IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

Sam Bankman-Fried, cofondateur de FTX, purgera une peine de 25 ans de prison

  1. #221
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Directeur des systèmes d'information
    Inscrit en
    Avril 2002
    Messages
    2 795
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 64
    Localisation : Luxembourg

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur des systèmes d'information
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2002
    Messages : 2 795
    Points : 18 970
    Points
    18 970
    Par défaut
    Oui c'est exactement ce que j'ai dit, ici le problème c'est l'ancien patron de FTX avec un détournement de fonds, c'est possible de faire des détournements de fond avec d'autres sociétés que des plateformes de crypto, c'est pas nouveaux, mais ici c'est énorme, et il y a de très nombreux préjudiciés, et des faillites en cascade.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  2. #222
    Expert éminent sénior Avatar de Uther
    Homme Profil pro
    Tourneur Fraiseur
    Inscrit en
    Avril 2002
    Messages
    4 566
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Pyrénées Orientales (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Tourneur Fraiseur

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2002
    Messages : 4 566
    Points : 15 514
    Points
    15 514
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Il me semble que des banques se portent mal en ce moment et que ça n'a rien à voir avec les cryptomonnaies.
    - 09 mars : Silvergate Bank
    - 10 mars : Silicon Valley Bank
    - 12 mars : Signature Bank
    - 15 mars : Credit Suisse
    Pour les cas de la Silvergate Bank et Signature Bank, si, leur faillite est clairement une conséquence de la perte de confiance dans les crypto. La Silicon Valley Bank, elle, n'est pas directement mêlé au crypto-monnaies, mais ils étaient dans l'investissement risqué dans un milieu très particulier. Je ne pense pas qu'ils soient très représentatif de la banque en général.
    Pour le crédit Suisse, je me suis pas encore trop renseigné dessus, mais c'est en effet plus surprenant.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Je ne pense pas que ma banque a investit dans des cryptomonnaies, donc en cas d'effondrement des cryptomonnaies ça ne devrait avoir aucune incidence sur ma banque.
    C'est pas si simple que ça, dans le monde de la finance il y a des interdépendances pas forcément évidentes, qui peuvent entrainer des contrecoups pas toujours faciles à prévoir. Les banques européennes ne sont pas celles qui ont créé les hedge funds, pourtant elles en ont subit le contre-coup.
    Ceci dit, on peut espérer que l'on a assez tiré la sonnette d'alarme sur les crypto-monnaies ces dernières années pour que les banques traditionnelles n'aient pas trop fait n'importe quoi avec et qu'on ne se retrouve pas avec une contagion similaire aux hedge funds.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Je sais que ma banque à acheté des produits pourris, remplit de dette, et que ça va finir en défaut de paiement et que par conséquent je vais perdre tout mon argent, mais ça n'aura pas de lien avec les cryptomonnaies.
    C'est peut-être juste en théorie, mais dans la pratique, les états garantissent systématiquement au minimum les placements des particuliers. Et on voit que, même aux USA, parangon du libéralisme, les sociétés financées par la Silicon Valley Bank ont été protégées de sa faillite.

  3. #223
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 651
    Points : 18 596
    Points
    18 596
    Par défaut
    Citation Envoyé par Uther Voir le message
    C'est peut-être juste en théorie, mais dans la pratique, les états garantissent systématiquement au minimum les placements des particuliers.
    Ce sera tellement gros que les états ne pourront rien faire.

    De toute façon on n'échappera à la remise à zéro.
    Les banques centrales ne font qu'amplifier les problèmes, ça ne peut pas durer éternellement.
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #224
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Développeur Java
    Inscrit en
    Juin 2017
    Messages
    126
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 72
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2017
    Messages : 126
    Points : 328
    Points
    328
    Par défaut
    Citation Envoyé par Uther Voir le message
    Pour le crédit Suisse, je me suis pas encore trop renseigné dessus, mais c'est en effet plus surprenant.
    Pour le crédit Suisse, ils ont coché toutes les cases : investissements à risque non contrôlés, complicité active de fraude fiscale, blanchiment... Mais rien à craindre : too big too fail.
    Si vous et moi allons au casino (ce que je fait pas), si nous perdons, le casino gagne. Dans la finance, si elle gagne, elle empoche et si elle perd, le contribuable perd. La Suisse s'est déclarée trop pauvre pour payer un treizième mois au rentiers modestes. Il est vrai que cela aurait coûté plusieurs centaines de millions. Par contre elle vient de trouver un gros paquet de milliards pour aider une pauvre banque en perdition qui a trop joué au casino. Un air connu et déjà joué. L'UBS vient de racheter le CS avec l'argent du contribuable.

  5. #225
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 958
    Points
    36 958
    Par défaut Bankman-Fried, fondateur de FTX, accusé d'avoir versé 40 millions de dollars de pots-de-vin
    Bankman-Fried, fondateur de FTX, accusé d'avoir versé 40 millions de dollars de pots-de-vin,
    à un ou plusieurs fonctionnaires chinois pour qu'ils débloquent les comptes de son fonds spéculatif

    Les procureurs américains ont dévoilé un nouvel acte d'accusation à l'encontre de Sam Bankman-Fried, le fondateur de FTX a été accusé d'avoir versé 40 millions de dollars de pots-de-vin à un ou plusieurs fonctionnaires chinois pour qu'ils débloquent les comptes de son fonds spéculatif.

    Sam Bankman-Fried, né le 6 mars 1992 à Stanford en Californie, aussi connu par ses initiales SBF, est un homme d'affaires et investisseur américain. Il est le fondateur de l'entreprise FTX, plateforme centralisée d'échange de cryptomonnaies, et de son entreprise sœur Alameda Research, toutes deux basées aux Bahamas dans les mêmes bâtiments et enregistrées à Antigua-et-Barbuda. Les faillites de FTX et Alameda Research à la fin de l'année 2022 créent un scandale financier international et conduisent à des arrestations et inculpations, notamment pour fraude.

    Ce nouveau chef d'inculpation ajoute à la pression qui pèse sur l'ancien milliardaire de 31 ans, qui doit maintenant répondre de 13 chefs d'inculpation pour l'effondrement de FTX en novembre. Bankman-Fried devrait comparaître devant le juge de district Lewis Kaplan, au tribunal fédéral de Manhattan, pour répondre à ce nouvel acte d'accusation. Selon une personne au fait de l'affaire, il aurait l'intention de plaider non coupable.

    Nom : Sam bankman.jpg
Affichages : 2161
Taille : 45,9 Ko

    FTX est une bourse de cryptomonnaie basée aux Bahamas. L'entreprise a été fondée par Sam Bankman-Fried en 2019 et permet aux utilisateurs d'acheter, de vendre, de détenir et d'échanger des cryptomonnaies (bien que ces fonctions ne soient pas disponibles pour le moment en raison de l'effondrement de l'entreprise).

    À son apogée, FTX a dépensé son argent dans un certain nombre d'accords de parrainage. Alors que le stade du Miami Heat est devenu la FTX Arena, la société a également conclu un accord avec l'équipe de Formule 1 Mercedes-Benz et a parrainé l'organisation professionnelle d'esports Team SoloMid (TSM), qui s'appelait TSM FTX pendant un certain temps. Toutes ces offres sont caduques maintenant, bien entendu.

    Les célébrités faisant la promotion de FTX comprenaient Tom Brady et sa femme, Gisele Bündchen, qui ont signé en tant que conseillers en initiatives environnementales et sociales, en plus d'autres stars comme l'athlète de la NBA Stephen Curry, la star du tennis Naomi Osaka et bien d'autres. FTX a même payé pour faire de la publicité durant le Super Bowl, publicité dans laquelle Larry David jouait le rôle d'un perdant qui a manqué des développements tels que la roue, l'électricité et, bien sûr, la cryptomonnaie (la publicité est disponible ci-dessous.) Certains des sponsors célèbres de FTX ont été nommés dans un recours collectif contre la société.

    Les procureurs avaient déjà accusé Bankman-Fried d'avoir volé des milliards de dollars de fonds de clients pour combler les pertes de son fonds spéculatif Alameda Research et d'avoir orchestré un système illégal de dons pour acheter de l'influence à Washington.

    FTX a déposé son bilan le 11 novembre, lorsqu'elle s'est retrouvée à court d'argent après avoir subi l'équivalent en cryptomonnaies d'un bank run. Bankman-Fried est resté libre grâce à une caution personnelle de 250 millions de dollars qui lui permet de rester chez ses parents en Californie. Il a plaidé non coupable des accusations selon lesquelles il aurait escroqué des milliards de dollars à des investisseurs avant que son entreprise ne s'effondre.

    Sam Bankman-Fried et d'autres membres du cercle restreint de la bourse crypto FTX qui s'est effondrée, auraient formé un groupe de discussion sur la plateforme chiffrée Signal sous le nom de « Wirefraud » (littéralement « fraude électronique »).

    L'Australian Financial Review a rapporté que le groupe de discussion Wirefraud avait été utilisé pour envoyer des informations chiffrées de bout en bout sur FTX et son fonds spéculatif, Alameda Research, dans la perspective de l'implosion de l'échange. Selon le quotidien, les membres du groupe secret comprenaient Bankman-Fried, ses partenaires FTX Zixiao "Gary" Wang et Nishad Singh, et la PDG d'Alameda Research Caroline Ellison.

    Le patron disgracié de FTX, Sam Bankman-Fried, avait autrefois un groupe de discussion privé avec son entourage sous le nom de « Wirefraud », selon un rapport. Le crypto milliardaire, qui était pressenti comme étant le futur Warren Buffet selon le magazine fortune, aurait alors utilisé ce nom douteux [Wirefraud] pour nommer une discussion de groupe sur Signal avec le cofondateur de FTX Zixiao "Gary" Wang et l'ingénieur Nishad Singh, selon l'Australian Financial Review.

    Un autre membre de ce groupe de discussion était prétendument l'ex de Bankman-Fried, Caroline Ellison, qui était la directrice générale d'Alameda Research, le fonds privé de crypto dans lequel le chef de FTX est accusé d'avoir transféré des milliards de dollars en fonds de clients.

    Le rapport a été publié quelques heures avant que Bankman-Fried ne soit inculpé de charges fédérales à New York

    Dans son dernier tweet avant son arrestation, Bankman-Fried a admis qu'il ne pouvait pas exclure l'existence d'une telle discussion de groupe, précisant juste qu'il n'était pas impliqué : « Si cela est vrai, alors je n'étais pas membre de ce cercle restreint », a-t-il écrit en réponse à l'article.

    Caroline Ellison et Zixiao "Gary" Wang, deux dirigeants de l'empire crypto déchu de Sam Bankman-Fried, ont plaidé coupables à des accusations fédérales et coopèrent avec les procureurs. La nouvelle avait été annoncée par Damian Williams, le procureur américain du district sud de New York.

    Williams n'a pas précisé à quel chef d'accusation les deux hommes ont plaidé coupables, mais a déclaré que les plaidoyers de culpabilité étaient liés à leurs rôles d'initiés chez FTX et sa société sœur Alameda Research. Wang était cofondateur de la bourse de cryptomonnaie FTX et possédait 10 % d'Alameda Research (Bankman-Fried possédait les 90 % restants). Ellison a été PDG de la société commerciale de Bankman-Fried, Alameda Research.

    En quelques semaines, les rapports et le processus de mise en faillite de FTX ont révélé une longue liste de décisions et pratiques qui constitueraient une fraude financière si FTX avait été une entité réglementée aux États-Unis (même sans aucune règle spécifique aux cryptomonnaies).

    Au cœur de la fraude de Bankman-Fried se trouvent les liens profonds et (littéralement) intimes entre FTX, la bourse qui a attiré les spéculateurs, et Alameda Research, un fonds spéculatif que Bankman-Fried a cofondé. Alors qu'une bourse gagne finalement de l'argent grâce aux frais de transaction sur les actifs appartenant aux utilisateurs, un fonds spéculatif comme Alameda cherche à tirer profit de la négociation ou de l'investissement actif des fonds qu'il contrôle.

    Bankman-Fried lui-même a décrit FTX et Alameda comme étant des entités « entièrement séparées ». Pour renforcer cette impression, Bankman-Fried a démissionné de son poste de PDG d'Alameda en 2019. Mais il est apparu que les activités des deux entités restaient profondément liées. Non seulement les dirigeants d'Alameda et de FTX travaillaient souvent dans le même penthouse des Bahamas, mais la PDG de Bankman-Fried et d'Alameda, Caroline Ellison, étaient liées de manière romantique.

    L'ancien responsable de l'ingénierie de FTX, Nishad Singh, a plaidé coupable

    En 2020, Nishad Singh a modifié le logiciel de FTX pour éviter à Alameda de voir ses actifs vendus automatiquement si elle perdait trop d'argent emprunté. L'ancien responsable de l'ingénierie de FTX, Nishad Singh, a plaidé coupable à des accusations criminelles à New York le 28 février. Son plaidoyer intervient après que deux des plus proches collaborateurs de Sam Bankman-Fried, PDG de FTX, ont accepté de coopérer en décembre dernier. Nishad Singh devient ainsi le dernier membre de l'ancienne équipe dirigeante de Sam Bankman-Fried à accepter un accord.

    Les six chefs d'accusation retenus contre Singh comprennent la conspiration en vue de commettre une fraude en matière de valeurs mobilières, la conspiration en vue de commettre un blanchiment d'argent et la conspiration en vue de violer les lois sur le financement des campagnes électorales. FTX a sombré dans la faillite en novembre après que la bourse de cryptomonnaies, fondée par Bankman-Fried, n'a pas pu répondre aux demandes de retrait des clients.

    Quelques jours après les premiers signes de faiblesse de FTX, il est devenu clair que la bourse avait acheminé les actifs des clients vers Alameda pour les utiliser dans les activités de négociation, de prêt et d'investissement. Le 12 novembre 2022, un rapport a été publié selon lequel jusqu'à 10 milliards de dollars de fonds d'utilisateurs avaient été envoyés de FTX à Alameda. À l'époque, on pensait que seulement 2 milliards de dollars de ces fonds avaient disparu après avoir été envoyés à Alameda; les pertes semblent avoir été beaucoup plus élevées.

    Selon Caroline Ellison, ancienne directrice générale d'Alameda Research, Sam Bankman-Fried et d'autres cadres de FTX ont reçu des milliards de dollars de prêts secrets de la part d'Alameda Research. Caroline Ellison a déclaré qu'elle s'était mise d'accord avec Bankman-Fried pour cacher aux investisseurs, aux prêteurs et aux clients de FTX que le fonds spéculatif pouvait emprunter des sommes illimitées à la bourse, selon une transcription de son audience de plaidoyer du 19 décembre qui a été rendue publique vendredi.

    « Nous avons préparé certains bilans trimestriels qui dissimulaient l'étendue des emprunts d'Alameda et les milliards de dollars de prêts qu'Alameda avait accordés aux dirigeants de FTX et aux parties liées », a déclaré Ellison au juge Ronnie Abrams du tribunal fédéral de Manhattan.

    Lors d'une autre audience de plaidoyer, Gary Wang, cofondateur de FTX, a déclaré qu'il avait reçu l'ordre d'apporter des modifications au code de FTX pour donner à Alameda des privilèges spéciaux sur la plateforme de négociation, tout en sachant que d'autres personnes disaient aux investisseurs et aux clients qu'Alameda n'avait pas de tels privilèges.

    En début de cette année, les procureurs fédéraux ont saisi près de 700 millions de dollars d'actifs du fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, en grande partie sous la forme d'actions Robinhood.

    Bankman-Fried aurait déclaré aux investisseurs que sa seconde société Alameda Research devait environ 10 milliards de dollars à FTX. Selon des sources au fait du dossier, FTX aurait accordé des prêts à Alameda en utilisant l'argent que les clients avaient déposé sur la bourse à des fins de négociation, une décision que Bankman-Fried a décrite comme un mauvais jugement.

    « Le plaidoyer de culpabilité d'aujourd'hui souligne une fois de plus que les crimes de FTX étaient vastes dans leur portée et leurs conséquences », a déclaré le procureur américain de Manhattan, Damian Williams, dans un communiqué. « Ils ont ébranlé nos marchés financiers avec une fraude de plusieurs milliards de dollars. Et ils ont corrompu nos politiques avec des dizaines de millions de dollars de contributions illégales aux campagnes électorales. Ces crimes exigent une justice rapide et certaine et c'est exactement ce que nous recherchons dans le district sud de New York. »

    La Securities and Exchange Commission (SEC), ainsi que la Commodity Futures Trading Commission (CFT) ont toutes deux déposé des plaintes civiles contre Singh. La SEC a déclaré dans un communiqué que Singh coopère avec l'enquête en cours de l'agence, et il a accepté séparément de régler avec la CFTC.

    FTX a déposé son bilan lorsqu'elle s'est retrouvée à court d'argent

    FTX a déposé son bilan lorsqu'elle s'est retrouvée à court d'argent après avoir subi l'équivalent en cryptomonnaies d'un bank run. Bankman-Fried est resté libre grâce à une caution personnelle de 250 millions de dollars qui lui permet de rester chez ses parents en Californie. Il a plaidé non coupable des accusations selon lesquelles il aurait escroqué des milliards de dollars à des investisseurs avant que son entreprise ne s'effondre.

    Depuis l'arrestation de Bankman-Fried, le nouveau PDG de FTX, John J. Ray III, a déclaré aux législateurs fédéraux que l'effondrement de la bourse de cryptomonnaies était dû à un « très petit groupe d'individus grossièrement inexpérimentés et non avertis » qui dirigeaient l'entreprise et « n'ont mis en œuvre pratiquement aucun des systèmes ou contrôles nécessaires pour une entreprise à qui l'on confie l'argent ou les actifs d'autrui ».

    Le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, a été accusé d'avoir versé 40 millions de dollars de pots-de-vin à un ou plusieurs fonctionnaires chinois pour débloquer des actifs liés à son entreprise de cryptomonnaie, dans un acte d'accusation.

    Selon l'acte d'accusation, les autorités chinoises chargées de l'application de la loi ont gelé, début 2021, certains comptes de cryptoéchange d'Alameda sur deux des plus grands échanges de cryptomonnaies de Chine. Selon l'acte d'accusation, les comptes contenaient environ 1 milliard de dollars de cryptomonnaie.
    Bankman-Fried a compris que les comptes avaient été gelés par les autorités chinoises dans le cadre d'une enquête en cours sur une contrepartie commerciale particulière d'Alameda, selon l'acte d'accusation.

    Après l'échec de plusieurs tentatives de Bankman-Fried pour débloquer les comptes par le biais d'avocats et de lobbying, le jeune homme de 31 ans a finalement accepté de verser un pot-de-vin de plusieurs millions de dollars pour tenter de débloquer les comptes, selon l'acte d'accusation.

    « Bankman-Fried et d'autres personnes ont cherché à retrouver l'accès aux actifs pour financer des activités de négociation supplémentaires d'Alameda, afin d'aider Bankman-Fried et Alameda à obtenir et à conserver des affaires », selon les documents du tribunal.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Sam Bankman-Fried et son cercle restreint de FTX avaient un groupe de discussion secret appelé "Wirefraud", dans lequel ils s'envoyaient des informations sur le fonds spéculatif Alameda Research

    Les compères de Sam Bankman-Fried plaident coupable dans l'affaire de fraude FTX. Gary Wang, co-fondateur FTX, et Caroline Ellison, ancienne PDG d'Alameda, risquent jusqu'à 50 et 110 ans de prison

    Les procureurs fédéraux ont saisi près de 700 millions de dollars d'actifs du fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, en janvier, en grande partie sous la forme d'actions Robinhood

    Sam Bankman-Fried, fondateur de FTX, aurait supprimé un message en ligne et des tweets, après que l'avocat de FTX a demandé de préserver les documents pour les autorités de régulation
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #226
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    Juin 2022
    Messages
    263
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2022
    Messages : 263
    Points : 908
    Points
    908
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Bankman-Fried, fondateur de FTX, accusé d'avoir versé 40 millions de dollars de pots-de-vin, à un ou plusieurs fonctionnaires chinois pour qu'ils débloquent les comptes de son fonds spéculatif
    Honnêtement, j'espère qu'il prendra une peine exemplaire; Chaque jour amène plus de preuves que SBF était parfaitement conscient de l'illégalité dans laquelle traînait, mais il tentait malgré tout de se débattre pour sauver son argent volé.

    Ce que j'aimerais pouvoir vivre avec si peu de scrupules...

  7. #227
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 540
    Points : 199 402
    Points
    199 402
    Par défaut FTX a stocké les clés privées des actifs crypto en clair, sans contrôle d'accès
    FTX a stocké les clés privées des actifs crypto en clair, sans contrôle d'accès.
    La société n'avait pas de personnel dédié à la cybersécurité, selon des dossiers judiciaires

    FTX a déposé un nouveau rapport dans le cadre de sa faillite en cours qui explique comment les défaillances des contrôles internes ont contribué à l'effondrement de l'entreprise.

    L'affaire FTX, de quoi parle-t-elle ?

    FTX est une bourse de cryptomonnaie basée aux Bahamas. L'entreprise a été fondée par Sam Bankman-Fried en 2019 et permet aux utilisateurs d'acheter, de vendre, de détenir et d'échanger des cryptomonnaies (bien que ces fonctions ne soient pas disponibles pour le moment en raison de l'effondrement de l'entreprise).

    À son apogée, FTX a dépensé son argent dans un certain nombre d'accords de parrainage. Alors que le stade du Miami Heat est devenu la FTX Arena, la société a également conclu un accord avec l'équipe de Formule 1 Mercedes-Benz et a parrainé l'organisation professionnelle d'esports Team SoloMid (TSM), qui s'appelait TSM FTX pendant un certain temps. Toutes ces offres sont caduques maintenant, bien entendu.

    Les célébrités faisant la promotion de FTX comprenaient Tom Brady et sa femme, Gisele Bündchen, qui ont signé en tant que conseillers en initiatives environnementales et sociales, en plus d'autres stars comme l'athlète de la NBA Stephen Curry, la star du tennis Naomi Osaka et bien d'autres.

    FTX a même payé pour faire de la publicité durant le Super Bowl, publicité dans laquelle Larry David jouait le rôle d'un perdant qui a manqué des développements tels que la roue, l'électricité et, bien sûr, la cryptomonnaie (la publicité est disponible ci-dessous). Certains des sponsors célèbres de FTX ont été nommés dans un recours collectif contre la société.

    Au cœur de la fraude de Bankman-Fried se trouvent les liens profonds et (littéralement) intimes entre FTX, la bourse qui a attiré les spéculateurs, et Alameda Research, un fonds spéculatif que Bankman-Fried a cofondé. Alors qu'une bourse gagne finalement de l'argent grâce aux frais de transaction sur les actifs appartenant aux utilisateurs, un fonds spéculatif comme Alameda cherche à tirer profit de la négociation ou de l'investissement actif des fonds qu'il contrôle.

    Bankman-Fried lui-même a décrit FTX et Alameda comme étant des entités « entièrement séparées ». Pour renforcer cette impression, Bankman-Fried a démissionné de son poste de PDG d'Alameda en 2019. Mais il est apparu que les activités des deux entités restaient profondément liées. Non seulement les dirigeants d'Alameda et de FTX travaillaient souvent dans le même penthouse des Bahamas, mais la PDG de Bankman-Fried et d'Alameda, Caroline Ellison, étaient liées de manière romantique.

    Ces circonstances ont probablement permis le péché capital de Bankman-Fried. Quelques jours après les premiers signes de faiblesse de FTX, il est devenu clair que la bourse avait acheminé les actifs des clients vers Alameda pour les utiliser dans les activités de négociation, de prêt et d'investissement. Le 12 novembre, un rapport a été publié selon lequel jusqu'à 10 milliards de dollars de fonds d'utilisateurs avaient été envoyés de FTX à Alameda. À l'époque, on pensait que seulement 2 milliards de dollars de ces fonds avaient disparu après avoir été envoyés à Alameda; les pertes semblent avoir été beaucoup plus élevées.

    On ne sait toujours pas exactement pourquoi ces fonds ont été envoyés à Alameda, ou quand Bankman-Fried a franchi pour la première fois le Rubicon, trahissant ainsi la confiance de ses déposants. Une analyse a révélé que l'essentiel des mouvements de FTX vers Alameda ont eu lieu fin 2021, et les dépôts de bilan ont révélé que FTX et Alameda ont perdu 3,7 milliards de dollars en 2021.

    C'est peut-être la partie la plus déroutante de l'histoire de Bankman-Fried : ses entreprises ont perdu d'énormes sommes d'argent avant même le début du marché baissier de la crypto en 2022. Ils ont peut-être volé des fonds bien avant les explosions de Terra et Three Arrows Capital qui ont mortellement blessé tant d'autres acteurs de la crypto par un effet de levier.

    Un rapport accablant concernant les contrôles internes

    Le rapport décrit comment FTX était dirigé par Sam Bankman-Fried (SBF), les autres dirigeants s'en remettant presque automatiquement à lui. Le rapport met également en évidence le soi-disant « risque de personne clé » qui n'était pas géré, un dirigeant déclarant: « Si Nishad (Singh, directeur de l'ingénierie de l'entreprise) venait à être heurté par un bus, toute l'entreprise serait foutue. C'est le même problème avec Gary ».

    FTX manquait également d'une équipe d'audit interne, et bon nombre de ses entités travaillaient sans le personnel clé des finances et des risques, y compris les directeurs financiers, les directeurs des risques ou un contrôleur mondial. Cependant, avant l'inscription potentielle de FTX au NASDAQ, la société devait démontrer qu'elle avait mis en place des contrôles internes. En conséquence, les employés ont été chargés d'adapter les versions fournies par les comptables de FTX à leurs propres procédures en moins d'une journée.

    Selon le rapport, aucun employé n'a jamais été formé pour utiliser ces procédures.

    Nom : molly.png
Affichages : 2376
Taille : 91,6 Ko

    Les portefeuilles FTX n'étaient pas multi-signatures

    De plus, FTX n'avait pas de personnel dédié à la cybersécurité et stockait les clés privées de ses actifs cryptographiques « à chaud » dans Amazon Web Services (AWS). Cela allait à l'encontre de l'insistance de SBF et FTX qui assurait que la société exploite des portefeuilles chauds et froids séparés.

    Fait alarmant, ces portefeuilles n'étaient pas des portefeuilles multi-signatures, et de nombreuses clés privées et détails de compte confidentiels étaient stockés en texte brut sans chiffrement. De plus, beaucoup n'avaient pas de procédure de sauvegarde, ce qui signifie qu'ils pouvaient facilement être perdus.

    Les clés Alameda étaient parfois simplement étiquetées « utiliser ceci » ou « ne pas utiliser ». Les mots de passe des nœuds gérant bon nombre de ces portefeuilles étaient stockés en texte brut et enregistrés dans le référentiel de code, tout en étant fréquemment réutilisés entre les nœuds.

    FTX n'a pas réussi à maintenir les privilèges et les séparations appropriés entre ses systèmes. De nombreux utilisateurs avaient accès aux différents portefeuilles, au lieu d'être limités au plus petit nombre d'utilisateurs possible et la société n'a même pas appliqué une authentification à deux facteurs pour son système de gestion des mots de passe.

    L'infrastructure était également partagée entre FTX, FTX US et Alameda, empêchant ces entités d'être séparées de manière appropriée. Les entreprises manquaient également d'alertes pour signaler l'utilisation de l'un de leurs portefeuilles ou de leurs informations d'identification AWS racine.

    Le processus de déploiement de logiciels de FTX a également négligé de mettre en œuvre des protections pour garantir que le logiciel déployé était sûr à utiliser, ne vérifiant pas les logiciels tiers et n'utilisant que des procédures minimales de révision et de test du code.

    Le système comptable de la bourse FTX est également décrit comme inadéquat pour l'ampleur de ses opérations. Il s'est appuyé sur Quickbooks, Google Documents, Slack et des feuilles de calcul de base pour suivre sa situation financière, 56 entités ne produisant aucun état financier. D'autres rapports n'ont pas été produits régulièrement ou en temps opportun et l'examen des documents n'a pas eu lieu. Les documents clés, y compris la documentation des prêts entre parties liées, n'étaient pas exacts ou présents.

    Le rapport décrit en outre comment des milliers de « chèques de dépôt » n'étaient pas déposés régulièrement et s'accumulaient comme du « courrier indésirable ».

    Selon le rapport, Alameda ignorait souvent ses propres positions et il n'était pas possible de déterminer combien de positions étaient marquées. Un « résumé de portefeuille » aurait contenu l'instruction pour les employés d'Alameda de « proposer des chiffres? je ne sais pas ». SBF a décrit Alameda comme étant « au-delà de tout seuil permettant à tout auditeur de réussir même partiellement un audit ».

    Il a ajouté que « nous ne pouvons qu'estimer ses soldes » et « trouver parfois 50 millions de dollars d'actifs qui traînent dont nous avons perdu la trace ; c'est la vie ».

    Alameda a reçu une capacité illimitée de négocier

    Le rapport explique comment le groupe FTX avait plus de 1 000 comptes sur des échanges crypto à travers le monde, mais ne conservait aucun enregistrement centralisé de l'endroit où ils se trouvaient ni du nombre d'actifs qu'ils détenaient. Fait intéressant, de nombreux comptes ont été créés avec des adresses e-mail, des noms et des sociétés-écrans qui semblaient n'avoir aucun lien avec FTX.

    Bon nombre des difficultés comptables étaient aggravées par le fait que les actifs et les passifs semblaient se déplacer de manière fluide dans l'entreprise sans respecter les limites formelles de l'entreprise ni s'assurer qu'il y avait une documentation adéquate.

    Le rapport réitère également les nombreux privilèges spéciaux accordés à Alameda pour le trading sur FTX. Il s'agissait notamment d'avoir une capacité effectivement illimitée d'échanger et de retirer des actifs, y compris des actifs de clients de FTX. Elle a également été exemptée d'auto-liquidation. D'autres teneurs de marché se voyaient parfois accorder des lignes de crédit pouvant atteindre 150 millions de dollars si leur solde tombait en dessous de zéro, mais aucun n'était autorisé à se retirer dans cet État et Alameda disposait à elle seule d'une ligne de crédit de 65 milliards de dollars.

    Le rapport raconte également l'histoire de la démission de Brett Harrison de FTX US, soulignant comment, après avoir soulevé des inquiétudes concernant la structure et les contrôles de FTX US, sa prime a été réduite et on lui a dit de s'excuser.

    Le rapport affirme que les débiteurs en possession ont jusqu'à présent été en mesure d'identifier plus d'un milliard de dollars d'actifs crypto qui étaient en grande partie non documentés dans les dossiers. Le processus d'identification de ceux-ci comprenait le développement d'un logiciel pour identifier les clés qui étaient stockées dans l'environnement informatique. Des millions de clés documentées ont finalement été identifiées.

    FTX n'a apparemment pas non plus établi de contrôles et de procédures appropriés tout en permettant à Alameda de vider efficacement l'échange.

    Source : rapport

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de ce rapport ?
    Êtes-vous surpris de voir autant de négligence ? D'ailleurs, devrait-on parler de négligence ou de fraude ? Pourquoi ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #228
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 958
    Points
    36 958
    Par défaut Sam Bankman-Fried, le patron disgracié de FTX, aurait déclaré Alameda « non-auditable »
    Sam Bankman-Fried, le patron disgracié de FTX, aurait déclaré Alameda « non-auditable »,
    selon un nouveau rapport

    La nouvelle direction de FTX, dirigée par le PDG John Ray III, a publié aujourd'hui son premier rapport intermédiaire sur les défaillances de contrôle de la bourse de cryptomonnaies qui s'est effondrée. Le rapport de 45 pages décrit avec force et détails la comptabilité défaillante de FTX, ses défenses quasi inexistantes en matière de cybersécurité et son manque d'expertise dans des domaines clefs tels que la finance.

    La nouvelle équipe de direction de FTX, dirigée par le PDG John Ray III, a publié aujourd'hui son premier rapport intermédiaire sur les défaillances de contrôle de la bourse de cryptomonnaies qui s'est effondrée. Il y a beaucoup à digérer. L'un des éléments les plus frappants concerne Alameda Research, la société de négoce qui aurait eu accès à des milliards de dollars de fonds de clients stockés chez FTX. Le rapport indique qu'Alameda « avait souvent des difficultés à comprendre quelles étaient ses positions, sans parler de les couvrir ou de les comptabiliser ».

    Nom : SamBrad.jpg
Affichages : 2125
Taille : 74,7 Ko

    FTX a déposé une demande de mise en faillite aux États-Unis après avoir été incapable de faire face à un torrent de retraits, marquant un effondrement stupéfiant pour l'empire crypto de Sam Bankman-Fried qui était évalué à 32 milliards de dollars il y a quelques mois à peine. Le dépôt devant un tribunal fédéral du Delaware vendredi comprend l'entité américaine de FTX, le groupe commercial exclusif de Bankman-Fried, Alameda Research, et environ 130 sociétés affiliées.

    Sam Bankman-Fried, né le 6 mars 1992 à Stanford en Californie, aussi connu par ses initiales SBF, est un homme d'affaires et investisseur américain. Il est le fondateur de l'entreprise FTX, plateforme centralisée d'échange de cryptomonnaies, et de son entreprise sœur Alameda Research, toutes deux basées aux Bahamas dans les mêmes bâtiments et enregistrées à Antigua-et-Barbuda. Les faillites de FTX et Alameda Research à la fin de l'année 2022 créent un scandale financier international et conduisent à des arrestations et inculpations, notamment pour fraude.

    L'effondrement de FTX survient après un tourbillon d'une dizaine de jours au cours desquels Bankman-Fried cherchait désespérément des milliards de dollars pour sauver son entreprise après que les clients se soient précipités pour retirer leurs actifs de l'entreprise suite à des inquiétudes concernant sa santé financière et les liens entre la bourse et Alameda, également fondée par Bankman-Fried. L'ancien PDG Sam Bankman-Fried aurait secrètement transféré 10 Mds $ de fonds clients à sa société Alameda Research.

    Bankman-Fried a par ailleurs démissionné de son poste de directeur général. Il a indiqué qu'il souhaitait nommer Stephen Neal au poste de nouveau président du conseil d'administration de la société. Cependant, un porte-parole a déclaré plus tard que Neal avait décidé de ne pas servir : « Bien qu'honoré par la demande, il s'avère que, malheureusement, il n'est pas en mesure d'occuper ce poste pour des raisons n'ayant rien à voir avec FTX, ou son ancien PDG ». Aussi, il a été remplacé par John J Ray III, un spécialiste de la restructuration qui a supervisé les affaires de faillite d'Enron et de Nortel Networks.

    Lors d'une audience au tribunal des faillites du Delaware, un avocat de FTX a déclaré que le cofondateur et ancien PDG de FTX Sam Bankman-Fried, dirigeait la bourse de cryptomonnaies comme son « fief personnel ». Il a ajouté qu'avant son effondrement, FTX était sous le contrôle d'individus inexpérimentés et peu avertis, et certains d'entre eux ou tous étaient des personnes compromises. La gestion calamiteuse de FTX a engendré plusieurs milliards de dollars de pertes, la société doit plus de 3,1 milliards de dollars à ses 50 principaux créanciers. L'avocat a ajouté qu'une partie des actifs de la plateforme a été volée ou a disparu.

    Les rapports et le processus de mise en faillite de FTX ont révélé une longue liste de décisions et pratiques qui constitueraient une fraude financière si FTX avait été une entité réglementée aux États-Unis (même sans aucune règle spécifique aux cryptomonnaies). Dans la mesure où ils ont permis le vol effectif des biens de citoyens américains, ces stratagèmes peuvent encore faire l'objet de poursuites devant les tribunaux américains. La liste des méfaits de Sam Bankman-Fried et FTX est longue.

    En parallèle, Sam Bankman-Fried a reconnu avoir donné de l'argent en secret aux républicains. Il était déjà répertorié comme le deuxième plus grand donateur des démocrates lors des élections de mi-mandat de 2022 avec ses 40 millions de dollars. Il affirme avoir versé la même somme des deux côtés des pôles politiques.

    Sam Bankman-Fried et d'autres membres du cercle restreint de la bourse crypto FTX, qui s'est effondrée, auraient formé un groupe de discussion sur la plateforme chiffrée Signal sous le nom de « Wirefraud » (littéralement « fraude électronique »).

    L'Australian Financial Review a rapporté que le groupe de discussion Wirefraud avait été utilisé pour envoyer des informations chiffrées de bout en bout sur FTX et son fonds spéculatif, Alameda Research, dans la perspective de l'implosion de l'échange. Selon le quotidien, les membres du groupe secret comprenaient Bankman-Fried, ses partenaires FTX Zixiao "Gary" Wang et Nishad Singh, et la PDG d'Alameda Research Caroline Ellison.

    Peu de temps avant d'être arrêté aux Bahamas à la demande du gouvernement américain lundi, Bankman-Fried a nié l'histoire. « Si c'est vrai, alors je n'étais pas membre de ce cercle intime (je suis sûr que c'est juste faux, je n'ai jamais entendu parler d'un tel groupe) », a-t-il déclaré sur Twitter. Le crypto milliardaire, qui était pressenti comme étant le futur Warren Buffet selon le magazine fortune, aurait alors utilisé ce nom douteux [Wirefraud] pour nommer une discussion de groupe sur Signal avec le cofondateur de FTX Zixiao "Gary" Wang et l'ingénieur Nishad Singh, selon l'Australian Financial Review.

    Un autre membre de ce groupe de discussion était prétendument l'ex de Bankman-Fried, Caroline Ellison, qui était la directrice générale d'Alameda Research, le fonds privé de crypto dans lequel le chef de FTX est accusé d'avoir transféré des milliards de dollars en fonds de clients. Le rapport a été publié quelques heures avant que Bankman-Fried ne soit inculpé de charges fédérales à New York.

    Caroline Ellison et Zixiao "Gary" Wang ont plaidé coupables à des accusations fédérales et ont choisi de coopérer avec les procureurs. La nouvelle a été annoncée en fin décembre de l’année dernière par Damian Williams, le procureur américain du district sud de New York. Williams n'a pas précisé à quel chef d'accusation les deux hommes ont plaidé coupable, mais a déclaré que les plaidoyers de culpabilité étaient liés à leurs rôles d'initiés chez FTX et sa société sœur Alameda Research. Wang était cofondateur de la bourse de cryptomonnaie FTX et possédait 10 % d'Alameda Research (Bankman-Fried possédait les 90 % restants). Ellison a été PDG de la société commerciale de Bankman-Fried, Alameda Research.

    Sam Bankman-Fried et d'autres cadres de FTX ont reçu des milliards de dollars de prêts secrets de la part d'Alameda Research

    Caroline Ellison, ancienne directrice générale d'Alameda Research, a déclaré qu'elle s'était mise d'accord avec Bankman-Fried pour cacher aux investisseurs, aux prêteurs et aux clients de FTX que le fonds spéculatif pouvait emprunter des sommes illimitées à la bourse, selon une transcription de son audience de plaidoyer du 19 décembre qui a été rendue publique.

    « Nous avons préparé certains bilans trimestriels qui dissimulaient l'étendue des emprunts d'Alameda et les milliards de dollars de prêts qu'Alameda avait accordés aux dirigeants de FTX et aux parties liées », a déclaré Ellison au juge Ronnie Abrams du tribunal fédéral de Manhattan, selon la transcription.

    Sam Bankman-Fried a demandé à son cofondateur de FTX, Gary Wang, de créer une porte dérobée « secrète » pour permettre à sa société commerciale Alameda d'emprunter 65 milliards de dollars d'argent de clients à la bourse sans leur permission, a annoncé en début de cette année le tribunal des faillites du Delaware. Wang a été invité à créer une « porte dérobée, un moyen secret permettant à Alameda d'emprunter aux clients de la bourse sans autorisation », a déclaré l'avocat de FTX, Andrew Dietderich. L'argent a été utilisé pour des achats de luxe comme des avions, des fêtes et des dons politiques, a-t-il déclaré au tribunal.

    « M. Wang a créé cette porte dérobée en insérant un numéro unique dans des millions de lignes de code pour l'échange, créant une ligne de crédit de FTX à Alameda, à laquelle les clients n'ont pas consenti », a-t-il ajouté. « Et nous connaissons la taille de cette ligne de crédit. C'était 65 milliards de dollars ».

    La Commodity Futures Trading Commission (CFTC) a fait des allégations similaires lorsqu'elle a porté des accusations contre Wang en décembre 2022. Mais la valeur de cette ligne de crédit n'a pas été discutée jusqu'à maintenant. La CFTC l'a alors qualifié de « pratiquement illimité ». Dietderich a déclaré au tribunal qu'avec la porte dérobée de 65 milliards de dollars, Alameda « a acheté des avions, des maisons, organisé des fêtes, fait des dons politiques ».

    Le mois dernier, les procureurs américains ont dévoilé un nouvel acte d'accusation à l'encontre de Sam Bankman-Fried, le fondateur de FTX a été accusé d'avoir versé 40 millions de dollars de pots-de-vin à un ou plusieurs fonctionnaires chinois pour qu'ils débloquent les comptes de son fonds spéculatif.

    Ce nouveau chef d'inculpation ajoute à la pression qui pèse sur l'ancien milliardaire de 31 ans, qui doit maintenant répondre de 13 chefs d'inculpation pour l'effondrement de FTX en novembre. Bankman-Fried devrait comparaître devant le juge de district Lewis Kaplan, au tribunal fédéral de Manhattan, pour répondre à ce nouvel acte d'accusation. Selon une personne au fait de l'affaire, il aurait l'intention de plaider non coupable.

    Sam Bankman-Fried est aujourd'hui assigné à résidence et confronté à une litanie d'accusations criminelles

    « Alameda n'est pas auditable. Je ne veux pas dire par là qu'un grand cabinet comptable hésiterait à l'auditer ; je veux dire par là que nous ne sommes en mesure que d'évaluer approximativement ses soldes, sans parler d'un historique complet des transactions. Il nous arrive de découvrir des actifs d'une valeur de 50 millions de dollars dont nous avions perdu la trace ; c'est la vie », précise Alameda dans le rapport.

    Parmi les autres éléments marquants du rapport figure l'affirmation selon laquelle la plupart des décisions importantes étaient étroitement contrôlées par Bankman-Fried et les cadres supérieurs Gary Wang, directeur technique, et Nishad Singh, directeur de l'ingénierie - qui comme dit précédemment, coopèrent aujourd'hui avec les autorités après avoir plaidé coupable aux accusations portées contre eux.

    Le contrôle exercé par Wang et Singh sur l'architecture de FTX était tel qu'un ancien cadre aurait déclaré : « Si Nishad Singh se faisait renverser par un bus, toute l'entreprise serait détruite. Il en va de même pour Gary Wang ».

    FTX n'avait « pas de personnel dédié » à la cybersécurité

    Le rapport affirme également que FTX n'avait « pas de personnel dédié » à la cybersécurité, laissant ces questions entre les mains de Singh et Wang, qui n'avaient ni l'expérience ni la formation nécessaire pour répondre aux besoins complexes de l'entreprise en matière de cybersécurité.

    Selon le rapport, la gestion des clefs privées et des phrases d'amorçage - utilisées pour contrôler l'accès aux cryptoactifs - était désastreuse. Dans un exemple, les clefs privées pour plus de 100 millions de dollars d'actifs Ethereum étaient stockées en texte clair sans chiffrement sur un serveur de FTX Group ; dans un autre, les clefs basées sur une signature unique qui contrôlaient l'accès à des milliards de dollars d'actifs cryptographiques étaient stockées dans AWS Secrets chacun accessible par de nombreux employés ; et de nombreuses clefs privées étaient stockées sans procédures de sauvegarde, ce qui signifie que les fonds seraient définitivement perdus si la clef associée l'était.

    John Ray III, qui a succédé à Bankman-Fried en tant que PDG de FTX après son effondrement, a déclaré dans un communiqué accompagnant le rapport : « Dans ce rapport, nous fournissons des détails sur nos conclusions selon lesquelles FTX Group n'a pas mis en œuvre les contrôles appropriés dans des domaines essentiels à la protection des actifs en espèces et en cryptomonnaie. FTX Group était étroitement contrôlé par un petit groupe d'individus qui prétendaient faussement gérer FTX Group de manière responsable, mais qui, en fait, n'ont montré que peu d'intérêt pour l'instauration d'une surveillance ou la mise en œuvre d'un cadre de contrôle approprié. »

    Source : FTX Trading

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Le fondateur de la plateforme crypto FTX aurait secrètement transféré 10 Mds $ de fonds clients à sa société Alameda Research, dont une grande partie a depuis disparu

    L'ancien PDG de FTX dirigeait l'entreprise comme son fief personnel et une quantité importante des actifs de la plateforme a été volée ou a disparu, selon un avocat de la société

    «L'effondrement de FTX était un crime, pas un accident», pour un expert. Gonflement artificiel de son jeton FTT, gestion de la société Alameda par la copine du PDG de FTX, voici ce qu'il faut savoir

    Sam Bankman-Fried et son cercle restreint de FTX avaient un groupe de discussion secret appelé "Wirefraud", dans lequel ils s'envoyaient des informations sur le fonds spéculatif Alameda Research

    Les compères de Sam Bankman-Fried plaident coupable dans l'affaire de fraude FTX. Gary Wang, co-fondateur FTX, et Caroline Ellison, ancienne PDG d'Alameda, risquent jusqu'à 50 et 110 ans de prison
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #229
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 540
    Points : 199 402
    Points
    199 402
    Par défaut Le service américain des impôts réclame 44 milliards $ à la bourse crypto en faillite FTX et ses filiales
    Le service américain des impôts réclame 44 milliards de dollars à la bourse crypto en faillite FTX et ses filiales,
    mais certains ne comprennent pas d'où sortent ces montants

    Selon les dépôts de bilan des 27 et 28 avril, l’Internal Revenue Service (IRS), le service des impôts américain, a déposé des réclamations d’un montant total d’environ 44 milliards de dollars contre FTX, une plateforme d’échange de cryptomonnaies en faillite, et ses entités affiliées. Les réclamations comprennent 45 dépôts contre diverses sociétés FTX, dont West Realm Shires, Ledger Holdings et Blockfolio.

    Mais certains ne comprennent pas d'où sortent ces montants. C'est le cas de Nick van Eck, associé chez General Catalyst, qui déclare : « J'adorerais comprendre comment ils sont arrivés à ces chiffres et quel est leur plan pour acquérir ces actifs... FTX/Alameda n'a même jamais eu autant d'argent »



    Les plus importantes sont deux réclamations d’un montant de 20,4 milliards de dollars et de 7,9 milliards de dollars déposées contre la société sœur de FTX, Alameda Research LLC, dont les détails fiscaux ont été révélés sur les réseaux sociaux mercredi. Deux autres réclamations de l’IRS ont été déposées contre Alameda Research Holdings Inc. pour un montant total de 9,5 milliards de dollars.

    Nom : alameda.png
Affichages : 2255
Taille : 53,8 Ko

    L’IRS réclame environ 20 milliards de dollars d’impôts sur les sociétés à Alameda Research LLC, tandis que le montant restant comprend des millions de dollars d’impôts sur le revenu et de charges sociales retenus à la source. Les réclamations interviennent à la suite d’une enquête lancée par l’IRS sur les pratiques de déclaration fiscale défectueuses de FTX. Selon l’enquête, la plateforme n’a pas déclaré plus de 20 milliards de dollars de transactions en cryptomonnaies entre 2019 et 2022.

    Nom : meda.png
Affichages : 1999
Taille : 24,6 Ko

    Sur la base de l'évaluation du département, Alameda Research LLC doit 20,4 milliards de dollars en impôts de partenariat impayés et en charges sociales fédérales.

    Un extrait de la facture fiscale partagée en ligne détaille plusieurs centaines de millions de dollars de réclamations déposées en vertu de la Federal Insurance Contributions Act (FICA) et de la Federal Unemployment Tax Act (FUTA) (des impôts qui correspondent aux employés à temps plein). Cela suggère que le ministère a reclassé tous les sous-traitants de FTX en employés à temps plein afin d'arriver à une telle réclamation fiscale liée à la masse salariale.

    L’agence fiscale a déposé les réclamations sous la classification « priorité administrative », ce qui lui permet de faire passer ses procédures avant celles des créanciers non garantis lors d’une audience dans une affaire de faillite. Alors qu’Alameda Research a son siège social situé à Hong Kong, ses fondateurs et principaux responsables, dont Sam Bankman-Fried et Caroline Ellison, sont des ressortissants américains. Contrairement à la plupart des autres pays, les États-Unis utilisent un régime d’imposition par citoyenneté, ce qui signifie que les ressortissants américains sont redevables d’impôts sur leurs revenus mondiaux, quel que soit leur lieu de résidence ou le temps qu’ils passent aux États-Unis chaque année.

    Pour les entités en partenariat, les impôts ne sont pas payés au niveau du partenariat, mais sont transférés à leurs associés et imposés au niveau individuel. Lors d’une audience en janvier, les avocats de la bourse en faillite FTX ont déclaré avoir localisé plus de 5 milliards de dollars d’actifs divers. Cela est intervenu alors que la société, dans ses premiers dépôts de faillite, estimait qu’elle disposait d’un total d’actifs compris entre 1 et 10 milliards de dollars.

    Lors d’une audience au tribunal des faillites des États-Unis pour le district du Delaware le mois dernier, des avocats représentant FTX ont déclaré que la société de cryptomonnaies avait récupéré 7,3 milliards de dollars d’actifs liquides. Ils ont ajouté que la société envisageait peut-être de relancer son activité et ses opérations d’échange de cryptomonnaies au deuxième trimestre 2024 - suggérant un redémarrage dès avril. En janvier, le nouveau PDG de FTX, John Ray, a déclaré qu’il envisageait la possibilité de relancer la plateforme d’échange en faillite alors qu’il s’efforce de restituer les fonds aux clients et aux créanciers affectés.

    Fondée en 2019, FTX est rapidement devenue l’une des plus grandes plateformes d’échange de cryptomonnaies au monde en peu de temps. Elle proposait des produits innovants tels que des contrats à terme perpétuels, des options et des jetons à effet de levier. Elle a également attiré l’attention de personnalités influentes du monde de la cryptomonnaie, telles que le PDG de Binance, Changpeng Zhao, et le fondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin.

    Cependant, la plateforme a été frappée par une série de problèmes techniques, juridiques et financiers qui ont conduit à sa faillite en décembre 2022. Parmi ces problèmes figurent une attaque informatique qui a entraîné la perte de 150 millions de dollars de fonds des clients, une action en justice de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) pour avoir offert des produits dérivés illégaux aux États-Unis, et une forte baisse du prix du bitcoin qui a provoqué des liquidations massives sur la plateforme.

    Les réclamations de l’IRS contre FTX soulignent les défis réglementaires auxquels est confrontée l’industrie de la cryptomonnaie, qui doit se conformer aux lois fiscales et aux exigences en matière de déclaration dans les différents pays où elle opère. Les utilisateurs de cryptomonnaies doivent également être conscients de leurs obligations fiscales et garder une trace de leurs transactions afin d’éviter les pénalités ou les audits.

    Rappel du scandale FTX

    FTX, autrefois la troisième plus grande plateforme d'échange de crypto, a perdu de son prestige en novembre dernier. Il a été porté à la connaissance du public que Sam Bankman-Fried, qui était alors PDG de la société, a secrètement utilisé des milliards de dollars d'actifs de clients pour financer largement sa société de trading affiliée, Alameda Research. Ainsi, FTX a fini par manquer de liquidité à un moment donné, ce qui a provoqué son implosion.

    Les révélations de Sam Bankman-Fried, lors d'une réunion avec les investisseurs à cette période, ont confirmé les craintes des analystes. Bankman-Fried aurait déclaré aux investisseurs que sa seconde société Alameda Research devait environ 10 milliards de dollars à FTX. Selon des sources au fait du dossier, FTX aurait accordé des prêts à Alameda en utilisant l'argent que les clients avaient déposé sur la bourse à des fins de négociation, une décision que Bankman-Fried a décrite comme un mauvais jugement.

    Mais les experts ne l'entendaient pas de cette oreille.

    Des révélations sur la gestion hasardeuse de l'argent confié par les clients ont tôt fait de suggérer une arnaque.

    En effet, les fonds de l'entreprise ont été utilisés pour acheter des maisons aux Bahamas et des « objets personnels » au nom d'employés et de conseillers de FTX, selon une déclaration de faillite, quelques jours après que l'appartement penthouse du fondateur Sam Bankman-Fried a été mis en vente pour près de 40 millions de dollars. FTX ne disposait même pas d'un service comptable et les dépenses étaient approuvées par des emoji ou par messages privés. Selon le nouveau PDG, FTX ne dispose pas de documents sur la prise de décision et Bankman-Fried utilisait souvent des plateformes de messagerie avec une fonction de suppression automatique « et encourageait les employés à faire de même ».

    Nom : sam.png
Affichages : 2063
Taille : 461,7 Ko

    De plus, Sam Bankman-Fried a demandé à son cofondateur de FTX, Gary Wang, de créer une porte dérobée « secrète » pour permettre à sa société commerciale Alameda d'emprunter 65 milliards de dollars d'argent de clients à la bourse sans leur permission, a annoncé le tribunal des faillites du Delaware. Wang a été invité à créer une « porte dérobée, un moyen secret permettant à Alameda d'emprunter aux clients de la bourse sans autorisation », a déclaré l'avocat de FTX, Andrew Dietderich. L'argent a été utilisé pour des achats de luxe comme des avions, des fêtes et des dons politiques, a-t-il déclaré au tribunal.

    Source : déclaration de faillite

    Et vous ?

    Quelle lecture en faites-vous ?
    Que pensez-vous du calcul du service américain des impôts ? Qu'est-ce qui pourrait expliquer pourquoi il a reclassé tous les sous-traitants de FTX en employés à temps plein ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #230
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 263
    Points
    66 263
    Par défaut Les cryptomonnaies ont échoué à tenir les promesses initiales et l'ensemble du marché est en perte de vitesse
    Les cryptomonnaies ont échoué à tenir leurs promesses initiales et l'ensemble du marché est désormais en perte de vitesse
    d'après The Economist

    Après plus d'une décennie de battage médiatique, les cryptomonnaies connaissent un échec lamentable. La valeur de marché de toutes les cryptomonnaies est passée de 250 milliards de dollars au début de 2020 à 3 000 milliards de dollars à la fin de 2021. Mais depuis, elle est retombée à 1 300 milliards de dollars et continue de chuter. Plus important encore, la confiance du public dans les cryptomonnaies a atteint son niveau le plus bas après une série d'escroqueries et d'effondrements très médiatisés, notamment la chute brutale de la bourse de cryptomonnaies FTX en novembre 2022. Les cryptomonnaies sont de plus en plus réprimées et menacées par d'autres projets.

    L'effondrement brutal des cryptomonnaies a laissé des millions investisseurs lésés

    Les cryptomonnaies ont été créées à partir d'une idéologie visant à offrir une liberté financière à leurs utilisateurs. La mission et l'idée (la vision de Satoshi Nakamoto, le pseudonyme utilisé par le créateur du Bitcoin dont on ignore jusque-là l'identité réelle) qui les sous-tendent sont tout à fait nobles et pionnières. Elles sont censées devenir un moyen de paiement et d'échange sans aucun contrôle (ni frais) de la part des institutions officielles et des gouvernements. Mais après avoir connu un succès soudain au début de cette décennie, le marché des cryptomonnaies fait face à une baisse sans précédent, les actifs se dépréciant les uns après les autres.

    Les prix des jetons s'effondrent, les entreprises licencient à tour de bras et certains des noms les plus populaires du secteur font faillite. En 2022, le chaos a effrayé les investisseurs, effaçant plus de 2 000 milliards de dollars de valeur en quelques mois, et anéantissant les économies des petits commerçants qui avaient misé gros sur des projets de cryptomonnaies présentés comme des investissements sûrs. Tout a commencé après le fiasco de la cryptomonnaie Luna du réseau Terra en mai 2022. Cet événement a eu de graves conséquences non seulement pour les investisseurs, mais également pour l'écosystème des cryptomonnaies dans son ensemble.

    Nom : 2c9947533fd88988dda8d6cd1b2cfcebbd288ef5.png
Affichages : 3332
Taille : 133,4 Ko

    De nombreux investisseurs ont perdu toutes leurs économies placées dans le jeton Terra, un stablecoin dont la capitalisation boursière s'élevait à plus de 18 milliards de dollars avant le krach. Les stablecoins sont censés avoir un prix égal à celui du dollar américain ou d'une autre entité fiduciaire et existent principalement pour que les investisseurs en cryptomonnaies puissent entrer et sortir facilement de la monnaie fiduciaire sans qu'une tierce partie (dans ce cas, une banque) ait à approuver ces transactions. Luna ayant perdu 99,9 % de sa valeur, Terraform Labs (l'entreprise à l'origine de Terra) a élaboré un plan afin de rétablir l'ancrage à 1 dollar.

    Le plan de Terraform Labs consistait à vendre l'ensemble de ses réserves de bitcoins, mais l'entreprise n'a pas réussi à aller au bout de son projet. En conséquence, le marché des cryptomonnaies a perdu plus de 40 milliards de dollars. Les investisseurs ont perdu confiance et ont commencé à vendre leurs actifs numériques, ce qui a provoqué un bain de sang sur le marché des cryptomonnaies. De juin 2022 à aujourd'hui, un nombre très impressionnant d'entreprises liées de près ou de loin aux cryptomonnaies ont déposé le bilan. C'est le cas de Celsius Network, Voyager Digital, CoinFlex, Hodlnaut, Three Arrows Capital, Silvergate Bank, BlockFi, FTX, etc.

    Le cas de FTX a révélé que les dirigeants de l'entreprise avaient mis au point un gigantesque réseau d'escroquerie, utilisant les fonds des clients pour acheter des villas dans les paradis fiscaux. La bourse de cryptomonnaies FTX Group était composée d'au moins 132 différentes succursales. La chute de FTX est la dernière plus grande catastrophe du marché des cryptomonnaies, qui a révélé une gestion calamiteuse, laissé plus d'un million de créanciers et l'on n'a pas fini de mesurer l'étendue des dégâts. Le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, sera jugé à partir d'octobre pour fraude et d'autres chefs d'accusation et risque jusqu'à 115 ans de prison.

    Les adeptes des cryptoactifs changent de posture et appellent à une réglementation

    Les transactions en cryptomonnaies promettaient une plus grande efficacité et l'absence de contrôle fastidieux de la part des gouvernements. Pourtant, aucun de ces avantages ne s'est réellement concrétisé. Les transactions doivent toujours être vérifiées par des ordinateurs qui conservent une copie de la blockchain associée, une des raisons pour lesquelles Coinbase, une bourse de cryptomonnaies américaine cotée en bourse, facture des frais de 1 % pour les paiements. Si l'on ajoute les frais liés à l'entrée et à la sortie de l'argent de la cryptomonnaie, les coûts globaux sont assez élevés, parfois plus élevés que les transactions en monnaies fiduciaires.

    Il n'est pas facile non plus d'éviter la surveillance des gouvernements. Pour passer d'une monnaie traditionnelle à une cryptomonnaie, les utilisateurs doivent utiliser des rampes d'accès, qui tendent à être des plateformes centralisées comme Coinbase ou Binance (les tiers de confiance dont les cryptomonnaies voulaient se passer). Il en va de même pour les stablecoins. Des plateformes décentralisées comme Uniswap existent, mais elles sont difficiles à utiliser et comportent des risques, comme la perte de la clé privée, un mot de passe qui ne peut jamais être récupéré. L'extraction de bitcoins entraîne également des coûts environnementaux considérables.

    Par ailleurs, les entreprises de cryptomonnaies ont échoué non seulement à se passer des structures financières traditionnelles, mais elles se disent aujourd'hui prêtes à être régulées par les gouvernements. Les défenseurs de la cryptomonnaie affirment vouloir une réglementation pour réduire l'incertitude et regagner la confiance des consommateurs après le carnage. Cependant, les régulateurs vont souvent beaucoup plus loin que ce à quoi beaucoup s'attendaient. Le gouverneur de la Reserve Bank of India, Shaktikanta Das, a déclaré que les cryptomonnaies n'avaient "aucune valeur intrinsèque" et qu'il pourrait en interdire la plus grande partie.

    En janvier dernier, les régulateurs américains ont déclaré que les cryptoactifs sur les réseaux décentralisés étaient très probablement incompatibles avec des pratiques bancaires sûres et saines. Le gouvernement a également saisi la Signature Bank, qui était une banque de premier plan pour l'industrie des cryptomonnaies, après son effondrement en mars. Selon les experts, l'arrivée d'une réglementation sur les cryptomonnaies rendra les transactions plus coûteuses. Une grande partie du coût des transactions financières proviendrait du respect de réglementations telles que les lois sur la connaissance du client et la lutte contre le blanchiment d'argent.

    La question qui se pose alors est la suivante : si les cryptomonnaies sont soumises à la même réglementation que les entreprises fintechs, offrent-elles quelque chose d'unique et de précieux ? Notons également que les attitudes à l'égard des cryptomonnaies se sont polarisées. Pour certains, la promesse de révolutionner la finance a été anéantie. Par exemple, Singapour, qui était autrefois une plaque tournante pour le marché mondial des cryptomonnaies, a demandé à Binance d'interrompre ses activités à partir de décembre 2022. Le pays n'aurait délivré que dix licences sur quelque 600 demandes récentes de création d'entreprises de cryptomonnaies.

    Pas moins de 25 des 45 pays étudiés par le groupe de réflexion Atlantic Council auraient imposé des interdictions partielles ou totales sur les cryptomonnaies. La Chine s'est également lancée dans une répression sanglante des cryptomonnaies depuis 2019. L'Union européenne envisage une taxe sur les cryptomonnaies, ce qui pourrait également augmenter les frais de transaction à l'avenir. En gros, les cryptomonnaies n'ont pas leur promesse de garantir une inclusion financière à tout le monde.

    Les promesses non tenues des cryptomonnaies rendent leur avenir plus qu'incertain

    Selon un rapport de The Economist, des poches d'espoir subsistent pour les cryptoactifs. Le prix du bitcoin a augmenté de près de 70 % cette année, notamment à la suite de l'effondrement de la Silicon Valley Bank. Certaines données suggèrent que les cryptomonnaies gagnent plus d'adeptes dans les pays faibles qui sont affligés par une forte inflation ou une dépréciation de la monnaie, comme l'Argentine et le Nigeria. Cela révèle une vérité plus profonde, à savoir que les arguments les plus solides en faveur de l'utilisation des cryptomonnaies ont toujours été avancés dans les pays où les solutions de rechange sont les plus mauvaises.

    Pour les analystes, les cryptomonnaies peuvent servir de couverture dans ces régions du monde. « Le bitcoin en monnaie libanaise a augmenté d'environ 6 000 % », affirme Alex Chehade qui dirige la filiale de Binance à Dubaï. Les gouvernements peuvent également augmenter la demande. Selon Kim Grauer, responsable de la recherche chez Chainanalysis, qui étudie les données issues des blockchains, les contrôles de capitaux nigérians et les restrictions argentines sur la détention de dollars sont autant de raisons de transférer des fonds vers les stablecoins et les bitcoins. Leurs gouvernements pourraient détecter un risque pour la stabilité financière.

    Leurs citoyens y voient une alternative aux fonctionnaires incompétents ou corrompus. Un autre cas fréquemment cité est celui des paiements transfrontaliers, en particulier pour les paires de devises non liquides. « Aujourd'hui, la mondialisation a été plafonnée à 10 000 dollars », explique Navin Gupta, un banquier qui travaille aujourd'hui chez Ripple, une société de cryptomonnaies qui effectue des paiements internationaux. Les frais transfrontaliers représentent une part plus importante de la valeur des petits paiements en raison des frais fixes élevés, qui découragent complètement les consommateurs de faire certaines transactions.

    Ripple permet aux cryptomonnaies de servir d'intermédiaires entre les monnaies traditionnelles, ce qui réduit les coûts. L'entreprise, qui valait 15 milliards de dollars au début de l'année 2022, a traité quelque 30 milliards de dollars par l'intermédiaire de son service transfrontalier en cinq ans. À titre de comparaison, la fintech Wise a traité 33 milliards de dollars au cours du premier trimestre 2023. Elle réduit les coûts en effectuant des transferts nationaux parallèles au lieu de deux transferts transfrontaliers. Une étude de la Banque mondiale révèle que les coûts des transferts de fonds transfrontaliers sont passés de 7 % il y a dix ans à 5 %.

    Et si les consommateurs sont suffisamment avisés pour utiliser la meilleure option, les coûts de transfert pourraient alors tomber à 3 % seulement. En 2015, Vitalik Buterin, cofondateur d'Ethereum, a écrit un billet de blogue dans lequel il admettait que le secteur des cryptomonnaies n'avait pas encore trouvé son "application vedette". L'article de Buterin allait au-delà des paiements et des aspects financiers de la cryptomonnaie. Pourtant, son point de vue est toujours d'actualité.

    En fin de compte, les cryptomonnaies ne vont pas refaire le système financier mondial parce qu'elles ne se sont pas révélées efficaces ni à l'abri de la réglementation. Au lieu de cela, les banques centrales pourraient être un meilleur candidat au changement numérique.

    Source : The Economist

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Les cryptomonnaies sont-elles une gigantesque chaîne de Ponzi ? Elles ne seraient pas seulement un mauvais investissement, « c'est pire que cela », selon certains analystes

    Le régulateur financier de l'État de New York affirme que Coinbase est vulnérable au trafic de drogue, au blanchiment d'argent et à la fraude, et condamne la plateforme à une amende de 50 M$

    FTX aurait puisé dans les comptes de ses clients pour financer des paris risqués, préparant ainsi sa chute, la bourse de cryptomonnaies aurait prêté 10 milliards de dollars à une société sœur
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #231
    Membre averti
    Homme Profil pro
    amateur
    Inscrit en
    Juillet 2015
    Messages
    90
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Var (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : amateur

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2015
    Messages : 90
    Points : 362
    Points
    362
    Par défaut Monnaie de singe?
    Il me semble pertinent de distinguer 3 aspects des cryptomonnaies:
    • Un dispositif permettant les transactions moins corseté que celui des banques:


    Elles sont censées devenir un moyen de paiement et d'échange sans aucun contrôle (ni frais) de la part des institutions officielles et des gouvernements.
    • Une technologie sécurisée

    La technologie sous-jacente (data mining etc...) peut être, mais si on est bisonours:
    La chute de FTX est la dernière plus grande catastrophe du marché des cryptomonnaies, qui a révélé une gestion calamiteuse, laissé plus d'un million de créanciers et l'on n'a pas fini de mesurer l'étendue des dégâts.
    • L'investissement magique

    C'est à dire que la cryptomonnaie est censée prendre de la valeur, à partir de rien, si ce n'est de laisser des gogos:

    De nombreux investisseurs ont perdu toutes leurs économies placées dans le jeton Terra, un stablecoin dont la capitalisation boursière s'élevait à plus de 18 milliards de dollars avant le krach. Les stablecoins sont censés avoir un prix égal à celui du dollar américain
    • Le premier point est louable.
    • Le second est discutable (puisque sécurité non avérée), et ayant un impact environnemental négatif - du pur gâchis énergétique
    • Quant au troisième, c'est effectivement apparenté à la pyramide de Ponzi, l'accélération technologique en sus.


    Pour être impartial, il faut reconnaitre que le système bancaire "traditionnel" s'appuie sur des ressorts de même nature. Et ne manquera pas de s'inspirer des perspectives apportées par les cryptomonnaies. Si ce n'est déjà fait.

  12. #232
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    993
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 993
    Points : 16 414
    Points
    16 414
    Par défaut Une montagne de preuves a été accumulée dans le cadre des investigations sur l'affaire FTX
    Une "montagne" de preuves a été accumulée dans le cadre des investigations sur l'affaire FTX, dont des courriels, des journaux de conversation, des messages Slack et des comptes Google

    Des bribes de code informatique. Plus de six millions de pages de courriels, de messages Slack et d'autres enregistrements numériques. Et un petit carnet noir, rempli d'observations manuscrites. Depuis des mois, les procureurs fédéraux qui montent le dossier pénal contre Sam Bankman-Fried, dirigeant déchu d'une entreprise de cryptomonnaies, ont rassemblé un ensemble de preuves vaste et inhabituellement varié. Ces documents comprennent des registres de transactions de cryptomonnaies et des discussions de groupe cryptées sur la bourse FTX de M. Bankman-Fried, qui s'est effondrée, ainsi que des réflexions personnelles frappantes consignées par un témoin clé dans l'affaire. Cette montagne de preuves est l'une des plus importantes jamais recueillies dans le cadre d'une affaire de fraude en col blanc poursuivie par les autorités fédérales à Manhattan, selon les données fournies par une personne ayant connaissance de l'affaire...

    Nom : ftx.jpg
Affichages : 2995
Taille : 28,0 Ko

    La diversité et le volume croissant des documents dans l'affaire FTX soulignent les défis juridiques auxquels est confronté M. Bankman-Fried, 31 ans, qui est accusé de 13 chefs d'inculpation, notamment d'avoir détourné des milliards de dollars d'argent de ses clients, d'avoir fraudé des investisseurs et d'avoir violé les lois sur le financement des campagnes électorales. Il a plaidé non coupable. Le procès étant prévu en octobre, les procureurs ont rassemblé des preuves allant des téléphones et ordinateurs portables au contenu des comptes Google de M. Bankman-Fried, qui s'élève à 2,5 millions de pages à lui seul. Lors d'une audience en mars, Nicolas Roos, procureur fédéral chargé de l'enquête sur FTX, a déclaré que le gouvernement avait obtenu un ordinateur portable contenant tellement d'informations que les techniciens du FBI avaient du mal à les déchiffrer. "Il s'agit d'une quantité énorme d'informations à passer au crible, et parfois vous pouvez trouver des informations incroyablement utiles", a déclaré Moira Penza, une ancienne procureure fédérale qui travaille maintenant dans un cabinet privé. "C'est un véritable défi...."

    De nombreux documents d'entreprise de FTX, notamment des courriels, des messages Slack et des journaux de transactions, étaient détenus par Sullivan & Cromwell, le cabinet d'avocats qui a pris le contrôle de la bourse après sa déclaration de faillite.... Dans un document déposé au tribunal en janvier, Sullivan & Cromwell a affiché un extrait de la base de code sous-jacente de FTX, montrant une fonction qui permettait à Alameda d'emprunter des montants virtuellement illimités à la bourse.

    Source : The New York Times

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Comment envisagez-vous l'évolution de cette affaire ?

    Voir aussi

    Sam Bankman-Fried, fondateur de FTX, s'apprêterait à plaider non coupable des accusations de fraude retenues contre lui, alors que certains de ses collaborateurs inculpés ont plaidé coupables

    FTX a stocké les clés privées des actifs crypto en clair, sans contrôle d'accès. La société n'avait même pas de personnel dédié à la cybersécurité, selon des dossiers judiciaires

    Le service US des impôts réclame 44 Mds $ à la bourse crypto en faillite FTX et ses filiales sous la classification « priorité administrative », pour prendre le pas sur les créanciers

    Le cabinet d'avocats Ziegler & Associés entame la procédure du recours collectif contre la plateforme de cryptomonnaie FTX, pour défendre les droits de ses clients qui ont subi des préjudices
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #233
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 263
    Points
    66 263
    Par défaut « Quittez les plateformes de cryptomonnaies dès maintenant », prévient un ancien procureur de la SEC des USA
    « Quittez les plateformes de cryptomonnaies dès maintenant », prévient un ancien procureur de la SEC des États-Unis
    qui estime que les cryptomonnaies sont très risquées, périlleuses et dangereuses

    John Reed Stark, l'ancien chef de la division de l'application des lois de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, a récemment publié sur Twitter un avertissement destiné aux acteurs du secteur des cryptomonnaies. Il a tout bonnement conseillé à ces derniers d'abandonner les plateformes de cryptomonnaies dès maintenant. Il a mis l'accent sur les récents procès intentés contre Binance Holdings Ltd et Coinbase, les citant comme des raisons essentielles de son inquiétude. Soulignant la nature à haut risque de ces plateformes, il accuse les cryptomonnaies de n'avoir pas tenu leurs promesses, notamment celle d'accroître l'inclusion financière.

    Dans un très long message sur Twitter au début du mois, John Reed Stark, ancien fonctionnaire de la SEC des États-Unis, a fait part de sa révolte contre l'ensemble du secteur des cryptomonnaies. Stark a affirmé que la SEC avait raison dans ses efforts pour faire appliquer les lois en matière d'économie et de finance sur ce marché. Selon lui, ces plateformes opèrent sans être dûment enregistrées auprès de la SEC, ce qui les prive de supervision opérationnelle et de protection des clients. Il a souligné que l'absence de surveillance réglementaire se traduit par des lacunes importantes en matière de protection des clients et de tenue de registres.

    Stark a également souligné que les plateformes ne respectaient pas les réglementations américaines relatives à la manipulation des marchés, aux délits d'initiés et aux opérations contre les clients. En conséquence, il a relevé l'absence d'exigences en matière de prix ou de flux d'ordres sur ces plateformes. En outre, il a fait remarquer que les bourses de cryptomonnaies n'ont aucune obligation d'adhérer aux normes de cybersécurité ou de protection de la vie privée, qu'elles n'ont pas d'exigences internes en matière de conformité et qu'elles ignorent la nécessité de traiter les plaintes des clients. D'après Stark, les gens devraient tout simplement s'en éloigner.


    Il a noté l'absence de normes financières minimales pour le fonctionnement, dressant un tableau sombre de l'état actuel de ces plateformes. « Quittez les plateformes de cryptomonnaies maintenant, je ne peux pas le dire plus simplement. Ayant travaillé comme avocat dans la division d'application de la loi de la SEC pendant près de 20 ans (dont 11 ans comme le chef du bureau de l'application de la loi sur Internet de la SEC), je crois que nous savons maintenant avec certitude que les plateformes d'échange de cryptomonnaies sont soumises à un siège réglementaire/d'application de la loi aux États-Unis qui ne fait que commencer », a-t-il prévenu sur Twitter.

    Il a ajouté : « à mon avis, la SEC a raison dans ses efforts d'application de la loi en matière de cryptomonnaie. Peu importe ce que promettent les aboyeurs de carnaval, il est évident que les plateformes d'échange de cryptomonnaie sont à haut risque, périlleuses et intrinsèquement dangereuses. L'enregistrement auprès de la SEC établit des exigences essentielles qui protègent les investisseurs contre les risques individuels et les marchés de capitaux contre les risques systémiques mondiaux. Ces exigences font également des marchés américains l'un des marchés les plus sûrs, les plus robustes, les plus dynamiques et les plus désirables au monde ».

    L'une des plus grandes critiques de la cryptomonnaie est qu'elle n'a pas tenu ses promesses d'accroître l'inclusivité financière, en particulier parmi les groupes qui ont historiquement eu un accès limité aux services financiers traditionnels. Stark, qui est maintenant président de John Reed Stark Consulting LLC, fait ce point, et accuse en outre l'ensemble de l'industrie de la cryptomonnaie d'orchestrer un effort malveillant pour capturer ces groupes mécontents et extraire des frais de personnes qui ne savent pas mieux. Mais en dénonçant l'état actuel de l'industrie des cryptomonnaies, Stark s'est attiré les foudres des défenseurs de ces actifs numériques.

    Tout d'abord, le milliardaire et homme d'affaires américain Mark Cuban a accusé le président de la SEC, Gary Gensler, de diaboliser les cryptomonnaies et de soutenir une stratégie de "régulation par le contentieux" qui entrave le développement des entreprises de cryptomonnaies. Selon Cuban, de nombreuses entreprises de cryptomonnaies sont de taille modeste et ne devraient donc pas être soumises à des obligations légales onéreuses. Mais Stark a suggéré que les entreprises liées aux cryptomonnaies soient traitées comme de grandes sociétés. La meilleure façon de réglementer les cryptomonnaies a fait l'objet d'un débat plus approfondi.

    Stark s'est opposé à ce que les cryptomonnaies soient traitées comme des actions, tandis que Cuban a plaidé pour que la SEC édicte des règles plus précises. Malgré leurs désaccords, toutes les parties se sont accordées sur le fait qu'une part importante des entreprises et des jetons liés à la blockchain échoueraient, à l'image de la dynamique des premières entreprises Internet. Cuban, qui est considéré comme l'inventeur de l'expression "Crypto Derangement Syndrome", a appelé à ne pas éprouver une aversion déraisonnable pour la technologie tout en exprimant un soutien sans faille à l'impact économique potentiel des cryptomonnaies.

    Le secteur des cryptomonnaies attend avec impatience de nouveaux développements dans le domaine de la réglementation alors que le débat fait rage, espérant une stratégie équitable qui encourage l'innovation tout en garantissant la protection des investisseurs. Cuban a continué à vanter la valeur des contrats intelligents et a appelé la SEC à encourager davantage les startups tout en maintenant sa responsabilité de protéger les investisseurs en établissant des parallèles entre les débuts d'Internet et les cryptomonnaies. Il a affirmé que la position de la SEC sur les cryptomonnaies était moins claire que celle d'autres secteurs de l'économie.

    Il faut cependant noter que la prudence de Stark est conforme à l'inquiétude croissante des investisseurs concernant les ambiguïtés réglementaires entourant les plateformes de cryptomonnaies. De nombreuses personnes recherchent des solutions alternatives décentralisées en raison d'un mélange de surveillance juridique, de mesures de sécurité insuffisantes et d'une absence de pratiques de conformité. L'avertissement lancé par Stark est arrivé à un moment où les volumes d'échanges sur les bourses centralisées (centralized exchanges - CEX) ont commencé à diminuer. Le volume mensuel des échanges centralisés aurait baissé de 23,2 % par rapport à avril.

    Selon les experts, il a atteint son niveau le plus bas depuis novembre 2020. Même avant les dernières mesures juridiques prises par la SEC, le volume des transactions sur les bourses centralisées aurait fortement chuté en mai, alors qu'il a augmenté sur les bourses décentralisées (DEX) au cours de la même période. L'industrie des cryptomonnaies travaille en dehors des contraintes imposées par ce que les marchés financiers aux États-Unis ont généralement été obligés de respecter. Ceci est en accord avec Stark, qui soutient que si la catégorie d'actifs souhaite se développer et être largement reconnue, elle doit d'abord se conformer aux réglementations.

    Et ce, malgré les critiques soulevées par de nombreux acteurs du secteur des cryptomonnaies. L'un des derniers points soulevés par l'ancien fonctionnaire de la SEC est bien connu : les cryptomonnaies offrent aux criminels la meilleure chance de voler d'autres personnes et de s'enfuir avec leurs gains mal acquis. Mais les critiques affirment que cela ne reflète pas exactement les faits. Selon eux, on ne peut pas comparer la prévalence de l'activité financière illicite dans les cryptomonnaies et dans le système financier traditionnel, car il est pratiquement impossible d'estimer le niveau de l'activité illicite dans les finances traditionnelles comparativement opaques.

    « Contrairement à la réputation de refuge confortable des cybercriminels dont jouit la cryptomonnaie, le ministère américain de la Justice (DOJ) est devenu très habile à perturber ce type d'activité illicite en raison des attributs uniques de la blockchain. L'activité illicite, exprimée en pourcentage de toutes les transactions ayant eu lieu sur le marché des cryptomonnaies, a atteint son niveau le plus bas en 2022 », affirment les critiques. Cependant, il est difficile d'oublier que 2022 a été l'une des années les plus chaotiques pour le secteur des actifs numériques. Le marché s'est littéralement effondré, emportant plus de 2 000 milliards de dollars d'investissements.

    Ajouté à cela, l'effondrement spectaculaire de FTX en novembre a laissé des milliers d'investisseurs lésés. Selon les enquêtes, FTX doit à ses principaux créanciers près de 3,1 milliards de dollars. La faillite de FTX a eu des conséquences massives dans l'industrie des cryptomonnaies. Les procureurs américains ont accusé le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, de plusieurs crimes financiers, notamment de fraude électronique et de blanchiment d'argent. Selon une plainte de la SEC, Bankman-Fried a orchestré des années de fraude en détournant les fonds des investisseurs vers son fonds spéculatif privé connu sous le nom d'Alameda Research.

    Source : John Reed Stark

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la mise en garde de John Reed Stark ?
    A-t-il raison de demander d'abandonner les plateformes de cryptomonnaies ?
    Que pensez-vous des cryptomonnaies ? Pensez-vous qu'il faut continuer à y investir ?

    Voir aussi

    Après l'effondrement du marché des NFT, krach historique des cryptomonnaies, le jeton natif de la plateforme FTX plonge de 80 % et entraîne l'ensemble du marché dans sa chute

    FTX : des règles plus strictes pour les cryptomonnaies après l'effondrement, pour éviter de faire faillite, selon la Banque d'Angleterre

    «L'écosystème de crypto est un ponzi géant et finira par imploser». Frances Coppola, issue de l'industrie bancaire, donne son point de vue après le scandale qui a éclaboussé la plateforme crypto FTX

    Les compères de Sam Bankman-Fried plaident coupable dans l'affaire de fraude FTX. Gary Wang, co-fondateur FTX, et Caroline Ellison, ancienne PDG d'Alameda, risquent jusqu'à 50 et 110 ans de prison
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #234
    Membre expérimenté

    Homme Profil pro
    Collégien
    Inscrit en
    Juillet 2010
    Messages
    550
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Afghanistan

    Informations professionnelles :
    Activité : Collégien

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2010
    Messages : 550
    Points : 1 432
    Points
    1 432
    Par défaut
    Faites ce qu'ils font pas ce qu'ils disent.

  15. #235
    Expert éminent sénior

    Femme Profil pro
    Rédacteur Web
    Inscrit en
    Mars 2020
    Messages
    838
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur Web

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2020
    Messages : 838
    Points : 58 036
    Points
    58 036
    Par défaut Bankman-Fried perd sa tentative de rejeter les accusations criminelles concernant l'effondrement de FTX
    Bankman-Fried perd sa tentative de rejeter les accusations criminelles concernant l'effondrement de FTX

    Un juge fédéral a rejeté mardi 27 juin 2023, la demande de Sam Bankman-Fried de renoncer à la plupart des poursuites pénales engagées par le gouvernement américain contre le fondateur de la bourse de cryptomonnaies FTX, accusé d'avoir orchestré une fraude d'une valeur de plusieurs milliards de dollars.

    Nom : Screenshot_2023-06-29 Sam Bankman-Fried, fondateur de FTX, s'apprêterait à plaider non coupable .png
Affichages : 2507
Taille : 590,1 Ko

    La décision du juge de district américain Lewis Kaplan, à Manhattan, ouvre la voie au procès de Bankman-Fried, un ancien milliardaire de 31 ans, qui aura lieu le 2 octobre.

    Les procureurs ont accusé Bankman-Fried d'avoir volé des milliards de dollars de fonds de clients de FTX pour combler les pertes de son fonds spéculatif Alameda Research.

    Ils l'accusent également d'avoir trompé les investisseurs et les prêteurs et d'avoir contribué illégalement à des campagnes politiques américaines au nom de ses collègues.

    Bankman-Fried a plaidé non coupable et nié avoir volé des fonds, tout en reconnaissant que FTX avait une gestion des risques inadéquate.

    En mai, Bankman-Fried a demandé à Kaplan de rejeter au moins 11 des 13 accusations de fraude et de complot dont il fait l'objet.

    Bankman-Fried a déclaré que certains chefs d'accusation reposaient sur une théorie de la fraude - selon laquelle un défendeur peut être condamné pour avoir privé quelqu'un d'informations ayant une valeur économique et pas seulement de biens matériels - que la Cour suprême des États-Unis a jugée invalide le mois dernier.

    Mais le juge a convenu avec les procureurs que la théorie, connue sous le nom de droit de contrôle, ne s'appliquait pas à Bankman-Fried.

    L'affirmation de l'accusé selon laquelle l'acte d'accusation ne fait état d'aucune "perte économique" pour les clients de FTX semble être incorrecte sur le plan des faits, et les fonds prétendument détournés constituaient clairement des biens, a écrit Kaplan.

    Bankman-Fried a également fait valoir que certains chefs d'accusation avaient été portés sans son consentement aux Bahamas, où il avait été arrêté en décembre et extradé vers les États-Unis.

    Un traité d'extradition entre les États-Unis et les Bahamas, où FTX était basé, stipule qu'un pays doit donner son accord avant que les accusés puissent être jugés sur des accusations portées après leur extradition.

    Kaplan a déclaré ce mois-ci qu'un second procès se tiendrait le 11 mars sur les cinq chefs d'accusation retenus par les procureurs contre Bankman-Fried après son extradition.

    Les procureurs ont déclaré qu'ils avaient demandé aux Bahamas d'accepter ces charges, qui comprennent la conspiration pour corrompre des fonctionnaires chinois et commettre une fraude bancaire, mais qu'ils ne savaient pas quand le pays des Caraïbes donnerait son accord.

    Source : Le juge du district américain Lewis Kaplan à Manhattan

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Bankman-Fried, fondateur de FTX, accusé d'avoir versé 40 millions de dollars de pots-de-vin, à un ou plusieurs fonctionnaires chinois pour qu'ils débloquent les comptes de son fonds spéculatif

    Accusé d'avoir escroqué ses clients, Sam Bankman-Fried, le PDG de la plateforme crypto FTX, tente de s'expliquer. Des avocats pensent que l'incompétence qu'il affiche pourrait être stratégique

    Sam Bankman-Fried, fondateur de FTX, s'apprêterait à plaider non coupable des accusations de fraude retenues contre lui, alors que certains de ses collaborateurs inculpés ont plaidé coupables

    Sam Bankman-Fried et son cercle restreint de FTX avaient un groupe de discussion secret appelé "Wirefraud", dans lequel ils s'envoyaient des informations sur le fonds spéculatif Alameda Research
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #236
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 958
    Points
    36 958
    Par défaut Le fondateur de Celsius Network, une société de prêt de cryptomonnaie, arrêté et accusé de fraude
    Le fondateur de Celsius Network, une société de prêt de cryptomonnaie, arrêté et accusé de fraude,
    un autre scandale qui révèle la face sombre des cryptomonnaies

    Alex Mashinsky, le fondateur de Celsius Network, une société de prêt de cryptomonnaies, a été arrêté et accusé de fraude par les autorités américaines. Celsius Network aurait promis des taux d’intérêt élevés à ses clients, mais aurait fait faillite en juillet 2022 après avoir mal investi les fonds et empêché les retraits. Il a plaidé non coupable à des accusations de fraude aux États-Unis, selon lesquelles il aurait trompé des clients et gonflé artificiellement la valeur du jeton de cryptomonnaie de sa société.

    Trois agences fédérales de régulation ont également poursuivi Mashinsky et Celsius dans le cadre de cette affaire. Mashinsky a été inculpé de sept chefs d'accusation criminels, notamment de fraude en matière de valeurs mobilières, de fraude sur les matières premières et de fraude électronique, selon un acte d'accusation dévoilé plus tôt jeudi.

    Nom : Cels.jpg
Affichages : 1763
Taille : 27,0 Ko

    Pour ceux qui ne sont pas au fait du sujet, Celsius était un prêteur de cryptomonnaies : les clients pouvaient stocker des actifs, notamment des bitcoins et des ethereums, dans leurs portefeuilles Celsius, et se voyaient promettre des taux d'intérêt décents sur ces dépôts. Les gens pouvaient également contracter des prêts en utilisant leurs avoirs en crypto-monnaies comme garantie. Des milliards de dollars ont été prêtés et des milliards d'autres crypto-tokens ont été gérés ; l'entreprise a déclaré avoir près de deux millions de clients.

    En juin 2022, des allégations de problèmes de liquidité dus à de mauvais investissements de Celsius ont été rejetées par l'entreprise. Quelques jours plus tard, les clients ont été empêchés de retirer leurs fonds, en raison de « conditions de marché extrêmes », et la valeur du jeton CEL de Celsius s'est effondrée, les autres jetons ayant été entraînés à la baisse par ce drame. En juillet, le prêteur avait licencié du personnel et déposé son bilan avec un trou de 1,2 milliard de dollars.

    Plus d'un demi-million de personnes qui ont déposé de l'argent auprès du prêteur crypto Celsius Network, désormais en faillite, mais protégé par l'article 11, ont subi un coup dur dans leurs espoirs de récupérer leurs fonds : le juge dans l'affaire de faillite de l'entreprise a décidé que les actifs appartenaient à Celsius et non aux déposants. Le juge, Martin Glenn, a conclu que les conditions d'utilisation de Celsius (les longs contrats que de nombreux sites Web publient, mais que peu de consommateurs lisent) signifiaient que « les actifs de cryptomonnaie devenaient la propriété de Celsius ».

    Celsius Network est devenue la première grande plateforme de crypto à imploser l'année dernière, sa faillite en juillet gelant au moins 4,2 milliards de dollars pour 600 000 Américains, selon des documents judiciaires, et préfigurant l'effondrement de FTX quatre mois plus tard. Le 12 juin dernier, la cryptobanque londonienne Celsius Network a annoncé le gel des retraits, des échanges et des transferts entre comptes

    Celsius Network interdite d’activité et condamnée à une amende record

    Mashinsky est accusé, entre autres, de fraude sur les valeurs mobilières, les matières premières et de fraude électronique par les procureurs américains. Il a été arrêté aujourd'hui. Roni Cohen-Pavon, ancien directeur des recettes de Celsius et co-accusé par Mashinsky dans l'affaire pénale du ministère de la justice, est recherché par les autorités fédérales, qui ont admis que le cadre « se trouve actuellement à l'étranger ».

    L'action en justice de la FTC comprend une proposition de règlement qui, si elle est acceptée par les tribunaux, interdira définitivement à Celsius et à ses filiales « d'offrir, de commercialiser ou de promouvoir tout produit ou service susceptible d'être utilisé pour déposer, échanger, investir ou retirer des actifs », ainsi qu'une amende de 4,7 milliards de dollars, bien que Celsius n'ait pas à payer cette somme tant que tous ses clients n'auront pas été dédommagés - si tant est que cela puisse se produire. Celsius a accepté cet arrangement.

    Mashinsky, Leon et Goldstein n'ont pas accepté les conditions du règlement de la FTC, « et l'affaire les concernant se poursuivra devant le tribunal fédéral », a déclaré l'autorité de régulation. Les douze derniers mois ont été difficiles pour le monde des cryptomonnaies : Terra s'est effondré en mai 2022, puis Celsius s'est effondré (il y a un an aujourd'hui). FTX a implosé et son fondateur Sam Bankman-Fried a été arrêté ; tout comme Coinbase, puis le fondateur de Terra, Do Kwon, a été arrêté après des mois de cavale.

    En outre, les États-Unis, les États membres de l'UE et d'autres pays ont intensifié la pression réglementaire sur le monde de la cryptographie. Ces organismes de surveillance espèrent éviter en partie les mêmes choses que celles dont Celsius et ses dirigeants ont été accusés, et dont les détails ont été rendus publics en février après l'achèvement d'une enquête sur la faillite du prêteur. Bon nombre des accusations contenues dans ce rapport de près de 500 pages ont été reprises dans les quatre affaires dont Mashinsky et ses amis font actuellement l'objet.

    Les procureurs ont également allégué que Mashinsky avait personnellement engrangé environ 42 millions de dollars en vendant ses avoirs en jetons Cel. Celsius n'a pas été inculpée. Lors de la conférence de presse, le procureur Williams a déclaré que M. Cohen-Pavon se trouvait à l'étranger et qu'il était citoyen israélien, mais il a refusé de dire si l'ancien dirigeant de Celsius serait extradé.

    Alors que l'entreprise a perdu des millions de dollars parce que les clients se sont empressés de retirer leurs fonds, Mashinsky et Celsius ont continué à affirmer que leur entreprise était financièrement fiable et qu'elle disposait de suffisamment de fonds pour faire face aux retraits, ont déclaré les autorités de régulation. Le ministère de la justice a conclu un accord de non-poursuite avec Celsius, dans lequel la société a accepté la responsabilité de son rôle dans les fraudes présumées et s'est engagée à continuer à coopérer avec les enquêteurs, a déclaré Williams.


    Le secteur des cryptomonnaies est encore plus fragile depuis que la Securities and Exchange Commission (SEC) a poursuivi les bourses de cryptomonnaies Binance et Coinbase Global le mois dernier, ce qui a fait naître le risque de nouveaux défis réglementaires pour le secteur. La SEC des a également poursuivi Mashinsky et Celsius jeudi, selon un dossier judiciaire, alléguant que lui et son entreprise ont levé des milliards de dollars par la vente de crypto-titres non enregistrés et ont trompé les investisseurs sur la situation financière de l'entreprise privée.

    La SEC, ainsi que d'autres organismes de réglementation qui ont également intenté des poursuites jeudi, ont accusé Mashinsky et son entreprise de vanter Celsius comme sûr - un peu comme une banque traditionnelle - alors qu'ils ont pris des mesures de plus en plus risquées pour verser les rendements promis jusqu'à 17 %.
    Cependant, l'industrie a reçu un peu de réconfort d'un autre tribunal fédéral à New York. Dans une décision historique, un juge a décidé que Ripple Labs n'avait pas violé la loi fédérale sur les valeurs mobilières en vendant son jeton XRP sur les bourses publiques, une victoire qui a fait monter en flèche la valeur de cette cryptomonnaie.

    Sources : America's Federal Trade Commission, Commodity Futures Trading Commission, Securities and Exchange Commission

    Et vous ?

    Quelles sont les conséquences de la poursuite de Mashinsky et Celsius pour les clients de Celsius Network qui ont perdu leurs fonds ?

    Quels sont selon vous les risques et les avantages des cryptomonnaies pour l’économie et la société ?

    Comment les autorités peuvent-elles contrôler et réguler les cryptomonnaies, qui sont souvent décentralisées et anonymes ?

    Quelles sont les alternatives aux cryptomonnaies pour financer l’innovation ?

    Voir aussi :

    Accusé d'avoir escroqué ses clients, Sam Bankman-Fried, le PDG de la plateforme crypto FTX, tente de s'expliquer. Des avocats pensent que l'incompétence qu'il affiche pourrait être stratégique

    Le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, risque jusqu'à 115 ans de prison aux États-Unis s'il est reconnu coupable des charges retenues contre lui, il doit faire face à 8 chefs d'accusation au total

    Les procureurs fédéraux ont saisi près de 700 millions de dollars d'actifs du fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, en janvier, en grande partie sous la forme d'actions Robinhood
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #237
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Fondateur
    Inscrit en
    Octobre 2002
    Messages
    445
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Fondateur
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2002
    Messages : 445
    Points : 503
    Points
    503
    Par défaut
    C'est une vieille histoire, eu égard à la vitesse de ce qui se passe dans le monde de la cryptomonnaie, puisqu'elle date d'il y a un an ...

    Le plus étonnant ici est de voir qu'il conclut un accord de près de 5 milliards de dollars alors que l'entreprise est supposée être en faillite ... D'où vient l'argent ?
    Développeur Java / Android.
    The Truth About Bitcoin : https://www.the-truth-about-bitcoin.com/
    In Bitcoin We Trust : https://inbitcoinwetrust.substack.com
    Retrouvez mes Apps Android : https://play.google.com/store/apps/d...01024188312025
    Tout sur le Bitcoin, la Blockchain et les Altcoins : https://www.toutsurlebitcoin.fr
    Devenez une meilleure de vous-même jour après jour : https://www.jedeviensmeilleur.fr

  18. #238
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 072
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 072
    Points : 75 082
    Points
    75 082
    Par défaut Sam Bankman-Fried, fondateur de FTX, est condamné à une peine de prison
    Sam Bankman-Fried, fondateur de FTX, est condamné à une peine de prison pour manipulation présumée de témoins.

    Sam Bankman-Fried va être incarcéré après qu'un juge américain a révoqué vendredi sa liberté sous caution, estimant qu'il y a de bonnes raisons de penser que le fondateur de la bourse de cryptomonnaies FTX, qui a fait faillite, a manipulé des témoins au moins à deux reprises.

    La décision du juge de district américain Lewis Kaplan d'incarcérer l'ancien milliardaire de 31 ans avant son procès pour fraude du 2 octobre concernant la faillite de FTX en novembre 2022 est intervenue après que les procureurs ont déclaré qu'il avait "dépassé les bornes" en partageant avec un journaliste du New York Times des écrits privés de son ancienne compagne Caroline Ellison.

    "Il a déjà franchi la ligne à plusieurs reprises, sans violer aucune autre condition de la libération sous caution, sauf celle de ne pas commettre d'autre crime", a déclaré le juge Kaplan, connu pour son attitude sans état d'âme dans la salle d'audience, lors d'une audience au tribunal fédéral de Manhattan.

    Le juge a rejeté une demande de la défense visant à retarder la détention de Bankman-Fried dans l'attente de l'appel de la décision. Cette décision pourrait compliquer les efforts de Bankman-Fried pour préparer son procès. Il est accusé d'avoir volé des milliards de dollars de fonds de clients de FTX pour combler les pertes de son fonds spéculatif Alameda Research, dont Caroline Ellison était la directrice générale.

    Elle a plaidé coupable et devrait témoigner contre lui lors de son procès le 2 octobre. Bankman-Fried, qui a plaidé non coupable, était assis, les épaules voûtées, penché en avant sur la table et tripotant un Post-It pendant que le juge ordonnait son placement en détention. Il avait une expression vide lorsqu'il a été conduit hors de la salle d'audience, menotté, par des membres de l'U.S. Marshals Service, après avoir enlevé ses lacets, sa montre, sa veste et sa cravate, et vidé ses poches.

    Nom : 1.jpg
Affichages : 1361
Taille : 49,7 Ko

    Les parents de Sam Bankman-Fried, tous deux professeurs de droit à l'université de Stanford, étaient présents dans le public de la salle d'audience. Sa mère, Barbara Fried, l'a salué d'un signe de tête, en larmes, lorsqu'il est parti. Son père, Joseph Bankman, a mis la main sur son cœur en regardant son fils s'éloigner.

    Sam Bankman-Fried a profité de l'explosion de la valeur du bitcoin et d'autres actifs numériques pour se constituer un patrimoine estimé à 26 milliards de dollars et devenir un donateur politique influent aux États-Unis, mais l'effondrement de FTX a réduit sa fortune à néant. Il a déclaré par la suite qu'il avait 100 000 dollars sur son compte bancaire.

    Depuis son arrestation en décembre 2022, Sam Bankman-Fried est resté confiné dans la maison de ses parents à Palo Alto, en Californie, sous le couvert d'une caution de 250 millions de dollars. Les procureurs ont fait valoir que Sam Bankman-Fried avait partagé les écrits pour harceler Ellison et pour dissuader d'autres personnes de témoigner en donnant l'impression qu'il pourrait communiquer à la presse des informations peu flatteuses à leur sujet.

    Son avocat, Mark Cohen, a fait valoir que Sam Bankman-Fried voulait défendre sa réputation et qu'il avait le droit, en vertu du premier amendement de la Constitution des États-Unis, de s'adresser à la presse. "L'accusé croyait sincèrement qu'il pouvait faire ces commentaires", a déclaré son avocat Cohen.

    Le juge Kaplan n'a pas été convaincu, notant que Sam Bankman-Fried avait déjà cherché à manipuler un témoin en demandant au directeur juridique d'une filiale américaine de FTX de "vérifier les choses les uns avec les autres". Selon le juge Kaplan, la décision de Sam Bankman-Fried de montrer les écrits de Caroline Ellison au journaliste du Times lors d'une réunion en personne, plutôt que dans un message électronique qui aurait pu être surveillé par les procureurs, suggère une intention malveillante.

    "C'était un moyen, selon lui, d'agir de manière à ce qu'il ait le moins de chances d'être pris. Il couvrait ses traces", a déclaré le juge Kaplan.

    Un article paru le 20 juillet dans le New York Times contenait des extraits des documents personnels de Carolie Ellison sur Google avant l'effondrement de FTX. Elle s'y disait "malheureuse et dépassée" par son travail et se sentait "blessée/rejetée" à la suite de sa rupture avec Bankman-Fried.


    Le lieu de détention de Bankman-Fried n'a pas été précisé dans l'immédiat. De nombreux accusés en attente de jugement à New York sont détenus au Metropolitan Detention Center de Brooklyn, qui a connu des problèmes persistants de manque de personnel, de coupures d'électricité et d'apparition d'asticots dans la nourriture des détenus.

    Danielle Sassoon, procureur du bureau du procureur général à Manhattan, a proposé lors de l'audience que Bankman-Fried soit détenu à la Putnam County Correctional Facility, une prison de sécurité moyenne située à environ 88 km au nord de Manhattan et qui accueille environ 68 détenus. Le procureur Sassoon a indiqué que l'accusé pourrait y avoir accès à un ordinateur portable connecté à Internet pour examiner les preuves en vue de préparer le procès.

    Source : juge de district des États-Unis Lewis Kaplan

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur cette affaire ?

    Voir aussi :

    Scandale FTX : la plateforme de crypto dépose le bilan et son PDG Sam Bankman-Fried démissionne. FTX n'a pas réussi à faire face à l'augmentation des demandes de retraits des clients

    FTX aurait puisé dans les comptes de ses clients pour financer des paris risqués, préparant ainsi sa chute, la bourse de cryptomonnaies aurait prêté 10 milliards de dollars à une société sœur

    Le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, risque jusqu'à 115 ans de prison aux États-Unis s'il est reconnu coupable des charges retenues contre lui. Il doit faire face à 8 chefs d'accusation au total
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #239
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 072
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 072
    Points : 75 082
    Points
    75 082
    Par défaut Bankman-Fried a utilisé 100 millions de dollars de fonds FTX volés pour des dons politiques
    Bankman-Fried a utilisé 100 millions de dollars de fonds FTX volés pour des dons politiques, selon les procureurs fédéraux.

    Sam Bankman-Fried a utilisé l'argent qu'il a volé aux clients de sa bourse de cryptomonnaies FTX pour faire plus de 100 millions de dollars de contributions à des campagnes politiques avant les élections américaines de mi-mandat de 2022, ont déclaré lundi les procureurs fédéraux.

    Un acte d'accusation modifié accuse l'ancien milliardaire de 31 ans d'avoir ordonné à deux cadres de FTX d'échapper aux limites de contribution en faisant des dons aux démocrates et aux républicains, et de dissimuler l'origine de l'argent.

    "Il a tiré parti de cette influence pour faire pression sur le Congrès et les organismes de réglementation afin de soutenir la législation et la réglementation qui, selon lui, permettraient à FTX de continuer à accepter les dépôts des clients et à se développer", indique l'acte d'accusation.

    Bankman-Fried doit répondre de sept chefs d'accusation pour conspiration et fraude dans le cadre de l'effondrement de FTX, bien que l'acte d'accusation n'inclue plus la conspiration en vue de violer les lois sur le financement des campagnes électorales en tant que chef d'accusation distinct.

    Les procureurs fédéraux de Manhattan ont déclaré le mois dernier qu'ils abandonneraient ce chef d'accusation après que les Bahamas, où FTX était basée et où Bankman-Fried a été arrêté en décembre 2022, ont déclaré qu'ils n'avaient jamais eu l'intention de l'extrader pour ce chef d'accusation.

    La semaine dernière, les procureurs ont déclaré au juge du district des États-Unis Lewis Kaplan qu'un nouvel acte d'accusation "indiquerait clairement que Bankman-Fried reste accusé d'avoir mené un système illégal de financement de campagne dans le cadre des systèmes de fraude et de blanchiment d'argent initialement incriminés".


    M. Bankman-Fried a déjà plaidé non coupable d'avoir volé des milliards de dollars de fonds de clients de FTX pour combler les pertes d'Alameda Research, son fonds spéculatif axé sur les cryptomonnaies.

    Vendredi dernier, Kaplan l'a incarcéré avant son procès du 2 octobre, après avoir estimé qu'il était probable que Bankman-Fried ait falsifié des témoins. Auparavant, M. Bankman-Fried avait été confiné dans la maison de ses parents à Palo Alto, en Californie, moyennant une caution de 250 millions de dollars.

    Bankman-Fried a profité du boom des cryptomonnaies pour amasser une fortune estimée à 26 milliards de dollars et est devenu un donateur influent pour la plupart des candidats et des causes démocrates. L'effondrement de FTX en novembre 2022 après une vague de retraits de clients a détruit sa fortune et entaché sa réputation.

    L'ancien dirigeant de FTX, Salame, refuse de témoigner

    L'acte d'accusation de Bankman-Fried ne nomme pas les deux personnes que les procureurs accusent d'avoir utilisé comme "donateurs de paille" pour donner de l'argent sur son ordre. Mais d'autres documents judiciaires et les données de la Commission électorale fédérale montrent qu'il s'agit de Nishad Singh et de Ryan Salame.

    Singh, l'ancien chef de l'ingénierie de FTX, a plaidé coupable de fraude et de violation des lois sur le financement des campagnes électorales en février. Il a fait don de 9,7 millions de dollars à des candidats et à des causes démocrates et a déclaré au tribunal qu'il savait que l'argent provenait des clients de FTX.

    Salame, ancien codirecteur général de l'unité bahaméenne de FTX, a donné plus de 24 millions de dollars à des candidats républicains et à des causes républicaines lors du cycle électoral de 2022, selon les données de la Commission électorale fédérale.

    Il n'a pas été inculpé de crime. Dans un document séparé déposé au tribunal lundi, les procureurs ont déclaré que l'avocat de Salame leur avait dit qu'il invoquerait son droit au cinquième amendement contre l'auto-incrimination s'il était appelé à témoigner.

    Les procureurs ont déclaré que Salame avait dit à un membre de sa famille, dans un message datant de novembre 2021, que Bankman-Fried voulait utiliser les dons politiques pour "éliminer" les législateurs démocrates et républicains hostiles aux cryptomonnaies, et qu'il ferait probablement "passer l'argent par moi pour éliminer le côté républicain.

    Source : procureurs fédéraux

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur cette affaire ?

    Voir aussi :

    Le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, risque jusqu'à 115 ans de prison aux États-Unis s'il est reconnu coupable des charges retenues contre lui, il doit faire face à 8 chefs d'accusation au total

    Sam Bankman-Fried et d'autres cadres de FTX ont reçu des milliards de dollars de prêts secrets de la part d'Alameda Research selon Caroline Ellison, ancienne directrice générale d'Alameda Research

    Les compères de Sam Bankman-Fried plaident coupable dans l'affaire de fraude FTX. Gary Wang, cofondateur FTX, et Caroline Ellison, ancienne PDG d'Alameda, risquent jusqu'à 50 et 110 ans de prison
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #240
    Nouveau membre du Club
    Homme Profil pro
    Developpeur
    Inscrit en
    Juillet 2007
    Messages
    11
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Aude (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Developpeur

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2007
    Messages : 11
    Points : 26
    Points
    26
    Par défaut
    De la corruption, les républiques bananières sont très répandues sur Terre, Les USA de même que la France en sont un bel exemple !

Discussions similaires

  1. Réponses: 11
    Dernier message: 01/05/2024, 23h27
  2. un avocat véreux écope d'une peine de 5 ans de prison
    Par Jonathan dans le forum Actualités
    Réponses: 4
    Dernier message: 13/07/2019, 12h18
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 12/06/2019, 12h08
  4. Débutant-Vider une table tous les ans
    Par Michel Hubert dans le forum Sécurité
    Réponses: 13
    Dernier message: 29/08/2006, 00h21

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo