IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #41
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Citation Envoyé par jpdeniel Voir le message
    Fait tes recherches au lieu de sortir des phrases toutes faites. (on dirait un banquier qui parle)
    on dirait un complotiste qui parle


    désolé, trop tentant.

  2. #42
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 903
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 903
    Points : 37 220
    Points
    37 220
    Par défaut Plus de 2 % de la production d'électricité aux États-Unis est destinée au bitcoin
    Plus de 2 % de la production d'électricité aux États-Unis est destinée au bitcoin :
    la quête de richesse s'accompagne d'un lourd tribut écologique

    L'essor du minage de bitcoins aux États-Unis suscite des préoccupations quant à ses implications énergétiques. Selon l'Agence d'information sur l'énergie (EIA), plus de 2 % de la production d'électricité américaine est actuellement dédiée au minage de cryptomonnaies, équivalant à l'ajout d'un État supplémentaire au réseau électrique. Suite à la répression en Chine, de nombreuses opérations minières se sont relocalisées aux États-Unis, représentant près de 38 % du minage mondial de bitcoins en 2022.

    Certains crypto-actifs, dont le bitcoin et l'éther, présentent une empreinte carbone significative, estimée à une consommation d'énergie annuelle comparable à celle de pays de taille moyenne tels que l'Espagne, les Pays-Bas ou l'Autriche. Étant donné que l'extraction et l'expansion de ces crypto-actifs reposent entièrement sur l'approvisionnement énergétique, leur évaluation demeure particulièrement sensible aux politiques climatiques des différentes juridictions. L'augmentation de l'exposition financière à ces crypto-actifs accroît ainsi le risque de transition pour le système financier, compte tenu de la vulnérabilité de ces actifs aux évolutions des politiques climatiques.

    Nom : Bitc.jpg
Affichages : 9000
Taille : 67,7 Ko
    Estimation de la consommation d'électricité annualisée du bitcoin et de l'éther au niveau mondial, comparée à celle de certains pays


    Le paysage de l'exploitation minière du bitcoin est très dynamique. Au cours des dernières années, la Chine a été, de loin, la plus grande nation minière de bitcoins. Néanmoins, sa part a chuté de 73 % en 2020 à 21 % en 2022. Cela peut être attribué aux différentes interdictions et actions gouvernementales contre l'exploitation du bitcoin. Certains médias suggèrent que la Chine a transféré une partie de sa charge vers des pays tels que le Kazakhstan et les États-Unis afin de réduire son empreinte carbone et de surmonter les défis liés à la traque de la fraude et des activités financières illégales. Cela a entraîné une augmentation des parts des États-Unis et du Kazakhstan de 34 % et 10 % respectivement sur la base des valeurs déclarées par le CBECI en 2023.

    La réduction des intérêts de la Chine dans l'exploitation du bitcoin a entraîné une modification de la composition de l'approvisionnement énergétique du réseau d'exploitation du bitcoin. En 2020, 53 % de l'approvisionnement énergétique du réseau du bitcoin mondial provenait du charbon. Ce chiffre a été ramené à 46 % en 2022, ce qui est associé à une réduction de 34 % de l'empreinte carbone, de 32 % de l'empreinte eau et de 25 % de l'empreinte terre du réseau minier mondial du bitcoin en un an.

    La consommation d'électricité pour l'exploitation du bitcoin en Russie représente 37 % et 17 % de la consommation d'électricité pour l'exploitation du bitcoin aux États-Unis et en Chine, respectivement. La Malaisie, le Canada, l'Iran, l'Allemagne, l'Irlande et Singapour sont les six autres membres de la liste des principaux mineurs de BTC dans le monde.

    L'EIA a identifié 137 installations de minage, révélant que si ces opérations fonctionnaient à pleine capacité, elles consommeraient 2,3 % de la demande moyenne d'électricité aux États-Unis. Ces installations se trouvent principalement au Texas et dans une région s'étendant de l'ouest de l'État de New York jusqu'au sud de la Géorgie. Certaines entreprises se sont installées près de centrales électriques sous-utilisées, contribuant à leur augmentation de production. L'EIA souligne que ces centrales, probablement à combustibles fossiles, pourraient être candidates à la retraite sans la demande des mineurs de bitcoins, aggravant les problèmes liés aux combustibles fossiles.

    Par ailleurs, les mineurs de bitcoins adoptent des stratégies pour maintenir les coûts d'électricité bas, telles que l'installation près de centrales nucléaires ou de gisements de gaz naturel. Certains participent à des programmes de réponse à la demande, acceptant de mettre leurs opérations hors service en cas de pic de demande électrique, en échange de compensation. Ces activités, bien que lucratives, entravent les efforts des États-Unis pour atteindre la neutralité carbone. L'EIA prévoit des analyses mensuelles en 2024 pour mieux comprendre les implications de cette ponction sur le réseau électrique américain.

    Électricité et cryptomonnaies : l'équation complexe de la consommation énergétique

    La demande d'électricité associée aux opérations de minage de cryptomonnaies aux États-Unis a augmenté très rapidement au cours des dernières années. Selon les estimations de l’EIA, la consommation annuelle d'électricité liée à l'extraction de cryptomonnaies représente probablement entre 0,6 % et 2,3 % de la consommation d'électricité aux États-Unis.

    Cette consommation supplémentaire d'électricité a attiré l'attention des décideurs politiques et des planificateurs de réseaux, préoccupés par ses effets sur les coûts, la fiabilité et les émissions. Les principaux défis associés au suivi de la consommation d'énergie du minage de cryptomonnaies comprennent la difficulté d'identifier l'activité de minage de cryptomonnaies parmi des millions de clients américains et la nature dynamique du marché des cryptomonnaies, où les actifs miniers peuvent être rapidement déplacés vers des zones où les prix de l'électricité sont moins élevés.

    L’EIA a développé des estimations générales de la consommation d'électricité par les opérations de minage de cryptomonnaies aux États-Unis en utilisant à la fois des approches descendantes et ascendantes. L’approche descendante s'appuie sur les données du Cambridge Centre for Alternative Finance, qui gère un indice estimant la consommation d'électricité mondiale et nationale des activités liées aux cryptomonnaies. Elle a également développé sa propre approche ascendante, qui consiste à collecter des données relatives à l'emplacement des opérations individuelles de minage de cryptomonnaies et à la quantité d'électricité que chaque installation déclare utiliser.

    Intérêt pour le minage de cryptomonnaies

    Bien que l'extraction de cryptomonnaies ait commencé aux États-Unis il y a une dizaine d'années, l'activité a commencé à se développer rapidement en 2019. La croissance récente est en grande partie due aux opérations d'extraction de cryptomonnaies qui se sont déplacées de la Chine vers les États-Unis après que ce pays a interdit l'extraction de devises numériques en 2021, bien que des rapports indiquent qu'il pourrait encore y avoir de l'extraction en Chine. Avec l'augmentation de l'extraction de cryptomonnaies aux États-Unis, les préoccupations ont augmenté concernant la nature énergivore de l'activité et ses effets sur l'industrie américaine de l'énergie électrique.

    Les inquiétudes exprimées à l'EIA comprennent les tensions sur le réseau électrique pendant les périodes de forte demande, la possibilité d'une augmentation des prix de l'électricité, ainsi que les effets sur les émissions de dioxyde de carbone (CO2) liées à l'énergie. Par exemple, plusieurs membres du Congrès ont écrit au secrétaire américain à l'énergie en novembre 20224 et en février 2023 pour lui faire part de leur souhait d'obtenir des informations permettant de mieux cerner les effets du minage de cryptomonnaies sur l'électricité et les émissions de CO2 liées à l'énergie. Dans ces lettres, les membres du Congrès soulignent la nécessité de mettre en place un « régime de divulgation obligatoire » concernant les émissions et l'utilisation de l'énergie par les mineurs de cryptomonnaies.

    Les planificateurs de réseaux ont également commencé à s'inquiéter de la croissance rapide de la demande d'électricité associée au minage de cryptomonnaies. Par exemple, la North American Electric Reliability Corporation (NERC) indique dans sa dernière évaluation de la fiabilité à long terme qu' « en raison des caractéristiques uniques des opérations associées au minage de crypto-monnaies, la croissance potentielle peut avoir un effet significatif sur les projections de la demande et des ressources ainsi que sur les opérations du système ». Pour preuve, l'Electric Reliability Council of Texas (ERCOT) a 41 gigawatts (GW) de demandes de nouvelles capacités de minage de cryptomonnaies, pour lesquelles 9 GW d'études de planification ont été approuvées, selon la NERC.

    Consommation d'électricité et extraction de cryptomonnaies

    Plusieurs crypto-monnaies, notamment le bitcoin, utilisent la méthode de la preuve de travail pour mettre en circulation de nouvelles crypto-monnaies. La création de crypto-monnaie par le biais d'une preuve de travail est connue sous le nom de minage. Les mineurs de crypto-monnaie ajoutent des blocs de transactions à une blockchain en résolvant des énigmes cryptographiques complexes qui nécessitent une puissance de calcul importante. La chaîne de blocs représente un registre numérique qui permet aux participants de suivre les transactions sur le réseau de cryptomonnaies. En échange de l'ajout de blocs à la blockchain, les mineurs sont récompensés par des frais de transaction et de nouvelles pièces de cryptomonnaie.

    Toutes les cryptomonnaies n'utilisent pas la preuve de travail pour générer de la cryptomonnaie. D'autres cryptomonnaies, notamment Ethereum, utilisent un autre processus connu sous le nom de "proof of stake" (preuve d'enjeu). Pour valider les transactions et ajouter de nouveaux blocs à la blockchain, les participants mettent en jeu une partie des jetons natifs de la blockchain en guise de garantie. Ces validateurs sont récompensés si la transaction est effectuée avec succès ou pénalisés s'ils tentent d'effectuer une activité illégitime. Parce qu'elles ne reposent pas sur un effort de calcul important, les cryptomonnaies à preuve d'enjeu utilisent beaucoup moins de puissance de calcul, et donc moins d'électricité, que les crypto-monnaies à preuve de travail. Selon les données du Cambridge Centre for Alternative Finance, Ethereum représente 0,005 % de la demande d'électricité de Bitcoin, en grande partie à cause de son mécanisme de consensus différent.

    Les investisseurs dans le minage de cryptomonnaies à preuve de travail utilisent du matériel spécialisé capable d'effectuer des milliers de milliards de calculs par seconde. La puissance de calcul d'un réseau de minage de cryptomonnaies est mesurée par le taux de hachage, qui représente le nombre de suppositions ou de tentatives de résolution de l'énigme cryptographique par seconde.

    Nom : eia.jpg
Affichages : 1477
Taille : 43,8 Ko
    Production annuelle d'électricité dans cinq centrales électriques sélectionnées ayant des activités de crypto-mining (2015 - 2022)


    De plus grands réseaux d'unités minières peuvent être configurés pour augmenter la puissance de calcul. Le nombre et le type d'unités de minage sur chaque site sont un moyen d'évaluer la taille d'un réseau. Les installations de crypto-monnaie que nous avons identifiées peuvent employer de 10 000 à 20 000 unités de minage, bien que les plus grandes installations soient connues pour avoir jusqu'à 100 000 unités de minage en fonctionnement. Comme ces réseaux sont constitués d'unités modulaires, les opérateurs peuvent déplacer leur équipement à condition de construire des installations qui protègent et contrôlent le climat des unités minières en réseau. Les unités minières sont souvent empilées dans des conteneurs pour un transport relativement rapide et économique.

    Le principal coût d'exploitation d'une installation d'extraction de cryptomonnaies est la dépense d'électricité. L'effort de calcul nécessaire pour assurer la rentabilité du minage de cryptomonnaies consomme de grandes quantités d'électricité pour faire fonctionner les machines et pour refroidir l'équipement afin d'éviter la surchauffe. Par conséquent, les propriétaires sont constamment à la recherche d'alternatives pour acquérir des quantités substantielles d'électricité au coût le plus bas possible.

    Les installations d'extraction de cryptomonnaies ont eu recours à diverses stratégies pour gérer leurs coûts d'électricité en réduisant leur consommation et le prix payé pour l'électricité. L'efficacité informatique, mesurée en joules par térahash, s'est constamment améliorée au fil du temps. Toutefois, cette amélioration de l'efficacité est contrecarrée par la difficulté croissante des énigmes cryptographiques qui doivent être résolues pour ajouter de nouveaux blocs à la blockchain. Pour minimiser le prix de l'électricité, certains mineurs de cryptomonnaies ont localisé leurs installations en utilisant plusieurs stratégies différentes :

    • Près de centrales électriques existantes et sous-utilisées ou de fournisseurs d'énergie électrique qui exploitent des générateurs à faible coût tels que de grands barrages hydroélectriques ;
    • Avec une connexion directe à une source de production d'énergie, évitant les coûts associés à la connexion à une société de transmission ou de distribution d'électricité (par exemple, une nouvelle opération de minage de cryptomonnaies située en Pennsylvanie reçoit son énergie électrique directement d'une centrale nucléaire adjacente) ;
    • Sur des sites qui peuvent utiliser des sources d'énergie très peu coûteuses ou non exploitées, notamment à proximité de puits de gaz naturel contenant du méthane résiduel qui devrait autrement être brûlé à la torche.

    Dans le passé, l'accès à ces sources d'électricité à faible coût n'a pas toujours pu être maintenu, ce qui a poussé les installations à déménager. Les opérateurs ont également déplacé leurs installations pour avoir accès à une plus grande part d'énergie renouvelable, par exemple à proximité d'un parc éolien. L'augmentation de la demande liée à l'extraction de cryptomonnaies peut poser des problèmes de fonctionnement des réseaux électriques. Après quelques problèmes initiaux où les prix de l'électricité ont grimpé en raison d'une augmentation soudaine du minage de cryptomonnaies, les marchés de gros et de détail ont été en mesure de procéder à des ajustements pour gérer la nouvelle charge.


    Certains exploitants de réseaux ont mis en place des programmes incitant les gros consommateurs d'électricité à réduire leur consommation pendant les périodes de pointe. Les mineurs de crypto-monnaies sont devenus des participants réguliers à ces programmes, connus sous le nom de « demand-response », ce qui a entraîné la réduction ou l'arrêt temporaire des opérations. En outre, les mineurs de crypto-monnaies situés dans des zones où les prix de l'électricité fluctuent ont réduit leur consommation d'électricité en réponse aux périodes de prix élevés sur les marchés de gros de l'électricité, étant donné la sensibilité de leur rentabilité opérationnelle aux prix de l'électricité.

    Par exemple, au Texas, l'opérateur de réseau ERCOT a créé son programme Large Flexible Load (LFL), qui a mobilisé jusqu'à 1 530 mégawatts (MW) de grands consommateurs industriels pour réduire leur consommation pendant les périodes de pointe de la demande. Les mineurs de cryptomonnaies sont les principaux participants au programme LFL, qui exige également que les propriétaires d'usines informent l'État de la demande d'électricité prévue sur une période de cinq ans. Par exemple, les exploitants de deux grandes installations de minage de crypto-monnaies, situées sur le site d'une ancienne fonderie d'aluminium à Rockdale, au Texas, estiment que chacune d'entre elles peut nécessiter jusqu'à 500 MW de capacité électrique.

    Source : EIA

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Comment les investisseurs, conscients de l'impact environnemental des crypto-actifs, devraient ajuster leurs stratégies pour minimiser les risques liés à la transition énergétique ?

    Voir aussi :

    L'Europe doit interdire le minage de Bitcoin pour atteindre l'objectif climatique de 1,5°C à Paris, selon les régulateurs suédois

    Le bitcoin a consommé plus de 134 TWh en 2021, ce qui est comparable à l'énergie électrique consommée par un pays comme l'Argentine
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #43
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Urbaniste
    Inscrit en
    Août 2023
    Messages
    386
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Urbaniste

    Informations forums :
    Inscription : Août 2023
    Messages : 386
    Points : 793
    Points
    793
    Par défaut
    normalement c'est en france qu'on devrait avoir les plus grosse exploit' de crypto.
    Dans un univers // peut être...

  4. #44
    Expert confirmé Avatar de AoCannaille
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    1 418
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 1 418
    Points : 4 757
    Points
    4 757
    Par défaut
    Citation Envoyé par unanonyme Voir le message
    normalement c'est en france qu'on devrait avoir les plus grosse exploit' de crypto.
    Dans un univers // peut être...
    Et pourquoi donc ? Notre électricité est super cher par rapport à la Chine par exemple. On sous estime a quel point le charbon c'est pas cher quand son extraction ignore les droits de l'homme.

  5. #45
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Urbaniste
    Inscrit en
    Août 2023
    Messages
    386
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Urbaniste

    Informations forums :
    Inscription : Août 2023
    Messages : 386
    Points : 793
    Points
    793
    Par défaut
    l'électricité est super cher car son prix est adossé a prix du gaz..... Dans un autre univers où on est pas la vache à lait de l'union européenne qui se foude notre gueule à chaque occasion.
    Et quand ce n'est pas un problème de formation du prix par l'organisation du marché,
    c'est un problème de formation du prix par le coût de l'argent acheté aux financiers qui requiert des taux de rendements hors sol.

  6. #46
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 903
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 903
    Points : 37 220
    Points
    37 220
    Par défaut Les mineurs de crypto US doivent déclarer leur consommation d'énergie au gouvernement
    Les grands mineurs de cryptomonnaies au USA doivent désormais déclarer leur consommation d'énergie au gouvernement,
    la consommation électrique mondiale varie de 67 TWh à 240 TWh en 2023

    L'administration Biden aux États-Unis a décidé de demander aux grands mineurs de cryptomonnaies de déclarer leur consommation d'énergie, suite aux préoccupations croissantes concernant l'impact de cette activité sur les réseaux électriques et le changement climatique. Selon l'Administration de l'information sur l'énergie, 137 installations minières aux États-Unis ont représenté 2,3 % de la demande d'électricité du pays en 2023. Les craintes portent sur les tensions sur le réseau électrique, l'augmentation potentielle des prix de l'électricité et les émissions de dioxyde de carbone.

    Les opérations de cryptomonnaie ont consommé autant d'électricité en 2023 que l'ensemble de l'Australie, représentant jusqu'à 1 % de la demande mondiale d'électricité. Les États-Unis, où ces opérations sont en expansion rapide, sont particulièrement préoccupés. Certaines régions ont vu les coûts énergétiques augmenter, et des inquiétudes sont soulevées quant à l'impact environnemental, avec des estimations suggérant que les opérations de cryptomonnaie aux États-Unis rejettent entre 25 et 50 millions de tonnes de CO2 par an.

    Nom : Biden admin.jpg
Affichages : 9117
Taille : 71,9 Ko

    L'administration incite les entreprises de cryptomonnaies à développer des systèmes d'énergie renouvelable pour réduire leur dépendance au réseau, mais des critiques soulignent que certaines sociétés se situent à proximité d'installations d'énergie renouvelable, détournant ainsi de l'énergie propre destinée à d'autres utilisateurs et augmentant la demande globale d'électricité.

    L'impact énergétique du minage de cryptomonnaies : Une menace pour la stabilité électrique

    Selon l'Agence d'information sur l'énergie (EIA), plus de 2 % de la production d'électricité américaine est actuellement dédiée au minage de cryptomonnaies, équivalant à l'ajout d'un État supplémentaire au réseau électrique. Suite à la répression en Chine, de nombreuses opérations minières se sont relocalisées aux États-Unis, représentant près de 38 % du minage mondial de bitcoins en 2022.

    Comme l'extraction et l'expansion de ces crypto-actifs dépendent entièrement de l'approvisionnement en énergie, leur évaluation est particulièrement vulnérable aux politiques climatiques des juridictions. L'augmentation de l'exposition financière à ces crypto-actifs est donc susceptible de contribuer à accroître le risque de transition pour le système financier.

    Certains crypto-actifs tels que le bitcoin et l'éther ont une empreinte carbone importante et on estime qu'ils consomment chaque année une quantité d'énergie similaire à celle de certains pays de taille moyenne. Bien que ces estimations varient et diffèrent d'une année à l'autre, elles placent la consommation d'énergie annualisée estimée au même niveau que la consommation d'énergie annuelle de certains pays, tels que l'Espagne, les Pays-Bas ou l'Autriche, et la capacité de production annuelle d'électricité du barrage des Trois Gorges, la plus grande centrale électrique du monde en termes de capacité installée.

    La demande d'électricité associée aux opérations de minage de cryptomonnaies aux États-Unis a augmenté très rapidement au cours des dernières années. Selon les estimations de l’EIA, la consommation annuelle d'électricité liée à l'extraction de cryptomonnaies représente probablement entre 0,6 % et 2,3 % de la consommation d'électricité aux États-Unis.

    Cette consommation supplémentaire d'électricité a attiré l'attention des décideurs politiques et des planificateurs de réseaux, préoccupés par ses effets sur les coûts, la fiabilité et les émissions. Les principaux défis associés au suivi de la consommation d'énergie du minage de cryptomonnaies comprennent la difficulté d'identifier l'activité de minage de cryptomonnaies parmi des millions de clients américains et la nature dynamique du marché des cryptomonnaies, où les actifs miniers peuvent être rapidement déplacés vers des zones où les prix de l'électricité sont moins élevés.

    L’EIA a développé des estimations générales de la consommation d'électricité par les opérations de minage de cryptomonnaies aux États-Unis en utilisant à la fois des approches descendantes et ascendantes. L’approche descendante s'appuie sur les données du Cambridge Centre for Alternative Finance, qui gère un indice estimant la consommation d'électricité mondiale et nationale des activités liées aux cryptomonnaies. Elle a également développé sa propre approche ascendante, qui consiste à collecter des données relatives à l'emplacement des opérations individuelles de minage de cryptomonnaies et à la quantité d'électricité que chaque installation déclare utiliser.

    « À mesure que le minage de cryptomonnaies a augmenté aux États-Unis, les inquiétudes se sont accrues quant à la nature énergivore de l'activité et à ses effets sur l'industrie américaine de l'électricité », a déclaré l'EIA dans un nouveau rapport, à la suite de l'annonce. « Les inquiétudes exprimées à l'EIA comprennent les tensions sur le réseau électrique pendant les périodes de forte demande, le potentiel d'augmentation des prix de l'électricité, ainsi que les effets sur les émissions de dioxyde de carbone liées à l'énergie ».

    Une approche descendante pour déterminer la consommation d'électricité du minage de cryptomonnaies

    Le Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI), publié par le Cambridge Centre for Alternative Finance, fournit des estimations de la demande d'électricité des opérations de minage de Bitcoin et d'Ethereum sur une base quotidienne et annuelle. En utilisant les estimations du CBECI, nous pouvons estimer la demande d'électricité liée à Bitcoin.

    La méthodologie utilisée dans le CBECI est basée sur une approche hybride descendante qui construit un panier de matériel réel, qui représente une unité de minage typique, avec l'hypothèse sous-jacente que les participants au minage de Bitcoin sont des agents économiques rationnels.

    Nom : BECICI.jpg
Affichages : 1840
Taille : 41,6 Ko
    Demande d'énergie du réseau Bitcoin


    Les estimations quotidiennes et annuelles de la CBECI comprennent des limites théoriques inférieures et supérieures ainsi qu'un montant estimé sur la base des hypothèses les plus probables. L'inclusion de ces limites reflète l'incertitude inhérente à leurs estimations. L'indice est mis à jour toutes les 24 heures car les mineurs de cryptomonnaies augmentent ou réduisent leurs activités en fonction des fluctuations des prix et de la disponibilité de l'équipement de minage, de sorte que la consommation d'électricité peut changer rapidement.

    La fourchette estimée par le CBECI de la demande d'électricité pour le minage de Bitcoin à la fin du mois de janvier 2024 était assez large, avec une estimation de 19,0 GW et des limites inférieure et supérieure de 9,1 GW et 44,0 GW, respectivement. En multipliant ces appels de puissance moyens par les heures d'une année, on obtient la demande annuelle totale d'électricité : 80 térawattheures (TWh) (limite inférieure), 170 TWh (estimation) et 390 TWh (limite supérieure).

    Le CBECI estime que la consommation mondiale d'électricité liée au minage de bitcoins varie de 67 TWh à 240 TWh en 2023, avec une estimation ponctuelle de 120 TWh. L'Agence internationale de l'énergie a estimé la consommation mondiale d'électricité en 2023 à 27 400 TWh. Les estimations du CBECI situent donc la consommation d'électricité liée au minage de bitcoins en 2023 entre 0,2 % et 0,9 % de la demande mondiale d'électricité. Sur la base de ces estimations, la consommation mondiale d'électricité pour le minage de cryptomonnaies était à peu près la même que la consommation totale d'électricité en Grèce ou en Australie, respectivement.

    Le CBECI suit également la répartition géographique du minage de bitcoins, ce qui permet d'estimer la consommation d'électricité dans différents pays. Le CBECI estime que la part mondiale du minage de bitcoins réalisée aux États-Unis est passée de 3,4 % en janvier 2020 à 37,8 % en janvier 2022, dernier mois pour lequel des estimations publiées sont disponibles.

    En supposant que la part de l'activité mondiale aux États-Unis reste d'environ 38 %, EIA estime que la consommation d'électricité liée au minage de bitcoins basé aux États-Unis est comprise entre 25 TWh et 91 TWh. Cette estimation représente 0,6 % à 2,3 % de la demande totale d'électricité aux États-Unis en 2023, qui était de 3 900 TWh. Cette estimation de la demande d'électricité aux États-Unis pour le minage de cryptomonnaies correspondrait à une demande annuelle allant de plus de trois millions à plus de six millions de foyers. Le bas de la fourchette correspondrait à la consommation annuelle d'électricité d'États entiers tels que l'Utah et la Virginie-Occidentale, entre autres. Il convient de noter que les estimations basées sur le CBECI fournies ici sont uniquement basées sur le bitcoin et n'incluent pas d'autres crypto-monnaies à preuve de travail.

    Étant donné que la majeure partie de l'électricité produite dans le monde provient de la combustion de combustibles fossiles, tout ce qui augmente la demande d'énergie augmente également la quantité de dioxyde de carbone rejetée dans l'atmosphère. Le groupe de défense des énergies propres RMI estime que les opérations de cryptomonnaie aux États-Unis rejettent entre 25 et 50 millions de tonnes de CO2 chaque année. C'est la même quantité que les émissions annuelles de diesel de l'industrie ferroviaire américaine.

    Les crypto-monnaies ont un problème de consommation d'énergie. On estime que le bitcoin à lui seul consomme 127 térawattheures (TWh) par an, soit plus que de nombreux pays, dont la Norvège. Aux États-Unis, on estime que l'activité des cryptomonnaies émet entre 25 et 50 millions de tonnes de CO2 par an, ce qui équivaut aux émissions annuelles du carburant diesel utilisé par les chemins de fer américains.

    Qu'est-ce que la preuve de travail (Proof-of-Work) et la preuve d'acquisition (Proof-of-Stake) ?

    La preuve de travail (PoW) et la preuve d'acquisition (PoS) sont des protocoles destinés à valider les transactions et à maintenir la décentralisation et la sécurité du réseau blockchain. La preuve de travail est un mécanisme utilisé par le bitcoin pour réguler la création de blocs et l'intégrité du réseau par le biais du processus de minage. PoS est un mécanisme de consensus alternatif qui délègue le contrôle du réseau aux propriétaires d'un jeton donné. Le PoW a longtemps été critiqué pour son intensité énergétique.

    Les législateurs s'intéressant de plus en plus aux effets du minage du bitcoin, tant du point de vue de l'environnement que de la résilience du réseau, il est indispensable de réduire la consommation d'énergie de cette cryptomonnaie. Le bitcoin est la seule grande monnaie qui utilise le minage par preuve de travail. L'importante consommation d'énergie associée au minage par preuve de travail est une conséquence inévitable de la nature fondamentale de ses algorithmes. Certaines sociétés de cryptomonnaies ont trouvé des moyens de réduire considérablement leur empreinte énergétique. En 2022, la société de cryptomonnaie Ethereum a annoncé une mise à jour logicielle qui a permis de réduire de plus de 99 % les émissions de carbone de ses opérations minières.

    Ethereum est passé à un mécanisme de consensus par preuve d'enjeu beaucoup moins énergivore, réduisant l'utilisation électrique du réseau de plus de 99,9 %. Voici, une discussion sur la différence entre la preuve de travail et la preuve d'enjeu. Une seule transaction sur le réseau Ethereum proof-of-stake est maintenant similaire à l'utilisation électrique d'une transaction Mastercard. « Par conséquent, lorsque nous parlons de l'impact des émissions de la crypto, nous parlons maintenant en grande partie de l'impact des émissions du Bitcoin.

    « La modification du mécanisme de consensus de Bitcoin permettrait également d'atténuer l'important problème des déchets électroniques de Bitcoin. Comme la preuve d'enjeu et d'autres protocoles à faible consommation d'énergie nécessitent moins de puissance de calcul et aucun équipement spécialisé, l'abandon de la preuve d'enjeu par Bitcoin signifierait que le réseau nécessiterait beaucoup moins de matériel - une victoire supplémentaire pour le climat », déclare le groupe de défense des énergies propres RMI.

    À partir de la semaine prochaine, l'EIA interrogera les mineurs de cryptomonnaies commerciaux identifiés, qui sont tenus de répondre en fournissant des détails sur leur consommation d'énergie. L'Office of Management and Budget (OMB) a autorisé l'enquête le 26 janvier 2024, en tant que demande de collecte de données d'urgence.

    L'EIA sollicitera également les commentaires du public sur la collecte des données relatives à l'utilisation de l'énergie par les mineurs de crypto-monnaies. « Nous avons l'intention de continuer à analyser et à écrire sur les implications énergétiques des activités de minage de cryptomonnaies aux États-Unis », a déclaré l'administrateur de l'EIA, Joe DeCarolis. « Nous nous concentrerons plus particulièrement sur l'évolution de la demande d'énergie pour le minage de crypto-monnaies, nous identifierons les zones géographiques de forte croissance et nous quantifierons les sources d'électricité utilisées pour répondre à la demande de minage de cryptomonnaies ».


    La transparence dans la déclaration de la consommation d'énergie des installations minières de cryptomonnaies est cruciale pour évaluer l'ampleur de l'impact environnemental de cette industrie. Le fait que 137 installations aient représenté 2,3 % de la demande d'électricité aux États-Unis en 2023 souligne l'importance de surveiller cette activité de près.

    Cependant, l'efficacité de cette initiative dépendra de plusieurs facteurs. Tout d'abord, il sera essentiel que les données déclarées soient précises et vérifiables. Les grands mineurs devront coopérer pleinement pour garantir la crédibilité de l'information fournie. De plus, l'administration devra mettre en place des mécanismes de suivi et de contrôle robustes pour s'assurer que les déclarations sont conformes à la réalité.

    Par ailleurs, bien que la collecte de données soit une étape importante, il sera tout aussi crucial que ces informations conduisent à des actions concrètes. Si les résultats révèlent une surconsommation importante et des impacts environnementaux substantiels, l'administration devra envisager des mesures réglementaires pour encadrer et réduire ces activités.

    Sources : EIA (1, 2), RMI, CBECI

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Est-ce une décision positive ou négative de l'administration Biden d'exiger que les grands mineurs de cryptomonnaies déclarent leur consommation d'énergie au gouvernement ?

    Voir aussi :

    Plus de 2 % de la production d'électricité aux États-Unis est destinée au bitcoin : la quête de richesse s'accompagne d'un lourd tribut écologique

    L'Europe doit interdire le minage de Bitcoin pour atteindre l'objectif climatique de 1,5°C à Paris, selon les régulateurs suédois

    Le bitcoin a consommé plus de 134 TWh en 2021, ce qui est comparable à l'énergie électrique consommée par un pays comme l'Argentine
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #47
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 627
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 627
    Points : 201 156
    Points
    201 156
    Par défaut Un tribunal US bloque la demande du ministère de l'énergie sur les données d'exploitation des cryptos
    Un tribunal bloque la demande du ministère américain de l'énergie sur les données relatives à l'exploitation des crypto-monnaies,
    alors qu'il tente de « suivre et d’analyser les implications énergétiques » de ces activités

    Un juge fédéral américain a accédé vendredi soir à une demande de dernière minute des mineurs de bitcoins visant à empêcher le ministère de l'énergie de collecter des informations sur leur consommation d'énergie, offrant ainsi une victoire aux défenseurs des crypto-monnaies dans la bataille politique qui s'intensifie sur les liens entre les crypto-monnaies et les émissions de carbone.

    Le département de l’Énergie des États-Unis (DOE) a temporairement suspendu son enquête controversée visant à évaluer la consommation d’électricité des opérations de minage de cryptomonnaies. Cette décision intervient à la suite de contestations juridiques de la part des acteurs du secteur, notamment Riot Blockchain, une importante société de minage, et le Texas Blockchain Council.

    Le DOE avait lancé en janvier une enquête provisoire sur les données de consommation d’électricité des entreprises de minage de cryptomonnaies, en invoquant un motif d’urgence. L'enquête a placé l'Administration de l'information sur l'énergie (Energy Information Administration ou EIA) - une branche indépendante et généralement inactive du ministère de l'énergie qui suit la production et la consommation d'énergie du pays - au centre d'une controverse politique.

    L’objectif était de « suivre et d’analyser les implications énergétiques des activités de minage de cryptomonnaies aux États-Unis », selon Joe DeCarolis, l’administrateur de l’EIA, l’agence chargée de collecter les données. Vendredi était la date limite pour que 82 sociétés de minage de bitcoins communiquent les données énergétiques de leurs installations, première étape d'un effort visant à déterminer la quantité d'énergie utilisée par les mineurs de bitcoins et l'endroit où ils l'utilisent.

    L'enquête est lancée à un moment décisif pour l'industrie minière du bitcoin

    Les défenseurs du bitcoin contestent depuis longtemps l'affirmation selon laquelle leurs immenses besoins en énergie - un rapport de l'EIA a estimé ce mois-ci que le minage de bitcoins représentait jusqu'à 2,3 % de la demande totale d'électricité aux États-Unis en 2023, soit l'équivalent de plus de six millions de foyers, et qu'il augmentait « très rapidement » - entraînent un recours accru aux combustibles fossiles dans le réseau électrique et une hausse des prix pour les autres entreprises et les ménages. Selon les chercheurs, cette question est enchevêtrée dans les détails byzantins de la tarification et de l'exploitation du réseau, et il est impossible de la résoudre sans disposer de davantage de données.

    Lorsque la demande augmente sur le réseau, les centrales de pointe au gaz sont souvent mises en marche et augmentent les émissions de carbone du système. Sur de nombreux marchés de l'électricité aux États-Unis, le prix de l'électricité suit également la demande en temps réel. Les mineurs de bitcoins affirment qu'ils sont très sensibles à ce signal de prix et qu'ils arrêtent leurs systèmes à la minute où les prix augmentent suffisamment pour rendre le minage non rentable, ce qui permet de réduire les émissions et de faire baisser les prix. Inversement, lorsque la demande est faible, les mines de bitcoins peuvent absorber l'énergie excédentaire des parcs éoliens et solaires qui serait autrement gaspillée, ce qui améliore l'économie des projets d'énergie renouvelable et contribue donc à décarboniser le réseau.

    Selon Ian Bowen, analyste du marché de l'énergie au cabinet de conseil ICF, les opérations minières qui sont exclusivement connectées à des systèmes d'énergie renouvelable conçus à cet effet et qui ne puisent pas dans le réseau ne devraient pas poser de problème en termes de prix ou d'émissions. Mais ce n'est pas le cas de la plupart des mines. Pour la plupart, au moins au Texas, qui est le principal centre de minage de bitcoins au monde, la nouvelle demande a été principalement satisfaite par des combustibles fossiles, a-t-il déclaré. C'est particulièrement probable lorsque les nouvelles mines sont construites rapidement et sans coordination préalable avec les régulateurs, étant donné que l'introduction de nouvelles énergies renouvelables nécessite l'expansion des lignes de réseau. En outre, les sociétés minières ont surestimé la quantité d'énergie renouvelable excédentaire qu'il y a en réalité, a-t-il ajouté : « C'est à ce moment-là que l'on constate une augmentation des émissions ».

    Selon Bowen, l'enquête de l'EIA pourrait permettre aux responsables des réseaux électriques et aux compagnies d'électricité de déterminer plus facilement comment intégrer le minage de bitcoins de manière à le perturber le moins possible.

    Nom : dillema.png
Affichages : 8351
Taille : 306,8 Ko

    L'enquête a suscité l'inquiétude et la critique de la communauté du minage

    Cette dernière y voyait une tentative de « créer un registre hyper-détaillé des opérations de minage » aux États-Unis, comme l’a écrit Marty Bent, un défenseur du bitcoin et directeur de la société de minage Catherdra Bitcoin, dans un billet de blog. L’enquête exigeait en effet des données très granulaires, telles que des informations spécifiques sur les flottes de minage et les taux de hachage.

    Dans une lettre adressée mardi au bureau de la Maison Blanche qui a approuvé l'enquête, le député Tom Emmer (R-Minn), chef de la majorité, s'est plaint que l'EIA avait été détournée pour « appliquer la position politique régressive de l'administration Biden contre la consommation d'énergie ».

    La consommation d’énergie du minage de cryptomonnaies est un point de friction entre le secteur et les régulateurs et les législateurs depuis que le processus est passé d’une simple nécessité d’un ordinateur portable à une exigence d’installations à l’échelle industrielle, les deux parties exprimant des opinions tranchées. L’année dernière, un groupe de législateurs démocrates à Washington, D.C., mené par la sénatrice Elizabeth Warren (D-Mass.), avait envoyé une lettre à l’Environmental Protection Agency (EPA) et au département de l’Énergie, demandant au gouvernement d’obliger les mineurs de cryptomonnaies à divulguer leurs données de consommation d’énergie.

    Les nouveaux efforts d’enquête de l’EIA semblent avoir touché un nerf sensible chez les mineurs, car il semble obligatoire, selon la loi fédérale, pour les mineurs commerciaux de répondre à l’enquête. « Ils ont pré-formaté des avis de retard pour les entreprises qui ne répondent pas, qui comprennent des menaces de sanctions pénales et civiles pour non-conformité, y compris une amende de 10 633 dollars PAR JOUR pour défaut de déclaration », a déclaré Alex Brammer, directeur de Bitcoin Today Coalition, dans un post sur les réseaux sociaux.

    Jeudi, la TBC et la société minière du Colorado Riot Platforms ont déposé conjointement une plainte auprès d'un tribunal fédéral du Texas afin de repousser la date limite de présentation des rapports, au motif que l'enquête a été réalisée « en urgence », sans période de consultation publique.

    Face à cette pression, le juge Alan Albright a accordé vendredi soir une injonction temporaire, empêchant l’EIA de collecter les données de l’enquête ou d’exiger que les entreprises de minage de bitcoin y répondent, du moins jusqu’à une audience plus complète prévue pour le 28 février. Le juge a également conclu que les plaignants sont « susceptibles de réussir à démontrer que les faits allégués par l’EIA pour soutenir une demande d’urgence sont loin de justifier une telle action ».

    Le département de l’Énergie des États-Unis est donc désormais…
    • Empêché d’exiger que les plaignants ou leurs membres répondent à l’enquête
    • Empêché de collecter les données requises par l’enquête
    • « …et doit mettre à l’écart et ne pas partager les données que les défendeurs ont déjà reçues des répondants à l’enquête ».

    Nom : empeche.png
Affichages : 972
Taille : 15,6 Ko

    Lee Bratcher, président du Texas Blockchain Council, un groupe de lobbying, a déclaré que bien que le groupe soutienne la transparence et que ses membres publient déjà des données énergétiques agrégées, le niveau de granularité recherché par l'enquête - y compris les adresses des mines et les factures d'électricité, et sur les types d'ordinateurs que les mineurs utilisent - pourrait également exposer des informations exclusives et mettre un frein à l'industrie : « Notre principale préoccupation est que [Warren] harcèle nos partenaires commerciaux pour qu'ils ne fassent pas affaire avec nous ».

    Dans une déclaration, la sénatrice Warren a rejeté l'idée que l'enquête était biaisée.

    « Beaucoup d'Américains ne réalisent pas que les mineurs de crypto-monnaie utilisent plus d'électricité que des États entiers », a-t-elle déclaré. « Tout ce que l'EIA demande, ce sont des informations de base sur l'utilisation de l'énergie par les installations de crypto-minage - comme le gouvernement l'a fait avec d'autres industries pendant des décennies - afin que le public, les planificateurs de réseaux et le Congrès puissent mieux comprendre comment le crypto-minage affecte notre système énergétique et notre climat ».

    L'enquête ne dérange pas toutes les sociétés de minage

    Ben Gagnon, directeur des mines chez Bitfarms, une société cotée en bourse qui possède des installations de minage aux États-Unis et au Canada et qui n'a pas été impliquée dans la demande d'injonction, a déclaré qu'il n'y a rien dans la demande de l'EIA que l'entreprise ne signale pas déjà volontairement à ses actionnaires.

    « Ce n'est pas très important pour nous », a-t-il déclaré. « Il pourrait être intéressant de voir pour la première fois ce qui se passe réellement aux États-Unis dans une plus large mesure ».

    Isaac Holyoak, directeur de la communication de la société minière CleanSpark, basée dans le Nevada, a déclaré qu'il était d'accord pour partager davantage de données avec l'EIA. Mais l'agence pose les mauvaises questions parce qu'elle « s'est laissée instrumentaliser par des politiciens menacés par le bitcoin ». L'agence, par exemple, n'a pas demandé de données sur la rapidité et le moment où les installations de minage sont prêtes et capables d'augmenter ou de diminuer leur production, ce qui donnerait « une image beaucoup plus holistique de ce que nous faisons ».

    Sources : décision du juge, ICF

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur l’enquête du département de l’Énergie des États-Unis sur la consommation d’énergie du minage de cryptomonnaies ? Une ingérence illégale ou une mesure nécessaire ?
    Pensez-vous que le minage de cryptomonnaies est une activité énergivore et nuisible pour l’environnement ?
    Quelles sont les solutions possibles pour réduire l’impact environnemental du minage de cryptomonnaies ?
    Quel est le rôle des régulateurs et des législateurs dans la supervision du secteur du minage de cryptomonnaies ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients du minage de cryptomonnaies pour l’économie et la société ?
    Images attachées Images attachées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 13
    Dernier message: 19/03/2021, 07h53
  2. Réponses: 6
    Dernier message: 08/11/2018, 16h16
  3. Réponses: 51
    Dernier message: 04/05/2016, 15h23
  4. WebService Win32 consommé par D2005
    Par SubZero2 dans le forum Delphi .NET
    Réponses: 7
    Dernier message: 05/12/2005, 11h50
  5. Analyseur de mémoire consommé par un soft
    Par chris_wafer_2001 dans le forum C++
    Réponses: 18
    Dernier message: 25/10/2005, 23h30

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo