IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 537
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 537
    Points : 155 608
    Points
    155 608
    Par défaut La police abandonne Scribe, un projet logiciel qui a coûté près de 12 millions d'euros aux contribuables
    La police abandonne Scribe, un projet logiciel qui a coûté près de 12 millions d'euros aux contribuables.
    Après quatre ans de chantier, il n'a jamais été mis en service

    Le 9 novembre 2017 est la date officielle du lancement du chantier de Scribe, avec un livrable attendu pour tous les services de police deux ans plus tard (fin 2019, début 2020). Scribe avait vocation à révolutionner le traitement informatique des procédures judiciaires au sein de la police et remplacer le logiciel de rédaction des plaintes (LRP), décrit comme étant obsolète et peu intuitif. Le marché a été remporté par Capgemini.

    Tout semblait pourtant bien lancé. Il y a trois ans, un enquêteur avait fait une belle démonstration depuis son clavier, et raconté tout le bien qu'il pensait du projet Scribe, avec ses équipes mixtes d'agents très expérimentés associés en direct aux grandes réflexions stratégiques avec Capgemini (l'opérateur informatique)

    Les policiers allaient pouvoir avoir de vraies arborescences, de vrais liens sur les écrans avec d'autres fichiers et logiciels internes. À l'époque, tout se passait bien sur un autre grand projet numérique au sein de la police : le projet Néo (système logiciel pour les outils informatiques embarqués des agents sur le terrain, smartphone et tablettes). « On ne pensait vraiment pas que tout allait planter ainsi sur Scribe », conclut un proche du dossier.

    Mais il n'en sera rien.

    À l’heure où Scribe aurait dû être mis en fonction, les retards s’accumulaient déjà. La situation était telle que le chef de projet a décidé de jeter l’éponge et de quitter la société prestataire, s’en allant avec la moitié de son équipe.

    La situation a été exacerbée après un audit de Capgemini qui a réalisé qu’une énorme faille se trouve au cœur même de l’architecture du projet et que celui-ci ne sera jamais opérationnel.

    Si l'addition se chiffre à près de 12 millions d'euros (11,7 millions d'euros, salaires des policiers détachés compris), les hauts responsables de la police nationale ont réalisé que le dossier est bien bétonné juridiquement et qu'il n'y aurait aucun recours juridique possible contre Capgemini.

    Selon les informations de France Inter et après plusieurs réunions ces derniers jours, y compris en présence du ministre de l'Intérieur qui a repris le dossier en main depuis son arrivée en juillet 2020, un nouvel appel d'offres sera passé dans les mois qui viennent avec une autre société prestataire pour un nouveau logiciel, à l'horizon 2024.

    « Ce n’est pas le plus gros fiasco côté financier de ses dernières années » confie un responsable syndical policier. Mais « c’est pour nous "LE" projet le plus symbolique, car il touche au principal outil des enquêteurs : le logiciel de rédaction des plaintes. »

    Nom : police.png
Affichages : 36700
Taille : 345,8 Ko

    Il faut dire que lorsque les projets logiciels ne sont pas aboutis, l'ardoise est lourde et d'autant plus gênante quand il s'agit d'argent public.

    Parmi les ratés, nous pouvons citer les 346 millions d'euros déboursés par la France pour un système visant à automatiser la gestion de sa masse salariale. Baptisé « Opérateur national de paye » (ONP), il devait se substituer aux outils propres à chaque ministère et ainsi permettre d'établir automatiquement la paye de 2,7 millions d'agents d'État. Avec un coût prévisionnel élevé, les gains devaient l'être tout autant. L'objectif initial était de réaliser 190 millions d'euros d'économies par an une fois le logiciel mis en place : l'opération devait conduire à des économies des effectifs (en harmonisant les systèmes de paye de chaque ministère et en les réunissant dans le même programme informatique, la majorité de l'époque pensait réduire les effectifs en passant de 12.000 à 8200 agents affectés à la paye). Il était aussi question d'un meilleur contrôle du processus ainsi que d'un renforcement du suivi des effectifs et de la masse salariale. Le tout à horizon 2011.

    Mais les retards se sont accumulés et les problèmes techniques se sont multipliés. Et, en janvier 2014, un rapport sur l'ONP finit par préconiser d'abandonner le projet et de le réorienter.

    « On ne pouvait pas prendre de risque sur le paiement des agents publics, assurait alors le ministère de l'Économie et des Finances. En cas de dysfonctionnement, comment gérer les retards, les trop-perçus ou les remboursements ? »

    « On avait calculé qu'il aurait fallu encore 60 millions d'euros par an sur les dix prochaines années pour que le logiciel soit vraiment opérationnel. On économise donc 600 millions d'euros ».

    Nous pouvons aussi évoquer le projet de système d'information et de gestion des ressources humaines du ministère de l'Éducation nationale, SIRHEN. Né en 2006, ce programme avait pour vocation la modernisation et le remplacement des SIRH historiques du dit ministère. Mais il n’a cessé d’accumuler les retards et les dérapages financiers. Après plusieurs tentatives de sauvetage, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a décidé en juillet 2018 d’arrêter ce grand projet informatique de l’État. « Il apparaît clairement que le programme SIRHEN n'est pas parfaitement adapté aux enjeux de gestion des ressources humaines et technologiques d'aujourd'hui. Par conséquent, j'ai décidé de réorienter notre action vers un dispositif plus agile et plus efficace au bénéfice de notre mission de service public », expliquait alors le ministre.

    La Cour des comptes a souligné divers problèmes quant à l'après-SIRHEN : une gouvernance introuvable, un recours trop important et non maîtrisé à l’externalisation, un faible outillage pour assurer le pilotage du projet, et un dérapage des dépenses. Sur ce dernier point, il est souligné qu’au jour de l’arrêt de SIRHEN, le projet avait coûté 378 millions d'euros (charges de personnel comprises). En septembre 2019, « en raison des dépenses de maintenance de l’outil SIRHEN gérant toujours les 18 000 agents transférés, les dépenses totales du programme dépassent les 400 millions d’euros », explique la Cour.

    Il y a également Louvois (Logiciel Unique à Vocation Interarmées de la Solde), dont les dysfonctionnements coûtent très cher à son ministère. Jean-Yves Le Drian, qui était alors ministre de la Défense, a annoncé la fin du logiciel en 2013.

    « Nous sommes face à des indus constatés, qui s'élevaient au 31 juillet 2018 à 573 millions d'euros, accumulés depuis le début de la crise Louvois », affirmait le secrétaire général pour l'administration du ministère des Armées Jean-Paul Bodin, lors d'une audition à l'Assemblée nationale en 2018. Sur cette somme, 405 millions d'euros, soit plus de deux tiers, ont été recouvrés, selon lui, indiquant malgré tout que 95 millions d'euros ont été abandonnés.

    Son successeur, Source Solde, va gérer dorénavant l’attribution de la paye de l’armée de l’Air et du service de santé des armées.

    Annoncé en 2015, le projet Source Solde a été confié à la société Sopra Steria. Celle-ci indiquait avoir mis en œuvre une version adaptée de sa solution RH de Sopra HR Software, configurée et testée sous la houlette de la DRH-MD, la direction des ressources humaines du ministère de la Défense, de la DGA (Direction Générale de l’armement) et de l’état-major des armées. Le montant du marché s’élève à 128 millions d’euros. L’attribution de ce marché public avait mis en concurrence plusieurs acteurs, dont Accenture et Atos.

    Henri Verdier, lorsqu'il était encore Directeur interministériel du numérique et du système d'information de l'État français, avait tenu à préciser que « ce n'est pas que l'État, ça arrive aussi dans le privé ». En 2017, Mounir Mahjoubi, qui avait alors la casquette de secrétaire d'État au Numérique, a déclaré : « Le patrimoine logiciel de l'État, ce sont 12 500 logiciels : il y a énormément de choses qui marchent »

    Sources : France Inter, défense

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de la conduite des grands projets numériques de l'État français ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Expert confirmé Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    mars 2014
    Messages
    1 420
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : mars 2014
    Messages : 1 420
    Points : 5 337
    Points
    5 337
    Par défaut
    Les migrations nécessaires au sein des états donnent toujours lieu à des projets pharaoniques au multiple spécifications. Lorsqu'on sait grâce à dvp que 50% des projets de développement sont abandonnés dans le monde faute de cahier des charges suffisamment complet, on ne peut que déplorer cette perte inhérente à toute DSI.

    Et mon avis ne fait que porter sur le fonctionnel, il ne présage en rien de la sécurisation.

    Edit : https://www.developpez.com/actu/2282...tte-technique/
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  3. #3
    Membre chevronné Avatar de Astraya
    Homme Profil pro
    Consommateur de café
    Inscrit en
    mai 2007
    Messages
    991
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Consommateur de café
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2007
    Messages : 991
    Points : 2 036
    Points
    2 036
    Par défaut
    La problème n'est pas le client (l'État) qui a fait une demande que Cap Gemini a acceptée. Le problème est soit, Cap Gemini a accepté en sachant que c'était trop gros pour eux (sauf pour leur porte-monnaie), soit ils ont (comme dans de trop nombreuses SSI) des managers (chefs de projet, directeurs de projet,...) qui n'ont pas les compétences nécessaires, soit ils ont accepté un contrat sans avoir les développeurs nécessaires (pas assez nombreux, pas formés à la techno, une armée de juniors payés au lance-pierre et 1 senior qui ne sait pas ce qu'il fait sur le projet...).

    La faute n'est pas due au client, la faute incombe à celui qui ne tient pas ses engagements.
    Homer J. Simpson


  4. #4
    Expert confirmé Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    mars 2005
    Messages
    1 083
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : mars 2005
    Messages : 1 083
    Points : 4 172
    Points
    4 172
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    [...]
    Tout semblait pourtant bien lancé. Il y a trois ans, un enquêteur avait fait une belle démonstration depuis son clavier, et raconté tout le bien qu'il pensait du projet Scribe, avec ses équipes mixtes d'agents très expérimentés associés en direct aux grandes réflexions stratégiques avec Capgemini (l'opérateur informatique)

    Les policiers allaient pouvoir avoir de vraies arborescences, de vrais liens sur les écrans avec d'autres fichiers et logiciels internes. À l'époque, tout se passait bien sur un autre grand projet numérique au sein de la police : le projet Néo (système logiciel pour les outils informatiques embarqués des agents sur le terrain, smartphone et tablettes). « On ne pensait vraiment pas que tout allait planter ainsi sur Scribe », conclut un proche du dossier.

    Mais il n'en sera rien.

    À l’heure où Scribe aurait dû être mis en fonction, les retards s’accumulaient déjà. La situation était telle que le chef de projet a décidé de jeter l’éponge et de quitter la société prestataire, s’en allant avec la moitié de son équipe.

    La situation a été exacerbée après un audit de Capgemini qui a réalisé qu’une énorme faille se trouve au cœur même de l’architecture du projet et que celui-ci ne sera jamais opérationnel.

    Si l'addition se chiffre à près de 12 millions d'euros (11,7 millions d'euros, salaires des policiers détachés compris), les hauts responsables de la police nationale ont réalisé que le dossier est bien bétonné juridiquement et qu'il n'y aurait aucun recours juridique possible contre Capgemini.
    [...]
    Donc si je comprend bien, on a un prestataire qui vent un projet, et :
    1. Au début tout se passe bien vu qu'on est sur du "slideware".
    2. Puis lorsqu'il est temps de livrer quelque chose, après trois ans de consommation du budget, la moitié de l'équipe du prestataire démissionne.
    3. Là, le prestataire "se rend compte" que l'architecture est foireuse depuis le début. Ce n'était pas en début de projet qu'il fallait faire ça?
    4. Et du fait d'un contrat béton signé au début avec le prestataire, il n'y a aucun recours possible et les 12 millions s'envolent?


    Il serait peut-être temps de revoir les clauses acceptables pour les contrats signés par l'État (et aussi de mettre ce genre de prestataire sur une liste noire).
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  5. #5
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    février 2018
    Messages
    23
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Côte d'Or (Bourgogne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique

    Informations forums :
    Inscription : février 2018
    Messages : 23
    Points : 160
    Points
    160
    Par défaut
    12 millions parti en fumée avec aucune possibilité de se retourner contre la SSII... Du grand art... Ils n'ont toujours pas compris au gouvernement que c'est le système SSII qui plombe l'avancée de la France en informatique? A se demander si on est pas gouverner par des idiots ou des vendus...

  6. #6
    Inactif  

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    3 064
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 3 064
    Points : 4 377
    Points
    4 377
    Par défaut
    Bonjour,

    La police abandonne Scribe, un projet logiciel qui a coûté près de 12 millions d'euros aux contribuables. Après quatre ans de chantier, il n'a jamais été mis en service

    Quelle lecture faites-vous de la conduite des grands projets numériques de l'État français ?
    1) gâchis d'argent publique

    2) le mille feuille administratif aggrave se phénomène

    3) le manque de personnels techniques dans les administrations d'état, laisse place à ce type de dérive (plus personne pour s'assurer/contrôler des dépenses)

    4) j'ajouterai aussi les doublons et triplons dans le mille feuille administratif

    ===

    « Le patrimoine logiciel de l'État, ce sont 12 500 logiciels : il y a énormément de choses qui marchent "
    Citation Envoyé par marsupial
    Lorsqu'on sait grâce à dvp que 50% des projets de développement sont abandonnés dans le monde faute de cahier des charges suffisamment complet, on ne peut que déplorer cette perte inhérente à toute DSI.
    On comprend mieux l'argent qui est dilapidé

    Mis bout à bout, je serai curieux de connaitre :

    > le coût de tous les ratés informatiques
    > le coût des doublons / triplons
    > le coût des 60 000 sites informatiques de chaque EPCI/administrations d'états et locale ...

    Cela mériterait amplement un étude / sondage, pour connaitre l'ampleur de ce que cela coute au contribuable !

  7. #7
    Membre expérimenté Avatar de Cincinnatus
    Homme Profil pro
    Développeur d'applications métier
    Inscrit en
    mars 2007
    Messages
    582
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Nord (Nord Pas de Calais)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur d'applications métier
    Secteur : Service public

    Informations forums :
    Inscription : mars 2007
    Messages : 582
    Points : 1 616
    Points
    1 616
    Par défaut
    Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
    Mis bout à bout, je serai curieux de connaitre :

    > le coût de tous les ratés informatiques
    > le coût des doublons / triplons
    > le coût des 60 000 sites informatiques de chaque EPCI/administrations d'états et locale ...

    Cela mériterait amplement un étude / sondage, pour connaitre l'ampleur de ce que cela coute au contribuable !
    Pour être plus proche de l'exhaustivité, on pourrait étudier l'efficacité des SSII, en particulier les grands groupes, et les cabinets de conseil.
    Ces derniers aussi se gavent pour une utilité au mieux faible. J'en ai vu à l'œuvre, là il y a eu un p...ain de gâchis. Si l'un d'eux me demandait mon avis sur leur action, voici ce que je devrais répondre :

    [mode=utopie]
    Quitte à m'attirer les foudres de certains, pourquoi ne pas prendre le problème dans l'autre sens et réinternaliser les compétences d'ingénierie logicielle, en mutualisant au niveau national les développements pour que les équipes enchaînent les projets ?

    Au moins les logiciels seraient plus facilement maintenus tout au long de leur mise en service, les responsabilités seraient connues et il y aurait moins de clauses juridiques perfides.
    [/mode]

    Bon, en vrai, on sait : le public c'est pas bien, le plus efficace c'est toujours le privé. CapGemini vient de le prouver

  8. #8
    Expert éminent sénior
    Avatar de Mat.M
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 666
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 666
    Points : 18 081
    Points
    18 081
    Par défaut
    Citation Envoyé par Cincinnatus Voir le message
    Pour être plus proche de l'exhaustivité, on pourrait étudier l'efficacité des SSII, en particulier les grands groupes, et les cabinets de conseil.
    bien d'accord et concernant l'efficacité des SSII j'arrive pas à comprendre comment une multinationale du conseil y'a 300 000 péquins qui bossent dans cette boite (dont une bonne partie en Inde) 10 milliards de chiffre d'affaire ils sont pas foutus de développer un progiciel correctement

  9. #9
    Inactif  

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    3 064
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 3 064
    Points : 4 377
    Points
    4 377
    Par défaut
    Bonsoir,

    Citation Envoyé par Cincinnatus Voir le message
    Pour être plus proche de l'exhaustivité, on pourrait étudier l'efficacité des SSII, en particulier les grands groupes, et les cabinets de conseil.
    Ces derniers aussi se gavent pour une utilité au mieux faible. J'en ai vu à l'œuvre, là il y a eu un p...ain de gâchis. Si l'un d'eux me demandait mon avis sur leur action, voici ce que je devrais répondre :

    [mode=utopie]
    Quitte à m'attirer les foudres de certains, pourquoi ne pas prendre le problème dans l'autre sens et réinternaliser les compétences d'ingénierie logicielle, en mutualisant au niveau national les développements pour que les équipes enchaînent les projets ?

    Au moins les logiciels seraient plus facilement maintenus tout au long de leur mise en service, les responsabilités seraient connues et il y aurait moins de clauses juridiques perfides.
    [/mode]

    Bon, en vrai, on sait : le public c'est pas bien, le plus efficace c'est toujours le privé. CapGemini vient de le prouver
    43 milliards d'€ : c'est ce que coute l'achat de prestation intellectuelle de conseil et consulting à l'état et aux collectivités locales


  10. #10
    Membre habitué
    Profil pro
    Inscrit en
    mars 2011
    Messages
    61
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : mars 2011
    Messages : 61
    Points : 151
    Points
    151
    Par défaut
    Le pire c'est que capgemini aura le droit de se repositionner sur le prochain marché et même de le gagner. Avec un contrat béton ils pourront ne rien livrer à nouveau et s'en tirer

  11. #11
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Ingénieur avant-vente
    Inscrit en
    septembre 2020
    Messages
    319
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur avant-vente

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2020
    Messages : 319
    Points : 1 315
    Points
    1 315
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    bien d'accord et concernant l'efficacité des SSII j'arrive pas à comprendre comment une multinationale du conseil y'a 300 000 péquins qui bossent dans cette boite (dont une bonne partie en Inde) 10 milliards de chiffre d'affaire ils sont pas foutus de développer un progiciel correctement
    La compétence réelle de Capgemini et autre, c'est d'avoir des équipes capables de répondre aux appels d'offre publics, où il faut remplir et préparer des dizaines de documents plus inutiles les uns que les autres.

    Au mieux, le travail sera ensuite sous-traité à la PME compétente qui aurait pu se positionner si les procédures d'attribution des marchés publics n'étaient pas aussi compliquées.

  12. #12
    Membre chevronné Avatar de Astraya
    Homme Profil pro
    Consommateur de café
    Inscrit en
    mai 2007
    Messages
    991
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Consommateur de café
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2007
    Messages : 991
    Points : 2 036
    Points
    2 036
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
    Au mieux, le travail sera ensuite sous-traité à la PME compétente qui aurait pu se positionner si les procédures d'attribution des marchés publics n'étaient pas aussi compliquées.
    Où la moins cher
    Homer J. Simpson


  13. #13
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Développeur Java
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    382
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Moselle (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 382
    Points : 1 099
    Points
    1 099
    Par défaut
    Finalement les fonctionnaires c'était pas si mal

    Demi blague, mais c'était un peu le discours utilisé lorsqu'on fermait des branches à coup de restriction de budget, "la privatisation coute moins cher".

    Et je suis sur qu'on va avoir les mêmes irréductibles qui vont encore nous sortir que le problème de ce projet était justement que "c'était pas encore assez privatisé"

    A force de vouloir rendre rentable des services qui ne sont pas censés l'être...

  14. #14
    Inactif  

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    3 064
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 3 064
    Points : 4 377
    Points
    4 377
    Par défaut
    Bonjour,

    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    Finalement les fonctionnaires c'était pas si mal

    Demi blague, mais c'était un peu le discours utilisé lorsqu'on fermait des branches à coup de restriction de budget, "la privatisation coute moins cher".

    Et je suis sur qu'on va avoir les mêmes irréductibles qui vont encore nous sortir que le problème de ce projet était justement que "c'était pas encore assez privatisé"

    A force de vouloir rendre rentable des services qui ne sont pas censés l'être...
    C'est le problème de fond en France ... On part du principe que tout et privatisable ET concédable ... Chose qui n'est pas toujours possible . Tout ne peut pas devenir mercantile

  15. #15
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Architecte de système d'information
    Inscrit en
    février 2011
    Messages
    378
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte de système d'information

    Informations forums :
    Inscription : février 2011
    Messages : 378
    Points : 1 335
    Points
    1 335
    Par défaut
    Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
    C'est le problème de fond en France ... On part du principe que tout et privatisable ET concédable ... Chose qui n'est pas toujours possible . Tout ne peut pas devenir mercantile
    Pas qu'en France je peux te rassurer.
    Va demander aux allemands tout le bien qu'ils pense de Deutschebahn depuis que ça a été privatisé ...
    J'imagine que t'as la même chose en belgique

  16. #16
    Expert éminent sénior
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    6 675
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 6 675
    Points : 30 964
    Points
    30 964
    Par défaut
    J'ai vu le même genre dans le privé - à une échelle bien plus grande (60 personnes prévues sur 18 mois, ils se sont acharnés 6 ans, avant de tout mettre à la poubelle). Un mélange d'incompétence chez le client(qui ne veut pas corriger les erreurs ou obsolescences dans ses propres specs) et chez le fournisseur (qui prend la solution la plus compliquée possible). ce n'est pas que pour l'état, hélas.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  17. #17
    Expert éminent sénior
    Avatar de Mat.M
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 666
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 666
    Points : 18 081
    Points
    18 081
    Par défaut
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    Finalement les fonctionnaires c'était pas si mal
    il y a une chose dont on ne se rend pas compte c'est lorsqu'on a des services publics "dédiés" aux services informatiques bref des agents de l'Etat dont le métier est exclusivement..de se concentrer sur leur métier ben c'est qu'on capitalise sur le savoir-faire au cours du temps et finalement ça ne coûte pas forcément plus cher plutôt que d'externaliser au privé.
    Par exemple il faut imaginer les services informatiques de l'assurance maladie en France c'est un système développée depuis des années c'est consolidé,éprouvé,stabilisé...
    Bon ça peut faire débat aussi.

  18. #18
    Expert confirmé Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    mars 2005
    Messages
    1 083
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : mars 2005
    Messages : 1 083
    Points : 4 172
    Points
    4 172
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    il y a une chose dont on ne se rend pas compte c'est lorsqu'on a des services publics "dédiés" aux services informatiques bref des agents de l'Etat dont le métier est exclusivement..de se concentrer sur leur métier ben c'est qu'on capitalise sur le savoir-faire au cours du temps et finalement ça ne coûte pas forcément plus cher plutôt que d'externaliser au privé.
    Par exemple il faut imaginer les services informatiques de l'assurance maladie en France c'est un système développée depuis des années c'est consolidé,éprouvé,stabilisé...
    Bon ça peut faire débat aussi.
    Le problème c'est que ton raisonnement est bienveillant.

    Il faut au contraire imaginer une classe politique issue d'un même milieu social, qui a fréquenté les mêmes écoles puis les mêmes entreprises (pantoufle) avant d'aller dans le public faire des cadeaux aux copains... Sous cet éclairage, leurs choix irrationnels semblent au contraire plus logiques, même s'ils sont tout sauf performants

    "les fonctionnaires coûtent cher"? Quid des hauts fonctionnaires et de tous ces politiciens qui cumulent les postes ainsi que les retraites? Pendant ce temps, pour la plèbe...
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  19. #19
    Expert éminent sénior
    Avatar de Mat.M
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 666
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 666
    Points : 18 081
    Points
    18 081
    Par défaut
    @kain_tn: ma vision était purement technique et fonctionnelle...
    après pour ce qui est de la vision politique et sociale ça c 'est un autre sujet.
    Oui je sais bien que dans les entreprises françaises on privilégie plutôt le copinage et les diplômes.
    Et qu'en Suisse c'est un système basé sur la méritocratie.
    Mais bon ça c'est un autre débat.

  20. #20
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Architecte de système d'information
    Inscrit en
    février 2011
    Messages
    378
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte de système d'information

    Informations forums :
    Inscription : février 2011
    Messages : 378
    Points : 1 335
    Points
    1 335
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    Et qu'en Suisse c'est un système basé sur la méritocratie.
    J'espère que tu ne parles pas des contrats publiques.
    Parce que si je prends juste le dernier appel d'offre qui a été fait pour du stockage cloud, je n'ai jamais vu une si vaste blague...

Discussions similaires

  1. Réponses: 13
    Dernier message: 14/01/2016, 11h31
  2. [W2K] Recherche d'un logiciel qui masque les icones
    Par BiM dans le forum Windows 2000/Me/98/95
    Réponses: 2
    Dernier message: 25/08/2005, 21h51
  3. Un logiciel qui traduit les langages évolués vers l'asm
    Par Cygnus Saint dans le forum Assembleur
    Réponses: 6
    Dernier message: 13/06/2005, 10h02
  4. Assistance pour un projet logiciel perso
    Par sincère dans le forum Bases de données
    Réponses: 3
    Dernier message: 01/11/2004, 14h10
  5. Inclure un type de police spécial dans un projet
    Par AOliv dans le forum API, COM et SDKs
    Réponses: 6
    Dernier message: 27/06/2003, 10h39

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo