IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #261
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    742
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 742
    Points : 52 648
    Points
    52 648
    Par défaut Sam Bankman-Fried reconnaît devant le tribunal que des clients ont été lésés, mais nie toute fraude
    Sam Bankman-Fried, fondateur de la bourse de cryptomonnaies FTX, reconnaît devant le tribunal que des clients ont été lésés, mais nie toute fraude.

    Sam Bankman-Fried, qui a témoigné vendredi lors de son procès pour fraude, s'est présenté comme un visionnaire maladroit des cryptomonnaies qui ne connaissait rien au secteur lorsqu'il a créé FTX, ni au marketing lorsqu'il est devenu le visage de sa société, et qui n'en savait pas assez sur ses entreprises pour se rendre compte qu'elles étaient en déficit de 10 milliards de dollars peu avant qu'elles ne s'effondrent.

    Devant le tribunal fédéral de Manhattan, l'ancien golden boy de la crypto-monnaie a nié avoir escroqué qui que ce soit. Bankman-Fried, 31 ans, a reconnu certains échecs, affirmant qu'il avait commis des erreurs, petites et grandes, mais il a également contesté le témoignage de quatre anciens cadres supérieurs qui l'ont rendu responsable de l'effondrement de ses entreprises l'année dernière, lorsqu'une ruée de clients a retiré leur argent, révélant que des milliards de dollars manquaient à l'appel.

    "Nous avons pensé que nous pourrions être en mesure de construire le meilleur produit sur le marché et de faire avancer l'écosystème des cryptomonnaies", a-t-il déclaré. "Il s'est avéré que c'est tout le contraire qui s'est produit. Beaucoup de gens ont été lésés (clients, employés) et la société a fini par faire faillite", a déclaré Bankman-Fried. Interrogé par son avocat, Mark Cohen, sur le fait qu'il ait escroqué quelqu'un ou pris des fonds de clients, Bankman-Fried a répondu : "Non, je ne l'ai pas fait".

    La plupart du temps sans émotion à la barre des témoins, Bankman-Fried, qui pourrait être condamné à des dizaines d'années de prison s'il est reconnu coupable de tous les chefs d'accusation, a déclaré : "Je n'ai pas tendance à montrer de l'agressivité".

    Au fil de la journée, les témoignages se sont concentrés sur ce qui s'est passé lorsque les entreprises de Bankman-Fried se sont enfoncées dans les dettes, alors même qu'il dépensait des centaines de millions de dollars en marketing, notamment dans une publicité pour le Super Bowl 2022 mettant en scène l'humoriste Larry David, dans un partenariat avec le quarterback Tom Brady et dans une société qui l'a mis en relation avec des célébrités.

    Bankman-Fried s'est dit "très surpris" lorsqu'il a appris, en octobre 2022, qu'Alameda avait une dette de 8 milliards de dollars dont il ignorait l'existence, ce qui signifie que la dette totale de l'entreprise s'élevait à environ 10 milliards de dollars.

    Son avocat Cohen a déclaré qu'il pensait pouvoir terminer l'interrogatoire de son client lundi. Un procureur a déclaré que le contre-interrogatoire durerait jusqu'à mardi. Il est peu probable que le jury soit saisi de l'affaire avant la fin de la semaine prochaine au plus tôt.

    L'entrepreneur californien a plaidé non coupable des accusations de complot qui pèsent sur lui, l'accusant d'avoir détourné des milliards de dollars auprès de clients et d'investisseurs pour réaliser des investissements risqués, acheter des logements de luxe, se lancer dans une campagne de publicité en fanfare et faire des dons importants à des partis politiques et à des œuvres de bienfaisance.


    Son témoignage est devenu la pièce maîtresse d'une défense qui a tenté de faire comprendre que Bankman-Fried n'avait aucune intention criminelle dans les actions que les procureurs disent être directement responsables de l'effondrement, en novembre dernier, des entreprises que Bankman-Fried a commencé à créer en 2017 et qu'il a finalement dirigées depuis les Bahamas.

    Bankman-Fried a déclaré au jury que lorsqu'il a lancé sa première entreprise, Alameda Research, il ne savait "fondamentalement rien". "Je savais qu'un bitcoin était numérique", a-t-il déclaré. Il s'est décrit comme "quelque peu introverti de nature", mais a expliqué qu'il était devenu accidentellement le visage de FTX lorsque plusieurs entretiens "se sont déroulés mieux que je ne l'avais imaginé".

    Il a déclaré avoir témoigné trois fois devant le Congrès pour persuader les législateurs de créer des réglementations sur les cryptomonnaies qui permettraient de commercialiser des produits directement auprès des Américains. Les demandes d'entretien devenant de plus en plus nombreuses, "il était trop tard pour trouver un nouveau visage public pour l'entreprise. J'étais le visage public", a-t-il déclaré. "Je n'avais absolument aucune expérience en marketing. Je n'en avais absolument aucune idée".

    Son avocat a montré aux jurés une photo de Bankman-Fried en compagnie de la chanteuse Katy Perry, de l'actrice Kate Hudson et d'autres personnes lors du Super Bowl 2022 à Los Angeles. Son client a expliqué qu'il s'était rendu au match parce qu'il "pensait que ce serait peut-être intéressant" et qu'il s'était retrouvé dans la loge avec les célébrités lorsque celles-ci l'ont vu et l'ont "invité" à entrer.

    La majeure partie du témoignage de Bankman-Fried s'est concentrée sur la croissance explosive et l'effondrement de FTX, un échange de crypto-monnaies, et d'Alameda, mais Cohen s'est parfois égaré en posant des questions sur la vie personnelle et les bizarreries de son client, y compris son penchant pour le port de vêtements décontractés et pour se laisser pousser les cheveux.

    Bankman-Fried s'est rendu responsable de la rupture de sa relation amoureuse avec Caroline Ellison, directrice générale d'Alameda, en déclarant : "Je n'ai pas eu le temps ou l'énergie de faire ce que je pense qu'elle attendait d'une relation". "Ce n'est pas un domaine dans lequel je suis doué, je ne suis pas capable de maintenir une relation amoureuse pendant une longue période", a-t-il déclaré. Il a néanmoins fait de Ellison la responsable de l'effondrement de son entreprise, affirmant qu'elle n'avait pas suivi ses instructions pendant plus d'un an pour créer une couverture destinée à protéger Alameda. Il a déclaré qu'il avait envisagé de fermer la société à un moment donné parce qu'"il n'y avait peut-être pas la bonne direction en place pour qu'Alameda justifie son risque à l'avenir".

    Lorsqu'on a montré au jury une photo de Bankman-Fried avec un jeu de cartes, il a expliqué qu'il l'utilisait pour satisfaire son besoin de "s'agiter compulsivement avec des objets" - une habitude datant de ses années d'université qui s'est tellement développée qu'il a dit qu'il épuisait un jeu de cartes en une semaine. Depuis, il s'est tourné vers les "fidget spinners".

    Bankman-Fried, qui portait un costume et une cravate à l'audience et avait les cheveux courts, a déclaré qu'il portait souvent des shorts et des T-shirts parce qu'il les trouvait confortables. Quant aux longs cheveux épars qu'il portait jusqu'à il y a quelques semaines, il a déclaré : "J'étais occupé et paresseux et je n'ai pas pris la peine de me faire couper les cheveux pendant de longues périodes."

    Avant que Bankman-Fried ne témoigne vendredi, le juge Lewis A. Kaplan a principalement mis fin aux projets de ses avocats visant à démontrer que Bankman-Fried avait pris de nombreuses décisions concernant ses activités en consultation avec des avocats, en déclarant qu'une telle preuve impliquerait à tort que des avocats ayant connaissance de tous les faits "ont béni ce que l'accusé est censé avoir fait".

    L'accusé a été extradé des Bahamas vers New York en décembre pour répondre à des accusations de fraude. Il a d'abord bénéficié d'une caution personnelle de 250 millions de dollars et a été autorisé à vivre avec ses parents à Palo Alto, en Californie. La caution a été révoquée en août et il a été incarcéré lorsque Kaplan a conclu qu'il avait tenté d'influencer des témoins potentiels lors de son procès à venir.

    Les procureurs ont monté leur dossier contre Bankman-Fried pendant trois semaines, en s'appuyant en grande partie sur ses anciens cadres supérieurs, un cercle restreint de personnes qui partageaient un appartement-terrasse aux Bahamas avec Bankman-Fried. Les cadres ont témoigné que Bankman-Fried leur a demandé de dépenser des milliards de dollars prélevés sur les comptes des clients de FTX et acheminés par l'intermédiaire d'Alameda Research, un fonds spéculatif qu'il a lancé en 2017, deux ans avant de créer la bourse de crypto-monnaies FTX.

    Source : Sam Bankman-Fried, témoignant lors de son procès

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur la défense de Sam Bankman-Fried ?
    Selon vous, quel sera l'évolution de ce procès ?

    Voir aussi :

    Scandale Ponzi cryptomonnaie FTX, comment Sam Bankman-Fried a détruit la vie de ses amis après les avoir manipulés et escroqués, il tente de rejeter la faute sur l'ancienne équipe juridique de FTX

    L'ancien PDG de FTX dirigeait l'entreprise comme son fief personnel et une quantité importante des actifs de la plateforme a été volée ou a disparu, selon un avocat de la société

    Accusé d'avoir escroqué ses clients, Sam Bankman-Fried, le PDG de la plateforme crypto FTX, tente de s'expliquer. Des avocats pensent que l'incompétence qu'il affiche pourrait être stratégique
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #262
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 984
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 984
    Points : 2 028
    Points
    2 028
    Par défaut
    Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
    Pour l'or il faut également pouvoir justifier sa provenance (et payer "des pénalités") en plus de pouvoir dater sa rentrée en possession pour calculer les dites plus-values.
    Ah bien entendu, si c''est les palettes disparues de la Banque de France, c'est mieux d'avoir un alibi.

  3. #263
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 984
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 984
    Points : 2 028
    Points
    2 028
    Par défaut
    Voilà un chapeau qui m'a rappelé un certain nombre de nos présidents de la république.

  4. #264
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 298
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 298
    Points : 194 772
    Points
    194 772
    Par défaut Sam Bankman-Fried « ne se souvient pas » de ce qu’il a dit ou fait durant sa gestion de FTX
    Menacé de 115 ans de prison, Sam Bankman-Fried «ne se souvient pas» de ce qu’il a dit ou fait durant sa gestion de FTX.
    Ses employés lui auraient dit qu’il « devrait arrêter de poser des questions parce que cela les distrayait »

    Sam Bankman-Fried, accusé de fraude criminelle pour avoir dirigé la plateforme d’échange de cryptomonnaies FTX, a témoigné à son procès qu’il ne se souvenait pas des détails de ce qu’il avait fait et dit. Face aux questions du procureur américain Danielle Sassoon, il a répondu à plusieurs reprises « Je ne suis pas sûr » ou « Je ne me souviens pas », selon les rapports des médias. Sassoon a interrogé Bankman-Fried sur les incohérences entre ses déclarations publiques et la façon dont il gérait son empire crypto avant qu’il ne s’effondre spectaculairement en novembre.

    Sam Bankman-Fried, le fondateur et PDG de la plateforme d’échange de cryptomonnaies FTX, est actuellement jugé à New York pour des accusations de fraude et de blanchiment d’argent liées à son activité. Il est accusé d’avoir trompé ses clients et ses investisseurs sur la nature et les risques de ses opérations, ainsi que d’avoir utilisé son fonds spéculatif Alameda Research pour manipuler le marché des cryptomonnaies.

    Face aux questions du procureur fédéral Danielle Sassoon, Bankman-Fried a adopté une stratégie de défense basée sur l’amnésie sélective. Il a répété à plusieurs reprises qu’il ne se souvenait pas des détails de ce qu’il avait fait et dit lorsqu’il dirigeait FTX. Il a répondu « Je ne suis pas sûr » ou « Je ne me souviens pas » à de nombreuses questions, selon les rapports des médias présents au procès.

    Le New York Times indique qu'il l'a fait a plus de 100 reprises : « Sam Bankman-Fried a affirmé devant le tribunal plus de 100 fois lundi qu'il ne se souvenait pas des aspects de son prétendu vol de 10 milliards de dollars auprès des utilisateurs de FTX – mais a admis que son fonds spéculatif avait pu « emprunter » une fortune à sa bourse crypto ».

    Sassoon a présenté aux jurés une multitude de tweets, d’emails et d’extraits de podcasts révélant que le diplômé du MIT avait en fait dit des dizaines de choses dont il prétendait ne pas se souvenir. Elle a notamment mis en évidence les incohérences entre ses déclarations publiques et la façon dont il gérait son empire crypto avant qu’il ne s’effondre spectaculairement en novembre.

    Sam Bankman-Fried assure qu'il n'était pas impliqué de manière significative dans Alameda Research

    Bankman-Fried a « insisté sur le fait qu’il ne se souvenait pas de grand-chose de ce qu’il avait dit publiquement » et « a ajouté qu’il n’était pas impliqué de manière significative dans le fonds spéculatif qu’il avait fondé, Alameda Research ».

    Il a également nié à plusieurs reprises se souvenir de ce qu'il avait dit en privé. Il a par exemple déclaré qu'il ne se souvenait pas d'avoir qualifié certains membres de la communauté crypto de « stupides enfoirés » et a avoué à un journaliste que sa pression publique en faveur d'une surveillance gouvernementale n'était « que des relations publiques ».

    Sassoon a également interrogé Bankman-Fried sur la relation entre FTX et Alameda Research, le fonds spéculatif qu’il a fondé et dont il possédait 90 % des parts. Elle a démontré que Alameda disposait d’une ligne de crédit illimitée sur FTX, ce qui lui permettait de retirer des milliards de dollars qu’il ne possédait pas et d’influencer les prix des cryptomonnaies à son avantage. Après beaucoup d’insistance, Bankman-Fried a finalement confirmé cet aspect du vaste dossier de fraude et de conspiration des procureurs en disant « Je ne le nie pas ». Mais il a semblé revenir sur cet aveu quelques heures plus tard, en disant « Je ne suis pas sûr » lorsqu’on lui a demandé si Alameda était autorisé à dépasser les limites normales d’emprunt

    Bankman-Fried a également tenté de minimiser son implication dans les activités de trading d’Alameda, en disant qu’il n’était pas « impliqué » dans le trading au sens strict du terme en répondant « Cela dépend de ce que vous entendez par trading ». Sassoon lui a alors montré plusieurs exemples où Bankman-Fried ordonnait à ses subordonnés de faire des transactions sur Alameda

    Bankman-Fried se serait attiré les foudres du juge Lewis Kaplan lorsqu'il a demandé à Sassoon de « reformuler » certaines questions. « Pouvez-vous simplement répondre à la question au lieu d’essayer de demander à la questionneuse ce à quoi elle fait référence ? », a dit Kaplan à Bankman-Fried. Il lui a également rappelé qu’il avait prêté serment de dire la vérité.

    Nom : gary.png
Affichages : 1822
Taille : 434,1 Ko
    Sam Bankman-Fried aurait ordonné au cofondateur de FTX, Gary Wang, de créer la ligne de crédit secrète sans l'autorisation des clients de FTX

    Une porte dérobée dans le code

    En octobre, l'accusation a présenté des captures d'écran de Github alors qu'elle interrogeait le témoin coopérant Gary Wang, l'ancien directeur technique de FTX qui, à plusieurs reprises, était responsable des bases de code alimentant à la fois FTX et Alameda Research. Wang a plaidé coupable à quatre chefs d'accusation.

    Il a témoigné que Bankman-Fried lui avait donné des instructions pour s’assurer qu’Alameda ne soit jamais liquidé sur FTX.

    Le code source de FTX révèle qu’Alameda disposait d’une colonne appelée allow_negative dans les bases de données de FTX, qui lui permettait d’avoir un solde négatif. Alameda pouvait retirer de l’argent même lorsque ses comptes étaient vides, et bénéficiait d’une ligne de crédit énorme. Alameda pouvait également passer des ordres plus rapidement que les autres utilisateurs, et il existe des preuves que certains utilisateurs auraient déposé de l’argent par erreur sur Alameda au lieu de FTX.

    Wang a témoigné que cet indicateur allow_negative était un privilège spécial accordé uniquement aux comptes de trading d'Alameda Research, et une capture d'écran de la base de données montrait également la ligne de crédit dans laquelle Alameda Research pouvait puiser était effectivement illimitée.


    « Arrêtez de nous poser des questions, cela nous distrait »

    Des questions simples clouaient Bankman-Fried au mur. Avait-il donné à ses employés d'Alameda l'ordre de ne pas dépenser les dépôts des clients FTX ? Avait-il mis en place des politiques pour empêcher les employés d'Alameda de dépenser l'argent des clients FTX ? A-t-il mis en place des mesures chez Alameda pour protéger l'argent des clients FTX ? Qui a pris la décision de dépenser 8 milliards de dollars de fonds clients (le montant qu'Alameda devait à FTX) ? Bankman-Fried ne se souvenait pas d’en savoir quoi que ce soit. Existe-t-il des règles ou des exigences concernant la manière dont l'argent emprunté à FTX serait restitué ? Existe-t-il des règles de gestion des risques ? « J'étais préoccupé par la gestion globale des risques », a déclaré Bankman-Fried.

    Bankman-Fried n'a-t-il pas demandé ce qu'était « fiat@ftx » ? Ses employés lui ont dit « qu’ils étaient occupés et que je devrais arrêter de poser des questions parce que c’était distrayant », a assuré Bankman-Fried.

    Bankman-Fried a déclaré avoir découvert le compte fiat@ftx (celui qui permettait de suivre le montant qu'Alameda devait à FTX) en juin 2022, alors que ses cadres supérieurs se concentraient sur la correction de bogue logiciel. Il n’a cependant découvert l’objet de ce compte qu’en octobre, d'après son témoignage.

    Yedidia (ami d'université de Bankman-Fried, colocataire aux Bahamas et employé chez FTX) avait témoigné qu'il avait interrogé Bankman-Fried sur le trou de 8 milliards de dollars sur un court de padel dans leur complexe de luxe en juin ou juillet. Hier, dans son témoignage, Bankman-Fried semblait essayer de nier que cette conversation ait jamais eu lieu. Ce n’est que lorsque le juge Lewis Kaplan est intervenu pour demander si Yedidia avait déjà informé Bankman-Fried de cet argent, en paroles ou en substance, que Bankman-Fried a admis que c'était le cas.

    « Donc, vous témoignez que vos supervisés vous ont dit d'arrêter de poser des questions ? », a demandé Sassoon. Bankman-Fried avait-il appelé quelqu'un pour lui demander qui avait dépensé 8 milliards de dollars ? « Je n’essayais pas de blâmer qui que ce soit pour ça », a-t-il déclaré. Il était concentré sur les solutions ! A-t-il viré quelqu'un ? Non!

    Nom : sam.png
Affichages : 1681
Taille : 611,8 Ko

    Le procès de Bankman-Fried met en lumière les dérives du secteur crypto

    Le procès de Sam Bankman-Fried est l’un des plus médiatisés et des plus attendus de l’histoire du secteur crypto. Il met en lumière les dérives et les abus qui ont eu lieu dans un domaine peu régulé et très spéculatif. Il soulève également des questions sur l’éthique et la responsabilité des acteurs du secteur crypto, qui ont souvent agi dans l’ombre et sans rendre de comptes à personne.

    Bankman-Fried n’est pas le seul à être dans le collimateur de la justice américaine. Plusieurs autres personnalités du secteur crypto font l’objet d’enquêtes ou de poursuites pour des faits similaires. Parmi eux, on peut citer Arthur Hayes, le fondateur de BitMEX, qui est accusé d’avoir violé les lois sur les valeurs mobilières et le blanchiment d’argent; Changpeng Zhao, le fondateur de Binance, qui est soupçonné d’avoir facilité le blanchiment d’argent et d’avoir enfreint les règles fiscales; ou encore Brian Armstrong, le fondateur de Coinbase, qui est visé par une plainte collective pour avoir manipulé le prix du Bitcoin Cash lors de son lancement sur sa plateforme.

    Ces affaires ont terni l’image du secteur crypto, qui se veut innovant et disruptif, mais qui apparaît aussi comme opaque et frauduleux. Elles ont également incité les autorités à renforcer la régulation et la surveillance du secteur crypto, afin de protéger les consommateurs et les investisseurs. Plusieurs pays ont déjà pris des mesures en ce sens, comme la Chine, qui a interdit les transactions en cryptomonnaies, ou les États-Unis, qui ont créé une unité spéciale pour enquêter sur les crimes liés aux cryptomonnaies.

    Le verdict du procès de Bankman-Fried est attendu pour la fin du mois. Il pourrait avoir un impact majeur sur l’avenir du secteur crypto, ainsi que sur la vie personnelle et professionnelle de Bankman-Fried. Ce dernier a déclaré qu’il espérait être acquitté et qu’il continuerait à se battre pour sa vision du secteur crypto. Mais il a aussi reconnu qu’il avait fait des erreurs et qu’il regrettait certaines de ses actions. Il a dit qu’il était prêt à assumer les conséquences de ses actes.

    Source : NYT

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur le comportement de Sam Bankman-Fried ? Pensez-vous qu’il soit coupable ou innocent des accusations portées contre lui ?
    Quelles sont les conséquences potentielles du verdict du procès pour l’avenir du secteur des cryptomonnaies ? Pensez-vous que ce procès soit un signal d’alarme pour les acteurs de ce domaine ?
    Quelle est votre position sur la régulation des cryptomonnaies ? Êtes-vous favorable à une plus grande transparence et à un contrôle plus strict des plateformes d’échange, ou préférez-vous laisser le marché se réguler lui-même ? Le secteur crypto est-il une opportunité ou une menace pour l’économie et la société?
    Quels sont les risques et les opportunités liés aux cryptomonnaies? Avez-vous déjà investi ou utilisé des cryptomonnaies? Si oui, pourquoi? Si non, pourquoi pas?
    Quel est le rôle et la responsabilité des médias dans la couverture du procès de Sam Bankman-Fried ? Pensez-vous qu’ils soient impartiaux et objectifs, ou qu’ils influencent l’opinion publique ?
    Quelle est votre réaction face aux témoignages de Sam Bankman-Fried et de sa petite amie Caroline Ellison ? Trouvez-vous leurs déclarations crédibles ou contradictoires ?

    Voir aussi :

    Une « porte dérobée » permettait à Alameda d'emprunter jusqu'à 65 Mds $ à la bourse crypto FTX sans autorisation. L'argent a été utilisé pour des achats de luxe, des fêtes et des dons politiques
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #265
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 298
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 298
    Points : 194 772
    Points
    194 772
    Par défaut Sam Bankman-Fried reconnu coupable de fraude pour avoir détourné plusieurs milliards de dollars de FTX
    Sam Bankman-Fried reconnu coupable de fraude pour avoir détourné plusieurs milliards de dollars appartenant aux clients de FTX,
    il risque plus de 100 ans d'emprisonnement

    Sam Bankman-Fried, le fondateur de la plateforme de cryptomonnaies FTX, a été reconnu coupable jeudi de fraude et de blanchiment d’argent par un jury à New York, au terme d’un procès d’un mois qui a mis en lumière les dérives du secteur des actifs numériques. L’homme d’affaires américain, surnommé « le roi du crypto », risque jusqu’à 110 ans de prison pour avoir détourné des milliards de dollars appartenant aux clients de FTX, l’une des plus grandes bourses de cryptomonnaies au monde, qui a fait faillite en novembre 2022.

    Le jury a rendu son verdict après moins de cinq heures de délibérations. Cela conclut une superbe chute pour l’ancien milliardaire de 31 ans et l’un des visages les plus connus de l’industrie de la cryptographie. Bankman-Fried a été arrêté l'année dernière après la faillite de sa société, FTX. Il risque désormais des décennies de prison. Sa condamnation a été fixée au 28 mars de l'année prochaine.

    Selon l’accusation, Bankman-Fried a menti aux investisseurs et aux prêteurs de FTX et de sa société sœur, le fonds spéculatif Alameda Research, qui détenait les fonds des clients de FTX sur un compte bancaire. Au lieu de protéger ces fonds, comme il l’avait promis publiquement, il les a utilisés pour rembourser les créanciers d’Alameda, acheter des biens immobiliers et faire des investissements et des dons politiques.

    Quand FTX a sombré dans la faillite, Alameda devait 8 milliards de dollars à FTX, laissant environ un million de clients dans l’incertitude quant au recouvrement de leurs fonds. « Il a pris l’argent. Il savait que c’était mal. Il l’a fait quand même, parce qu’il pensait être plus intelligent et meilleur que les autres. Il s'était persuadé qu’il pouvait se sortir de ce pétrin », a déclaré l’assistant du procureur américain Nicolas Roos dans son réquisitoire.

    Nom : sam.png
Affichages : 5484
Taille : 516,4 Ko

    Pris d'amnésie ?

    Bankman-Fried a plaidé non coupable, affirmant qu’il avait commis des erreurs, mais qu’il avait agi de bonne foi. Il a même pris le risque de témoigner à la barre, espérant convaincre les jurés que le gouvernement n’avait pas prouvé qu’il avait agi avec une intention criminelle.

    Face aux questions du procureur fédéral Danielle Sassoon, Bankman-Fried a adopté une stratégie de défense basée sur l’amnésie sélective. Il a répété à plusieurs reprises qu’il ne se souvenait pas des détails de ce qu’il avait fait et dit lorsqu’il dirigeait FTX. Il a répondu « Je ne suis pas sûr » ou « Je ne me souviens pas » à de nombreuses questions, selon les rapports des médias présents au procès.

    Le New York Times indique qu'il l'a fait a plus de 100 reprises : « Sam Bankman-Fried a affirmé devant le tribunal plus de 100 fois lundi qu'il ne se souvenait pas des aspects de son prétendu vol de 10 milliards de dollars auprès des utilisateurs de FTX – mais a admis que son fonds spéculatif avait pu « emprunter » une fortune à sa bourse crypto ».

    Sassoon a présenté aux jurés une multitude de tweets, d’emails et d’extraits de podcasts révélant que le diplômé du MIT avait en fait dit des dizaines de choses dont il prétendait ne pas se souvenir. Elle a notamment mis en évidence les incohérences entre ses déclarations publiques et la façon dont il gérait son empire crypto avant qu’il ne s’effondre spectaculairement en novembre.

    Bankman-Fried a « insisté sur le fait qu’il ne se souvenait pas de grand-chose de ce qu’il avait dit publiquement » et « a ajouté qu’il n’était pas impliqué de manière significative dans le fonds spéculatif qu’il avait fondé, Alameda Research ».

    Il a également nié à plusieurs reprises se souvenir de ce qu'il avait dit en privé. Il a par exemple déclaré qu'il ne se souvenait pas d'avoir qualifié certains membres de la communauté crypto de « stupides enfoirés » et a avoué à un journaliste que sa pression publique en faveur d'une surveillance gouvernementale n'était « que des relations publiques ».

    Sassoon a également interrogé Bankman-Fried sur la relation entre FTX et Alameda Research, le fonds spéculatif qu’il a fondé et dont il possédait 90 % des parts. Elle a démontré que Alameda disposait d’une ligne de crédit illimitée sur FTX, ce qui lui permettait de retirer des milliards de dollars qu’il ne possédait pas et d’influencer les prix des cryptomonnaies à son avantage. Après beaucoup d’insistance, Bankman-Fried a finalement confirmé cet aspect du vaste dossier de fraude et de conspiration des procureurs en disant « Je ne le nie pas ». Mais il a semblé revenir sur cet aveu quelques heures plus tard, en disant « Je ne suis pas sûr » lorsqu’on lui a demandé si Alameda était autorisé à dépasser les limites normales d’emprunt

    Bankman-Fried a également tenté de minimiser son implication dans les activités de trading d’Alameda, en disant qu’il n’était pas « impliqué » dans le trading au sens strict du terme en répondant « Cela dépend de ce que vous entendez par trading ». Sassoon lui a alors montré plusieurs exemples où Bankman-Fried ordonnait à ses subordonnés de faire des transactions sur Alameda

    « Il y a eu un mauvais jugement », a dit son avocat principal Mark Cohen, présentant le portrait d’un mathématicien passionné qui a été dépassé par la croissance rapide de ses entreprises. « Cela ne constitue pas un crime ».


    Ses anciens amis et ses collègues ont accepté de témoigner contre lui

    Mais le dossier s’est retourné contre lui dès le début, après que trois de ses anciens amis proches et collègues, dont son ex-petite amie Caroline Ellison, ont plaidé coupable et accepté de témoigner contre lui dans l’espoir de réduire leurs propres peines. Ils doivent être condamnés ultérieurement.

    Ils ont présenté des preuves que la société de trading de cryptomonnaies de Bankman-Fried, Alameda Research, recevait des dépôts au nom des clients de FTX dès les débuts de la bourse, lorsque les banques traditionnelles refusaient de lui ouvrir un compte.

    Le témoignage de Caroline Ellison, PDG d’Alameda Research et ancienne petite amie de Bankman-Fried, « s’est démarqué », déclare Jordan Estes, ancien procureur américain et associé du cabinet d’avocats Kramer Levin. Ellison a décrit Bankman-Fried comme étant imprudent, énergique et calculateur*; elle a décrit au jury ses diverses tromperies, la conservation minutieuse de son image publique et sa boussole morale mal calibrée. Ellison a pleuré à la barre lorsqu'elle a rappelé son « état de terreur », sa culpabilité à propos des fonds volés et son sentiment de soulagement lorsque FTX a commencé à s'effondrer.

    « Sam Bankman-Fried a perpétré l'une des plus grandes fraudes financières de l'histoire américaine – un stratagème de plusieurs milliards de dollars destiné à faire de lui le roi de la cryptographie », a déclaré l'avocat américain Damian Williams dans un communiqué après le verdict. « Cette affaire a toujours porté sur le mensonge, la tricherie et le vol, et nous n'avons aucune patience pour cela », a-t-il ajouté.

    Après le verdict, l'avocat de Bankman-Fried, Mark Cohen, a déclaré : « Nous respectons la décision du jury. Mais nous sommes très déçus du résultat ». « M. Bankman-Fried clame son innocence et continuera de lutter vigoureusement contre les accusations portées contre lui », a-t-il ajouté.

    La défense a tenté de faire valoir que Bankman-Fried avait agi comme le ferait tout homme d’affaires rationnel, dans des conditions de marché difficiles, et qu’il n’avait jamais eu l’intention de frauder qui que ce soit.

    Nom : bank.png
Affichages : 1448
Taille : 250,3 Ko

    Le ministère américain de la Justice considère la condamnation de Bankman-Fried comme une « victoire marquante »

    Le ministère américain de la Justice, selon Estes, considère la condamnation de Bankman-Fried comme une « victoire marquante », en tant que premier scalp d'une figure publique de grande envergure de la crypto.

    Bien qu'il ait été accusé de fraude à l'ancienne, Bankman-Fried était une royauté de la cryptographie, ce qui confère à sa condamnation une importance symbolique, explique Estes. Le DOJ, dit-elle, a envoyé « un message à l’industrie de la cryptographie selon lequel la fraude et les agissements ne doivent pas être tolérés ». Une enquête sur un autre membre de l’élite de la cryptographie, Changpeng Zhao, PDG de Binance, la plus grande bourse de cryptographie au monde, serait en cours.

    Dans les cercles crypto, le procès de Bankman-Fried a été considéré comme un « embarras galactique », un spectacle secondaire dont le résultat aurait peu d’effet sur les perspectives ou la trajectoire des entreprises crypto restantes, mais a jeté un nuage noir sur l’industrie et a attiré un torrent de critiques peu flatteuses de la presse.

    Le procès a été suivi de près par les régulateurs, les investisseurs et la communauté du crypto pour ses implications pour le secteur dans son ensemble, qui n’a pas réussi à se remettre du tumulte du marché de l’année dernière. Il a été considéré comme un symbole des problèmes du secteur, que les principaux régulateurs aux États-Unis ont décrit comme infesté de criminalité. Pour mémoire, en 2021, le DOJ a annoncé la formation d’une équipe spécialisée dans l’application des crypto-monnaies pour « s’attaquer aux enquêtes complexes et aux poursuites concernant les utilisations criminelles abusives de la crypto-monnaie », a-t-il indiqué. Mais jusqu’à présent, l’agence avait obtenu peu de condamnations historiques.

    Source : décision de justice

    Et vous ?

    Quelles sont les conséquences de la condamnation de Sam Bankman-Fried pour le secteur des cryptomonnaies et pour les investisseurs ?
    Pensez-vous que le gouvernement américain a été trop sévère ou trop clément avec lui ?
    Quelles sont les mesures à prendre pour réguler et sécuriser le marché des actifs numériques ?
    Quel est votre avis sur la personnalité et le parcours de Sam Bankman-Fried ?
    Avez-vous déjà utilisé FTX ou Alameda Research ? Si oui, quelle a été votre expérience ? Si non, pourquoi pas ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #266
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 298
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 298
    Points : 194 772
    Points
    194 772
    Par défaut Sam Bankman-Fried ne fera pas l'objet d'un deuxième procès après sa condamnation
    Sam Bankman-Fried ne fera pas l'objet d'un deuxième procès après sa condamnation. Pourquoi devait-il avoir lieu ?
    Quelles raisons ont poussé les procureurs à ne plus l'envisager ?

    Les procureurs américains ont déclaré qu'ils n'envisageaient pas de mener un deuxième procès contre Sam Bankman-Fried, qui a été reconnu coupable le mois dernier d'avoir volé les clients de sa bourse de crypto FTX, aujourd'hui en faillite. Dans une lettre déposée vendredi devant le tribunal fédéral de Manhattan, les procureurs ont déclaré que le « fort intérêt du public » dans une résolution rapide de leur affaire contre l'ancien milliardaire de 31 ans l'emportait sur les avantages d'un deuxième procès.

    Bankman-Fried faisait face à six accusations supplémentaires qui avaient été retirées de son premier procès, notamment des violations de financement de campagne, un complot en vue de commettre des pots-de-vin et un complot en vue d'exploiter une entreprise de transfert d'argent sans licence. Il avait été extradé en décembre 2022 des Bahamas, où était basé FTX, pour faire face aux sept accusations précédentes.


    Le 2 novembre, le jury a rendu son verdict après moins de cinq heures de délibérations. Cela conclut une superbe chute pour l’ancien milliardaire de 31 ans et l’un des visages les plus connus de l’industrie de la cryptomonnaie. Bankman-Fried a été arrêté l'année dernière après la faillite de sa société, FTX. Il risque désormais des décennies de prison. Sa condamnation a été fixée au 28 mars de l'année prochaine.

    Selon l’accusation, Bankman-Fried a menti aux investisseurs et aux prêteurs de FTX et de sa société sœur, le fonds spéculatif Alameda Research, qui détenait les fonds des clients de FTX sur un compte bancaire. Au lieu de protéger ces fonds, comme il l’avait promis publiquement, il les a utilisés pour rembourser les créanciers d’Alameda, acheter des biens immobiliers et faire des investissements et des dons politiques.

    Quand FTX a sombré dans la faillite, Alameda devait 8 milliards de dollars à FTX, laissant environ un million de clients dans l’incertitude quant au recouvrement de leurs fonds. « Il a pris l’argent. Il savait que c’était mal. Il l’a fait quand même, parce qu’il pensait être plus intelligent et meilleur que les autres. Il s'était persuadé qu’il pouvait se sortir de ce pétrin », a déclaré l’assistant du procureur américain Nicolas Roos dans son réquisitoire.

    Nom : sam.png
Affichages : 1272
Taille : 514,2 Ko

    Bankman-Fried a plaidé non coupable, affirmant qu’il avait commis des erreurs, mais qu’il avait agi de bonne foi

    Il a même pris le risque de témoigner à la barre, espérant convaincre les jurés que le gouvernement n’avait pas prouvé qu’il avait agi avec une intention criminelle.

    Face aux questions du procureur fédéral Danielle Sassoon, Bankman-Fried a adopté une stratégie de défense basée sur l’amnésie sélective. Il a répété à plusieurs reprises qu’il ne se souvenait pas des détails de ce qu’il avait fait et dit lorsqu’il dirigeait FTX. Il a répondu « Je ne suis pas sûr » ou « Je ne me souviens pas » à de nombreuses questions, selon les rapports des médias présents au procès.

    Le New York Times indique qu'il l'a fait a plus de 100 reprises : « Sam Bankman-Fried a affirmé devant le tribunal plus de 100 fois lundi qu'il ne se souvenait pas des aspects de son prétendu vol de 10 milliards de dollars auprès des utilisateurs de FTX – mais a admis que son fonds spéculatif avait pu « emprunter » une fortune à sa bourse crypto ».

    Sassoon a présenté aux jurés une multitude de tweets, d’emails et d’extraits de podcasts révélant que le diplômé du MIT avait en fait dit des dizaines de choses dont il prétendait ne pas se souvenir. Elle a notamment mis en évidence les incohérences entre ses déclarations publiques et la façon dont il gérait son empire crypto avant qu’il ne s’effondre spectaculairement en novembre.

    Bankman-Fried a « insisté sur le fait qu’il ne se souvenait pas de grand-chose de ce qu’il avait dit publiquement » et « a ajouté qu’il n’était pas impliqué de manière significative dans le fonds spéculatif qu’il avait fondé, Alameda Research ».

    Il a également nié à plusieurs reprises se souvenir de ce qu'il avait dit en privé. Il a par exemple déclaré qu'il ne se souvenait pas d'avoir qualifié certains membres de la communauté crypto de « stupides enfoirés » et a avoué à un journaliste que sa pression publique en faveur d'une surveillance gouvernementale n'était « que des relations publiques ».

    Sassoon a également interrogé Bankman-Fried sur la relation entre FTX et Alameda Research, le fonds spéculatif qu’il a fondé et dont il possédait 90 % des parts. Elle a démontré que Alameda disposait d’une ligne de crédit illimitée sur FTX, ce qui lui permettait de retirer des milliards de dollars qu’il ne possédait pas et d’influencer les prix des cryptomonnaies à son avantage. Après beaucoup d’insistance, Bankman-Fried a finalement confirmé cet aspect du vaste dossier de fraude et de conspiration des procureurs en disant « Je ne le nie pas ». Mais il a semblé revenir sur cet aveu quelques heures plus tard, en disant « Je ne suis pas sûr » lorsqu’on lui a demandé si Alameda était autorisé à dépasser les limites normales d’emprunt

    Bankman-Fried a également tenté de minimiser son implication dans les activités de trading d’Alameda, en disant qu’il n’était pas « impliqué » dans le trading au sens strict du terme en répondant « Cela dépend de ce que vous entendez par trading ». Sassoon lui a alors montré plusieurs exemples où Bankman-Fried ordonnait à ses subordonnés de faire des transactions sur Alameda

    « Il y a eu un mauvais jugement », a dit son avocat principal Mark Cohen, présentant le portrait d’un mathématicien passionné qui a été dépassé par la croissance rapide de ses entreprises. « Cela ne constitue pas un crime ».


    Pourquoi Banman-Fried devait-il faire face à un deuxième procès après sa condamnation ?

    La condamnation du milliardaire de 31 ans est attendue le 28 mars 2024 et devrait inclure des ordonnances de confiscation et de restitution pour les victimes de ses crimes. Dans leur lettre, les procureurs ont également déclaré que la tenue d'un deuxième procès irait à l'encontre du « vif intérêt du public dans une résolution rapide » de l'affaire.

    En novembre, Bankman-Fried a été accusé d'avoir volé 8 milliards de dollars aux clients de FTX. Un jury l'a ensuite reconnu coupable des sept chefs d'accusation, dont fraude électronique, complot de fraude électronique et trois accusations de complot.

    Cependant, il a également été inculpé de six chefs d'accusation supplémentaires non inclus dans le premier procès. Les accusations qui ont été laissées de côté comprenaient le complot en vue de contribuer illégalement à la campagne, le complot en vue de corrompre des fonctionnaires étrangers et deux autres chefs d'accusation de complot.

    Ces accusations ont été retirées du premier procès car elles n'ont pas été acceptées dans le cadre de son extradition des Bahamas en décembre 2022.

    Les procureurs avaient alors décidé que les accusations supplémentaires seraient présentées pour un deuxième procès en 2024.

    Cependant, dans la dernière lettre, ils ont indiqué qu'un deuxième procès n'affecterait pas la durée de la peine d'emprisonnement de Bankman-Fried selon les directives fédérales recommandées, car le juge Lewis Kaplan pourrait prendre en compte l'ensemble de la conduite de Bankman-Fried lors de sa condamnation pour les chefs d'accusation pour lesquels il a été reconnu coupable.

    Le fondateur de l’échange de crypto-monnaie FTX, aujourd’hui en faillite, risque des décennies de prison. Il devrait faire appel de sa condamnation.

    Le ministère américain de la Justice considère la condamnation de Bankman-Fried comme une « victoire marquante »

    Le ministère américain de la Justice, selon Jordan Estes, ancien procureur américain et associé du cabinet d’avocats Kramer Levin, considère la condamnation de Bankman-Fried comme une « victoire marquante », en tant que premier scalp d'une figure publique de grande envergure de la crypto.

    Bien qu'il ait été accusé de fraude à l'ancienne, Bankman-Fried était une royauté de la cryptographie, ce qui confère à sa condamnation une importance symbolique, explique Estes. Le DoJ, dit-elle, a envoyé « un message à l’industrie de la cryptographie selon lequel la fraude et les agissements ne doivent pas être tolérés ».

    Dans les cercles crypto, le procès de Bankman-Fried a été considéré comme un « embarras galactique », un spectacle secondaire dont le résultat aurait peu d’effet sur les perspectives ou la trajectoire des entreprises crypto restantes, mais a jeté un nuage noir sur l’industrie et a attiré un torrent de critiques peu flatteuses de la presse.

    Le procès a été suivi de près par les régulateurs, les investisseurs et la communauté du crypto pour ses implications pour le secteur dans son ensemble, qui n’a pas réussi à se remettre du tumulte du marché de l’année dernière. Il a été considéré comme un symbole des problèmes du secteur, que les principaux régulateurs aux États-Unis ont décrit comme infesté de criminalité. Pour mémoire, en 2021, le DOJ a annoncé la formation d’une équipe spécialisée dans l’application des crypto-monnaies pour « s’attaquer aux enquêtes complexes et aux poursuites concernant les utilisations criminelles abusives de la crypto-monnaie », a-t-il indiqué. Mais jusqu’à présent, l’agence avait obtenu peu de condamnations historiques.

    Source : lettre des procureurs

    Et vous ?

    Que pensez-vous du verdict du premier procès de Sam Bankman-Fried ? Est-il juste ou trop sévère ?
    Croyez-vous à l’innocence de Sam Bankman-Fried ou pensez-vous qu’il a commis des fraudes intentionnelles ?
    Quel impact la chute de Sam Bankman-Fried et de FTX a-t-elle eu sur le monde de la cryptomonnaie ? Est-ce une opportunité ou une menace pour le développement de cette technologie ?
    Quelle est votre opinion sur la réglementation des cryptomonnaies ? Faut-il les encadrer davantage ou les laisser libres ?
    Quelle est votre attitude face aux dons de Sam Bankman-Fried à des causes politiques et caritatives ? Est-ce une preuve de sa générosité ou une tentative de se racheter une image ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #267
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 984
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 984
    Points : 2 028
    Points
    2 028
    Par défaut
    Si la question se pose d'un deuxième procès, c'est que l'intéressé a fait appel ?

    Auquel cas, à moins que les Américains aient une façon particulière de fonctionner, c'est le code de procédure civile, qui décide.

    Sinon c'est remarquable que l'intéressé clame qu'il ait agi de bonne foi, puisque dans l'énoncé des faits c'est moins sa crapulerie qui choque, que sa mauvaise foi.

    N.B. Il était temps de dire "l'année prochaine". Une demi-heure plus tard, ce n'est plus le cas.
    Bonne année à tous.

  8. #268
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    422
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 422
    Points : 7 907
    Points
    7 907
    Par défaut Le PDG du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister
    Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister
    l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

    La société australienne de cryptomonnaies Hyperverse s'est effondrée il y a environ deux ans emportant dans sa chute plus de 1,3 milliard de dollars appartenant aux investisseurs. Mais la chose la plus troublante dans l'histoire, c'est qu'une enquête a révélé que le directeur général de l'entreprise n'existe peut-être pas. L'enquête rapporte que les qualifications du mystérieux directeur général de Hyperverse, un certain Steven Reece Lewis, semblent toutes avoir été falsifiées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans l'entreprise. Son profil indique qu'il a travaillé chez Adobe et Goldman Sachs, mais ces entreprises n'ont aucune trace de lui.

    Changpeng Zhao, Sam Bankman-Fried, Caroline Ellison, Gary Wang ne sont que quatre des noms les plus connus liés à des scandales de fraude et d'escroquerie sur le marché des cryptomonnaies. L'on a assisté à une sorte de nettoyage dans l'univers des actifs numériques au cours des dernières années, avec la descente aux enfers de plusieurs personnes autrefois présentées comme des rois de la cryptomonnaie. Des milliers d'investisseurs ont perdu des dizaines de milliards de dollars après l'effondrement de plusieurs entreprises de cryptomonnaies (leur nombre est difficile à estimer), mais ils ne semblent malheureusement pas au bout de leurs peines.

    Hyperverse figure parmi les entreprises de cryptomonnaies qui se sont effondrées au cours des dernières années. Sa chute a entrainé environ 1,3 milliard de dollars de pertes pour les investisseurs. Selon les analystes, les investisseurs lésés semblent tous avoir été manipulés depuis le début. Pendant des années, il y a eu de nombreuses allégations selon lesquelles Steven Reece Lewis, présenté comme le directeur général de HyperVerse, n'est pas une personne réelle, mais une invention. Après enquête, le média britannique The Guardian a confirmé qu'aucune des organisations citées dans le curriculum vitæ de Steven Reece Lewis ne peut trouver de trace de lui.


    Selon les conclusions de l'enquête, les qualifications du mystérieux Reece Lewis semblent toutes avoir été falsifiées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans HyperVerse. Dans une vidéo datant de décembre 2021, Reece Lewis a été présenté comme PDG et vanté pour avoir acquis une solide réputation dans le monde de la finance et la technologie avant de rejoindre HyperVerse. Selon le profil qui est dressé dans la vidéo, Reece Lewis est censé être passé d'un emploi au sein de la banque d'investissement Goldman Sachs à la vente d'une société de développement Web à l'éditeur Adobe avant de lancer sa propre startup informatique.

    En fouillant dans son cursus universitaire, l'enquête n'a découvert aucune mention de Reece Lewis dans les universités qu'il aurait fréquentées. (L'université de Leeds et l'université de Cambridge n'avaient aucune trace de lui dans leurs bases de données.) Son parcours professionnel semble tout aussi suspect. Adobe n'a aucune trace d'une quelconque acquisition d'une entreprise appartenant à Steven Reece Lewis dans aucun de ses dossiers publics et Goldman Sachs n'a trouvé aucune trace d'un Reece Lewis ayant travaillé pour l'entreprise. L'enquête a également révélé que Reece Lewis n'a aucune présence en ligne en dehors de la vidéo promotionnelle.

    Mais il apparaît qu'un compte Twitter au nom de Reece Lewis a été créé un mois avant la publication de la vidéo de 2021. Des personnalités influentes - comme le cofondateur d'Apple Steve Wozniak et l'acteur américain Chuck Norris - ont soutenu Reece Lewis en tant que leader solide de HyperVerse. L'entreprise de Reece Lewis proposait une vision audacieuse censée concurrencer le métavers de Facebook en créant une nouvelle frontière d'un univers galactique et en donnant vie à un monde virtuel complet. Le chanteur Lance Bass soutenait également le projet. Mais aucun d'eux n'a été en mesure d'affirmer qu'ils avaient déjà vu ou parlé à Reece Lewis.

    En 2022, Andrew Penman, un journaliste du tabloïde britannique The Mirror, a tenté de tirer la sonnette d'alarme en affirmant que ces trois célébrités, qui ont soutenu Reece Lewis, ont refusé de confirmer qu'elles l'avaient déjà connu. « Je soupçonne qu'il est le fruit de l'imagination de quelqu'un, créé pour donner un faux sentiment de sécurité à cette imposture. Je n'ai trouvé aucune trace de cette personne autre qu'un compte Twitter ouvert l'année dernière, et HyperVerse a refusé de répondre à mes questions à son sujet ou même de me donner une adresse électronique pour que je puisse lui poser des questions directement », a écrit Penman à l'époque.

    L'enquête n'a pas pu déterminer exactement comment ces célébrités ont été recrutées, mais il est important de noter qu'elles peuvent toutes être embauchées sur la plateforme de vidéos personnalisées Cameo. Selon l'enquête, les influenceurs restent tous aujourd'hui silencieux sur l'identité de Reece Lewis. Aucune de ces personnalités n'a jamais confirmé avoir rencontré ou parlé à Reece Lewis. Tout comme cela a été le cas avec les investisseurs, le journaliste a suggéré en 2022 que les acteurs et les influenceurs avaient probablement été innocemment trompés lorsqu'ils ont accepté de soutenir HyperVerse. Rien ne permet toutefois de confirmer cette théorie.

    Après son effondrement, HyperVerse a été accusé d'avoir mis en place un système Ponzi. La société aurait fonctionné sous différents noms, notamment HyperFund et HyperVerse. Elle aurait été fondée par Sam Lee - autrefois surnommé "le prince héritier du bitcoin" en Australie - et Zijing "Ryan" Xu, qui s'est présenté comme "l'un des quatre rois du bitcoin en Chine". Les deux hommes sont connus comme les deux des fondateurs de la société australienne de bitcoins Blockchain Global, qui s'est effondrée. Blockchain Global a été placé sous administration judiciaire en 2021 et selon les documents judiciaires, il doit 58 millions de dollars à ses créanciers.

    Lee a refusé de répondre aux questions concernant Reece Lewis dans le cadre de l'enquête. Au lieu de cela, Lee a contesté les déclarations concernant son implication en tant que fondateur présumé d'HyperVerse, les qualifiant de fausses et erronées. Il aurait déclaré que "les gens n'arrêtaient pas d'inventer des histoires sur Internet". Les rumeurs concernant l'existence de Reece Lewis circulent depuis des années sur la toile. Mais malgré les mises en garde des autorités de régulation internationales, l'enquête a révélé que les autorités de régulation australiennes ont reconnu tardivement que HyperTech ou ses systèmes affiliés étaient suspects.

    L'un des premiers rapports alléguant que Reece Lewis n'est pas réel est apparu sur Reddit il y a deux ans. Un utilisateur appelé "roamingandy" a critiqué Zijing Xu pour avoir disparu et a écrit : « le nouveau directeur général de HyperVerse, Steven Reece Lewis, présenté comme un expert en affaires, n'existe pas en dehors d'une vidéo créée par HyperVerse lui-même. Il n'est pas sur LinkedIn ni sur Twitter et il n'y a aucune mention de lui au conseil d'administration d'une entreprise précédente ». Enfin de compte, l'enquête n'a pas été en mesure de vérifier l'identité de Steven Reece Lewis et le média britannique a conclu que cette personne n'existe pas.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des allégations concernant l'existence du directeur général de HyperVerse ?
    Selon vous, les éléments de l'enquête suffisent-ils pour conclure que cette personne n'existe pas ?
    Que pensez-vous des célébrités impliquées dans la promotion du métavers de HyperVerse ?
    Selon vous, le paysage des cryptomonnaies sera-t-il un jour sûr ou est-il condamné à rester tel quel ?

    Voir aussi

    Scandales de la cryptomonnaie en 2023 : de Changpeng Zhao à Sam Bankman-Fried, l'année des leaders de la cryptomonnaie déchus, devenir milliardaire puis tout perdre ne ferait pas rêver

    Changpeng Zhao, PDG de Binance, a démissionné et plaidé coupable d'avoir enfreint les lois US contre le blanchiment d'argent, mettant fin à une enquête de plusieurs années sur les cryptomonnaies

    Le fondateur de Celsius Network, une société de prêt de cryptomonnaie, arrêté et accusé de fraude, un autre scandale qui révèle la face sombre des cryptomonnaies

  9. #269
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    422
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 422
    Points : 7 907
    Points
    7 907
    Par défaut L'Anglais qui se faisait passer pour le PDG d'HyperVerse s'excuse auprès des investisseurs qui ont été lésés
    L'Anglais qui se faisait passer pour le PDG de la société de cryptomonnaies HyperVerse s'excuse auprès des investisseurs qui ont perdu des millions
    il a déclaré avoir été payé pour jouer ce rôle

    Le fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse s'est avéré une vaste escroquerie et une enquête a révélé que le PDG de la société Steven Reece Lewis est une personne fictive. Il s'avère qu'un certain Stephen Harrison, un Anglais vivant en Thaïlande, a été payé pour se faire passer pour Reece Lewis lors du lancement d'HyperVerse. Cet "acteur" aurait reçu un montant d'environ 4 700 euros sur neuf mois et un costume gratuit en guise de paiement. Il a déclaré qu'il a été choqué par les fausses références qu'HyperVerse lui a attribuées pour promouvoir le projet. Il s'est excusé pour cette escroquerie qui a coûté environ 1,3 milliard de dollars aux investisseurs.

    De nombreux cas d'escroquerie dans le secteur des cryptomonnaies ont été révélés au grand jour ces dernières années. Mais les analystes affirment que le cas du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse laisse perplexe. Hyperverse s'est effondré fin 2022 et sa chute a entrainé environ 1,3 milliard de dollars de pertes pour les investisseurs. Une enquête du Guardian Australia a révélé que les investisseurs ont tous été manipulés depuis le début et que le directeur général de la société, un certain Steven Reece Lewis, n'a jamais existé. Aucune des organisations citées dans le curriculum vitæ de Steven Reece Lewis ne peut trouver une trace de lui.

    Plus précisément, il s'agit d'un personnage fictif et ses qualifications ont toutes été inventées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans le projet HyperVerse. Cependant, lors du lancement d'HyperVerse entre fin 2021 et début 2022, une personne a bel et bien été payée pour jouer le rôle de Steven Reece Lewis : il s'agit de l'Anglais Stephen Harrison vivant en Thaïlande. Resté muet depuis l'effondrement d'HyperVerse, Stephen Harrison est récemment sorti de son silence et a déclaré qu'il a été payé pour jouer le rôle, recevant 180 000 bahts thaïlandais (environ 4 665 euros) sur neuf mois et un costume gratuit en guise de paiement.


    Stephen Harrison était à l'époque présentateur de télévision indépendant et faisait des commentaires non rémunérés sur le football. Dans le cadre d'une interview, il a raconté avoir été approché par "un ami d'un ami" qui lui avait proposé de travailler sur HyperVerse. Harrison a déclaré qu'il était nouveau dans le secteur et qu'il avait été ouvert à l'idée d'acquérir plus de travail et d'expérience en tant que "présentateur" d'entreprise. « On m'a dit que je jouais un rôle pour représenter l'entreprise, ce que font beaucoup de gens », explique Harrison. Il a déclaré qu'il avait des doutes au départ, mais que son agent l'avait rassuré sur la légitimité de l'entreprise.

    Harrison a déclaré qu'il avait été choqué d'apprendre que l'entreprise l'avait présenté comme ayant de fausses références pour promouvoir le projet. Il s'est dit désolé pour les investisseurs qui ont perdu de l'argent dans le cadre de ce programme, une escroquerie dans lequel il a déclaré n'avoir joué aucun rôle. « Je suis désolé pour ces personnes. Parce qu'ils ont cru à une idée dont j'étais le fer de lance et qu'ils ont cru à ce que j'ai dit, et Dieu sait ce que ces personnes ont perdu. Et je me sens mal à ce sujet », a déclaré Harrison. Il a déclaré lors de l'interview qu'il espère que la justice pourra venir en aide aux investisseurs lésés par cette escroquerie.

    « Je suis profondément désolé pour ces personnes, vraiment. Vous savez, c'est horrible pour eux. J'espère simplement qu'il y aura une solution. Je sais qu'il est difficile de récupérer l'argent de ces personnes, mais j'espère qu'il y aura un peu de justice dans tout cela et qu'ils pourront aller au fond des choses », a déclaré Harrison. Il a tenu à préciser qu'il n'a empoché aucun centime des fonds perdus par les investisseurs d'HyperVerse. Comme souligné plus haut, Harrison a déclaré lors de l'interview qu'il avait des doutes sur l'entreprise HyperVerse, les promesses du projet et les promoteurs. Toutefois, cela ne l'a pas empêché de jouer son rôle jusqu'au bout.

    Il a ajouté qu'il avait également fait ses propres recherches en ligne sur l'organisation et qu'il avait trouvé des articles sur l'entrepreneur australien de la blockchain et président d'HyperTech, Sam Lee. Lee a fondé avec Ryan Xu la société australienne de bitcoins Blockchain Global, qui s'est effondrée en 2021 à cause d'une dette de 58 millions de dollars envers ses créanciers. Lee et Xu ont été envoyés devant l'Australian Securities and Investments Commission (ASIC) pour des violations potentielles du Corporations Act en relation avec Blockchain Global. Cependant, l'ASIC a déclaré à l'époque qu'il n'avait pas l'intention de prendre des mesures pour l'instant.

    « Je suis parti me renseigner sur l'entreprise, car je craignais qu'il ne s'agisse d'une escroquerie. J'ai donc regardé un peu en ligne et tout semblait correct, alors j'ai fait avec », affirme Harrison. Selon lui, lors de son deuxième enregistrement, on lui avait dit qu'il devait tourner sous un faux nom. « J'ai demandé pourquoi, et l'on m'a répondu : "eh bien, vous savez, vous êtes un acteur, vous jouez un rôle, vous présentez l'entreprise". Et mon agent m'a dit : "beaucoup de personnes font cela dans le métier. C'est tout à fait normal" », affirme Harrison. Dans les vidéos, Harrison parle des opportunités offertes aux personnes qui investissent dans HyperVerse.

    Mais il ne demande pas explicitement de l'argent et ne fait aucune déclaration sur les bénéfices potentiels. Harrison a expliqué qu'il n'avait appris l'existence des fausses références qui accompagnaient la présentation de lancement dans laquelle il figurait que grâce à l'enquête du Guardian Australia. De nombreux critiques ont toutefois remis en cause cette déclaration d'Harrison. L'enquête a révélé qu'aucune des organisations citées dans la vidéo n'avait la moindre trace d'un Steven Reece Lewis dans leurs archives. HyperVerse prétendait qu'il est diplômé des universités de Leeds et de Cambridge et a plus de dix ans d'expérience dans le secteur de la FinTech.

    L'université de Leeds et l'université de Cambridge n'avaient aucune trace de lui dans leurs bases de données. Steven Reece Lewis est censé être passé d'un emploi au sein de Goldman Sachs à la vente d'une société de développement Web à l'éditeur Adobe avant de lancer sa propre startup informatique. Mais Adobe n'a aucune trace d'une quelconque acquisition d'une entreprise appartenant à Steven Reece Lewis dans ses archives publiques et Goldman Sachs n'a trouvé aucune trace d'un Steven Reece Lewis ayant travaillé pour l'entreprise. L'enquête a aussi révélé que Steven Reece Lewis n'a aucune présence en ligne en dehors de la vidéo promotionnelle.

    « J'ai été absolument choqué par ce que j'ai vu. Je ne suis jamais allé sur Internet pour me renseigner sur Steven Reece Lewis. J'ai regardé sur YouTube de temps en temps, à l'époque où ils mettaient les présentations en ligne, mais à part cela, j'étais détaché de ce rôle. Quand j'ai lu cela dans les journaux, je me suis dit : "bon sang, ils me font passer pour quelqu'un de très éduqué. J'ai le baccalauréat, je ne suis certainement pas à ce niveau-là". Ils ont donné une bonne image de moi, mais ils ne m'ont jamais rien dit de tout cela », a déclaré Harrison. Selon ses déclarations, toutes les autres qualifications citées dans la présentation sont fausses.

    En réalité, la véritable identité de Stephen Harrison a été révélée par un Youtubeur américain, Jack Gamble, après la publication de l'enquête. Cette révélation a poussé Harrison à faire part de ce qu'il savait. Selon le contrat proposé à Harrison pour le rôle, dont une copie non signée a été vue par Guardian Australia, il était employé en tant que "présentateur talentueux" par une agence de talents basée en Indonésie dénommée "Mass Focus Ltd". Cependant, l'enquête n'a retrouvé aucune trace d'une société de ce nom dans le registre indonésien des sociétés. Mais encore, Harrison affirme n'avoir jamais rencontré ou parlé à une personne d'HyperVerse.

    Harrison a déclaré qu'en dehors d'interactions scénarisées en ligne, il n'avait jamais parlé à personne d'HyperVerse, ne traitant qu'avec son contact local. En outre, il a insisté sur le fait qu'il n'avait eu aucun contact avec Lee ou Xu. Le contrat prévoyait un engagement de trois mois renouvelables, au cours duquel il serait payé 20 000 bahts thaïlandais (environ 519 euros) par mois pour un maximum de six heures de travail par mois. Harrison a déclaré que la plupart des mois, il ne travaillait qu'une ou deux heures, et que trois vidéos en un mois constituaient le plus gros de son travail. Il recevait un script avant chaque enregistrement.

    À un moment donné, il était prévu de l'emmener en avion aux États-Unis pour un événement, mais cela ne s'est jamais produit. On lui a également fourni un costume en laine et cachemire, deux chemises d'affaires, deux cravates et une paire de chaussures pour le rôle. Harrison affirme que le tournage avait eu lieu dans des studios improvisés à Bangkok, notamment dans un appartement du quartier d'Ekkamai et, plus tard, dans la tour Empire à Sathon. Il a ajouté qu'il n'avait aucun contrôle sur le compte Twitter géré sous le nom du faux chef d'entreprise ni sur les messages de soutien au projet obtenus de la part d'un groupe de célébrités.

    Steve Wozniak, cofondateur d'Apple, et l'acteur Chuck Norris figuraient parmi ces célébrités. Harrison a confié qu'après avoir renouvelé son contrat à deux reprises, de septembre 2021 à juin 2022, il a demandé que le compte Twitter soit fermé. L'enquête a confirmé que la date de sa dernière fiche de paie coïncidait avec la dernière date à laquelle le compte Twitter était actif. Cependant, le témoignage d'Harrison, qu'il soit vrai ou pas, est critiqué par de nombreuses personnes. Certains critiques affirment, à tort ou à raison, qu'Harrison avait des doutes sérieux, mais a préféré se remplir les poches plutôt que de dénoncer ce qui se jouait devant lui.

    Vendredi, une personne appelée Rodney Burton a été arrêté et inculpé aux États-Unis pour son rôle présumé dans HyperVerse. Des documents judiciaires allèguent qu'il faisait partie du réseau qui a fait les "présentations promotionnelles frauduleuses" à des investisseurs et à des investisseurs potentiels. Il a été inculpé d'exploitation et de conspiration en vue d'exploiter une entreprise de transmission de fonds sans licence. C'est la première fois que des accusations sont portées contre des personnes impliquées dans le système HyperVerse.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la mise en scène autour du PDG d'HyperVerse ?
    Que pensez-vous du témoignage de celui qui a joué le rôle du PDG d'HyperVerse ? Est-il crédible ?
    Pensez-vous qu'il sera inquiété par la justice pour son rôle d'acteur dans cette gigantesque escroquerie ?
    Comment cette mise en scène a-t-il pu passer inaperçue auprès des régulateurs jusqu'à l'effondrement d'HyperVerse ?

    Voir aussi

    Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister, l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

    Scandales de la cryptomonnaie en 2023 : de Changpeng Zhao à Sam Bankman-Fried, l'année des leaders de la cryptomonnaie déchus, devenir milliardaire puis tout perdre ne ferait pas rêver

    Scandale Ponzi cryptomonnaie FTX, comment Sam Bankman-Fried a détruit la vie de ses amis après les avoir manipulés et escroqués, il tente de rejeter la faute sur l'ancienne équipe juridique de FTX

  10. #270
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 984
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 984
    Points : 2 028
    Points
    2 028
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister
    l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

    La société australienne de cryptomonnaies Hyperverse s'est effondrée il y a environ deux ans emportant dans sa chute plus de 1,3 milliard de dollars appartenant aux investisseurs. Mais la chose la plus troublante dans l'histoire, c'est qu'une enquête a révélé que le directeur général de l'entreprise n'existe peut-être pas. L'enquête rapporte que les qualifications du mystérieux directeur général de Hyperverse, un certain Steven Reece Lewis, semblent toutes avoir été falsifiées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans l'entreprise. Son profil indique qu'il a travaillé chez Adobe et Goldman Sachs, mais ces entreprises n'ont aucune trace de lui.
    Voilà le genre de chose qu'il est intéressant de vérifier avant de donner des sous, plutôt qu'après les avoir perdus.

    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Plus précisément, il s'agit d'un personnage fictif et ses qualifications ont toutes été inventées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans le projet HyperVerse. Cependant, lors du lancement d'HyperVerse entre fin 2021 et début 2022, une personne a bel et bien été payée pour jouer le rôle de Steven Reece Lewis : il s'agit de l'Anglais Stephen Harrison vivant en Thaïlande. Resté muet depuis l'effondrement d'HyperVerse, Stephen Harrison est récemment sorti de son silence et a déclaré qu'il a été payé pour jouer le rôle, recevant 180 000 bahts thaïlandais (environ 4 665 euros) sur neuf mois et un costume gratuit en guise de paiement.
    Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !

  11. #271
    Expert confirmé Avatar de AoCannaille
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    1 409
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 1 409
    Points : 4 710
    Points
    4 710
    Par défaut
    Citation Envoyé par Gluups Voir le message
    Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !
    Fillion est bien d'accord avec toi !

  12. #272
    Membre expert
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    Novembre 2003
    Messages
    763
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2003
    Messages : 763
    Points : 3 194
    Points
    3 194
    Par défaut
    Ce qui serait un peu gros, ce serait de le prendre comme seul coupable.

    C'est un montage très classique. Certaines citées état en Asie pour ne pas les nommer sont spécialisées dans l'hébergement de ce genre de fraudes financières. C'est des montages avec des dizaines de sociétés écran imbriquées qui ont 0 fonds propres. S'il y a une enquête, les autorités locales traînent des pieds pendant des années pour donner le nom du propriétaire de la société écran (mais pour les dizaines d'autres il faut ouvrir une autre procédure à chaque fois). Le "propriétaire" de la société, c'est toujours un pauvre type auquel on a donné 3 sous pour qu'il mette son nom sans comprendre ce qu'il signe.
    Quand on veut tracer l'argent, il ne fait que transiter d'une société écran à l'autre.

    Ce type, c'est juste un comédien en effet, parmi d'autres prête-nom qui ont été recrutés.

    Donc, les investisseurs de 1er ordre qui choisissent ce genre de sociétés, il savent (ou devraient) savoir dans quoi ils mettent la main. Ensuite, ce sont eux qui trouvent des client pigeons pour leur faire confiance.

    Et mon agent m'a dit : "beaucoup de personnes font cela dans le métier. C'est tout à fait normal"
    c'est sans doute la seule chose vraie que son agent lui a révélée.

  13. #273
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 790
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 790
    Points : 35 562
    Points
    35 562
    Par défaut Les Stablecoins ont permis de réaliser 40 milliards de dollars de cryptocriminalité depuis 2022
    Les Stablecoins ont permis de réaliser 40 milliards de dollars de cryptocriminalité depuis 2022,
    ces stablecoins ont été impliqués dans 70 % des transactions d'escroquerie en cryptomonnaie en 2023

    Les stablecoins, des cryptomonnaies liées à une valeur stable comme le dollar américain, ont gagné en popularité mais ont également été utilisés de manière disproportionnée dans des activités illicites. Selon un rapport de Chainalysis, ces stablecoins ont été impliqués dans 70 % des transactions d'escroquerie en cryptomonnaie en 2023, représentant un total de 40 milliards de dollars sur les années 2022 et 2023. L'évasion des sanctions a été la principale catégorie de criminalité, avec 83 % des paiements en cryptomonnaie vers des pays sanctionnés et 84 % vers des individus et entreprises spécifiquement sanctionnés. Tether, le stablecoin le plus populaire, a été particulièrement mis en avant, notamment dans des escroqueries de type « Pig butchering ». Bien que Tether ait la capacité de geler des fonds criminels, les données indiquent que son impact est limité face à l'ampleur des transactions illicites en stablecoins.

    Un stablecoin est un actif numérique qui réplique la valeur faciale d’une monnaie fiduciaire, souvent le dollar, comme Tether (USDT) ou Libra de Facebook. Les stablecoins ont été imaginés comme un outil pour se prémunir contre la forte volatilité du marché des cryptomonnaies. Aussi, le point commun entre tous ces actifs est qu’ils ont été créés pour protéger leurs porteurs des fluctuations spéculatives. 2023 a été une année de reprise pour les cryptomonnaies, le secteur ayant rebondi après les scandales, les explosions et les baisses de prix de 2022. Avec le rebond des actifs cryptographiques et la croissance de l'activité du marché au cours de l'année 2023, beaucoup pensent que l'hiver de la cryptomonnaie se termine et qu'une nouvelle phase de croissance pourrait bientôt arriver. Mais qu'est-ce que tout cela signifie pour la criminalité liée aux cryptomonnaies ?

    Nom : chavis.jpg
Affichages : 6477
Taille : 48,4 Ko

    En 2023, la valeur reçue par les adresses de cryptomonnaies illicites a chuté de manière significative, pour atteindre un total de 24,2 milliards de dollars. Comme toujours, il convient de préciser que ces chiffres sont des estimations de la limite inférieure basées sur les flux entrants vers les adresses illicites qui ont été identifiées. Dans un an, ces totaux seront presque certainement plus élevés, car nous identifierons davantage d'adresses illicites et intégrerons leur activité historique dans nos estimations.

    Par exemple, lorsque les chercheurs ont publié notre Crypto Crime Report l'année dernière, nous avons estimé à 20,6 milliards de dollars le volume des transactions illicites pour 2022. Un an plus tard, notre estimation actualisée pour 2022 est de 39,6 milliards de dollars. Une grande partie de cette croissance est due à l'identification d'adresses précédemment inconnues et très actives hébergées par des services sanctionnés, ainsi qu'à l'ajout à nos totaux illicites de volumes de transactions associés à des services situés dans des juridictions sanctionnées.

    Outre l'identification de nouvelles adresses illicites, une autre raison essentielle explique que le nouveau total soit beaucoup plus élevé : Nous comptons désormais les 8,7 milliards de dollars de créances sur FTX dans nos chiffres de 2022. Dans le rapport de l'année dernière, nous avions indiqué que nous n'inclurions pas les volumes de transactions associés à FTX et à d'autres sociétés qui se sont effondrées cette année-là dans des circonstances prétendument frauduleuses dans nos totaux illicites tant que les procédures judiciaires n'auraient pas abouti. Depuis, un jury a reconnu l'ancien PDG de FTX coupable de fraude.

    En règle générale, nous n'incluons que les activités mesurables sur la chaîne dans nos estimations des activités illicites. Dans le cas de FTX, il est impossible d'utiliser les seules données de la chaîne pour mesurer l'ampleur de l'activité frauduleuse, car il n'y a aucun moyen d'isoler les mouvements illégitimes des fonds des utilisateurs. C'est pourquoi nous pensons que les 8,7 milliards de dollars de créances sur FTX constituent la meilleure estimation possible. Compte tenu de la taille et de l'impact de la situation de FTX, nous la traitons comme une exception à notre méthodologie habituelle sur la chaîne. Si les tribunaux prononcent des condamnations dans des affaires similaires en cours, nous prévoyons d'inclure également leur activité dans nos données sur les transactions illicites à l'avenir.

    Tous les autres totaux excluent les recettes provenant de la criminalité non liée au cryptomonnaie, comme le trafic de drogue conventionnel dans lequel le cryptomonnaie est utilisé comme moyen de paiement. Ces transactions sont pratiquement impossibles à distinguer des transactions licites dans les données de la chaîne. Bien entendu, les forces de l'ordre disposant d'un contexte hors chaîne peuvent toujours enquêter sur ces flux à l'aide des solutions de Chainalysis. Dans les cas où nous sommes en mesure de confirmer de telles informations, nous comptons les transactions comme illicites dans nos données, mais il y a très certainement de nombreux cas où ce n'est pas le cas, et donc les chiffres ne seraient pas reflétés dans nos totaux.

    Outre la réduction de la valeur absolue de l'activité illicite, notre estimation de la part de l'ensemble du volume des transactions en cryptomonnaies associée à l'activité illicite a également diminué, passant de 0,42 % en 2022 à 0,34 % en 2022.

    Nom : Gen1.jpg
Affichages : 827
Taille : 31,6 Ko

    On peut constater également une évolution des types d'actifs impliqués dans la criminalité liée aux cryptomonnaies.

    Nom : Typ.jpg
Affichages : 826
Taille : 38,7 Ko
    Volume des transactions illicites par type, 2018 - 2023


    Jusqu'en 2021, le bitcoin a régné en maître en tant que cryptomonnaie de prédilection des cybercriminels, probablement en raison de sa grande liquidité. Mais la situation a changé au cours des deux dernières années, les stablecoins représentant désormais la majorité du volume des transactions illicites. Ce changement s'accompagne également d'une augmentation récente de la part des stablecoins dans l'ensemble de l'activité cryptographique, y compris l'activité légitime. Cependant, la prédominance des stablecoins n'est pas le cas pour toutes les formes de criminalité basées sur les cryptomonnaies.

    Nom : gen2.jpg
Affichages : 841
Taille : 50,1 Ko
    Volume des transactions illicites par catégorie de crime et par type d'actif, 2023


    Certaines formes d'activités illicites liées aux crypto-monnaies, telles que les ventes sur le marché du darknet et l'extorsion par ransomware, se déroulent encore principalement en bitcoins. D'autres, comme l'escroquerie et les transactions associées à des entités sanctionnées, se sont déplacées vers les stablecoins. Il se trouve que ces formes de criminalité cryptographique sont les plus importantes en termes de volume de transactions, ce qui explique la tendance générale.

    Les entités sanctionnées, ainsi que celles qui opèrent dans des juridictions sanctionnées ou qui sont impliquées dans le financement du terrorisme, sont également davantage incitées à utiliser les stablecoins, car elles peuvent avoir plus de difficultés à accéder au dollar américain par des moyens traditionnels, mais souhaitent tout de même bénéficier de la stabilité qu'ils procurent. Toutefois, les émetteurs de stablecoins peuvent geler les fonds lorsqu'ils ont connaissance de leur utilisation illicite, comme l'a fait récemment Tether avec des adresses liées au terrorisme et à la guerre en Israël et en Ukraine.

    L'escroquerie et les fonds volés en forte baisse

    Les revenus issus de l'escroquerie et du piratage de cryptomonnaies ont tous deux chuté de manière significative en 2023, le total des revenus illicites ayant respectivement baissé de 29,2 % et de 54,3 %.

    Comme nous le verrons plus loin dans notre section sur les escroqueries, de nombreux escrocs de la crypto-monnaie ont désormais adopté des tactiques d'escroquerie romanesques, ciblant des individus et établissant des relations avec eux afin de leur présenter des opportunités d'investissement frauduleuses, plutôt que d'en faire la publicité à grande échelle, ce qui les rend souvent plus difficiles à démasquer. Bien que le FBI ait publié des données montrant que les signalements d'escroqueries à l'investissement dans les cryptomonnaies aux États-Unis ont augmenté d'année en année jusqu'en 2022, nos mesures sur la chaîne suggèrent que les revenus d'escroquerie à l'échelle mondiale ont tendance à diminuer depuis 2021. Nous pensons que cela correspond à la tendance de longue date selon laquelle l'escroquerie est plus fructueuse lorsque les marchés sont à la hausse, que l'exubérance est élevée et que les gens ont l'impression de manquer une occasion de s'enrichir rapidement.

    Bien entendu, l'impact des escroqueries à la romance sur les victimes est dévastateur et ne doit pas être sous-estimé. Bien que l'augmentation des signalements - du moins aux États-Unis - soit un bon signe, nous pensons que les informations sur les escroqueries sentimentales en particulier sont sous-estimées. Nous émettons l'hypothèse que les dommages réels de l'escroquerie sont plus importants que ne le montrent les rapports du FBI et nos mesures sur la chaîne, mais dans l'ensemble, l'escroquerie est en baisse, compte tenu de la dynamique générale du marché.

    Le piratage de cryptomonnaies, en revanche, est beaucoup plus difficile à dissimuler pour les criminels, car les observateurs du secteur peuvent rapidement repérer les flux inhabituels provenant d'un service ou d'un protocole donné lorsqu'un piratage se produit. Comme nous le verrons plus loin, la baisse des fonds volés est due en grande partie à une chute brutale du piratage de DeFi. Cette baisse pourrait représenter l'inversion d'une tendance inquiétante à long terme, et pourrait signifier que les protocoles DeFi améliorent leurs pratiques de sécurité. Cela dit, les mesures relatives aux fonds volés sont fortement influencées par des valeurs aberrantes, et un piratage de grande ampleur pourrait à nouveau modifier la tendance.

    Augmentation de l'activité des marchés des rançongiciels et du darknet

    Les rançongiciels et les marchés du darknet, en revanche, sont deux des formes les plus importantes de cryptocriminalité qui ont vu leurs revenus augmenter en 2023, contrairement aux tendances générales. La croissance des revenus des rançongiciels est décevante après les fortes baisses que nous avons couvertes l'année dernière, et suggère que les attaquants de rançongiciels se sont peut-être adaptés aux améliorations de la cybersécurité des organisations, une tendance que nous avons rapportée pour la première fois plus tôt cette année.

    De même, la croissance des revenus du marché du darknet de cette année fait suite à une baisse des revenus en 2022. Cette baisse est due en grande partie à la fermeture d'Hydra, qui était de loin le marché le plus dominant au monde, capturant plus de 90 % de tous les revenus du marché du darknet à son apogée. Bien qu'aucun marché n'ait encore émergé pour prendre sa place, le secteur dans son ensemble est en train de se redresser, le revenu total remontant vers ses plus hauts niveaux de 2021.

    Les transactions avec des entités sanctionnées sont à l'origine de la majeure partie de l'activité illicite

    La tendance la plus évidente qui se dégage de l'examen du volume des transactions illicites est sans doute la prédominance des transactions liées à des sanctions. Les entités et juridictions sanctionnées ont représenté ensemble un volume de transactions d'une valeur de 14,9 milliards de dollars en 2023, soit 61,5 % de l'ensemble du volume de transactions illicites que nous avons mesuré au cours de l'année. La majeure partie de ce total est due à des services de cryptomonnaies qui ont été sanctionnés par l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor des États-Unis, ou qui sont situés dans des juridictions sanctionnées, et qui peuvent continuer à opérer parce qu'ils se trouvent dans des juridictions où les sanctions américaines ne sont pas appliquées.

    Si ces services peuvent être et ont été utilisés à des fins malveillantes, cela signifie également qu'une partie des 14,9 milliards de dollars de transactions liées aux sanctions comprend l'activité d'utilisateurs moyens de cryptomonnaies qui se trouvent résider dans ces juridictions. Par exemple, l'échange Garantex basé en Russie, qui a été sanctionné par l'OFAC et l'OFSI au Royaume-Uni pour avoir facilité le blanchiment d'argent pour le compte d'attaquants de ransomware et d'autres cybercriminels, a été l'un des plus grands moteurs du volume de transactions associé aux entités sanctionnées en 2023.

    Garantex poursuit ses activités parce que la Russie n'applique pas les sanctions américaines. Cela signifie-t-il que tout le volume de transactions de Garantex est associé à des rançongiciels et au blanchiment d'argent ? Non. Néanmoins, l'exposition à Garantex présente un risque sérieux de sanctions pour les plateformes de cryptomonnaies soumises à la juridiction des États-Unis ou du Royaume-Uni, ce qui signifie que ces plateformes doivent rester encore plus vigilantes et rechercher l'exposition à Garantex afin d'être en conformité.

    L'utilisation disproportionnée des stablecoins dans des activités illicites, comme révélé par le rapport de Chainalysis, soulève des préoccupations sérieuses quant à la légitimité et à la stabilité de ces crypto-monnaies. L'évasion des sanctions, représentant une part importante de ces transactions criminelles, remet en question l'efficacité des mesures internationales visant à restreindre les activités financières de pays, individus et entreprises spécifiquement sanctionnés.

    Le fait que les stablecoins aient été impliqués dans 70 % des transactions d'escroquerie en cryptomonnaie en 2023 souligne la nécessité d'une réglementation plus stricte et de mécanismes de surveillance renforcés pour prévenir l'utilisation abusive de ces actifs numériques. La popularité croissante des stablecoins parmi les criminels met en lumière les défis auxquels sont confrontés les organismes de réglementation et les forces de l'ordre pour maintenir l'intégrité du marché des cryptomonnaies.

    Tether, en tant que stablecoin le plus populaire, est spécifiquement mentionné dans des escroqueries de type « Pig butchering ». Bien que la capacité de Tether à geler des fonds criminels soit un pas dans la bonne direction, les données suggèrent que cela ne suffit pas à endiguer le flot des transactions illicites en stablecoins. La nature anonyme et décentralisée des crypto-monnaies pose un défi supplémentaire, rendant difficile la poursuite des criminels et la prévention de leurs activités.

    Il est impératif que l'industrie des cryptomonnaies travaille en étroite collaboration avec les régulateurs pour mettre en place des normes plus strictes et des mécanismes de contrôle plus efficaces. Les entreprises émettrices de stablecoins, comme Tether Holdings, doivent prendre des mesures proactives pour renforcer la conformité et la transparence, afin de prévenir l'utilisation abusive de leurs actifs numériques à des fins criminelles.

    Source : Chainalysis

    Et vous ?

    Est-ce que les conclusions tirées des recherches publiées par Chainalysis sont pertinentes ?

    Quelle est la part de responsabilité des émetteurs de Stablecoins dans la prévention de leur utilisation pour des activités illicites, et quelles actions peuvent-ils entreprendre pour renforcer la sécurité ?

    Comment les autorités de régulation peuvent-elles améliorer la surveillance des transactions en stablecoins afin de détecter plus efficacement les activités criminelles ?

    Existe-t-il des différences significatives entre les stablecoins en termes de vulnérabilité à l'utilisation illicite, et comment ces différences pourraient-elles orienter les futures réglementations ?

    Voir aussi :

    Crypto.com, la bourse de cryptomonnaies, va retirer Tether de la circulation au Canada, pour se conformer à l'autorité de régulation de l'Ontario

    PayPal lance PYUSD, un stablecoin en dollars américains, devenant ainsi la première entreprise de technologie financière à adopter les monnaies numériques pour les paiements et les transferts

    Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister, l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #274
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 984
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 984
    Points : 2 028
    Points
    2 028
    Par défaut
    Il semble que les autorités aient décidé de s'attaquer au problème :
    lepoint.fr

  15. #275
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    742
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 742
    Points : 52 648
    Points
    52 648
    Par défaut FTX abandonne ses projets de relance et remboursera des milliards à ses clients
    La plateforme Cryptomonnaie FTX abandonne ses projets de relance et remboursera des milliards à ses clients, "FTX était une imposture irresponsable créée par un criminel condamné", selon son avocat.

    Les débiteurs de a plateforme cryptomonnaie FTX abandonnent leurs plans de relance de la bourse. Les avocats représentant de FTX dans le cadre de sa faillite ont déclaré à un tribunal que l'ancienne bourse rembourserait intégralement ses clients.

    Andrew Dietderich, un avocat, a déclaré que les clients et les créanciers non garantis qui peuvent prouver leurs pertes "seront finalement payés intégralement". Des conseillers en restructuration évalueront les créances afin de distinguer celles qui sont légitimes de celles qui ne le sont pas. "J'aimerais que le tribunal et les parties prenantes comprennent qu'il ne s'agit pas d'une garantie, mais d'un objectif", a-t-il ajouté. "Il y a encore beaucoup de travail et de risques entre nous et ce résultat. Mais nous pensons que l'objectif est à portée de main et nous avons une stratégie pour l'atteindre".

    La société, qui a déposé son bilan en novembre 2022, avait précédemment laissé entendre qu'elle rembourserait aux clients, en USD, les montants que valaient leurs avoirs au moment où FTX a déposé son bilan. Cela signifie que ceux qui détenaient de l'éther à environ 1 200 dollars au moment du dépôt de bilan seraient remboursés à ce prix. L'éther (ETH) se négocie aujourd'hui autour de 2 300 dollars.

    Selon FTX, la loi sur les faillites signifie que les valeurs offertes devraient être basées sur la date de la faillite, malgré les gains réalisés par les crypto-monnaies depuis l'effondrement. D'anciens clients se sont toutefois opposés aux valeurs de remboursement proposées. "Le code est très clair", a déclaré le juge John Dorsey lors de l'audience. Il a déclaré que, bien qu'il existe des exceptions au code des faillites, l'affaire FTX et les objections ne répondent pas aux critères.


    En ce qui concerne le redémarrage de FTX, M. Dietderich a déclaré qu'"aucun investisseur n'est prêt à engager les capitaux nécessaires au redémarrage de la bourse offshore. Aucun acheteur ne s'est non plus manifesté pour cette bourse". Plus de 75 soumissionnaires ont été contactés au sujet d'un éventuel redémarrage en septembre.

    Cependant, la succession de FTX possède encore "des données et des informations précieuses sur les clients à monétiser". "Notre plan actuel au titre du chapitre 11 n'inclut pas l'espoir d'un quelconque recouvrement à la suite d'un redémarrage de FTX.com", a-t-il ajouté. La succession FTX a vendu ses avoirs en cryptomonnaies, y compris près d'un milliard de dollars de l'ETF bitcoin de Grayscale, selon des rapports.

    Source : Andrew Dietderich, avocat de FTX

    Et vous ?

    Pensez-vous que ces déclarations sont crédibles ou pertinentes ?
    Quel est votre avis sur cette affaire ?

    Voir aussi :

    Scandale FTX : la plateforme de crypto dépose le bilan et son PDG Sam Bankman-Fried démissionne. FTX n'a pas réussi à faire face à l'augmentation des demandes de retraits des clients

    Sam Bankman-Fried reconnu coupable de fraude pour avoir détourné plusieurs milliards de dollars appartenant aux clients de FTX. Il risque plus de 100 ans d'emprisonnement

    Scandale Ponzi cryptomonnaie FTX, comment Sam Bankman-Fried a détruit la vie de ses amis après les avoir manipulés et escroqués. Il tente de rejeter la faute sur l'ancienne équipe juridique de FTX
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 17/05/2010, 10h28
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 30/09/2009, 16h31
  3. Réponses: 4
    Dernier message: 02/08/2009, 16h42
  4. Mort du PC, tentative de sauver les données
    Par SquallSaga dans le forum Composants
    Réponses: 19
    Dernier message: 26/01/2009, 02h46
  5. SQL*LOADER rejet les chaines en accents
    Par bilalove dans le forum Oracle
    Réponses: 7
    Dernier message: 24/04/2006, 17h34

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo