IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Nouveau Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    janvier 2022
    Messages
    4
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 45
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2022
    Messages : 4
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut
    Citation Envoyé par blbird Voir le message
    Ah tiens donc, tu as des informations complémentaires plutôt que de critiquer des propos sans ettayer d'aucune manière?
    Une blockchain : Une simple liste chaîné avec une checksum sur le contenu de chaque item précédent. Les listes chaînés et les checksum, les trucs de base qu'on utilise en informatique depuis 60 ans. Tu as vu une conso démesuré des ordinateurs ces 60 dernières années ? Il ne fut pas confondre le principe et une mises en œuvre parmi d'autre (je suppose que tu pense a bitcoin).

    Sur la conso :
    - https://fr.wikipedia.org/wiki/Blockc...e_de_consensus
    - https://fr.wikipedia.org/wiki/Blockc...s_de_consensus

    Sans oublier ce est est largement passé sous silence par les anti-bitcoin : Ce sont des surplus énergétique qui sont utilisé (sinon ce serait pas rentable). Donc que bitcoin soit là ou pas ça change rien à l'impact environnemental. Mais bon, les anti ont besoin de ce chiffon rouge pour détourner l'attention de leur propre impact écologique.

  2. #22
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2014
    Messages
    1 283
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2014
    Messages : 1 283
    Points : 4 946
    Points
    4 946
    Par défaut
    Citation Envoyé par tobias45 Voir le message
    Sans oublier ce est est largement passé sous silence par les anti-bitcoin : Ce sont des surplus énergétique qui sont utilisé (sinon ce serait pas rentable)
    100% faux, par exemple des fermes de bitcoins qui utilisaient du courant volé, ou alors qui ont remis en service des centrales à charbon, ou encore d'autres qui ont causé une pénurie et des blacks out dans plusieurs pays.

    Tu crois que quelqu'un ici va croire à ton ramassis de mensonges ridicule ?
    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  3. #23
    Membre actif
    Profil pro
    Inscrit en
    avril 2013
    Messages
    62
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : avril 2013
    Messages : 62
    Points : 202
    Points
    202
    Par défaut
    Citation Envoyé par tobias45 Voir le message
    Sans oublier ce est est largement passé sous silence par les anti-bitcoin : Ce sont des surplus énergétique qui sont utilisé (sinon ce serait pas rentable).
    Les délestages ciblés opérés par les fournisseurs d’électricité un peu partout dans le monde c'est aussi par méconnaissance de l'existence ce surplus énergétique ? C'est pas plutôt les pro bitcoins (et autres hein) qui se voilent la face avec de fausses justifications pour continuer à utiliser leurs systèmes spéculatifs en toute impunité ?

    Pour revenir sur quelque chose de plus sérieux:

    [...] débloquer une nouvelle ère de coopération et de créativité humaines.
    Ç'est le principe du "un créateur produit une oeuvre et je lui vole sous forme de NFT pour en faire du profit à son insu" ?

  4. #24
    Membre averti Avatar de zabibof
    Inscrit en
    février 2007
    Messages
    184
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : février 2007
    Messages : 184
    Points : 326
    Points
    326
    Par défaut
    Personnellement, le web3 ça sonne à mes oreilles comme "les GAFAM ont bouffé tout le gâteau, on veut aussi notre part / c'est à notre tour maintenant" de la part de certains (coucou Open Sea, Etherscan, etc.), et quand des fonds de capital risques sont aussi impliqués activement, c'est juste une question d'argent.

    Les GAFAM, seront justes remplacés par d'autres, et ça dans l'hypothèse où ils ne se réadaptent pas.

    Il faut rappeler qu'on en est là par "sélection" (même si on va dire que ce n'était pas une très bonne sélection), tout le monde avait son petit serveur privé où il mettait ses données et son site avant que tout le monde ne se dise que c'est pas aussi marrant que ça, alors on va utiliser les AWS et companies. Il faut juste se rendre à l'évidence que quand / si viendra le moment, on passera toujours par des plateformes proposées par des géants par "sélection" parce que tout le monde utilise ces plateformes.

    Ca va juste être le Far West un moment mais comme dans tout ruées vers l'or, c'est toujours le vendeur de pelles et de pioches qui se met pleins les poches.

  5. #25
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    1 355
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 31
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 1 355
    Points : 47 483
    Points
    47 483
    Par défaut Il est peu probable que le Web3 remplace le Web2 d'ici 2030, selon Gartner
    Il est peu probable que le Web3 remplace le Web2 d'ici 2030, selon un rapport de Gartner


    La plupart des entreprises continueront à utiliser le Web2 comme protocole d'exploitation standard pour les applications, au moins jusqu'en 2030.
    Le fondateur d'Ethereum, Gavin Wood, a mentionné le terme Web3 il n'y a pas si longtemps, et soutient que la centralisation n'est pas socialement tenable à long terme. Le principe de base du Web3 est qu'il s'agit d'une version actualisée d'Internet qui s'appuiera sur la technologie blockchain afin de devenir beaucoup plus décentralisée et peut-être aussi beaucoup plus efficace. Toutefois, quelle est la probabilité que le Web3 remplace le Web2 au cours de la prochaine décennie ?


    La plupart des entreprises continueront probablement à utiliser Web2 comme protocole d'exploitation standard pour les applications, au moins jusqu'en 2030, voire au-delà. Cette information est tirée d'un tout nouveau rapport publié récemment par Gartner.

    Le principal avantage du Web3 est qu'il est tellement décentralisé qu'il permettra aux utilisateurs de mieux contrôler leurs données et leur vie privée. Il s'agit d'un avantage considérable, qui pourrait donner aux utilisateurs plus de confidentialité que ce à quoi ils sont actuellement habitués.

    Cela peut enlever du pouvoir aux sociétés Internet et le mettre entre les mains de personnes ordinaires qui n'ont qu'à faire confiance au protocole lui-même, ce qui n'est pas quelque chose qu'un individu peut posséder.

    Alors que le Web3 résout définitivement de nombreux problèmes qui sévissent dans le Web2 à l'heure actuelle, il ne semble pas que cela suffise à changer ce à quoi les gens et surtout les entreprises se sont plus ou moins habitués. Les nouvelles plates-formes, les nouveaux réseaux et les nouveaux modèles commerciaux seront probablement construits sur la plate-forme Web3, et 25 % des produits traditionnels des organisations pourraient faire de même. Cependant, les principaux acteurs de divers secteurs ne semblent pas être très intéressés par Web3 pour le moment, malgré le potentiel qu'il a de révolutionner la façon dont les gens peuvent se connecter les uns aux autres en ligne.

    "Les innovations du Web 3 vont faire entrer l'internet dans de nouveaux domaines et donner naissance à des applications qui n'étaient pas possibles auparavant", déclare Avivah Litan, vice-présidente distinguée et analyste chez Gartner. "Mais le Web 2.0 présente toujours des avantages en matière d'échelle, de service à la clientèle et de protection des clients. Les risques potentiels du Web 3 incluent l'absence de protection des clients, de nouvelles menaces pour la sécurité et un retour à un contrôle centralisé. Les entreprises voudront donc renforcer la gouvernance et la gestion des risques avant de remplacer les applications Web 2.0."

    Nom : f431dc_f2031f3f97b94931b8577e983698dca8~mv2.jpg
Affichages : 7205
Taille : 242,3 Ko

    Pourquoi Web3 est-il différent ?

    Le Web3 est attrayant parce qu'il permet des interactions de pair à pair sans plates-formes centralisées ni intermédiaires.

    "L'idée derrière le Web était de rendre la publication possible pour n'importe qui ; l'idée dans le Web 2.0 était que les lecteurs devaient aussi être des écrivains", explique Whit Andrews, vice-président analyste distingué chez Gartner. "Web3 a pour but de donner à tout participant du Web son propre pouvoir et son propre contrôle autonome."

    Le Web3 utilise une pile de technologies, basée sur des blockchains décentralisées, qui permet de nouveaux modèles commerciaux et sociaux. Les utilisateurs sont propriétaires de leurs données, de leur identité, de leur contenu et de leurs algorithmes et participent en tant qu'"actionnaires" en détenant les jetons ou cryptomonnaies du protocole. Cette propriété éloigne le pouvoir et l'argent des "gardiens" centralisés du Web 2.0, tels que les grandes entreprises technologiques et les gouvernements.

    Source : Gartner

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le Web3 ?
    Votre entreprise envisage-t-elle d'utiliser le Web3 dans les prochaines années ?
    Trouvez-vous que le Web3 présente des avantages réels en ce qui concerne la vie privée et la confidentialité des données des utilisateurs ?

    Voir aussi :

    Le concept du Web3 est-il une nouvelle fumisterie ? Ses partisans pensent que c'est le seul moyen de retrouver les libertés d'Internet, mais les critiques estiment qu'il s'agit juste d'un "buzzword"

    Elon Musk : « le métavers n'est pas convaincant et le Web3 relève plus du marketing que de la réalité », il pense que le Web3 est concept "nébuleux"

    Le Web3 peut-il changer le monde ? Il ne serait pas seulement une nouvelle fumisterie, selon Ewan Kirk, entrepreneur en technologie, « il ne faut surtout pas croire au battage médiatique »
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #26
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    janvier 2016
    Messages
    151
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2016
    Messages : 151
    Points : 628
    Points
    628
    Par défaut
    Et ça fonctionnerait comment exactement ? Il faudrait laisser son ordi allumé en permanence pour que ça fonctionne ? Ou il y a des serveurs centralisés ?

  7. #27
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    mai 2002
    Messages
    269
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 47
    Localisation : France, Haut Rhin (Alsace)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mai 2002
    Messages : 269
    Points : 188
    Points
    188
    Par défaut Box Internet
    Bonjour,

    Une solution serait que les box Internet inclus un genre de serveur web avec une application genre Mastodon et éventuellement un système de type Tor...
    Comme cela plus la peine de laisser le PC allumé en permanence.

    Bonne journée !

  8. #28
    Membre confirmé
    Profil pro
    DIRLO
    Inscrit en
    juillet 2009
    Messages
    186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : DIRLO

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2009
    Messages : 186
    Points : 457
    Points
    457
    Par défaut
    tel que proposé , ce serait au mieux un 2S ...

  9. #29
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    mai 2002
    Messages
    269
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 47
    Localisation : France, Haut Rhin (Alsace)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mai 2002
    Messages : 269
    Points : 188
    Points
    188
    Par défaut Heu...
    Au risque de passer pour un ignare, c'est quoi un 2S ?

    Parce que Wikipedia ne me donne pas d'information cohérentes pour le coup (https://fr.wikipedia.org/wiki/2S)

  10. #30
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    novembre 2010
    Messages
    2 059
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2010
    Messages : 2 059
    Points : 4 216
    Points
    4 216
    Par défaut
    Citation Envoyé par Kulvar Voir le message
    Et ça fonctionnerait comment exactement ? Il faudrait laisser son ordi allumé en permanence pour que ça fonctionne ? Ou il y a des serveurs centralisés ?
    Non, tu peux te connecter à n’importe quel noeud public, après libre à toi d’héberger ton propre noeud et d’utiliser celui-ci, selon les blockchain un simple PI suffit pour d’autres faut un limite un serveur.

  11. #31
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    août 2003
    Messages
    667
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : août 2003
    Messages : 667
    Points : 1 674
    Points
    1 674
    Par défaut
    Du web décentralisé... qui hébergera les données ?
    Une entreprise devra louer plusieurs serveurs ?

    Mettons que ça arrive, il faudra aussi que le processus de déploiement devienne hyper simple à déployer afin d'être utilisé à grande échelle et pas par quelques entités.

    Avec la fibre qui arrive en France qui se déploie de plus en plus, ça deviendrait intéressant, cependant, héberger des données (par exemple 1 Go maximum) sur des box sous-puissantes poserait problème.
    Il y a aussi peu de chance que les opérateurs veuillent bien intégrer le système aux box sans influence extérieure.

  12. #32
    Membre expert

    Profil pro
    activité : oui
    Inscrit en
    janvier 2014
    Messages
    1 200
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : activité : oui

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2014
    Messages : 1 200
    Points : 3 192
    Points
    3 192
    Par défaut
    2S désigne un serveur double socket (qu'il soit à 100€ ou 10'000€)

    Pour revenir sur l'article :
    il est dit que le principal atout est un renforcement du contrôle de l'utilisateur dans une architecture fortement décentralisée.

    1) 100% décentralisé = tous les acteurs sont des noeuds se partageant les rôles
    2) 100% centralisé = tous repose sur un seul acteur
    --> il faut trouver le meilleur ratio en fonction du fonctionnement

    3) "meilleur contrôle" ...de quel type de contrôle on parle ici ? > celui de la résilience des données, celui de l'effectivité de l'effacement, celui de sa diffusion ?

    4) "blockchain" ...qu'entend-t-on par ce terme plus précisément ?

    il y a tout un tas de concept que l'on peut appliquer au web2 pour gommer de nombreux défauts
    --> Preuve à divulgation de connaissance nulle relativiste, pour sécuriser les transferts de données
    --> Spin-off snowpack, pour anonymiser et réduire la surface d'attaque par les méta-données des paquets TCP/IP
    --> mieux que Thor : Oxen (aka lokinet)

    Oxen (Lokinet), en 2 mots :
    Un darknet (TCP et UDP) chiffré, très fortement décentralisé (DHT)(plus que Thor à cause de ses annuaires de relais de sortie centralisé), résistant aux attaques DDOS, DPI, Sybil, et dissuadant les fermes de cryptomonnaie de miner du Loki
    Lockinet est vulnérable à la surveillance global du réseau contre l'anonymat
    Chaque noeud est une forge de Loki et serveur de services (services cachés SNApps [.loki], ET relais de sortie). Le réseau s'auto-test, et éjecte les hypocrites et les canards boiteux

    Loki s'est inspiré de Monero (cryptomonnaie) :
    - anonymat >> signature en cercle
    - secret de transaction >> RingCT
    Lokinet s'est inspiré de Tor et I²P (darknet) :
    - un essaim (test de bande passante, stockage, relais de sortie)
    - TCP et UDP (NB : Thor ne fait que TCP)
    - LLARP (protocole de routage, une amélioration de Tor et I²P)
    - chaque noeud est un routeur DHT construit à partir de la blockchain (pour éviter la centralisation des annuaires)
    Lokinet Session (logiciel) s'est également inspiré de Signal (protocole) et de Pidgin :
    - chiffrement de bout en bout (X25519 256bit, AES-256 pour les pièces jointes)
    - chiffrement asymétrique pour le routage et le chiffrement
    - utilise une clé temporaire différente pour chaque message envoyé
    - TTL en attente de délivrance >> 5 sec min 1 semaine max (paramétrable)
    - pas besoin d'e-mail ou de n° tel
    - possibilité de supprimer les données de l'appli, puis de les restaurer via la phrase de récup'
    - message txt, audio, et fichier
    - aucune centralisation des données stockées, ni de surveillance de qui communique avec qui (ex: Whatsapp et Signal)
    /!\ les discutions de groupe sont trop peu sécurisés >> 2020-06 /!\
    NB : attention, le projet est basé en Australie, membre des 5 eyes ...mais les noeuds existant partout sur la planète, il n'est pas propre à l'Australie, et est également valable sur chaque appli l'utilisant (ex: Session)
    NB : est conseillé de contacter le commisariat de police local > courrier indiquant que vous êtes un administrateur de relai de sortie et que vous n'êtes pas responsable de ce qui passe au travers, que vous n'avez qu'un rôle de renforcement d'infrastructure
    https://lokinet.org/faqdark/
    https://docs.oxen.io/

    Lokinet est à adjoindre à Session (ou Lokinet Session) :
    dès lors que la communication s'établit d'un point A vers un point B et pas de point C, la clé de chiffrement n'a pas besoin d'être partagé, et reste donc secrète.
    Lokinet Session s'est inspiré de Signal (protocole) et de Pidgin :
    - chiffrement de bout en bout (X25519 256bit, et AES-256 pour les pièces jointes)
    - chiffrement asymétrique pour le routage et le chiffrement
    - utilise une clé temporaire différente pour chaque message envoyé
    - TTL en attente de délivrance >> 5 sec min 1 semaine max
    - pas besoin d'e-mail ou de n° tel pour créer son compte
    - possibilité de supprimer les données de l'appli, puis de les restaurer via la phrase de récupération
    - message txt, audio, et fichier
    - aucune centralisation des données stockées, ni de surveillance (interne) de qui communique avec qui (ex: Whatsapp et Signal)
    /!\ les discutions de groupe sont trop peu sécurisé >> en date du 2020-06 /!\
    NB : attention, le projet est basé en Australie, membre des 5 eyes ...mais les noeuds existant partout sur la planète, il n'est pas propre à la l'Australie, et est également valable sur chaque appli l'utilisant (ex: Session)

    PS : pour une discussion entre plus de 2 correspondants, la clé commune à chacun est "stocké" (non généré à chaque message !) par un intermédiaire dans le réseau (un noeud), alors que dans le cas d'un échange entre 2 protagonistes, chacun possède sa propre clé, et les noeuds du réseau y appliquent à tour de rôle un chiffrement successif.
    Pensez à utiliser les pouces d’appréciation, pour participer à la visibilité de l'apport d'un propos, ou l'intérêt que vous y prêtez... qu'il soit positif ou négatif.

  13. #33
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    762
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 762
    Points : 10 093
    Points
    10 093
    Par défaut Le Web3 est centralisé et inefficace, déclare Neel Chauhan, Ingénieur Génie logiciel chez Microsoft
    Le Web3 est centralisé et inefficace, selon Neel Chauhan, Ingénieur logiciel chez Microsoft,
    alors que pour son fondateur, Gavin Wood, les applications Web3 s'exécutent sur des réseaux décentralisés

    Alors que les fondateurs du Web3 estiment que les plateformes et les applications construites sur cette technologie ne seront pas détenues par un gardien central, mais par les utilisateurs, qui gagneront leur part de propriété en contribuant au développement et à la maintenance de ces services, Neel Chauhan, Ingénieur Génie logiciel chez Microsoft, soutien que le Web3 est en fait centralisé, tout comme Web2 l'était. Selon lui, le Web3 est juste une version pire de Web2.

    Selon les fondateurs du web3 et certains de ses partisans, le Web3 est une technologie internet radicalement actualisée, qui va débloquer une nouvelle ère de coopération et de créativité humaines. Il s'agira de prendre le Web2 actuel et d'y ajouter des blockchains. Cependant, pour Ewan Kirk, entrepreneur en technologie et fondateur de Cantab Capital Partners, il ne faut surtout pas croire au battage médiatique autour du Web3 « il ne va pas changer le monde. Le Web3 n'est qu'une nouvelle version de la technologie blockchain dont nous discutons depuis dix ans. »

    Nom : Web3.jpg
Affichages : 35465
Taille : 27,4 Ko

    Rappelons que le terme Web3 a été inventé en 2014 par Gavin Wood, un informaticien anglais. À l'époque, il venait de participer au développement de l'Ethereum, la blockchain qui sous-tend l'ether, la deuxième cryptomonnaie la plus populaire après le bitcoin en matière de notoriété et de taille de marché.

    Si pour Neel Chauhan, le Web3 est juste une version pire de Web2, Wood pense que la conception actuelle du We2 n'est pas une bonne solution. Selon lui, il faudrait passer au web3 pour plusieurs raisons : « l'une d'elles est qu'il est très difficile de réglementer les nouvelles industries. Le gouvernement est lent, il lui faut un certain temps pour rattraper son retard. Une autre est que les régulateurs sont imparfaits », avait-il déclaré.

    « Le Web3 est une façon de gérer le traumatisme de la perte d'un grand avenir possible pour l'Internet », déclare Niels Ten Oever de l'université d'Amsterdam. Beaucoup sont convaincus des potentiels de ce Web3.

    Selon Wood et ses partisans, dans le Web3, les développeurs ne construisent et ne déploient généralement pas d'applications qui s'exécutent sur un seul serveur ou qui stockent leurs données dans une seule base de données (généralement hébergée et gérée par un seul fournisseur de cloud). Au lieu de cela, les applications Web3 s'exécutent soit sur des blockchains, soit sur des réseaux décentralisés de nombreux serveurs, soit sur une combinaison des deux qui forme un protocole « cryptoéconomique ». Ces applications sont souvent appelées « dapps » (decentralized apps ou applications décentralisées). Ce terme est très utilisé dans l'espace Web3.

    Pour obtenir un réseau décentralisé stable et sécurisé, les participants au réseau (les développeurs) sont incités et se font concurrence pour fournir des services de la plus haute qualité à toute personne utilisant le service. Ainsi, lorsque les gens parlent du Web3, vous remarquez que les cryptomonnaies font souvent partie de la conversation. Cela s'explique par le fait que les cryptomonnaies jouent un rôle important dans nombre de ces protocoles. Elles fournissent une incitation financière (jetons) à quiconque souhaite participer à la création, à la gouvernance, à la contribution ou à l'amélioration de l'un des projets eux-mêmes.

    Selon Kirk, le battage médiatique autour de Web3 n'est qu'un rappel supplémentaire de la mémoire à court terme de l'industrie technologique. « Pour quelqu'un qui a extrait des bitcoins depuis 2012, il est clair que Web3 n'est qu'une nouvelle version de la technologie blockchain dont nous discutons depuis dix ans », a-t-il déclaré. « Les adeptes de Web3 veulent ajouter une couche de blockchain à notre infrastructure Internet et décentraliser radicalement le réseau, du moins c'est ce qu'ils prétendent. »

    Au lieu que les services et les données en ligne soient fournis à partir de serveurs centralisés appartenant à des sociétés comme Amazon, Google et Facebook, ils seront fournis à partir de la blockchain, hors du contrôle d'une seule organisation ou personne.

    « Beaucoup de plateformes Web3 sont en fait centralisées. Votre portefeuille (MetaMask), les places de marché (OpenSea), les API (Alchemy) sont toutes des plateformes centralisées. Bien sûr, elles utilisent une base de données distribuée (blockchain), mais avant cela, c'est toujours une application Go sur AWS, ce qui signifie qu'elle est centralisée », soutient Neel Chauhan.

    « Regardez l'email, bien que le protocole soit techniquement "décentralisé", mais regardez la taille de Google Workspace et de Microsoft 365. Bien sûr, vous pouvez facilement configurer un serveur de messagerie sur un VPS à 5 dollars, je le fais avec mon domaine, mais la plupart des gens s'en remettent aux grands fournisseurs. Web3 n'est pas différent », ajoute-t-il. Pour illustrer sa thèse, Neel Chauhan présente le cas de la société Andreessen Horowitz comme exemple. « Regardez la société de capital-risque Andreessen Horowitz, elle a tout intérêt à pousser Web3 vers des plateformes monopolistiques centralisées, pour qu'il devienne ce qu'il était censé "perturber". »

    Selon Chauhan, les sociétés de capital-risque sont construites pour construire des monopoles, et les monopoles veulent un contrôle central. Quelque chose comme Tor ou Folding@Home est quelque peu décentralisé, puisque c'est une organisation à but non lucratif qui contrôle et que ni Tor ni Stanford ne sont des entreprises à but lucratif. Mais la plupart des entreprises Web3 sont des entreprises à but lucratif, ainsi que les sociétés de capital-risque qui les soutiennent. Ils préféreraient avoir un grand monopole plutôt qu'un marché vraiment concurrentiel, et simplement changer l'opérateur du monopole à chaque génération.

    « Si vous prenez la nature décentralisée de I2P ou DHT, combinée avec la technologie de calcul distribué des solutions modernes de Big Data comme Apache Spark*, vous pourriez obtenir quelque chose de bien plus efficace que la blockchain », déclare Chauhan. Mais si tout le monde est dans le train de la blockchain, alors la réponse la plus crédible à la décentralisation est la pire. C'est aussi triste de voir mon père faire l'apologie de Web3 dans son LinkedIn.

    « Et ce n'est pas comme si ces plateformes décentralisées allaient gérer leurs propres serveurs dans un centre de colocation, ils veulent toujours utiliser AWS. Ce qui signifie que Web3 est aussi centralisé, sinon plus, que Web2 ne l'a jamais été. Vous pouvez facilement faire fonctionner Nextcloud depuis votre vieux PC au lieu de vous abonner à Dropbox, mais vous ne pouvez pas facilement héberger une "dApp" sur votre MacBook au lieu de la blockchain publique. Et si Web3 est "décentralisé", alors pourquoi OpenSea peut vous enlever vos NFT ? »

    Source : Neel Chauhan's blog

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Que pensez-vous du Web3 ? Pensez-vous que le projet aboutira ?

    Pensez-vous que l'on soit en présence d'une escroquerie ? Pourquoi ?

    Pensez-vous que le Web2 nécessite des améliorations ? Si oui, lesquelles ?

    Voir aussi :

    Le Web3 peut-il changer le monde ? Il ne serait pas seulement une nouvelle fumisterie, selon Ewan Kirk, entrepreneur en technologie, « il ne faut surtout pas croire au battage médiatique »

    Le concept du Web3 est-il une nouvelle fumisterie ? Ses partisans pensent que c'est le seul moyen de retrouver les libertés d'Internet, mais les critiques estiment qu'il s'agit juste d'un "buzzword"

    Il est peu probable que le Web3 remplace le Web2 d'ici 2030, selon un rapport de Gartner
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #34
    Membre confirmé
    Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    novembre 2009
    Messages
    328
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2009
    Messages : 328
    Points : 602
    Points
    602
    Par défaut
    Je trouve que la biologie fournit une métaphore intéressante du Web (la toile d'araignée).

    Il ne fait aucun doute que la résilience d'un système biologique dépend étroitement de sa biodiversité et il en est certainement de même en informatique: la résilience cyber dépend de la cyberdiversité.

    De ce point de vue, il y a fort à faire, e.g. le petit nombre d'OS me semble être une vulnérabilité importante.

    De mon temps, on disait que la paramécie (https://fr.wikipedia.org/wiki/Param%C3%A9cie) était le plus grand unicellulaire, mais depuis, il semble que l'on a trouvé plus grand: https://fr.wikipedia.org/wiki/Syringammina_fragilissima
    Celle-ci peut atteindre une vingtaine de centimètres de long, ce qui en fait, de loin, la plus grande structure construite par un organisme unicellulaire jamais répertorié.
    Quoi qu'il en soit, c'est (tout) petit et seuls les organismes pluricellulaires sont plus grands et plus complexes. Le découpage du Web en cellules à déjà commencé (les chinois ont prit les devant, les russes suivent) et on pressent que le mouvement sera irrésistible.

    Je pense que plutôt de chercher à jouer les pompiers après coup, il vaudrai mieux prévoir dès maintenant comment gérer ce découpage pour éviter les abus et donner aux utilisateurs coincés à l'intérieur d'une cellule un minimum de droits, entre autre celui de pouvoir échanger avec les autres avec un minimum d'intimité.
    GraceGTK: a plotting tool at https://sourceforge.net/projects/gracegtk

  15. #35
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 395
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 395
    Points : 47 263
    Points
    47 263
    Par défaut « Le Web3 contient les prémices d'un cauchemar dystopique »
    « Le Web3 contient les prémices d'un cauchemar dystopique »
    selon Forrester Research

    Alors que le Web3 promet un meilleur avenir en ligne, Forrester Research suggère que "le concept contient les graines d'un cauchemar dystopique". Le cabinet d'analystes estime que la mise en pratique de la théorie du Web3 s'avère difficile pour deux raisons : l'environnement hautement spéculatif et non réglementé des actifs cryptographiques (les cryptomonnaies et les NFT) et des principes fondamentaux parfois utopiques ou contradictoires. Forrester met en garde les utilisateurs et entreprises, et prévient que les responsables techniques et marketing doivent aborder le Web3 avec une extrême prudence.

    Les termes "Web3" et "Web 3.0" n'ont pas toujours été des synonymes

    Selon ses partisans, le Web3 représente la prochaine phase d'Internet et, peut-être, de l'organisation de la société. Le Web 1.0 est l'ère des protocoles décentralisés et ouverts, dans laquelle la plupart des activités en ligne consistaient à naviguer vers des pages Web statiques individuelles. Le Web 2.0, qui est la version actuelle du Web, représente l'ère de la centralisation, dans laquelle une grande partie de la communication et du commerce s'effectue sur des plateformes fermées appartenant à une poignée de grandes entreprises (Google, Facebook, Amazon, etc.) soumises au contrôle nominal de régulateurs gouvernementaux centralisés.

    Le Web3 est censé libérer le monde de ce contrôle monopolistique. Au niveau le plus élémentaire, le Web3 fait référence à un écosystème en ligne décentralisé basé sur la blockchain. Les plateformes et les applications construites sur le Web3 ne seront pas détenues par un gardien central, mais par les utilisateurs, qui gagneront leur part de propriété en contribuant au développement et à la maintenance de ces services. « Le Web3 est une façon de gérer le traumatisme de la perte d'un grand avenir possible pour l'Internet », déclare Niels Ten Oever de l'université d'Amsterdam. Beaucoup sont convaincus des potentiels de ce Web3.

    Nom : 0_B7VU7C3EN_5z1l9J.png
Affichages : 51307
Taille : 792,7 Ko

    Cependant, Forrester a publié cette semaine deux rapports accablants sur le Web3 et fustige le battage médiatique autour du concept. Le premier rapport tente de faire la lumière sur les termes "Web3" et "Web 3.0". Alors que les deux termes sont synonymes aujourd'hui, Forrester estime que cela n'a pas toujours été le cas. Le cabinet explique que le terme "Web 3.0" a été utilisé pour la première fois au milieu des années 2000. À l'époque, il serait utilisé de manière interchangeable avec la vision du "Web sémantique" de Sir Tim Berners-Lee. Le terme serait ensuite réapparu en 2014, au moment où la blockchain Ethereum faisait ses débuts.

    Gavin Wood, cofondateur d'Ethereum, suggérait à ce moment que la blockchain Ethereum devienne le fondement d'un Web décentralisé. Mais selon Forrester, le terme a disparu à nouveau jusqu'en 2021, lorsque la société de capital-risque Andreessen Horowitz a annoncé : « nous sommes maintenant au début de l'ère du Web3 et le Web3 est l'Internet appartenant aux constructeurs et aux utilisateurs, orchestré avec des jetons ». Les chercheurs de Forrester ont déclaré que beaucoup utilisent maintenant le terme "Web3" comme un fourre-tout pour tout ce qui est lié à la blockchain, aux métavers ou aux jetons non fongibles (NFT)".

    Résultat, "presque du jour au lendemain, les projets de blockchain et les initiatives de NFT ont été magiquement rebaptisés projets Web3". Le deuxième document de Forrester, intitulé "Web3 Promises A Better Online Future But Contains The Seeds Of A Dystopian Nightmare" (Le Web3 promet un meilleur avenir en ligne, mais contient les graines d'un cauchemar dystopique) évalue si le Web3 peut tenir ses promesses. À ce propos, les chercheurs de Forrester ont rapporté qu'à ce jour, les signes indiquent que la transformation de la théorie en pratique s'avère difficile à certains égards essentiels.

    Les principes fondamentaux du Web3 ne seraient pas réalisables

    Les enthousiastes promettent un Web plus juste, non dominé par les grandes entreprises technologiques, et où les utilisateurs contrôlent leurs propres données. Mais les chercheurs estiment que l'on observe déjà l'émergence de structures de pouvoir très semblables aux structures de pouvoir inégales actuelles que les défenseurs du Web3 veulent remplacer. Selon ces derniers, la mise en pratique de la théorie du Web3 s'avère difficile pour deux raisons.

    Premièrement, le Web3 d'aujourd'hui est dominé par les spéculateurs en cryptomonnaies et en actifs numériques comme les NFT, créant ainsi un environnement non réglementé dans lequel les actions des "escrocs et des fraudeurs" font dérailler les meilleures intentions. Deuxièmement, plusieurs principes fondamentaux défendus par les partisans du Web3 ne seraient pas pratiques aujourd'hui, et ne le seront peut-être jamais. Forrester identifie et démolit certains principes clés du Web3 :

    La décentralisation : elle est impossible à mettre en pratique

    Selon le rapport de Forrester, il n'y a pas une définition claire de ce que signifie réellement la "décentralisation". Deux aspects sont cependant clairs. Premièrement, une décentralisation complète (c'est-à-dire aucun point de contrôle unique, où que ce soit) n'est ni possible ni souhaitable, et deuxièmement, il y a beaucoup de "théâtre de la décentralisation". Par exemple, l'activité d'Ethereum s'arrêterait si des services contrôlés de manière centralisée comme Infura et Alchemy venaient à s'arrêter.

    En outre, les places de marché NFT pourraient décider unilatéralement quand et comment intervenir ; et les points de contrôle dans les soi-disant contrats intelligents deviendraient rapidement évidents lorsque quelque chose ne va pas et que quelqu'un intervient pour arrêter le code.

    Code et protocoles (ils doivent être ouverts et transparents)

    Pour les chercheurs de Forrester, s'assurer que tout le code est disponible pour inspection semble très bien, mais très peu de personnes ont la capacité, le temps libre et le désir d'inspecter des rames de code complexe. De plus, le fait que tout le code soit exécuté sur des blockchains publiques augmente les risques et la surface d'attaque. Les rapports presque quotidiens sur les piratages et les exploits du Web3 montrent que la qualité du code ne s'améliore pas.

    Il est également utile de rappeler que le code ouvert et transparent a toujours accompli des tâches essentielles sur Internet (pensez à Apache et Linux, etc.). Cependant, cela n'a pas empêché la formation de monopole ni les géants de la technologie d'aujourd'hui de gagner des milliards en concentrant le pouvoir.

    Les applications et les réseaux ne sont pas contrôlés par l'utilisateur

    Le rapport estime que ce principe appartient à la catégorie des "aspirations techno-utopiques". La plupart des gens ne s'intéresseront pas suffisamment aux changements de règles ou aux questions litigieuses pour se présenter et voter à leur sujet. Il y a aussi le risque que les intérêts particuliers l'emportent au détriment de l'écosystème dans son ensemble.

    « Ce n'est pas un risque théorique ; nous l'avons vu se produire dans plusieurs projets de blockchain. Et nous savons, grâce aux communautés en ligne depuis des décennies, que la gouvernance communautaire est un défi dans le meilleur des cas ; l'ajout d'un élément financier augmente le potentiel de désastre », ont écrit les chercheurs.

    Source : Forrester Research

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des conclusions de Forrester ?
    Pensez-vous que le Web3 va continuer à se populariser ?
    Ou pensez-vous qu'il disparaîtra comme il est apparu ?
    Considérez-vous également d'autres promesses du Web3 comme relevant de l'utopie ?

    Voir aussi

    Le concept du Web3 est-il une nouvelle fumisterie ? Ses partisans pensent que c'est le seul moyen de retrouver les libertés d'Internet, mais les critiques estiment qu'il s'agit juste d'un "buzzword"

    Il est peu probable que le Web3 remplace le Web2 d'ici 2030, selon un rapport de Gartner

    Le Web3 peut-il changer le monde ? Il ne serait pas seulement une nouvelle fumisterie, selon Ewan Kirk, entrepreneur en technologie, « il ne faut surtout pas croire au battage médiatique »

    Elon Musk : « le métavers n'est pas convaincant et le Web3 relève plus du marketing que de la réalité », il pense que le Web3 est concept "nébuleux"
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #36
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    249
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 249
    Points : 397
    Points
    397
    Par défaut
    Bonsoir,

    « Le Web3 contient les prémices d'un cauchemar dystopique » selon Forrester Research

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Le web3 est souvent associé (à tord) uniquement au dark et activités illégales.

    Pensez-vous que le Web3 va continuer à se populariser ?
    Ce qu'il faut craindre surtout, c'est un enracinement d'activités illégales sur les sites en .onion . En gros qu'il soit plus dure de tracker les fraudes et autres trudages avec les différents camouflés.

    Ou pensez-vous qu'il disparaîtra comme il est apparu ?
    Non il perdurera

    Considérez-vous également d'autres promesses du Web3 comme relevant de l'utopie ?
    Sa généralisation est un doux rêve ... Dans certains pays utiliser un VPN peut conduire en prison. Pensez que l'on pourra généraliser ce concept de web3 décentralisé, sans contrôle relève du fantasme .

  17. #37
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 395
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 395
    Points : 47 263
    Points
    47 263
    Par défaut Web3 : une économie de la fraude en valeurs mobilières financée par le capital-risque
    Web3 : une économie de la fraude en valeurs mobilières financée par le capital-risque
    selon un analyste de la blockchain

    À mesure que le Web3 se popularise, le nombre de ses détracteurs s'accroît également. L'un d'eux est un certain David Gerard, analyste de la blockchain, qui a affirmé récemment que le Web3 est une "gigantesque fraude en valeurs mobilières mise en place par les sociétés de capital-risque pour gagner rapidement et énormément argent". Il estime que les sociétés de capital-risque essaient de ne pas commettre elles-mêmes la fraude sur les titres, mais ont un modèle économique qui consiste à l'encourager. Une chose qui semble passer inaperçue auprès des régulateurs et enrichit les capital-risqueurs.

    Le Web3 serait une combine très lucrative pour les sociétés de capital-risque

    Le Web3 est censé représenter la prochaine phase d'Internet et, peut-être, de l'organisation de la société. Le Web 1.0 est l'ère des protocoles décentralisés et ouverts, dans laquelle la plupart des activités en ligne consistaient à naviguer vers des pages Web statiques individuelles. Le Web 2.0, la version actuelle du Web, représente l'ère de la centralisation, dans laquelle une grande partie de la communication et du commerce s'effectue sur des plateformes fermées appartenant à une poignée de grandes entreprises (Google, Facebook, Amazon, etc.) soumises au contrôle nominal de régulateurs gouvernementaux centralisés.

    Le Web3 vise à débarrasser le monde de ce contrôle monopolistique. Au niveau le plus élémentaire, le Web3 fait référence à un écosystème en ligne décentralisé basé sur la blockchain. Tel qu'il est prévu, les plateformes et les applications construites sur le Web3 ne devraient pas être détenues par un gardien central, mais par les utilisateurs, qui gagneront leur part de propriété en contribuant au développement et à la maintenance de ces services. Beaucoup sont convaincus des potentiels de ce Web3. D'autres - dont Elon Musk, PDG de Tesla et de SpaceX, Jack Dorsey, ex-PDG de Twitter, etc. - restent sceptiques par rapport à ces promesses.

    Nom : Web3-1366x683.png
Affichages : 2339
Taille : 1,12 Mo

    Dorsey pense que "le Web3 n'aboutira pas ; et même s'il réussit, il ne parviendra pas à échapper au contrôle des sociétés de capital-risque et leurs commanditaires". « Le Web3 n'échappera jamais à leurs incitations. C'est finalement une entité centralisée avec une étiquette différente », s'est-il prononcé en décembre. David Gerard, analyste de la blockchain et critique du Web3, est revenu sur le sujet récemment. « Toute la pression du capital-risque en faveur de Web3 a pour but de permettre à Andreesen Horowitz (a16z) et à ses amis de déverser des jetons non réglementés sur le marché de détail aussi rapidement que possible », a-t-il déclaré.

    « Cela donne aux sociétés de capital-risque des événements de liquidité très rapides - la partie où ils font de l'argent - et beaucoup plus rapide que ce qu'ils obtiennent en investissant dans de véritables entreprises », a-t-il ajouté. Selon Gerard, le retrait (le recouvrement de l'investissement initial avec les intérêts) d'une startup peut prendre plusieurs années, mais la vente au détail d'un jeton de gouvernance d'un altcoin mineur DAO (organisation autonome décentralisée) peut se faire en quelques mois seulement. Pour étayer ses dires, Gerard donne l'exemple du vidage (dump) de Compound (COMP), un jeton basé sur la blockchain Ethereum, en juin 2020.

    « Le but est de soutirer de l'argent aux pigeons, et de le canaliser vers a16z », a déclaré Gerard. Selon lui, un grand nombre de ces jetons de gouvernance de la DAO seraient des titres non enregistrés. Ensuite, l'autre partie de l'activité consisterait à mettre en place un nombre important de ces systèmes de sorte que la SEC (Securities and Exchange Commission - la commission des valeurs mobilières des États-Unis) ne peut pas les suivre. « Il y a une raison pour laquelle le président de la SEC, Gary Gensler, demande une nouvelle réglementation », a-t-il déclaré.

    « Si vous regardez une offre Web3 et que vous la considérez simplement comme une opération de "pump and dump" sur les investisseurs de détail, tout ce qui utilise le nom de marketing "Web3" aura beaucoup plus de sens. C'est un fabuleux piratage des règles de la SEC, qui protègent les investisseurs contre les émetteurs. Dans l'espace DeFi, DAO et NFT, les investisseurs dirigent les offres frauduleuses - et les émetteurs sont les pigeons jetables, attirés par la promesse d'argent de capital-risque. Si la SEC n'intervient pas, les sociétés de capital-risque gagnent ; si la SEC intervient, elles ne perdent pas », a-t-il expliqué.

    Comment les sociétés de capital-risque mettent-elles tout cela en place ?

    Selon Gerard, Andreesen Horowitz utilise toujours de manière flagrante Coinbase comme un canal pour déverser des pièces de capital-risque sur les particuliers. Ces pièces seraient généralement de très mauvais investissements (mais aussi des titres non enregistrés). Il estime que les sociétés de capital-risque ne jouent pas un rôle très actif dans la promotion des jetons. À la place, elles se contentent de promouvoir sans relâche le concept du Web3. Toutefois, il pourrait arriver qu'elles engagent du personnel de soutien pour travailler avec les entreprises de leur portefeuille. Cela peut ressembler à un partenariat actif dans l'entreprise.

    Par exemple, Paradigm, Andreessen Horowitz et Union Square Ventures sont actuellement poursuivis dans le cadre d'une action collective par Nessa Risley, investisseur d'UniSwap, qui affirme que ces entreprises auraient agi illégalement. Sa plainte allègue que :

    • les jetons échangés sur UniSwap seraient des titres non enregistrés ;
    • il y aurait une fraude massive en cours ;
    • les défendeurs prendraient une commission sur toute cette fraude ;
    • les défendeurs auraient omis de divulguer leur contrôle sur les jetons eux-mêmes ;
    • UniSwap n'aurait pas réussi à s'enregistrer en tant que courtier-négociant.


    « UniSwap a déclaré que ces allégations sont sans fondement et la plainte est criblée d'inexactitudes factuelles. Cependant, ils l'ont fait », a affirmé Gerard. En outre, il estime qu'il est peu probable que les NFT (jetons non fongibles) soient des titres - ils sont généralement définis comme des objets de collection. Cependant, Gerard affirme que certains marchés de NFT ressemblent beaucoup à des titres. Par exemple, Larva Labs aurait gardé 1 000 de ces NFT CryptoPunks pour eux-mêmes, et ferait activement la promotion de ces jetons. Cela permettrait aux capital-risqueurs de maintenir ces marchés à flot et de continuer l'escroquerie.

    Selon Gerard, comparé au dumping de jeton sur le marché de détail, le mouvement le moins répréhensible est le capital-risque qui déverse des fonds d'investissement dans OpenSea, le plus grand marché de NFT. Par exemple, le marché des NFT était mourant en avril 2021. Mais Gerard rapporte qu'OpenSea a été fortement financé pour l'empêcher de couler. Selon des données qu'il a mises en avant, OpenSea aurait reçu des capital-risqueurs des centaines de millions de dollars depuis lors - soit 23 millions de dollars d'investissement en mars 2021, 100 millions de dollars en juillet 2021 et 300 millions de dollars en janvier 2022.

    « Les offres de jetons - qui peuvent ou non constituer des titres - sont un complément au capital-risque des cryptomonnaies. Les sociétés de capital-risque transforment leur complément en une gigantesque économie d'offres de jetons, dans le but d'externaliser le risque juridique et de prendre l'argent », a-t-il conclu.

    Source : David Gerard

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Pensez-vous que le Web3 est une fraude en valeurs mobilières ?

    Voir aussi

    Il est peu probable que le Web3 remplace le Web2 d'ici 2030, selon un rapport de Gartner

    Le concept du Web3 est-il une nouvelle fumisterie ? Ses partisans pensent que c'est le seul moyen de retrouver les libertés d'Internet, mais les critiques estiment qu'il s'agit juste d'un "buzzword"

    « Le Web3 contient les prémices d'un cauchemar dystopique », selon Forrester Research

    Le Web3 est centralisé et inefficace, selon Neel Chauhan, Ingénieur logiciel chez Microsoft, alors que pour son fondateur, Gavin Wood, les applications Web3 s'exécutent sur des réseaux décentralisés
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #38
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    249
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 249
    Points : 397
    Points
    397
    Par défaut
    Bonsoir,

    Web3 : une économie de la fraude en valeurs mobilières financée par le capital-risque selon un analyste de la blockchain

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Le problème du "web3" et des cryptos monnaies, c'est l'anonymisation et l'intraçabilité des transactions . Résultat, c'est un vecteur facilitant l'échange de contre bande en tout genre ... C'est anonyme, vendeur et acheteur font des transactions anonymes . En cas d'enquête quasi impossible de remontré qui est qui .

    Pensez-vous que le Web3 est une fraude en valeurs mobilières ?
    Non . Par contre des comportements et fonctionnements illégaux nuisent à sa réputation oui . Ainsi qu'à son bon fonctionnement.

  19. #39
    Membre averti Avatar de zabibof
    Inscrit en
    février 2007
    Messages
    184
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : février 2007
    Messages : 184
    Points : 326
    Points
    326
    Par défaut
    Moi, si je n'y connaissais rien sur un truc et que des sociétés de capital-risques sont à fond dedans et que tu me dis qu'il y a un truc louche, et bah, je te crois sur parole

  20. #40
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    1 355
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 31
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 1 355
    Points : 47 483
    Points
    47 483
    Par défaut Le Web 3.0 et l'avenir de la Crypto : les développeurs donnent leur avis dans un sondage
    Le Web 3.0 et l'avenir de la Crypto : les développeurs donnent leur avis dans un sondage

    Une enquête révèle des tensions parmi les développeurs sur le développement et l'avenir potentiel de Web3 face aux préoccupations croissantes concernant les cryptomonnaies et la blockchain. Ce sondage mené auprès de développeurs tente d'évaluer les réactions à Web3 dans son ensemble, et de fournir une image équilibrée et plus complète de ce qui se passe exactement avec cette technologie.

    Les crypto, NFT et blockchain sont devenus des termes tellement banals dans le zeitgeist social actuel, et ces trois termes ont été accueillis par des réactions très diverses à travers le monde, allant de la franche invitation à la franche hostilité. De tels sujets et introductions technologiques peuvent avoir un impact assez important sur l'avenir financier prévisible du monde, et il est primordial de rester informé.

    Fait amusant, le World Wide Web a en fait plus d'une itération. Aussi bizarre que cela puisse paraître, de nombreux passionnés de technologie ont tendance à diviser l'Internet en Web1 et Web2. La différence entre les deux n'a rien à voir avec le World Wide Web lui-même, mais concerne plutôt la manière dont l'information est diffusée sur le Net.

    Il s'agit de termes sociologiques plutôt que techniques. Par exemple, le Web1 mettait davantage l'accent sur les pages Web personnelles, avec des plates-formes telles que Yahoo ! GeoCities permettant aux utilisateurs de créer des sites Web ne présentant qu'eux-mêmes pour des tarifs plutôt abordables. Il y avait moins de créateurs de contenu en ligne et plus de consommateurs.

    Cette situation a changé avec ce que beaucoup considèrent comme un point de démarcation majeur entre le Web1 et le Web2 : l'avènement des médias sociaux. Avec des plates-formes telles que MySpace et Facebook offrant aux utilisateurs la possibilité de créer leur propre identité en ligne sans avoir besoin d'un site web, la culture sociale en ligne a pris un virage plutôt abrupt. Si les blogs personnels et autres sont toujours d'actualité, on les trouve le plus souvent sur Instagram ou TikTok.

    Web3 est une idée qui circule parmi les internautes et qui invite les autres utilisateurs en ligne à s'engager librement avec les cryptomonnaies et à faire de la monnaie virtuelle la norme pour toutes les transactions en ligne. Cette idée a été initialement proposée par le fondateur d'Ethereum, Gavin Wood (parce que bien sûr elle l'a été), mais elle a depuis gagné en popularité auprès d'autres membres de la scène des échanges de cryptomonnaies et de NFT. Pour être juste, ces derniers étaient probablement juste heureux d'être inclus dans quelque chose qui n'entraînait pas d'autoridicule. Le Web3 en tant qu'idée n'est pas populaire partout, cependant, et de grands noms comme Elon Musk et Jack Dorsey ont activement rejeté l'idée comme étant un mot à la mode provocateur.

    Nom : web3-developers.png
Affichages : 20635
Taille : 86,0 Ko

    Le plus intéressant, c'est que peu de gens, même dans le monde de l'informatique, connaissent ce terme. Sur l'ensemble de la population de l'étude, 36 % des individus n'avaient aucune connaissance du concept. Parmi les 64 % restants, 25 % ont dit que Web3 était l'avenir du World Wide Web. 9 % ont qualifié l'idée d'escroquerie, 15 % l'ont qualifiée de produit d'un battage publicitaire excessif et 14 % ont estimé qu'elle était importante pour les activités strictement liées à la cryptographie.

    Nom : zy.png
Affichages : 2104
Taille : 102,1 Ko

    Source : Stack Overflow

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le Web3 ?

    Voir aussi :

    Web3 : une économie de la fraude en valeurs mobilières financée par le capital-risque, selon un analyste de la blockchain

    Le Web3 est centralisé et inefficace, selon Neel Chauhan, Ingénieur logiciel chez Microsoft, alors que pour son fondateur, Gavin Wood, les applications Web3 s'exécutent sur des réseaux décentralisés

    Il est peu probable que le Web3 remplace le Web2 d'ici 2030, selon un rapport de Gartner

    « Le Web3 contient les prémices d'un cauchemar dystopique », selon Forrester Research
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 18/08/2019, 19h53
  2. Réponses: 9
    Dernier message: 06/10/2016, 21h01
  3. [POO] C'est quoi une classe en claire...???
    Par Spack dans le forum Langages de programmation
    Réponses: 5
    Dernier message: 26/01/2009, 15h53
  4. [Foreign Key] Un champ est-il une clé étrangère ?
    Par starch dans le forum Bases de données
    Réponses: 5
    Dernier message: 27/02/2004, 13h01
  5. Réponses: 14
    Dernier message: 17/03/2003, 18h31

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo