écrire lui-même Android (c'était au départ une start-up).

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Pour gérer ces machines virtuelles, Google porte sur Android crosvm, le gestionnaire de machines virtuelles basé sur Rust (VMM) utilisé pour exécuter des applications Linux sur Chrome OS, et Mishaal Rahman notait qu'il serait livré aux appareils via un nouveau module Mainline appelé "Virtualisation" ( com.android.virt) : « Actuellement, aucun appareil Android sur le marché n'est livré avec le module de virtualisation - pas même le propre Pixel 6 de Google - mais cela devrait changer avec la prochaine version d'Android 13. En effet, Google teste actuellement ses nouveaux outils de virtualisation sur le Pixel 6 ; si vous construisez AOSP avec la cible aosp_oriole_pkvm, vous constaterez que com.android.virt sera automatiquement hérité. Je ne sais pas si Google activera pKVM sur la série Pixel 6 avec la mise à jour Android 13, mais il est prouvé que Google prévoit qu'Android 13 inclura la première version de l'hyperviseur pKVM et du framework de machine virtuelle ».
    ChromeOS possède un noyau Linux.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    La virtualisation est donc principalement apportée pour des besoins de sécurité et les binaires comme DRM.
    Donc pour priver les utilisateurs de liberté.

    J'espère vraiment que la virtualisation des applications Android dans Windows réussira à freiner la progression de Google dans le domaine des systèmes d'exploitation.

  5. #5
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 831
    Points : 3 536
    Points
    3 536
    Par défaut
    Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
    Cela est une pure aberration (pour ne pas dire une stupidité) technologique ; pourquoi virtualiser une distribution Linux alors qu’Android est construit sur un noyau Linux ?!? Utilisez GNUroot, Termux et un serveur X plutôt que de stupidement virtualiser au détriment des performances. Ou encore mieux, installez GNU/Linux parallèlement, ou à la place d'Android. Il existe des distributions spécifiques aux smartphones, comme PostMarketOS.
    il y'a tres peu de perte de performance en virtualisation, du moins sur x86, sous vmware ou hyperv on a des perf quasi native.
    Tu peux voir les bench de wsl2 (qui tourne sous hyperv), c'est pareil que du linux natif
    ce qui manque dans la virtualisation c'est une bonne accelation graphique... mais ayant déja testé hangover c'est le même problème aussi (qui fait de l'émulation et donc perte du gpu)

    et enfin windows arm émule mieux les app x86 que wine/hangover, il peut y avoir un intérêt a passé par windows

    As ton l'acceleration graphique de supporté avec la virtualisation sous android 13 ?

  6. #6
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 540
    Points : 1 473
    Points
    1 473
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    il y'a tres peu de perte de performance en virtualisation, du moins sur x86, sous vmware ou hyperv on a des perf quasi native.
    Je sais mais Android est fondé sur un noyau Linux ; quel est l'intérêt de virtualiser un noyau Linux sur un noyau Linux ? En installant écosystème GNU, un émulateur de terminal, un serveur X et en enracinant le téléphone, on obtient des performance native, pas quasi-native.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    Tu peux voir les bench de wsl2 (qui tourne sous hyperv), c'est pareil que du linux natif
    WSL 2 est en effet très performant ; les équipes de Microsoft ont vraiment fait du bon travail.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    ce qui manque dans la virtualisation c'est une bonne accelation graphique... mais ayant déja testé hangover c'est le même problème aussi (qui fait de l'émulation et donc perte du gpu)
    Dans ce cas, l'émulation est obligatoire, sauf pour les rares programmes Windows compilé pour ARM.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    et enfin windows arm émule mieux les app x86 que wine/hangover, il peut y avoir un intérêt a passé par windows
    Je n'ai pas tester, mais cela ne me surprend pas.

  7. #7
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 831
    Points : 3 536
    Points
    3 536
    Par défaut
    @OrthodoxWindows l'interet c'est de faire des vm...
    pourquoi on fait des vm de windows xp/7/10/11 sur son pc windows 10/11 ?
    sous mon pc sous ubuntu j'ai une vm manjaro, je me sers de cette vm pour bosser (j'ai mon ide et les proxy de mon entreprise de configurer)

    Plus généralement je pense que l'avenir (que ce soit sous windows, linux, android etc) c'est des applications conteneurisé ou tournant dans des vm pour les isoler au maximum de l'os.
    des antivirus sous windows d’ailleur font tourner des applications dans des vm comme sandbox pour plus de sécurité.
    l'avenir c'est les micro services.

    sous linux (et android je suppose) google doit utiliser kvm, c'est aussi bien optimisé que vmware ou hyperv.
    niveau cpu c'est quasi natif, le seul inconvénient c'est la consommation de ram qui augmente pas mal, mais bon on fait des smartphones avec 6-8go de ram minimum maintenant, c'est donc pas vraiment un problème.

  8. #8
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 540
    Points : 1 473
    Points
    1 473
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    @OrthodoxWindows l'interet c'est de faire des vm...
    pourquoi on fait des vm de windows xp/7/10/11 sur son pc windows 10/11 ?
    Probablement, mais l'article pourrais suggérer qu'il serait nécessaire de virtualiser GNU/Linux pour pouvoir exécuter un programme UNIX dans Android, ce qui est faux.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    sous mon pc sous ubuntu j'ai une vm manjaro, je me sers de cette vm pour bosser (j'ai mon ide et les proxy de mon entreprise de configurer)

    Plus généralement je pense que l'avenir (que ce soit sous windows, linux, android etc) c'est des applications conteneurisé ou tournant dans des vm pour les isoler au maximum de l'os.
    des antivirus sous windows d’ailleur font tourner des applications dans des vm comme sandbox pour plus de sécurité.
    l'avenir c'est les micro services.
    Je ne suis justement pas d'accord sur ce sujet ; un ordinateur est d'abord conçu pour exécuter directement les instructions. Concernant la sécurité, je pense que le bénéfice est exagéré ; l'étendu de la surface d'attaque est plus importante, ce n'est pas pour rien que Windows server core contient beaucoup moins de bibliothèques qu'un Windows standard. D'ailleurs les applications Android sont sandboxées, ce n'est pas pour autant qu'Android est un système sécurisé (quelle différence du nombre d'attaques sous Windows vs Android : il me semble que c'est identique). Je n'ai rien contre la virtualisation dans des usages spécifiques (Serveurs, installations critiques...), mais je suis très dubitatif quant à un usage généralisé. Cela me rappelle le débat sur le score environnemental des langages de programmation : https://www.developpez.net/forums/d1...-reecrit-rust/ les langages les plus compilé natif sont les moins énergivores. À quoi ça sert d'utiliser Rust, C ou C++ si c'est pour tout virtualiser ? Je comprends que les performances de la virtualisation soient meilleures qu'avant, mais je reste dubitatif.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    sous linux (et android je suppose) google doit utiliser kvm, c'est aussi bien optimisé que vmware ou hyperv.
    niveau cpu c'est quasi natif, le seul inconvénient c'est la consommation de ram qui augmente pas mal, mais bon on fait des smartphones avec 6-8go de ram minimum maintenant, c'est donc pas vraiment un problème.
    Dans mon usage, j'utilise la virtualisation uniquement à des fins de test de système d'exploitation, et pour WSL (dans Linux, il n'y a pas besoin de virtualiser Windows grâce à Wine). Je n'utilise aucun système de sandbox, et je privilégie les programmes en code non managé. Et surtout je boycotte les systèmes possédant des applications écrites la plupart du temps en JavaScript et en plus sandboxées (c'est-à-dire Android et IOS).

  9. #9
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 831
    Points : 3 536
    Points
    3 536
    Par défaut
    Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
    Dans mon usage, j'utilise la virtualisation uniquement à des fins de test de système d'exploitation, et pour WSL (dans Linux, il n'y a pas besoin de virtualiser Windows grâce à Wine). Je n'utilise aucun système de sandbox, et je privilégie les programmes en code non managé. Et surtout je boycotte les systèmes possédant des applications écrites la plupart du temps en JavaScript et en plus sandboxées (c'est-à-dire Android et IOS).
    Windows est tres en retard sur ce sujet, sous linux il y'a énormément d'applie tournant sous docker désormais.
    en dev, je n'installe plus quasi de composants depuis des années, je télécharge un conteneur mariadb, elastic search, fluentd...

    les nouveaux package linux snap et flatpak sont très populaire et tourne dans des conteneurs. 100% des desktops linux désormais utilise des applications conteneurisé.

    moi je ne comprends pas l’intérêt d'installer des applications en dur dans l'os en dehors des pilotes. Tous devrait tourner dans des conteneurs.
    Alors les contres c'est qu'on ne peut plus partager des librairies entre plusieurs applications, donc cela engendre une plus grosse consommation de mémoire. Mais les bénéfices sont très intéressants aussi, surtout à une époque ou la ram n'est plus vraiment un probleme, on est plus dans les années 90 ou lancer simplement la jvm freeze la machine

  10. #10
    Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    janvier 2021
    Messages
    2
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 29
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2021
    Messages : 2
    Points : 3
    Points
    3
    Par défaut
    Et surtout je boycotte les systèmes possédant des applications écrites la plupart du temps en JavaScript et en plus sandboxées (c'est-à-dire Android et IOS).
    @OrthodoxWindows tu as piqué ma curiosité. Pourquoi tu boycott les systèmes utilisant des applis sand

  11. #11
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 540
    Points : 1 473
    Points
    1 473
    Par défaut
    Citation Envoyé par bdr443 Voir le message
    @OrthodoxWindows tu as piqué ma curiosité. Pourquoi tu boycott les systèmes utilisant des applis sand
    Il s'agit d'une préférence personnelle, j’apprécie les programmes qui sont "direct" et n’empruntent pas des milliards de couche pour s'exécuter ; je n'apprécie pas la définition de l'application comme un objet "à part" dans un système. Une application/programme est d'abord un fichier exécutable (compilé ou interprété), et je considère les programmes comme n'importe quels autres fichiers. Cependant, ce n'est pas qu’à cause des applications sandboxées que je boycotte Android et IOS c'est à cause d'un ensemble d'éléments.

    -L'interface utilisateur qui m'est rédhibitoire (juste un écran avec des icônes, pas de personnalisation, aucune intégration des applications les unes par rapport aux autres)
    -L'architecture générale du système (infrastructure volumineuse injustifiée au-dessus du noyau Linux/Darwin, il n'existe pas d'exécutable Android...)
    -L'offre des applications disponibles (principalement, des applications de loisir, pas de travail, et plus des deux tiers des applications Android/IOS sont soit gratuite contre revente de données personnelles, soit payantes, alors que des équivalents libres et gratuits existe sous Windows/GNU/Linux/Mac).
    -Le fonctionnement des applications ; la plupart des applications sont écrite en JavaScript ou un autre langage de développement web. Ce ne sont pas des vrais programmes, et cela à une conséquence sur la consommation d'électricité (minimisé par le CPU ARM64, mais c'est quant même du gâchis).
    -L’architecture des systèmes mobiles que je considère liberticides ; pour Android, le smartphone vendu non enraciner, alors qu'un PC est vendu enraciner ; pour IOS/IpadOS, c'est bien pire que cela, puisque tout est bridé (Apple se sert de la soi-disant protection des utilisateurs pour faire de la censure politique, un peu en occident et énormément en Chine).

  12. #12
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 540
    Points : 1 473
    Points
    1 473
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    Windows est tres en retard sur ce sujet, sous linux il y'a énormément d'applie tournant sous docker désormais.
    en dev, je n'installe plus quasi de composants depuis des années, je télécharge un conteneur mariadb, elastic search, fluentd...

    les nouveaux package linux snap et flatpak sont très populaire et tourne dans des conteneurs. 100% des desktops linux désormais utilise des applications conteneurisé.
    J'utilise Debian Linux, et il ne me semble pas y avoir beaucoup d'applications conteneurisées. Mais j'ai pour l'instant moins d'expérience sous Linux que sous Windows, je peux donc me tromper. Je suis cependant quasi-sur de n'avoir installé aucun package snap ou flatpak.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    moi je ne comprends pas l’intérêt d'installer des applications en dur dans l'os en dehors des pilotes. Tous devrait tourner dans des conteneurs.
    Alors les contres c'est qu'on ne peut plus partager des librairies entre plusieurs applications, donc cela engendre une plus grosse consommation de mémoire. Mais les bénéfices sont très intéressants aussi, surtout à une époque ou la ram n'est plus vraiment un probleme, on est plus dans les années 90 ou lancer simplement la jvm freeze la machine
    En fait, c'est un peu le contraire pour moi ; je ne comprends pas l'intérêt d'installer des applications dans des conteneurs. Concernant les avantages, je ne les perçois pas beaucoup ; je n'ai jamais de problèmes de sécurité, car je connais ce que j'installe, cela me suffit. Au niveau de compatibilité/portabilité accrue, le problème est peux être plus présents sous GNU/Linux que sous Windows. Sous Windows les librairies sont partagées entre les applications tant qu'il n'y a pas besoin d’effectuer de modification ; sinon, la charge revient au magasin de composant, ou les bibliothèques ne sont pas partagées. Ce fonctionnement a commencé avec Windows XP, et fonctionne très bien. Le seul problème est la taille très volumineuse du magasin de composant (winsxs). L'autre avantage de Windows est les applications portables, qui contiennent leur propre bibliothèque pour des tâches spécifiques, et utilise les bibliothèques du système pour les autres tâches. Sous Debian GNU/Linux, j'ai eu tout de suite eu beaucoup de difficulté lors de l'installation des applications (dès lors que l'application ne se situait pas dans APT-get) ; j'ai donc assez vite recherché une solution alternative. Je me suis effectivement rendu à l'évidence que le seul moyen d'utiliser des applications portables (et de me débarrasser des conflits incessants de bibliothèques, et autre problème lors de l'installation) sous Linux était d'utiliser des conteneurs. J'en suis donc arrivé à la conclusion qu'il n'est pas possible sous Linux d'utiliser des applications portables ultralégère et non conteneurisée, alors que cela fonctionne impeccablement sous Windows. Je ne suis pas un spécialiste de Linux (donc j'ai encore le temps d'apprendre à l'apprécier), mais je préfère largement la gestion des bibliothèques et la gestion des paramètres (base de registre) de Windows.

  13. #13
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 831
    Points : 3 536
    Points
    3 536
    Par défaut
    Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
    J'en suis donc arrivé à la conclusion qu'il n'est pas possible sous Linux d'utiliser des applications portables ultralégère et non conteneurisée, alors que cela fonctionne impeccablement sous Windows. Je ne suis pas un spécialiste de Linux (donc j'ai encore le temps d'apprendre à l'apprécier), mais je préfère largement la gestion des bibliothèques et la gestion des paramètres (base de registre) de Windows.
    techniquement si, j'ai déjà fait des applications python et c portable sous linux.
    mais dans la réalité, sous linux on fait des conteneurs car c'est plus pratique.


    Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
    -Le fonctionnement des applications ; la plupart des applications sont écrite en JavaScript ou un autre langage de développement web. Ce ne sont pas des vrais programmes, et cela à une conséquence sur la consommation d'électricité (minimisé par le CPU ARM64, mais c'est quant même du gâchis).
    je ne vois pas en quoi un programme codé en js ne serait pas une vrai application, qu'es ce qu'une vrai application ? du code compilé en assembleur ?
    le java est executé dans une machine virtuel, les programmes java ne sont pas des vrai applications ?
    python est interprété, les programmes python ne sont pas de vrai applications ?

    MS a fait beaucoup d'applications web dans le passé (windows 98, xp...), les html application (fichiers .HTA)

  14. #14
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 540
    Points : 1 473
    Points
    1 473
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    je ne vois pas en quoi un programme codé en js ne serait pas une vrai application, qu'es ce qu'une vrai application ? du code compilé en assembleur ?
    le java est executé dans une machine virtuel, les programmes java ne sont pas des vrai applications ?
    python est interprété, les programmes python ne sont pas de vrai applications ?

    MS a fait beaucoup d'applications web dans le passé (windows 98, xp...), les html application (fichiers .HTA)
    Quand je veux dire "vraie application", c'est par application web, car une application web n'est qu'une reproduction de ce qu'on voit d’un navigateur. Une application web nécessite un moteur de rendu intermédiaire (par exemple, une .hta utilise Internet Explorer). Je ne parlais pas des langages interprétés, ou des machines virtuel. Après il est possible que certaines applications mobiles ne nécessitent pas de moteur de rendu, mais elles restent écrites en JavaScript, donc un langage inadapté pour le bureau.

  15. #15
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Architecte technique
    Inscrit en
    juin 2019
    Messages
    52
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 51
    Localisation : France, Haute Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : juin 2019
    Messages : 52
    Points : 139
    Points
    139
    Par défaut
    Déjà Linux ne se résume pas à son kernel. D'autant plus qu'il est bien bidouillé pour Android et que les drivers sont externalisés sous Android.
    Alors oui, on peut lancer un serveur X ou un terminal, mais ce n'est pas un Unix complet.

    Pour la containérisation, je n'utilise quasiment que ca au taf car, avec Kubernetes, cela facilite grandement l'exploitation.
    Maintenant, sur mes PC persos (sous Gentoo), le seul conteneur que j'utilisais était pour un logiciel de montage vidéo dont les dépendances étaient tellement pourries qu'elles foutaient la grouille dans les autres applications. Depuis, je suis passer a Shotcut qui non seulement est plus puissant mais n'a pas ces problèmes.

    Par contre, pour les Dev, ca reste très utile pour basculer d'une version a une autre.

  16. #16
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 134
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 134
    Points : 171 974
    Points
    171 974
    Par défaut Google publie la première bêta d'Android 13 « Tiramisu »
    Google publie la première bêta d'Android 13 « Tiramisu »,
    l'OS mobile dispose d'un nouveau système d’autorisation pour les fichiers multimédias

    Google a publié mardi la première version bêta d'Android 13, la prochaine itération de son système d'exploitation mobile. Appelée en interne « Tiramisu », la version bêta fait suite à un aperçu du développeur qui a fait ses débuts en février. Android 13 propose une nouvelle autorisation dans l'environnement d'exécution pour envoyer des notifications à partir d'une application, un sélecteur de photos système pour partager des photos et des vidéos en toute sécurité avec des applications, des icônes d'application thématiques et une meilleure localisation, entre autres. La version bêta ajoute des autorisations plus spécifiques pour accéder aux fichiers multimédias. Auparavant, lors de la tentative de lecture de fichiers multimédias stockés localement, Android demandait l'autorisation READ_EXTERNAL_STORAGE. Cela donnait accès à tout. Les nouvelles autorisations sont plus précises : READ_MEDIA_IMAGES, READ_MEDIA_VIDEO et READ_MEDIA_AUDIO.

    La prochaine version majeure de l’OS de Google était dans sa phase Developer Preview en attendant que Google lance la bêta. Ce mardi 26 avril 2022, Google a déployé Android 13 Bêta 1.

    Dave Burke, VP of Engineering dans l'équipe Android, a expliqué que :

    « Nous sommes déjà en avril et nous avons fait des progrès constants en affinant les fonctionnalités et la stabilité d'Android 13, construit autour de nos thèmes principaux de confidentialité et de sécurité, de productivité des développeurs, ainsi que de prise en charge des tablettes et des grands écrans. Aujourd'hui, nous entrons dans la phase suivante de notre cycle et publions la première version bêta d'Android 13.»

    « Pour les développeurs, il y a beaucoup à explorer dans Android 13, des fonctionnalités de confidentialité telles que la nouvelle autorisation de notification et le sélecteur de photos, aux API qui vous aident à créer de superbes expériences, comme les icônes d'application thématiques, le placement rapide des tuiles de paramètres et la prise en charge de la langue par application, ainsi que des fonctionnalités telles que l'audio Bluetooth LE et MIDI 2.0 via USB. Dans la version bêta 1, nous avons ajouté de nouvelles autorisations pour un accès plus précis aux fichiers multimédias, des API de routage audio améliorées, et bien plus encore ».

    Nom : chronologie.png
Affichages : 2958
Taille : 12,6 Ko

    Quoi de neuf dans la bêta 1 ?

    Des autorisations plus précises pour l'accès aux fichiers multimédias

    Auparavant, lorsqu'une application voulait lire des fichiers multimédias partagés dans le stockage local, elle devait demander l'autorisation READ_EXTERNAL_STORAGE, qui donnait accès à tous les types de fichiers multimédias. Pour apporter plus de transparence et de contrôle aux utilisateurs, Google a introduit un nouvel ensemble d'autorisations avec une portée plus granulaire pour accéder aux fichiers multimédias partagés.

    Avec les nouvelles autorisations, les applications demandent désormais l'accès à un type de fichier spécifique dans le stockage partagé :
    • READ_MEDIA_IMAGES (pour les images et les photos) ;
    • READ_MEDIA_VIDEO (pour les vidéos) ;
    • READ_MEDIA_AUDIO (pour les fichiers audio).

    Nom : un.png
Affichages : 1888
Taille : 14,3 Ko

    La figure ci-dessus montre un exemple de boîte de dialogue orientée utilisateur qui s'affiche lorsque votre application demande l'une des autorisations indiquées dans la liste à puces précédente. Dans ce cas précis, l'application demande l'autorisation READ_MEDIA_AUDIO.

    Lorsque les autorisations sont accordées par l'utilisateur, les applications auront un accès en lecture aux types de fichiers multimédias respectifs. Pour simplifier l'expérience des utilisateurs, si une application demande READ_MEDIA_IMAGE et READ_MEDIA_VIDEO en même temps, le système affiche une seule boîte de dialogue pour accorder les deux autorisations. Si votre application accède à des fichiers multimédias partagés, vous devrez migrer vers les nouvelles autorisations lorsque votre application ciblera Android 13.

    Cette nouveauté ne devrait toutefois pas se limiter à Android 13. Tous les appareils sous Android 11 ou tournant sur une version plus récente pourront y prétendre dans les mois qui viennent.

    Meilleur rapport d'erreur dans Keystore et KeyMint

    Pour les applications qui génèrent des clefs, Keystore et KeyMint fournissent désormais des indicateurs d'erreur plus détaillés et précis. Google a ajouté une hiérarchie de classes d'exceptions sous java.security.ProviderException, avec des exceptions spécifiques à Android qui incluent les codes d'erreur Keystore/KeyMinte. Vous pouvez également modifier les méthodes de génération de clef, de signature et de chiffrement pour lever les nouvelles exceptions. Le rapport d'erreur amélioré devrait maintenant vous donner ce dont vous avez besoin pour réessayer la génération de clef.

    Routage audio anticipé

    Pour aider les applications multimédias à identifier comment leur audio va être routé, Google a ajouté de nouvelles API de routage audio dans la classe AudioManager. La nouvelle API getAudioDevicesForAttributes() vous permet de récupérer une liste d'appareils pouvant être utilisés pour lire l'audio spécifié, et Google a ajouté l'API getDirectProfilesForAttributes() pour vous aider à comprendre si votre flux audio peut être lu directement. Utilisez ces nouvelles API pour déterminer le meilleur format audio à utiliser pour votre piste audio.

    Compatibilité des applications

    Si vous n'avez pas encore testé la compatibilité de votre application avec Android 13, c'est le moment de le faire ! Avec Android 13 désormais en version bêta, Google ouvre l'accès aux utilisateurs précoces ainsi qu'aux développeurs. Cela signifie que dans les semaines à venir, vous pouvez vous attendre à ce que davantage d'utilisateurs essaient votre application sur Android 13 et signalent les problèmes qu'ils trouvent.

    Pour tester la compatibilité, installez votre application publiée à partir de Google Play ou d'une autre source sur un appareil ou un émulateur exécutant Android 13 Beta et parcourez tous les flux de l'application. Passez en revue les changements de comportement pour cibler vos tests. Après avoir résolu les problèmes, publiez une mise à jour dès que possible.

    Google indique « qu'avec la version bêta, nous nous rapprochons de la stabilité de la plateforme en juin 2022. À partir de là, les comportements système liés aux applications, les API SDK/NDK et les listes non SDK seront finalisés. À ce moment-là, vous devez terminer vos tests de compatibilité finaux et publier une version entièrement compatible de votre application, SDK ou bibliothèque ».

    Quels sont les smartphones compatibles ?

    Cette première bêta destinée au grand public n’est disponible que sur un nombre limité d’appareils. Comme pour la Developer Preview, il faut disposer d’un Pixel compatible et voici les différents modèles pris en charge : Pixel 4, Pixel 4 Xl, Pixel 4a, Pixel 4a (5G), Pixel 5, Pixel 5a, Pixel 6 et Pixel 6 Pro.

    Si votre smartphone est compatible, la méthode la plus simple consiste à s’inscrire au programme Android Bêta. Vous pourrez alors activer votre appareil éligible et vous rendre dans les paramètres de l’appareil pour demander la mise en jour en OTA (Over-The-Air). Même si la méthode est simple, il est déconseillé d’installer Android 13 Beta 1 sur votre appareil principal. En effet, les risques de bogues sont nombreux et des problèmes d’instabilité peuvent survenir.

    Mais si après avoir découvert l'ensemble des nouveautés de cette bêta vous voulez quand même tenter l’expérience, pensez à sauvegarder vos données au préalable.

    Quels éléments ont été apportés par la Developper Preview

    Android 13 dispose d'un nouveau sélecteur de photos intégré, remplaçant le gestionnaire de fichiers qui s'affichait pour sélectionner des photos. Le but ici n'est pas que le sélecteur de photos ressemble ou fonctionne différemment du gestionnaire de fichiers ; au lieu de cela, il vous permet d'envoyer une seule photo à une application sans accorder à cette application l'accès à l'autorisation de stockage.

    Une application qui n'a pas accès au stockage peut appeler le sélecteur de documents du système (qui dispose d'un accès au stockage), et le sélecteur peut transférer l'accès au fichier unique que vous avez sélectionné. Il semble que le sélecteur de photos fournira la même chose pour les photos. Google indique que cette fonctionnalité nécessitera de nouvelles « API de sélection de photos », qu'une application devrait prendre en charge. Un système sans doute idéal pour des outils comme les applications de messagerie par lesquelles les utilisateurs veulent partager une image ou des applications qui n'ont besoin que d'une photo pour permettre à l'utilisateur d'étoffer son profil.

    Android 13 introduit l'autorisation d'exécution NEARBY_WIFI_DEVICES (qui fait partie du groupe d'autorisations NEARBY_DEVICES) pour les applications qui gèrent les connexions d'un appareil aux points d'accès à proximité via Wi-Fi. La nouvelle autorisation sera requise pour les applications qui appellent de nombreuses API Wi-Fi couramment utilisées et permet aux applications de découvrir et de se connecter aux appareils à proximité via Wi-Fi sans avoir besoin d'une autorisation de localisation. Auparavant, les exigences d'autorisation de localisation étaient un défi pour les applications qui devaient se connecter à des appareils Wi-Fi à proximité, mais n'avaient pas réellement besoin de l'emplacement de l'appareil. Les applications ciblant Android 13 pourront désormais demander l'autorisation NEARBY_WIFI_DEVICES avec le drapeau "neverForLocation", ce qui devrait aider à promouvoir une conception d'application respectueuse de la vie privée tout en réduisant les frictions pour les développeurs.

    Nom : themes.png
Affichages : 1891
Taille : 502,6 Ko

    Dans Android 13, Google étend la couleur dynamique Material You au-delà des applications Google à toutes les icônes d'application, permettant aux utilisateurs d'opter pour des icônes qui héritent de la teinte de leur fond d'écran et d'autres préférences de thème. Tout ce que votre application doit fournir est une icône d'application monochrome (par exemple, votre notification pouvant être dessinée) et une modification de l'icône adaptative XML.

    L'éditeur encourage tous les développeurs à fournir des icônes compatibles pour aider à offrir une expérience cohérente aux utilisateurs qui se sont inscrits. Les icônes d'application thématiques sont initialement prises en charge sur les appareils Pixel et Google travaille avec ses partenaires fabricants d'appareils pour les proposer à plus d'appareils.

    Certaines applications permettent aux utilisateurs de choisir une langue différente de la langue du système, pour répondre aux besoins des utilisateurs multilingues. Ces applications peuvent désormais appeler une nouvelle API de plateforme pour définir ou obtenir la langue préférée de l'utilisateur, ce qui permet de réduire le code passe-partout et d'améliorer la compatibilité lors de la définition de la langue d'exécution de l'application. Pour une compatibilité plus large, Google va ajouter une API similaire dans une prochaine bibliothèque Jetpack.

    Source : Android

    Et vous ?

    Que pensez-vous de ces améliorations ? Quelle(s) est/sont celle(s) qui vous intéresse(nt) le plus ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #17
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 540
    Points : 1 473
    Points
    1 473
    Par défaut
    Que pensez-vous de ces améliorations ? Quelle(s) est/sont celle(s) qui vous intéresse le plus ?
    Concernant l'amélioration de la gestion des autorisations d’accès aux fichiers, ce n'est pas trop tôt. Windows est capable de ça depuis la première version . D’ailleurs Android n'est pas vraiment sécurisé : https://forum.malekal.com/viewtopic....2916e125899ea9 .
    Concernant Material You, ce n'est pas fondamentalement une nouveauté. Par exemple, j'utilise Windows avec le thème classique (le thème de Windows pendant les années 1990), et le comportement du thème classique est très proche de Material You et des autres interfaces du même genre. Par exemple, quand je change une couleur, tous les programmes s'adaptent à ce changement. Autre chose : sous le thème classique, les boutons sont dessinés par GDI et par des caractères de polices, donc de manière vectorielle....exactement comme les interfaces web les plus "moderne" ! Les designers web n'ont rien inventé.

    Dans l'ensemble aucune de ces amélioration ne m'intéresse, car je n'utilise pas Android pour ces raisons (je l'ai déjà évoqué plus haut) :

    1. L'interface utilisateur qui m'est rédhibitoire (juste un écran avec des icônes, peu de personnalisation, aucune intégration des applications les unes par rapport aux autres).
    2. L'architecture générale du système (infrastructure volumineuse injustifiée au-dessus du noyau Linux, il n'existe pas d'exécutable Android...).
    3. L'offre des applications disponibles (principalement, des applications de loisir, pas de travail, et plus des deux tiers des applications Android/IOS sont soi gratuite contre revente de données personnelles, soit payantes, alors que des équivalents libres et gratuits existe sous Windows/GNU/Linux/Mac).
    4. Le fonctionnement des applications ; la plupart des applications sont écrite en JavaScript ou un autre langage de développement web. Ce ne sont pas des vrais programmes mais des applications web, et cela à une conséquence sur la consommation d'électricité (minimisé par le CPU ARM64, mais c'est quant même du gâchis).
    5. L’architecture des systèmes mobiles que je considère liberticides ; pour Android, le smartphone est vendu non enraciner, alors qu'un PC est vendu enraciner.
    6. La difficulté de stopper la géolocalisation de Google

    Si utiliser un Android tiers (genre E/OS, LineageOS) est une solution pour le 5. et le 6., pour les autre, ça ne change quasiment rien.

  18. #18
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 134
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 134
    Points : 171 974
    Points
    171 974
    Par défaut Android 13 « Tiramisu » est disponible pour les téléphones Pixel
    Android 13 « Tiramisu » est disponible pour les téléphones Pixel. L'OS s'accompagne de plusieurs améliorations,
    comme la possibilité de sélectionner uniquement les médias spécifiques auxquels les applications vont accéder

    La principale mise à jour Android de cette année, Android 13, a officiellement été publiée pour les téléphones Pixel de Google. La mise à jour annuelle a été publiée un peu plus tôt que d'habitude, après la sortie d'Android 12 en octobre dernier et la sortie d'Android 11 en septembre 2020.

    La liste des mises à jour arrivant avec la version d'Android de cette année vous sera probablement familière si vous avez suivi les versions bêta d'Android 13. Il est possible de personnaliser les icônes d'applications non Google pour qu'elles correspondent au fond d'écran de votre écran d'accueil et vous disposez d'une nouvelle option pour limiter les photos et vidéos auxquelles une application peut accéder.

    Google a prévu de passer cette année à rattraper les intégrations de l'écosystème d'Apple, et il y a plus de preuves de cela dans la version officielle d'Android 13.

    Tout d'abord, la mise à jour inclut la prise en charge de l'audio spatial avec suivi de la tête, qui est conçu pour faire apparaître les sons comme s'ils provenaient d'un point fixe dans l'espace lorsque vous bougez la tête tout en portant des écouteurs compatibles, similaire à une fonctionnalité proposée par Apple pour ses AirPods. Le message de Google ne dit pas exactement avec quels écouteurs cela fonctionnera, mais Google a précédemment annoncé qu'il mettrait à jour ses Pixel Buds Pro pour offrir une prise en charge de l'audio spatial.

    Ensuite, il est possible de diffuser des messages à partir d'applications, y compris Google Messages, directement sur un Chromebook, un peu comme cela se fait avec iMessage sur Mac. C'est une autre fonctionnalité que Google a détaillée en janvier. En plus de sa propre application Messages, Google indique que cela fonctionne avec l'application de messagerie Signal, et la société affirme que la fonctionnalité marchera avec « beaucoup de vos autres applications de messagerie préférées ». La mise à jour comprend également une fonctionnalité qui vous permet de copier le contenu d'un téléphone Android pour le coller sur une tablette Android et vice versa.


    Google a annoncé la disponibilité d'Android 13 sur les téléphones Pixel :

    « Android 13 vous aide à vous assurer que vos appareils vous semblent uniques, selon vos conditions. Il est livré avec de nouvelles fonctionnalités pour votre téléphone et votre tablette, comme l'extension du thème de couleur de l'application à encore plus d'applications, les paramètres de langue qui peuvent être définis au niveau de l'application, des contrôles de confidentialité améliorés et même la possibilité de copier du texte et des médias à partir d'un Android. périphérique et collez-le sur un autre en un seul clic ».

    Selon Google, il existe de nombreuses raisons d'aimer Android 13, mais l'entreprise a décidé de proposer son top 13 :

    Personnalisé pour vous

    1. Android 13 est livré avec un look et un style évolués qui s'appuient sur Material You. Vous pouvez personnaliser des applications autres que Google pour qu'elles correspondent au thème et aux couleurs du fond d'écran de votre téléphone, ce qui rend votre écran d'accueil plus cohérent et unique à votre style.

    2. Pour les nombreux utilisateurs d'Android qui parlent plus d'une langue, nous avons ajouté une demande de fonctionnalité principale. Vous pouvez attribuer des langues spécifiques à des applications individuelles afin de pouvoir conserver le système de votre téléphone dans une langue et chacune de vos applications dans une langue différente.

    3. Android 13 dispose d'un lecteur multimédia mis à jour qui adapte son apparence en fonction de la musique ou du podcast que vous écoutez. Par exemple, lorsque vous écoutez de la musique, le lecteur multimédia met en lumière les pochettes d'album et dispose d'une barre de lecture qui danse au fur et à mesure que vous progressez dans une chanson. Cela fonctionne même pour les médias lus via Chrome.

    4. Votre bien-être est un thème important pour Android - et dormir suffisamment est la clé*! Android 13 vous permet de personnaliser davantage le mode Heure du coucher avec la gradation du fond d'écran et le thème sombre. Ces options d'écran aident vos yeux à s'adapter à l'obscurité lorsque vous êtes sur le point d'aller vous coucher et à vous rendormir si vous vous réveillez et vérifiez votre téléphone au milieu de la nuit.

    Vous garder protégé et sécurisé

    5. L'époque où vous deviez partager toute votre bibliothèque multimédia avec vos applications est révolue. Dans Android 13, vous pouvez sélectionner uniquement les photos et vidéos spécifiques auxquelles ils auront besoin d'accéder.

    6. Empêchez tout accès indésirable à votre presse-papiers. Si vous copiez des données sensibles telles que votre adresse e-mail, votre numéro de téléphone ou vos identifiants de connexion sur votre appareil, Android effacera automatiquement l'historique de votre presse-papiers après un certain temps.

    7. Android 13 aide à garder vos notifications sous contrôle et s'assure que vous ne recevez que les alertes que vous demandez. Les applications que vous téléchargez auront désormais besoin de votre autorisation explicite pour envoyer des notifications, plutôt que d'être autorisées à envoyer des notifications par défaut.

    Aider vos appareils à mieux fonctionner ensemble

    8. Sentez-vous comme si vous étiez au milieu de l'action avec Spatial Audio. Sur les casques pris en charge qui permettent le suivi de la tête, Spatial Audio décale la source du son pour s'adapter à la façon dont vous tournez la tête, vous offrant une expérience d'écoute plus immersive sur votre téléphone ou votre tablette Android.

    9. Lorsque vous êtes sur votre ordinateur portable, vous ne voulez pas interrompre votre flux de travail pour répondre à une conversation depuis votre téléphone. Bientôt, vous pourrez diffuser vos applications de messagerie directement sur votre Chromebook afin de pouvoir envoyer et recevoir des messages depuis votre ordinateur portable.

    10. Android 13 adopte l'audio Bluetooth Low Energy (LE), une nouvelle norme audio Bluetooth qui se traduit par une latence inférieure à l'audio classique. Cela vous permet d'entendre un son mieux synchronisé avec la source du son, ce qui réduit le retard. Avec Bluetooth Low Energy (LE) Audio, vous pouvez également profiter d'une qualité audio améliorée et diffuser de l'audio sur plusieurs appareils en même temps.

    11. Vous pourrez bientôt copier du contenu - comme une URL, une image, du texte ou une vidéo - depuis votre téléphone Android et le coller sur votre tablette. Ou vous pouvez commencer sur votre tablette et coller sur votre téléphone.

    12. Le multitâche sur votre tablette est encore plus facile avec Android 13. Avec la barre des tâches récemment mise à jour sur les tablettes, vous pouvez voir toutes vos applications en un coup d'œil et faire glisser et déposer facilement n'importe quelle application de votre bibliothèque en mode écran partagé.

    13. Les tablettes Android enregistreront votre paume et votre stylet comme des touches distinctes. Ainsi, que vous écriviez ou dessiniez sur votre tablette, vous rencontrerez moins de marques parasites accidentelles dues au simple fait de poser votre main sur l'écran.

    « Android 13 est doté de ces fonctionnalités et de nombreuses autres, telles que la prise en charge de la vidéo HDR sur des applications de caméra tierces, un commutateur de sortie multimédia mis à jour, des affichages braille pour Talkback et plus encore. Et cela va au-delà du téléphone pour vous offrir un ensemble d'expériences connectées sur vos autres appareils comme vos tablettes et ordinateurs portables », a expliqué Sameer Samat, VP of Product Management, Android & Google Play.

    Qu'y a-t-il dans Android 13 pour les développeurs*?

    Productivité et outils des développeurs

    Icônes d'application thématiques : Android 13 étend la couleur dynamique Material You à toutes les icônes d'application, permettant aux utilisateurs d'opter pour les icônes qui héritent de la teinte de leur fond d'écran et d'autres préférences de thème. Tout ce que votre application doit fournir est une icône d'application monochromatique et une modification de l'icône XML adaptative.

    Nom : un.png
Affichages : 3152
Taille : 227,9 Ko
    Icônes d'application thématiques s'adaptant aux couleurs des fonds d'écran et au thème sombre (à gauche)

    Préférences linguistiques par application : Android 13 facilite la prise en charge des utilisateurs multilingues qui souhaitent utiliser vos applications dans une langue différente de la langue du système. Android fournit désormais un panneau de paramètres standard "Langue de l'application" pour les applications qui ont opté, et vous pouvez appeler une nouvelle API de plate-forme pour obtenir ou définir les paramètres régionaux préférés de l'utilisateur au moment de l'exécution, ce qui permet de réduire le code passe-partout et d'améliorer la compatibilité.

    Nom : deux.png
Affichages : 1491
Taille : 21,8 Ko
    Langues par application dans les paramètres

    Prise en charge améliorée du texte : Android 13 inclut des améliorations du texte et de la langue qui vous aident à offrir une expérience plus soignée. Une césure plus rapide optimise les performances de césure jusqu'à 200*%, vous pouvez donc l'activer dans vos TextViews sans presque aucun impact sur les performances de rendu. Les API de conversion de texte accélèrent la recherche et la saisie semi-automatique lors de l'utilisation de lettres phonétiques pour des langues telles que le japonais, le chinois et d'autres. Android 13 améliore également les hauteurs de ligne pour les scripts non latins (tels que le tamoul, le birman, le télougou et le tibétain), en éliminant l'écrêtage et en les rendant plus faciles à lire.

    Nom : trois.png
Affichages : 1489
Taille : 23,0 Ko
    Hauteur de ligne améliorée pour les scripts non latins dans les applications ciblant Android 13 (en bas).

    Polices vectorielles de couleur : Android 13 ajoute la prise en charge du rendu pour les polices COLR version 1 (spécification, vidéo d'introduction) et met à jour l'emoji système au format COLRv1. COLRv1 est un nouveau format de police très compact qui s'affiche rapidement et de manière nette, quelle que soit la taille. Pour la plupart des applications, cela fonctionnera simplement et le système gère tout.

    Nom : quatre.png
Affichages : 1516
Taille : 102,0 Ko
    Emoji vectoriel COLRv1 (à gauche) et emoji bitmap.

    API de placement des paramètres rapides : Pour les applications qui fournissent des vignettes de paramètres rapides personnalisées, Android 13 permet aux utilisateurs de découvrir et d'ajouter plus facilement vos vignettes. À l'aide d'une nouvelle API de placement de vignettes, votre application peut désormais inviter l'utilisateur à ajouter directement votre vignette de paramètres rapides personnalisée en une seule étape, sans quitter votre application.

    Shaders programmables : Android 13 introduit des objets RuntimeShader programmables, avec un comportement défini à l'aide du langage AGSL (Android Graphics Shading Language). Vous pouvez utiliser ces shaders pour créer des ondulations, des flous, des étirements et des effets avancés similaires dans vos applications.

    Contrôles multimédias dérivés de PlaybackState : Pour les applications ciblant Android 13, le système dérive désormais les contrôles multimédias des actions PlaybackState, fournissant un ensemble plus riche de contrôles qui sont cohérents sur les téléphones et les tablettes et s'alignent sur d'autres plates-formes Android telles qu'Android Auto et Android TV.

    Bluetooth LE Audio : Low Energy (LE) Audio est l'audio sans fil de nouvelle génération conçu pour permettre de nouveaux cas d'utilisation tels que le partage et la diffusion audio à des amis et à la famille, ou l'abonnement à des émissions publiques pour des informations, des divertissements ou l'accessibilité. Il est conçu pour garantir que les utilisateurs peuvent recevoir un son haute fidélité sans sacrifier la durée de vie de la batterie, et leur permet de basculer de manière transparente entre différents cas d'utilisation. Android 13 ajoute la prise en charge intégrée de LE Audio, afin que les développeurs puissent utiliser les nouvelles fonctionnalités sur les appareils compatibles.

    MIDI 2.0 : Android 13 ajoute la prise en charge de la nouvelle norme MIDI 2.0, y compris la possibilité de connecter du matériel MIDI 2.0 via USB. Cette norme mise à jour offre des fonctionnalités telles qu'une résolution accrue pour les contrôleurs, une meilleure prise en charge de l'intonation non occidentale et des performances plus expressives à l'aide de contrôleurs par note.

    Mises à jour d'OpenJDK 11 : Les bibliothèques principales d'Android 13 s'alignent désormais sur la version OpenJDK 11 LTS, avec à la fois des mises à jour de bibliothèque et la prise en charge du langage de programmation Java 11 pour les développeurs d'applications et de plates-formes. Nous prévoyons d'apporter ces modifications de la bibliothèque principale à davantage d'appareils via les mises à jour du système Google Play, dans le cadre d'une mise à jour du module ART pour les appareils exécutant Android 12 et versions ultérieures.

    Geste de retour prédictif : Android 13 introduit de nouvelles API qui permettent à votre application d'indiquer au système qu'elle gérera les événements de retour à l'avance, une pratique que nous appelons le modèle "à l'avance". Cette nouvelle approche fait partie d'un effort pluriannuel visant à vous aider à préparer votre application pour prendre en charge le geste de retour prédictif, qui est disponible pour des tests dans cette version via une option de développeur.

    « Android 13 est déployé sur les appareils Pixel à partir d'aujourd'hui. Plus tard cette année, Android 13 sera également déployé sur vos appareils préférés de Samsung Galaxy, Asus, HMD (téléphones Nokia), iQOO, Motorola, OnePlus, Oppo, Realme, Sharp, Sony, Tecno, vivo, Xiaomi et plus encore », a indiqué Sameer Samat.

    Source : Google (1, 2, 3)
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #19
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 016
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 016
    Points : 20 615
    Points
    20 615
    Par défaut Android 13 porte la configuration minimale requise à 2 Go de RAM et 16 Go de stockage
    Android 13 porte la configuration minimale requise à 2 Go de RAM et 16 Go de stockage
    elle optimise la mémoire des applications

    Niharika Arora, ingénieur en relations avec les développeurs chez Google, a annoncé dans un billet de blog le 8 septembre la quatrième et dernière bêta d'Android 13 avant son lancement officiel, qui, selon la société, est « dans quelques semaines seulement ». Il n'y a pas beaucoup de changements avec cette dernière mise à jour, car Google a déjà atteint la stabilité de la plate-forme avec Android 13 beta 3 le mois dernier. Google indique que la quantité minimale de RAM pour Android Go, la version bas de gamme d'Android, est désormais de 2 Go pour Android 13, alors qu'elle était auparavant de 1 Go.

    La configuration "Go" est un élément que Google continuera à développer. À partir d'Android 8.1, la configuration Go est obligatoire pour les appareils dotés de 1 Go de RAM ou moins, de sorte que sur le marché des téléphones d'entrée de gamme, il faut s’attendre à voir beaucoup de téléphones Go Edition à l'avenir. Android (Go edition) est un système d'exploitation mobile conçu pour les smartphones d'entrée de gamme dotés de moins de RAM. Android (Go edition) fonctionne de manière plus légère et économise les données, ce qui permet aux fabricants d'équipements d'origine (OEM) de créer des appareils d'entrée de gamme abordables qui offrent des possibilités aux personnes. Les exigences en matière de RAM sont indiquées ci-dessous.

    Nom : Android Go.jpg
Affichages : 3793
Taille : 23,1 Ko

    Toutefois, l'augmentation des exigences du système signifie que tout téléphone qui ne répond pas aux spécifications minimales ne sera pas en mesure de mettre à jour Android 13. Les nouveaux téléphones lancés avec Android 13 devront répondre aux exigences minimales pour être éligibles à la licence Play Store, bien que le lancement avec une version plus ancienne d'Android (avec des exigences inférieures) sera encore une option pendant un certain temps.

    « Le système d'exploitation Android met la puissance de l'informatique à la portée de tous. Cette vision s'applique à tous les utilisateurs, y compris ceux qui utilisent des téléphones d'entrée de gamme et qui sont confrontés à de réelles contraintes en matière de données, de stockage, de mémoire, et plus encore, il était particulièrement important pour nous de bien faire les choses car, lorsque nous avons annoncé Android (édition Go) pour la première fois en 2017, les personnes utilisant des téléphones bas de gamme représentaient 57 % de toutes les expéditions d'appareils dans le monde », a déclaré Niharika Arora.

    La société a publié la première bêta pour les développeurs en février et a fait des annonces notables avec le lancement de la deuxième bêta publique en mai lors de sa conférence des développeurs. Les précédentes versions bêta d'Android 13 ont été lancées avec plusieurs nouvelles fonctionnalités, notamment un outil d'autorisation des notifications et un sélecteur de photos pour limiter les images auxquelles une application peut accéder, ainsi que des icônes d'applications à thème et la prise en charge de la langue par application. La nouvelle norme Bluetooth LE Audio est également prise en charge. Android 13 s'appuie également sur les optimisations pour les tablettes que Google a introduites dans 12L.

    Android Go est une version allégée d'Android, dont certaines des fonctions les plus gourmandes en mémoire vive sont désactivées, et qui s'accompagne d'une suite d'applications "Go" légères et spécialement conçues. Les exigences de Google n'affecteront pas beaucoup le marché américain - même les appareils tels que ce téléphone Walmart à 30 dollars, qui est très bon marché, ont 3 Go de RAM et 32 Go de stockage. Les exigences d'Android Go visent principalement à faire respecter les exigences des équipementiers des pays en développement, où il est encore possible de trouver des appareils dotés de 1 Go de RAM. Google affirme qu'aujourd'hui, plus de 250 millions de personnes utilisent Android Go.

    Android Go n'est pas une version totalement différente d'Android : le système d'exploitation est le bon vieux Android 8.1 Oreo avec un tag spécial « low ram » inversé, qui le transforme en « Go Edition ». Il vient avec une suite d'applications spéciales "Go" de Google, qui sont destinées aux appareils bas de gamme et aux utilisateurs des pays en développement.

    Dans le billet de blog, Google indique aux développeurs que la mise à jour inclut une version candidate d'Android 13 pour les appareils Pixel et l'émulateur Android et que toutes les surfaces orientées vers les applications sont définitives, y compris les API SDK et NDK, les comportements système orientés vers les applications et les restrictions sur les interfaces non SDK. Avec ces éléments et les derniers correctifs et optimisations, Google affirme que la version bêta finale donne aux développeurs tout ce dont ils ont besoin pour terminer leurs tests.

    Optimisation de la mémoire des applications

    Libérer la mémoire de type cache dans onTrimMemory() : onTrimMemory() s'est toujours avéré utile pour une application afin de réduire la mémoire inutile de son processus. Pour mieux connaître le niveau de réduction actuel d'une application, il est possible d’utiliser ActivityManager.getMyMemoryState(RunningAppProcessInfo), puis essayer d'optimiser/réduire les ressources qui ne sont pas nécessaires.

    GBoard a utilisé le signal onTrimMemory() pour réduire la mémoire inutile lorsqu'elle est en arrière-plan et qu'il n'y a pas assez de mémoire pour faire tourner autant de processus d'arrière-plan que souhaité, par exemple, en réduisant l'utilisation inutile de la mémoire des expressions, de la recherche, du cache des vues ou des extensions ouvrables en arrière-plan. Cela leur a permis de réduire le nombre de fois où ils sont tués par une faible quantité de mémoire et le RSS moyen en arrière-plan. La taille de l'ensemble résident (RSS) est essentiellement la partie de la mémoire occupée par votre processus d'application qui se trouve dans la mémoire principale (RAM). Pour en savoir plus sur RSS.

    Vérifiez si malloc peut être remplacé par mmap lors de l'accès à des fichiers volumineux et en lecture seule : mmap n'est recommandé que pour lire un fichier volumineux en mémoire ('read-only memory mapped file'). Le noyau dispose de certaines optimisations spéciales pour les fichiers mappés en mémoire en lecture seule, comme le déchargement des pages inutilisées. En général, cela est utile pour charger des actifs volumineux ou des modèles ML.

    Planification des tâches qui nécessitent des ressources similaires (CPU, IO, mémoire) de manière appropriée : la planification simultanée peut conduire à l'exécution en parallèle de plusieurs opérations gourmandes en mémoire, ce qui les amène à se disputer les ressources et à dépasser l'utilisation maximale de la mémoire de l'application.

    L'application Camera from Google a détecté de nombreux problèmes, a limité l'utilisation maximale de la mémoire et a optimisé son application en allouant les ressources de manière appropriée, en séparant les tâches en tâches intensives pour le processeur, en tâches à faible latence (tâches qui doivent être terminées rapidement pour une bonne expérience utilisateur) et en tâches IO. Planifiez les tâches dans les bons pools de threads/exécuteurs afin qu'elles puissent s'exécuter de manière équilibrée sur des appareils aux ressources limitées.

    Trouvez et réparez les fuites de mémoire : Combattre les fuites est difficile mais il existe des outils comme Android Studio Memory Profiler/Perfetto spécifiquement disponibles pour réduire l'effort pour trouver et réparer les fuites de mémoire. Les applications Google ont utilisé ces outils pour identifier et corriger les problèmes de mémoire, ce qui a permis de réduire l'utilisation/empreinte mémoire de l'application. Cette réduction a permis à d'autres composants de l'application de fonctionner sans ajouter de pression mémoire supplémentaire sur le système.

    Source : Android

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Android 13 est disponible pour les téléphones Pixel. L'OS permet de sélectionner uniquement les médias spécifiques auxquels les applications vont accéder et bien d'autres

    Google lance un projet pilote de facturation par des tiers sur le Play Store comme requis par une coalition de développeurs, mais le géant de la Tech ne réduira les frais que de 4 % malgré l'ouverture
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #20
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 831
    Points : 3 536
    Points
    3 536
    Par défaut
    il faudrait m'expliquer ou part la ram (et le cpu).
    Que ce soit de windows 95 à windows 11 ou d'android 4 à android 13, il n'y a pas eu grand chose en plus pour l'utilisateur justifiant une hausse de la consommation des ressources.


    La plupart des utilisateurs utilise leurs téléphones pour regarder une vidéo sur youtube/réseaux sociaux, consulter des mails, envoyer des sms, gps et prendre une photo.
    Bref des usages bureautique qu'un os light et bien optimisé suffirait.

    le problème quand on lance android et windows 10/11 ce sont les tonnes de bloatware qui tourne en arrière plan qui bouffe des ressources et de la batterie inutilement. Les services de google play en 1er, essayer une rom custom sans c'est le jour et la nuit niveau perf et autonomie.
    Meme remarque sous windows 11, sans les merde MS d'arriere plan c'est 2 fois moins énergivore et encore je suis gentil.

Discussions similaires

  1. [LibreOffice] La première Beta de LibreOffice 4.0 est disponible
    Par troumad dans le forum OpenOffice & LibreOffice
    Réponses: 5
    Dernier message: 31/01/2013, 14h23
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 16/09/2009, 04h18
  3. Mobiles : Donut, un avant goût d'Android 2, est disponible
    Par Baptiste Wicht dans le forum Android
    Réponses: 5
    Dernier message: 28/07/2009, 15h09
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 28/07/2009, 12h24
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 28/07/2009, 12h24

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo