IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Cloud Computing Discussion :

Atos et plusieurs partenaires européens lancent Structura-X pour construire une infrastructure cloud souverain


Sujet :

Cloud Computing

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 016
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 016
    Points : 20 660
    Points
    20 660
    Par défaut Atos et plusieurs partenaires européens lancent Structura-X pour construire une infrastructure cloud souverain
    Cloud souverain : Amazon choisi par la SNCF et promu par Orange, l’Etat-actionnaire ferait le jeu des américains,
    la SNCF a décidé de transférer 7000 serveurs et 250 applications chez AWS

    Est-il normal que des entreprises dans lesquelles l'Etat a des participations choisissent de soutenir des acteurs américains du cloud, en l'occurrence Amazon Web Services ? Le député vendéen Philippe Latombe du Modem s'en est ému jeudi à l'Assemblée nationale, via la procédure de question écrite au gouvernement. « De grandes entreprises, dans lesquelles l'Etat a de très importantes participations et possède pourtant une minorité de blocage, continuent de confier l'hébergement de leurs applications et de leurs données à des hyperscalers non européens », s'est-il indigné.

    En guise de rappel, le ministre des Finances Bruno Lemaire avait annoncé à l’occasion de la conférence Criteo IA Labs ténue à Paris le 3 octobre que la France a engagé les sociétés Dassault Systemes et OVH pour élaborer des plans visant à briser la domination des entreprises américaines en matière de cloud computing. « … nous voulons construire un cloud digne de confiance pour stocker les données les plus sensibles de nos entreprises », avait-il déclaré, ajoutant que le projet serait réalisé au niveau franco-allemand dans un premier temps et éventuellement au niveau européen ultérieurement.

    Nom : sncfB.png
Affichages : 23330
Taille : 161,1 Ko

    Début décembre, Scaleway, acteur majeur dans la fourniture des services cloud en France, déclare que le cloud souverain n'est pas crédible et abandonne le projet GAIA-X. Un projet de développement d'une infrastructure de données compétitive, sécurisée et fiable pour l'Union européenne. « Nous n'avons pas de temps à perdre à jouer aux échecs... ni l’envie de prolonger le statu quo. Les premiers mois du projet GAIA-X ont été caractérisés par une importante incompréhension quant à sa portée et ses objectifs : certains l'ont décrit comme un "Airbus du cloud", d'autres ont pensé qu'il opérerait un "cloud souverain", d'autres encore parlaient d'une ''fédération d'offres de cloud'' », indique le PDG de Scaleway, Yann Léchelle, PDG de Scaleway.

    En octobre, le géant Français de la défense, Thales, et Google ont annoncé la création d'une nouvelle entreprise commune pour offrir un service de cloud souverain en France. « En adressant à la fois les aspects techniques et juridiques du label “cloud de confiance'' du gouvernement français, cette approche illustre notre compréhension commune des enjeux et bénéfices du cloud pour les entreprises et institutions françaises, et la volonté de collaborer étroitement et concrètement, en France, pour créer des conditions favorables à l’innovation, de façon ouverte et autonome », avait déclaré Samuel Bonamigo, Vice President EMEA South, pour Google Cloud.


    Thales a annoncé cette nouvelle collaboration avec Google Cloud indiquant qu’elle accélérera la capacité des entreprises à migrer en toute sécurité des données sensibles entre des infrastructures informatiques à base de clouds publics, hybrides et privés. « Ensemble, les deux sociétés offriront de nouvelles fonctionnalités permettant aux équipes de sécurité des entreprises de posséder et de contrôler leurs clés de chiffrement tout en contribuant à répondre aux exigences réglementaires accrues, le tout en supportant des environnements de travail de plus en plus répartis », a indiqué l’entreprise française sur son Site officiel.

    Alors que certaines personnes voient en cet acte l’idée de vouloir favoriser les entreprises Françaises en plus d'avoir un cloud souverain à terme, pour d’autres par contre, on assiste simplement à une autre théorie du complot. « … au bout du compte on va encore se faire avoir, comme à chaque fois avec le ‘’ricains’’. On n’a pas besoin d'eux, on peut tout faire nous même !!! », déclare un membre du club DVP, visiblement pas content des accords avec les entreprises américaines. « Franchement sur ces histoires de cloud il faut arrêter avec les théories du complot de "faire le jeu des acteurs américains", si vous faites un appel d'offres dans les règles il y a juste 0 % de chances que ce soit OVH ou Scaleway qui décroche le contrat »

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Selon vous, peut-on affirmer sans risque de se tromper, que le cloud souverain n'est pas un projet crédible ?

    Peut-on parler de cloud souverain dans la perspective d'une collaboration avec des fournisseurs de cloud ameraicain ?

    Voir aussi :

    Cloud Act : la loi américaine qui donne aux USA un accès aux données stockées en UE inquiète l'Europe, la France prépare des mesures pour se protéger

    France : Thales et Google créent une coentreprise française de cloud souverain, une offre conçue en France et pour la France

    Le cloud souverain n'est pas crédible ? Scaleway abandonne GAIA-X, un projet de développement d'une infrastructure de données compétitive, sécurisée et fiable pour l'Union européenne

    La France choisit Google et Microsoft pour la protection des données sensibles, Bruno Le Maire, Amélie de Montchalin et Cédric O ont présenté la stratégie nationale pour le cloud
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Directeur de projet
    Inscrit en
    mars 2021
    Messages
    6
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 54
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur de projet
    Secteur : Boutique - Magasin

    Informations forums :
    Inscription : mars 2021
    Messages : 6
    Points : 56
    Points
    56
    Par défaut 7000 serveurs !
    Je me demande s'il ne serait pas plus judicieux (vu le nombre de serveurs) de monter ses propres datacenters ou de racheter un acteur du marché actuel.

  3. #3
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement Java/Web
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    61
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Val de Marne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement Java/Web

    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 61
    Points : 139
    Points
    139
    Par défaut
    Je ne crois pas qu'on peut dire qu'un cloud est "souverain" juste parce qu'il est géré par une société dite française comme Dassault Systemes, OVH ou Thales.
    Je ne crois pas que les américains pensent que Google et Amazon sont des clouds "souverains".
    C'est les lois du marché qui s'appliquent c'est tout.

    Tiens, pourquoi on n'élargit pas le sujet pour parler d'un éditeur de texte "souverain", d'un système d'exploitation "souverain" pour PC et téléphone, de matériel informatique "souverain"...

  4. #4
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    septembre 2014
    Messages
    493
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2014
    Messages : 493
    Points : 1 226
    Points
    1 226
    Par défaut
    Citation Envoyé par Chouteau Voir le message
    Je me demande s'il ne serait pas plus judicieux (vu le nombre de serveurs) de monter ses propres datacenters ou de racheter un acteur du marché actuel.
    Ben visiblement c'est pas la voie suivie...
    Faire allégeance à cette nation ennemie semble mieux vu.

  5. #5
    Expert confirmé Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    mars 2014
    Messages
    1 497
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : mars 2014
    Messages : 1 497
    Points : 5 875
    Points
    5 875
    Par défaut
    De toutes les manières, la SNCF était en contrat avec IBM donc ça ne change pas grand chose.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  6. #6
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    décembre 2019
    Messages
    203
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2019
    Messages : 203
    Points : 829
    Points
    829
    Par défaut
    Citation Envoyé par ensi_en Voir le message
    Je ne crois pas qu'on peut dire qu'un cloud est "souverain" juste parce qu'il est géré par une société dite française comme Dassault Systemes, OVH ou Thales.
    Je ne crois pas que les américains pensent que Google et Amazon sont des clouds "souverains".
    C'est les lois du marché qui s'appliquent c'est tout.

    Tiens, pourquoi on n'élargit pas le sujet pour parler d'un éditeur de texte "souverain", d'un système d'exploitation "souverain" pour PC et téléphone, de matériel informatique "souverain"...
    C'est pas exactement ça, les données d'une entreprise sont sensibles par nature. L'information doit donc rester sur le sol national/européen chez quelqu'un dont on sait qu'il n'exploitera pas les informations stockés sur ses serveurs à des fins économiques/espionnage/etc. Data is value. ça n'a rien à voir avec un autre type de produit comme un ordinateur ou un logiciel.

    C'est se fourrer le coude dans l'oeil de croire que "les lois du marchés", sinon celle de la jungle, s'appliquent. Elle s'applique sur le papier pour dire regardez lui il est moins cher, mais c'est sûr qu'il est moins cher vu qu'il n'ont pas de concurrents à la hauteur. Les montants et le nombre de serveur sont assez gros pour que la france puissent décider de monter sa propre structure, la rendre efficace économiquement et ne pas avoir besoin de faire de bénéfice. Bref une solution moins chère. Mais non il faut faire un cadeau et ensuite chouiner en disant qu'il y a plus d'oseille.

    Les américains réutiliseront la data française si ça leur chante. Les chinois pareil si on leur donne de la data. C'est le vieil adage, "ce que l'homme peut il le fera", qui trouve à s'appliquer. Si on me met un bâton dans les mains je peux taper avec. Bha la c'est pareil et c'est pas la "loi du marché" qui va s'appliquer.

    Surtout qu'un cloud souverain ou national ça ferait des économies si l'état prenait une participation majoritaire et que la boite n'aurait pas a réaliser de bénéfice mais juste faire son boulot. En plus apparemment les tarifs font pas l'unanimité !

    On me signale dans l'oreillette qu'on a détruit les hôpitaux français, la filière nucléaire, la distribution de l'eau, les autoroutes, financés par les contribuables et donc des activités "à nous", souveraine, pour que des croulants et leurs héritiers puisse profiter des biens spoliés aux Français des biens publics en toute quiétude, alors le cloud souverain...

    Ce qui me désole dans cette histoire c'est le niveau de désinformation auquel on en arrive. Tout ces mecs ont la légion d'honneur en fin de carrière mais je vois pas vraiment à quel moment ils ont rendus service aux français en privatisant des infrastructure primordiale. Il y avait un post sur l'électricité il y a pas longtemps. On se mange des augmentations à deux chiffre tout les ans A CAUSE DES TRAITES QU'ON A SIGNE et pas parceque l'électricité est plus chère ! Je dérive mais le stockage de data est une activité stratégique qui mériterait un investissement conséquent de l'état.

    En gros cette fantastique "loi du marché" fini par systématiquement reproduire le schéma suivant :
    1 . Privatisation d'une activité géré par l'état
    2 . On la coupe en plusieurs activité : le rentable part au privé, les charges restent a l'état
    3 . On fait de l'oseille et on raconte des histoires aux français : le trou de la sécu (et le recours aux mutuelle privées), la faillite des hôpitaux (dans mon cabinet on fait des approbations de compte pour les cliniques privées c'est une vaste escroquerie), des transports publics, le retard de la SNCF, l'eau, l'électricité, la caisse des retraites (Une des premières mesure de Sarkozy à ses copains les assureurs : création de fond privé pour la retraite, la même arnaque que les assurances personne dépendante)

    Bref que du vent ! Tout marchait très bien AVANT d'appliquer la "loi du marché", qui n'est rien d'autre que la loi du plus fort, marche ou crève, le contraire de l'état de droit ou des activités sont dite publique et échappent à la sphère commerçante pour éviter ce genre de fils de put****

    Je m'emporte j'ai besoin de vacance. Mais souverain c'est le bon terme. Il faut savoir ou on veut habiter. Dans une France couleur US ou au final ils auront le dernier mots sur tout parce qu'on est sous contrat avec eux et qu'en prime on a délaissé la compétence des tribunaux commerciaux français au profit d'arbitre international US ? C'est déjà le cas. La France ne va bientôt plus exister qu'au moment de payer des impôts , qu'elle s'empresse de reverser à cette clique de croulant multi milliardaire. Le monde rêvé, mais il va falloir se réveiller avant d'être dans la peau d'un esclave d'une colonie d'un nouveau genre qui ne donne pas son nom et nous laisse croire que nous somme "souverain" alors que pas du tout...

  7. #7
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement Java/Web
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    61
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Val de Marne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement Java/Web

    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 61
    Points : 139
    Points
    139
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    C'est pas exactement ça, les données d'une entreprise sont sensibles par nature. L'information doit donc rester sur le sol national/européen chez quelqu'un dont on sait qu'il n'exploitera pas les informations stockés sur ses serveurs à des fins économiques/espionnage/etc. Data is value. ça n'a rien à voir avec un autre type de produit comme un ordinateur ou un logiciel...
    Bien sûr que data is value, mais n'oublions pas que les ordinateurs et les logiciels contiennent et accèdent aux données. Imaginons on est dans un contexte d'espionnage, ça sert à quoi d'avoir le cloud français le plus "souverain" possible si on le gère et on y accède avec des machines et des logiciels gérés par des sociétés américaines ?

    Je suis d'accord que les données sensibles doivent rester sur le sol français mais Google et Amazon ils ont des datacenters en France et en Europe

    Ce que je voulais dire c'est que à partir du moment où on sauvegarde nos données chez une société privée, peu importe française ou autre, on oublie la souveraineté. La meilleure façon pour protéger ses données sensibles c'est avoir ses propres datacenters.

  8. #8
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    décembre 2019
    Messages
    203
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2019
    Messages : 203
    Points : 829
    Points
    829
    Par défaut
    Citation Envoyé par ensi_en Voir le message
    Bien sûr que data is value, mais n'oublions pas que les ordinateurs et les logiciels contiennent et accèdent aux données. Imaginons on est dans un contexte d'espionnage, ça sert à quoi d'avoir le cloud français le plus "souverain" possible si on le gère et on y accède avec des machines et des logiciels gérés par des sociétés américaines ?

    Je suis d'accord que les données sensibles doivent rester sur le sol français mais Google et Amazon ils ont des datacenters en France et en Europe

    Ce que je voulais dire c'est que à partir du moment où on sauvegarde nos données chez une société privée, peu importe française ou autre, on oublie la souveraineté. La meilleure façon pour protéger ses données sensibles c'est avoir ses propres datacenters.
    Oui c'est vrai...

  9. #9
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 623
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 623
    Points : 57 075
    Points
    57 075
    Par défaut Souveraineté numérique de l'UE : les acteurs du secteur du cloud ne sont pas convaincus
    Souveraineté numérique de l'UE : les acteurs du secteur du cloud ne sont pas convaincus
    les hyperscaleurs américains et asiatiques mènent toujours la danse en Europe

    L'Europe continue-t-elle d'ignorer les acteurs locaux du cloud computing malgré les revendications de souveraineté numérique ? Eh bien, c'est le constat "amer" que fait le groupe EUCLIDIA (European Cloud Industrial Alliance - l'Alliance industrielle européenne du cloud). Dans une lettre ouverte publiée la semaine passée, les membres de l'alliance s'indignent du fait que "malgré leurs efforts pour proposer des services de cloud computing compétitifs et plus sûrs, les autorités européennes continuent de dérouler le tapis rouge aux acteurs non européens qui ont abusé à plusieurs reprises de leur position dominante".

    Le dernier effort en date des législateurs européens pour affirmer la résilience et le leadership technologique de l'UE aux yeux du monde est l'"EU Chips Act". Le projet de loi vise à accroitre la production de puces de l'UE d'ici 2030, en produisant jusqu'à 20 % des semiconducteurs nécessaires pour les besoins des entreprises locales. Il est vital que l'UE réduise sa dépendance à l'égard des importations en provenance d'Asie et d'ailleurs, et atténue les risques géopolitiques. Les futures industries européennes devraient pouvoir bénéficier de capacités de fabrication de puces basées en Europe et à la pointe de la technologie.

    Nom : iStock_000036621438Illustra-scaled-e1589963569908.jpg
Affichages : 1767
Taille : 30,3 Ko

    Un sommet sur "le sujet brûlant de la souveraineté numérique" a eu lieu la semaine dernière. Accueilli par la France, actuelle présidente du Conseil des ministres européens, le sujet revêt une importance particulière pour les eurocrates inquiets pour la vie privée de leurs citoyens. Selon l'ordre du jour de la conférence, "sécurité, innovation, réglementation et valeurs, et ouverture" sont les quatre piliers sur lesquels repose la souveraineté numérique européenne. L'on pourrait supposer que les "valeurs" signifient qu'il faut éviter de se plier à l'interprétation des autorités américaines en faveur de la position de l'Europe sur la question.

    Cependant, il semble que les actes ne suivent pas les promesses, et les acteurs locaux du cloud semblent totalement frustrés par cet état de choses. L'on accuse en effet la France de ne pas donner le bon exemple. Alors que l'Hexagone possède OVHcloud, considéré comme le leader européen du cloud computing, il a demandé néanmoins en 2021 l'appui de Google et de Microsoft dans le cadre de sa stratégie dite de "cloud de confiance". Ce n'est pas tout à fait l'alternative locale rêvée par eurocrates, car cela démontre que malgré l'enjeu, la France n'est pas opposée à un certain flirt avec les grandes entreprises américaines de l'informatique dématérialisée.

    Avant cela, le président Emmanuel Macron avait déclaré lors d'un événement au palais de l'Élysée en juin 2021 qu'il souhaitait favoriser l'émergence de 10 géants technologiques européens évalués à au moins 100 milliards d'euros d'ici 2030. La déclaration de Macron avait été applaudie par certains et décriée par d'autres qui le considèrent comme étant modeste. « En France, nous avons un bilan qui nous permet de dire que c'est crédible », a ajouté Macron. Au total, la France compte 15 licornes en 2021 – c'est-à-dire des startups valorisées à plus d'un milliard de dollars – contre seulement trois en 2017.

    Toutefois, les acteurs locaux du cloud, tels que le français Scaleway (anciennement Online SAS), ont été quelque peu mécontents au fil du temps. En octobre, Yann Lechelle, PDG de Scaleway, s'est plaint de "messages contradictoires". Scaleway a ensuite quitté le projet de souveraineté des données de l'UE, Gaia-X, en novembre. Lechelle s'est inquiété du fait que le projet ne faisait que "renforcer le statu quo" et a noté que certaines nations préféraient continuer à travailler avec les entreprises technologiques américaines. Scaleway est également membre de l'EUCLIDIA, qui regroupe des entreprises européennes à participation majoritaire.

    Dans une déclaration en date du 3 février, les membres de l'alliance ont déclaré qu'ils étaient d'avis qu'il n'était pas nécessaire de reconstruire la souveraineté numérique à partir de zéro, que l'Europe "possède un solide héritage technologique". Ils citent les technologies du cloud (conteneurs, services cloud, etc.) qui auraient été inventées dans la région. Ils ajoutent qu'"il y a un écosystème dynamique de PME qui se battent, avec intelligence et détermination, depuis deux décennies pour rester compétitives sur des marchés majoritairement dominés par une poignée d'acteurs américains, dans le cadre d'une concurrence contestée et contestable".

    L'autre chose décriée par les membres de l'EUCLIDIA est la volonté de l'UE d'assouplir ses propres règles en matière d'aides d'État. Ces règles ont en effet été conçues pour empêcher les subventions déloyales des pays de l'UE de nuire à la concurrence. Cependant, alors qu'elle fait face à des difficultés pour financer le projet de loi "EU Chips Act", elle envisage d'assouplir les aides d'État afin de faciliter la création de nouvelles installations de fabrication de puces. Les analystes pensent que l'UE ne devrait pas faire recours à une telle mesure, mais qu'il est possible d'aller dans le sens du soutien de certains secteurs stratégiques.

    C'est ce que semble demander le groupe EUCLIDIA. Selon lui, un projet de loi "Buy European Tech Act" l'aiderait à bénéficier du même "soutien public américain généreux - et enviable - et du même financement du ministère américain de la Défense" que celui dont bénéficient les acteurs américains dans le secteur public américain. Le groupe a appelé les décideurs à prêter attention aux entreprises locales. «Sans ce soutien proactif pour conquérir de nouveaux marchés, et sans une démonstration claire de la confiance, il sera impossible pour l'industrie européenne du cloud de lutter à armes égales avec ses concurrents », a-t-il déclaré.

    « L'Europe numérique sera impuissante, dépendante et témoin de la désindustrialisation », prévient-il. Plus tôt cette semaine, le Conseil européen de la protection des données a pris sa première mesure d'application coordonnée avec une enquête sur l'utilisation des services basés sur le cloud par le secteur public. À propos de cette action spécifique, le PDG de Scaleway, Lechelle, a déclaré à l'époque : « le cloud computing moderne perturbe l'ancien modèle en termes de distribution et d'accélération [et] prive les clients de la propriété et de la souveraineté dont ils bénéficiaient dans l'ancien modèle de licence ».

    EUCLIDIA compte également des personnalités telles que Frank Karlitschek, PDG de Nextcloud. La plateforme de productivité autohébergée est connue pour avoir déposé une plainte antitrust auprès de l'UE contre Microsoft concernant l'offre groupée de OneDrive avec Windows. Enfin, les réglementations européennes sont également pointées du doigt comme un obstacle à l'atteinte des objectifs de souveraineté numérique. Selon un certain Bert Hubert, entrepreneur et développeur de logiciels, les réglementations en Europe pèseraient sur les entreprises IT du continent et ne lui permettent pas d'atteindre la souveraineté numérique.

    Source : Lettre ouverte de l'Alliance EUCLIDIA

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des inquiétudes soulevées par l'Alliance EUCLIDIA ?
    En l'état actuel des choses, l'Europe parviendra-t-elle à une souveraineté numérique dans 10 ans ?
    Quelles sont les approches de solution que vous proposez pour atteindre les objectifs de souveraineté numérique dans l'UE ?

    Voir aussi

    L'UE pourrait avoir des difficultés à financer la loi sur les puces de 48 milliards de dollars, car les fonds disponibles seraient déjà alloués à d'autres projets

    La France choisit Google et Microsoft pour la protection des données sensibles, Bruno Le Maire, Amélie de Montchalin et Cédric O ont présenté la stratégie nationale pour le cloud

    L'UE se fixe pour objectif 2030 de produire des semiconducteurs de pointe, tandis que le Sénat US envisage un financement de 30 milliards $ pour stimuler le secteur de la fabrication de puces

    Le cloud souverain n'est pas crédible ? Scaleway abandonne GAIA-X, un projet de développement d'une infrastructure de données compétitive, sécurisée et fiable pour l'Union européenne

    Les réglementations en Europe pèseraient sur les entreprises IT du continent et ne lui permettent pas d'atteindre la souveraineté numérique, selon Bert Hubert, entrepreneur et développeur de logiciels
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #10
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2017
    Messages
    1 253
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2017
    Messages : 1 253
    Points : 4 495
    Points
    4 495
    Par défaut
    Il est vital que l'UE réduise sa dépendance à l'égard des importations en provenance d'Asie et d'ailleurs, et atténue les risques géopolitiques... « L'Europe numérique sera impuissante, dépendante et témoin de la désindustrialisation »
    C'est la journée du "j'enfonce les portes ouvertes"?

    1. L'Europe numérique ne sera pas témoin de la désindustrialisation de l'Europe! La désindustrialisation de l'Europe a déjà eu lieu!!!

    2. La "réindustrialisation de l'Europe pour diminuer son indépendance" n'est qu'une vaste blague!

    2 exemples:

    Avec le Covid, les discours "nous ne pouvons plus être dépendants de la Chine pour les masques et les médicaments" fleurissaient. Quelle est la situation après plus de 2 ans? Des entreprises européennes se sont mises à produire des masques et au final ont cessé leur activité. Pourquoi? Parce qu'un masque européen coûte au minimum 3 fois plus chers! Les composants entrant dans la fabrication des médicaments proviennent toujours à plus de 90% de l'Inde et de la Chine! Aucune production n'a été relocalisée en Europe.

    Les producteurs de panneaux solaires en Europe disparaissent les uns après les autres, alors que l'on nous vend à longueur de journée du "réchauffement de la planète". Pourquoi? Parce que la Chine qui a noyé le marché mondial en allant jusqu'à produire à perte (les fabricants chinois sont ensevelis d'aide de l'état chinois!) offre des panneaux solaires jusqu'à 100% moins chers.

    Tant que l'Europe n'imposera pas des taxes sur les produits chinois pour empêcher la concurrence déloyale, le continent européen sera éternellement à la ramasse!

  11. #11
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 623
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 623
    Points : 57 075
    Points
    57 075
    Par défaut Atos et plusieurs partenaires européens lancent Structura-X pour construire une infrastructure cloud souverain
    Atos et plusieurs partenaires européens lancent Structura-X pour construire une infrastructure cloud souveraine
    qui répond aux exigences du projet Gaia-X de l'UE

    Certaines entreprises technologiques européennes continuent de déployer des efforts pour accompagner la vision de l'UE d'atteindre la souveraineté numérique d'ici dix ans. Ainsi, le français Atos et plusieurs dizaines de ses partenaires européens viennent de lancer une initiative appelée Structura-X (Lighthouse) pour construire une infrastructure compatible avec Gaia-X en Europe. L'objectif de Gaia-X est de créer une infrastructure de données de nouvelle génération, efficace, compétitive, fédérée et sécurisée. Structura-X vise à ce que les offres initiales de services cloud compatibles avec Gaia-X soient prêtes d'ici le milieu de l'année prochaine.

    Le projet Lighthouse "Structura-X" vient compléter les initiatives sectorielles pour le secteur automobile (Catena-X), l'agriculture (AgriGaia) et la finance (EuroDat). Il vise à permettre l'échelle nécessaire à une nouvelle collaboration intersectorielle et transnationale dans le cloud, à favoriser une infrastructure européenne fédérée de cloud et de périphérie, et à surmonter la fragmentation antérieure du marché européen du cloud. Structura-X a vu le jour en marge du sommet Gaia-X qui a eu lieu à Milan, en Allemagne, en novembre dernier et a été initialement lancé par sept fournisseurs européens de services de cloud computing.

    En effet, lors du sommet, Peter Altmaier, alors ministre allemand de l'Économie, avait appelé à la mise en place en Europe d'une infrastructure cloud compatible avec Gaia-X, parallèlement aux services industriels. En coordination avec la fondation Gaia-X AISBL, sept fournisseurs européens se sont initialement mis d'accord sur cet objectif commun : Atos, Aruba.it, DE-CIX, Deutsche Telekom, Engineering, Noovle et TOP-IX. Entre-temps, d'autres entreprises européennes ont également adhéré à l'initiative. À ce jour, 28 entreprises européennes technologiques de dix pays différents sont membres du projet Lighthouse.

    Nom : European-Cloud-696x522.jpg
Affichages : 1752
Taille : 45,4 Ko

    On distingue : AssoSoftware, City Network, Cloud&Heat Technologies, CS Group, CSI, EBRC, Elmec, Fabasoft, International Dataspaces, IONOS SE, KPN, Luxinnovation, Mainstream, next layer, OpenNebula Systems, OSISM, ThreeFold Tech, Tietoevry, United Group, Vivacom. Les membres ne se contentent pas d'apporter des services d'infrastructure cloud. Ils acceptent également d'utiliser une technologie (open source) pour rendre les services cloud fédérés viables. Cela inclut l'interopérabilité en respectant la sécurité et la confidentialité dès la conception. D'autres fournisseurs de services cloud sont invités à les rejoindre.

    L'objectif commun est de transformer leurs services d'infrastructure existants en un écosystème pour la souveraineté des données européennes. Une infrastructure européenne globale d'informatique dématérialisée est en cours de création. Les utilisateurs pourront tester et déployer leurs services et leurs salles de données (data rooms) dans une infrastructure approuvée par Gaia-X. Structura-X travaillera en étroite collaboration avec Gaia-X, qui, entre autres activités, définit le cadre technique de la souveraineté des données. Atos a déclaré qu'il investira beaucoup d'efforts pour accompagner l'UE dans sa quête de souveraineté numérique.

    « Nous sommes fiers de lancer Structura-X, en collaboration avec les principaux fournisseurs de cloud et entreprises numériques européens. Structura-X permettra l'échelle nécessaire à une nouvelle collaboration intersectorielle et transnationale dans le cloud, afin de favoriser une infrastructure européenne fédérée de cloud et de périphérie. Dans le cadre de cette initiative, Atos apportera ses solutions et produits de sécurité numérique, en tant que leader du marché européen, afin de garantir la souveraineté et la sécurité totales des solutions d'infrastructure cloud », a déclaré Santi Ribas, responsable des solutions d'entreprise cloud chez Atos.

    Par ailleurs, rappelons qu'Atos est déjà impliqué dans plusieurs projets qui, selon les analystes, ont répondu aux demandes de souveraineté numérique des clients. Il s'agit notamment du bouclier souverain Atos OneCloud, lancé en novembre de l'année dernière, et qui fait partie de l'initiative Atos OneCloud. Selon les explications d'Atos, cet ensemble de solutions, de méthodologies et de services de cloud computing opérationnels offre aux organisations la possibilité de relever les défis de la gestion de leurs données conformément aux "exigences les plus élevées en matière de gouvernance des données".

    Gaia-X côtoie d'autres codes similaires tels que le code de conduite du cloud de l'UE (CoC) et le code des fournisseurs de services d'infrastructure du cloud en Europe (CISPE) (CISPE est également un membre fondateur de Gaia-X), qui visent tous à simplifier la tâche des utilisateurs de services de cloud computing afin qu'ils puissent déterminer si un service de cloud computing est conforme au RGPD. L'objectif est d'instaurer la confiance dans les services en ligne parmi les organisations et les citoyens de l'UE et d'élever le niveau par défaut de la protection des données sur le marché européen du cloud computing.

    Enfin, il faut noter que tous les acteurs européens du cloud computing ne semblent pas enthousiasmés par le projet Gaia-X. Le français Scaleway (anciennement Online SAS) a été quelque peu mécontent au fil du temps. En octobre, Yann Lechelle, PDG de Scaleway, s'est plaint de "messages contradictoires". Scaleway a ensuite quitté le projet de souveraineté des données de l'UE, Gaia-X, en novembre. Lechelle s'est inquiété du fait que le projet ne faisait que "renforcer le statu quo" et a noté que certaines nations préféraient continuer à travailler avec les entreprises technologiques américaines.

    Scaleway est également membre de l'alliance EUCLIDIA (European Cloud Industrial Alliance - l'Alliance industrielle européenne du cloud), qui regroupe des entreprises européennes à participation majoritaire. Les membres de l'alliance EUCLIDIA ont déclaré récemment que l'UE continuait d'ignorer les acteurs locaux du cloud computing malgré les revendications de souveraineté numérique.

    Dans une lettre ouverte publiée la semaine dernière, les membres de l'alliance s'indignent du fait que "malgré leurs efforts pour proposer des services de cloud computing compétitifs et plus sûrs, les autorités européennes continuent de dérouler le tapis rouge aux acteurs non européens qui ont abusé à plusieurs reprises de leur position dominante". Ils fustigent notamment les initiatives telles que le "cloud de confiance" de la France qui implique Google et Microsoft.

    Source : Atos

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Le cloud souverain n'est pas crédible ? Scaleway abandonne GAIA-X, un projet de développement d'une infrastructure de données compétitive, sécurisée et fiable pour l'Union européenne

    Souveraineté technologique : est-ce possible pour l'Europe ? L'Europe désire son propre résolveur DNS, DNS4EU offrira un service européen alternatif pour accéder à l'Internet mondial

    Souveraineté numérique de l'UE : les acteurs du secteur du cloud ne sont pas convaincus, les hyperscaleurs américains et asiatiques mènent toujours la danse en Europe

    La transformation numérique place les données à l'épicentre de la souveraineté et de l'économie numériques, selon un rapport d'IDC et Scality
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #12
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    442
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 442
    Points : 723
    Points
    723
    Par défaut
    Bonsoir,

    Atos et plusieurs partenaires européens lancent Structura-X pour construire une infrastructure cloud souveraine qui répond aux exigences du projet Gaia-X de l'UE

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    C'est une vaste mascarade ! Souvenez vous di projet OX.io ... un webmail censé être leader et européen ! Que nenni ... On l'attend encore ce projet.

    L'UE s'arrange toujours pour faire appelle à de la techno us ... Donc il ne faut rien attendre. Ou alors c'est du cosmétique.

    Scaleway a eu raison de lacher l'affaire.

  13. #13
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    mai 2003
    Messages
    70
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : mai 2003
    Messages : 70
    Points : 117
    Points
    117
    Par défaut Atos et la clique …
    Le succès de ce projet n’aura d’égal que le cours de bourse de l’action Atos… 🤓
    +--------------------------------------------------+
    Avec le TGV Marseille est devenue la banlieue de paris,
    Et avec Internet le monde est de plus en plus petit,
    Mais ce n'est pas une raison pour aller polluer
    L'espace
    +--------------------------------------------------+

Discussions similaires

  1. Réponses: 13
    Dernier message: 08/03/2017, 19h58
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 18/06/2015, 08h19
  3. Réponses: 8
    Dernier message: 30/05/2007, 21h32
  4. [c] Lire un mot choisi par ligne
    Par lutin06 dans le forum C
    Réponses: 2
    Dernier message: 02/03/2007, 13h30

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo