La mauvaise qualité du matériel informatique est la 3e cause de burnout ou de départ des travailleurs de la filière IT, d’après une étude de Nextthink
qui souligne que 40 % des salariés en souffrent

Combien de fois par semaine faites-vous face à des problèmes IT qui vous empêchent de travailler ? De quelle nature sont-ils ? Comment classe-t-on la qualité du matériel informatique par rapport à d’autres facteurs susceptibles d’expliquer l’épuisement professionnel des acteurs de la filière ou leurs décisions d’abandon de poste ? Une étude internationale (échantillon de 1500 dirigeants IT et collaborateurs aux USA, au Royaume-Uni, en France et en Allemagne) de Nextthink donne des pistes de réflexion.

Elle pointe du doigt la mauvaise qualité du matériel informatique comme 3e cause de burnout des travailleurs de la filière dans une liste où l’on retrouve des facteurs comme la rémunération, la culture d’entreprise toxique, la pénibilité du transport, etc. Le classement attire l’attention sur l’importance de l’aspect qualité du matériel informatique sur l’épuisement professionnel ou les décisions de départ des acteurs de l’IT.

« Chaque problème IT rencontré agit comme autant de coups de canif dans l’expérience des collaborateurs. Tout comme l’engagement des employés peut créer un effet d’entraînement positif sur l’entreprise, les déboires informatiques de ces derniers peuvent faire pencher la balance dans l’autre sens. Quand la technologie n’est pas à la hauteur, elle perturbe, distrait et décourage les talents mêmes les plus motivés. Or, des effectifs désengagés engendrent des pertes de productivité qui se chiffrent en milliards de dollars, l’organisation américaine Gallup faisant même état de pertes de 7 millions de milliards par an au niveau mondial en raison du désengagement des collaborateurs », indique l’étude.

Nom : 1.png
Affichages : 3048
Taille : 27,7 Ko

L’étude fait état de ce qu’un nombre considérable de collaborateurs (40 %) et de responsables IT (68 %) confient rencontrer au moins un problème informatique par semaine qui entrave leur travail. Dans certains cas, ces problèmes peuvent durer plus de 30 minutes. Les chiffres d’études similaires indiquent qu’il faut jusqu’à 25 minutes aux collaborateurs pour se concentrer à nouveau sur leur travail après une seule interruption.

Nom : 2.png
Affichages : 1900
Taille : 9,4 Ko

Chez les collaborateurs comme chez les responsables IT, les problèmes technologiques rencontrés sont sensiblement les mêmes, avec en tête de liste des pannes de logiciel ou d’Internet.

Nom : 3.png
Affichages : 1897
Taille : 22,6 Ko

Face à un problème technologique, les collaborateurs rechignent à contacter le helpdesk. C’est même seulement leur troisième voie de recours, après avoir redémarré leur système et demandé à leurs collègues s’ils rencontrent le même problème.

Nom : 4.png
Affichages : 1919
Taille : 39,5 Ko

Le fait est que 30 % des collaborateurs ne savent pas vraiment qui est chargé d’améliorer leur expérience numérique, voire si une telle fonction existe dans leur entreprise.

Grosso modo, le rapport indique que si le salaire, la culture d’entreprise et l’autonomie restent des piliers essentiels de l’attractivité de la marque de l'employeur, l’expérience numérique s’impose de plus en plus comme un élément déterminant. En effet, 28 % des salariés entre 25 et 34 ans sont susceptibles de quitter leur emploi en raison d’une mauvaise expérience IT. La tranche de 25 à 44 ans mobilise plus de la moitié des répondants dans cette posture.

Nom : 5.png
Affichages : 1890
Taille : 13,1 Ko

Source : étude

Et vous ?

Les chiffres de cette étude sont-ils cohérents avec la réalité dont vous êtes au fait ? Sont-ils pertinents ou pas ?
Comment appréciez-vous votre expérience technologique dans l’entreprise pour laquelle vous travaillez ? En êtes-vous satisfait ? Quels sont les aspects à revoir ? Partagez votre expérience

Voir aussi :

Votre sentiment d'échec vous a-t-il déjà conduit au syndrome d'épuisement professionnel ? Un développeur donne sa recette pour éviter cette situation
Trolldi : 12 signes qui indiquent que vous devriez quitter votre emploi, partagez votre avis
La bulle technologique de la Silicon Valley est plus grande qu'elle ne l'était en 2000, mais sa fin approche selon des analystes
La Silicon Valley premier eldorado des informaticiens ? Issus du Canada ou de la France, ils n'auraient d'yeux que pour les States
Dix géants de la Silicon Valley regroupés autour du RGS réaffirment leur opposition à la loi anti-chiffrement, et s'accordent sur six principes